Navigation – Plan du site
Littérature et prophéties à la Renaissance

L’ermite détenteur du savoir dans l’œuvre romanesque de Béroalde de Verville

Daniela Mauri
p. 37-52

Résumé

L’article propose une analyse de la figure de l’ermite à travers l’ensemble de l’œuvre romanesque de Béroalde de Verville, des Avantures de Floride au Moyen de parvenir. Il montre que le personnage reprend les fonctions qui étaient déjà les siennes dans le roman médiéval mais aussi qu’il en revêt de nouvelles, propres à l’écriture béroaldienne, révélant souvent la présence-même de l’écrivain.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

  • 1 V., en particulier, J. Frappier, « Le Graal et la Chevalerie », dans Romania, 75, 1954, pp. 165-210 (...)

1Le personnage de l’ermite et ses différentes fonctions dans la littérature romanesque du Moyen Âge ont été abondamment examinés1. Les nombreux critiques qui se sont occupés de ce sujet ont souligné, d’un côté, le lien très étroit que l’ermite entretient avec la divinité, et, de l’autre, le rôle fondamental de ce personnage dans l’interprétation et dans la transmission de son savoir "supérieur" en particulier au chevalier, ce qui rapproche donc de très près l’ermite de la figure du prophète.

2En outre, ce personnage est également très riche en « senefiances » sur le plan plus strictement narratologique, comme l’a montré en particulier M. Mikhaïlova dans un article fort intéressant :

  • 2 M. Mikhaïlova, loc.cit, pp. 419 420.

L’ermite cumule plusieurs charges, parfois dans le même texte [...], celle d’un personnage, [...] celle de l’énonciateur, à la place d’un narrateur absent, mais aussi celle du lecteur. [...] A la fois auteur, personnage et lecteur, il focalise en lui les trois instances de la fiction et couvre ainsi la totalité de la distribution des rôles2.

  • 3 C. Nolin Benjamin, loc.cit.
  • 4 Genève, Droz Lille, Giard, 1951.

3Si l’ermite médiéval a donc reçu, à juste titre, l’attention que méritait son rôle fondamental dans le roman et s’est vu reconnaître sa fonction « charnière » - pour paraphraser le titre d’un article de C. Nolin-Benjamin - dans la quête de l’identité du héros3, il n’en va pas de même pour l’ermite "post-médiéval" : bien que moins présent, il continue à habiter les forêts des romans des XVIe et XVIIe siècles, sans avoir pour autant fait l’objet d’études exhaustives et récentes. Pierre Sage a bien consacré un chapitre de son livre fondamental Le « Bon Prêtre » dans la Littérature Française4 à la figure de l’ermite « D’Amadis à l’Astrée », mais son analyse, étant donné l’ampleur de l’étude, est forcément assez rapide en ce qui concerne la période qui nous intéresse.

  • 5 La bibliographie critique sur Béroalde de Verville (1556-1626) est désormais très ample, surtout ce (...)
  • 6 Cf. P. Sage, op.cit., p. 72.

4Ce que nous nous proposons ici, c’est justement de combler, bien qu’en partie seulement, cette lacune, en examinant le personnage de l’ermite dans la très vaste production romanesque d’un auteur de la période baroque : Béroalde de Verville5. P. Sage consacre quelques pages à cet écrivain - qu’il insère d’ailleurs assez hâtivement « dans la queue des imitateurs d’Amadis »6 - mais il se borne à citer deux ouvrages béroaldiens, Les Avantures de Floride et Les Amours d’Æsionne, où figurent en effet des ermites. Toutefois, ces personnages sont assez nombreux dans les romans de Béroalde et ont presque toujours une fonction et une signification très importantes dans l’économie narrative. Comme nous chercherons à le démontrer, l’ermite, tout en continuant à jouer des rôles qui lui étaient déjà assignés dans les romans médiévaux, se transforme et s’enrichit pour se faire porteur de messages qui sont propres à l’écriture béroaldienne.

5Nous suivrons, dans la mesure du possible, un critère chronologique, tout d’abord par commodité d’exposition, mais aussi parce que cela va nous permettre justement de mieux percevoir les différentes phases de l’évolution que ce personnage connaît dans la production narrative de notre auteur.

  • 7 P. Sage fait allusion aux Avantures de Floride sans préciser à quelle partie de l’œuvre il se réfèr (...)

6Dans la première partie des Avantures de Floride7, le chevalier Faramond - l’un des très nombreux héros de ce roman-fleuve - rencontre, comme il se doit, un ermite dans la forêt près d’Orléans. La première rencontre est très rapide : Faramond fait allusion à son amour pour Floride et l’« Hermite fort ancien » (f.37r.) affirme pouvoir "par [son] experience donner conseil aux affligez" (ibid.) et il ajoute :

« ...je sçay telle chose, que possible un jour aurez vous affaire de moy, et me venant trouver en mon séjour estimerez avoir fait une agréable rencontre ». Ce disant se glissa par un buisson où il y avoit une petite voye fort estroite, et que le Chevalier n’eut peu suyvre. (f.37v.).

  • 8 P. Sage voit dans cette parenté existant entre l’ermite et le chevalier, un « souvenir de Perceval (...)

7A côté d’une des fonctions "classiques" de l’ermite médiéval - consoler les affligés par des peines d’amour - remarquons aussi, dans l’annonce d’une rencontre à venir, la fonction "prophétique". Dans le même temps, celle-ci vient doubler la fonction du narrateur qui cligne pour ainsi dire de l’œil à son lecteur avec la promesse d’un développement passionnant de cette rencontre, développement pour lequel, comme il est dit explicitement, Faramond - et le lecteur avec lui - n’est pas encore prêt. Promesse tenue, parce que, peu après, le chevalier revient chez l’ermite qui, nous l’apprenons, s’appelle Silmond, pour faire appel à sa « science » (f.51v.). Le vieux savant, après avoir révélé que son vrai nom n’est pas Silmond mais Bertrand, et qu’il est l’oncle du même Faramond8, conduit ce dernier chez la Fée Romande qui lui offre un mystérieux philtre magique, sorte d’élixir "alchimique", et lui donne accès aux "curiosités" de son magnifique palais :

Apres cela l’Hermite remit Faramond en sa voye (f.52v).

8En réalité, pour l’instant, rien n’est dit de ce palais : l’ermite - personnage aux multiples identités, comme c’est souvent le cas pour les personnages béroaldiens - a ouvert la voie à Faramond, a joué son rôle de guide vers un savoir caché, mais le lecteur "reste sur sa faim". Toutefois, le narrateur est ici "notre" ermite et annonce :

Je vous asseure que je vous raconterois icy toute la forme, l’entrée du lieu, et les discours qu’ils firent : mais l’envie qu’a Faramond que sa Dame les sçache avant vous, sera cause que vous n’en sçaurez rien qu’alors que vous orrez comme il recitera. (f.52v.).

  • 9 P. Sage affirme que Silmond représente « le premier exemplaire de l’ermite bibliophile » et il ajou (...)

9En effet, ce sera le chevalier qui, dans le chapitre VI, nous racontera, en même temps qu’à Floride, son aventure, dans une narration de "second degré". L’ermite est décrit explicitement comme le détenteur du savoir et du mystère : il conduit Faramond, à travers une voie labyrinthique, dans son "petit logis" (f.87r.) plein de livres rares, dont l’un a un titre significatif, Le Miroir des Secrets9. Ensuite, il ouvre une porte invisible dans un bloc de marbre - une porte étroite, il faut le souligner, comme toutes celles qui donnent accès à un savoir sacré - et introduit son hôte dans un lieu plein de "miracles" et de "diversitez d’artifices" (ff. 89 r. et v.), le Palais de la Fée Romande. Faramond conclut sa narration par une phrase très significative : tous ces objets, symboles d’un mystérieux savoir alchimique-cabalistique "sont tous descrits au livre que l’Hermite m’a donné que je vous montreray" (f.89v). Comme l’annonce le titre du livre que nous avons « tiré de la librairie » de l’ermite, ici tout est "miroir", tout est "secret", tout est aussi "labyrinthe". L’ermite révèle les mystères d’un savoir caché au chevalier qui les révèle à son tour, tout en renvoyant, pour boucler la boucle, au livre de l’ermite promis à Floride, et naturellement à nous, les lecteurs. En réalité, nous sommes en présence du narrateur lui-même qui renvoie à son propre roman, dont les livres du cabinet de l’ermite ne sont qu’une métaphore, tout comme les objets du palais de la Fée Romande, que sans doute l’écrivain, féru d’anagrammes et de jeux de mots, n’a pas nommée ainsi par hasard. D’ailleurs, les merveilles et curiosités du palais annoncent presque spéculairement celles du Cabinet de Minerve, qui est non seulement la cinquième partie des Avantures de Floride, mais aussi, à son tour, la représentation pour ainsi dire "microscopique" - mais d’ailleurs amplifiée par une série de jeux de miroirs, justement, et d’anamorphoses - de l’œuvre immense qui la précède, à savoir les quatre premières parties du roman.

  • 10 Précisons que les citations tirées du Cabinet de Minerve se réfèrent à l’édition de Rouen, G. Vidal (...)

10Il est du reste intéressant de remarquer que l’entrée du cabinet, « petit raccourci de l’Univers » (f.lv.)10, est gardée par la statue d’un « vénérable vieillard » (f.6v.). Le personnage ici représenté était un sage curieux s’étant rendu chez Minerve - qui, au cours de la première partie des Avantures de Floride, avait créé une sorte d’ermitage d’honneur dans son palais - comme un « Chevalier qui est coustumier de vaincre » (f.7r.) dans le but de confronter son propre savoir avec celui de la patronne des lieux, mais il avait été vaincu par Minerve elle-même qui lui avait ouvert « les secrets registres du sçavoir » (f.8r.). Ici, donc, le rôle de l’ermite est joué par une femme, Minerve justement, qui est à la fois l’un des personnages principaux des Avantures de Floride, mais qui renvoie en même temps par son nom à la déesse du savoir.

11Dans cette première étape de notre analyse se précise donc, déjà, la complexité du rôle de l’ermite chez Béroalde : d’un côté image traditionnelle héritée du roman médiéval, mais, de l’autre, personnage aux multiples facettes destiné à incarner un savoir immense et mystérieux qui lui est donné d’en haut et à jouer aussi, de façon spéculaire, le rôle du narrateur et de l’écrivain, de celui qui sait et qui décide où, comment et à quel moment diriger son lecteur pour lui communiquer, par degrés, ce qu’il juge bon de faire connaître. En ce sens l’ermite est vraiment un "prophète" dans le sens étymologique du terme : "celui qui parle à la place de".

  • 11 Paris, M. Guillemot, 1597. Ce roman parut en même temps à Tours, chez l’éditeur S. Mohn, avec le ti (...)

12Dans Les Amours d’Æsionne11 figurent deux « types » très différents d’ermite, qui enrichissent d’autres aspects ce personnage. Le premier, dont le nom, Flambor, renvoie à la fois à la flamme et à l’or qui entrent en jeu dans le mystérieux travail alchimique, est rencontré comme par hasard par Saramand « habillé en triste pèlerin » (p.129) souffrant par amour. Flambor joue véritablement un rôle, dans le sens théâtral du terme, puisqu’il feint d’être vieux avec « ceux qu’il ne desire esclaircir, voulant entretenir l’honorable pois du marcher lent de la majesté qui appartient à son estât [...], cette belle feinte le rend plus admirable à ceux qu’il fait participans de ses beatitudes. » (pp. 135-136). Sagrotte se situe significativement « non gueres loing d’une petite coline qui conduisoit la veuë des Pèlerins au chemin désiré » (c’est nous qui soulignons) (p.130). Cette grotte est elle aussi "apparente", puisqu’en réalité elle cache une infinité de merveilles : c’est un « Palais plus Palais que les espaces Royaux » (p.133).

  • 12 Sur le concept de curiosité et sur son évolution dans la production de Béroalde de Verville, v.
  • 13 Cf. Les Amours d’Æsionne, éd. cit., pp. 392-394.
  • 14 Cf. l’article déjà cité de C. Nolin Benjamin, p. 389.

13Flambor est défini comme un « vieil repertoire de toutes sciences » ; « Prince de doctrine entre les plus experts, admirable courtisan à contrefaire ce que sçait nature » (p.130) ; « notable secretaire de nature, dont l’esprit passant les volages idées des conceptions de ces doctes apparens, va glissant dessus et dedans les formes plus accomplies » (p. 134), et, enfin, « autant heureux ès effets de son art que magnifique en ses imaginations » (p.135). Flambor est donc celui qui détient la connaissance - il « sçait les affaires de Saramand » (p. 138), tout en venant de le rencontrer pour la première fois - mais il est aussi l’artiste qui crée et qui a le pouvoir de diriger le narrateur lui-même, lequel affirme : « Ayant donc mis le cachet de silence sur nostre bouche, il ne convient en descouvrir plus qu’il ne veut » (p.137). L’ermite Flambor représente donc, lui aussi, tout comme Silmond-Bertrand, l’intermédiaire entre un savoir caché et le "curieux"12, et, en même temps, l’écrivain lui-même dans sa fonction d’imaginer et de nommer. La fonction "d’imaginer" se révèle de manière frappante quand Flambor fait surgir dans les airs les simulacres animés reproduisant des personnages féminins du roman, dans le but d’interrompre un duel13 : il double donc explicitement le narrateur en tant que créateur des héros de son œuvre. Quant à la fonction de "nommer", elle est très explicite dans l’épisode de la rencontre avec Saramand : l’ermite « l’accoustre en Chevalier » (p.138), et, après lui avoir montré les secrets de sa « spelonque » (p.138), lui assigne le nouveau nom d’Aronde. On peut ajouter aussi que, d’une certaine façon, Flambor hérite ici d’une des prérogatives de ses confrères médiévaux, celle d’aider le chevalier dans le dépassement d’une crise et dans la quête d’une identité14.

  • 15 Cf., par exemple, Les Amours d’Æsionne, pp. 455 456 : « le sage [Flambor] qui espioit les occasions (...)

14Toutefois, il nous semble aussi intéressant de souligner que Flambor n’a pas seulement un côté positif, mais que, en sa qualité de magicien, il a aussi une tendance parfois fâcheuse à mettre ses facultés au service des antagonistes. En outre, tout en étant en communication avec la divinité - que Béroalde appelle de façon ambiguë dans ses romans « puissances » ou « intelligences » « supérieures » ou « souveraines », suivant le cas - Flambor n’est pas à même de comprendre toujours ce qui va arriver : bien qu’il soit une sorte de surhomme, il doit lui aussi se soumettre au vouloir du destin, tout comme le narrateur est parfois conduit malgré lui par les événements qu’il a créés de sa propre plume15.

  • 16 16 Le Roi caché - Sauveurs et imposteurs. Mythes politiques populaires dans l’Europe moderne, Paris (...)
  • 17 Y.-M. Bercé, op.cit., p. 194, fait allusion en particulier à l’épisode du ’Beau Ténébreux’.
  • 18 18 Cf. idem, p. 190 et pp. 285 291. L’ermite Brafadin lui même fait allusion à des personnages « qu (...)

15Le second ermite figurant dans Les Amours d’Æsionne est Brafadin, Prince d’Épire, que le Prince-Chevalier Sigismond, un des héros du roman, rencontre dans un lieu désert. Ce vieillard sort de sa « cellule » (p. 366) et, sous une apparence presque misérable, révèle toutefois des marques d’une ancienne noblesse. Il s’agit, dans ce cas, d’un ermite qui n’a aucun rapport avec un savoir caché et mystérieux, mais qui est au contraire le détenteur d’un autre type de connaissance précieuse, la connaissance de soi-même et la conscience d’avoir choisi le chemin de la sagesse et de la sérénité intérieure, après avoir tourné le dos au pouvoir et à ses honneurs, mais aussi à ses « feintes entre les grands [...], dissimulations entre pareils [...] et tromperies entre differens » (p. 375). Dans une longue "tirade" de plusieurs pages, Brafadin expose à Sigismond, qui est lui aussi prince et devrait donc être l’interlocuteur idéal pour comprendre, les raisons de son choix et les plaisirs de la vie contemplative, mais en vain, puisque « le Prince et les siens » s’en vont « n’ayant point le cœur touché des esmotions qui manient cet Hermite lequel a passé d’une extrémité en une autre tant eslongnée » (f. 379). Cette figure d’ermite est toutefois très intéressante parce qu’elle incarne un "cliché", celui qu’Y-M. Bercé a appelé dans son livre, ayant le même titre, « le roi caché »16, et qui renvoie d’un côté à des personnages littéraires, figurant par exemple dans les Amadis17, et, de l’autre, à des personnages historiques tels que Charles-Quint18.

  • 19 Paris, M. Guillemot, 1599. Le roman parut la même année, dans la même édition, mais avec un frontis (...)
  • 20 Sur ce roman, v. nos études : « "La Pucelle d’Orléans" et "Le Voyage des Princes Fortunez" : deux m (...)

16Dans La Pucelle d’Orleans19, Béroalde nous livre l’histoire d’un personnage à l’identité assez floue, qui toutefois correspond, par ses traits principaux, à Jeanne d’Arc. Dans ce roman, dominé par une figure féminine20, le rôle de l’ermite - amplifié par rapport aux romans précédents - est lui aussi, du moins en partie, joué par des femmes. Dans un premier épisode, le prince-chevalier Filion, malheureux à cause de l’amour, s’égare dans une forêt des Ardennes et rencontre une vieille sage au nom significatif de Noustée qui l’accueille dans « l’Hermitage de la belle Douloureuse » (f.162r.). Après lui avoir montré les beautés du lieu riche en œuvres d’art et en mystères - ce qui amène Filion à devenir « plus ententif à la contemplation que pensif à l’amour » (f.l63r.) – Noustée raconte au prince l’histoire de la Douloureuse, « la belle Anacorette [qui] estoit la sage Solinelle » (f.l63r.) qui s’était retirée après avoir été trompée et déçue par son amoureux. Encore une fois, le rôle traditionnel de Termite - celui d’enseigner un savoir caché et de mettre en garde contre les dangers de l’amour impudique - se double de la fonction du narrateur.

17Dans un autre épisode, le chevalier Ormodonte, lui aussi malheureux à cause de son amour pour la Pucelle, se trouve dans la forêt de Chinon face à :

la grotte de la sage Salmonde, ancienne entre les Fées, et qui pour la reputation de sa doctrine estoit chérie des plus grands qui admiroient son sçavoir [.„]. Cette antique Sibile habitante de ce bois estoit estimée plus vieille que les ans, plus sage que le temps, et plus veritable que toutes les paroles humaines. Ormodonte determiné à sa passion, va trouver cette sage hermite pour conférer avec elle de ses douleurs, et demander remede... (ff.227r.e v.)

  • 21 À ce propos, nous renvoyons à nos études citées dans la note précédente.

18La vieille ermite joue elle aussi tout d’abord un rôle traditionnel parce qu’elle impose à Ormodonte de renoncer à son amour. Toutefois, ce qui est intéressant dans ce long épisode d’un roman où se mêlent le merveilleux chrétien et le merveilleux tout court21, la fée Salmonde est remplacée - grâce à l’intervention d’un ange - par un double qui suggère à Ormodonte une sorte d’artifice magique. Le narrateur nous explique que « l’occasion pour laquelle cette feinte fut pratiquée est que Salmonde eut descouvert au Chevalier plusieurs secrets » (f.233) qui ne devaient pas être communiqués. Encore une fois nous assistons donc à un "brouillage" de l’identité de l’ermite, ainsi qu’à la mise en scène d’une hiérarchie de pouvoirs et de savoirs : un messager divin, l’ange, qui s’impose à une messagère païenne, la « Sibile », sur lesquels domine le pouvoir suprême du narrateur qui les dirige en nous révélant en même temps les causes des actions et le vouloir des « puissances souveraines ».

  • 22 Sur ce thème, lié d’ailleurs à celui de la mélancolie, v., en particulier, J. Starobinski, Histoire (...)
  • 23 Sur les prophètes, v. le volume très récent Prophètes et prophéties au XVIe siècle, Cahiers V.L. Sa (...)
  • 24 La composition du "vestement d’Hermite" est très détaillée et renvoie en même temps à la sorcelleri (...)

19Dans la dernière partie de La Pucelle d’Orleans, toutefois, les femmes-ermites laissent la place à deux figures analogues de sexe masculin. Le Chevalier Brochard, un autre amoureux que la Pucelle a refusé au nom de sa mission sacrée, s’égare « dans une grande forest dont les arbres balioyent le Ciel » (f.292r.) et aperçoit un vieil ermite, défini par le narrateur comme un « Religieux » (ibid,), que le chevalier considère comme un « bon Daymon que le Ciel luy envoyoit pour le consoler » (ibid.). Tous ces éléments nous plongent dans une dimension sacrée, à laquelle se joint toutefois une dimension "médico-philosophique", puisque l’ermite, après avoir encouragé le chevalier à changer de vie et à laisser le monde, traite aussi du corps humain selon la théorie des humeurs22 et affirme que si l’humeur de la rate est « au dessous de son abondance [...] elle cause de belles affections, et rend les hommes sages et souvent Profetes » (f.294r.)23. Le contraste entre sacré et physique de cet épisode correspond très bien d’ailleurs au mélange d’Histoire et de fiction, de merveilleux chrétien et païen qui caractérisent l’ensemble de ce roman, tout comme la dimension magique et alchimique. Cette dernière se manifeste ici dans la décision de l’ermite d’offrir à son hôte - qu’il convainc enfin à se faire guerrier pour aider la Pucelle dans sa mission - « des armes de façon assez estrange, car ne ressemblants rien à la commune elles avoyent apparence d’un vestement d’Hermite » (f.295v.) composé d’un mystérieux mélange de matières "magiques"24.

20Cet épisode est riche en significations qui s’ajoutent à celles impliquées par la relation traditionnelle chevalier-ermite. Ici le chevalier se fait, tout d’abord, le double de l’ermite par son déguisement ; il poursuit l’œuvre de ce dernier en consolant à son tour, dans un récit secondaire, Armoisin, un homme désespéré par amour qui se présente dans sa grotte. En outre, il agit en ermite détenteur du savoir envers le narrateur lui-même, qui, à propos de l’aventure d’Armoisin, affirme : « nous n’avons sçeu rien descouvrir que ce qu’il a pleu à I’Hermitte guerrier nous en communiquer » (f.311v.). Enfin, rappelons que ce chevalier s’appelle Brochard, nom choisi par le narrateur pour honorer la mémoire « de ce Brochard qui liberal Moecene, m’a donné le loisir de rechercher la Pucelle dans les poudres anciennes qui la couvroyent » (f.308r.). L’ermite guerrier, donc, est aussi le double de celui qui a permis au narrateur de donner naissance au roman lui-même et, en ce sens, il acquiert explicitement une fonction de démiurge.

  • 25 L’Histoire d’Herodias tirée des monumens de l’antiquité, Tours, S. Molin, 1600. Sur le personnage d (...)

21Dans L’Histoire d’Herodias25, Béroalde puise à la source des Écritures pour nous offrir d’un côté la narration des amours coupables d’Hérode et d’Hérodias et, de l’autre, de la prédication et de la mort de saint Jean-Baptiste. Cette œuvre confirme l’intérêt de notre auteur pour le personnage de l’ermite qui y figure dans son rôle sacré de prophète. Saint Jean, défini comme « Hermite magnifique en secretz de vie » (p. 284) et « Sainct oracle » (p. 286), est intéressant pour notre discours surtout parce qu’il représente un idéal d’éloquence pour le narrateur, qui affirme :

et que peut on bien dire que de faire resonner en belles sentences, en mots justement recherchez les secretz de l’éternel ? C’est emporter le prix de la perfection éloquente de parler de Dieu (p. 286).

22Ensuite, avant de consacrer un long chapitre (Discours XIV) au sermon de saint Jean dans le désert : « nous chercherons - dit le narrateur - de retracer quelques pointes de celluy qui eut cet honneur de cognoistre son Seigneur » (p.291). L’ermite-prophète qui parle à la place de Dieu et en reproduit le verbe et sa perfection, permet donc au narrateur d’essayer d’être un "méta-prophète", dans le but d’atteindre, justement, une perfection artistique, de bien dire et donc de bien écrire, un idéal qui d’ailleurs a été explicitement poursuivi par Béroalde dans toute sa production. Cet idéal est exprimé d’ailleurs, en guise de clôture, dans la dernière page de L’Histoire d’Herodias, ce qui confirme notre interprétation :

Qui pourrait saintement inspiré redire les derniers propos que ce Profete tenoit aux prisonniers et aux autres assistans à sa mort, qui auroit le sçavoir d’en imiter quelques paroles, il serait le plus heureux des bien-disans. (p.480).

23Ajoutons d’ailleurs que les discours de saint Jean permettent au narrateur d’exprimer aussi un idéal dans le domaine de l’éthique, en particulier amoureuse. À travers la condamnation des amours d’Hérodias et d’Hérode, en effet, saint Jean se fait en quelque sorte prophète - toujours dans son sens étymologique - du narrateur-écrivain, qui dans tous les romans béroaldiens, exception faite pour Le Moyen de Parvenir, prêche de façon obsédante la chasteté et l’honneur dans le domaine amoureux. Si, comme il est affirmé explicitement, « Herodes et Herodias sont les symboles convenables à designer ceux qui s’addonnent aux excès plus vicieux » (p.429), saint Jean est à son tour le symbole du narrateur qui les condamne dans ses œuvres. Il existe donc, dans ce roman, un jeu de miroirs très significatif et d’ailleurs très cohérent avec la poétique béroaldienne dans son ensemble, entre ermite et narrateur.

  • 26 L’Histoire veritable ou Le Voyage des Princes Fortunez, Paris, P. Chevalier, 1610. Sur ce roman, v. (...)
  • 27 Cf. Le Voyage des Princes Fortunez, éd.cit., pp. 322-328. V., en particulier, p. 322 : « C’est l’he (...)

24Dans Le Voyage des Princes Fortunez26, les éléments narratifs de l’ermite, et surtout de l’ermitage, occupent, au sens propre et figuré, une place vraiment très large. Il suffit de rappeler que la seconde partie du roman se déroule entièrement dans « l’Hermitage d’Honneur », assez semblable, par certains aspects, à celui de Minerve que nous avons déjà rencontré dans Les Avantures de Floride. Cet ermitage est le lieu de la connaissance27, où les Princes Fortunés qui donnent le titre au roman ont été instruits par le sage Sarmedoxe. Tout cela est expliqué par un « sage vieillard [qui] lit presque au cœur des personnes par le visage » (p.325) à Myrepont, un « Prince qui est des plus curieux » (p.317). Dans cet ermitage, également, presque tous les personnages principaux du roman subissent des épreuves importantes, doivent résoudre des énigmes : c’est le lieu de la quête, quête de l’identité, de l’amour et de la perfection, personnelle et artistique.

  • 28 Cf. nos études citées à la note 26.

25Puisque nous avons examiné ailleurs28 ces thèmes, nous nous concentrerons ici particulièrement sur une figure d’ermite très importante, qui a des rapports directs avec le narrateur. Dans la dernière partie du roman (Entreprise IV) « l’ancien Hermite » qui est comme le gardien des lieux pleins de mystères où se déroule cette section de l’œuvre, et qui « sçavoit l’excellence unique et merveilleuse entre les miraculeuses actions de ceste force que Dieu a mise en l’univers, et qui se demonstre à nous sous le nom de nature » (p. 720) raconte l’Histoire de Pléraste, fille de la terre, une créature fantastique qui donnera naissance à Xyrile, à savoir l’élixir, but de la quête alchimique, poursuivie entre autres dans ce roman. Après avoir joué son rôle de narrateur, l’ermite révèle une série de secrets et surtout affirme avoir « gouverné » Pleraste dans les délices de la solitude. Il est inquiet parce qu’il se sent proche de la mort et craint que sa protégée « perisse avant le temps » (p. 748) ; il faut donc, dit-il « qu’il y ayt quelqu’un après moy » (ibid.). Ce « quelqu’un » sera, justement, le narrateur "principal", ou pour mieux préciser, l’une des multiples facettes qui incarnent dans ce roman la fonction diégétique. C’est en tout cas quelqu’un qui dit "je" : « ils me joignirent à luy, pour si je lui estois agréable, estre celuy-là qui après luy seroit garde de ceste exquise admiration » (p. 750).

26En outre, juste avant le dénouement du roman, l’ancien Hermite fait un éloge de la vie contemplative devant toute l’assemblée des personnages, en exaltant le plaisir et la liberté dont il jouit. Nous sommes vraiment très proches de la devise que Minerve avait posée à l’entrée de son cabinet : « sans liberté nul plaisir ». Encore une fois, la figure de l’ermite se rapproche de celle de l’artiste :

Je passe en outre mon temps aux belles inventions, que je croy estre de moy : que si quelqu’un les a eues devant, he ! bien ça esté qu’il a eu le mesme project, aussi à dire vray, inventer est apprendre sans maistre, et adapter son esprit à l’idee veritable, et non feinte, car tout est ès premieres idees, et partant il n’y a pas moyen d’inventer absolument ou en penser autrement, que ce qui est pour venir à chef, parce qu’on ne peut changer ou corrompre ce qui est determiné. [...] car dieu m’envoyant au monde y sema mon bien, si qu’il est meslé en celuy de plusieurs, qui quelques fois me Font rendu sans y penser, (pp. 788-798)

  • 29 Béroalde puise en effet avec la plus grande liberté au Peregrinaggio di tre giovani figliuoli del r (...)

27Dans ces phrases, parfois assez sibyllines, il est pourtant possible de lire le "projet" et la "méthode" d’écriture qui sont à la base de ce roman béroaldien, qui est justement une adaptation, mais tout à fait réinventée, d’un recueil de nouvelles italiennes29. Le choix de la vie érémitique et ses modalités reflètent donc ici, spéculairement, l’expérience de l’écrivain.

  • 30 À propos de la première édition de ce roman, qui parut sans indication de lieu ni de date, v. N. Ke (...)
  • 31 Nous empruntons cette formule à M. Renaud, Pour une lecture du Moyen de parvenir de Béroalde de Ver (...)
  • 32 À ce propos, v. en particulier l’article de B.C. Bowen, "Béroalde de Verville and the self-destruct (...)
  • 33 À ce propos nous renvoyons encore au volume de M. Renaud déjà cité, qui consacre plus de la moitié (...)

28Avec Le Moyen de Parvenir30, nous passons, en jouant nous aussi avec les mots, du domaine de l’érémitisme à celui de l’hermétisme, et pourtant nous ne nous éloignons pas beaucoup du sujet qui nous occupe ici. Comme l’a remarqué la critique, le chef-d’œuvre béroaldien - livre qui est défini par son auteur comme « le centre de tous les livres » - est une sorte de grimoire qui exprime sous une « forme sibylline »31 la connaissance dans son sens le plus large, aussi à travers la destruction systématique32 de toutes les structures narratives traditionnelles. Tout comme le narrateur, qui se multiplie presque indéfiniment, l’ermite aussi, considéré dans son rôle fondamental de détenteur de la "clé" des mystères naturels et surnaturels, s’incarne dans ce livre, d’une certaine façon, dans d’innombrables personnages qui, enfermés33 dans une fantastique salle d’un banquet imaginaire - sorte d’ermitage à vrai dire très peuplé - distillent et se communiquent l’un l’autre un savoir universel d’un difficile accès. Ainsi, le brouillage de l’identité de l’ermite que nous avons remarqué dans certains romans béroaldiens, atteint-il ici son apogée. Dans la "forêt de symboles" constituée par ce livre, forêt où nous risquons à tout moment de nous égarer, se réalise donc, vraiment, la superposition de l’image de l’ermite, du narrateur, du lecteur-interlocuteur, et de l’œuvre elle-même, dans un mélange chaotique, mais ô combien riche et fascinant.

Haut de page

Notes

1 V., en particulier, J. Frappier, « Le Graal et la Chevalerie », dans Romania, 75, 1954, pp. 165-210 ; A.M. Finoli, "La figura dell’eremita nella letteratura antico-francese", dans L’Eremitismo in Occidente nei Secoli XI e XII, Milano, Vita e Pensiero, 1965, pp. 581-591 ; A. J. Kennedy, "The Hermit’s Role in French Arturian Romance (1170-1530)", dans Romania, 95, 1974, pp. 54-83 ; C. Nolin-Benjamin, "La fonction charnière de l’ermite dans la quête de l’identité", dans Romance Quarterly, vol. 39, n° 1, February 1992, pp. 387-397 ; J. Leclercq, "Monks and hermits in medieval love stories", dans Journal of Medieval History, vol 18, n° 4, December 1992, pp. 341-356. V. aussi le volume Le Clerc au Moyen Âge, Senefiance N37, Aix, CUERMA, 1995, qui contient, parmi d’autres, les articles suivants, pour nous particulièrement intéressants : J. Ducos, "Le clerc et les météores -constitution et évolution d’une culture encyclopédique", pp. 151-164 ; M. Mikhaïlova, "Le clerc : personnage de la fiction / personnage-fiction - Le clerc écrivant dans la littérature arthurienne", pp. 419-433 ; D. Rocher, "Amour de Dieu et désir des lettres", pp. 491-499 ; C. de Saulnier, "Le clerc auteur et personnage dans « Renard le Contrefait »", pp. 517-527, et I. Weill, "Le clerc et « L’Hermite preudome » dans le « Lancelot-Graal »", pp. 579-589. V., enfin, P. Bretel, Les ermites et les moines dans la littérature française du Moyen Age (1150-1250), Paris, Champion, 1995.

2 M. Mikhaïlova, loc.cit, pp. 419 420.

3 C. Nolin Benjamin, loc.cit.

4 Genève, Droz Lille, Giard, 1951.

5 La bibliographie critique sur Béroalde de Verville (1556-1626) est désormais très ample, surtout celle qui concerne le texte qui est considéré comme son chef-d’œuvre, Le Moyen de Parvenir. Nous nous bornerons donc, dans cette note, à citer les références essentielles : V.-L. Saulnier, "Étude sur Béroalde de Verville", dans Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance, t. V, 1944, pp. 209-326, étude qui doit être considérée comme fondatrice de la critique sur notre auteur. V. aussi les répertoires bibliographiques de M. Giordano-J. Pallister, « Le Moyen de Parvenir" Bibliographic Notes, Paris-Seattle-Tübingen, Papers on French Seventeenth Century Literature, 1981, et M. Giordano-I. Zinguer, "Bibliography 1981-1991", dans Studies on Béroalde de Verville, Paris-Seattle-Tübingen, Papers on French Seventeenth Century Literature, 1992, pp. 139-147. V. aussi le volume fondamental de N. Kenny, The Palace of Secrets, Béroalde de Verville and Renaissance Conception of Knowledge, Oxford, Clarendon Press, 1991, et les actes du Premier colloque international consacré à notre auteur (Paris, Sorbonne, 9 mars 1995) : Béroalde de Verville (1556-1626), Cahiers V.L. Saulnier n° 13, Paris, Presses de l’École Normale Supérieure, 1996. Ce volume contient aussi des « Éléments d’une bibliographie de F. Béroalde de Verville » par A. Tournon. Nous citerons dans les notes suivantes, le cas échéant, les études consacrées aux différents romans de notre auteur. Précisons aussi que nous avons examiné tout le corpus des romans de Béroalde de Verville, exception faite pour Le Palais des Curieux, Paris, Veuve M. Guillemot, 1612, qui n’appartient pas au genre romanesque proprement dit.

6 Cf. P. Sage, op.cit., p. 72.

7 P. Sage fait allusion aux Avantures de Floride sans préciser à quelle partie de l’œuvre il se réfère. Il donne une indication bibliographique, Tours, Mettayer, 1594, tandis que les éléments narratifs dont il traite sont contenus dans la première partie, publiée par le même éditeur tourangeau J. Mettayer en 1592. En réalité Les Avantures de Floride est un ouvrage composé de cinq parties différentes : la troisième fut éditée encore à Tours, par le même J. Mettayer en 1594 ; la quatrième, qui a pour sous-titre L’Infante déterminée parut en même temps à Tours chez S. Molin et à Paris chez M. Guillemot en 1596 ; la cinquième partie, enfin, est connue comme Le Cabinet de Minerve, Paris, Guillemot, 1596. Ce très long roman, qui comprend plusieurs milliers de pages, connut un succès considérable. Sur cette œuvre, v. N. Kenny, "Pastoral love parodied : « Les Avantures de Floride » par Béroalde de Verville", dans La Chouette, Birckbeck College, University of London, 20, 1988, pp. 178-192, et M. Tetel, "Décrypter « Les Avantures de Floride »", dans Il romanzo nella Francia del Rinascimento : dall’eredità medievale all’Astrée, Fasano, Schena, 1996, pp. 227-235.

8 P. Sage voit dans cette parenté existant entre l’ermite et le chevalier, un « souvenir de Perceval le Gallois », op.cit., p. 73.

9 P. Sage affirme que Silmond représente « le premier exemplaire de l’ermite bibliophile » et il ajoute : « On ne sait trop si Béroalde ne se moque pas un peu de son héros. Il semble pourtant assez sérieux en son propos de faire de l’ermite un sage laïque, dont la sainteté prend sa source dans une connaissance profonde des secrets de la nature et dans l’art de les mettre au service des hommes. » Op.cit., p. 73. A propos du titre Le Miroir des secrets, soulignons que les deux termes qui le composent ont une signification très importante pour notre auteur, qui consacre plusieurs passages de ses œuvres aux phénomènes d’optique (surtout dans Le Cabinet de Minerve) et aux sciences secrètes comme l’alchimie. En outre, l’effet de ’miroitement’ et, d’autre part, le concept d’écorce’ ou de ’voile’ qui couvriraient un savoir sacré et secret sont à la base de toute la production de notre auteur.

10 Précisons que les citations tirées du Cabinet de Minerve se réfèrent à l’édition de Rouen, G. Vidal, 1597. Sur Le Cabinet, v. J. R. Fanlo, « Image édifiante et poisson soluble : la Pietà du Cabinet de Minerve », dans Béroalde de Verville (1556-1626), pp. 57-82, et, dans le même volume, S. Bokdam, « Le désir et ses objets : de l’art au songe dans Le Cabinet de Minerve », pp. 83-97.

11 Paris, M. Guillemot, 1597. Ce roman parut en même temps à Tours, chez l’éditeur S. Mohn, avec le titre Le Restablissement de Troye. Il s’agit toutefois de la même édition parue avec deux frontispices différents. Sur cette œuvre, v. notre article « Les Amours d’Æsionne de Béroalde de Verville : roman piège, roman-labyrinthe », dans Sans autre guide - Mélanges de Littérature Française de la Renaissance offerts à Marcel Tetel, Paris, Klincksieck, 1999, pp. 255-267.

12 Sur le concept de curiosité et sur son évolution dans la production de Béroalde de Verville, v.

13 Cf. Les Amours d’Æsionne, éd. cit., pp. 392-394.

14 Cf. l’article déjà cité de C. Nolin Benjamin, p. 389.

15 Cf., par exemple, Les Amours d’Æsionne, pp. 455 456 : « le sage [Flambor] qui espioit les occasions si loingtaines ausquelles il prevoyoit ou s’y accommodoit, [...] ne sent pas un hazard qui est près de luy [...], ô faute de prudence es actions des plus adroits à conjecturer », et, p. 455 : « Les personnes font beaucoup de discours, ont infinité de divers conseils, et abondance de parfaits avis, bons et solides jugemens, et toutesfois il n’en avient pas tousjours selon mesme l’opinion des plus sages, il y a souvent quelques obstacles à nos desseins qui les traversent ou des-truisent. ».

16 16 Le Roi caché - Sauveurs et imposteurs. Mythes politiques populaires dans l’Europe moderne, Paris Fayard, 1990. V. en particulier la seconde partie : « Fonctions du mythe ».

17 Y.-M. Bercé, op.cit., p. 194, fait allusion en particulier à l’épisode du ’Beau Ténébreux’.

18 18 Cf. idem, p. 190 et pp. 285 291. L’ermite Brafadin lui même fait allusion à des personnages « qui retirez du siècle alloient errans en leur petis creux [...]. j’ay prisé ces heureux retirez plus que les monarques, et ay voulu suivre leur dessein ». Cf. Les Amours d’Æsionne, éd. cit., pp. 375-376.

19 Paris, M. Guillemot, 1599. Le roman parut la même année, dans la même édition, mais avec un frontispice différent, chez S. Molin à Tours.

20 Sur ce roman, v. nos études : « "La Pucelle d’Orléans" et "Le Voyage des Princes Fortunez" : deux miroirs à facettes », dans Béroalde de Verville (1556-1626), op.cit., pp. 141-155 ; « "La Pucelle d’Orléans" di Béroalde de Verville : tra storia e romanzo », dans Scritture dell’impegno dal Rinascimento all’età barocca, Fasano, Schena, 1997, pp. 134-146 et « "La Pucelle d’Orléans" di Béroalde de Verville, ovvero la Storia deformata », dans Disarmonia, bruttezza e bizzarria nel Rinascimento, Florence, Franco Cesati, 1998, pp. 199-213.

21 À ce propos, nous renvoyons à nos études citées dans la note précédente.

22 Sur ce thème, lié d’ailleurs à celui de la mélancolie, v., en particulier, J. Starobinski, Histoire du traitement de la mélancolie, Bâle, J R. Geigy, S.A., 1960, et R. Klibansky, E. Panofsky, F. Saxl, Saturno e la melanconia, Turin, Einaudi, 1983.

23 Sur les prophètes, v. le volume très récent Prophètes et prophéties au XVIe siècle, Cahiers V.L. Saulnier n° 15, Paris, Presses de L’Ecole Normale Supérieure, 1998.

24 La composition du "vestement d’Hermite" est très détaillée et renvoie en même temps à la sorcellerie, à l’alchimie et à la chimie. Cf. La Pucelle d’Orléans, éd.cit., f. 295v.

25 L’Histoire d’Herodias tirée des monumens de l’antiquité, Tours, S. Molin, 1600. Sur le personnage de saint Jean-Baptiste, v. le volume cité de P. Bretel, pp. 181-182.

26 L’Histoire veritable ou Le Voyage des Princes Fortunez, Paris, P. Chevalier, 1610. Sur ce roman, v. I. Zinguer, Le Roman stéganomorphique - Le Voyage des Princes Fortunez de Béroalde de Verville, Paris, Champion, 1993. I. Zinguer est aussi auteur de nombreux articles concernant cette œuvre béroaldienne ; à ce propos, nous renvoyons à la bibliographie de son livre. V. aussi J.-F. Marquet, « Béroalde de Verville et le roman alchimique », dans XVIIe siècle, 1978, pp. 157-170 ; G. Polizzi, « Du "Bal en forme de jeu d’échec" au "Palais des secrets" : aspects de l’espace conceptuel dans la fiction de la Renaissance », dans Logique et Littérature à la Renaissance, Paris, Champion, 1994, pp. 192­-218 ; T. Cave, "« Le Voyage des Princes Fortunez », un cas particulier de l’ordo artificialis", dans Béroalde de Verville (1556-1626), cit., pp. 157-167. V. enfin nos études « "Le Voyage des Princes Fortunez" di Béroalde de Verville : un’avventura tra amore, alchimia e scrittura », dans Il romanzo nella Francia del Rinascimento..., cit., pp. 129-141 et « "La Pucelle d’Orléans" et "Le Voyage des Princes Fortunez" : deux miroirs à facettes », cit.

27 Cf. Le Voyage des Princes Fortunez, éd.cit., pp. 322-328. V., en particulier, p. 322 : « C’est l’hermitage d’Honneur, que nostre bon Roy a fait bastir, pour y faire instruire les Princes ses fils [...]. Les maistres [...] y sont encor travaillans journellement à rendre le lieu en sa perfection », et p. 328 : « toute vérité devient apparente en cet ermitage ».

28 Cf. nos études citées à la note 26.

29 Béroalde puise en effet avec la plus grande liberté au Peregrinaggio di tre giovani figliuoli del re di Serendippo de Cristoforo Armeno (Venise, Michele Tramezzino, 1557). Dans la préface Armeno affirme qu’il a à son tour traduit un texte en langue persane avec l’aide d’un ami italien.

30 À propos de la première édition de ce roman, qui parut sans indication de lieu ni de date, v. N. Kenny, « Le Moyen de Parvenir : The earliest Known Edition, its Date, and the Woman Who Printed it », dans Studies on Béroalde de Verville, cit., pp. 21-41. N. Kenny a établi que le roman parut entre 1614 et 1617, très probablement vers 1617. On connaît deux exemplaires de l’editio princeps, l’un possédé par la Bibliothèque Municipale de Marseille, et l’autre par la British Library. Rappelons qu’il existe deux éditions récentes : la première a été procurée par A. Tournon et H. Moreau en 1984 (Aix, Publications de l’Université de Provence), et est accompagnée d’un volume reproduisant le fac-similé de l’exemplaire marseillais ; la seconde est celle d’I. Zinguer publiée à Nice par le Centre de la Méditerranée moderne et contemporaine en 1985.

31 Nous empruntons cette formule à M. Renaud, Pour une lecture du Moyen de parvenir de Béroalde de Verville, Paris, Champion, 1997, p. 48.

32 À ce propos, v. en particulier l’article de B.C. Bowen, "Béroalde de Verville and the self-destructing book", dans Essays in Early French Literature Presented to Barbara M. Craig, York, South Carolina, French Literature Publication Company, 1982, pp. 163-177.

33 À ce propos nous renvoyons encore au volume de M. Renaud déjà cité, qui consacre plus de la moitié de son étude (pp. 43-221) au thème de l’enfermement, fondamental dans Le Moyen de parvenir.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Daniela Mauri, « L’ermite détenteur du savoir dans l’œuvre romanesque de Béroalde de Verville », Babel, 4 | 2000, 37-52.

Référence électronique

Daniela Mauri, « L’ermite détenteur du savoir dans l’œuvre romanesque de Béroalde de Verville », Babel [En ligne], 4 | 2000, mis en ligne le 28 mai 2013, consulté le 24 mars 2017. URL : http://babel.revues.org/2852 ; DOI : 10.4000/babel.2852

Haut de page

Auteur

Daniela Mauri

Université de Sienne

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Babel. Littératures plurielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire Babel
  • Logo Université de Toulon
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org