Navigation – Plan du site
En guise de conclusion...

La Tour de Babel ou la Part du Diable

James Dauphiné
p. 219-221

Texte intégral

  • 1 Edition de références : La Part du Diable, Paris, idées/ Gallimard, 1982, IV, pp. 146-151.

1Denis de Rougemont dans son essai La Part du Diable s’est efforcé de prouver que la Tour de Babel est exemplaire de l’action du « diable dans nos dieux et dans nos maladies »1. Plus proche des analyses contenues dans les Mythologies de Barthes que de celles rencontrées au fil des traités de démonologie, Denis de Rougemont dénonce le modernisme qui a, de fait, consacré Babel « grand mythe de notre temps » (p. 146).

  • 2 Genèse III, 1-8 ; voir notamment ce qu’en a tiré Du Bartas dans Seconde Semaine, « L’Imposture », P (...)

2La thèse avancée a pour fondement « la babélisation des cadres matériels de notre vie » (p. 149), entendons le progrès et sa légion de funestes conséquences industrielles, démographiques, urbaines, morales et politiques. Avec insistance, il est soutenu que « la société est devenue trop gigantesque pour être dominée d’un seul regard » (p. 150). La ville devient ainsi l’illustration d’un triomphe orchestré par le Diable lequel dit aux mortels : « Montez ! Et soyez comme des dieux, oubliez votre mesure d’hommes ! » (p. 150). Le propos tentateur du Malin correspond, sans nulle ambiguïté, à la chute d’Adam et Ève telle que l’Ancien Testament la rapporte2. La conclusion offerte sur le mode de l’anecdote humoristique répète, en le simplifiant, l’échec du gigantisme : « Tout le mal vient des étages ! » (p. 151). La Tour de Babel est donc l’emblème d’une donnée sociale et citadine durement ressentie depuis un siècle et demi.

  • 3 J. Dauphiné, « Dante et l’énigme de Babel », Mélanges P. Ménard, Paris, Champion, 1998, tome l, pp. (...)

3Denis de Rougemont, avec un faux détachement, prend plaisir à jouer sur le rapprochement traditionnel entre la ville et la Tour de Babel. L’assimilation de la cité tentaculaire à Babel a connu, en effet, une vaste fortune, ne serait-ce que dans le roman américain, de Dos Passos (Manhattan Transfer) à Paul Auster (La Trilogie new-yorkaise). L’enjeu du chapitre étudié est toutefois plus complexe. D’une part, Denis de Rougemont fournit des références (la Bible, Dante) et, d’autre part, il se tait quant à celles touchant aux interprétations célèbres et largement répandues de Kafka, Borges ou Caillois. Toute son habileté consiste, en outre, à effacer le plan divin. Significative de ce dessein est l’allusion à Dante puisqu’au lieu de choisir les mentions de Babel tirées de La Divine Comédie, mentions aux résonances mystérieuses, il opte pour celles provenant du Traité de l’Éloquence en Langue Vulgaire qui, elles, donnent une « explication fort naturelle du phénomène de confusion des langues » (p. 148)3. La dimension biblique de l’épisode de Babel se trouvant singulièrement évanouie, il est alors possible de considérer Babel en tant que mythe social, moderne, majeur.

4La ruse ou l’habileté découle également du Diable, de « la part qui lui revient ». L’Eglise n’a cessé de proclamer combien l’existence du Diable est réelle, combien aussi ce dernier, particulièrement efficace à se dissimuler, réussit à faire oublier sa présence, ses manifestations, sa réalité. Les pages de Denis de Rougemont témoignent de l’ampleur de cet oubli et, en même temps, soulignent la ruse du Diable qui, par le progrès, détruit « la mesure d’hommes ». Dans cette perspective engendrant faillite des idéologies, ruine des discours, et « cacophonie dominée par le bruit des bombes » (p. 150) est exposée la perversité du Diable lequel notamment « conduit le bal » du progrès, source de maux irrémédiables.

  • 4 Supra note 2 ; Du Barras, Seconde Semaine, « Babylone », Paris, Champion, 1992, II. J. Dauphiné, «  (...)

5La démonstration avancée peut apparaître certes rapide, voire simpliste. Il ne faut pas cependant s’y tromper, puisqu’elle énonce un sens nouveau du mythe de Babel. La Tour associée traditionnellement à l’hubris et à l’orgueil sataniques4, est image de la démesure, celle de l’homme rêvant d’être Dieu. En jouant à peine avec les mots, et Denis de Rougemont invite à le faire (p. 150), Babel est « le grand mythe moderne », celui qui montre s’installer sous la houlette du Diable l’oubli de « [notre] mesure d’hommes ! ». La part du Diable, c’est son triomphe — provisoire — sur l’homme moderne livré au monstrueux progrès ; c’est aussi son échec à faire disparaître à jamais « la petite espérance », celle des prophètes de tous les temps.

Haut de page

Notes

1 Edition de références : La Part du Diable, Paris, idées/ Gallimard, 1982, IV, pp. 146-151.

2 Genèse III, 1-8 ; voir notamment ce qu’en a tiré Du Bartas dans Seconde Semaine, « L’Imposture », Paris, S.T.F.M., 1991.

3 J. Dauphiné, « Dante et l’énigme de Babel », Mélanges P. Ménard, Paris, Champion, 1998, tome l, pp. 377-384.

4 Supra note 2 ; Du Barras, Seconde Semaine, « Babylone », Paris, Champion, 1992, II. J. Dauphiné, « Le Mythe de Babel », Mythes et Littératures, Paris, Presses Universitaires de la Sorbonne, 1994, pp. 51-58.
Se reporter au désormais indispensable ouvrage de Myriam Jacquemier, L’Age d’or du Mythe de Babel : de la conscience de l’altérité à la naissance de la modernité. Mont-de-Marsan, Ed. InterUniversitaires Eurédit, 1999.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

James Dauphiné, « La Tour de Babel ou la Part du Diable », Babel, 4 | 2000, 219-221.

Référence électronique

James Dauphiné, « La Tour de Babel ou la Part du Diable », Babel [En ligne], 4 | 2000, mis en ligne le 04 juin 2013, consulté le 24 mars 2017. URL : http://babel.revues.org/2931 ; DOI : 10.4000/babel.2931

Haut de page

Auteur

James Dauphiné

Université de Toulon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Babel. Littératures plurielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire Babel
  • Logo Université de Toulon
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org