Navigation – Plan du site

Y barbara fortuna ! D'un bilinguisme intérieur

Jacques Lovichi
p. 113-116

Résumé

L’auteur de cet article, d’origine corse mais écrivant en français, plaide pour la reconnaissance des richesses de la langue corse. Il insiste sur le manque d’intérêt de la France pour ses poètes insulaires, mieux reconnus à l’étranger. Il évoque les voix majeures issues du mouvement du riacquistu, et se montre attentif à restaurer l’usage du corse, notamment en matière de poésie.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

« Existe-t-il une corsitude de la poésie de Lovichi, de même que l'on trouve chez le Luxembourgeois de langue française Jean Portante une italianité, une Russie rêvée qui imprègne l'oeuvre tout entière d'Henri Troyat, ou, chez Seyhmus Dragetkin des échos du Kurdistan ?... De temps en temps Mgozzi comme Lovichi invitent la langue corse en leur français, nommant les lieux, les villages ; le poème se fait lamentu et âpre nostalgie... »

François-Michel Durrazzo,
« La poésie corse au-delà des langues »,
in Zurgai, revue littéraire basque.

1Le titre sibyllin de cette contribution est tiré du plus connu des lamenti de mon pays qui raconte la douleur de l'exil perpétuel et souvent irréversible auquel étaient condamnés la plupart des jeunes gens de la grande île à la fin de l'avant-dernier siècle, et qui parfois, ô sort barbare ! les conduit encore — moins radicalement il est vrai, car la planète rapetisse de jour en jour - à s'expatrier.

2Je m'appelle en réalité Ghjacum'Anton'Cameddu Louighj, selon les critères d'une langue qui m'aurait dû être maternelle mais que les cruelles fées de l'Histoire ont refusé à mon berceau. Et lorsque, adolescent attentif sur le pont du Fred Scamaroni qui cinglait vers les Sanguinaires, j'essayai de balbutier une phrase longuement préparée dans le parler de mes ancêtres, croyant faire plaisir à mon grand-père Anton'Filici - qui n'usa jamais que du corse avec ma grand-mère Angélina et ses soeurs Anarnaria et Paolina dont il avait également la charge - le grand vieillard (il avait presque mon âge actuel... ), levant un doigt sentencieux et courroucé — je revois son geste comme si c'était hier — déclara d'un ton péremptoire et d'un fort accent insulaire : « Ici, on parrrle frrrançais ! », manifestant par ces mots que sa langue maternelle, puis ce même accent corse dont il colorait sa nouvelle langue, avaient été pour lui une entrave perpétuelle en sa carrière et une source d'humiliation constante dans les allées démocratiques et anti-racistes de notre belle république. A lingua corsa l'avait trahi. Si je raconte cette anecdote, c'est qu'elle m'a définitivement marqué et surtout qu'elle entre dans le droit fil de mon propos.

3La langue corse, en effet, est d'une infinie richesse poétique et possède un ahurissant vocabulaire. Dans ma vallée — qui est celle du Taravu, au sud de l'île — l'asphodèle, plante symbole qui unit le monde des vivants à celui des morts, est désigné sous une infinité de noms et ne porte pas le même dans le village de mon grand-père que dans celui de ma grand-mère, pourtant situés à moins de cinq kilomètres à vol de rapace, mais l'un dans la pieve d'Ornanu, l'autre dans l'Istria.

4Il existe un littérature abondante et une remarquable poésie corses dont peu de gens ont entendu parler ; surtout les Français, car — mon épigraphe le montre — il en est bruit ailleurs dans le monde... Comprenne qui pourra, on s'intéresse avec passion aux chants traditionnels et à la poésie de la plus lointaine tribu amazonienne — ce qui n'est que justice, même si elle n'est plus parlée que par quelques personnes — mais on se refuse à prendre en compte (que dis-je ? on ignore de plus ou moins bonne foi) la production poétique d'une langue certes minoritaire mais tout de même moins que celle du groupe ethnique auquel je faisais allusion plus haut ; et parlée par une population pour l'instant encore française.

  • 1 Autre Sud, éditeur Autres Temps, 13420 Gémenos.

5Dans la revue1 dont j'ai le redoutable honneur d'être rédacteur en chef existe une rubrique permanente que nous avons intitulée : Voix d'ailleurs. Nous y avons accueilli des poètes sud et nord-américains, européens de toutes nationalités, anglophones, israéliens, palestiniens, russes, africains ou asiatiques ; jamais aucun poète corse. Nous avons même une chronique occitane. De corse, point ; basés pourtant que nous sommes dans une ville longtemps considérée comme capitale de l'île tant y vivaient d'insulaires expatriés ! Pourtant il s'agit bien là de « voix d'ailleurs » que leurs plus immédiats voisins, qui sont aussi - bon gré mal gré - leurs compatriotes, méconnaissent totalement par le fait d'un incompréhensible rejet. Car enfin, ou bien l'on considère la langue corse comme étrangère et son expression poétique trouve sa place dans Voix d'ailleurs, ou alors on la classe (comme le breton, l'alsacien, le catalan, le provençal ou le basque), parmi les langues minoritaires parlées en notre pays et elle peut figurer à bon titre au « Partage des voix », autre rubrique de création de notre revue, ou mieux encore, dans Espace méditerranéen. Pas question, Jean-Max Tixier l'écrivait naguère à fort juste titre, d'inscrire les langues régionales dans la Constitution. La langue officielle de France, elle-même fort menacée dans le monde, c'est le français, et basta ! Mais il faudra bien leur trouver un statut fixe - qu'elles n'ont toujours pas - avant de les voir disparaître à jamais.

6Depuis le mouvement du riacquistu, véritable lame de fond dont elle furent à la fois l'arme et le mobile, se sont fait entendre des voix majeures comme celles de Ghjacumu Fusina ou de Ghjacurnu Thiers, linguistes et poètes de premier plan. On pourrait citer encore parmi les plus récents, François-Michel Durazzo, Marie-Ange Sebasti, Marie-Paule Lavezzi, Pasquale Ottavi, Patrizia Gattaceca, Alanu di Megliu et bien d'autres, sans parler de tous les chanteurs « à texte » qui n'ont pas grand chose à voir avec Tino. Les premiers cités, parfaitement bilingues il va de soi, auraient pu user de la langue française - ils l'ont d'ailleurs parfois tenté avec succès - mais, courageusement, ils choisirent de s'exprimer dans une langue qui ne s'exporte guère, renonçant par là à une véritable notoriété ailleurs qu'en leur île où elle est grande. Leurs oeuvres paraissent également en traductions française et italienne, situation si inextricablement paradoxale qu'il eût mieux valu pour elles être écrites en langue tchouvache comme celle de notre ami Tchingiz Ogonëk qui trouva lui, et c'est heureux, une audience restreinte mais mondiale. Quoi qu'il en soit, je laisse en suspens ce curieux problème -à mon sens exemplaire - mais le soumets, gravement, à vos méditations.

7On l'aura compris, le bilinguisme, ici, ne joue qu'en un seul sens, puisque la langue corse n'influe guère sur la française, alors que celle-ci perturbe et pollue grandement la corse au point de transformer en une sorte de patois cette langue qui, naguères, l'était encore à part entière. C'est le mouvement irréversible de l'Histoire dont certains souhaitent, sans nulle inutile nostalgie, quelque peu freiner l'action appauvrissante, sans pour autant l'enrayer.

8Aujourd'hui, beaucoup de jeunes corses apprennent leur langue maternelle à l'Université di Corti, ce qui ne manque pas de sel, alors qu'il y a cinquante ans, je peux en témoigner personnellement, tous les corses parlaient corse et c'est le français qui faisait figure de langue apprise. Mon grand-père Antoine dut l'apprendre à l'école communale pour pouvoir passer son certificat d'études. Bilingue par nécessité, jamais il ne mélangea les deux langues. C'est à lui et à mon père, déjà né « sur le continent » que cette brève note est dédiée.

La licorne captive, ce Jour des Morts 2008.

Haut de page

Notes

1 Autre Sud, éditeur Autres Temps, 13420 Gémenos.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques Lovichi, « Y barbara fortuna ! D'un bilinguisme intérieur », Babel, 18 | 2008, 113-116.

Référence électronique

Jacques Lovichi, « Y barbara fortuna ! D'un bilinguisme intérieur », Babel [En ligne], 18 | 2008, mis en ligne le 11 octobre 2012, consulté le 30 mai 2017. URL : http://babel.revues.org/285 ; DOI : 10.4000/babel.285

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Babel. Littératures plurielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire Babel
  • Logo Université de Toulon
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org