Navigation – Plan du site

Un poète latin castillan du début du XVIe siècle : Alvar Gómez de Ciudad Real

La lettre dédicatoire en prose qui accompagne sa transcription des épîtres de Paul en distiques élégiaques, ou Musa Paulina
A Castillan Latin Poet of the Early XVIth Century: Alvar Gómez de Ciudad Real
Un poeta castellano de principios del siglo XVI : Alvar Gómez de Ciudad Real
Claudine Sánchez Martel
p. 23-50

Résumés

En utilisant les archives de la Bibliothèque Nationale de Madrid, l'auteur étudie les implications littéraires de l'utilisation du latin dans une lettre non publiée d'Alvar Gómez.

Haut de page

Texte intégral

1Pourquoi écrire en latin, non seulement pour plagier les épîtres de Paul en distiques élégiaques, mais aussi déjà dans la lettre dédicatoire qui accompagne un tel travail ? Il est vrai que notre auteur castillan s’adresse ici au Pape Clément VII, et que le latin a l’avantage d’être alors une langue internationale, outre que c’est la langue de l’Église. De plus, l’emploi du latin pourrait sans doute nous fournir plusieurs indications sur la situation sociale et professionnelle de l’auteur.

2Mais plutôt que de nous arrêter sur ce genre d’indications, d’autant que nous ne disposons pas par ailleurs d’un nombre suffisant d’informations sur Alvar Gómez de Ciudad Real, pour pouvoir procéder dans l’immédiat à des vérifications éventuelles de nos conclusions dans ce domaine, nous préférerons voir les significations littéraires de l’emploi du latin par Alvar Gómez,... ici dans sa prose.

3Nous pouvons d’abord en effet le différencier d’autres sortes de latin qui ont pu exister à la même époque, et dégager ainsi les caractères du nouvel instrument littéraire qu’Alvar Gómez a mis au point pour lui-même dans le passage que nous éditons ici en guise d’échantillon. De ces caractères, en outre, beaucoup sont communs au style recherché en général par nombre d’auteurs latins de la Renaissance, et de poètes latins castillans en particulier. En cela, par l’aisance qu’il commence à manifester dans son maniement d’une langue latine riche, et des modèles antiques, Alvar Gómez représente une étape intéressante entre, d’une part, les expériences des premiers érudits humanistes créateurs en latin (tels que Lucio Marineo Siculo ou Arias Barbosa), et, d’autre part, la technique achevée de la poésie néo-latine postérieure des mystiques espagnols (tels que Lorenzo Palmireno, Domingo Andrés, Arias Montano), eux-mêmes précurseurs en latin du baroque « culterano » (de « culto » : « savant, lettré », à l’origine) en langue vernaculaire.

1. Prestige du latin en Castille depuis la fin du XVe siècle

4Le latin était la langue de prestige et de communication universelle au bas Moyen Âge. Elle était la langue diplomatique, aussi en Espagne, jusqu’au fameux discours que Charles Quint prononça pour la première fois en castillan devant le Pape Paul III et les ambassadeurs de Venise, le 17 Avril 1536. Et dans les universités européennes, le Pape Martin V (1368-1431) l’avait imposée depuis le début du XVe siècle comme langue de communication2.

5Les auteurs considéraient le latin comme le préliminaire indispensable de tout savoir. Juan de Lucena dit : « El que latino no sabe, asno se debe llamar de dos pies3 ». Même Antonio de Nebrija, d’après ce qu’il dit lui-même dans l’introduction qu’il lui donne, semble avoir écrit sa fameuse première grammaire du castillan dans le but ultime de familiariser ses lecteurs avec des structures élémentaires utiles pour l’apprentissage du latin, tant c’était ce qui lui importait en fait4. Et lui-même a montré le bon usage que l’on pouvait faire de cette connaissance propédeutique, avec ses riches commentaires sur les "realia" bibliques, auxquels il est arrivé à partir de recherches sur le vocabulaire des textes originaux grecs et hébreux et du texte latin de la Vulgate. C’est pour ces raisons diverses que les Rois Catholique Ferdinand et Isabelle, ont sollicité, pour eux-mêmes et pour leurs enfants, des précepteurs qui leur apprissent le latin.

6Mais ce n’est pas seulement pour l’utilité pratique de son universalité que le latin a été objet d’admiration à la fin du Moyen Age e Castille en particulier. Pour le marquis de Santillane, qui aurait bien aimé connaître le latin, cette langue était à associer au « style sublime », par opposition au style moyen et au style bas. Et le style sublime est celui qui correspond le plus volontiers à la poésie, considérée comme le genre le plus raffiné et le plus délicat.

7L’enthousiasme était tel que beaucoup cherchaient à voir, dans castillan contemporain, l’héritier, en même temps que le reflet plus fidèle du latin5. Toutefois, il était impossible pour des Espagnols de croire que ce pût être en même temps la langue du peuple, comme certains humanistes italiens le défendirent dans leur pays (ce fut thème de la querelle qui opposa Flavio Biondo à Leonardo Bruni, Florence, aux alentours de 1435) : tout au plus, pour Antonio de Nebrija, une connaissance suffisamment répandue de cette langue devait accompagner la prospérité politique du pays, voire de l’Empire, sur le modèle de la prospérité qu’avait connue l’Empire romain, avec le même latin comme langue de culture et de conquête tel est le sens de sa célèbre formule ; « la lengua, compañera del imperio », qui impliquerait aussi bien le castillan une fois bien formé que le souvenir du latin comme modèle de cette langue d’élite.

2. Le latin classique considéré comme inadapté pour les traductions philosophiques ou religieuses

8Cependant, une telle admiration ne s’est pas produite sans qi certains clament la nécessité d’un jugement plus nuancé. Ce fut cas d’Alonso de Cartagena, un évêque castillan du milieu du XVe siècle... qui écrivit lui-même pourtant en latin sa longue défense de tolérance à l’égard des chrétiens nouvellement convertis du judaïsme le Defensorium unitatis christianae. Bien qu’il ne connût probablement pas le grec, la traduction latine de l’Éthique à Nicomaque d’Aristote que Leonardo Bruni d’Arezzo venait de donner en style cicéronien éveillait en lui des soupçons quant à l’exactitude de la traduction : le soin porté à la présentation rhétorique de celle-ci était trop grand, pour que les idées fussent fidèlement restituées, pensait Alonso de Cartagena.

9La méfiance envers les modèles classiques, notamment pour tout ce qui est expression d’idées religieuses reliées au christianisme, perdura longtemps en Espagne. La parution du Ciceronianus d’Érasme en 1528 souleva une polémique à ce sujet en Europe. Mais en Espagne, où le "cicéronianisme" a eu aussi ses adeptes (par exemple Juan de Maldonado, auteur d’une Paraenesis en 1529 6), la méfiance à l’égard du paganisme que celui-ci semblait représenter avait déjà plaidé en faveur d’une diversification des modèles, incluant notamment les auteurs chrétiens, pour évoquer la foi chrétienne.

3. Le latin classique remis à l’honneur par une minorité d’humanistes espagnols au début du XVIe siècle : les philologues

10La réhabilitation du latin classique fut parallèle au développement de nouvelles méthodes d’enseignement du latin. Au lieu de réduire les auteurs à une liste de formules à apprendre avec leur équivalent castillan comme traduction fixe, on acquérait d’abord tous les rudiments de la langue, pour pouvoir lire et imiter librement les textes des grands auteurs. Ceux qui enseignaient ainsi étaient les maîtres de « Grammatica » ou de « Poesia ». Antonio de Nebrija, même si ses successeurs lui reprochaient encore son attachement aux méthodes médiévales, fut le premier à défendre le métier du Grammaticus... ce en quoi il se vantait d’avoir déraciné « la barbarie » de l’Université espagnole. On leur reprochait surtout d’être trop attachés à l’enseignement des bases, ce pour quoi Juan de Lucena, admirateur, pourtant, lui aussi, du latin, mais familier des anciennes méthodes, les taxait de « perroquets ». Or c’est parce qu’ils voulaient doter leurs élèves de l’outil le plus universel et le plus souple pour pouvoir accéder librement aux textes, qu’ils insistaient sur les bases.

11Les premiers des grands philologues et "Grammatici" furent, de fait, des hellénistes, comme Arias Barbosa, et Hernán Núñez, connu comme « el Comendador Griego » (« le commandeur Grec », par allusion, en même temps, à son origine sociale). Ce fait est révélateur de leur expérience et de la finesse de leur savoir dans le domaine linguistique, tels que ne les possédaient certes pas les humanistes de la génération précédente (comme Alonso de Cartagena évoqué plus haut). Leur plus grande familiarité avec les bases de la langue leur a donné en même temps une plus grande confiance en l’imitation des classiques et en sa souplesse et sa valeur universelle.

12Alvar Gómez de Ciudad Real, leur contemporain, même si on ne sait pas grand chose sur ses fonctions sociales, peut être considéré comme un digne adepte de cette forme d’imitation, à la fois bien documentée, mais souple, des auteurs (profanes) antiques. Sa transcription en distiques élégiaques des épîtres de Paul en est un témoignage ; mais aussi la prose de la lettre dédicatoire qui l’accompagne... et dont voici un passage inédit, dont je propose directement ici une traduction française.

LETTRE DÉDICATOIRE INÉDITE D’ALVAR GÓMEZ (en latin) ACCOMPAGNANT SA TRANSCRIPTION DES ÉPÎTRES DE PAUL EN DISTIQUES ÉLÉGIAQUES LATINS, OU MUSA PAULINA.
Proposition de traduction des f°320 r° à 322 v° de l’exemplaire de la Biblioteca Nacional de Madrid7

13I
[F° 320 r°] ...Oh Clément VII, Très Saint Père, dans l’apologie de quelle créature la vertu du Créateur suprême (je mets toujours à part l’humanité du Christ et la mère du Christ, qui sont les premiers sanctuaires du soleil de la justice) sera-t-elle plus dignement exaltée, vantée, glorifiée par nous, que dans l’apologie de Saul, ce fameux persécuteur de Christ, lui, blasphémateur, assassin, sanguinaire, instigateur de complots contre les saints frères, que le Seigneur a changé en architecte de la religion chrétienne ? C’est pour que soit manifeste la puissance, en même temps que la clémence du Souverain suprême, que de Saul, il fit Paul.

14II
Il est admirable d’entendre parler de l’endurance de Jean lorsqu’à l’âge tendre de l’adolescence encore, il vivait avec une sainteté sans défaut et jusque-là jamais vue, parmi les tanières des bêtes sauvages : elles étaient admirables, la pauvreté restée célèbre de son alimentation, constituée en tout et pour tout de sauterelles et de miel sauvage, et la magnifique fermeté qu’il a montrée devant Hérode. Mais vraiment, voici qui est encore plus admirable : c’est que, ce que Jean faisait de façon irréprochable dans le calme du désert, Paul l’a fait dans le tumulte du monde, et (si l’on en croit Chrysostome) avec des moyens de subsistance encore moins riches : lui qui a accusé un plus grand nombre de tyrans devant la gloire du Christ, et en a affronté de plus cruels et de plus effrayants ; mais ce qui est encore plus admirable, c’est de voir Saul dans le troisième ciel, sucer le sein très riche de la divinité nourricière de la même bouche que celle avec laquelle naguère il blasphémait, explorer les retraites de l’Empyrée et les arcanes ineffables du très juste Père avec les mêmes yeux, le même cœur que ceux avec lesquels il s’emportait avec fureur, exhalant des menaces de mort, plus effrayant que tous les loups, contre des agneaux impuissants.
Du premier, assurément, la Grâce promit qu’il serait extrêmement saint, avec succès, [F° 320 v°] dès les entrailles de sa mère. Tandis qu’au second, le sang versé des justes, et les crimes déicides qu’il avait commis contre les membres de Dieu, c’est-à-dire contre les saints de Dieu, ne lui assuraient pas la faveur du Seigneur, ni les justes joies des anges, mais plutôt les incendies de la mort éternelle.

15III
O toi qui as fait Paul, que ce serait trop peu dire, si je disais : "Toi qui as fait les cieux" ! Et vous, philosophes, vous qui scrutez les choses sublimes, "Dieu a créé les cieux à partir du néant, et voilà qui est extraordinaire", dites-vous, mais il a fait Paul, de Saul, et vous ne vous émerveillez pas ? En contemplant les mélanges bien dosés des éléments, les vertus des herbes et des fruits, le cours des astres et les mouvements du ciel, l’arrangement de tout l’univers, son ordre et son harmonie, vous êtes en admiration, et vous voyez Saul et vous ne l’êtes pas ?

16IV
Oh Saul admirable, ô bienheureux Paul, apprécie grâce à ceci l’éclat de ta dignité, car dans ta louange, il est fait mention aussi de tes crimes. Mais quels sont ces crimes ? Non pas la luxure, ni l’orgueil, ni la convoitise, ni d’avoir été asservi à des idoles ni aucun acte monstrueux de ce genre, mais plutôt l’incrédulité, l’ignorance, d’où lui est venue sa haine si grande contre les adorateurs du Christ, et c’est cela qui lui a valu aussi la miséricorde, car il a agi dans l’ignorance et dans l’incrédulité.

17V
Mais voyons maintenant, de fait, quelles ont été ces vertus qui, par influence de la Grâce, ont succédé aux vices en lui, conformément à la vérité, puisqu’il m’est un vase de choix. Assurément ce sont, pour ne pas en citer d’autres, l’obéissance, en face de l’incrédulité, la charité, en face de la haine, et au contraire de l’ignorance, la sagesse.

18V.l.a
L’obéissance me vient donc à l’esprit parmi les premières, et assurément ce n’en était pas une fausse, de quelqu’un qui tient tête et qui résiste, mais ce fut celle d’un homme capable de dire de lui-même, et de le dire sincèrement : "Je vis, non plus moi-même, mais c’est le Christ qui vit en moi". O métamorphose jamais vue depuis la nuit des temps ! O admirable obéissance d’un homme divin [F° 321 r°], qui, ayant dépouillé de sa volonté propre son pouvoir de discrétion, s’est transformé en fonction du plaisir d’un autre, à tel point que non seulement il vit à travers cet autre, mais qu’il vit pour l’autre, et, au-delà, allant si loin que, mort pour lui-même, il vit dans l’autre !

19V.l.b
Ne vois-tu pas Saul, ce fameux destructeur de l’Eglise, jeté aux genoux de l’Agneau crucifié, brûler complètement dans d’ardentes flammes les mœurs infâmes de son ancienne manière d’être criminelle et les appétits terrestres de la chair corrompue, comme des dépouilles prises sur l’ennemi, faire se consumer les cendres perfides de son ancienne incrédulité par le souffle d’une foi constante, mourir pour ce qui est du corps, mourir pour ce qui est des ténèbres, et faire de cela un comportement, avec constance ? Ne le voyez-vous pas, lui encore, comme un Phénix singulier, par la vertu du Christ reprenant sa puissance, vivre pour l’esprit, vivre pour la lumière, vivre pour la foi, vivre pour Dieu et, obéissant à son père, déployer, jusqu’à la palme du martyre, la très belle image de l’humilité chrétienne ?

20V.l.c
Le voilà : soldat extrêmement endurant : après s’être fait imitateur de la vertu du "chef", il ne s’effraie pas des bêtes sauvages, il ne redoute pas les prisons, ni les menaces des persécuteurs, ni les emportements des licteurs, ni le glaive des bourreaux, Néron ni le Tartare il ne craint. Mais ayant toutes les affaires humaines sous ses pieds, il ne redoute rien si ce n’est d’être séparé de Christ, il n’aime rien si ce n’est Christ, il ne recherche rien de plus, rien en dehors de Christ, et presque, dirais-je, il n’est rien d’autre que Christ ; non pas parce que la personne de Paul serait celle de Christ, mais parce que (si nous essayons de dire l’ineffable), rendu un seul esprit avec Dieu, par l’attachement extrêmement tenace et extrêmement simple d’une volonté divinisée, ou, tout du moins, maniée par Dieu, il n’est rien au-dessous de Saul, et rien au-dessus de Christ. De sorte que, changé de Paul en Christ, comme il s’était transformé de Saul en Paul, il présente en lui-même un modèle très rare du pur amour : image, pour les fidèles, aussi incroyable qu’illustre.

21V.l.d
O sacrifice grandiose et qui doit être admiré à travers les âges [F° 321 v°], que celui par lequel la volonté de Paul est offerte, et par lequel Paul devient pur, après avoir brûlé son incrédulité ! Le Seigneur a pris en considération d’en haut les offrandes d’Abel, sous la forme des prémices de la graisse des brebis, et c’est avec ces yeux généreusement disposés, ce regard de la plus douce paternité, que, croyons-nous, il dirige son attention vers Paul, lorsque celui-ci, se défaisant de la souveraineté de sa volonté propre, mettant son cœur à nu, et retranchant ses entrailles à l’appétit irrationnel, poussé par l’aiguillon de la volonté du Seigneur, offre aux flammes vengeresses le Saul intérieur, c’est-à-dire lui-même. Grande a été la foi d’Abraham, et grande son obéissance, un père qui s’approche de l’Autel redoutable, prêt à sacrifier son fils, l’unique consolation, de ses vieux jours presque achevés. Mais il connaissait l’autorité de celui qui ordonnait : déjà dans la vallée de Mambrée, il avait vu je ne sais quoi de supérieur à l’homme, déjà par une vision des anges, par de nombreux signes, la puissance divine s’était fait connaître de lui, ne serait-ce que par le fait qu’elle avait donné à sa vieillesse une descendance inespérée. Il espérait, plus haut que la blessure de la perte de son enfant, être consolé par celui-là même qui, allant au-delà de la loi de la nature, l’avait fait père. Alors que notre Saul n’avait pas vu les trois, tout en en adorant un seul ; bien au contraire, il méconnaissait complètement celui qu’il persécutait ainsi, et voici qu’au milieu de violents égarements furieux, et avec ses sens abreuvés de sang chrétien, dès qu’il entendit la voix divine, il dit avec empressement : "Seigneur, que veux-tu que je fasse ?"

22V.1.e
Oh promptitude inouïe chez un homme ! Oh cœur tout préparé pour les flammes d’au-dessus des cieux, qui confesse le Seigneur à la première écoute, se dépouille de lui-même, offre son esprit, et, après lui avoir juré fidélité pour l’éternité, recherche la volonté de son maître !
Il ne demande pas à être informé par les anges de qui cette voix a été, il ne discute pas les lois du Seigneur, il ne débat pas sur les sacrements chrétiens. Il ne demande pas à approfondir la loi brute dont la défense l’avait rendu sourd. D’emblée rendu à la vérité crue [F° 322 r°j, il ne remet pas en question que Moïse soit un prophète de Dieu, l’existence des reliques de l’arche, du banquet céleste, de l’ouverture des eaux marmoréennes de la mer, des victoires des ancêtres, de la gloire du temple, les alliances de Salomon. Il n’hésite pas, ne doute pas, ne remet pas au lendemain. Mais au contraire, sur-le-champ, et tout d’un coup, mettant un terme à sa fidélité inconditionnelle à l’éclat de Juppiter, il reconnaît le Seigneur, le suit, et, plus que le suivre, il va jusqu’à se purifier, après l’avoir abandonnée, de la malice de la nuit universelle, il est rendu parfait, il est éclairé, et, pour tout dire, il est changé en Christ. Et même s’il dit : "O Seigneur, que veux-tu que je fasse ?", il dit :

23V.l.f.a
"Je ne te demande pas : ’Que veux-tu que je croies ?’. Tu m’as d’emblée apporté devant les yeux la beauté de la foi ; je croirai en l’Eglise, je croirai avec les saints frères, et je ne souillerai plus l’éclat de la foi qui correspond à la voie droite, comme pour me chercher d’autres voies détournées. Bien que je sois docteur de la loi, et même au plus haut degré de science parmi les Pharisiens, bien que j’aie appris les fleurons de la littérature athénienne, les lois de Platon, les oracles des prophètes, et les Anciens Commandements de Moïse au point que je pensais avoir bien pénétré tout cela, je ne me rengorgerai pas, je m’humilierai devant le triomphe de la vraie lumière, je me ferai captif du joug de la foi et je ne désapprouverai pas celui qui t’aura approuvé. Je ne cherche pas à savoir ce que je crois, ni pourquoi je crois, pas même dans les raisonnements humains ; et ceux-ci, par inspiration de l’esprit, s’offrent comme servants de la raison divine, hors d’atteinte de la fausseté, si vraiment il est impossible que la vraie raison ne s’écarte de la lumière de la vérité. Mais il me suffit que je croie en toi en vérité, que par toi je croie la vérité, qu’en toi je croie la vérité. Au point que mon ancienne ignorance, sauf orgueil charnel, ne me pèse plus, je crois en la naissance et en la passion de Jésus Christ.

24V.l.f.b
Je crois que toi, qui m’as parlé, tu es Jésus en personne, et dans ce fait même, que tu as daigné parler avec moi, je perçois le plus grand indice de l’estime infinie que tu mérites. Je ne dois pas douter que tu es le seul libérateur des péchés, toi que je vois être l’illuminateur de la cécité de Saul. A quoi bon quantité d’arguments ? Dans mon sommeil, dans ma résipiscence, dans le fait même que Christ parle à Saul, je vois bien, soit avec exactitude, ou tout comme, que ce que je crois est vrai. Pourquoi douterais-je que la Parole de Dieu, par son avènement, a visité les hommes, quand moi, Saul, j’entends la parole de la Parole de Dieu ?
Je crois en toi, Seigneur, je crois que tu es Dieu, en même temps qu’homme. Un Dieu qui, exaspéré par l’offense de leurs premiers parents, as relégué les hommes rebelles, comme les ayant expulsés du quatrième ciel, dans une pitoyable vallée de larmes. Et un homme qui, payant l’offense faite à Dieu, étant Dieu toi-même, t’es offert au Père comme un agneau tout innocent pour nos fautes, te transformant en une victime expiatoire agréée, et, nous lavant de l’infection du premier crime infâme, après avoir annéanti ennemis et abîme du Tartare, nous rends notre patrie et notre Père. Et toutes les régions qui sont sous le ciel, stériles du fait de souffles malsains, tu les as irriguées des fleuves de ton propre sang, tu les as fertilisées, tu les as remplies du fruit d’une précieuse descendance : de sorte que ce qui jusque-là vieillissait en faiblissant, du fait de la dégénérescence contagieuse de la chair, une fois arrosé par le mystère de ton esprit, par l’intermédiaire du sacrement de la repentance, comme cela fut annoncé autrefois par les prophètes, commence, comme un cerf quand il boit l’onde, à rajeunir..."

ANALYSE DE L’EXTRAIT

avec quelques points de commentaire au fil du texte

25[F320r°]

26I
L’exemple de la conversion de Saul rend honneur au Créateur suprême : Telle est l’idée générale, permettant d’introduire le plus légitimement qui se puisse l’éloge d’un héros aussi particulier que Paul. Cette idée est reprise en outre des écrits de l’apôtre lui-même (Ephésiens 2 :7). Une interrogation oratoire prend à témoin le destinataire de circonstance de la lettre dédicatoire d’Alvar Gómez. Mais à travers lui, tout lecteur se sent impliqué, grâce à une telle présentation. L’opportunité du choix est mise en valeur de façon hyperbolique par l’élimination, d’emblée, de tout autre choix, à travers la comparaison interrogative "in cuius creaturae praeconio... dignius... quam in Saulo illo... ?". Une sorte de sentence brève fait figure de réponse absolue à l’interrogation oratoire. Son caractère de sentence est souligné par le jeu de mots qui termine la phrase, et qui constitue en même temps la clef du sujet : "quod Paulum fecit e Saulo".On remarque au passage l’idée, de tendance plutôt érasmiste, selon laquelle Paul (parfois simplement appelé le cinquième évangéliste, pour le témoignage qu’il a rendu du Christ après sa mort) est considéré ici comme "l’architecte" ("architectum") de la religion chrétienne. Toutes les précautions qu’Alvar Gómez a prises avant, lui permettent d’énoncer aussi clairement cette idée tendancieuse pour l’époque.

27II
Comparaison entre les pauvretés et les saintetés respectives de Jean le Baptiste et de Paul : L’exaltation de Paul commence par comparaison avec un autre personnage biblique, contemporain du Christ, dont la vie est suffisamment connue, et offre en même temps un contraste suffisant avec celle de Paul, tout en donnant l’exemple de deux personnes qui suivirent le Christ. Un tel procédé mnémotechnique est d’un emploi courant dans les sermons, et il permet ici d’introduire plus aisément la connaissance d’un personnage relativement nouveau en la reliant à celle d’un personnage mieux connu (et plus populaire), tout en s’en servant comme d’un tremplin pour donner un éloge d’autant plus hyperbolique du nouveau. Il y a comme une surenchère, puisque l’exaltation du premier personnage est d’abord bien faite : avec l’anaphore de "admirabile/ admirabilis" répété deux fois, et le second personnage présenté avec le comparatif de supériorité du même terme : "admirabilius", immé­diatement après une conjonction de coordination marquant l’opposition : "sed" ("mais"). Ensuite, la comparaison est reprise point par point, ce qui contribue à la graver dans l’esprit du lecteur. L’érudition de style humaniste d’Alvar Gómez apparaît dans le fait qu’il renvoie à l’une de ses sources, sur la vie de Paul, et qu’il s’agit d’un père grec de l’Eglise : Chrysostome. Adepte d’un rapport libre et vivant avec les textes, Alvar Gómez contamine librement entre eux, en les paraphrasant ou en s’en inspirant, les auteurs bibliques. Il y recherche notamment, pour les exploiter à son tour, des idées d’images concrètes, émouvantes par leur nouveauté, et par leur fraîcheur tirée directement du quotidien humain. De telles images ne manquent pas, même dans les écrits des apôtres, et Alvar Gómez, de plus, les enrichit les unes par les autres. Par exemple, le rapport entre la divinité et son serviteur vu comme un allaitement rappelle / Pierre 2 :2 8, et Paul lui-même avait recouru à cette image dans un autre contexte9. A propos de la promesse faite sur Jean Baptiste [F° 320 v°], Alvar Gómez paraphrase l’Evangile10. Sans doute Alvar Gómez a-t-il même aussi à l’esprit une image suggérée par la mythologie païenne gréco-romaine : les "fœcundissima altricis diuinitatis ubera" font penser aux seins multiples de la "Magna Mater" ou "Aima Mater" ("aima" est de la même racine que "altricis" : "nourricière"), Cybèle, la "Grande Déesse. La puissance de l’évocation naît ici du choc obtenu par l’application, telle quelle, dans l’esprit du lecteur, de l’image de cette divinité féminine par excellence, à la personne du Dieu Tout-Puissant des chrétiens. Cet artifice est rendu possible par le choix linguistique d’un terme féminin pour désigner la divinité de ce dernier : "diuinitas". Le décalage entre les deux images ainsi superposées souligne l’emprunt païen, et par là la liberté de notre auteur. Il montre qu’avec un tel jeu il peut mettre en évidence la notion qui lui importe au premier plan à chaque instant, en l’occurrence, le caractère nourricier et protecteur de la divinité... fût-elle celle de Dieu le Père. De plus, en parlant du "troisième ciel", Alvar Gómez paraphrase Paul11 justement à un moment où celui-ci se révèle être de toute évidence l’héritier d’une vision antique de l’univers. Aussi, le vocabulaire d’Alvar Gómez est-il volontiers hellénisant : "les tyrans", TEmpyrée". Ce choix marque la volonté d’emprunt, et en outre, il renforce implicitement l’idée héritée de l’evhémérisme selon laquelle le christianisme "accomplirait" les mythologies païennes antiques, prouvant ainsi l’universalité de celles-ci. L’usage des poètes latins lui offre d’autre part des termes forts : comme "debacchabatur", proprement : "déchaîné à la façon de Bacchus", qu’on trouve chez Horace et chez Térence, pour exprimer la fureur avec laquelle Saul s’acharnait contre les chrétiens. Et le contraste qu’Alvar Gómez veut établir entre les deux vies successives de son personnage, il le souligne par l’évocation (certes de façon allusive) de l’univers des fables, tel que peut y renvoyer la présence du "loup" (Saul) et de "l’agneau" (ses victimes). Cet univers, qui existe presque tel que nous le connaissons encore depuis Esope, est sûrement choisi ici comme référence parce qu’il est tout à la fois ancien, marquant et poétique, même s’il relève du domaine profane.

28[F° 320 v°]

29En bon orateur, Avar Gómez termine sa comparaison point par point par une chute : une dernière, et brève comparaison, portant sur un point marquant. Il s’agit ici des destinées respectives de Paul et de Jean, d’une façon qui englobe leur vie à chacun (Paul lui-même dit qu’il n’était pas digne d’être appelé apôtre, / Corinthiens 15 :9. La distinction qu’il fait entre les vies de Jean le Baptiste et de Paul, au départ, indique qu’Alvar Gómez s’inscrit certes dans la lignée de la pensée augustinienne, selon laquelle tout ce qui nous arrive advient par la volonté de Dieu, mais qu’il n’y a pas de trace chez lui de calvinisme, selon qui tout homme serait prédestiné dès sa naissance). C’est une conclusion bien contrastée, où le vocabulaire de connotation positive est hypertrophié d’un côté, et le vocabulaire de connotation négative l’est aussi de l’autre. D’autre part, les termes de liaison abondent, pour bien marquer les articulations oratoires du texte : "Siquidem, autem..." Au passage, Alvar Gómez reprend une autre image chère à l’apôtre Paul : celle qui identifie les saints de la congrégation chrétienne aux membres d’un corps12.

30III
Alvar Gómez revient à l’idée globale du début : l’exemple de la conversion de Paul rend gloire au Créateur ; mais par souci esthétique, il en varie la présentation, puisqu’il la répète cette fois sous la forme d’une interpellation adressée à Dieu lui-même, puis aux "philosophes", et non plus à son destinataire immédiat le Pape Clément Vil. Le style direct est ainsi privilégié, à la fois dans la double apostrophe adressée à Dieu et aux philosophes, et dans la reproduction fictive des paroles d’admiration des philosophes à l’égard de la Création.

31Quant au terme "philosophi", il est visiblement pris ici dans son sens étymologique : "ceux qui aiment la sagesse [du monde]", par opposition à la sagesse divine, selon une idée chère à l’apôtre Paul (// Timothée 6 :20,21 ; I Corinthiens 2). Là encore, Alvar Gómez tire profit de son savoir humaniste, pour retranscrire à sa guise, et de la façon qu’il estime à la fois la plus efficace et la plus précise, les idées de l’apôtre chrétien. L’exaltation hyperbolique du cas de la conversion de Saul se fait cette fois par comparaison avec la grandeur de la Création des cieux elle-même : les repères sont de plus en plus élevés. L’évocation d’autres repères dans la Création crée cependant un effet d’accumulation et d’amplification de ta comparaison. L’interro-négation et la surprise feinte, exprimée de la façon la plus choquante par la parataxe : "Paulum fecit e Saulo, et non obstupescitis ?", contribuent de la façon la plus puissante à la persuasion.

32IV
Pour annoncer le développement de sa description des qualités de Paul, Alvar Gómez s’adresse directement à ce dernier, et lui demande son jugement, en une sorte de prosopopèe : "O Saule admirabilis. O Paule fœlix". L’apostrophe est l’occasion d’insérer deux adjectifs qualificatifs laudatifs, et aussi de résumer en une seule phrase le contraste qui fait tout le caractère exceptionnel de l’expérience de Paul. En effet, cette fois Paul va être montré comme quelqu’un d’admirable non plus par rapport à d’autres personnages, ni à d’autres créations, mais par rapport à lui-même et à son propre passé. Le fait que le plus grand contraste (entre deux opposés) se trouve intégré à l’intérieur de la seule et même personne qui est devenue le centre de notre attention, crée un effet de progression et en fait une sorte de point culminant sous tous les rapports. Aussitôt, la description commence, mais comme en négatif : par ce qui n’est pas, pour mieux nous faire attendre la réalité. En même temps, puisque ce qui est nié semble reprendre ce qu’on pourrait attendre, soit une liste proche de celle des sept péchés capitaux, c’est le procédé du paradoxe, qui est employé ici, de façon à faire réfléchir le lecteur. C’est un procédé cher aux érasmistes, et il est le signe d’une pensée humaniste renaissante, puisqu’il prend appui sur un dogme catholique pour s’en éloigner13. Dans les chants religieux contemporains on retrouve aussi volontiers développé ce paradoxe du péché qui comporte en lui-même les raisons de son absolution, comme dans : "O celestial medicina" de Antonio de Morales.

33V
Avant de passer à l’énumération proprement dite des qualités de Paul, Alvar Gómez fait une phrase de transition : "Videmus nunc quae nam uirtutes... successerunt his uitiis in ilio, de quo ueritas ait...", qui intègre des éléments destinés à étayer la vraisemblance en général de son compte-rendu. Entre artifice et sincérité, en effet, il semble manifester sa gêne d’avoir dû commencer par parler des vices de Saul. A la façon coutumière surtout aux historiens, depuis l’Antiquité, cette petite place discrètement accordée à ses sentiments personnels lui donne l’occasion de revendiquer à la fois son honnêteté ("ueritas"}, et son estime envers le personnage qu’il décrit ("quia uas electionis est mihi"). De plus, le tact qu’il met dans son expression semble légitimé par une autorité plus grande encore que la sienne, puisqu’AIvar Gómez calque en se l’appliquant l’expression même que le Christ avait employée au moment de la conversion de Paul, pour encourager Ananias à aller lui redonner la vue... sans compter que l’image du vase a été chère ensuite à Paul lui-même14. Ensuite, les trois vertus principales de Paul sont énumérées, chacune comme le symétrique d’un vice abandonné. La coquetterie pousse Alvar Gómez à inverser l’ordre vertu/vice pour le dernier terme.

34[F° 321r°]

35V.l.a
L’obéissance est la première décrite (c’est aussi le seul sous-titre indiqué en marge par le typographe). Pour plus de vraisemblance à l’appui de son évocation, Alvar Gómez a recours encore une fois au style direct : "qui de se ipso dicat : ’uiuo ego, iam non ego...’ ". Il paraphrase, regroupe et amplifie les effets des paroles réelles de Paul dans ses épîtres (Romains 6 :8, 11, Ephésiens 2 :5, // Timothée 2 :11). II accumule toujours les oxymores ou apparentes contradictions dans les termes, d’une façon qui maintient en éveil chez le lecteur son sentiment du caractère admirable du personnage : "divini hominis".., Et il ménage une progression, jusqu’au plus fort, soit la négation de l’identité : "mortuus sibi vivat in altero". Et cette progression est non seulement perceptible directement dans le choix des prépositions, mais en outre, Alvar Gómez la souligne explicitement par l’expression : "adhuc ultra progressus".

36V.l.b
Suit une longue période, dans laquelle Alvar Gómez prend à parti le lecteur par l’interro-négation, la forme de persuasion la plus contraignante : "Nonne uides... ?". La métaphore du sacrifice pour l’obéis­sance est filée, et représentée de façon très concrète. Elle culmine avec le souvenir mythologique du Phénix. Et 1 ’interro-négation est renforcée parce que son schéma est répété aussitôt. Est répété aussi, â l’intérieur de chacune des deux interrogations, le schéma d’une première anaphore avec le verbe "mori" (terminée par un jeu de mots ou calembour avec le substantif semblable "more", pour le dernier terme), qui trouve son écho dans l’anaphore qui reprend son contraire, le verbe "vivere", répété quatre fois quant à lui, à la fin de la deuxième phrase.

37V.l.c

38Ces interro-négations, Alvar Gómez les fait suivre de leur "réponse" naturelle : aux questions "ne vois-tu pas ?", "ne voyez-vous pas ?", fait suite la présentation : "En" ( = "Le voilà..."). Le style déclaratif qui suit reprend le style de la fameuse énumération que Paul a donnée lui-même des dangers qu’il a encourus15. Cependant, l’imitation est assortie d’une réflexion sur les ressorts d’une telle obéissance, et donc sur la notion d’identification ou d’union avec le Christ. Dans cette réflexion, Alvar Gómez progresse par tâtonnements successifs, rendus encore plus sensibles par la présence de plusieurs anaphores portant sur des mots négatifs ("non...", "nihil..."), comme si une telle réflexion devait être difficile à force d’être subtile, et élevée, surtout, pour la simple pensée humaine (presque comme l’idée de l’unité de la Trinité elle-même !). Avec un sens raffiné de l’esthétique et de la logique du discours, Alvar Gómez termine cette période par une phrase conclusive, introduite par une conjonction qui indique la conséquence ("Ut"), et elle-même constituée d’une double symétrie ("sic...", "ut..., ita..."), pour une belle chute.

39[F321 v°]

40V.l.d
Or cette chute constituait en même temps une transition pour la suite, puisqu’elle donnait le ton admiratif ("inclytum") de la première phrase par laquelle Alvar Gómez introduit un nouveau mouvement : "O grande, et admirabilum...sacrificium...". Il y développe maintenant l’idée du sacrifice purificateur par le feu, à l’aide d’exemples antiques, qui sont en même temps, comme si souvent dans cette lettre de dédicace, des repères dans l’incessante comparaison que fait Alvar Gómez entre Paul et les autres personnages bibliques traditionnellement connus, L’obéissance est elle-même souvent mise en parallèle avec les sacrifices dans la Bible16. Il est intéressant de noter, à propos d’Abel, l’importance qu’Alvar Gómez accorde au regard du Dieu Tout-Puissant, tout comme tout au long de sa lettre dédicatoire il répète que son éloge de l’apôtre est légitime parce qu’elle rend gloire au Créateur. Et à propos de la comparaison entre Paul et Abraham, on trouve, placée en lieu équivalent à cette présence qui peut approuver les sacrifices, une allusion assez énigmatiquement exprimée, mais claire en tous cas, à la Trinité, comme si, au-delà de sa fidélité chrétienne à Dieu, Alvar Gómez éprouvait le besoin de faire clairement acte d’allégeance aussi au dogme de la Trinité, au milieu de son éloge de l’apôtre Paul.

41[F° 322 r°]

42V.l.e
La comparaison entre les réactions d’obéissance d’Abel et d’Abraham et celle de Paul a entraîné une citation au style direct des paroles de celui-ci lors de sa conversion. Cette citation entraîne à son tour les exclamations et les commentaires de notre auteur. En évoquant par prétérition tout ce que Paul n’a pas rejeté, Alvar Gómez montre par la litote combien l’adhésion de Paul à ses nouvelles croyances a été forte. Il donne ainsi aussi un aperçu des dogmes ou des connaissances impliquées selon lui (Moïse, Salomon...), ce qui complète, toujours d’abord sous les yeux de son dédicataire le Pape Clément VII, l’idée que le lecteur peut se faire du christianisme en le lisant. Pour mieux montrer encore le parti qu’il prend, Alvar Gómez va même jusqu’à assimiler les anciennes croyances de Paul au paganisme, en les évoquant sous les traits d’une "loi grossière" ("crassae legis") et de "[l’ancien attachement indéfectible de Saul] à l’éclat de Jupiter" ("Iouisa hactenus illustraticene fidelissimus agnoscit dominum.,") !

43V.l.f.a
Tout cela est redit à la première personne, puisqu’Alvar Gómez transcrit au style direct toute une reconstitution d’un aveu de Paul après sa conversion (prosopopèe). Conformément aux idées exprimées par l’apôtre au début de sa première épître aux Corinthiens, l’apôtre comme personnage recréé par Alvar Gómez y fait profession d’humilité, en montrant à quel point il considère "la sagesse de Dieu" comme supérieure à "la sagesse du monde". Là encore, Paul est un exemple parce qu’il réunit en lui les extrêmes : il a possédé à fond les deux sagesses. Mais sous la plume d’Alvar Gómez, une telle tentative de reconstitution au style direct fait penser à l’exercice rhé­torique du pastiche, ou de l’imitation des discours des grands hommes, à la façon de l’historien grec Thucydide, élève des sophistes... sauf le caractère plus intimiste des paroles de Paul rapportées ici : ce procédé force l’admiration et aide la mémoire.

44V.l.f.b
Ces paroles elles-mêmes contiennent en effet plusieurs artifices propres à la persuasion, en fait placés ici à l’intention du lecteur contemporain d’Alvar Gómez, comme, en particulier, des reprises ("te qui mecum loqueris/in hoc ipso quod dignatus es mecum loqui"), et des jeux de mots ("cum audiam Dei uerbi uerbum"), qui font paraître les choses comme absolument logiques ou évidentes. Elles contiennent finalement aussi une authentique profession de foi, qui semble être la récitation d’un nouveau credo (la répétition anaphorique du verbe contribue à y faire songer). Ce credo est plein d’un enseignement élémentaire de la doctrine du châtiment et du rachat, qui souscrit toujours à la notion trinitaire de l’unité du Père et du Fils : à la fois dieu et homme, Seigneur offensé et victime expiatoire. Alvar Gómez se situe ainsi lui-même, par un tel exposé, dans une attitude d’obéissance à l’orthodoxie, telle qu’il la vante chez le personnage qu’il fait revivre, et il se trouve ainsi à l’abri de tout reproche.
Son exposé est assez schématique, de sorte qu’il marque ; mais il cède aussi de plus en plus de place à la poésie, avec la métaphore riche du fleuve qui fertilise la terre, ... et où vient boire un cerf, comme dans une eau de jouvence. Cette image-ci ne fait pas partie comme les précédentes des images les plus courantes et les plus couramment reprises de la Bible. Au premier abord, elle fait même seulement penser aux poésies profanes de la Renaissance, directement et si fraîchement inspirées de la nature seulement. Mais un peu plus tard au cours du XVIe siècle, on voit Fray Luis de León, un très grand poète castillan de la Renaissance, hébraïsant et humaniste, commenter avec délices le Psaume 42, où le psalmiste commence par se comparer à "une biche qui soupire après des courants d’eau17". Outre qu’Alvar Gómez semble donc déjà montrer les mêmes goûts renaissants, en plaçant de telles expressions poétiques dans des paroles qu’il prête à l’apôtre Paul, il semble justifier, comme par l’autorité de l’apôtre lui-même, sa propre entreprise qu’il présente ici, et qui consiste justement en une transcription poétique des épîtres de Paul.

45Chez les hommes de religion, le latin se vidait de sa vie, et il arrivait de même, par conséquent, à la spiritualité qu’il était censée véhiculer.

46Chez les universitaires, l’exigence d’une trop grande "pureté" de la langue latine sur le modèle exclusif des grands auteurs classiques menaçait de faire tomber en désuétude le latin comme langue de communication (et ce fut bien ce qui arriva dans les universités espagnoles de la fin du XVe siècle, où l’on trouvait trop difficile de parler le "bon" latin désormais enseigné et exigé par les humanistes).

47Plusieurs humanistes espagnols cependant, dont Alvar Gómez de Ciudad Real, outre les excellents enseignants et philologues comme Arias Barbosa dans leurs créations en langue latine, qui sont d’une qualité littéraire respectable, mais dont les dimensions restent modestes, à côté de leurs cours, ont su renouveler cette langue latine pour en refaire une langue à la fois littéraire et de communication. Leur solution est faite de compromis.

48Comme nous pouvons l’apprécier dans la lettre dédicatoire d’Alvar Gómez à la fin de sa transcription en distiques élégiaques des épîtres de Paul, il n’est pas puriste : en intégrant librement des termes de latin ecclésiastique ou de "bas-latin", il s’accorde une langue souple et facilement adaptée à son sujet. Mais en même temps, il s’efforce d’imiter les grands modèles antiques dans l’aspect rhétorique de la phrase, en prose, et selon le modèle élégiaque, dans sa transcription poétique. L’emploi du latin est ainsi toujours légitimement assimilé au mode le plus élevé de l’écriture littéraire ; en outre, à la Renaissance, quelques incrustations d’hellénismes rappellent, aux yeux des humanistes, le haut niveau de cette ambition, avec son appui sur les langues antiques, et principalement le latin (le mieux maîtrisé), en la restimulant.

49Style direct, interrogations oratoires, images, métaphores, comparaisons, symétries, contrastes, paradoxes, anaphores, riche emploi (ou omission volontaire et expressive) des termes de liaison, chutes oratoires, sentences, liberté d’emprunts, et toutes sortes d’artifices, par concession non seulement à la persuasion et à la vraisemblance, mais aussi à la simple coquetterie, parfois, tout cela contribue, dès la prose d’une lettre dédicatoire, à une écriture dans un latin vivant, humain, et qui touche ses lecteurs.

50En même temps, loin que le souci premier d’une spiritualité authentique, tel que l’exprimèrent en particulier les humanistes castillans, soit desservi par de semblables transpositions non littérales des écrits bibliques, ou sacrés en général, ces humanistes ont pensé le servir au mieux en redonnant vie à de tels écrits par une langue à la fois souple, et précise dans ses mouvements..., autrement dit émouvante, surtout, par les pouvoirs alternés, ou conjugués, de la persuasion et de l’émotion poétique.

51#Notes

521. D’après l’exemplaire coté R5385 dans la section des "Raros e Incunables" de la Biblioteca Nacional de Madrid, du livre de 342 pages sorti des presses de Miguel de Eguίa à Alcalá de Henares en 1529.

532. Dans sa constitution XIIe intitulée : "Nullus audiatur nisi latine loquens".

543. "Celui qui ne connaît pas le latin, on doit l’appeler un âne sur deux pattes".

554. "Après que vous aurez bien compris les règles du castillan, quand vous passerez au latin, il n’y aura rien de si obscur qui ne vous devienne très aisé". Voir aussi : Gonzalez Vega (F.), "Nebrija comentador de Prudencio", Estudios Humanísticos, n° 9,1987, León, pp. 205-215.

565. Buceta (Erasmo), "La tendencia a identificar el español con el latín. Un episodio cuatrocentista". Homenaje ofrecido a Menéndez Pidal, 1925, t. 1. Kristeller (P.O.), "Latein und Vulgärsprache im Italien des 14. und 15. Jahrhunderts", Deutsches Dante Jahrbuch, 59, 1984.

576. Asensio (Eugenio), "Ciceronianos contra erasmistas : dos momentos (1528-1560)". Revue de Littérature comparée. n° 2-4, 1978.

587. Nous avons édité pour la première fois, également avec une proposition de traduction française, le début de cette même introduction, dans le dernier numéro du Cahier d’études romanes édité par la Faculté de Provence.

598. I Pierre 2 :2 : "Désirez, comme des enfants nouveau-nés, le lait spirituel et pur, afin que par lui vous croissiez pour le salut ".

609. I Thessaloniciens 2 :7,8 : "Nous avons été pleins de douceur au milieu de vous. De même qu’une nourrice prend un tendre soin de ses enfants, nous aurions voulu, dans notre vive affection pour vous, non seulement vous donner l’Evangile de Dieu, mais encore nos propres vies..."

6110. Luc 1 :15 : "Il sera rempli de l’Esprit-Saint dès le sein de sa mère".

6211. II Corinthiens 12 :2,4 : "Je connais un homme en Christ qui fut ...ravi jusqu’au troisième ciel... Cet homme fut enlevé dans le paradis...". Les ciels étaient, chez les Anciens, chacune des sphères transparentes concentriques à la terre et tournant autour d’elle, auxquelles étaient accrochés les astres. Les Anciens n’étaient pas d’accord quant au nombre des ciels (habituellement, le huitième ciel était le plus éloigné de la terre, celui où habitaient les dieux).

6312. I Corinthiens 12 :18.

6413. Colie (Rosalie), Paradoxia epidemica ; the Renaissance Tradition of Paradox. Princeton University Press, 1966. 553 p. Saulnier-Verdun (L.), "Proverbe et Paradoxe du XVe au XVIe siècle. Un aspect majeur de l’antithèse Moyen Age/Renaissance". Pensée humaniste et tradition chrétienne aux XVe et XVIe siècles. H. Bédarida dir., 1950.

6514. Actes des Apôtres 9 :15 : "Dixit (…) Dominus : ’Vade, quoniam vas electionis est mihi iste’ "& Romains 9 :21-22, II Corinthiens 4 :7.

6615. II Corinthiens 11 :23 à 27.

6716. I Samuel 15 :22, Hébreux 5 :8.

6817. Hildner (David J. ), Poetry and Truth in the Spanish works of Fray Luis de León, Tamesis books Limited, 1992, p. 85-90.

Haut de page

Document annexe

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claudine Sánchez Martel, « Un poète latin castillan du début du XVIe siècle : Alvar Gómez de Ciudad Real », Babel, 1 | 1996, 23-50.

Référence électronique

Claudine Sánchez Martel, « Un poète latin castillan du début du XVIe siècle : Alvar Gómez de Ciudad Real », Babel [En ligne], 1 | 1996, mis en ligne le 21 mai 2013, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://babel.revues.org/2893 ; DOI : 10.4000/babel.2893

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Babel. Littératures plurielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire Babel
  • Logo Université de Toulon
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org