Navigation – Plan du site

Poèmes

Jean-Charles Vegliante
p. 129-131

Texte intégral

1. Tout recommencer

eine reine Sprache
(W. Benjamin)

1Tout le reste est rien. Rien ne peut plus te faire
du mal. Tu es en moi. En toi je me tourne
sur notre retour au recommencement :
la rose, la reine, le bonheur premier
nous soulèvent, remplis de paroles d’air,
pour la dernière fois engoulés de vent,
glorieux sur le socle serpent-sirène
qui est le monde-d’en-bas, le pur esprit
de la matière : il n’y a rien à comprendre,
hors de toi douce rien : notre seule même
impure Reine qui déçoit et compense
plus que nous-mêmes, déjà désenlacés
qui nous voyons à l’intérieur de celui
qui dans sa créature t’aime, et se pense.

2. Fils des autres

Sonnet à re-dire

2Dans la rame comble il évide un espace
sonore, il regarde les anciens qui jouent
sur l’accordéon désabusé, et rient
de ses [trous] — la la la — il crâne quand même,
lançant « Che bêla cosa ‘na iournatâ
‘e sole » : c’est ce qu’il reste encore ici,
par la voix acerbe à l’enfance volée,
des moments joyeux d’une autre émigration
presque ... dont plus personne
... mais c’est la nôtre.
                                   ... qui (mais je suis seul)... tu...
                                   qui disparaît (mais je suis seul)
aussitôt... tu...
Tu, Johanne, souffle un frère presque atone
qui disparaît (mais je suis seul) aussitôt,
tu (je complète à peu près) non pro- obis...
(le reste se noie dans le ferraillement).

18 sept. 2004
(pour G.R.)

3.

3Ce matin aux banlieues la radio s’épate.
Je pense à Bernard Lavilliers vieux pirate.
J’écoute les cris venus de l’intérieur
et des airs plus noirs qui me parlent d’ailleurs.

4« Cafou-cafouiller si c’est là-haut, visons,
et de titiller au bas du dos, c’est bon ! »

5J’aime ne pas comprendre ce qui m’effleure.

(nov. 2005)

4. Vert Vérone

6Adige verde torello
come rapido t’avvinghi
alla piccola acerba Roma
seno che fugge e torna :
oh non svegliare quella
immemore sempre e
nuda
nue di anni e dolore
viva Euridice bambina
indifesa ... che
pastel !...
a quanti sogni graffiti, quanta resa

(via Cappello, juin 2007)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Charles Vegliante, « Poèmes », Babel, 18 | 2008, 129-131.

Référence électronique

Jean-Charles Vegliante, « Poèmes », Babel [En ligne], 18 | 2008, mis en ligne le 08 octobre 2012, consulté le 29 mai 2017. URL : http://babel.revues.org/290 ; DOI : 10.4000/babel.290

Haut de page

Auteur

Jean-Charles Vegliante

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Babel. Littératures plurielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire Babel
  • Logo Université de Toulon
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org