Navigation – Plan du site

Apport espagnol au mythe de Tahiti

The Spanish Contribution to The Myth of Tahiti
Contribución española al mito de Tahiti
Antonio Martínez Abellán
p. 61-71

Résumés

A partir de documents d'archives, l'auteur montre le rôle joué par Tahiti en Espagne entre 1770 et 1175. Tandis que le mythe édénique prévalait en France, l'île n'évoquait ni rêves ni paradis en Espagne, et les récits de voyages relatifs à cet Age d'Or furent oubliés.

Haut de page

Texte intégral

1La géographie de l’océan Pacifique constituait encore, au XVIIIe siècle, un domaine presque inconnu, car les découvertes sporadiques réalisées au XVIe siècle n’avaient pas pu être toujours précisées faute de rigueur dans les méthodes de navigation et de localisation. Vers le milieu du XVIIIe siècle un mouvement se dessine, au sein du monde savant, pour que soient repris les voyages de découvertes, très négligés au cours des décennies précédentes. Les gouvernements européens portent un intérêt grandissant à ces voyages et en deviennent les promoteurs. À cette époque, on assiste à une profonde transformation du navigateur et des méthodes de navigation, ce qui permet d’affirmer que s’ouvre une ère de navigation scientifique. Ainsi se développe l’exploration systématique du Pacifique. À partir de 1763, la France et l’Angleterre rivalisent d’ardeur dans l’organisation d’expéditions. De par sa supériorité maritime, le Royaume-Uni est le premier à passer à l’action avec les voyages de Byron, Wallis et Cook. Désireuse de participer à la grande aventure de l’exploration du globe, la France lance, elle, une première expédition en 1769, celle de Bougainville, destinée à créer un établissement aux îles Malouines.

  • 1 F. Mellen, Manuscritos y documentos españoles para la historia de la isla de Pascua. Mopu, Cehopu, (...)

2Devant la politique commerciale et impérialiste des puissances européennes, l’attitude de la couronne espagnole, qui possédait déjà un immense territoire, s’achemina vers l’exploration de son propre empire. On note que les différents gouvernements espagnols qui se succédèrent pendant la seconde moitié du XVIIIe siècle, ont stimulé l’organisation d’expéditions orientées vers leurs possessions américaines et le Pacifique. Une des premières réactions face aux expéditions anglaises et françaises provint du territoire colonial lui-même puisque le vice-roi du Pérou, Manuel de Amat y Junyent, décida l’organisation d’une série de voyages destinés à contrôler ses possessions dans le « lac espagnol », l’océan Pacifique. Sous le gouvernement d’Amat il y eut quatre voyages aux îles polynésiennes. Le premier, en 1770, eut pour but la recherche de la terre de Davis, que les Espagnols nommèrent île de San Carlos, aujourd’hui île de Pâques ou Rapa-Nui. Cette expédition partit d’El Callao (Pérou) le 10 octobre 1770 : Felipe González de Haedo commandait le San Lorenzo et prit possession de l’île convoitée le 15 novembre1. Amat renseigna le roi et mit en valeur l’importance de l’île San Carlos pour la sûreté du Pérou et du Chili. La réaction royale fut immédiate : Amat se vit ordonner d’y fixer colons et missionnaires.

  • 2 Boenechea, Domingo de, Relación de la navegación que de orden del Exmo. Sr. Dn. Manuel de Amat y Ju (...)
  • 3 J. Dauphiné, Tahiti, dans Dictionnaire des Mythes Littéraires, Ed du Rocher, Paris, 1988.
  • 4 Ari’i : mot tahitien qui peut se traduire par roi, prince ou chef principal.
  • 5 Tu (Tu Vaira-Atoa) gouvernait la partie nord de Tahiti Nui (Grand Tahiti). Il joua un rôle très imp (...)
  • 6 Vehiatua : c’était le titre dynastique des seigneurs des chefs de Teva ; Maximo Rodríguez nomme ave (...)

3En même temps, Amat apprit que le bateau du capitaine Cook avait été à Tahiti et que les Anglais envisageaient d’y établir des colons lors de leurs prochains voyages. Le roi d’Espagne obligea Amat à modifier ses plans car, pour lui, Tahiti devenait prioritaire. On équipa la frégate Santa Maria Magdalena, dite El Águila, qui fut confiée au capitaine Domingo de Boenechea2 et au lieutenant Tomás Gayangos. Le 26 septembre 1772 l’expédition appareillait d’El Callao ; ses objectifs étaient d’abord Tahiti, puis Valparaíso et enfin l’île de San Carlos. Après avoir découvert les îles de Tauere, Haraiki, Anaa et Mehetia, le 8 novembre 1772, El Aguila était au large de Tahiti. Le 13, la frégate mouilla dans le port de Taiarapu, baptisé par Boenechea port de Santa María Magdalena. Pendant le séjour à Tahiti, qui fut nommée Isla de Amat en hommage au vice-roi à l’origine de l’expédition, furent recueillis des renseignements sur la visite des bateaux anglais, mais aussi des informations touchant la faune, la végétation et les indigènes rencontrés. Il fut également établi un relevé du port et une carte de cette île promise à une exceptionnelle prospérité littéraire3, carte précise car Boenechea envoya quelques hommes, commandés par Gayangos, reconnaître le tour de l’île. Cette expédition fut reçue avec de grands témoignages d’amitié par toute la population indigène, en particulier par les ari’i4 Tu5 et Veahiatua6, qui étaient les deux chefs principaux de l’île. Au retour de Gayangos, la frégate leva l’ancre ayant à son bord quatre indigènes : Tipitipia, Heiao, Pautu et Tetuanui, tahitiens que Boenechea avait invités à Lima. Le 20 décembre les Espagnols quittèrent le port de Taiarapu, rencontrèrent vers le nord-ouest l’île de Moorea et constatèrent qu’elle n’était habitée que par des indigènes. Ensuite ils continuèrent jusqu’à Valparaíso. Une voie d’eau les empêcha d’accomplir la seconde partie de l’expédition (la visite de l’île de Pâques) et la frégate revint enfin à El Callao le 31 mars 1773.

  • 7 T. Gayangos, Diario de la navegación que hizo à la Ysla de Amat y sus adyacentes el capitán de frag (...)
  • 8 J. Andía y Várela, José, Relación del viaje hecho a la Ysla de Amat y sus adyacentes. (1774-1775), (...)
  • 9 II existe une copie du Diccionario et de l’Interrogatorio dans I’Archivo General de Indias, Audienc (...)

4Sur la foi des rapports de cette expédition, le vice-roi Amat prépara un deuxième voyage à Tahiti pour y débarquer une mission composée de deux Pères missionnaires, fray Jerónimo Clota et fray Narciso González, l’interprète Máximo Rodríguez et les Tahitiens Pautu et Tetuanui. Boenechea commandait cette expédition7 regroupant la frégate El Águila, accompagnée du San Miguel, dit Jupiter, dirigé par José Andía y Várela8. Avec ce second voyage le vice-roi Amat voulait, d’une part, établir une petite colonie ayant la mission d’évangéliser les indigènes et de les rattacher à la couronne espagnole, et d’autre part, de découvrir d’autres îles proches de Tahiti évoquées ou mentionnées par les insulaires approchés lors de la première expédition. Les officiers et les missionnaires apportaient avec eux un Dictionnaire espagnol tahitien, préparé à Lima par Máximo Rodríguez avec l’aide des Tahitiens Pautu et Tetuanui, et un interrogatorio ou questionnaire portant sur les caractéristiques et les habitants des îles découvertes9. Le 26 septembre 1774 les navires appareillaient d’El Callao vers Tahiti. Au cours de ce voyage seize nouvelles îles furent découvertes treize par Boenechea, deux par Andia et une par Gayangos.

  • 10 M. Rodríguez, Relación diaria que hizo el intérprete Máximo Rodríguez de la Ysla de Amat, alias Ota (...)
  • 11 Document du Pacte de Tautira (5 janvier 1775), Archivo General de Indias. Audiencia de Lima, leg. 1 (...)

5Dans le Journal que Máximo Rodríguez écrivit pendant son séjour à Tahiti10, figurent maints renseignements sur les insulaires et sur les événements advenus aux équipages des deux bateaux pendant qu’ils mouillèrent dans les parages de cette île. Parmi les événements remarquables on peut signaler les Capitulations de Tautira11, où les chefs tahitiens Tu et Vehiatua acceptèrent la souveraineté espagnole. Le 5 janvier 1775 eut lieu en effet une réunion dans la mission des Pères, à Tautira, réunion rassemblant plusieurs officiers de la frégate El Águila, commandés par Tomás Gayangos, les ari’i principaux de Tahiti, les Pères missionnaires et l’interprète Máximo Rodríguez. De cette assemblée découlèrent la souveraineté espagnole sur l’île de Tahiti et la protection accordée à ses habitants, qui, à leur tour, faisaient vœu d’obéissance au roi d’Espagne.

  • 12 Texte originel du Pacte de Tautira : « Certifico : Que el día cinco de enero del presente año a las (...)

6Le chroniqueur de la frégate, Pedro Freyre de Andrade, rédigea le procès-verbal de ce « traité » entre Espagnols et Tahitiens12 :

Moi, Pedro Freyre de Andrade, je certifie que le 5 janvier de cet an, à quatre heures de l’après-midi, par ordre du commandement de ce navire, don Domingo de Boenechea ; les officiers de guerre, don Tomás Gayangos, lieutenant de vaisseau ; don Raimundo Bonacorsi, idem, de frégate ; don Nicolas Toledo, enseigne de vaisseau ; don Juan de Apodaca, enseigne de frégate ; et don Juan de Hervé, idem, et premier pilote ; et les Pères missionnaires fray Jerónimo Clota et fray Narciso Gonzalez. Tous ensemble dans la maison de l’établissement. Nous y convoquâmes, par l’intermédiaire de l’interprète, tous les ari’i principaux et les indiens les plus importants du canton pour former notre établissement. Et leur ayant demandé s’ils étaient d’accord que deux Pères et l’interprète restent sur leur île, ils répondirent affirmativement. Vehiatua et Tu promirent de les aider et de les défendre de toute insulte de la part des habitants de l’île et, le cas échéant, de leur fournir tout ce qu’ils possédaient. Ils eurent, en même temps, la précaution de dire que si jamais les habitants de l’île de Moorea, qui étaient leurs ennemis, ou quelque bateau étranger auquel ils ne puissent pas résister, portaient préjudice aux nôtres, nous ne devions pas les rendre coupables. On leur fit savoir, par l’intermédiaire de l’interprète, la grandeur de notre souverain ; l’incontestable pouvoir qu’il a sur les îles voisines de ses vastes domaines ; ses désirs de les favoriser et de les instruire pour qu’ils soient supérieurs à tous ceux qui vivent dans la même ignorance. Et on leur offrit, au nom du roi, de les fournir de beaucoup de choses utiles, les défendre de leurs ennemis, et qu’ils seraient visités fréquemment par les bateaux royaux s’ils tenaient fidèlement ce qu’ils avaient promis. Ils témoignèrent un grand plaisir et à haute voix, dirent qu’ils l’admettaient comme roi de Tahiti et de toutes leurs terres. Dont acte, j’écris ce document à bord de la frégate mouillée dans le port d’Ohatutira de l’île d’Amat, dite Otaheti, le 5 janvier 1775.

  • 13 Dans l’île de San Carlos, aujourd’hui Pâques ou Rapa-Nui, cinq ans avant, en 1770, le compte rendu (...)

7On n’a pas trouvé d’autres documents accompagnant ce compte rendu où apparaissent les signatures des principaux interlocuteurs, les ari’i Tu et Vehiatua, Gayangos et ses officiers13. Il n’existe donc aucun document tendant à prouver que les Tahitiens avaient une écriture de type hiéroglyphique. Le Pacte de Tautira se maintint pendant que les missionnaires, Máximo et un matelot demeurèrent sur l’île. Mais les continuelles rébellions d’indépendance des pays américains, les problèmes européens, l’abandon de la Mission et l’interruption des voyages à Tahiti firent oublier ce pacte.

8Avec le décès du capitaine Boenechea (26 janvier 1775), enterré à Tautira, Gayangos prit le commandement de l’expédition et revint à El Callao (8 avril 1775). Le vice-roi Amat, comme pour les expéditions précédentes, envoya à Madrid des rapports et des cartes, satisfait d’avoir établi une petite colonie espagnole au Pacifique Sud, avec l’illusion de la maintenir et de l’amplifier. Des événements étrangers aux intentions du vice-roi firent changer la politique des expéditions polynésiennes. La correspondance du secrétaire d’État pour les Indes avec Amat indique qu’on voulait son remplacement par Manuel de Guirior. Ainsi l’impétueux vice-roi décida-t-il de préparer une autre expédition sans attendre aucun ordre, dès qu’il sut que Cook organisait un nouveau voyage. El Águila est une nouvelle fois envoyée à Tahiti sous l’autorité de Cayetano de Lángara, marin qui avait participé à l’expédition vers l’île de Pâques, mais dont on sait qu’il était opposé au maintien d’un établissement dans les îles polynésiennes. Dans sa « Relación de Gobierno », Amat affirme que cette troisième expédition était nécessaire pour vérifier l’état de santé des deux Pères missionnaires et de l’interprète. La frégate appareilla d’El Callao le 27 septembre 1775 et parvint à Tahiti le 3 novembre. Les missionnaires renoncèrent à rester plus longtemps sur l’île, et le 12 du même mois, El Águila naviguait vers El Callao. Amat eut le temps d’inclure dans sa « Relación de Gobierno » le succès de cette troisième expédition. Toutefois il critiqua la position des deux Pères missionnaires, qui n’ayant pas quitté leur logis n’avaient obtenu aucune conversion parmi les Tahitiens. Il remarqua pourtant l’excellent travail développé par l’interprète Máximo Rodríguez, qui lui parcourut toute l’île, se liant d’amitié avec les indigènes. Cette expédition marque la dernière étape de l’œuvre colonisatrice en Polynésie conduite par le vice-roi Amat. Après lui en effet, on perdit tout contact avec les Tahitiens, et ce malgré les efforts d’un de ses successeurs, le vice-roi De Croix.

  • 14 Marae : enceinte sacrée où l’on célébrait les cérémonies religieuses et où reposaient les os des pe (...)
  • 15 Lettre du Vice-roi Teodoro De Croix ; 1778, Archivo General de Indias. Lima, 679, lettre 92. Sévill (...)

9Lorsque Amat abandonna ses fonctions, certains objets rapportés de Tahiti passèrent inaperçus, notamment l’un des cadeaux les plus appréciés des Tahitiens, remis à Máximo Rodríguez, la terrine ou Umete en pierre. Máximo avait entendu parler de cette terrine (14 juin 1775) que Puni, chef de l’île de Maurua, avait offert au chef de Raiatea. Celui-ci la donna, comme un précieux cadeau, à l’ari’i Tu. Le 10 juillet 1775, pendant un voyage de reconnaissance, Máximo Rodríguez demanda à Tu de lui offrir l’umete pour l’adresser au roi d’Espagne, ce qui fut accordé par le puissant chef. La terrine se trouvait dans le canton d’Atehuru, dans le marae14 de Taputapuatea, à Punaauia. Le 12 juillet, Máximo reçut l’umete en pierre noire. À cause de sa beauté, beaucoup de Tahitiens voulaient posséder cet objet, et Rodríguez dut monter la garde pendant toute la nuit pour éviter son vol. Puis, à Tauitira, l’umete fut transporté sur la frégate El Águila, qui était parvenue à Tahiti commandée par Cayetano de Lángara. Une fois au Pérou, ce cadeau pour Charles III passa au vice-roi Amat, qui devait se charger de le faire arriver à la résidence royale. À cette époque, Amat préparait son départ du Pérou : il avait reçu un courrier de Julián de Arriage, secrétaire d’État pour les Indes, lui notifiant de quitter son poste. Le vice-roi, préoccupé par sa carrière, oublia ce cadeau, et l’umete en pierre noire demeura au palais vice-royal. Plus tard, le vice-roi De Croix proposa de placer l’umete au Cabinet d’Histoire Naturelle du Musée Archéologique National15 ; enfin vers 1940, l’umete fut attaché aux collections du Musée National d’Ethnologie à Madrid.

  • 16 R. Langdon, The Lost Caravel. Pacific Public, Sydney, 1975.
  • 17 Ornai était un insulaire de Raiatea que Cook emmena à Londres lors de son deuxième voyage. A la cou (...)

10Le matériau de l’umete est à l’origine un bloc de dolérite noire dure, provenant d’une des carrières de l’île de Maupiti. De forme ovale, il a toute la surface finement polie. À l’extrémité la plus pointue se trouve une petite ouverture par où l’on verse le contenu du récipient. La partie centrale est soutenue par quatre pattes tronco-coniques qui lui servent d’appui. Il existe plusieurs hypothèses sur la manière dont fut sculpté l’umete. Quelques auteurs pensent qu’il fut travaillé avec des outils en pierre, en dolérite noire ou en basalte. Cependant, d’autres assurent qu’en raison de sa dureté, il dut être fabriqué grâce à des outils métalliques apportés par les Européens. Robert Langdon est de cet avis et dans son livre The Lost Caravel16, il précise que l’équipage de la caravelle espagnole San Lesmes, perdue dans le Pacifique Sud en 1526, eut des contacts avec les indigènes polynésiens. Au sein de l’équipage de la San Lesmes prédominaient les marins galiciens qui connaissaient parfaitement le travail de la pierre, car leur région - la Galice - est le berceau des meilleurs tailleurs de pierre d’Espagne. Il est donc possible que l’un d’entre eux ou de ses descendants ait préparé l’umete de Maupiti. Quant à la fonction de l’umete, elle demeure inconnue. On ne sait pas si ce récipient était d’un usage domestique ou servait au culte. On avance généralement que l’umete aurait servi de récipient sacré de la boisson ava lors des fêtes folkloriques, religieuses ou initiatiques célébrées dans le marae de Taputapuatea. L’umete est un objet archéologique unique. Aussi a-t-il une valeur extraordinaire pour les Tahitiens, qui réclament régulièrement son retour pour l’exposer dans le Musée Archéologique de Tahiti, à Papeete. En octobre 1977 il sortit d’Espagne à l’occasion de l’exposition « Les deux mondes d’Ornai17 » et fut exposé à l’Art Gallery d’Auckland, en Nouvelle-Zélande.

  • 18 Alvaro de Mendaña, navigateur espagnol (1541-1595). Au cours d’un voyage dans le Pacifique en 1568, (...)
  • 19 Description des Polynésiennes ; « Las mujeres, todos cuantos las vieron afirman haberlas lindas de (...)

11On observe que les Européens qui atteignaient les côtes de Tahiti restaient émerveillés devant la beauté paradisiaque de ses paysages et le bonheur de ses habitants. Ce furent surtout les Français qui, avec leurs descriptions de l’île et des mœurs de ses indigènes, provoquèrent la naissance d’un « mythe de Tahiti » à l’origine d’une grande polémique entre philosophes et écrivains. Rien de tel en Espagne. Les expéditions de Boenechea ne débouchèrent pas sur des descriptions enthousiastes. Faut-il y voir le résultat du caractère plus austère de la mentalité espagnole ou encore les conséquences de l’orientation militaire de l’expédition ? Bref, l’éden tahitien pour les Espagnols d’alors n’existe pas. Cependant il y a une réserve car on possède un document très important qui certes n’appartient pas aux voyages de Boenechea, mais à la deuxième expédition d’Alvaro de Mendaña au Pacifique Sud, au XVIe siècle18. Il s’agit de la première description faite par un européen des habitants de la Polynésie, dans ce cas, non pas de Tahiti, mais des îles Marquises. Les Espagnols qui atteignirent ces îles le 21 juillet 1595 furent émerveillés par la beauté de ses indigènes. Mendaña affirme qu’ils étaient presque blancs et de grande taille, sains et forts. Les femmes, d’après Mendaña, étaient plus belles que celles de Lima. En somme, Mendaña est le premier à exalter la beauté des Polynésiens19, soit presque deux siècles avant Bougainville ou Cook. En revanche, les navigateurs espagnols du XVIIIe siècle, Boenechea ou Rodríguez, n’ont évoqué ni le paradis tahitien ni la beauté des Tahitiens.

  • 20 Pedro Fernández de Quirós, navigateur portugais (1560-1614). Passé au service de l’Espagne, il acco (...)

12La réception du mythe de Tahiti fut donc très différente en France et en Espagne. On pourrait presque affirmer qu’en Espagne Tahiti resta une simple île lointaine dénuée de poésie. Il faut remarquer que c’est au XVIe siècle que l’Espagne a vécu, avec une grande intensité, le mythe de l’île paradisiaque ; en témoignent Quirós20 et l’Australia del Espíritu Santo. Plus tard, on apprit d’ailleurs que ce marin avait « inventé » la plupart de son histoire... Il était donc difficile en Espagne ou en Amérique latine que le mythe de l’île fortunée puisse renaître, seulement un siècle après Quirós. Ce fut donc la France et aussi l’Angleterre qui contribuèrent à fixer l’image édénique de Tahiti. Mais « l’île Amat », par l’implication même du sens de son nom, parlait déjà d’Amour. Le nom du vice-roi annonçait en quelque sorte la destinée littéraire d’une île d’Amour.

Extrait du Vocabulaire Espagnol-Tahitien (1773) Archivo General de Indias, Lima, leg. 1035, Seville.

Espagnol

Tahitien

Français

la mesa

raau

la table

el banco

paepae

le banc

hermana

tuajine

sœur

el suelo

erupa

le sol

la piedra

efane

la pierre

el hombre

etaane

l’homme

la mujer

evajine

la femme

las casas

efare

les maisons

la canoa

èva

la pirogue

el agua

evai

l’eau

beber

nie

boire

comer

cay

manger

nadar

cyndebay

nager

el viento

matay

le vent

el sol

mafana

le soleil

la luna

manama

la lune

las gallinas

emoa

les poules

plátanos

gey

bananes

tierra

rua

terre

dormir

moè

dormir

hijo

mayti

fils

padre

metua

père

la mar

emù

la mer

Haut de page

Notes

1 F. Mellen, Manuscritos y documentos españoles para la historia de la isla de Pascua. Mopu, Cehopu, Madrid, 1986.

2 Boenechea, Domingo de, Relación de la navegación que de orden del Exmo. Sr. Dn. Manuel de Amat y Junyent, virrey y gobernador de estos reinos del Perú y Chile, ha ejecutado el capitán de fragate de la Real Armada Dn. Domingo de Boenechea en la nombrada Sta. María Magdalena, desde el Puerto del Callao, de donde salió a 26 de septiembre de 1772 al descubrimiento de la isla nombrada por los viajeros del Rev Jorge, por los naturales Otageti, y al presente, Amat (1772-1773), Archivo General de Indias. Audiencia de Lima, leg. 1035, Seville.

3 J. Dauphiné, Tahiti, dans Dictionnaire des Mythes Littéraires, Ed du Rocher, Paris, 1988.

4 Ari’i : mot tahitien qui peut se traduire par roi, prince ou chef principal.

5 Tu (Tu Vaira-Atoa) gouvernait la partie nord de Tahiti Nui (Grand Tahiti). Il joua un rôle très important dans les rapports avec les marins européens, surtout avec Cook. Selon Gayangos, il gouvernait 8 cantons de Tahiti, Il fonda la dynastie des Pomare (Nuit de Toux), qui donna à Tahiti cinq rois jusqu’à l’annexion de l’île par la France. Il mourut le 3 septembre 1803.

6 Vehiatua : c’était le titre dynastique des seigneurs des chefs de Teva ; Maximo Rodríguez nomme avec ce titre Ta’ata’ura’ura qui mourut en 1775 à 20 ans. Son frère, dernier de la dynastie Veahiatua, mourut en 1790. La traduction littérale de Vehiatua est « étui divin » ou « suaire de Dieu ».

7 T. Gayangos, Diario de la navegación que hizo à la Ysla de Amat y sus adyacentes el capitán de fragata Dn. Domingo de Boenechea, con el fin de restituir a su patria fos dos naturales Pautu y Tetuanui, y transportar los dos Padres Misioneros para que diesen principio a predicar el Santo Evangelio. (1775-1775), Archivo General de Indias, Audiencia de Lima, leg. 1035. Séville.

8 J. Andía y Várela, José, Relación del viaje hecho a la Ysla de Amat y sus adyacentes. (1774-1775), Archivo General de Indias, Audiencia de Lima, leg. 1035. Séville.

9 II existe une copie du Diccionario et de l’Interrogatorio dans I’Archivo General de Indias, Audiencia de Lima, leg. 1035. Séville.

10 M. Rodríguez, Relación diaria que hizo el intérprete Máximo Rodríguez de la Ysla de Amat, alias Otageti, el año de 1 774, édition de Francisco Mellen, Crónicas de América de Historia 16, Madrid, 1992.

11 Document du Pacte de Tautira (5 janvier 1775), Archivo General de Indias. Audiencia de Lima, leg. 1035. Séville.

12 Texte originel du Pacte de Tautira : « Certifico : Que el día cinco de enero del presente año a las quatro de la tarde. Por disposición del comandante de este buque Dn. Domingo de Boenechea ; los oficiales de guerra Dn. Tomás Gayangos, thente de navio ; Dn, Raymundo Bonacorsi, idem, de fragata ; Dn. Nicolás Toledo, alférez de navio ; Dn. Juan de Apodaca, alférez de fragata ; y Dn. Juan Hervé, idem, y primer piloto ; y los padres misioneros Fr. Jerónimo Clota y Fr. Narciso González ; juntos todos en la casa del establecimiento. Convocamos a ella por medio del intérprete à los Heries principales e indios de más suposición del partido para formar nuestro establecimiento. Y habiéndoles preguntado si eran o nos gustosos que dichos padres y el intérprete quedase en su isla, respondieron todos unánimes que sí. Prometiendo voluntariamente Bexiatua y Hotu favorecerlos y defenderlos de todo insulto de parte de los habitantes de la isla ; ayudarlos a su subsistencia, y en caso de faltarles los alimentos de su uso ; proveerlos de cuanto ellos disfrutan. Haciéndonos al mismo tiempo la discreta prevención de que en caso de hacer a los nuestros alguna extorsión los habitantes de la isla de Moorea con quienes no estaban en amistad, o alguna embarcación extranjera a quienes ellos no pudiesen resistir, no se les había de hacer cargo alguno. Se les hizo saber por medio del intérprete la grandeza de nuestro soberano : sus deseos de favorecerlos e instruirlos, para que sean superiores a todos los que viven en la misma ignorancia ; y les ofrecimos en su nombre, mediante las facultades con que se ha dignado autorizarnos en el capítulo once de la Instrucción ; defenderlos de sus enemigos ; y que serían visitados con frecuencia por las embarcaciones de S.M. si cumplían con fidelidad lo prometido. Demostraron todos una gran complacencia, y en voz alta dijeron que lo admitían por rey de Otaheite y de todas sus tierras. Siéndoles muy agradable la formalidad de este convenio y para que conste a los fines que convengan expido ésta a bordo de la propia fragata, al ancla del puerto Oxatutira de la Ysla oriental de Amat, alias Otaheyti, en cinco de enero de mil setecientos setenta y cinco ».

13 Dans l’île de San Carlos, aujourd’hui Pâques ou Rapa-Nui, cinq ans avant, en 1770, le compte rendu de prise de possession fut signé par quelques officiers présents et aussi par trois chefs indigènes.

14 Marae : enceinte sacrée où l’on célébrait les cérémonies religieuses et où reposaient les os des personnes importantes. On y offrait aussi des sacrifices humains.

15 Lettre du Vice-roi Teodoro De Croix ; 1778, Archivo General de Indias. Lima, 679, lettre 92. Séville,

16 R. Langdon, The Lost Caravel. Pacific Public, Sydney, 1975.

17 Ornai était un insulaire de Raiatea que Cook emmena à Londres lors de son deuxième voyage. A la cour anglaise il fut présenté comme un hoa ou serviteur du chef de Huahine. Lors du troisième voyage de Cook en 1777, il revint sur son île.

18 Alvaro de Mendaña, navigateur espagnol (1541-1595). Au cours d’un voyage dans le Pacifique en 1568, il découvrit les îles Salomon, qui devinrent un véritable mythe, un prétendu paradis terrestre recherché par de nombreux navigateurs jusqu’à la fin du XVIIIe siècle. Reparti en 1595, il reconnut les îles Marquises et mourut dans l’archipel de Santa Cruz.

19 Description des Polynésiennes ; « Las mujeres, todos cuantos las vieron afirman haberlas lindas de piernas, manos, bellos ojos, rostro, cintura y talle, y ser algunas más hermosas que damas de Lima, con serlo mucho las de aquel lugar ; y que en lo tocante a su blancura no se podían decir albas, paro blancas », dans Relación, diario y derrotero del segundo viaje del Adelantado Alvaro de Mendaña en el año 1595, Biblioteca del Museo naval, ms. 196. Madrid.

20 Pedro Fernández de Quirós, navigateur portugais (1560-1614). Passé au service de l’Espagne, il accompagna Mendaña en 1593. En 1605 il projeta une expédition dans les Mers du Sud pour découvrir la « terra Australis Incognita ». Arrivé aux Nouvelles-Hébrides, il crut avoir découvert le cinquième continent qu’il nomma Australia del Espíritu Santo, Dans ces îles paradisiaques se trouvaient toutes les richesses que Quirós se plut à imaginer... Un siècle plus tard, les expéditions scientifiques du XVIIIe siècle auront aussi comme mission de vérifier les affirmations et rêveries de Quirós.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Antonio Martínez Abellán, « Apport espagnol au mythe de Tahiti », Babel, 1 | 1996, 61-71.

Référence électronique

Antonio Martínez Abellán, « Apport espagnol au mythe de Tahiti », Babel [En ligne], 1 | 1996, mis en ligne le 23 mai 2013, consulté le 26 mars 2017. URL : http://babel.revues.org/2918 ; DOI : 10.4000/babel.2918

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Babel. Littératures plurielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire Babel
  • Logo Université de Toulon
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org