Navigation – Plan du site

Images littéraires persistantes chez les écrivains bilingues

Alice Cheylan
p. 165-176

Résumé

L’article examine la situation de plusieurs écrivains ayant écrit en anglais et en français : Nancy Huston, Jonathan Littell, Julien Green et Anaïs Nin. L’auteur s’attache à distinguer ceux des auteurs qui sont nés en pays anglophone (Huston, Littell) et ceux nés en France (Green, Nin). Elle remarque que les images sont souvent empruntées à la musique qui transcende les frontières, tout en évoquant le contexte de la France et de l’Angleterre affligés par la guerre. Les écritures sont révélatrices de conflits entre cultures différentes.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Le cas d’Yvan Goll, examiné dans l’article de Teresa Papparella, serait donc exceptionnel (N.d.E.)

1Qu’est-ce que le bilinguisme ? Est-ce simplement la situation d’une personne qui parle deux langues, ou sa compréhension de deux langues qui sous-entend une compréhension de deux cultures ? La langue qu’on parle est une partie de notre identité. La langue maternelle est-elle vraiment la langue de notre mère, ou la langue de notre patrie, ou simplement la langue qui nous entoure, qui nous fournit chaque jour de nouveaux mots, de nouvelles idées, de nouvelles pensées ? Est-elle la langue qui nous donne la possibilité d’exprimer nos pensées, de les communiquer ? En choisissant une autre langue, certains auteurs cessent de se soumettre aux règles et structures de leur langue et de leur culture d’origine, ils peuvent explorer, s’aventurer en des régions de langues inconnues. Cependant arrivent-ils vraiment à se libérer des contraintes et des influences de leur langue maternelle ? Bien qu’ils soient capables de jouer entre les deux langues, leur maîtrise de leur langue d’adoption est rarement complète1. Une étude portant sur un ensemble d’ouvrages d’écrivains bilingues ayant choisi de ne pas écrire dans leur langue maternelle (mais dans leur langue d’adoption ou de prédilection), révèle des caractéristiques communes inattendues. Mais le pays natal, ou celui de leur enfance, et la nationalité des parents ont eu une influence déterminante sur leurs œuvres.

2Des références à la langue maternelle peuvent ainsi apparaître dans l’écrit de la deuxième langue, soit à travers la forme, soit dans le fond. Des allusions aux livres et comptines évoquant la langue maternelle abondent chez ces auteurs bilingues, pendant que des images multiples du caractère universel de la musique indiquent leur volonté de franchir les barrières linguistiques. Un conflit incessant entre deux éléments opposés nourrit les descriptions de guerre entre deux pays ou entre deux parents.

3Avant de discuter de ces thèmes, une brève description du parcours de chaque auteur nous permettra de les situer dans un contexte biculturel. Nancy Huston, Jonathan Littell, Julien Green, et Anaïs Nin ont tous écrit en anglais et en français. Nous allons examiner ici quelques images et thèmes récurrents dans des livres écrits en français par Nancy Huston et Jonathan Littell, deux auteurs nés en pays anglophones, qui ont choisi d’écrire en français, ainsi que quelques livres écrits en anglais par Julien Green et Anaïs Nin, deux écrivains français de naissance et américains d’adoption Nous verrons que malgré des parcours très divers et des approches différentes de l’écriture, la biculturalité est un facteur intrinsèque de leurs œuvres. S’il est évident qu’elle ne peut être que présente dans les écrits autobiographiques, elle persiste également dans les récits fictifs.

4Commençons par les auteurs originaires de pays anglophones. Nancy Huston est née à Calgary en 1953, ville industrielle de l’Alberta, province anglophone canadienne. Après une enfance et une adolescence passées au Canada et aux États-Unis, elle s’installe en France à l’âge de vingt ans. Après quelques tentatives infructueuses pour publier des essais en anglais, elle décide de les traduire elle-même en français et connaît un succès immédiat. Cette méthode d’auto-traduction est la base créative de ses œuvres. En nous appuyant sur quelques passages de Prodige, L’Empreinte de l’ange et Lignes de faille nous constatons qu’elle puise des forces dans sa langue maternelle afin de créer dans sa deuxième langue tout en maintenant un équilibre subtil entre les deux.

5Jonathan Littell, lui, est né à New York en 1967. À l’inverse de Nancy Huston, il grandit en France avant de retourner dans son pays natal pour étudier à l’Université de Yale. Son premier livre, Bad Voltage, est écrit en anglais. Son deuxième, Les Bienveillantes, écrit en français, a obtenu, comme on sait, le prix Goncourt en 2006. Son écriture dans les deux langues donne l’impression d’une fluidité naturelle. Il semble aussi à l’aise dans sa langue d’adoption que si elle était sa langue maternelle (mais c’est en vérité celle de son enfance parisienne).

6Cette aisance semble plus travaillée chez nos deux auteurs de naissance française. De nationalité américaine aussi, puisque Julien Green est né à Paris en 1900 de parents américains, l’auteur de Chaque homme dans sa nuit passe son enfance et son adolescence à Paris avant de faire ses études à l’Université de Virginie de 1919 à 1922. (Son cas est un peu semblable à celui de Littell). Revenu en France après avoir reçu son diplôme, il devient un écrivain célèbre, écrivant surtout en français. En 1942, pendant la deuxième guerre mondiale, il s’exile à New York où il écrit son autobiographie en anglais, Memories of Happy Days. Chez Green il y a une confrontation entre les deux langues : elles sont en conflit.

7Cette confrontation est plus atténuée chez Anaïs Nin. Née à Neuilly-sur-Seine en 1903, elle part aux États-Unis à l’âge de 15 ans. C’est pendant ce voyage en paquebot qu’elle commence à écrire des journaux en français. Par ses écrits, elle garde intacts ses souvenirs d’enfance et son amour pour son père. En lisant ses premiers journaux, le lecteur peut suivre son apprentissage de l’anglais et sa transition graduelle entre les deux langues et les deux cultures.

8Les personnages réels ou fictifs décrits par ces quatre auteurs montrent tous une facilité à se glisser dans la peau d’un autre et une compréhension approfondie des différences entre deux cultures. Une traduction directe leur paraît impossible. Nous évoluons avec eux dans le monde des modulations, des transpositions et de l’intraduisible. En opposition, ou peut-être en réponse à cette intraductibilité, la qualité universelle de la musique en même temps que son caractère évocateur d’une autre vie dont témoignent les chansons de jeunesse sont pour les auteurs bilingues des motifs de prédilection. Les thèmes de la guerre, du père absent et de la mère omniprésente sont aussi étroitement liés à cet effort d’appropriation d’une langue d’adoption.

9Nancy Huston se sert des références aux livres et comptines évoquant une jeunesse dans sa langue maternelle pour situer ses histoires dans le temps. Lignes de faille, roman écrit en français, n’évoque pourtant pas la France. Divisé en quatre parties, il raconte l’histoire de quatre générations au sein d’une famille. Sol, un petit garçon californien, est le narrateur de la première. Comme son nom l’indique, le monde tourne autour de lui. Ses références culturelles sont celles d’un petit américain d’aujourd’hui : les Pokémon, les Simpsons, Harry Potter, Le Seigneur des anneaux, Terminator, La Guerre des étoiles. Elles sont appuyées par des flashes à la télévision sur la guerre d’Irak. Lorsque dans la deuxième partie Randall, son père, raconte ses souvenirs d’enfance, il évoque Garfield, GI Joe, et Spiderman, tandis que « sa guerre » à lui était le conflit irano-irakien. Vient ensuite l’histoire de Sadie, la grand-mère.

10Née en 1962, elle grandit à Toronto et ses souvenirs aussi sont révélateurs de son époque. Chaque matin elle commence l’école en chantant « Ô Canada », et la termine l’après-midi avec « Dieu garde la Reine ». Elle se souvient de la chanson de Johnny Burbeck, chantée par sa mère. Ses allusions recréent les lieux et dates d’une autre époque. Pour elle la guerre froide peuple ses souvenirs, hantés par les simulations d’alertes aériennes et la peur d’une invasion imminente par les Russes. Il en est de même pour le récit concernant Erra, l’arrière-grand-mère née en 1944 ou 1945 de la « fontaine de vie » qui visait à perpétuer la race aryenne en Allemagne pendant la deuxième guerre mondiale. Ses souvenirs reflètent l’époque où elle lisait Crasse tignasse et chantait les chansons de Noël comme « Douce nuit » — avec la différence que ces souvenirs sont plus universels et semblent être ceux d’un autre enfant. C’est alors que nous comprenons qu’Erra a vécu une enfance qui n’était pas entièrement la sienne. En tant qu’enfant adoptée, elle a adopté son enfance et en grandissant elle se forme à une manière de communiquer, de chanter, qui est universelle.

11Jonathan Littell, quant à lui, fait appel aux valeurs symboliques de certains livres anglophones. Des livres classiques ont influencé Max Aue, le personnage central et narrateur des Bienveillantes. Deux livres ont notamment marqué sa jeunesse : Tarzan de E.R. Burroughs et Moby Dick d’Herman Melville :

  • 2 LITTELL Jonathan, Les Bienveillantes, Éditions Gallimard, 2006. p. 461.

Mais je fus surtout séduit par un article sur le Moby Dick de Melville, où Blanchot parlait de ce livre impossible, qui avait marqué un moment de ma jeunesse, de cet équivalent écrit de l’univers, mystérieusement, comme d’une œuvre qui garde le caractère ironique d’une énigme et ne se révèle que par l’interrogation qu’elle propose. À vrai dire, je ne comprenais pas grand-chose à ce qu’il écrivait là. Mais cela éveillait en moi la nostalgie d’une vie que j’aurais pu avoir : le plaisir du libre jeu de la pensée et du langage, plutôt que la rigueur pesante de la Loi ; et je me laissais porter avec bonheur par les méandres de cette pensée lourde et patiente, qui se creusait une voie dans les idées comme une rivière souterraine se fraye lentement un chemin à travers la pierre. »2

12Les deux livres ont donc en commun d’être écrits en anglais et de présenter l’histoire d’un héros hors du commun — un héros qui se confronte à l’impossible, à la juxtaposition de deux Weltanslungs qui sont irréconciliables jusqu’à la chute finale. Le premier par son thème du darwinisme social, cet éloge de la sélection naturelle qui peut justifier le massacre d’un peuple soi-disant « inapte » et le deuxième par son désespoir, devant l’impossibilité de vaincre l’inconnu. Autant de thèmes qui résonnent dans le psychisme du héros de Littell.

13En revanche, dans les autobiographies de Julien Green et d’Anaïs Nin, nous rencontrons un mélange de références à des chansons et des œuvres littéraires francophones et anglophones — lesquelles appartiennent à l’une ou l’autre des deux cultures, mais rarement aux deux en même temps. Très sensible à la décoration intérieure des maisons, Julien Green est frappé par l’incongruité des meubles de Savannah dans le salon parisien de ses parents. Hors de leur contexte originel ces « antiquités » perdent leur valeur.

  • 3 GREEN Julien, Memories of Happy Days, Harper & Brothers, New-York, 1942, page 2.

This furniture was an object of amazement for my parents’ Parisian friends who had never seen anything like it : curly armchairs, long sinuous sofas with voluptuous anti-bellum curves, to the French eye a spectacle of horror, but according to our standards, masterpieces of good taste.3

14Green cite Vogue et House and Gardens, deux journaux véhiculant des icônes de la mode de décoration américaine qui ne sont guère appréciés dans leur version originale outre Atlantique. Cette juxtaposition de deux cultures se trouve aussi dans son goût littéraire. Il voudrait devenir acteur comme celui qui jouait enfant dans Around the World in Eighty Days. Il interprète Le roi s’amuse. Ses premières aspirations théâtrales mélangent des classiques français et anglais ou américains. Il hésite entre Ivanhoe et Le Petit Chose, il rêve de Chateaubriand et voudrait découvrir un « nouveau monde ». Une telle juxtaposition est aussi présente dans l’œuvre d’Anaïs Nin, mais elle ne semble pas lui poser de problème. En lisant les journaux d’Anaïs Nin, nous suivons son apprentissage de l’anglais et du mode de vie américain. Elle est passionnée par les matinées de vaudeville : What Am I Bid, A Man and his Money, The Poppy Girl’s Husband, Good Gracious Annabella, Peppy Polly. Avide de cette nouvelle culture, elle l’absorbe sans faire de comparaison avec les histoires de son enfance. Pour Anaïs Nin les deux cultures sont séparées. Elle n’essaye pas de les unir, mais de posséder les deux.

15Alors que les citations de chansons et comptines sont liées aux souvenirs d’enfance et à une langue, les références à la musique évoquent sa qualité de communication universelle. Prodige est une histoire de communication entre trois générations : Sofia, la grand-mère, Lara, la mère, et Maya, la fille. Sofia est Russe, mais ce n’est pas la langue russe qu’elle transmet à ses enfants, c’est la musique. Les clés du piano sont comme les lettres de l’alphabet, la musique est un langage sans barrières, sans limites.

  • 4 HUSTON Nancy, Prodige, Actes Sud, 1999. p. 31.

Je t’apprendrai tout ce que je sais et tout ce que je ne sais pas au sujet de la musique, les quatre-vingt-huit notes du clavier et puis les cent millions de constellations dans l’univers, chaque note une étoile...4

16À Maya, dont la naissance est prématurée, Lara communique la force de vivre à travers ses paroles et la musique. Maya, dépassant sa mère, deviendra une pianiste prodige et lui rendra plus tard ce que celle-ci lui avait donné : le goût de vivre. L’image de la communication par la musique apparaît aussi dans Lignes de faille. Erra, l’arrière-grand-mère est une chanteuse mondialement connue, qui ne chante pas avec des mots, mais en émettant des sons merveilleux. Elle est une chanteuse apatride dont nous apprendrons qu’elle n’a pas de langue maternelle, étant un enfant de la « fontaine de vie », comme on l’a déjà dit. Erra n’est pas son nom véritable mais une onomatopée, un son choisi qui n’appartient pas à une langue, mais à toutes. L’amour de sa vie est Luth, né aussi de la fontaine de la vie et qui a pris le nom d’un instrument de musique.

17L’image du piano est également dans l’œuvre de Jonathan Littell. Dans Les Bienveillantes, le narrateur Max Aue relate l’histoire — la sienne - d’un bourreau nazi sans remords. Il explique qu’il est comme tous les hommes, qu’il a simplement suivi le cours de sa vie comme tout le monde : « banalité » du mal. Sa narration ressemble à une pièce de musique. Divisée en sept parties ; Toccata, Allemandes I et II, Courante, Sarabande, Menuet [en rondeaux], Air, et Gigue, elle est la suite de sa vie — une vie dont il ne se sent pas responsable. Il a suivi un enchaînement d’événements déterminé par sa naissance. Dans la première partie intitulée « Toccata », se trouve le dénouement : après la fin de la guerre, Max Aue est devenu le patron d’une usine de dentelle en France, il est marié, a des enfants et petits-enfants. Il n’a pas le regret de ses actions passées, n’étant, dit-il, qu’un homme — comme nous tous. Dans les quatre parties suivantes il nous révèle la suite de sa vie qui s’est conformée aux règles strictes d’une sonate. Dans « Allemandes I et II », il est pris par l’engrenage de la guerre. Puis dans « Courante » et « Sarabande » il se livre à des atrocités, mais tel un pantin, sans volonté propre. La danse frénétique de sa vie atteint son point culminant dans l’assassinat sauvage de sa mère et de son beau-père. Si le « Menuet » en rondeaux continue, le rythme change lorsque les Allemands commencent à perdre la guerre. À la fin du roman, Max Aue prend un peu de distance et dans « Air » il nous montre ses émotions et son désarroi face à la cruauté de la vie qui lui impose d’aimer sa sœur d’un amour incestueux. Mais dans « Gigue », il recommence à agir de façon atroce et insensée puisqu’après tout, il n’a pas le choix. Cette incapacité à gérer sa propre vie se projette dans son désir de jouer du piano, de contrôler la musique — désir auquel il s’est refusé en rejetant sa mère. Le pouvoir transcendant du piano sauve pour un temps la vie du jeune pianiste juif, épargné parce que sa musique touche ses bourreaux. Les airs de Mozart font oublier momentanément aux Nazis leur haine des juifs. Ils trouvent une langue commune facilitant un échange éphémère jusqu’au moment où la main abîmée du jeune homme cesse de le servir ; ayant perdu ce moyen de communication, il subit le même funeste sort que les autres.

18Le pouvoir de la musique est également évoqué dans Memories of Happy Days, lorsque Julien Green décrit la tristesse de la maison après la mort de sa sœur Mary en 1925. Du piano de sa sœur désormais silencieux, quand il en touche une corde, revient le souvenir des jours heureux. Comme Nancy Huston, Green écrit sur la qualité universelle de la musique, inspiratrice de toutes sortes d’idées que l’écrivain tente de transposer.

19L’image de la musique transgressant les limites apparaît encore chez Anaïs Nin, née de parents artistes, sensible comme eux à la musique et aux sonorités des langues. Une soirée musicale chez des amis est la fois un révélateur pour ses souvenirs relevant de cultures différentes et un moyen pour elle d’imaginer un futur fait de toutes ses langues.

  • 5 NIN Anaïs, The Early Diary of Anaïs Nin, Volume Two, Harcourt Brace & Company, New York, 1982. p. 3 (...)

My heart was filled with memories, and it overflowed at the thought of the future, for I shall have more of this life. I shall see more of these people whose ways and talents fascinate me. At last I am in my element ! I hear my languages, Spanish and French.5

20La musique, comme le bilinguisme, permet de dépasser l’enfermement dans une seule langue.

21Un autre point commun entre nos quatre écrivains bilingues se trouve dans les références à la guerre et à l’invasion d’un pays aimé. Écrites pendant des guerres réelles, ces œuvres révèlent les oppositions linguistiques et culturelles, leurs confrontations étant renforcées par des images de conflits entre parents ou entre deux générations. De Nancy Huston, Lignes de faille se déroule toujours sur fond de guerres ; les générations se suivent tandis qu’elles ne cessent jamais. L’histoire des familles est d’ailleurs surtout une histoire de femmes et de pères absents. Mortimer, l’arrière grand-père de Sol, s’est suicidé ; Aron, son grand-père, est mort d’une crise cardiaque, et Randall, son père a été mis à l’écart par sa mère. La recherche des origines de cette famille juive révèle que le père d’Erra, le patriarche de toute cette famille, est l’Etat Allemand - celui que tout le monde voudrait renier. Le père dans Prodige est aussi un père absent. Plutôt abandonné qu’abandonnant lui-même, il ne trouve plus sa place dans le rapport très fusionnel entre la mère et la fille et se trouve écarté de leur monde de musiciennes, qui se transmettent leurs émotions par les notes du piano. Toutefois, dans L’Empreinte de l’ange, Raphaël, le père, perd sa place malgré ses dons de musicien. De sa profession chef d’orchestre, il n’arrive pas à communiquer avec Safie, sa femme allemande. Elle n’écoute pas la musique ; la radio en français ne l’intéresse pas. Quand elle est avec Andréas, son amant hongrois, elle ne ressent pas sa propre infidélité. Dans son esprit leur liaison reste indéfinissable et hors de sanction.

22De même, Max Aue, dans le roman de Jonathan Littell essaye de concilier deux cultures en guerre, proches mais en désaccord. Malgré les hostilités, il traverse sans difficultés la frontière entre l’Allemagne et la France, en changeant d’identité et de langue. Appartenant aux deux cultures, il est ambigu, comme l’est sa sexualité. Abandonné par son père, il balance entre l’allemand, la langue de son père, et le français, celle de sa mère. Sur le fond de la deuxième guerre mondiale, le personnage choisit résolument la culture allemande, et s’il désire par-dessus tout retourner en France c’est pour convaincre les Français de la supériorité allemande. Max rejette entièrement Moreau, « l’usurpateur » français qui, devenu le deuxième mari de sa mère, a tenté de remplacer pour lui son père absent. En revanche, quand l’Allemagne perd la guerre, Max change d’identité, se transforme en Français modèle, père de famille et directeur d’usine. Sa biculturalité n’est alors plus un problème, mais un atout. Il ne résout pas le conflit, il s’adapte par un double jeu.

23Écrit en 1942, Memories of Happy Days peut être interprété comme un effort pour conserver un pays que l’on craint de perdre. L’Allemagne a envahi la France et Julien Green tente, par les descriptions détaillées de toute une époque de la faire survivre malgré la présence germanique. Comme sa mère avait réussi, à travers les histoires qu’elle racontait, à faire vivre sa Géorgie natale, Julien Green essaye de faire de même pour la France. Dans cette oeuvre, écrite assez tôt dans la carrière de Green, nous n’assistons pas à la fin de la deuxième guerre mondiale, le livre témoigne sur le conflit et les désarrois qui en résultent. Composée après la disparition de ses deux parents, l’autobiographie dévoile les souvenirs d’un père certes protecteur, mais surtout la présence d’une mère qui dominait les pensées de l’enfant. Si Julien Green se sent attiré par un pays lointain c’est bien à cause des récits maternels qui lui ont inculqué un amour pour un pays qu’il n’a jamais vu. Ainsi les souvenirs de sa mère sont devenus ses propres rêves, des problèmes apparaissant quand le rêve devient réalité.

24Anaïs Nin s’est trouvée, elle aussi, séparée de son pays d’origine à cause d’une guerre. Au début de Journal d’enfance 1914-1919, elle imagine que la guerre est la raison de son éloignement par rapport à son père, et à son pays natal. Ce n’est que plus tard qu’elle se rend compte que le désaccord entre ses parents est la vraie raison de cette déchirure. Selon Joaquin Nin Culmell, le frère d’Anaïs Nin, les premiers journaux, écrits en français, étaient une tentative pour maintenir une correspondance avec son père. En quittant l’Espagne pour l’Amérique, la jeune Anaïs comble la distance physique par un rapprochement littéraire. La prise de conscience de l’abandon du père correspond avec sa décision de ne plus écrire en français. Le premier tome écrit en anglais est une tentative pour communiquer avec son cousin, Eduardo Sanchez. Ni pour l’un ni pour l’autre l’anglais n’est une langue maternelle. Anas, née d’un père catalan et d’une mère française, a finalement trouvé son équilibre par l’expression dans sa troisième langue qu’est l’anglais. Elle évite alors un conflit et garde les deux langues natales de ses parents séparés, tout en évoluant vers sa langue d’adoption.

25En conclusion, les quatre auteurs bilingues évoqués dans cette étude ont des liens distincts avec l’écriture. Cependant ils ont tous gardé des vestiges de leur langue maternelle soit dans les images évoquées, soit dans le choix de leurs thèmes. Lesquels révèlent un conflit — la juxtaposition de deux cultures opposées — et une volonté de surmonter cette difficulté, d’arriver à exprimer la culture de la langue maternelle dans la langue d’adoption. Les références aux chansons et comptines de la langue maternelle démontrent la persistance de celle-ci, alors que les images d’universalité suggérées par la musique dévoilent une volonté de traverser les barrières imposées par une langue. De même les références aux guerres et aux conflits familiaux, fictifs ou réels, signalent les obstacles rencontrés dans cet effort. Dans cette confrontation les auteurs ont des réactions différentes. L’auto-traduction de Nancy Huston lui permet de glisser de l’anglais vers le français. Jonathan Littell navigue entre les deux langues avec dextérité, prenant avantage des similarités et ignorant les contradictions. En revanche, Julien Green semble vouloir séparer les deux langues. Pour lui les contradictions dont est porteur le biculturalisme sont comme les meubles de Savannah dans un appartement parisien — inconciliables. Et pour finir, les journaux d’Anaïs Nin montrent sa transition vers l’anglais et sa volonté de se maintenir malgré tout dans l’usage de sa langue maternelle, le français.

Haut de page

Notes

1 Le cas d’Yvan Goll, examiné dans l’article de Teresa Papparella, serait donc exceptionnel (N.d.E.)

2 LITTELL Jonathan, Les Bienveillantes, Éditions Gallimard, 2006. p. 461.

3 GREEN Julien, Memories of Happy Days, Harper & Brothers, New-York, 1942, page 2.

4 HUSTON Nancy, Prodige, Actes Sud, 1999. p. 31.

5 NIN Anaïs, The Early Diary of Anaïs Nin, Volume Two, Harcourt Brace & Company, New York, 1982. p. 386-387.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alice Cheylan, « Images littéraires persistantes chez les écrivains bilingues », Babel, 18 | 2008, 165-176.

Référence électronique

Alice Cheylan, « Images littéraires persistantes chez les écrivains bilingues », Babel [En ligne], 18 | 2008, mis en ligne le 18 juillet 2013, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://babel.revues.org/299 ; DOI : 10.4000/babel.299

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Babel. Littératures plurielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire Babel
  • Logo Université de Toulon
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org