Navigation – Plan du site

La Quête d’identité et le bilinguisme d’Yvan Goll

Teresa Papparella
Traduction de André Ughetto
p. 151-157

Résumé

L’auteur analyse la façon dont le poète Yvan Goll a exploité les potentialités de ses deux langues maternelles: la douceur du français et la rudesse de l’allemand. Les circonstances historiques se sont révélées déterminantes pour un choix de langue d’écriture. « Franco-allemand par sa naissance, Goll incarne l’esprit de l’homme de frontière, qui se nourrit de l’une et de l’autre culture et se fait porte-voix de la réconciliation entre les deux nations et les deux peuples historiquement en lutte ». À travers une existence d’apatride et de voyageur continuel d’un bout à l’autre de l’Europe, Goll a fait de l’internationalisme et du cosmopolitisme les parties prenantes de sa poétique. L’auteur montre comment le judaïsme du poète est lié à un sentiment de « non appartenance ». Pendant la Deuxième Guerre mondiale, ce dernier a réussi à faire de l’anglais sa troisième langue.

Haut de page

Texte intégral

1Un des aspects les plus intéressants de la vie d’Yvan Goll (né à Saint-Dié-des-Vosges le 29 mars 1891 et mort à Neuilly-sur-Seine le 27 février 1950) réside sûrement dans son bilinguisme et la manière dont celui-ci caractérise le parcours artistique et existentiel du poète. La grandeur de Goll tient au fait d’avoir habilement exploité les potentialités de ses « deux langues maternelles », comme il a voulu les dénommer lui-même, sans prédilection pour l’une ou l’autre, mais en les aimant toutes les deux pour leurs qualités spécifiques: douceur dans le français, rudesse dans l’allemand. Pour Goll le choix d’une langue d’écriture n’a jamais été un problème, seules les circonstances historiques qui ont pesé sur sa vie ont déterminé ce choix.

2Franco-allemand par sa naissance, Goll incarne l’esprit de l’homme de frontière, qui se nourrit de l’une et de l’autre culture et se fait porte-voix de la réconciliation entre les deux nations et les deux peuples historiquement en lutte. Le bilinguisme de Goll le marque depuis sa prime enfance. Durant l’enfance et l’adolescence la langue dominante est le français, parlé aussi en famille. L’entrée au lycée puis à l’Université de Strasbourg le poussent vers l’allemand qui devient dès lors sa première langue littéraire. C’est donc en allemand qu’il compose ses premières oeuvres et collabore aux principales revues littéraires de l’époque.

  • 1 L. Richard, Expressionisme enrichi et prolongé, revue Europe n° 899, mars 2004, p. 79

3Une pleine maîtrise des deux langues fait de lui un traducteur hors-pair qui, loin de « recopier » réélabore les poèmes en les adaptant au génie de la langue d’accueil. Dans son étude sur Goll, le critique Lionel Richard écrit : « À l’occasion, il adapte ses propres poèmes de l’allemand en français, sans hésiter à les “recréer”, considérant qu’il est indispensable de les intégrer à une tradition poétique différente »1.

  • 2 Y. Goll, lettre à Walter Rheiner, Paris, 21 février 1920, envoyée à Berlin, in B. Glauert-Hesse, Yv (...)

4L’aller-retour de Goll entre l’allemand et le français correspond à son existence d’apatride et de voyageur continuel, d’un bout à l’autre de l’Europe. Le Lorrain Yvan Goll porte sur ses épaules le poids d’une région et d’un peuple divisés, menacés par l’horreur de la guerre, et pour lesquels le poète veut être un promoteur de paix et de fraternité. Son destin personnel et ses œuvres témoignent de la profondeur de son sens humanitaire, et sa volonté de jouer un rôle dans le rapprochement des parties opposées ne s’éteindra pas, en dépit des atrocités de la guerre. « J’ai la belle tâche d’être le médiateur d’un côté et de l’autre »2, a-t-il affirmé. Un ardent pacifisme et l’idée d’une communauté cosmopolite le soutiennent au cours de son exil en Suisse, d’où il élève sa protestation contre la guerre et en appelle, comme tous les Expressionnistes de l’époque, à la régénération complète de l’homme et de la société. Malgré les désillusions et les démentis de l’Histoire, ces idées et cet espoir ne le quitteront pas, son esprit utopique s’élançant en de toujours nouvelles directions.

5L’internationalisme et le cosmopolitisme de Goll sont parties prenantes de sa poétique, ainsi que de la vie de l’auteur, par sa tendance généreuse et amicale à vouloir démontrer concrètement la dimension d’universalité de la poésie et de la culture, dans lesquelles différences et nouveautés constituent la vraie richesse. Dans cette perspective on comprend bien pourquoi Goll a fréquenté les avant-gardes de l’Est européen et a constitué leur lien vivant avec celles de l’Europe occidentale. C’est grâce à son parfait bilinguisme qu’il a été l’actif protagoniste des échanges entre l’Est et l’Ouest comme entre l’ancien et le nouveau monde au cours de son exil américain.

6Son bilinguisme l’a naturellement porté à s’engager en faveur de la réconciliation entre la France et l’Allemagne, comme le montrent ses textes journalistiques en diverses revues et ses recueils de poèmes où se manifeste sa conviction inébranlée du pouvoir révolutionnaire de la parole. Les premiers pas importants dans cette voie sont accomplis dans ces anthologies parues sous les deux langues : Le Cœur de l’ennemi (1919) et Das Herz Frankreichs (1920). La traduction, partie intégrante de sa production artistique, constitue d’autre part l’exemple majeur d’un désir de médiation et de transposition tout à la fois linguistique et culturelle, dominant les frontières nationales dans la vision d’une culture universelle.

  • 3 B. Glauert-Hesse, « Je n’appartiens qu’à l’Europe », in revue Europe, op. cit., p. 115.

7La vie de Goll est toutefois marquée par une continuelle et douloureuse quête d’identité, étroitement liée à son bilinguisme et à la conscience d’appartenir à deux nations, deux patries, deux cultures ; identité que les événements historiques semblent chaque fois lui refuser, le condamnant ainsi à une perpétuelle errance. Comme l’a révélé l’étude de Barbara Glauert-Hesse, le problème de la nationalité durant sa jeunesse, mais surtout celui de son judaïsme, représentent les facteurs décisifs qui ont fait naître en lui un sentiment de « non-appartenance », auquel il donna forme lui-même quand il renia son nom d’origine — Isaac Lang — au profit du pseudonyme Yvan Goll. Le mal-être d’Isaac Lang et sa crise d’identité se reflètent dans sa difficulté à se doter d’un surnom satisfaisant: qu’il suffise de penser qu’il en a d’abord essayé quinze, auxquels il convient d’ajouter celui de « Jean sans terre », son véritable alter ego. À partir de 1916 il s’appellera Iwan Goll pour les pays germanophones et Ivan ou Yvan Goll chez les francophones. Déchiré par la tension entre deux nations et deux cultures, Goll est l’héritier paradoxal de chacune sans appartenir à aucune des deux. Il vit le drame du « sans patrie », du « sans terre », mais qui la possède pourtant toute puisqu’il est citoyen du monde3.

  • 4 J.-M. Valentin, L’Utopie poétique de l’humanité reconciliée. Yvan Goll: « Élégies internationales » (...)

8De l’ambiguïté de son expérience se déduit la condition de l’homme moderne, constamment confronté à une dimension universelle et à un désir de patrie. La nationalité de Goll se tranforme bien vite en « internationalité », quand le sentiment de son déracinement devient le plus fort en lui. Jean-Marie Valentin, analysant la situation particulière du poète dans le paysage européen, remarque que celle-ci a été moins désavantageuse qu’elle n’a constitué un privilège dans son parcours artistique. Il écrit : « C’est que, pour Goll, la naissance (lorraine), l’ascendance (alsacienne et lorraine, doublement juive aussi), la formation (française et allemande), le rapport, au demeurant peu religieux, au judaïsme ont été davantage que des obstacles, la condition préalable d’une perception universaliste de l’humanité »4.

  • 5 « Au-dessus de la mêlée » comme dira Romain Rolland (NdT).

9Et donc, bien que certaines données de sa biographie — origine juive, bilinguisme, exil — puissent être interprétées comme des expériences négatives, Goll semble en tirer au contraire une signification nouvelle et surprenante. Le poète se veut médiateur entre les cultures, les langues, les hommes, placé en quelque sorte super partes5 et capable de ce fait d’exprimer les différentes tendances, sans jamais adhérer de manière trop visible aux groupes d’avant-garde, mais passant outre ceux-ci en conservant toujours une position individualiste.

  • 6 I. Goll, Les Cinq Continents. Anthologie mondiale de poésie contemporaine, Paris, La Renaissance du (...)

10Son activité de médiateur, comme nous l’avons dit plus haut, paraît très intense dans les relations culturelles avec l’Europe de l’Est. Au début des années 20 Goll regarde vers de nouveaux horizons, considérant comme désormais épuisés les pays de l’Europe occidentale, encore prisonniers de la stérile civilisation de l’Antiquité et manquant de l’impulsion et des forces nouvelles à mettre en œuvre. Face à la dégénérescence de cette vieille Europe, le poète ressent l’exigence d’un renouveau et fait voir dans la poésie des pays « presque sauvages », la poésie des Tchèques, des Yougoslaves, des Hongrois, une force jeune et pleine d’audace. Goll considère les vieux pays de civilisation traditionnelle et les vieilles littératures comme incapables de résoudre leur crise, à la différence de ces pays qu’il juge nouveaux et non civilisés, parce que de leur isolement peut surgir une poésie directe et vraie6.

11Celle de Goll procède de l’errance dans sa propre identité, dans la recherche sans cesse renouvelée d’une affirmation poétique de soi. Aussi la contradiction est-elle une constante de sa vie. Animé par l’esprit de changement, Goll est une personnalité qui se dérobe à toute tentative de définition : c’est un signe de faiblesse aux yeux de certains critiques. Pour d’autres, c’est la marque de sa grandeur.

  • 7 R. Exner, traduit par Claire Goll, La Poésie allemande d’Yvan Goll, in Yvan Goll: quatres études pa (...)

12Son bilinguisme lui a permis de toucher indifféremment les publics allemand et français. Il y a des moments où il abandonne l’allemand pour ne le retrouver que longtemps après — notamment dans les dernières années avant sa mort -, mais aucune de ces périodes n’implique la suprématie définitive d’une langue sur l’autre. Ce serait ne pas reconnaître l’incroyable grâce qu’a été pour lui le bilinguisme, dont la force inonde son œuvre poétique. Ed Exner écrit à ce propos : « Il n’écrivait ni du français germanisé, ni de l’allemand francisé. Il ne “possédait” pas ces langues, c’étaient elles qui le “possédaient” »7.

  • 8 Y. Goll, lettre à Vladimir Maïakovski, Paris, 5 juillet 1925, envoyée à Moscou, Musée national Maïa (...)

13Cependant il n’appartient à aucune des deux. Son esprit est vraiment européen, moderne dans la préfiguration largement anticipée d’une idée de l’unité européenne élargie aux pays de l’Est. Ainsi a-t-il dit de lui-même : « J’écris en allemand et en français, mais je n’appartiens qu’à l’Europe »8. Le poète incarne un parfait bilinguisme littéraire, comme le démontre la co-présence des deux langues dans la composition de ses toutes premières œuvres.

14Si le français a été la langue dominante de son début de vie, sa langue maternelle, le fait de grandir ensuite dans une aire linguistique mixte puis de pratiquer l’allemand à l’école a conféré à celui-ci la qualité de langue mère. Ce double apprentissage a été suivi de la domination culturelle de l’allemand jusqu’au milieu des années 20. Puis le français devient langue prévalente, dans laquelle après la fin de la Première Guerre mondiale, il republie en les adaptant et les modifiant tous ses premiers travaux. Ce n’est qu’à partir de 1925 que l’usage du français se stabilise et qu’il compose alors ses recueils poétiques les plus importants, avant de revenir à l’allemand vers la fin de sa vie pour écrire Traumkraut, comme une sorte de cercle qui se ferme.

  • 9 Andreas Kramer et Robert Vilain, Yvan Goll: A Bibliography of the Primary Works, Oxford/Berne/Berli (...)

15Robert Vilain dans son étude sur Goll9 évoque à ce sujet un cas d’équilinguisme ou de full bilinguism (bilinguisme total) grâce auquel les deux langues maternelles coexistent parfaitement. Et pourtant, selon Vilain, pour se représenter les oscillations du poète entre l’allemand et le français les critiques ont le plus souvent tendance à souligner les difficultés et les problèmes impliqués par sa double compétence linguistique, au lieu d’insister sur le plein contrôle qu’il exerce dans les deux codes. Goll pour sa part, conscient qu’il est des différences entre ses deux langues de création, ne considère pas son double background linguistique comme un obstacle, ni ne semble souffrir de cette condition.

16Un examen encore plus complet de son œuvre ne saurait certainement ignorer l’habileté avec laquelle, au cours de son exil américain pendant la Deuxième Guerre mondiale, Goll a réussi à faire de l’anglais sa troisième langue, au point de composer des poèmes et des essais journalistiques d’une grande valeur littéraire même en anglais — parmi eux Fruit from Saturn et Love Poems (traduction du recueil Poèmes d’Amour). Ce qui le caractérise alors le plus justement est donc le trilinguisme, c’est-à-dire la parfaite possession de trois langues qui ont permis le déploiement de sa production artistique nombreuse et variée. Goll connaît le pouvoir de la parole, du « mot en soi » et l’exploite dans les trois codes différents connus de lui, en donnant à ses œuvres une richesse de forme autant que de contenu. La fin de sa vie voit le triomphe de la pluralité nationale et de l’esprit cosmopolite qui l’a toujours accompagné: son retour en France, son retour à la langue allemande et enfin sa mort dans un hôpital américain portent témoignage de son « internationalité » et de sa grandeur.

Traduction de l’italien par André Ughetto

Haut de page

Notes

1 L. Richard, Expressionisme enrichi et prolongé, revue Europe n° 899, mars 2004, p. 79

2 Y. Goll, lettre à Walter Rheiner, Paris, 21 février 1920, envoyée à Berlin, in B. Glauert-Hesse, Yvan und Claire, Bücher und Bilder, p. 38.

3 B. Glauert-Hesse, « Je n’appartiens qu’à l’Europe », in revue Europe, op. cit., p. 115.

4 J.-M. Valentin, L’Utopie poétique de l’humanité reconciliée. Yvan Goll: « Élégies internationales » et « Requiem. Fur die Gefallenen von Europa », in Écritures franco-allemandes de la guerre, textes rassemblés par J.-J. Pollet et A.-M. de Saint-Gille, Presses Universitaires d’Artois, 1996, pp. 143-144.

5 « Au-dessus de la mêlée » comme dira Romain Rolland (NdT).

6 I. Goll, Les Cinq Continents. Anthologie mondiale de poésie contemporaine, Paris, La Renaissance du Livre, 1922, pp. 7-9.

7 R. Exner, traduit par Claire Goll, La Poésie allemande d’Yvan Goll, in Yvan Goll: quatres études par J. Romains, M. Brion, F. Carmody, R, Exner, Paris, Pierre Seghers éditeur, « Poètes d’aujourd’hui », n°50, 1956, p. 66.

8 Y. Goll, lettre à Vladimir Maïakovski, Paris, 5 juillet 1925, envoyée à Moscou, Musée national Maïakovski, Moscou.

9 Andreas Kramer et Robert Vilain, Yvan Goll: A Bibliography of the Primary Works, Oxford/Berne/Berlin/Bruxelles/Francfort-sur-le-Main/New York/ Vienne, Lang, British and Irish studies in German language and literature, vol. 26, 2006

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Teresa Papparella, « La Quête d’identité et le bilinguisme d’Yvan Goll », Babel, 18 | 2008, 151-157.

Référence électronique

Teresa Papparella, « La Quête d’identité et le bilinguisme d’Yvan Goll », Babel [En ligne], 18 | 2008, mis en ligne le 18 juillet 2013, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://babel.revues.org/292 ; DOI : 10.4000/babel.292

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Babel. Littératures plurielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire Babel
  • Logo Université de Toulon
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org