Navigation – Plan du site
Littérature et prophéties à la Renaissance

Nostradamus

et ses visions d’un futur catastrophique
Claude Gilbert Dubois
p. 11-24

Résumé

L’article étudie le « phénomène Nostradamus », soit l’extraordinaire fortune des Prophéties publiées par Michel de Nostredame à partir de 1555, lues et interprétées du xvie siècle au XXe siècle. Il tente de montrer que Nostradamus, qui diffère en cela de certains charlatans rabelaisiens, considère son métier avec sérieux et réflexion, y mêlant de solides connaissances d’astrologie, de psychologie, de science politique et de sémantique, afin de proposer des textes énigmatiques, appuyés sur une fine compréhension du présent, et aptes à stimuler le désir de savoir des lecteurs de son temps et des époques à venir et, partant, leurs multiples interprétations.
L’article met en avant les connaissances "scientifiques" de ce médecin féru d’astrologie. Nostradamus est également un habile utilisateur de la langue, expert en matière d’énigme et d’amphibologie. Cette facilité à jouer sur les mots lui permet une application de formules empruntées à l’actualité à des circonstances historiques ultérieures, qui paraissent pertinentes. C’est ce qui explique à la fois son catastrophisme (l’actualité est tumultueuse) et le succès prolongé de ce texte hors de son contexte d’actualité.

Haut de page

Texte intégral

1La question de savoir ce que sera le futur comporte deux points problématiques : le premier porte sur « sera » et pose un problème d’existence, le second porte sur « savoir » et pose un problème de connaissance. La première question, sous sa forme la plus générale, a été exprimée par un dramaturge célèbre sous une forme non moins célèbre : « être ou ne pas être ». Mais sous cette formulation alternative, la question est trop simple (comme le prouve la suite du monologue de Hamlet). La réalité d’une immersion des êtres dans le temps appelle la variation : « être et ne pas être ». Nous n’avons pas accès à l’être, dit Montaigne, qui se replie sur le « passage », et du passage passe à la rétention (« je ne passe pas le temps, je le retâte, je m’y tiens »). Un autre, un peu plus tardif et poète, développe le paradoxe, « être de ne pas être » :

.............................Et je ne suis plus rien
Qu’un fantôme qui court après l’ombre d’un rien
Ou qu’un fruit dévoré du seul ver qui le ronge.

Non, je ne suis plus rien quand je veux m’éprouver
Qu’un esprit ténébreux qui voit tout comme en songe
Et cherche incessamment ce qu’il ne peut trouver.

(Jean Oger Gombauld, Poésies, 1646)

2Le passé n’existe plus autrement que sous forme fantomatique dans notre oublieuse et infidèle mémoire ; le futur n’existe pas encore, sauf en notre vagabonde et trouble espérance, et on ne sait s’il existera sous cette forme ; le présent, qui est notre seul point d’ancrage à l’existence, est un point mobile qui meurt dès qu’il naît pour faire place à un autre instant qui en fait autant. Et pourtant ils se suivent, donc ils sont.

3C’est dans le perpetuum mobile que se forge l’angoisse du futur : demain sera-t-il et que sera-t-il ? Le succès ininterrompu depuis plus de quatre siècles qu’ont eues les Prophéties de Nostradamus, publiées et augmentées de 1555 jusqu’à 1568, tient d’abord à la permanence de ces interrogations. Le livre pose la question essentielle : que sera demain ?, et il semble fournir des réponses intermittentes, des trous de lumière dans les ténèbres, qui excitent encore plus la curiosité en rendant plus crédible l’hypothétique, parce que tout n’y semble pas incroyable.

  • 1 Tiers livre, chap XX.

4Des auteurs à peu près contemporains de Nostradamus, l’un avant, l’autre après, ont posé également ces questions. L’un sous forme de comédie, l’autre pour en faire le ressort d’une tragédie. Le premier est Rabelais : dans le Tiers Livre (1546), Panurge veut savoir s’il doit se marier. Il interroge les représentants de la science, de la para-science, de la pseudo-science, pour finir par questionner un muet, qui lui répond en lui prédisant des catastrophes. Dès lors, Panurge ne veut plus rien savoir et se met la tête sous l’aile, ce qui lui attire la réplique de Pantagruel : « si les signes vous fâchent, combien vous fâcheront les choses signifiées ! »1. Le second est Shakespeare : Macbeth revient de guerre ; sur son chemin il rencontre un futur qu’il n’avait pas sollicité, sous forme de trois sorcières ; celles-ci lui prédisent un avenir radieux ; il veut le réaliser ; tout va bien, mais avec des conséquences inattendues ; les choses se gâtent ; il recourt à nouveau à l’oracle qui lui répond de manière ambiguë ; il ne veut pas tenir compte du sens inquiétant pour lui ; il choisit celui qui lui est favorable ; c’était un contre-sens. L’inquiétude qu’il a récusée se réalise en catastrophe.

5Le « phénomène Nostradamus », le fait que ce médecin astrologue du temps de Henri II ait été lu et interprété tout au long des siècles qui ont suivi, et qu’il fasse aujourd’hui encore l’objet de spéculations sur l’avenir proche, mérite d’autant plus de retenir l’attention qu’il met en cause l’état culturel de notre société tout autant que la mentalité d’une époque révolue. L’existence d’une telle persistance rend patente l’impuissance de la rationalité scientifique dans une société techniquement avancée, hors de ses limites strictes d’application, et l’existence d’un champ de questionnement où l’irrationnel s’installe en toute quiétude, à la recherche d’une impossible certitude. C’est à cette interpellation de l’irrationnel dans le triomphe de la civilisation technicienne, qui n’est pas résiduel, comme on le dit trop facilement, mais structurel et permanent, que nous convie le petit recueil de Nostradamus, généralement appelé les Centuries, et celle-ci va bien au-delà de considérations sur la valeur littéraire de cet ouvrage ou sur les conditions historiques de sa naissance. Elle concerne l’inquiétude contemporaine, qui pourrait bien n’être que la forme actualisée d’une inquiétude irrépressible en tous temps de l’homme face au futur.

6Le curieux d’avenir, face aux devins, aux savants, aux voyants, et autres évocateurs de fantômes, se trouve dans la situation, comique ou tragique, des deux héros de Rabelais et de Shakespeare. Il veut savoir. Il sait qu’on ne peut savoir. Il interroge. On lui répond par signes ambigus. Il veut comprendre et décrypter les choses signifiées. Ce faisant, il se trouve renvoyé à son propre désir : s’il est confiant, l’avenir se lit en forme de soleil radieux ; s’il ne l’est pas, l’avenir lui renvoie son inquiétude en forme de cataclysmes et d’orages. De l’autre côté du miroir, il n’y a pas de futur, il n’y a que l’image présente, projetée dans un temps imaginaire, du désir de le connaître, et on tourne en rond.

7Le futur n’a pas d’autre existence que celle que nous lui attribuons imaginairement. Par définition, c’est un objet vide, qui ne peut être peuplé que par la peur ou par l’espoir que nous avons, dans le présent, de le voir se réaliser. Seul ce présent-là, relatif à l’état d’esprit du sujet dans le temps de son présent imaginaire, a une existence réelle. Selon la forme de notre attachement, crainte ou espérance, il se reporte sur un objet imaginaire, avec un caractère maléfique ou bénéfique (c’est l’ambivalence bien connue du bon ou du mauvais objet de désir). Mais ce déplacement, cette projection, n’est qu’un tour de jonglerie, qui fait passer le désir irréalisable du sujet dans les qualificatifs d’un objet imaginaire de satisfaction.

8La forme catastrophique donnée aux visions du futur dans la littérature, prédictive et prophétique réalise l’une des deux formes d’investissement affectif qui nous porte vers cet objet imaginaire. Le sujet qui éprouve une angoisse lui donnera forme d’objet angoissant. Le devin qui sait comment exploiter cette angoisse pour asseoir son crédit renforce la tendance et prédit des catastrophes. Pas jusqu’au point cependant de faire perdre toute espérance, car ce serait perdre son crédit pour de futures consultations. Il procède alors selon les voies obliques de l’Apollon vaticinateur (Loxias Apollôn), en laissant à ses paroles une marge d’interprétation en sens contradictoires. Le métier subtil de devin suppose donc une technique éprouvée dans le domaine de la psychologie (prendre pour chaque consultant son niveau d’angoisse et d’espoir) et dans le domaine de la sémantique (laisser une marge d’interprétation qui autorise plusieurs sens).

  • 2 Le calcul de la date-butoir des prophéties a fait l’objet de spéculations diverses ; certains adopt (...)

9Je parle ici de l’interrogation sur le futur qui concerne un avenir personnalisé et proche (qui répond à cette « science » qu’on appelait au XVIe siècle la prédiction généthliaque). Mais qu’en est-il lorsque (c’est le cas de Nostradamus) il s’agit de l’avenir d’une collectivité dans un temps qui peut être lointain2 (Nostradamus parle pour les six ou sept siècles à venir) ? L’objectif de conditionnement psychologique et la technique d’énonciation polysémique reste la même, mais il s’y ajoute des procédés de rhétorique propres à émouvoir les foules, comme l’introduction d’une liturgie oraculaire, à forme théâtrale et cérémonielle, et du sens épique, suivant une tradition qui remonte aussi bien au prophétisme biblique qu’au style oraculaire du paganisme, dans lequel Apollon-prophète est inséparable d’Apollon-poète.

10Cette jonglerie de l’imaginaire impose, pour être efficace, une mise en forme esthétique de l’objet d’angoisse rapporté au futur : c’est ce qu’on peut traduire par l’expression de vision « apocalyptique », au sens le plus courant du terme, celui de catastrophisme. On y évoque des horizons sanglants et enflammés, en noir et rouge, des soirs d’agonie avec soleil couchant qui se noie dans son sang qui se fige. Mais il y a une thérapie de l’angoisse, qui consiste à équilibrer le maléfice de l’objet par une vision apaisante. Ce sont alors les matins roses, les aurores exaltées ainsi qu’un peuple de colombes, les lendemains couleur d’orange, d’eau claire et de ciel qu’on voit d’une prison, où un arbre qu’on voit, berce sa palme. Le ciel et la palme, dans l’emprisonnement du présent, constituent un horizon d’attente, qui vient contrebalancer les fantasmes de soleil cou coupé et les grands songes apocalyptiques d’orage et de carnage.

  • 3 Les Prophéties de Michel Nostradamus, Lyon, Mathieu Bonhomme, 1555 ; id., ibid., A. du Rosne, 1557  (...)
  • 4 Jean-Aimé de Chavigny, la Premiere face du Janus françois, contenant sommairement les troubles, gue (...)
  • 5 Nostradamus est notamment cité dans le « Discours » à Guillaume Des Autels (1560), vv. 163-178.
  • 6 Une littérature abondante, quoique marginale, a remis à jour l’interprétation des Prophéties pour l (...)
  • 7 L’avènement de Napoléon est lu dans l’interprétation de F. Bellaud (Paris, 1806). Eugène Bares­te, (...)

11Ces quelques remarques préliminaires serviront d’introduction à l’explication qu’on peut donner du succès qu’a connu, dès sa parution, le recueil de 353 quatrains de Michel de Nostredame (qui se fait appeler Nostradamus) en 1555, à Lyon, sous le titre de Prophéties3. En 1557, paraît également à Lyon une édition augmentée portée à 642 quatrains. En 1568, une nouvelle édition comporte 300 quatrains supplémentaires répartis en Centuries, ou ensemble de 100 quatrains, nom qui supplantera celui de Prophéties. Les éditions ultérieures font problème, car on ne sait exactement ce qui est de la main de Nostradamus, mort en 1566, et la part d’invention de ses héritiers, éditeurs ou imitateurs. Le livre connut un succès constant, et donna lieu à toutes sortes d’éditions contrefaites, souvent antidatées, qui brouillent les pistes. Un premier apogée du succès se situe en fin du siècle, lorsqu’en plein débat sur la date de la fin de monde, dans l’inflation générale des commentaires sur l’Apocalypse, Jean-Aimé de Chavigny, un admirateur de Nostradamus, fournit la première interprétation écrite4. Dès son vivant, la renommée de Nostradamus a été telle que ses contemporains célèbres (comme Ronsard) le citent5, et que la Reine Catherine de Médicis lui rend personnellement visite en 1564, dans son cabinet de Salon-en-Provence. Par la suite, sans qu’il y ait jamais une extinction du souvenir de Nostradamus, le livre reprend vigueur, notamment avec le règne de Louis XIV6, et après les bouleversements apportés par la Révolution française et l’Empire, où l’idéologie de la Restauration y lit le passé immédiat7, au cours de la seconde guerre mondiale, et avec une portée plus modeste, au moment de la guerre d’Algérie et de la constitution de la Cinquième République.

  • 8 Il s’agit du quatrain X, 72 :
    L’an mil neuf cens nonante neuf sept mois
    Du ciel viendra un grand Roy (...)
  • 9 Il s’agit du Monstre d’abus (attribué parfois à Théodore de Bèze), Paris, 1558, suivi de la Declara (...)

12Si Nostradamus a si bien réussi son coup, c’est parce que le coup a été préparé avec un savoir-faire de connaisseur en stratégie du désir aussi bien qu’en rhétorique de l’ambiguïté. Mais le texte de Nostradamus a aussi une base « scientifique » sérieuse, en se référant à ce qu’on appelait « science » en son temps. Ses connaissances médicales, notamment en épidémiologie et en prophylaxie, sont avérées et ont porté des fruits. Ses connaissances en astronomie sont également sûres : on se demande si, dans la prophétie qui concerne l’été 1999, il n’a pas pu calculer l’éclipse de soleil qui doit être visible sur une grande partie de l’Europe et de l’Asie, le 11 août de cette année8. Je récuserai, pour ma part, toute accusation de « charlatanisme » ou de simulation le concernant. Cet homme est un vrai savant, instruit selon les modes de son temps, croyant véritablement à ce qu’il fait, qui n’a rien à voir avec les fantoches de Rabelais dans le Tiers livre. Les accusations dont il a fait l’objet dès son vivant sont liées à des raisons qui ne sont pas toujours pures, et qui peuvent tout aussi bien s’expliquer par des circonstances politiques et religieuses que par de l’animosité personnelle à l’égard de sa famille et de lui-même9.

  • 10 « Mes nocturnes et prophétiques supputations, composées plutost d’un naturel instinct, accompagné d (...)

13Cette base scientifique est exploitée avec un savoir consommé de poseur d’énigmes, de stimulateur du désir, et d’inventeur d’un style oraculaire. Aux connaissances « scientifiques » sur lesquelles il fonde ses visions, il ajoute un « don » personnel, analogue à ce qu’est l’inspiration pour les poètes contemporains, notamment celui de la toute voisine Pléiade. Il n’invoque pas l’Esprit-saint, pour des raisons circonstancielles (il ne veut pas être confondu avec le courant des « libres-spiritistes » ou « libertins spirituels » qui invoquent une communication personnelle avec l’Esprit-Saint), mais applique à son propre cas la théorie du furor propheticus d’inspiration platonicienne10.

  • 11 L’équivocité est un procédé de « rhétorique seconde » largement utilisé, par les poètes de Grande R (...)
  • 12 On peut prendre pour exemple le quatrain IV, 44, dans lequel Nostradamus pratique, outre l’obscurit (...)

14On a pu remarquer que les prédictions de Nostradamus revêtent très souvent un caractère catastrophique : il entre par là dans une tradition, celle du prophétisme biblique, développé par la littérature apocalyptique intertestamentaire et chrétienne, et par le courant médiéval des livres sibyllins. Mais il peut s’agir aussi d’une extrapolation vers le futur des craintes propres à son temps. C’est en ce sens que Nostradamus se fait le stimulateur du désir ambiant. Quant aux réponses données, elles procèdent du style oraculaire antique qui, comme le remarquent les auteurs d’arts poétiques du temps, vaut par l’amphibologie et la possibilité d’interprétations contradictoires11. Cette sémiotique de l’ambiguïté est renforcée par des recherches stylistiques qui lui sont propres. Nostradamus est un utilisateur expert de ce qu’on peut appeler le « tachisme » littéraire. Il projette les mots sur son papier comme des taches d’encre, aux couleurs violentes, aux formes indécises, aux sens indéfinis12 : ce sont les Illuminations du XVIe siècle, crachats de pourpre, lichens violets et morves d’azur. Face au paysage lexical désarticulé, il pousse son lecteur à poser la question que l’on pose devant toute œuvre énigmatique : qu’est-ce que cela représente ? Et il lui laisse la liberté d’interpréter. Il n’y a pas non plus de syntaxe : les visions ne se suivent pas dans un ordre chronologique ; le temps futur y est perçu en miettes, sous forme de mosaïque déglinguée. La succession des quatrains ne se conforme pas à un ordre de l’histoire ; et dans chaque quatrain, les vers peuvent renvoyer à des événements séparés dans le temps. Lorsqu’il y a une logique, c’est une logique purement formelle, qui procède par surinvestissement syntaxique (avec des termes de subordination causale ou consécutive), mais sans fournir de lien du sens. C’est du tachisme, c’est du pointillisme, qui utilise sciemment une technique déconstructionniste. Coups d’estoc, coups de taille : le mage se bat avec ses visions comme saint Antoine parmi ses tentations ou Frère Jean au milieu des vignes ; des mots il décorcobalisse la substantifique moelle, de la colonne vertébrale, syntaxique, de la phrase il élongue les spondyles du col et décornenfistibulise les articulations. Et torche, et lorgne, et tombent du ciel des grêles de pierres et des pluies de sang.

  • 13 Cette hypothèse est exposée par Jean-Paul Clébert, Nostradamus, Aix, Edisud, 1983, qui fournit une (...)

15Toutefois, sur cette arène de combat où les mots et les sens jouent à ne pas se rencontrer, ou au contraire à s’étreindre, à se monter sur l’échine pour former d’étranges Centaures et des hybridations chimériques, il est possible de relever quelques constances. Il suffit pour ce faire de se référer aux grandes puissances autour desquelles s’établit l’histoire de son temps. Elles sont au nombre de cinq : il y a le Roi (le Roi de France au premier chef, mais également les rois d’autres nations) qui représente un pouvoir temporel limité à un territoire ; l’Empereur, dont le pouvoir et les revendications s’étendent sur des terres beaucoup plus vastes (il convient de rappeler qu’en 1555, l’Empereur Charles-Quint règne depuis trente six ans sur un Empire plus vaste que celui d’Auguste et de Charlemagne) ; le Pape aux prises, en tant que puissance temporelle, avec les autres états et, en tant que puissance spirituelle, aux fractures qui se multiplient dans l’Europe de la première moitié du XVIe siècle ; le Grand Turc dont l’expansion constitue une menace permanente pour l’Europe, renouvelant dans l’actualité l’image du Sarrasin médiéval, et enfin, répandu un peu partout, le Peuple, enclin à des émeutes aussi barbares que stériles. Ce sont là les cinq cavaliers d’une Apocalypse qui se réalise concrètement dans l’actualité. Le Roi de France et l’Empereur sont en lutte permanente ; le Pape et l’Empereur également ; les fractures religieuses se multiplient ; le Turc accentue sa pression vers l’Est ; il y a partout des révoltes populaires. Nostradamus recense les hantises insécuritaires de son temps et les projette dans un futur imaginaire en en universalisant les principes13, de manière à favoriser leur application à d’autres situations possibles pour l’avenir : l’Empereur pourra aussi bien désigner Napoléon ou telle puissance européenne à ambitions hégémonistes ; le Turc résume toutes les craintes venant de l’Orient, Mongols et Tartares, péril jaune, expansion islamiste ; les révoltes populaires sont préfiguration des mouvements insurrectionnels et révolutionnaires futurs.

16On peut prendre quelques exemples caractéristiques de cette possibilité de délocalisation temporelle à partir d’une situation tout à fait plausible pour l’époque de Nostradamus.

17Voici le dernier quatrain de l’édition de 1568 (X, 100) :

Le grand Empire sera par Angleterre,
Le Pempotam des ans plus de trois cens :
Grandes copies passer par terre et mer,
Les Lusitains n’en seront pas contens

18Ce quatrain est considéré par la plupart des interprétateurs comme l’annonce de l’hégémonie maritime de l’Angleterre, qui durera de la fin du XVIe siècle à la fin du XIXe siècle : le néologisme pempotam qui désigne cette hégémonie serait une invention poétique de Nostradamus où l’on reconnaît potamos et potentia, l’eau et la puissance ; copies doit être pris au sens du latin copiae désignant les cargaisons maritimes. Les Lusitains sont les Portugais, et plus généralement les pays ibériques, détrônés de leur première place dans le commerce maritime. Cette situation n’a pas besoin d’être reportée dans un futur lointain : elle est déjà en germe au moment où Nostradamus compose ce quatrain, et bientôt la défaite de l’Armada espagnole, en 1588, montrera la puissance sur mer des vaisseaux élisabéthains.

19Autre cas (I, 60), généralement appliqué, depuis Eugène Bareste, à Napoléon :

Un Empereur naistra près d’Italie,
Qui à l’Empire sera vendu bien cher,
Diront avec quels gens il se ralie
Qu’on trouvera moins prince que boucher.

20Il n’y a rien d’étonnant à ce qu’un Empereur naisse près de l’Italie, puisque les empereurs germaniques sont également rois de Rome, et que beaucoup d’entre eux sont originaires des provinces méridionales de l’Allemagne ou d’Autriche. La vente du titre impérial nous ramène à la manière dont François Ier et Charles-Quint, en 1519, ont fait rivalité d’offres financières pour acheter les voix des électeurs. Cet usage, qui jusqu’alors était réservé aux élections des Papes, s’étend à la plupart des systèmes politiques électifs. Le ralliement des électeurs est à ce prix. Quant à la brutalité du gouvernement, elle peut être appliquée à beaucoup d’Empereurs, et notamment au dernier en date, mal aimé, pour des raisons faciles à comprendre, des Français, Charles-Quint.

21Le quatrain dans lequel on veut voir la prédiction de l’exil de Napoléon à l’île d’Elbe est celui-ci (I, 32) ; on peut déceler en effet une analogie étonnante avec les faits évoqués :

Le grand Empire sera tost translaté
En lieu petit, qui bien tost viendra croistre,
Lieu bien infime d’exiguë comté
Où au milieu viendra poser son sceptre.

22Mais si on regarde l’histoire du temps, on s’aperçoit que Charles-Quint, en 1555, songe déjà à abdiquer ; ce qu’il fera dans l’année même avant de se retirer, l’année suivante, dans le monastère de Yuste, en Estrémadure. Ce lieu-là, autant que l’île d’Elbe et Napoléon, répond à ce qui est exprimé dans le quatrain.

23Voici un autre quatrain, adjousté depuis l’impression de 1568, qui est interprété généralement comme l’avènement du règne personnel de Louis XIV, car la date de 1660 s’y trouve inscrite en termes cryptés :

Quand le fourchu sous tenu de deux paux,
Avec six demy corps, et six sizeaux ouvers :
Le tres puissant Seigneur, héritier des crapaux,
Alors subjuguera sous soy tout l’univers.

24Les deux premiers vers renvoient à la date de 1660, soit M (le fourchu V soutenu de deux pieds de chaque côté donne la forme M) ; six demi corps ou cercles font CCCCCC ; et les six ciseaux ouverts XXXXXX, soit MDCLX ; le crapaud est l’emblème des Mérovingiens dont le Roi de France est l’héritier dynastique lointain. Mais on peut tout aussi bien comprendre qu’il s’agit d’une prophétie souvent répétée au XVIe siècle, celle de l’Antéchrist, ce monarque légendaire qui doit régner vers la fin du monde. La venue de l’Antéchrist avait été prédite, en raison de l’analogie avec le chiffre de la Bête de l’Apocalypse, à base de 6, pour 1560, puis pour 1566 : rien ne s’étant passé, elle est reportée en 1660 ; le crapaud étant un animal réputé diabolique, il est normal que l’Antéchrist en fasse son emblème.

  • 14 Les ouvrages interprétatifs actuels les plus usités sont ceux de Serge Hutin (Les Prophéties de Nos (...)

25Nous n’aborderons pas ici le problème de la voyance chez Nostradamus14 : cet homme eut-il vraiment, de manière visionnaire ou par des intuitions personnelles, contact avec les événements à venir, c’est là un problème qui n’est pas de l’ordre de la connaissance positive. Nous n’avons donc pas à y répondre, et chacun est laissé sur ce point à son jugement personnel.

26Nous pouvons seulement constater que le futur prédit par Nostradamus est très souvent catastrophique : l’avenir se présente comme une suite d’épiphanies diaboliques, guerres, massacres, misères, famines, épidémies, révoltes, violences en tous genres. Cette configuration de l’avenir s’explique par une tradition vaticinatrice occidentale : les oracles antiques et les prophètes bibliques annoncent souvent des catastrophes. Les prophètes poussent à la repentance : c’est pourquoi ils hyperbolisent les fléaux de Dieu prêts à frapper. Nostradamus connaît la littérature apocalyptique et les commentaires que suscite ce texte au XVIe siècle.

27Elle s’explique également par une extrapolation sur l’avenir des menaces bien réelles du présent ; luttes d’hégémonie entre le Roi et l’Empereur, ébranlement de la Papauté ; scissions et rebellions sociales et religieuses ; soulèvements populaires ; épidémies. Il n’est pas nécessaire de noircir le futur : il suffit de rappeler le présent.

28Mais, plus que du problème des raisons et des sources, c’est celui du but poursuivi qui est important : Nostradamus est un homme de métier, astrologue compétent, qui croit à ce qu’il fait et fait sérieusement ce à quoi il croit. Il passe un contrat avec son public de lecteurs qu’il connaît et dont il estime que son métier est de stimuler l’envie de savoir : on est menacé ; il va activer l’angoisse du futur par des visions effrayantes ; puis stimuler la thérapie en donnant une forme à ces frayeurs et en incitant à l’espoir d’en savoir plus. C’est une technique d’embrasement du « curieux désir », comme on appelait au XVIe siècle le désir de savoir.

29Mais en même temps, il laisse une place à l’incertitude. C’est pourquoi il utilise une base de réalité, pour rendre crédible ce qu’il dit, en conformant le futur au présent, et une marge de manœuvre pour l’interprétateur, qui est renvoyé, par l’obligation de se forger une interprétation subjective, à sa propre créativité et de ce fait à sa responsabilité personnelle. C’est une manière pour lui, après s’être engagé, de se dégager.

30On pourrait, pour terminer cette liturgie apocalyptique en haut style, dédier à cette œuvre originale ces vers d’un poète qui ne dédaigne pas, lui non plus, le style oraculaire :

  • 15 Saint-John Perse, La Gloire des Rois, Histoire du Régent, in Œuvre Poétique, Paris, Gallimard, 1960 (...)

31Et les bûchers croulaient chargés de fruit humain
Et les rois couchaient nus dans l’odeur de la mort
Et quand l’ardeur eut délaissé les cendres fraternelles
Nous avons recueilli les os blancs que voilà
Baignant dans le vin pur15.

  • 16 Depuis la date de rédaction de cet article, de multiples publications ont vu le jour (notamment au (...)

32Je vous offre donc ces reliques pour l’usage que vous voudrez bien en faire, terre de main morte ou mémoire de vivant, selon deux expressions qui sont aussi de Saint-John Perse16.

Haut de page

Notes

1 Tiers livre, chap XX.

2 Le calcul de la date-butoir des prophéties a fait l’objet de spéculations diverses ; certains adoptent l’année 3797, citée dans la lettre à son fils César, qui, par calculs rapportés à la date supputée de création du monde, aboutit à l’an 1999 ; dans la lettre à Henri II, l’échéance est plus lointaine : « passant outre loing jusques à l’advenement qui sera après le commencement du 7e millénaire profondément supputé », ce qui conduit aux premiers siècles du troisième millénaire (la naissance du monde étant traditionnellement datée de 4000 avant J.C.).

3 Les Prophéties de Michel Nostradamus, Lyon, Mathieu Bonhomme, 1555 ; id., ibid., A. du Rosne, 1557 ; les Prophéties de Michel Nostradamus, en dix centuries, Lyon, B. Rigaud, 1568. Voir Michel Chomarat, Bibliographie Nostradamus, Lyon, Sté des Amis de Nostradamus, 1984 (réédition).

4 Jean-Aimé de Chavigny, la Premiere face du Janus françois, contenant sommairement les troubles, guerres civiles et autres choses memorables advenues en la France et ailleurs, depuis l’an de salut 1533 jusques en l’an 1589, Lyon, 1594. Dans la version en langue latine (Lyon, 1594), il est signalé dans le titre qu’il s’agit d’une interprétation des quatrains de Nostradamus : ex decantatissimis illis tetrastichis quae Michel Nostradamus jam olim Gallice in lucem edidit.

5 Nostradamus est notamment cité dans le « Discours » à Guillaume Des Autels (1560), vv. 163-178.

6 Une littérature abondante, quoique marginale, a remis à jour l’interprétation des Prophéties pour l’appliquer à l’avènement et à la gloire de Louis XIV, comme c’est le cas dans les œuvres de J. de Jant (1672), B. Guynaud (1693), J. Espitalier (1698).

7 L’avènement de Napoléon est lu dans l’interprétation de F. Bellaud (Paris, 1806). Eugène Bares­te, dans son Nostradamus (Paris, Maillet, 1840) déclare « avoir attaqué la philosophie du XVIIIe siècle dans ce qu’elle a d’absurde, de vicieux et de mauvais ».

8 Il s’agit du quatrain X, 72 :
L’an mil neuf cens nonante neuf sept mois
Du ciel viendra un grand Roy d’effraieur
Ressusciter le grand lion d’Angolmois
Avant après Mars regner par bon heur.

9 Il s’agit du Monstre d’abus (attribué parfois à Théodore de Bèze), Paris, 1558, suivi de la Declaration des abus et autres curiositez qui regnet aujourd’hui au monde. La polémique reprend avec Antoine Couillard, sieur du Pavillon, les Contredicts du seigneur du Pavillon aux faulses et abusives propheties de Nostradamus, Paris, 1560.

10 « Mes nocturnes et prophétiques supputations, composées plutost d’un naturel instinct, accompagné d’une fureur poétique, que par reigle de poësie, et la plus part composé et accordé à la calculation Astronomique » (lettre à Henri II).

11 L’équivocité est un procédé de « rhétorique seconde » largement utilisé, par les poètes de Grande Rhétorique. La phrase généralement citée comme exemple de l’ambiguïté, des oracles est la réponse faite à Crésus : « Crésus perdra de grands royaumes » (il conquerra de grands royaumes ou il perdra les siens ?).

12 On peut prendre pour exemple le quatrain IV, 44, dans lequel Nostradamus pratique, outre l’obscurité, le mélange des langues :
Deux gros de Mende, et de Roudés et Milhau
Cahours, Limoges, Castres malo sepmano
De nuech l’intrado, de Bourdeaux un cailhau
Par Perigort au toc de la campano,
ou encore l’énigmatique III, 12 :
Par la tumeur de Heb, Po, Tag, Timbre et Rome,
Et par l’estang Leman et Aretin :
Les deux grands chefs et citez de Garonne,
Prins, morts, noyez. Partir humain butin.
Même si on admet que le premier vers renvoie aux crues de l’Ebre, au Po, au Tage et au Tibre, on ne voit pas le rapport avec les « chefs et citez » des bords de la Garonne.

13 Cette hypothèse est exposée par Jean-Paul Clébert, Nostradamus, Aix, Edisud, 1983, qui fournit une explication, rapportée à l’actualité, du fameux quatrain (IX, 20) interprété habituellement comme la prédiction de la fuite de Louis XVI à Varennes :
De nuict viendra par la forest de Reines
Deux pars vaultorc Herne la pierre blanche,
Le moine noir en gris dedans Varennes
Esleu cap, cause tempeste, feu sang tranche.
L’interprétation habituelle (Bareste, Hutin, J.C. de Fontbrune) consiste à voir dans la forest de Reines la Montagne de Reims, nom d’un endroit boisé où est passée la voiture royale, suivant un mode d’approximation phonétique fréquent chez Nostradamus ; Herne et noir désignent le roi et la reine par procédé anagrammatique ; la pierre blanche est le talc qui poudre les cheveux de Marie-Antoinette ; le roi est appel, moine en raison de son goût pour la solitude ; cap est une allusion à son statut de roi constitutionnel en tant que citoyen Capet. J. P. Clébert relève qu’il existe de multiples villages, hameaux ou rivières qui s’appellent Varennes ou la Varenne ; notamment près d’Ernée (Heme), en Mayenne, où l’on note encore les toponymes Vaultorte et la Pierre blanche ; Ernée s’appelait Reginea (de Reines). En 1562, il y eut une révolte de moines, influencés par les idées de la Réforme, qui élurent un chapelain (cap) pour les représenter ; il s’en suivit quelque tumulte.

14 Les ouvrages interprétatifs actuels les plus usités sont ceux de Serge Hutin (Les Prophéties de Nostradamus, Paris, Belfond, 1972) et de j. Ch. de Fontbrune (Nostradamus, historien et prophète, Paris, éd. du Rocher, 1980, et Presses Pocket, 1982).

15 Saint-John Perse, La Gloire des Rois, Histoire du Régent, in Œuvre Poétique, Paris, Gallimard, 1960, t. I, p. 108.

16 Depuis la date de rédaction de cet article, de multiples publications ont vu le jour (notamment au cours de l’année 1999, qui a stimulé, circonstantiellement et commercialement, les interprétations). Dans le sens inverse de la démystification, signalons l’ouvrage de Roger Prévost, Nostradamus, le Mythe et la Réalité (Paris, Laffont, 1999), qui, partant d’une hypothèse plausible, en réduit toutefois la portée par sa systématisation. Les retards de publication font que cet article doit également paraître, avec quelques variantes, dans un autre volume, les Mélanges d’Histoire des religions en l’honneur d’Antoine Faivre, (Louvain, Peeters, à paraître).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claude Gilbert Dubois, « Nostradamus », Babel, 4 | 2000, 11-24.

Référence électronique

Claude Gilbert Dubois, « Nostradamus », Babel [En ligne], 4 | 2000, mis en ligne le 27 mai 2013, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://babel.revues.org/2836 ; DOI : 10.4000/babel.2836

Haut de page

Auteur

Claude Gilbert Dubois

Université Michel de Montaigne Bordeaux-3

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Babel. Littératures plurielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire Babel
  • Logo Université de Toulon
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org