Navigation – Plan du site

Babel et le Nouveau Monde

Babel and the New World
Babel y el Nuevo Mundo
Néstor Salamanca Leon

Résumés

L'analyse de la mythologie des Muiscas fait l'objet d'une réflexion stimulante qui montre à quel point le rêve d'une langue originale en Amérique latine est important.

Haut de page

Entrées d’index

Palabras claves :

Conquista, Muiscas, Nuevo Mondo, Bochica
Haut de page

Texte intégral

1Depuis la fin du XIXe siècle, les milieux intellectuels en Europe et aux États-Unis se sont vivement intéressés à la culture et à l’art précolombien. Au fur et à mesure des découvertes archéologiques les nations concernées ont déployé maints moyens pour faire connaître leur passé, d’abord au sein de leur pays, puis à l’étranger. Aussi dans la plupart des pays latino-américains les civilisations précolombiennes font-elles l’objet d’un intérêt croissant. Toutefois les spécialistes en la matière se heurtent à de nombreuses difficultés. D’une part, l’absence de sources fiables car, on le sait, presque aucun de ces peuples n’a élaboré un système d’écriture lui permettant de perpétuer sa mémoire ; rappelons ici que le seul moyen disponible pour la transmission des mythes fut la tradition orale. D’autre part, il faut lire avec prudence certains chroniqueurs, car ils tombent parfois dans des imprécisions dues aux interdits, préjugés religieux et raciaux propres à leur époque. Il en résulte aussi des approximations historiques révélatrices d’un sentiment évident de mépris à l’égard des mythes et des traditions ancestrales, considérés comme des manifestations de superstitions dénuées de tout intérêt.

  • 1 W. Bennet, The Andean Highlands, Bureau of American Ethnology, bulletin 143, vol. 2, Washington, 19 (...)

2La plupart des spécialistes sont d’accord pour placer à égalité de valeur les civilisations Aztèque, Maya et Inca. Il en va différemment pour les autres cultures de ce continent qui ont été éclipsées par le prestige et l’éclat des premières. Selon l’anthropologue Wendell Bennet1 on peut placer après les trois grandes civilisations, celle des Muiscas qui s’est développée du Xe au XIIIe siècle de notre ère sur le plateau central de l’actuelle Colombie.

3Cette position privilégiée et reconnaissance vient de la qualité technique et esthétique de son orfèvrerie. En effet, les Muiscas furent considérés comme des artistes très habiles dans la fabrication d’objets en or. Ce savoir-faire ne fut pas toutefois le monopole des Muiscas, la plupart des peuples qui habitaient l’actuel territoire colombien se faisait concurrence dans cet art délicat. Les Quimbayas, les Cinues, les Taironas et les Tumacos, pour ne mentionner qu’eux, produisirent aussi des orfèvres réputés.

  • 2 E. Silva Celis, Arqueología y Prehistoria de Colombia, Universidad Pedagógica de Tunja, 1968.

4Selon l’archéologue colombien Silva Celis2, l’origine de la civilisation Muisca doit être recherchée chez les Arawaks. Ce peuple vivait initialement dans les petites Antilles ; et ce sont d’ailleurs ses descendants qui accueillirent Christophe Colomb sur l’île Guanahani, le 12 octobre 1492. Mais les Arawaks étaient aussi de grands navigateurs, des hommes aimant l’aventure et la découverte. C’est ainsi que bien des siècles avant le débarquement du génois, ils ont notam­ment peuplé la zone côtière et boisée de l’actuel Venezuela et les rives de l’Orénoque. De même ils se sont enfoncés dans la forêt amazonienne et, longtemps après, ils ont accédé au vaste et fertile plateau central de l’actuelle Colombie.

5Ces Indiens ont trouvé dans cette région les mêmes conditions climatiques que celles dont ont pu bénéficier respectivement les Aztèques sur les rives du lac de Tezcoco, et les Incas sur les versants andins, à savoir de grandes étendues de terre, idéales pour l’établissement de l’homme, un climat agréable dû à une altitude moyenne, des terres fertiles et bien irriguées. Cet environnement favorable a permis une adaptation facile et un développement accéléré de la vie culturelle et sociale. Favorisés par ces conditions, les Muiscas ont vécu dans la paix et le travail, et il est probable que s’ils avaient bénéficié de la durée, ils auraient égalé les civilisations Maya ou Aztèque.

6Une telle évolution fut anéantie par l’arrivée des colonisateurs espagnols avec leur cortège de violences et de destructions. Le conquistador des Muiscas fut Gonzalo Jiménez de Quesada lequel, à la tête d’une troupe de 300 hommes, occupa la région et fonda, le 6 août 1538, la ville de Santa Fé de Bogotá. À partir de cette date, la civilisation Muisca fut menacée de disparition.

7Mais effacer le passé et les mythes d’un peuple si prospère s’annonçait une tâche difficile. Après l’arrivée des Espagnols, les Indiens ont de fait continué, dans la clandestinité, à adorer leurs anciens dieux en les intégrant à la nouvelle doctrine enseignée par les mis­sionnaires catholiques. Si les chroniqueurs de leur côté ont rencontré dans les mythes des Indiens des ressemblances leur rappelant le Christ et les prophètes, les Indiens, eux, ont trouvé des similitudes entre la doctrine chrétienne et les anciens rituels. Cet amalgame de croyances et de cultes a abouti, on le constate encore, à un extraordinaire métissage religieux.

8Les Muiscas ont élaboré une mythologie riche et complexe, attestant leur souci de mieux comprendre leur rôle dans un univers leur assurant la nourriture et recelant en même temps force dangers. Les Muiscas cherchaient des explications aux énigmes du passé et aux mystères de l’avenir, et leur constante réponse fut le mythe. Pour eux, comme pour la plupart des peuples du continent américain, le destin de l’homme et du monde repose autant sur l’histoire de leurs origines que sur les croyances religieuses qui en découlent. Ces deux principes sont les fondements de leur « justification mythique ».

9Bien que le niveau d’organisation atteint par les habitants des régions de Bogotá et de Teotihuacan ne soit pas identique, on peut comparer néanmoins les dieux civilisateurs des deux cultures. Dans les récits respectifs des Muiscas et des Aztèques, Bochica d’une part et Quetzalcóatl d’autre part, exhortaient leurs fidèles à une vie de renoncement et de privation. Ces dieux avaient la mission de lutter contre le despotisme et l’anarchie régnant avant leur venue. Les personnages de ces deux mythes sont tous deux des prophètes destinés à instaurer une ère nouvelle dans chaque civilisation. Le devoir de Bochica et de Quetzalcóatl consistait à bâtir une société mieux organisée et policée, en éloignant de l’esprit de ces peuples le sombre souvenir de l’époque primitive. Tous deux représentent aux yeux de leurs peuples le prototype du bienfaiteur de l’humanité. Quetzalcóatl apprend l’agriculture et le tissage du coton à son peuple ; quant à Bochica il enseigne au sien la culture du maïs et la technique du métier à tisser.

10Les commentaires des chroniqueurs touchant à Bochica ressemblent à ceux que les compilateurs espagnols ont établis au Mexique au sujet de Quetzalcóatl. Tous signalent que Bochica et Quetzalcóatl se comportaient comme des prophètes bienfaiteurs. Aussi les com­paraisons entre ces personnages civilisateurs et le Christ s’imposent-elles. Bochica comme Quetzalcóatl menait une vie exemplaire destinée elle-même à servir à l’édification de leurs peuples :

  • 3 Fray Pedro Simón, Noticias Históricas de las Conquistas de tierra firme en las Indias occidentales, (...)

… il [Bochica] leur a appris de très bonnes choses, comme la été sa propre vie3.

  • 4 F. López de Gómara, Historia de las Indias, cité par R. Piña Chan, Quetzalcóatl serpiente emplumada (...)

Quetzalcóatl fut un homme chaste, pénitent, honnête, tempérant, et pieux à l’image d’un saint. Il prêcha la loi naturelle en s’appuyant sur son propre exemple4.

  • 5 L. Fernández de Piedrahita, op. cit., p. 397.
  • 6 F. Alva Ixtlilxóchitl, Obras Históricas, cité par R. Piña Chan, op. cit., p. 69.

11Ces commentaires nous permettent de mesurer le poids de l’éducation et de la foi chrétienne des chroniqueurs qui s’expriment au travers des commentaires relatifs aux dieux indiens. Certains chroniqueurs sont allés jusqu’à comparer les dieux des Indiens aux prophètes ou aux apôtres. L’évêque Fernández de Piedrahita5 est persuadé que Bochica n’est autre que l’ancêtre de l’apôtre Barthélémy, ce qui le conduit à faire une description du dieu des Muiscas à la manière de celle des apôtres du Christ, vêtu d’une tunique et prêchant la bonne nouvelle dans chaque village. La croix, symbole par excellence du christianisme, est aussi rattachée aux deux divinités en question. Pour le chroniqueur mexicain Fernando de Alva Ixtlinxóchitl6, Quetzalcóatl est un saint, qu’il décrit comme un homme juste prêchant le bien et adorant la croix. Le franciscain Pedro Simón, principal chroniqueur des Muiscas, insiste aussi sur le fait que Bochica aurait appris aux Indiens à adorer le symbole du Christ :

  • 7 Fray Pedro Simón, op. cit., p. 121.

… on dit qu’il [Bochica] leur a appris à faire des croix et à les utiliser pour les peindre sur les vêtements avec lesquels ils s’habillaient7.

12Ce religieux va encore plus loin dans sa volonté d’assimiler Bochica au Christ et il attribue au prophète muisca le miracle de la vie de Jésus qui est la Résurrection :

… il leur a appris la résurrection de la chair, à faire l’aumône et maintes bonnes choses.

13Cette assimilation doctrinale dissimule mal sa volonté de trouver chez les anciens dieux protecteurs des Indiens, des traits qui pourraient rapprocher ces derniers du monothéisme chrétien. Il ne faut pas oublier qu’en principe, la mission première des Conquistadors était la conversion des Indiens du Nouveau Monde à la religion catholique. Or, pour faire changer un peuple de religion, l’entreprise devenait accessible si on imposait à cette population l’abandon d’un culte monothéiste pour un autre culte du même type. De cette manière, l’évangélisation pouvait se réaliser dans des conditions plutôt favorables. Ce fut le cas des Muiscas qui ont assimilé la doctrine des conquérants sans manifester une vive opposition.

  • 8 R. Piña Chan, op. cit., p. 35.

14Cette possibilité de rapprocher Quetzalcóatl et Bochica du dieu des chrétiens est largement facilitée si l’on tient compte, par exemple, de l’opinion de Piña Chan8 au sujet de Quetzalcóatl. Selon lui, ce dernier avait fait l’objet d’un culte presque monothéiste dans les diverses civilisations méso-américaines. Le civilisateur des Muiscas fut de même vénéré par les différents clans qui habitèrent le plateau central de l’actuelle Colombie ; et parlant de Bochica, le Père Pedro Simón de déclarer :

Certains l’appelaient Nemquetequeteba, d’autres Xue, C’est lui qui leur a appris à filer le coton et à tisser. […] lorsqu’il quittait un village, il leur laissait les motifs du tissage peints sur des pierres lisses, comme on peut les voir encore, au cas où les Indiens oublieraient ce qu’il leur avait appris, car ils avaient déjà oublié d’autres bonnes leçons. Il s’adressait à chaque peuple dans sa propre langue, ce dont ils furent étonnés. […] De Bosa il passa au village de Hontibón, puis à Bogotá Serrezuela et Cipacón, enfin il arriva au village de Cota, où il passa plusieurs jours à prêcher devant beaucoup de monde. Lors de son séjour à Cota, il se recueillit la nuit dans une grotte près de la montagne, puis il continua son voyage vers le nord, jusqu’à la région de Guaré, […] pour revenir ensuite vers l’est dans la province de Tunja et dans la vallée de Sogamoso, où il disparut.

15Bochica ne fut ni un prêtre ni un souverain muisca : il fut autre chose ; d’après le récit du franciscain Pedro Simón, il apparut aussi soudainement qu’il disparut. Sa seule mission fut d’annoncer aux Indiens de manière messianique de nouveaux principes de vie. Bochica venait prêcher la bonne nouvelle à travers tout le pays muisca, mais la transmission de ce message fut une tâche difficile en raison de la diversité des dialectes. Pour surmonter cet obstacle, il disposait d’un don extraordinaire lui permettant de se faire comprendre par toutes les personnes qui l’entendaient. De fait chacun « l’entendait » dans sa propre langue. Les Indiens furent émerveillés par ce singulier « plurilinguisme », ce don digne d’une Pentecôte.

16Les prodiges et le contenu du message de Bochica confirment que son dessein principal fut l’unification du pays muisca sur des règles communes d’organisation. Le principal obstacle que Bochica rencontra pour mener à bien cette entreprise fut l’isolement des différentes peuplades en raison de leur impossibilité à communiquer dans une langue commune. C’est Bochica lui-même qui vint résoudre cette difficulté, en se faisant le messager d’une parole divine ou magique compréhensible par tous.

17Cet éclatement linguistique rendant impossible l’unité des peuples, est à rapprocher, dans l’Ancien Testament, de l’histoire du peuple de Dieu qui, voulant toujours rester uni, entreprend l’édification de la tour de Babel, pour échapper justement à un éclatement de cet ordre. Dieu a vu dans cet édifice qui atteignait presque les cieux, un symbole d’hubris et d’arrogance. Pour punir ce péché d’orgueil, il sema la confusion en multipliant les langues, obligeant de fait les hommes à se disperser sur toute la surface de la terre, puis à se regrouper selon la langue. Si dans le récit biblique, le peuple élu a bâti une immense tour, symbole d’unité, de manière identique on peut supposer que Bochica a voulu reconstituer un passé idyllique, celui des premiers hommes, qui vivaient en communion permanente avec les dieux.

18La volonté unificatrice du dieu civilisateur des Muiscas pourrait s’interpréter comme une tentative de reconstruire la « tour de Babel » dont la finalité est clairement expliquée dans la Bible :

Allons, bâtissons-nous une ville et une tour dont le sommet atteigne les cieux ; faisons-nous un nom, afin que nous ne soyons point dispersés sur toute la surface de la terre. Genèse 10, 4-5.

19À l’instar du dieu de la Bible, le dieu des Muiscas a voulu aussi châtier son peuple par crainte de la puissance qui résulterait de l’unité dont Bochica était l’inspirateur. Cet épisode nous est parvenu grâce au singulier mythe du saut de Tequendama rapporté par le Père Pedro Simón.

20Le dieu Chibchacum décide de punir son peuple en submergeant ses cultures à l’aide de deux rivières qu’il a détournées afin d’inonder leur vallée. Les eaux parviennent effectivement à recouvrir les cultures, ce qui provoque la panique chez les habitants. Ceux-ci, désespérés, interviennent auprès de Bochica pour qu’il les sauve du désastre. Après plusieurs jours de jeûnes, de prières et de sacrifices offerts aux dieux, Bochica apparaît au-dessus de l’arc-en-ciel, portant une baguette d’or. Après s’être adressé aux chefs principaux pour les assurer de sa protection, le prophète civilisateur frappe de sa baguette un grand rocher qui s’entrouvre immédiatement, permettant l’évacuation des eaux.

21Bochica intervient dans cette querelle entre Chibchacum et les Muiscas pour épargner à ce peuple la vengeance de ce dieu. Bochica possède tous les attributs du père protecteur et tout-puissant ; son grand âge et sa longue chevelure blanche confirment son autorité ainsi que son savoir ; ses pouvoirs magiques lui valent le respect et l’admiration des Indiens qui sont disposés à lui offrir toutes sortes de sacrifices. Ce prophète incarne le protecteur sur lequel tout peuple souhaiterait pouvoir compter. Bochica a symbolisé pour le peuple muisca l’espérance de l’unité du pays. Aux yeux des Indiens il fut un prophète venu directement de leur époque fondatrice, une sorte de figure « prébabélienne », dernier témoin d’un passé originel où les hommes parlaient encore avec leurs dieux la même langue. Sa mission providentielle fut de rassembler les divers clans muiscas grâce à sa doctrine prêchée dans une sorte de « langue magique » comprise par tous.

22Le lien analogique est fort entre certains mythes des peuples précolombiens et la doctrine chrétienne. Les premiers à s’intéresser à ce rapprochement furent les missionnaires, puisqu’ils voyaient dans ces points communs un moyen d’évangélisation rapide. Les Indiens, de leur côté, ont dû faire aussi le rapprochement entre leurs anciennes croyances et la nouvelle religion imposée par les Espagnols. Certains comme les Aztèques ont mêlé nouveaux et anciens cultes, d’autres comme les Muiscas ont fini par accepter entièrement la religion des conquérants.

23Par ailleurs, on le sait, le débarquement espagnol en Amérique fut marqué par la violence et la domination. La surprise et l’admiration des Indiens devant l’armement et l’apparence des nouveaux venus les mettront très vite dans une position d’infériorité, permettant aux conquérants la réussite complète de leur entreprise. Lorsqu’on lit les premiers chroniqueurs, en commençant par le journal de Christophe Colomb, les raisons qui conduisirent ces hommes à l’aventure américaine sont évidentes : intérêt et cupidité, mais aussi désir d’agrandir le royaume par la conquête de terres nouvelles et la propagation de leur religion et de leur culture. Colomb, de son arrivée dans les petites Antilles jusqu’à son dernier voyage dévoile sa volonté de découvrir et d’explorer des terres jusque-là inconnues par l’homme européen. Ces mêmes idées expansionnistes habiteront l’esprit de tous les conquistadors espagnols se rendant sur les terres américaines. Le dessein fondamental de la couronne espagnole fut, outre le fait de tirer un grand profit de ces expéditions, l’instauration de sa langue et de sa religion sur toute la surface du continent.

24On constate alors que l’espoir si cher à Bochica de réunifier le peuple muisca autour des mêmes lois et grâce à une langue comprise par tous, fut finalement réalisé par les Espagnols qui parvinrent en effet à imposer leur langue dans une grande partie du continent américain. Étrange retournement de l’histoire et du mythe fondateur vaincu, mais finalement porteur de la valeur unitaire. Peut-on ainsi penser que les conquérants espagnols, à l’image de Bochica, sont venus en Amérique se croyant investis d’une mission sacrée : construire un monde nouveau, uni par une seule langue et un seul dieu ? Il serait naïf de croire que les conquistadors débarquèrent avec la même volonté unificatrice que celle qui avait inspiré le prophète muisca, et que leur seule mission fut de construire un nouveau monde dans lequel tous parleraient une langue unique comme dans cet âge d’or antérieur à la construction de Babel.

25L’ambition d’une langue unique continue à séduire les hommes. Mais si le mythe donne à cette unification un sens humaniste comme ce fut le cas pour le peuple de Dieu ou pour le peuple de Bochica, l’Histoire, quant à elle, permet d’y voir plutôt un instrument d’oppression.

26L’unité linguistique peut être considérée comme le trait essentiel de l’époque pré-babélienne ; de nos jours cette prépondérance linguistique tente de s’imposer et de se fonder à partir de la puissance économique et politique au détriment des langues et des cultures minoritaires condamnées à terme au déclin et à la disparition. Si le désordre babélien fut le châtiment de Dieu pour punir l’orgueil de l’homme, n’est-on pas en droit de se demander si, paradoxalement, la volonté humaine d’imposer des langues dominantes avec ses effets pervers sur la diversité culturelle et linguistique, ne serait pas le châtiment de l’homme contemporain confronté à sa propre volonté de domination ? Les Muiscas, sous la direction de Bochica, l’avaient probablement entrevu : le mythe précédait leur destin historique et fixait à jamais leur illusoire rêve d’une langue unique. L’homme contemporain, lui, a oublié le mythe, il ne suit désormais que les tristes leçons d’une histoire économique.

Haut de page

Notes

1 W. Bennet, The Andean Highlands, Bureau of American Ethnology, bulletin 143, vol. 2, Washington, 1964, cité par S. Broadbert, Los Chibchas, Bogotá, Facultad de Sociología, Universidad Nacional de Colombia, 1964.

2 E. Silva Celis, Arqueología y Prehistoria de Colombia, Universidad Pedagógica de Tunja, 1968.

3 Fray Pedro Simón, Noticias Históricas de las Conquistas de tierra firme en las Indias occidentales, Bogotá, Biblioteca de Autores Colombianos, 1953, p. 121.

4 F. López de Gómara, Historia de las Indias, cité par R. Piña Chan, Quetzalcóatl serpiente emplumada, Fondo de cultura económica, México, 1990, p. 69.

5 L. Fernández de Piedrahita, op. cit., p. 397.

6 F. Alva Ixtlilxóchitl, Obras Históricas, cité par R. Piña Chan, op. cit., p. 69.

7 Fray Pedro Simón, op. cit., p. 121.

8 R. Piña Chan, op. cit., p. 35.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Néstor Salamanca Leon, « Babel et le Nouveau Monde », Babel [En ligne], 1 | 1996, mis en ligne le 21 mai 2013, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://babel.revues.org/2905 ; DOI : 10.4000/babel.2905

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Babel. Littératures plurielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire Babel
  • Logo Université de Toulon
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org