Navigation – Plan du site

Poème1

Vénus Khoury-Ghata
p. 81

Texte intégral

  • 1 Vénus Khoury-Ghata nous a fait la grâce de nous offrir pour ce numéro de Babel un poème inédit.

Nous fîmes le tour de la forêt sans croiser un seul arbre ami
sans mettre la main sur le moindre lambeau de la robe de Dieu ou de son écorce
une mousse médisante semait la discorde entre arbres résidents et ceux végétant en bordure des ornières
le soleil vieillissait

et les résineux inflammables prenaient leurs distances avec les dernières étincelles capables de les transformer en torches

L'hiver venu
et le soleil enfermé à double tour dans son cercle
la forêt migra sous notre toit avec sa horde de lianes nattées tels chevaux de parade
brouilla notre image dans ses miroirs

nos ombres sur les murs se battaient comme des chiffonniers dès que la mère remontait la mèche de la lampe
Empoignades quotidiennes qui laissaient la maison exsangue
le plâtre émietté était notre douleur avouée

Haut de page

Notes

1 Vénus Khoury-Ghata nous a fait la grâce de nous offrir pour ce numéro de Babel un poème inédit.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vénus Khoury-Ghata, « Poème », Babel, 18 | 2008, 81.

Référence électronique

Vénus Khoury-Ghata, « Poème », Babel [En ligne], 18 | 2008, mis en ligne le 29 juin 2012, consulté le 29 mai 2017. URL : http://babel.revues.org/279 ; DOI : 10.4000/babel.279

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Babel. Littératures plurielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire Babel
  • Logo Université de Toulon
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org