Navigation – Plan du site
Varia

Ducasse iconoclaste ou l’art du « pilleur d’épaves célestes »1

Emmanuel Rousse
p. 189-208

Résumé

La question qui se pose dans cet article est celle de l’existence possible de deux voies ou voix chez un même poète. Du comte de Lautréamont à Isidore Ducasse, des Chants de Maldoror aux Poésies, la révolution engagée par le poète l’oriente-t-elle sur la voie de la modernité ou, a contrario, l’écrivain s’achemine-t-il vers une forme de traditionalisme exacerbé ? Parallèlement, l’auteur de l’article cherche à identifier les éléments qui ont pu véhiculer l’idée d’une contradiction entre les deux ouvrages de Ducasse - Poésies ou le « Contre Lautréamont » d’Isidore Ducasse. Il avance l’hypothèse selon laquelle il s’agit d’une façon d’en finir avec la domination du « Moi » : Ducasse choisit la poésie impersonnelle, lit les philosophes et tire leçon de Pascal. Dans les deux œuvres, il constate un même aboutissement sur les impasses de la littérature et de la poésie et procède à une attaque contre ses contemporains au travers de méthodes qui semblent opposées.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Toutes nos références renvoient à l’édition des Œuvres Complètes, Bibliothèque de la Pléiade, Galli (...)
  • 2 Lettre du 23 octobre 1869 à Verboekhoven, p. 296.
  • 3 Ibid, p. 296.
  • 4 Lettre du 27 octobre 1869 à Verboeckhoven, p. 297.

1En apparence, Les Chants de Maldoror s’inscrivent dans un genre traditionnel et largement représenté au XIXe siècle, du roman au romantisme noir en passant par la vogue du roman-feuilleton. La mise en scène des aventures d’un héros maléfique, les thématiques et motifs liés au fantastique et à la littérature gothique constituent, en 1869, autant de poncifs largement usités. En ce sens, le second ouvrage de l’écrivain, Poésies, dont les deux fascicules paraissent respectivement en avril et juin 1870, introduit, a priori, une contradiction majeure avec les Chants. Dans l’ensemble, après avoir « chanté le mal »2 comme ses prédécesseurs, Ducasse se déchaîne contre cette « littérature sublime »3, cette bibliothèque considérée comme étouffante et désormais désuète. Pour autant, sous le voile d’une filiation assumée émergeait déjà, chez le comte de Lautréamont, une volonté de renouveler l’art littéraire. L’intertextualité constituait, à ce sujet, l’un des procédés majeurs destiné à élaborer cette « poésie de révolte »4. Vecteur d’un message subversif, le jeu sur les références livresques offrait l’occasion au jeune poète d’interroger en profondeur la littérature dans son ensemble et de déclarer une guerre contre son représentant direct, le Créateur, l’Écrivain, au sens générique du terme. En outre, la virulence du ton, adopté par le scripteur des Poésies, qui s’acharne à dénoncer la foule complète des littérateurs, le tourbillon sémantique organisée autour des stances moralistes, ainsi que le déferlement de reproches à l’encontre des idéologies abordées dans sa première œuvre, pourraient laisser supposer que le Ducasse des Poésies n’est probablement pas si éloigné du Lautréamont des Chants.

2Par conséquent, du comte de Lautréamont à Isidore Ducasse, des Chants de Maldoror aux Poésies, la révolution engagée par l’auteur l’oriente-t-elle sur la voie de la modernité ou, a contrario, l’écrivain s’achemine-t-il, à rebours, vers une forme de traditionalisme exacerbé ? Parallèlement, quels sont les éléments qui ont pu véhiculer l’idée d’une contradiction entre les deux ouvrages de Ducasse ? S’interroger, dans un premier temps, sur la véracité de cette palinodie, permettra, dans un deuxième temps, d’aborder le désir incessant du scripteur de composer une « poésie impersonnelle » (p. 268). En dernier lieu, il s’agira de mettre en valeur le traitement subversif des grands moralistes, dans Poésies II, en s’appuyant sur les deux auteurs situés au centre du jeu intertextuel élaboré par Ducasse, en l’occurrence Pascal et Vauvenargues.

Poésies ou le « Contre Lautréamont » d’Isidore Ducasse ?

3D’emblée, la citation liminaire des Poésies instaure un programme qui rompt avec les thématiques précédemment abordées par le poète :

Je remplace la mélancolie par le courage, le doute par la certitude, le désespoir par l’espoir, la méchanceté par le bien, les plaintes par le devoir, le scepticisme par la foi, les sophismes par la froideur du calme, et l’orgueil par la modestie. (p. 257)

  • 5 Notamment pp. 259-260, 263, 264 ou 265.

4Par ailleurs, la première sentence de l’œuvre ouvre la voie d’un projet essentiellement intertextuel : « Les gémissements poétiques de ce siècle ne sont que des sophismes » (p. 259). Ducasse s’évertuera à diffuser un message en complet désaccord avec l’ensemble de ses contemporains. Cette dernière orientation constitue un premier point commun avec le contenu des Chants. Au reste, il est notable que le jeune écrivain ne respectera pas, ou si peu, le programme de rupture instauré par l’épigraphe. Étant donnée la tonalité pamphlétaire qui caractérise les Poésies, « la méchanceté » constituera bien l’un des attributs du pourfendeur des « Grandes-Têtes-Molles » et des « femmelettes » (p. 268) de son époque. De même, que contiennent les deux fascicules si ce n’est une « plainte » démesurée à l’encontre du désespoir et de la mélancolie érigés en vertus littéraires ? Quant à cette « froideur du calme » dont se réclame Ducasse, elle s’avère intrinsèquement contrecarrée par le choix du pamphlet et de la virulence qui en découle. Les quelques énumérations asyndétiques, présentes dans Poésies I, se révèlent, à ce sujet, univoques5 : interminables et vigoureusement axiologiques, elles décrivent, sur un rythme frénétique, la décadence et le « mal du siècle ». Enfin, la « modestie » du scripteur apparaît tout autant chimérique puisque l’auteur laisse transparaître un « orgueil » démesuré dès lors qu’il décide de se présenter en juge et critique intransigeant :

Oui : je veux proclamer le beau sur une lyre d’or, défalcation faite des tristesses goitreuses et des fiertés stupides qui décomposent, à sa source, la poésie marécageuse de ce siècle. C’est avec les pieds que je foulerai les stances aigres du scepticisme, qui n’ont pas leur motif d’être. [...] Il faut veiller sans relâche sur les insomnies purulentes et les cauchemars atrabilaires. Je méprise et j’exècre l’orgueil, et les voluptés infâmes d’une ironie, faite éteignoir, qui déplace la justesse de la pensée.
(p. 262)

  • 6 « Musset, en fait, s’est trouvé isolé entre la génération des grands missionnaires poétiques du rom (...)

5Celui qui s’oppose avec tant de virulence à l’ironie, arme privilégiée de Lautréamont, s’y livre au contraire avec délectation et non sans un certain jeu sur les niveaux du sens, à l’instar du poète des Chants. De fait, la suite démontre l’orgueil effréné du jeune auteur. Après s’être subrepticement attaqué à Musset, état de fait qui tient plus de la tradition que de la rupture en 18706, Ducasse prend pour cible Byron,« l’aristocrate anglais » (p. 262). Tout en le situant parmi les « quatre ou cinq phares de l’humanité », le pamphlétaire ne lui pardonne pas de s’être aventuré dans « les domaines sataniques » (p. 263). De surcroît, il se déclare implicitement supérieur à l’auteur de Manfred :

Le fait fut qu’il n’y eut personne pour le combattre avec avantage. Voilà ce qu’aucun n’a dit. Chose étrange ! même en feuilletant les recueils et les livres de son époque, aucun critique n’a songé à mettre en relief le rigoureux syllogisme qui précède. Et ce n’est que celui qui le surpassera qui peut l’avoir inventé. (pp. 262-263)

  • 7 Œuvres Complètes, Charpentier, Paris, 1888, T.VIII, p. 16.

6Or qui a « inventé » ce « rigoureux syllogisme qui précède » si ce n’est le scripteur, Ducasse, lui-même ? En outre, il n’est pas anodin de constater, dans l’économie du texte, la proximité entre Musset, Byron et, quelques lignes plus loin, Goethe. Dans La Confession d’un enfant du siècle, Musset réprouvait déjà l’influence néfaste des deux écrivains romantiques évoqués, et, pour les mêmes raisons, semble-t-il, que celles qui motivent le rejet de Ducasse. « En écrivant tout ceci, regrette le poète des Nuits, je ne puis m’empêcher de vous maudire. Que ne chantiez-vous le parfum des fleurs, les voix de la nature, l’espérance et l’amour, la vigne et le soleil, l’azur et la beauté ? »7. La tonalité dominante, le désir d’un retour à une poésie du beau et de l’espoir, constituent autant de thématiques qui rapprochent paradoxalement Musset et Ducasse. De même, le refus d’un pessimisme exacerbé, de la mélancolie, du doute et de la souffrance, les rassemble dans une identique négation de l’héritage du romantisme noir. Et cependant, Musset, l’intelligence de « deuxième ordre » (p. 266), « le Gandin-Sans-Chemise-Intellectuelle » (pp. 268-269), demeure l’une des « Grandes-Têtes-Molles » les plus vilipendées par l’auteur des Poésies. Une telle contradiction se résoud si l’on considère que nul écrivain ne trouve grâce aux yeux de Ducasse « depuis l’avortement du grand Voltaire » (p. 268) et la naissance du préromantisme, y compris lui-même.

7Il est, à ce sujet, significatif que Ducasse s’érige en censeur de nombreuses thématiques et motifs situés au centre des Chants de Maldoror : la révolte contre le Créateur, l’orgueil, les héros criminels, l’ironie ou encore l’hermétisme. Parallèlement, les Chants de Maldoror s’inscrivent parmi les nombreux hypotextes sur lesquels joue Isidore Ducasse au sein de Poésies H. Reprenant la cinquième strophe du chant I, le pamphlétaire (p. 281), par le biais d’un double procédé d’inversion thématique et de minimalisation (des quelques 57 lignes que compte le passage en question, Ducasse le réduit à 13 dans la nouvelle version), subvertit sa propre œuvre en introduisant un retournement d’opinion majeur. L’universalité du mal cède ainsi la place à l’omniprésence du bien et à une harmonie surprenante entre l’Homme et le Créateur. La clausule demeure, du reste, éminemment sarcastique et révélatrice (« Tout ceci se passe de commentaires »). La pointe ainsi insérée fait office de « poteau indicateur » (II, 12, p. 115) destiné au lecteur qui découvre par là même le jeu opéré et la négation de Lautréamont par Ducasse. Au demeurant, se nier soi-même revient à annihiler ce qui contribue à se créer une identité propre, un Moi poétique. En somme, une telle palinodie équivaut à prôner invariablement cette « poésie impersonnelle » (p. 268) vers laquelle ne cesse de revenir Ducasse.

Ducasse et la poésie impersonnelle

  • 8 II, 12, pp. 113-116. Voir, pour l’analyse de cette strophe, mon mémoire de Master, Le contrat de le (...)

8En premier lieu, il convient de constater la récurrence, dans les Poésies, du thème de la nécessaire jeunesse du lecteur. Et, là encore, Ducasse se dissocie de son double, Lautréamont, devenu l’un des nouveaux avatars de cette « locomotive surmenée » (p. 266), une « Grande-Tête-Molle », une icône écrasante qu’il s’agit de faire « descendre de son piédestal » (II, 10, p. 108). Dans les Chants, Lautréamont/Maldoror signifiait au lecteur, implicitement et par le biais d’une parodie de « L’Hymne de l’Enfant à son Réveil » de Lamartine, son dégoût, dans son enfance, d’une poésie exaltant le bonheur et la soumission à Dieu8. Or, dans le présent ouvrage, ce type de littérature constitue l’exemple à suivre. La « Prière pour tous » d’un Hugo provoque, de la sorte, la joie des adolescents, désirée par Ducasse (p. 267). Qui plus est, la soumission à Dieu est passée, d’une œuvre à l’autre, d’une convention insupportable à l’une de ces « vérités immuables » (p. 267) et indiscutables :

Toute littérature qui discute les axiomes éternels est condamnée à ne vivre que d’elle-même. Elle est injuste. Elle se dévore le foie. [...] Nous n’avons pas le droit d’interroger le Créateur sur quoi que ce soit. (p. 268)

  • 9 « Quand un élève interne, dans un lycée, est gouverné, pendant des années, qui sont des siècles, du (...)

9Ducasse souhaite s’orienter désormais vers la célébration du bonheur des hommes, pour la plus grande satisfaction des jeunes lecteurs (« Je veux que ma poésie puisse être lue par une jeune fille de quatorze ans », p. 265). Si, dans les Chants, le destinataire, invariablement adolescent, était choisi pour sa propension à la révolte, sa malléabilité, et sa tendance à transgresser les interdits et les conventions, dans les Poésies, ce dernier est devenu l’élève modèle, formaté par les leçons de morale des collèges et lycées, et habitué aux « discours de distribution des prix » (p. 261). Celui qui exécrait auparavant l’enseignement scolaire9 évolue désormais vers un tout autre jugement.

  • 10 Dans sa lettre à Verboeckhoven du 23 octobre 1869, Ducasse demeurait encore convaincu de la dimensi (...)

10Toutefois, si la logique semble s’être modifiée entre les deux œuvres, le fond du message apparaît identique. L’attaque violente des autorités littéraires du siècle est motivée par deux principaux reproches. D’une part, les mages poétiques et autres disciples de « l’école du désenchantement », dans leurs aspirations humanitaristes, se sont livrés au péché d’hybris et ont perverti une littérature vouée à la déperdition. Ces littérateurs se sont laissés dévorer par des idéologies dont l’objectif premier était censé purger les âmes10. D’où le constat amer et le jugement acerbe à l’encontre de ce « cauchemar qui tient la plume » (p. 266) : « Passer des mots aux idées, il n’y a qu’un pas. [...] il est temps de réagir enfin contre ce qui nous choque et nous courbe si souverainement » (pp. 259-260). Le romantisme atteignait au sublime précisément pour cette dialectique morale, ce jeu sur le symbole et sur un double niveau de signification (diégétique, attirant, plaisant, et extradiégétique, moral, purificateur). Mais ce double sens est dorénavant aboli car la vertu civilisatrice qui présidait implicitement à un tel projet est, selon Ducasse, annihilée (« Il faut savoir arracher des beautés littéraires jusque dans le sein de la mort ; mais ces beautés n’appartiendront pas à la mort. La mort n’est ici que la cause occasionnelle. Ce n’est pas le moyen, c’est le but, qui n’est pas elle », p. 267). Cette situation, qui est aussi un constat à charge, constitue le second reproche établi à l’encontre des « Grandes-Têtes-Molles » : la catharsis ne fonctionne plus, pire, elle est désormais absente de la création littéraire. En témoigne le jugement sur « le roman [qui] est un genre faux, parce qu’il décrit les passions pour elles-mêmes : la conclusion morale est absente » (p. 261).

11Par conséquent, il s’agit de fonder une nouvelle méthode, et, pour Ducasse, de s’orienter à rebours, vers un classicisme conservateur. Si l’appel au sentiment et le recours au lyrisme personnel, au pathos romantique ont échoué, il conviendrait alors d’appréhender la littérature sous un autre angle, plus froid et calme, plus directe et limpide, plus scientifique. L’idéal équivaut dès lors à s’échapper de la poésie pour en étudier les mécanismes, en « découvrir sa source » (p. 286). Et cette science de la poésie est déclarée supérieure à la poésie même puisque le « théorème ne demande pas à servir d’application. L’application qu’on en fait rabaisse le théorème, se rend indécente » (p. 286). Une nouvelle fois et malgré ses déclarations préalables, force est de constater que la « modestie » n’est pas l’apanage de l’auteur qui, subtilement, se situe au-dessus de la communauté des littérateurs. Parallèlement, la morale est replacée au centre des Lettres et doit être explicite. Telle est cette « vérité pratique » prônée par Isidore Ducasse dans Poésies II :

La poésie doit avoir pour but la vérité pratique. [.] Un poète doit être plus utile qu’aucun citoyen de sa tribu. Son œuvre est le code des diplomates, des législateurs, des instructeurs de la jeunesse. (pp. 277­-278)

  • 11 « Les enfants qui naissent ne connaissent rien de la vie, pas même la grandeur », p. 275.

12De tous les auteurs auxquels Ducasse est favorable dans les Poésies, la plupart sont à rattacher à une dimension morale ou « scientifique » de la littérature. Philosophes (Aristote, Descartes, Malebranche ou Spinoza), tragédiens du grand siècle (Quinault, Racine ou Rotrou), esprits des Lumières (Voltaire, Marmontel), ou encore critiques et pédagogues (La Harpe ou Villemain) se succèdent sous la plume de l’écrivain comme autant de figures d’autorités vers lesquelles il est nécessaire de revenir. Peu de points communs, il est vrai, entre ces auteurs et les modèles dont se revendiquait Ducasse dans sa lettre, précédemment citée, à savoir « Mickiewicz, Byron, Milton, Southey, A. de Musset, Baudelaire » (p. 297). Toutefois, le constat demeure le même qu’au terme des Chants. En l’occurrence, la production littéraire est dans une impasse et se révèle, ipso facto, moralement dangereuse. Et puisque le message n’a pas été saisi au terme de sa première oeuvre, Ducasse opte pour une méthode moins codifiée et assène ses vérités à un public choisi, à la manière des « instructeurs de la jeunesse ». Cette prédominance de l’isotopie scolaire dans le premier fascicule témoigne, d’une part, de l’obsession de l’auteur pour la morale et, d’autre part, insiste sur la nécessité d’extirper « le mal par la racine » (p. 266). Il convient de rééduquer le lecteur, en commençant par celui encore vierge de toute influence11. D’où l’idée selon laquelle la lecture est supérieure à l’écriture et à la création artistique dans un monde livresque en ruine. Il convient de reconstruire ce dernier sur de nouvelles bases, de fournir au destinataire le goût de participer au processus créatif :

Le goût est la qualité fondamentale qui résume toutes les autres qualités. C’est le nec plus ultra de l’intelligence. Ce n’est que par lui seul que le génie est la santé suprême et l’équilibre de toutes les facultés. [...] Décrire les passions n’est rien ; il suffit de naître un peu chacal, un peu vautour, un peu panthère. Nous n’y tenons pas. Les décrire, pour les soumettre à une haute moralité, comme Corneille, est autre chose. Celui qui s’abstiendra de faire la première chose, tout en restant capable d’admirer et de comprendre ceux à qui il est donné de faire la deuxième, surpasse, de toute la supériorité des vertus sur les vices, celui qui fait la première (p. 261)

  • 12 « Il existe une convention peu tacite entre l’auteur et le lecteur, par laquelle le premier s’intit (...)

13Mieux vaut être bon lecteur, en somme, que piètre écrivain, bon élève que mauvais docteur12 !

14Au-delà, il est remarquable que le jeune scripteur regrette une certaine harmonie du monde littéraire, au sein duquel la communauté des littérateurs formait un tout indivisible :

Racine, Corneille, auraient été capables de composer les ouvrages de Descartes, de Malebranche, de Bacon. L’âme des premiers est une avec celle des derniers. Lamartine, Hugo, n’auraient pas été capables de composer le Traité de l’lntelligence. L’âme de son auteur n’est pas adéquate avec celle des premiers. La fatuité leur a fait perdre les qualités centrales (p. 278).

  • 13 C’est également dans ce sens qu’il faut comprendre l’une des sentences qui débute l’ouvrage : « Je (...)

15L’ensemble des attributs du romantisme est ici implicitement remis en cause. L’exaltation des sentiments, la valorisation du Moi poétique, le statut du poète, mage intercesseur entre le commun des mortels et les vérités supérieures, autant de caractéristiques qui ont disloqué l’univers littéraire et l’ont fait sombrer dans une forme de décadence chaotique. Aussi faut-il tenter de renouer avec la « poésie impersonnelle » et abolir cette toute puissance du Moi poétique au profit d’un Nous englobant, d’une universelle écriture. Le statut traditionnel du poète s’en trouve sensiblement modifié puisque la « poésie doit être faite par tous. Non par un » (p. 285)13. Lautréamont avait déjà mis à profit ce raisonnement dans les Chants, mais en l’intensifiant. La technique du plagiat avait précisément pour fonction de mettre en pratique cette orientation. Et Ducasse d’y revenir dans les Poésies : « Le plagiat est nécessaire. Le progrès l’implique » (p. 281). Les divers jeux sur les maximes des grands moralistes et sur d’autres sources intertextuelles se révèlent significatives sur ce plan.

Le spectre de Lautréamont/Maldoror ? Pour en finir avec la domination du Moi

  • 14 Lettre à Verboeckhoven du 21 février 1870, p. 298. Au sein de ce second fascicule se succèdent par (...)

16Si dans les Poésies, Isidore Ducasse s’avère foncièrement iconoclaste en attaquant systématiquement les « Grandes-Têtes-Molles », parallèlement, il n’a jamais autant mis à profit l’art du « pilleur d’épaves célestes ». Instaurant un jeu intertextuel, l’écrivain invoque une pluralité d’auteurs en indiquant « comment il aurait fallu faire »14. Et si « le plagiat est nécessaire », lui qui « serre de près la phrase d’un auteur, se sert de ses expressions, efface une idée fausse, la remplace par l’idée juste » (p. 281), il est manifeste que le pastiche l’est tout autant. À la différence des Chants de Maldoror où le plagiat s’insinuait parfaitement au sein du texte, et devenait, par ce biais, difficilement repérable, le jeu établi dans les Poésies est clairement détectable. D’une part, le lecteur de la deuxième moitié du XIXe siècle connaît les moralistes, qui sont la cible privilégiée de Ducasse, mais surtout, d’autre part, ce dernier sème de nombreux indices entre ses différentes réécritures. Ainsi, lorsqu’il s’agira de reprendre Vauvenargues sur la nécessité pour l’homme de consulter aussi bien la « raison » que le « sentiment », le destinateur valorisera sa divergence d’opinion en insistant sur la différence terminologique mise en place dans sa reprise : « Vauvenargues a dit ‘se priver d’une partie des secours’ » (p. 281). De cette manière, le pamphlétaire signifie clairement au lecteur l’identité de sa cible. Plus implicite, et cette fois plus proche de la méthode usitée dans les Chants, certains aphorismes de Ducasse résonnent comme des indices, des signes révélateurs :

  • 15 Cette dernière sentence est une correction de Lamartine : « Rien n’est vrai, rien n’est faux ; tout (...)

Un pion pourrait se faire un bagage littéraire, en disant le contraire de ce qu’ont dit les poètes de ce siècle. Il remplacerait leurs affirmations par des négations. Réciproquement (p. 276)
Une maxime, pour être bien faite, ne demande pas à être corrigée. Elle demande à être développée (p. 281)
Rien n’est faux qui soit vrai ; rien n’est vrai qui soit faux. Tout est le contraire de songe, de mensonge (p. 290)15.

  • 16 « Les chefs-d’œuvre de la langue française sont les discours de distribution pour les lycées, et le (...)
  • 17 « Mes raisonnements se choqueront quelquefois contre les grelots de la folie et l’apparence sérieus (...)
  • 18 Comment le faire, du reste, puisque, de l’aveu même de Ducasse, « la morale de la fin n’est pas enc (...)

17Les deux premiers exemples sont, peu ou prou, susceptibles d’entrer en contradiction mais celle-ci se résoud dès que l’on prend en compte la troisième ; en effet, pour Ducasse, il semble que la liberté de l’écrivain soit totale en termes de signification apportée à l’œuvre. Cette hypothèse n’est pas sans poser quelques problèmes d’interprétation. Si tout est possible en littérature, que devient cette morale dont le scripteur réclame incessamment le retour ? La liberté totale de l’écrivain constitue-t-elle un vecteur de modernité, le créateur étant libéré de toutes les contraintes et conventions d’écriture ? Dans ce cas, le Ducasse moraliste ne serait qu’un mystificateur, à l’instar de Lautréamont, héritier, en apparence, mais pourfendeur, en réalité, du romantisme et du roman noir. L’exagération outrancière et la relative bouffonnerie qui caractérisent quelques-unes de ses prises de position16témoigneraient en faveur de ce postulat, Ducasse caricaturant les garants de la tradition, les vieilles « grues » (I, 1, p. 45). On sait, du reste, que Lautréamont n’était jamais plus sérieux que lorsqu’il paraissait absurde, et réciproquement17. À l’inverse, cette liberté absolue serait-elle un nouveau constat de décadence du monde des Lettres qui appellerait un retour à l’ordre des siècles antérieurs ? Dans un univers en ruine, on peut écrire tout et son contraire, jusqu’au pire de l’absurde. Dans cette dernière hypothèse, Ducasse s’opposerait en partie à son double, Lautréamont, en renouant avec les tenants d’un ordre moral en littérature. La bouffonnerie du scripteur aurait en somme deux fonctions probables et opposées : d’un côté, elle permettrait à l’auteur de revendiquer une certaine modernité, mais, de l’autre, elle véhiculerait la volonté d’un retour en arrière. D’une hypothèse à l’autre, la liberté du scripteur est tantôt prônée, tantôt condamnée. On se gardera de trancher18 mais il est remarquable que cette dialectique de l’absurde soit, en partie, mise en pratique dans les pastiches de Ducasse.

  • 19 « Les grandes pensées viennent du cœur », Vauvenargues, Réflexions et Maximes, 127.
  • 20 Lettre du 12 mars 1870 au banquier Darasse, p. 302
  • 21 Pensées, VI, 397 et 398.
  • 22 Voir supra note 20.

18Certes, un raisonnement logique et polémique se fait fréquemment entendre dans le second fascicule grâce à la réécriture. L’utilisation de la ponctuation couplée à l’emploi d’antonymes instaure une polyphonie, un dialogue entre les figures d’autorités et leur contradicteur. Ainsi lorsqu’il s’agit d’interpeller Vauvenargues : « Les grandes pensées viennent de la raison ! » (p. 275)19. Le passage d’une déclarative à une exclamative ainsi que la correction « raison »/« cœur » illustrent cet affrontement d’opinions mis en scène par Ducasse. Il s’agit invariablement pour ce dernier de célébrer cette « chaîne du bon sens et du sang-froid »20 au détriment du déchaînement des sentiments et des passions. Parallèlement, l’emploi de la négation à valeur polémique participe de ce procédé visant à s’opposer aux moralistes : « L’homme est si grand, que sa grandeur paraît surtout en ce qu’il ne veut pas se connaître misérable etc. » (p. 276, nous soulignons) réfute ainsi la maxime de Pascal selon laquelle « La grandeur de l’homme est grande en ce qu’il se connaît misérable »21. Dans une large mesure, Ducasse respecte son programme et « corrige [les références] dans le sens de l’espoir »22. Néanmoins, le système aboutit parfois à l’absurde :

  • 23 Nous soulignons dans les deux cas les termes modifiés.

Poésies II, p. 28723 :

Pascal, Pensées, édition de Port-Royal, Ire partie, art. IX, fragment XI :

Il est bon qu’on obéisse aux lois. Le peuple comprend ce qui les rend justes. On ne les quitte pas. Quand on fait dépendre leur justice d’autre chose, il est aisé de la rendre douteuse. Les peuples ne sont pas sujets à se révolter.

Il serait bon qu’on obéit aux lois et coutumes, parce qu’elles sont lois, et que le peuple comprît que c’est là ce qui les rend justes. Par ce moyen on ne les quitterait jamais : au lieu que, quand on fait dépendre leur justice d’autre chose, il est aisé de la rendre douteuse, et voilà ce qui fait que les peuples sont sujets à se révolter.

19La logique du raisonnement est sensiblement identique dans le pastiche de Ducasse. Toutefois, la clausule est inversée, par l’intermédiaire de la négation. Or, chez Pascal, la présence du présentatif « voilà » indique que la subordonnée qui suit est une conséquence et un aboutissement de son argumentation. À partir de l’instant où Ducasse abolit ce rapport, la démonstration s’effondre pour sombrer dans le non-sens. De même, le gommage des connecteurs argumentatifs aboutit à la rupture de la dialectique mise en œuvre. Enfin, le passage au présent gnomique efface la valeur modale qui caractérise le conditionnel et le subjonctif chez Pascal et, ipso facto, confère à la maxime transformée l’aspect d’une certitude inébranlable. L’aphorisme s’apparente à cette science exacte vers laquelle souhaite tendre Ducasse. Science exacte, mais absurde…

20Du reste, avec l’inversion, permise par l’emploi de la négation ou de termes antinomiques, le procédé du gommage s’inscrit largement dans le processus de réécriture des Poésies. L’abolition des comparaisons et des images explicatives apparaît particulièrement significative :

Poésies II, p. 287 :

Pascal, Pensées, art. VI, 383 :

Ceux qui sont dans le dérèglement disent à ceux qui sont dans l’ordre que ce sont eux qui s’éloignent de la nature. Ils croient la suivre. Il faut avoir un point fixe pour juger. Où ne trouverons-nous pas ce point dans la morale ?

Ceux qui sont dans le dérèglement disent à ceux qui sont dans l’ordre que ce sont eux qui s’éloignent de la nature, et ils la croient suivre : comme ceux qui sont dans un vaisseau croient que ceux qui sont au bord fuient. Le langage est pareil de tous côtés. Il faut avoir un point fixe pour en juger. Le port juge ceux qui sont dans un vaisseau ; mais où prendrons-nous un port dans la morale ?

21Ce type de gommage a pour effet de durcir la maxime, qui plus est lorsque le jeune écrivain supprime le trait humoristique sur lequel termine Pascal (« mais où prendrons-nous un port dans la morale ? ») et qui contribue à diffuser avec plus de facilité la pensée en question. Au demeurant, l’humour n’est pas absent des Poésies mais il se teinte le plus fréquemment d’une cruauté relativement proche de celle de Maldoror dans les Chants. Il est manifeste que, tandis que Ducasse pourfend de nouveau les représentants du romantisme noir, celui-ci se réfère implicitement au suicide par pendaison de Nerval en signifiant au destinataire l’abîme dans lequel est susceptible de sombrer une telle écriture (« Celui qui emploie au mal les mots qui appartiennent au bien ne le possède pas. Il n’est pas cru. Personne ne voudrait se servir de la cravate de Gérard de Nerval », p. 281). Pareillement, le « Contre Pascal » instauré par l’auteur dans les Poésies passe parfois par un procédé de réduction voire d’annihilation de la pensée pascalienne. Lorsque Ducasse déclare que le « meilleur moyen de persuader consiste à ne pas persuader » (p. 289), il apparaît évident que cette sentence s’adresse directement et sarcastiquement à l’auteur de L’Art de Persuader (1658). Pascal s’est effectivement confronté au problème de la méthode à adopter afin de convaincre son destinataire, qu’il s’agisse de l’honnête homme, concernant le laxisme des jésuites, dans Les Provinciales, ou les libertins, à propos de l’existence de Dieu, dans les Pensées. Le philosophe a toujours privilégié théoriquement l’« ordre naturel », en l’occurrence une logique quasi-mathématique et passant par l’entendement et la raison, le domaine du cœur étant réservé à l’« ordre surnaturel » et divin. Toutefois, la résolution, probablement douloureuse, du moraliste janséniste fut de devoir céder à « l’agrément » et à une technique favorisant les sentiments pour pouvoir atteindre sa cible, les incroyants et les mondains. C’est peut-être dans cette résignation que se trouve l’un des reproches majeurs établi à son encontre par Ducasse. De fait, la raison, comme la logique mathématique, divinisée et idolâtrée dans les Chants, constitue l’une des bannières sous laquelle se situent Lautréamont tout autant que Ducasse. Au final, le pamphlétaire, qui n’hésite pas à provoquer son destinataire, à le pousser dans ses retranchements, reprocherait à Pascal de s’être fourvoyé en adoptant une démarche pernicieuse. D’où la négation absolue de son œuvre au sein de la citation en question. Pour Ducasse, rien ne sert de convaincre, de persuader, si l’on utilise, pour se faire, des moyens détournés. Il est digne d’intérêt d’observer que, du reste, la référence citée est la dernière se rapportant à Pascal. Par conséquent, la polyphonie et la polémique instaurées par la réécriture s’achèvent par une censure absolue de l’œuvre de ce dernier. Le pillage aboutit à une destruction susceptible de faire sourire amèrement le lecteur tant la charge est sévère.

22La modification de la ponctuation constitue, en outre, l’un de ces leitmotivs utilisés à loisir par l’auteur. Ajouté au gommage du processus argumentatif et à l’inversion sémantique, le contresens obtenu se mêle à une certaine naïveté du destinateur :

Poésies II, p. 291 :

Vauvenargues, Réflexions et Maximes, 193 et 177 :

L’ordre domine dans le genre humain. La raison, la vertu n’y sont pas les plus fortes. Les princes font peu d’ingrats. Ils donnent tout ce qu’ils peuvent.

Si l’ordre domine dans le genre humain, c’est une preuve que la raison et la vertu y sont les plus fortes. Les princes font beaucoup d’ingrats, parce qu’ils ne donnent pas tout ce qu’ils peuvent.

23Comme fréquemment, la maxime, loin d’être « développée », est vidée de son sens chez Ducasse. La profondeur des idées de Vauvenargues est raillée, désacralisée, par une puérilité feinte, une bouffonnerie d’apparat qui tend à instaurer un pur jeu verbal sur un genre littéraire où le fond prédomine. Dans une certaine mesure, on assiste à la résurgence du thème de la jeunesse et de l’adolescence dans le traitement de ces divers aphorismes. La déstructuration du style, la rupture de la logique, ainsi que la modification de la ponctuation, font naître une certaine oralité, corrélée, quelquefois, à l’émergence de contradictions qui semblent simuler la parole d’un élève assimilant difficilement les maximes enseignées et les restituant telle que sa mémoire, mise à mal, les lui dicte. L’hypothèse n’est peut-être pas si incongrue si l’on considère l’obsession de Lautréamont/Ducasse pour ce thème, aussi bien dans les Poésies que dans les Chants :

  • 24 Chant VI, 1, p. 219.

Vous, dont le calme enviable ne peut pas faire plus que d’embellir le faciès, ne croyez pas qu’il s’agisse encore de pousser, dans des strophes de quatorze ou quinze lignes, ainsi qu’un élève de quatrième, des exclamations qui passeront pour inopportunes, et des gloussements sonores de poule cochinchinoise, aussi grotesques qu’on serait capable de l’imaginer, pour peu qu’on s’en donnât la peine [.. .]24

  • 25 Frontispice de Poésies II, p. 271.

24En somme, le Ducasse des Poésies est sensiblement proche du Lautréamont des Chants de Maldoror. Mystificateur invétéré, celui qui se proposait de défendre la certitude et le bonheur, finit par tourner en ridicule cette morale de l’espoir, tant ses réécritures et corrections tombent dans le non-sens et la caricature. Et l’ambitieux auteur de cette « publication permanente »25 de terminer sur cette note aussi révélatrice que provocatrice :

Les trois points terminateurs me font hausser les épaules de pitié. A-t­on besoin de cela pour prouver que l’on est un homme d’esprit, c’est-à-dire un imbécile ? Comme si la clarté ne valait pas le vague, à propos de points ! (p. 292)

25« Homme d’esprit » ou « imbécile », auteurs et lecteurs, « Grandes-Têtes-Molles » ou moralistes, tous se retrouvent, finalement, au centre d’un vaste jeu dévastateur.

  • 26 Voir supra note 20.

26En définitive, des Chants de Maldoror aux Poésies, le message du jeune écrivain demeure invariablement celui d’une rupture désirée à l’encontre d’une littérature considérée comme étouffante et décadente. Simplement, la méthode s’est sensiblement modifiée. Là où Lautréamont s’évertuait à élaborer une technique de composition reposant sur un codage parcimonieux du texte, des digressions et commentaires extradiégétiques sans cesse croissants, une intertextualité, le plus fréquemment interne et subversive, Ducasse adopte une stratégie plus directe mais qui demeure profondément marquée par un jeu sur les conventions d’écriture. Les figures d’autorité sont injuriées, raillées et, au final, leurs œuvres se réduisent à de simples canevas que le jeune auteur entraîne dans un tourbillon sémantique, modifiant, inversant, ou réitérant, à quelques variantes formelles près, le sens initial. Si Ducasse semble s’être libéré de ses influences et peut désormais « arracher le masque » (II, 1, p. 79) de son double Lautréamont, en revanche, il ne se dépare pas de son déguisement de bouffon, convaincu de détenir cette « vérité pratique » révélée sous couvert d’un jeu intertextuel foisonnant et perpétuel. Quant au destinataire, il reste contraint de voyager sur ce « chemin abrupt et sauvage » (I, 1, p. 45) constitué par l’œuvre. Que l’issue de celui-ci passe par une orientation « en avant », vers une modernité littéraire, ou un retour « en arrière » trahissant un désir de renouer cette « chaîne du bon sens et du sang-froid »26, le projet de Ducasse demeure celui d’un renouvellement, mais d’un renouvellement qui passe par une destruction systématique. Dès lors, les deux ouvrages du « pilleur d’épaves célestes » s’apparentent à une expérience des limites. Les conventions littéraires et les auteurs qui les représentent constituent autant d’icônes qu’il s’agit d’interroger en profondeur, de désacraliser et de faire « descendre de leur piédestal » afin de découvrir le « théorème » qui préside à tout acte créatif. Dans les Chants, les concepts de diégèse, de logique narrative, de personnage, ainsi que les instances Auteur et Lecteur étaient poussées dans leur retranchement. Au sein de Poésies, le scripteur élargit l’expérimentation à la morale et à la signification même d’une œuvre. Et bien que la « morale de la fin » soit définitivement perdue, la « publication permanente » du poète, avortée par sa mort prématurée, demeure malgré tout affiliée à cette « poésie de révolte » que constituaient Les Chants de Maldoror.

Haut de page

Notes

1 Toutes nos références renvoient à l’édition des Œuvres Complètes, Bibliothèque de la Pléiade, Gallimard, Paris, 1970. Ici, Chap. II, 16, p. 130.

2 Lettre du 23 octobre 1869 à Verboekhoven, p. 296.

3 Ibid, p. 296.

4 Lettre du 27 octobre 1869 à Verboeckhoven, p. 297.

5 Notamment pp. 259-260, 263, 264 ou 265.

6 « Musset, en fait, s’est trouvé isolé entre la génération des grands missionnaires poétiques du romantisme, qui ne pouvaient accepter l’espèce de défection qu’il représente, et les poètes de la génération suivante, qui ne renièrent la religion de l’Avenir que pour adopter celle de l’Art solitaire, et n’abjurèrent le Dieu romantique que pour le Néant. Ils virent dans Musset, passant du désespoir absolu à la contagion des pleurs de Margot, un personnage futile et sans dignité ni génie », Paul Bénichou, Romantismes français, Gallimard, Paris, 2004, T.II, p. 1671.

7 Œuvres Complètes, Charpentier, Paris, 1888, T.VIII, p. 16.

8 II, 12, pp. 113-116. Voir, pour l’analyse de cette strophe, mon mémoire de Master, Le contrat de lecture chez Lautréamont ; pour une approche métatextuelle des Chants de Maldoror, (pp. 23-25), disponible à l’adresse Internet : http://www.maldoror.org/travaux/Rousse.pdf

9 « Quand un élève interne, dans un lycée, est gouverné, pendant des années, qui sont des siècles, du matin jusqu’au soir et du soir jusqu’au lendemain, par un paria de la civilisation, qui a constamment les yeux sur lui, il sent les flots tumultueux d’une haine vivace, monter, comme une épaisse fumée, à son cerveau, qui lui paraît près d’éclater » (I, 12, p. 70). C’est dans cette strophe que Lautréamont se fait une nouvelle fois « pilleur d’épaves célestes » en se référant, quelques lignes auparavant, à Musset et à la Nuit de Mai grâce à l’emprunt de l’image du « sauvage pélican » qu’il vide de son sens métaphorique. De fait, il subvertit la source intertextuelle (voir sur ce sujet, Laurent Jenny, « La Stratégie de la Forme », Poétique n° 27, 1976, pp. 262-263). La proximité entre cette référence et le souvenir probable de la scolarité de Lautréamont fait écho au passage qui termine Poésies I, dans lequel Ducasse évoque le « souvenir » d’un jeune adolescent obsédé par la leçon de son professeur sur « la repoussante comparaison du pélican » (pp. 269-270). On sait que ce phénomène de reprise, de variations sur des thèmes identiques, représente un leitmotiv de la prose du poète. En outre, il convient de constater que Ducasse s’érige, au terme de ce récit, en moralisateur et en bienfaiteur de la jeunesse, gangrenée par le « mal du siècle » : « Je conseillai à sa mère de le prendre quelques jours chez elle, en assurant que cela se passerait. En effet, j’avais soin d’arriver chaque jour pendant quelques heures, et cela se passa ».

10 Dans sa lettre à Verboeckhoven du 23 octobre 1869, Ducasse demeurait encore convaincu de la dimension cathartique rattachée au romantisme noir : « j’ai chanté le mal […] dans le sens de cette littérature sublime qui ne chante le désespoir que pour opprimer le lecteur, et lui faire désirer le bien comme remède » (p. 296). La déception suite au refus par ces éditeurs de publier les Chants et le constat d’échec de ce genre littéraire l’ont vraisemblablement orienté vers une autre méthode plus directe et, pourrait-on dire, traditionnaliste.

11 « Les enfants qui naissent ne connaissent rien de la vie, pas même la grandeur », p. 275.

12 « Il existe une convention peu tacite entre l’auteur et le lecteur, par laquelle le premier s’intitule malade, et accepte le second comme garde-malade. C’est le poète qui console l’humanité ! Les rôles sont intervertis arbitrairement » (p. 259).

13 C’est également dans ce sens qu’il faut comprendre l’une des sentences qui débute l’ouvrage : « Je ne laisserai pas des Mémoires » (p. 259). De la sorte, Isidore Ducasse refuse toute individualité poétique. Le gommage des indices se rapportant à sa biographie dans le chant I de son précédent ouvrage de même que l’emprunt d’un pseudonyme, révélaient d’avance cette propension de l’auteur à s’effacer derrière les mots et la seule littérature.

14 Lettre à Verboeckhoven du 21 février 1870, p. 298. Au sein de ce second fascicule se succèdent par ordre d’apparition Vauvenargues, Ducasse lui-même, Dante, Shakespeare, Pascal, Lamartine, La Rochefoucauld, Baudelaire, Lautréamont, Hugo, certains proverbes, la Bible, La Bruyère, Vauvenargues et Pascal étant de loin les plus malmenés.

15 Cette dernière sentence est une correction de Lamartine : « Rien n’est vrai, rien n’est faux ; tout est songe et mensonge », Le Tombeau d’une mère, v.7, ln Harmonies poétiques et religieuses, Livre III. Un tel procédé réaffirme et applique ce qui est dit dans la première citation : Ducasse s’évertuera à inverser les affirmations et négations des divers littérateurs, précisément, pour démontrer que tout est possible en littérature et que chaque lecteur, chaque « pion », peut, à son tour, se faire écrivain. Par ailleurs, le jeu intertextuel revêt une double fonction : d’une part, il corrige la source, et, d’autre part, la référence ainsi modifiée permet de diffuser la pensée du « pilleur ». En outre, le chiasme des Poésies, issu de la reprise de Lamartine, rappelle l’inversion des valeurs qui ouvre Macbeth : « Fair is foul, and foul is fair » (« Le beau est affreux, et l’affreux est beau », I, 1, Shakespeare, Œuvres Complètes, Livre III, Pagnerre, Paris, 1866, traduction par François-Victor Hugo). De fait, ce procédé de renversement caractérise particulièrement la pensée ducassienne. Dans les Chants, Maldoror opérait cette inversion en ce sens que le bien cédait la place à l’universalité du mal dans le même temps que le crime était érigé en vertu. Avec les Poésies, Ducasse souhaite de nouveau chanter le bien, mais cet état de fait procède tout autant d’un renversement de valeurs. Dans un siècle où, selon l’auteur, « l’affreux » est devenu la norme, ce dernier désire une renaissance du beau de même que, là où le désordre règne, le destinateur prône un retour à l’ordre. Toutefois, comme fréquemment, la logique du raisonnement s’autodétruit puisque, au final, Ducasse signifie à son destinataire que tout n’est qu’illusion, voire, que tout est réalité et vérité, théorie, qui n’est pas sans rappeler celle de l’illusion baroque.

16 « Les chefs-d’œuvre de la langue française sont les discours de distribution pour les lycées, et les discours académiques » (p. 261).

17 « Mes raisonnements se choqueront quelquefois contre les grelots de la folie et l’apparence sérieuse de ce qui n’est en somme que grotesque [...] Souvent, il m’arrivera d’énoncer, avec solennité, les propositions les plus bouffonnes... je ne trouve pas que cela devienne un motif péremptoirement suffisant pour élargir la bouche ! » (p. 160 et 162).

18 Comment le faire, du reste, puisque, de l’aveu même de Ducasse, « la morale de la fin n’est pas encore faite » (lettre à Verboekhoven du 23 octobre 1869), et que l’aboutissement de son projet est à jamais perdu, compte tenu de la mort prématurée du poète.

19 « Les grandes pensées viennent du cœur », Vauvenargues, Réflexions et Maximes, 127.

20 Lettre du 12 mars 1870 au banquier Darasse, p. 302

21 Pensées, VI, 397 et 398.

22 Voir supra note 20.

23 Nous soulignons dans les deux cas les termes modifiés.

24 Chant VI, 1, p. 219.

25 Frontispice de Poésies II, p. 271.

26 Voir supra note 20.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuel Rousse, « Ducasse iconoclaste ou l’art du « pilleur d’épaves célestes » », Babel, 18 | 2008, 189-208.

Référence électronique

Emmanuel Rousse, « Ducasse iconoclaste ou l’art du « pilleur d’épaves célestes » », Babel [En ligne], 18 | 2008, mis en ligne le 18 juillet 2013, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://babel.revues.org/304 ; DOI : 10.4000/babel.304

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Babel. Littératures plurielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire Babel
  • Logo Université de Toulon
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org