Navigation – Plan du site

Le monde méditerranéen et la transposition caraïbe du mythe d'Ulysse

The Mediterranean World and the Caribbean Transposition of the Myth of Ulysses
El mundo mediterráneo y la transposición caribeña del mito de Ulises
Arnaud Dornon
p. 121-136

Résumés

Cet article a pour vocation de faire apparaître la relation privilégiée qui existe entre Walcott, poète de Sainte Lucie, anglophone et créolophone, Prix Nobel de Littérature en 1992, et la culture du berceau méditerranéen. Rares sont en effet les poètes antillais d'origine africaine qui n'ont ni épousé les théories de Césaire et de Senghor sur la Négritude, ni revendiqué à haute voix comme Glissant leur Africanité ou insisté sur leur origine d'un regard tourné vers le continent noir. L'œuvre poétique de Walcott est un miroir de son évolution dont l'aboutissement correspond à l'affirmation d'une personnalité, d'un individu. Il balaie toute appartenance à une race, à une religion et réussit à faire apparaître une entité caraïbe sans revendication autre qu'une reconnaissance culturelle non « authentique » dans le sens traditionnel du terme mais originale car acceptant une triple paternité, un savant mélange - métissage dirait-on - d'Afrique, d'Europe et d'Amérique. La société des caraïbes a évolué, nous dit-il, la créolisation en est son image de marque. L'imaginaire européen a donc cours aux Antilles, imaginaire dans lequel s'insère bien évidemment le mythe d'Ulysse. Walcott l'exploite, l'illustre et l'adapte à son paysage régional, puis le débarrasse de son enveloppe européenne, de son contenu religieux, pour redonner à ce mythe la valeur universelle qui est sienne.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Article « Aire des Caraïbes », Oruno D. Lara, Encyclopedia Universalis.

1Depuis Alexandre Von Humboldt, l'emploi du terme « Méditerranée » a quitté les rives du « mare nostrum » et c'est sans originalité que l'on peut parler aujourd'hui de « Méditerranée des Caraïbes » ou de « Méditerranée américaine1 ». Le mot renvoie à une réalité géographique regroupant la mer des Caraïbes et le golfe du Mexique situés à l'intérieur d'un espace terrestre semi-clos, s'étendant des rivages septentrionaux de l'Amérique Latine au Sud à la Floride au Nord, et de l'Amérique Centrale à l'Ouest aux Petites Antilles à l'Est. C'est sur l'une de celles-ci, à Sainte-Lucie, à quelques encablures de la Martinique, qu'est né en 1930 Derek Walcott. Mulâtre aux deux grands-pères blancs, il est ce que l'on appelle localement un Chabin, un « nègre rouge », c'est-à-dire un métis au teint clair. Orphelin dès son plus jeune âge, il grandit sur cette île avec son frère jumeau et sa sœur, élevés par une mère seule, directrice d'une école maternelle. Méthodiste dans une communauté essentiellement catholique, chabin dans une communauté essentiellement noire, il se fait remarquer dès son adolescence par son esprit artistique, publie un recueil de poèmes à compte d'auteur et se passionne pour les études littéraires et le théâtre.

  • 2 In a Green Night (1962), The Castaway (1965), The Gulf (1969), Another Life (1973), Sea Grapes (197 (...)
  • 3 The Joker of Seville, O Babylon! (1978), Remembrance and Pantomime (1980), Three Plays (1986), The (...)

2II poursuit ses études à la Jamaïque, puis ayant bénéficié d'une bourse pour étudier le théâtre, à New York. Il revient aux Caraïbes, à Trinidad exactement et y fonde le Trinidad Theatre Workshop en 1959. Il publie au fil des années des recueils de poèmes2, des pièces de théâtre3, et enseigne à Yale, Harvard et Boston University. En 1992, il reçoit le prix Nobel de Littérature. Son inspiration poétique, souvent autobiographique, suit le cours des événements et s'oriente suivant des périodes précises de sa vie tantôt vers une veine narrative et descriptive, tantôt vers une réflexion métaphysique et humaniste. Si la relation qui s'établit entre la mer Méditerranée et Derek Walcott est donc paradoxalement géographique du fait de similitudes de 1'environnement, la lecture de son œuvre poétique, l'évidence de son intertextualité et de son hypotextualité parfois, ainsi que la récurrence des émergences mythologiques grecques ou romaines nous amènent à nous interroger sur les origines de ce qui peut apparaître comme un thème obsessionnel et à tenter d'interpréter sa ou ses significations.

De l'image à l'imaginaire

  • 4 Les traductions de The Star-Apple Kingdom et The Fortunate Traveller sont le travail de Madame Clai (...)

3C'est dans la jeunesse de Walcott qu'il faut trouver l'origine de l'obsession thématique rencontrée dans son œuvre. La région et le paysage de l'île de Sainte-Lucie présentent en effet de multiples similitudes avec le monde méditerranéen. La zone Caraïbe est mouchetée d'îles qui ne sont pas sans rappeler la Crète, Chypre, Malte et autres Cyclades de la Méditerranée. De même, à l'instar de la Méditerranée qui relie trois continents en un point de rencontre de l'Asie, de l'Afrique et de l'Europe, elle voit converger dès le XVIe siècle l'Afrique, grâce à son peuplement essentiellement constitué d'esclaves noirs, l'Europe, de par sa colonisation initialement espagnole, puis française, anglaise et hollandaise, comme le montre encore aujourd'hui une carte dans un axe Est-Ouest étape géographique entre l'Ancien et le Nouveau Monde, entre une culture existante et une culture naissante dont les paramètres n'ont pas encore été définis, ainsi que sur l'axe Nord-Sud, limite entre un Nord économiquement riche et protestant et un Sud catholique et en voie de développement. La mer, enfin et évidemment, tient un rôle primordial dans notre culture méditerranéenne ; à la fois moyen de communication social, économique et culturel, barrage naturel contre un éventuel ennemi qui se doit de l'affronter, et aussi source d'un climat doux et tempéré. L'océan Atlantique, plus particulièrement dans la région qui nous intéresse, reprend à son titre ces trois qualités et d'aucuns se plaisent à la qualifier de « pays à saison unique ». C'est donc dans cette similitude géographique que Walcott puise son imaginaire. Pour cela, son entourage culturel assure dès les premières années une influence essentielle. Sa religion méthodiste le pousse à bien connaître la Bible, et la couleur de sa peau à l'époque coloniale l'invite à se surpasser. Éduqué par des Frères irlandais qui lui enseignent une culture traditionnellement « classique », Walcott prend conscience de son environnement, et par un procédé d'associations d'idées et d'analogies, parfois subtiles, donne rapidement une dimension particulière à une vocation prometteuse. Bercé des classiques grecs, latins et britanniques, Derek Walcott se découvre une passion telle pour la poésie qu'il est surnommé « prodigy » sur l'île. Cette passion, il l'attribue d'une part à la tâche qu'il s'était imposée, certainement par jeu, de ne quitter l'île qu'en en ayant décrit toutes les particularités, ainsi qu'à l'héritage d'accomplissement de la carrière poétique commencée par son père, Warwick Walcott, disparu alors que Derek était encore enfant, et lui-même peintre et poète. Nous entendons cette voix paternelle dans les vers suivants4:

I appeared to make your life's choice,
and the calling that you practise both reverses

  • 5 « Je semble avoir fait le choix de ta vie,/et la vocation que tu suis à la fois révoque/et honore l (...)

and honours mine from the moment it blent with yours.
Now that you are twice my age, which is the boy's,
which the fathers's?
Sir I swallowed - they are one voice5.

4Dans l'imagination fertile de l'adolescent se met alors en place tout un système, tout un réseau d'images dont la Méditerranée est le dénominateur commun. Les premiers vers du poème « Grèce » dans Heureux le Voyageur illustrent parfaitement le processus d'assimilation :

  • 6 « Par-delà la gestuelle antique de l'olivier/noueux comme l'amandier de mer, sur des rocs aussi sec (...)

Beyond the choric gestures of the olive,
gnarled as sea almonds, over boulders dry
as the calcareous molars of a Cyclops,
past the maniacal frothing of a cave,
I climbed, carrying a body round my shoulders.
I held, for a blade, with armor-dented chops
a saw-toothed agave. Below me, on the sans,
the rooted phalanxes of coconuts,
Trojan and Spartan, stood with rustling helms6.

5Ce sont là les jeux d'un enfant qui perçoit immédiatement le rapport métaphorique entre un objet martial antique et sa représentation végétale caraïbe - l'agave -. Se trouvent étroitement imbriqués oliviers, amandiers et cocotiers au point de se confondre en un jardin idéal. De plus, apparaît ici une métaphore fréquente qui associe la noix de coco aux casques militaires. La végétation joue encore le même rôle d'identifiant régional dans la récurrence du terme « cyprès », souvent associé au qualifiant « classique » ou à un réfèrent dont la connotation est authentiquement grecque ou romaine. Ainsi, dans « Carte du Nouveau Monde, II, Grues »:

  • 7 « La flamme a quitté la mèche noircie du cyprès ;/la lumière touchera ces îles à son tour » ; « Car (...)

The flame has left the charred wick of the cypress;
the light will catch theses islands in their turn
7.

6L'allusion à Olympie est claire du fait de la présence voisine du cyprès. L'élément végétal devient pertinent à la perception de la métaphore de cette flamme poétique, de la flamme de l'illumination annonciatrice d'un avenir antillais, opposé à la représentation du passé méditerranéen révolu à « la mèche noircie ». La force poétique de Walcott saille en ces quelques vers grâce auxquels il prépare le lecteur à accepter un avenir qui passe par le Nouveau Monde.

7Tout le pousse à lui faire associer le bassin méditerranéen et en particulier la Grèce à sa région, le paysage, son imaginaire et sa culture. Même Sainte-Lucie, son île natale, au nom hérité de la patronne des aveugles, fut surnommée « Hélène des Caraïbes » du fait que les Français et les Anglais se battirent à plus de treize reprises pour sa possession, comme le firent les Grecs et les Troyens devant Ilion pour la femme de Ménélas. Dès lors, il lui était impossible de passer outre l'association avec les autres grands poètes dont il pouvait se sentir le pendant américain. C'est donc dans l'intertextualité que nous trouverons l'expression de la reconnaissance du choix du modèle.

  • 8 In « Origins », « Air », « The Divided Child », Collected poems 1948-1984, Faber and Faber, London, (...)
  • 9 « Lotus eater... », in « Tales of the Islands, chap. VII », Collected Poems, op. cit., p. 25.
  • 10 Brodsky et Heaney, respectivement prix Nobel de Littérature en 1987 et 1995.

8Cette relation entre la poésie de Walcott et celle d'Homère apparaît clairement dans les premières œuvres dans les noms - Achille, Hector, Hélène8, ou les titres tels « Lotus eater...9 ». Nous reviendrons plus longuement sur la caractéristique homérique de l'œuvre poétique de Walcott plus loin. Les images et références bibliques, tout à fait représentatives du berceau méditerranéen, sont elles aussi particulièrement nombreuses dans ses poèmes, à tel point que l'un des titres liminaires aux Collected Poems s'intitule « As John to Patmos ». Nous trouvons dans ce titre la représentation d'un messager, d'un poète, s'il nous est permis, s'adressant à une population insulaire. Il est sûr que le jeune Derek, lui que l'on surnomme « prodige » sur l'île, s'est associé à cette image de l'Évangéliste. Dans ce poème dont nous traduisons le titre par « Comme Jean s'adressant à Patmos », la première personne du singulier marque la volonté du poète saint-lucien de défendre la cause des Noirs en une solennelle, quoiqu'adolescente, promesse. S'ajoutent encore à ces représentations du panthéon méditerranéen les figures de poètes célèbres, Properce avec Cynthia, Ovide l'exilé qui, à l'instar de Virgile pour Dante, accompagne Walcott dans sa réflexion, puis d'autres exilés que le poète saint lucien rencontre et avec lesquels il se lie : Joseph Brodsky et Seamus Heaney10 notamment. Enfin, apparaissent, en filigrane ou nommément cités, d'autres poètes que nous qualifierons d' » homériques », parmi lesquels James Joyce, grâce auquel nous devons sinon l'un des plus beaux du moins l'un des plus originaux vers de Walcott :

  • 11 « Le lendemain son visage doré semblait ratatiné,/ puis quand il « ulyssa », elle « bloomit » à nou (...)

Next day her golden face seemed shrunken,
then, when he ulyssed, she bloomed again [...]11

9Dans ce distique, il est remarquable de noter l'utilisation verbale du terme « ulysse » qui signifie « partir », « s'enfuir », « disparaître ( ?) », auquel il est fait écho par l'emploi immédiat de « to bloom » qui, en nous remémorant le nom du héros d'Ulysses - Leopold Bloom - célèbre son auteur Joyce, en un jeu de mots osé et amusant. Georges Séféris aussi fait partie de ces poètes auxquels Walcott rend hommage. Il est, cas unique dans l'œuvre poétique de Walcott, cité à plusieurs reprises dans un poème, dans lequel son nom en apostrophe résonne comme une incantation aussi riche dans sa notoriété que dans le pays qu'elle évoque :

The white almonds of a statue stare
at almond branches wrestling of their shade
like a girl from her dress - a gesture rarely made
by abstract stone.

  • 12 « Les blanches amandes d'une statue regardent/les branches d'amandier s'extirper de leur ombre/comm (...)

A Greek tanker passes
through then net of branches
to the drag of tractors quarrying a cliff -
in its hold, a cargo of marble heads;
from Orpheus to Onassis,
the sea has flown one flag:
white-barred waves on unalterable blue.
The sky's window rattles
at gears raked into reverse;
but no stone head rolls in the ocher dust,
in the soil of our islands no gods are buried.
They were shipped to us, Seferis,
dead on arrival12.

10C'est donc dans le bleu de la mer et dans le bleu du ciel que le poète voit la constance du monde méditerranéen : la Grèce, symbolisée dans son drapeau. C'est elle, qui, pour Walcott, véhicule le mieux la culture classique, et qui transmet aussi par la représentation de ses sculptures cette même culture. Walcott, comme de nombreux poètes avant lui - nous pensons notamment à Keats dans « Ode on A Grecian Urn » ou à Tennyson qui avait écrit « The Lotos-Eaters » ou « Ulysses », voit dans ces statues d'une part le motif romantique qu'inspire la Grèce et d'autre part la pérennité de l'œuvre, une forme tangible d'éternité à laquelle tout poète est indubitablement sensible. Et pour éviter l'écueil d'une œuvre datée ou éphémère, Walcott pense qu'elle doit renvoyer à un imaginaire commun à tous, c'est-à-dire au mythe.

Du mythe d'Ulysse

  • 13 In The Star-Apple Kingdom, Le Royaume du fruit-étoile, Circé, Saulxures, 1992.

11Les titres de certaines œuvres de Walcott - Odysseus, Omeros -, la récurrence des références aux héros grecs ou troyens, notamment dans son œuvre poétique, ainsi que la structure de son poème « The Schooner Flight », témoignent de la volonté de reprendre ou d'exploiter la légende homérique. La traduction de Claire Malroux de « The Schooner Flight13 », a permis aux lecteurs français de connaître Walcott. Ce poème demeure pour les francophones l'œuvre la plus connue et la plus représentative du poète saint lucien. Le héros, aux traits rappelant d'autant plus ceux de l'auteur que la narration est à la première personne du singulier, s'embarque à bord du Flight et exécute un itinéraire qui le mène à travers toute la région caraïbe d'île en île, de dangers en tempêtes qui ne sont pas sans rappeler les épisodes odysséens. Ces marques du mythe peuvent être interprétées de diverses façons selon que l'on veut y voir l'utilisation première de l'image véhiculée par le demi-dieu, ou l'exploitation étymologique du nom grec d'Ulysse, que préfère Walcott - Odysseus - ou bien encore une « saturation » du mythe, c'est-à-dire une écriture dans laquelle interviendraient tous les participants, Ulysse, Télémaque et Homère.

12Après s'être attaché à décrire sa région, Walcott a été amené par sa carrière à voyager et a peu à peu imposé l'image du poète migrant à ses lecteurs qui observaient dans ses œuvres une description authentique du pays, à laquelle se greffaient les sentiments et expériences personnelles. C'est donc à la représentation première - primaire ? - du héros ithaquien - celle du voyageur - que se substituait celle de notre poète saint lucien. Le relevé toponymique dans In a Green Night montre les divers endroits où s'est rendu le poète : Antigua, Anguilla, Saint Martin, Sainte-Lucie, Grenadines, Grenada ; dans The Gulf, l'espace s'agrandit incluant alors San Juan de Puerto-Rico, le Texas, la Guyana et dans « The Schooner Flight », des titres aux noms évocateurs viennent éclairer un périple marin régional : « Chabin quitte la république », « Chabin affronte le passage du Milieu », « Hors de l'abîme », « Après la tempête »... L'intertextualité est évidente avec les titres odysséens : « Ulysse quitte l'île des Phéaciens », « Scylla », « Charybde », etc. L'identité avec Walcott s'arrête toutefois là puisque Chabin est marin de métier et poète à ses heures. Ainsi, c'est par des épisodes volontairement significatifs et par la représentation première du mythe d'Ulysse que débute l'interprétation de la manifestation de ce mythe. Les voyages prennent toute la symbolique de la quête, d'un ailleurs, d'un meilleur ou de soi. En ce qui concerne Walcott, nous pouvons dire que cette recherche est aussi celle de sa propre poétique. Avec l'expérience, le vers se structure et acquiert une mesure qu'illustre bien le recueil Midsummer, composé de cinquante-quatre poèmes n'excédant jamais la longueur d'une page et figurant autant d'années. Tous les poèmes se présentent typographique ment sous la forme d'une unité strophique, de dix-sept à vingt-six vers, sans titre, identifié seulement par un ordre chronologique en chiffres romains. La majuscule au début de chaque vers, fréquente dans ses œuvres de jeunesse, a disparu. Il ne s'agit plus de faire des effets de style, voire des parodies. La poésie de Walcott dans ce recueil est bien plus intériorisée, proche d'une esquisse picturale. Le travail, certes, ainsi que les rencontres et le temps ont donné au poète cette maîtrise de son art. La quête est par ailleurs plus personnelle. Walcott est devenu au fil des années celui qu'il voulait être, et le retour à Sainte-Lucie, qu'il n'a jamais véritablement quittée, retour marqué par Omeros, est aussi glorieux que le fut celui d'Ulysse. Cette explication du mythe n'en représente qu'un stade initial et il nous semble que nous serions incomplet si nous interrompions là notre interprétation du mythe odysséen, car ce serait certainement oublier le rôle social, politique et culturel de Walcott.

  • 14 Pierre Brunel, Dictionnaire des Mythes Littéraires, Éditions du Rocher, 1988, p. 1405.

13Dans le Dictionnaire des Mythes Littéraires14 Denis Köhler nous rappelle l'étymologie du nom grec d'Ulysse, Odysseus : « odysaô », signifiant « en vouloir à, être fâché ». Or, c'est ce terme que préfère, selon l'habitude anglo-saxonne, Walcott, comme en témoigne le titre d'une de ses pièces de théâtre. Ce détail pourrait se révéler insignifiant si à sa carrière poétique, Walcott n'avait pas voulu ajouter une teinte personnelle d'ordre politique. Et notre Ulysse antillais « se fâche », se met véritablement en colère même parfois, notamment dans deux œuvres The Star-Apple Kingdom et The Fortunate Traveller :

  • 15 Ma seule nation désormais était l'imagination./ Après l'homme blanc, les négros n'ont pas voulu de (...)

I had a notion now but the imagination.
After the white man, the niggers didn't want me
when then power swing to their side.
The first chain my hands and apologize, « History »
the next said I wasn't black enough for their pride15.

14Walcott dénonce le pouvoir et surtout la manière dont le passage de la souveraineté s'est opéré aux Caraïbes dans les années d'indépendance, depuis celle de la Jamaïque en 1962 à celle de Saint Kitts et Nevis en 1982. La poésie walcottienne s'oriente parfois vers une critique acerbe de la vénalité et de la corruption des nouveaux dirigeants au point que certains pouvaient se reconnaître en 1973 lors de la fondation de la Communauté Économique Caraïbe dans cet extrait de The Star-Apple Kingdom :

  • 16 Un matin la Caraïbe fut découpée/par sept premiers ministres qui achetèrent la mer en coupons -/un (...)

One morning the Caribbean was cut up
by seven prime ministers who bought: the sea in bolts -
one thousand miles of aquamarine with lace trimmings,
one million yards of line-colored silk,
one mile of violet, leagues of cerulean satin -
who sold it at a markup to the conglomerates,
the same conglomerates who had rented the water spouts
for ninety-nine years in exchange for fifty ships
who retailed it in turn to the ministers
with only one bank account, who then resold it in ads for the Caribbean Economic Community, till everyone owned a little piece of the sea […]16

15ou encore dans « The Fortunate Traveller », poème étonnant où le lecteur découvre de mystérieuses tractations financières auxquelles participent les fondés de pouvoir de certains pays en voie de développement :

  • 17 « Alors on peut compter sur vous pour avoir ces tracteurs ?/ J'ai donné ma parole./ Mon pays peut-i (...)

Then we can depend on you to get us those tractors?
I gave my word.
May my country ask you why you are doing this, sir?
Silence.
You know if you betray us, you cannot hide!
17

  • 18 Courrier international n° 204, septembre-octobre 1994, p. 13.

16Cette veine poétique disparaît dans les œuvres postérieures tout en n'empêchant pas Walcott de prendre publiquement position face à certains événements de l'actualité régionale comme il le fit pour justifier l'intervention américaine en Haïti en 1994.18. Une nouvelle tendance s'instaure, l'écriture poétique de nouveaux thèmes et motifs au sein desquels réapparaît la figure paternelle présente dans Another Life. Alors, le jeu de mise en relations et de correspondances walcottiennes se met véritablement en place au fil des lectures et nous permet une autre interprétation. Le père de Walcott a disparu alors que celui-ci était âgé d'un an. L'enfant découvre son père dans les aquarelles restées accrochées aux murs de la maison familiale, dans les livres de la bibliothèque, et parfois l'entrevoit comme une figure fantomatique :

  • 19 Et il y avait une silhouette/encadrée dans la paisible fenêtre pour qui c'était chez lui,/ en traça (...)

And there was a figure
framed in the quiet window for whom this was home,
tracing its dust, rubbing thumb and middle finger,
then coming to me, not past, but through the machines,
clear as a film and as perfectly projected
as a wall cut by the jalousies' slanted lines.
He had done a self-portrait, it was accurate.
In his transparent hand was a book I had read19.

17Or, paradoxalement, malgré son absence, il communique à Derek par le biais des objets qu'il a laissés, l'amour du dessin et de la poésie, au point que notre poète a longtemps hésité entre les deux carrières

  • 20 Mon père mourut vers l'âge de trente ans, mon frère jumeau et moi avions alors un an, ma sœur trois (...)

My father had died in his thirties, when my twin brother and I were a year old, my sister three, but on the drawing-room wails of our house there were relics of his avocation: a copy of Millet's The Gleaners, a romantic original of sea-birds and pluming breakers he had called Riders of the Storn, a miniature oil portrait of my mother, a self-portrait in water-colour, and an avenue of pale coconut palms. These objects have established my vocation, and made it as inevitable as that of any craftsman's son, for Ï felt my father's work, however minor, was unfinished20.

18Certes, le dialogue avec le père rappelle étrangement la catabase d'Énée, elle-même inspirée de la descente aux Enfers d'Ulysse. Fénelon aussi, dans son Télémaque, avait introduit des épisodes virgiliens. Ne faut-il donc pas voir dans l'évocation de cette vision et des souvenirs d'enfance, dans cette relation filiale celle inspirée à un nouveau Télémaque ? Fort de cette affirmation de l'héritage paternel ainsi que du désir de le suivre dans ses traces, nous pouvons considérer les voyages, les travaux et les accomplissements de Derek Walcott comme un itinéraire télémaquien. L'espace antillais puis caraïbe n'est plus alors que prétexte à une quête dont le véritable terrain est la poésie. C'est par elle et en elle que notre poète réussit la rencontre finale : il retrouve dans son succès et dans sa célébration l'enjeu paternel initial.

19Nous observons donc dans son écriture poétique du mythe d'Ulysse une triple dominante : une poésie narrato-descriptive dans laquelle il dépeint l'entour caraïbe, une poésie plus engagée où il dénonce les divers pouvoirs, et enfin une période télémaquienne au travers de laquelle il se réalise et accomplit ainsi un destin annoncé par la vision de son père. Cela ne suffit pourtant pas à justifier l'écriture de sa dernière œuvre intitulée Omeros et qui constitue à notre avis le point d'orgue de son œuvre poétique. Omeros, c'est le nom grec d'Homère et Walcott opère là un glissement de la représentation du mythe à son scripteur légendaire. Le procédé est original sans toutefois être inattendu : nous trouvons dans toute son œuvre la récurrence du thème en ce qui peut-être considéré comme une anticipation de ce dernier poème.

Omeros

  • 21 St Omer, lire Saint Omer, abréviation anglaise.
  • 22 Dans Derek Walcott updated edition, Twayne publishers, New York, 1993, p. 82.

20Fils d'une île dont le nom évoque la cécité, poète reconnu dès son adolescence, ami d'enfance d'un autre artiste au nom évocateur dans l'imagination d'enfants, Dunstan St Orner21, un jeune peintre avec qui, nous rappelle Robert D. Hammer22, Walcott avait pris la décision d'accomplir « la tâche adamique de donner un nom aux choses », celui-ci n'aura eu guère de mal à convoquer la figure d'Homère, celle du poète aveugle, chantre de sa région. Plusieurs passages de son œuvre montrent même qu'à certains moments cette figure s'est superposée à celle de Walcott :

  • 23 « Que puis-je faire maintenant/si ce n'est m'asseoir au soleil pour brûler/avec un miroir vieilliss (...)

What can I do now
but sit in the sun to bum
with an ageing mirror that blinds,
combing, uncombing my hair-
escape? […]
23

21ou bien encore:

  • 24 « Damley, [...]/ A sa vue, je m'entraîne à la cécité./Homère et Milton dans leurs tours aveugles co (...)

Damley, [....]
Seeign him, I practise blindness.
Homer and Milton in their owl-blind towers,
I envy him great affliction. [...]
24

22ou enfin:

  • 25 « La bruine se tend comme les cordes d'une harpe./ Un homme aux yeux brouillés se saisit de la plui (...)

The drizzle tightens like the strings of a harp.
A man with clouded eyes picks up the rain
and plucks the first line of the Odyssey25.

23Dans Omeros, long poème de 325 pages, Walcott déstructure le mythe en un double mouvement, d'abord en une explication moderne et prosaïque :

  • 26 « Homère et Virgile sont des paysans de Nouvelle Angleterre,/ et le cheval ailé garde leur station- (...)

I said: « Homer and Virgil are New England farmers,
and the winged horse guards their gas-station, you're right26.

24L'emblème d'une compagnie pétrolière - la Gulf - tend à faire disparaître le mythe derrière une association mercantile. Pégase ne fait plus rêver aux États-Unis ; les noms des poètes grec et romain sont devenus eux aussi partie intégrante d'une réalité américaine a-poétique. La déstructuration du mythe passe ensuite par une évocation de l'interprétation antillaise dans laquelle se mêlent poésie et traduction :

I said, « Omeros »,
and O was the conch-shell's invocation, mer was
both mother and sea in our Antillean patois,
os, a grey bone, and the white surf as it crashes

  • 27 « Je dis, "Omeros"/ et O était l'invocation de la conque, mer était/à la fois mère et mer dans note (...)

and spreads its sibilant collar on a lace shore.
Omeros was the crunch of dry leaves, and the washes
that echoed from a cave-mouth when the tide has ebbed27.

25Le nom du poète est en quelques vers expliqué et adapté à la vérité caraïbe, reflet d'impressions et de sensations auditives. Cette déstructuration dès le deuxième chapitre de l'œuvre opère comme une véritable mise à distance du modèle grec. Y voir une reprise de certains passages de l'Iliade ou de l'Odyssée ne serait qu'égarement. La finalité de l'écriture de ce poème est toute autre.

  • 28 Omeros, op. cit., I, III, p. 18.

26Ce poème est plus qu'une adaptation. Il s'agit d'une fresque de l'île. Les personnages principaux, Hector et Achille - nous noterons l'orthographe française de ce prénom qui distancie le personnage walcottien de son paronyme « Achilles » - sont deux pêcheurs, dont l'amicale rivalité est exacerbée par la présence d'Hélène, une magnifique jeune femme qui choisira Hector. Celle-ci, ancienne employée d'un couple de britanniques, les Plunkett, qui l'ont renvoyée, est une femme de caractère très indépendante. Le Major Plunkett, un ancien militaire qui s'est installé sur l'île, refuse l'arrivisme de ses compatriotes ainsi que leur néo-colonialisme de parvenus. D'autres personnages traversent l'œuvre : Philoctète à la blessure infectée, Ma Kilman, douée de pouvoirs mystérieux, Seven Seas, poète aveugle et personnage ambigu, surnommé ainsi en raison de ses voyages et qui prononce des mots incompréhensibles, « du Grec pour Ma Kilman. Ou un vieux babil africain28 ». Le lecteur devient spectateur de leur interrelation à l'occasion d'élections, d'accidents et d'incidents qui, somme toute, sont étonnamment communs. Pourtant, Walcott approfondit ce qui pourrait n'être qu'une fresque pittoresque antillaise en faisant plonger Achille dans un rêve hallucinatoire ( ?) qui le conduit en Afrique où il renoue avec ses racines, ou bien encore en introduisant d'autres personnages à qui il donne la parole ou dont il se fait l'interprète : Catherine Weldon ou une serveuse polonaise au Canada. Le système narratif de l'œuvre est plutôt complexe : la première personne est présente, parfois de façon ambiguë, le regard est celui de Walcott mais peut être celui de chacun des intervenants. Omeros est aussi pour Walcott l'occasion de s'interroger sur l'Histoire, sur notre héritage culturel et sur l'interaction d'une civilisation sur l'autre, notamment en présentant le vrai Omeros comme un mendiant, un vagabond sur les quais londoniens posant des questions qui remettent en cause notre société et notre condition, puis dans un campement indien dévasté, témoin d'un massacre d'innocents. Peut-on dire alors qu'il s'agit d'une réécriture ? Certes, les personnages ont des noms tirés de la mythologie, mais cela est une caractéristique de la plantation où les esclaves étaient souvent nommés ainsi - soit pour n'en remarquer que les qualités physiques soit pour leur enlever une identité chrétienne. L'hirondelle accompagne les personnages comme le faisait la chouette Athéna ; Circé rêve qu'elle dort près d'un porc pour se réveiller avec des maux de tête dus aux libations de la veille ! ! ! Comment de tels anti-héros que sont Hector et Achille chez Walcott peuvent-ils être comparables à leurs glorieux ancêtres mythiques ? L'admirable plastique d'Hélène et son caractère identifient l'île de Sainte-Lucie, belle et indépendante. De même, toutes les réflexions, les pensées, les interrogations et préoccupations des personnages authentifient les problèmes humains non plus en corrélation avec la région mais bien en leur donnant une dimension universelle.

  • 29 « Oublie les dieux, et lis le reste », Omeros, Livre 7, chap. LV1, III, Faber and Faber, Londres, 1 (...)

27Au chapitre 7, le narrateur se trouve guidé par Homère, comme Dante par Virgile. Il lui avoue n'avoir jamais lu le livre en entier et n'être pas trop intéressé par les dieux. Le poète grec lui répond alors: « Forget the gods, and read the rest29 ». Cette phrase devient esthétiquement essentielle pour Walcott. Le poème qu'il écrit devient donc le poème des hommes et à ce titre, en perdant toute relation avec la mythologie antique, gagne en authenticité. La transposition du mythe dans un décalage régional, au cours duquel il perd sa fonction religieuse, mais garde l'intégralité de ses identifiants, lui redonne de la vitalité et de l'originalité. Les luttes, les combats, les dangers et les victoires contre l'autre ou contre soi-même, la quête d'une vérité ou seulement des interrogations que chacun peut reprendre à son compte, voilà ce qui constitue cette dernière œuvre de Derek Walcott.

  • 30 Borges est cité dans ; « Guyana, V », « The Gulf », « Port of Spain », « Midsummer, VI », et « Summ (...)

28Certains poèmes révèlent que celui-ci est un fervent admirateur de Jorge Luis Borges30. Ne pouvons-nous donc pas voir dans l'écriture d'Omeros une transposition antillaise de l'affirmation de l'écrivain argentin dans « l'Immortel » :

  • 31 J.L. Borges, « L'immortel », in L'Aleph, Gallimard, 1967, trad. de R. Caillois, p. 30.

Homère compose l'Odyssée ; aussitôt accordé un délai infini avec des circonstances et des changements infinis, l'impossible était de ne pas composer, au moins une fois, l'Odyssée31.

29L'écriture poétique de Walcott a en effet évolué dans sa structure et aussi dans ses thèmes. De l'imitation poétique de ses premières œuvres à l'équilibre parfait de ses derniers recueils, il s'est interrogé sur son entour, sur sa région, sur lui-même. Passé la crise identitaire, passée celle de la douloureuse prise de conscience de son âge, passées les phases d'observation d'un monde en mouvement, il a constaté la permanence de la valeur du mythe. Il n'a pas récupéré l'image du monde méditerranéen ; celle-ci est tout à fait naturellement apparue, dans la splendeur de tous ses clichés, véhiculés par des années d'écriture. La figure d'Ulysse s'est imposée à son imagination parce que son parcours a présenté des similitudes. L'aboutissement de l'œuvre poétique de Walcott dans Omeros souligne mieux la recherche d'une originalité qu'une adaptation. En effet, cette transposition caraïbe de la Méditerranée et la transcription régionale de l'écriture homérique donnent une vitalité et un dynamisme nouveaux à sa poésie et surtout à un mythe qui ne vit que dans la parole. Les émergences mythiques dans l'œuvre poétique de Walcott lui donnent son universalité alors que sa vocation n'en était à l'origine que régionale. Par un extraordinaire renversement, c'est en reprenant les images et les représentations du monde méditerranéen et en les débarrassant de leur contenu religieux que Walcott donne à sa poésie sa singularité, car il nous montre que l'Olympe est aussi une ballade pour un amateur de randonnée, qu'à Patmos il y a des pêcheurs et des artisans et qu'en Crète le fil d'Ariane lui permettra de terminer le tapis en poils de chèvre qu'elle vendra aux touristes à la belle saison. La zone caraïbe s'affirme berceau culturel d'un monde nouveau, créolisé et tolérant, au sein duquel trône l'individu et non la race, la couleur ou la religion. Le seul pont qu'a su trouver le poète pour traverser le temps et l'espace qui séparent Homère de Walcott, l'Europe et l'Amérique est celui du mythe méditerranéen et de sa symbolique. Cela témoigne de la force et de la puissance de celui-ci dans l'imaginaire universel.

Haut de page

Notes

1 Article « Aire des Caraïbes », Oruno D. Lara, Encyclopedia Universalis.

2 In a Green Night (1962), The Castaway (1965), The Gulf (1969), Another Life (1973), Sea Grapes (1976), The Star-Apple Kingdom (1979), The Fortunate Traveller (1981), Midsummer ( 1984), The Arkansas Testament (1987), Omeros (1990).

3 The Joker of Seville, O Babylon! (1978), Remembrance and Pantomime (1980), Three Plays (1986), The Odyssey ( 1993).

4 Les traductions de The Star-Apple Kingdom et The Fortunate Traveller sont le travail de Madame Claire Malroux, de l'auteur de cet article pour toutes les autres citations.

5 « Je semble avoir fait le choix de ta vie,/et la vocation que tu suis à la fois révoque/et honore la mienne du moment où elles se fondent ensemble./ Puisque tu as deux fois mon âge, quelle est la voix du fils,/ quelle est celle du père ? "Monsieur ", dis-je ému, "elles n'en forment qu'une". », Omeros, Livre I, ctiap. XII, I, Faber and Faber, Londres, 1990.

6 « Par-delà la gestuelle antique de l'olivier/noueux comme l'amandier de mer, sur des rocs aussi secs/que les molaires calcaires d'un Cyclope,/ passé l'écumante folie d'une grotte,/ je grimpai, portant un corps autour de mes épaules./ Pour épée, je tenais, avec ses rugueuses mâchoires,/ un agave aux dents de scie. Sur le sale, en bas,/ les phalanges enracinées des cocotiers,/ troyennes et Spartiates, se dressaient sous leurs casques bruissants », « Grèce », Heureux le Voyageur, Circé, Saulxures, 1993, traduction française de Claire Malroux, p. 67.

7 « La flamme a quitté la mèche noircie du cyprès ;/la lumière touchera ces îles à son tour » ; « Carte du Nouveau Monde », Heureux le Voyageur, Circé, Saulxures, 1993, traduction française de Claire Malroux, p. 51.

8 In « Origins », « Air », « The Divided Child », Collected poems 1948-1984, Faber and Faber, London, 1992, p. II, 113, 158, 161 par exemple ou « XXV », Midsummer, Faber and Faber, London, 1984, p. 36.

9 « Lotus eater... », in « Tales of the Islands, chap. VII », Collected Poems, op. cit., p. 25.

10 Brodsky et Heaney, respectivement prix Nobel de Littérature en 1987 et 1995.

11 « Le lendemain son visage doré semblait ratatiné,/ puis quand il « ulyssa », elle « bloomit » à nouveau [...] / puis quand il partit, elle s'épanouit à nouveau [...] », Another Life, « The Divided Child », chap. V, 2, Collected Poems, op. cit., p. 173.

12 « Les blanches amandes d'une statue regardent/les branches d'amandier s'extirper de leur ombre/comme de sa robe une jeune fille - geste rarement accompli/par la pierre abstraite/Un tanker passe/à travers les filets des branches/au rythme poussif de tracteurs creusant une falaise -/ dans sa cale, une cargaison de têtes en marbre ;/ d'Orphée à Onassis,/ la mer n'a battu qu'un pavillon :/ vagues striées de blanc sur bleu inaltérable./ La fenêtre du ciel vibre/au bruit des marches arrière ;/ mais nulle tête en pierre ne roule dans la poussière ocrée,/ dans le sol de nos îles il n'est pas de dieux ensevelis./ Us nous ont été expédiés, Séféris,/ morts à l'arrivée », « De ce lointain, I », Heureux le voyageur, op. cit., p. 55.

13 In The Star-Apple Kingdom, Le Royaume du fruit-étoile, Circé, Saulxures, 1992.

14 Pierre Brunel, Dictionnaire des Mythes Littéraires, Éditions du Rocher, 1988, p. 1405.

15 Ma seule nation désormais était l'imagination./ Après l'homme blanc, les négros n'ont pas voulu de moi/quand le pouvoir a basculé de leur côté./Les premiers me lient les mains en s'excusant : "Cest l'Histoire" ;/pour l'orgueil des autres, je ne suis pas assez noir », The Star-Apple Kingdom, Le Royaume du fruit-étoile, « The SchoonerFlight », op. cit., p10.

16 Un matin la Caraïbe fut découpée/par sept premiers ministres qui achetèrent la mer en coupons -/un millier de milles aigue-marine garnies de dentelle,/ un million de mètres de soie citron vert/un mille de violet, des lieues de satin céruléen -/ ils la vendirent avec bénéfice aux consortiums,/ les mêmes consortiums qui avaient loué les eaux/pour quatre-vingt dix-neuf ans en échange de cinquante navires,/lesquels la débitèrent à leur tour aux ministres/au commun compte bancaire, lesquels la revendirent/grâce aux pubs pour la Communauté Économique des Caraïbes,/ et ainsi tout le monde posséda une parcelle de mer [...], The Star-Apple Kingdom, « Le Royaume du fruit-étoile », op. cit., p. 99.

17 « Alors on peut compter sur vous pour avoir ces tracteurs ?/ J'ai donné ma parole./ Mon pays peut-il vous demander pourquoi vous faites cela, monsieur ?/Silence./ Vous savez qui si vous nous trahissez, vous ne pourrez vous cacher ? », The Fortunate Traveller, The Fortunate Traveller, traduction de Claire Malroux, Circe, Saulxures, 1993, p. 148.

18 Courrier international n° 204, septembre-octobre 1994, p. 13.

19 Et il y avait une silhouette/encadrée dans la paisible fenêtre pour qui c'était chez lui,/ en traçant la poussière, frottant pouce et majeur,/ puis s'approchant de moi, pas en contournant, mais en traversant les machines,/ aussi clairement qu'un film et aussi parfaitement projeté/qu'un mur où se dessinent les lignes obliques des persiennes./ Il avait peint un autoportrait, qui était fidèle./ Dans sa main transparente il y avait un livre que j'avais lu », Omeros, Livre 1, chap. XII, I, Faber and Faber, Londres, 1990, p. 68.

20 Mon père mourut vers l'âge de trente ans, mon frère jumeau et moi avions alors un an, ma sœur trois, mais sur les murs du salon de notre maison il y avait des reliques de sa passion : une copie des « Glaneuses » de Millet, un original romantique d'oiseaux de mer et de brisants empanachés qu'il avait intitulé « cavaliers de l'orage », une miniature à l'huile du portrait de ma mère, un autoportrait à l'aquarelle, et une avenue de pâles cocotiers. Ces objets ont établi ma vocation, et l'ont rendue aussi inévitable que celle du fils de n'importe quel artiste, car j'avais le sentiment que le travail de mon père, même mineur, était inachevé. « Leaving School », Critical Perspectives on Walcott, Robert D. Hammer, Three Continents Press, Washington D.C., 1993, p. 28.

21 St Omer, lire Saint Omer, abréviation anglaise.

22 Dans Derek Walcott updated edition, Twayne publishers, New York, 1993, p. 82.

23 « Que puis-je faire maintenant/si ce n'est m'asseoir au soleil pour brûler/avec un miroir vieillissant qui aveugle,/ peignant, dépeignant mes cheveux/m'échapper ? [...] », Another Life, « The estranging sea », chap. 22, VI, in Collected Poems, op. cit., p. 290.

24 « Damley, [...]/ A sa vue, je m'entraîne à la cécité./Homère et Milton dans leurs tours aveugles comme des chouettes,/ J'envie son infirmité [...] », Another Life, « The Divided Child », chap. 3,11, in Collected Poems, op. cit., p. 160.

25 « La bruine se tend comme les cordes d'une harpe./ Un homme aux yeux brouillés se saisit de la pluie/et fait vibrer le premier vers de l'Odyssée », « Carte du Nouveau Monde », I, Archipels, Heureux le voyageur, op. cit., p. 46.

26 « Homère et Virgile sont des paysans de Nouvelle Angleterre,/ et le cheval ailé garde leur station-service, "t'as raison, dis-je" », Omeros, op. cit.. Livre 1, champ. II, III, p. 14.

27 « Je dis, "Omeros"/ et O était l'invocation de la conque, mer était/à la fois mère et mer dans note patois antillais,/ os, un os gris, et l'écume blanche qui s'écrase/et étend sa collerette sifflante sur une plage de dentelle./ Omeros était le craquement des feuilles sèches, et le clapotis/qui résonne à l'entrée d'une grotte à marée basse », Omeros, op. cit. Livre I, chap. II, III, p. 14.

28 Omeros, op. cit., I, III, p. 18.

29 « Oublie les dieux, et lis le reste », Omeros, Livre 7, chap. LV1, III, Faber and Faber, Londres, 1990, p. 283.

30 Borges est cité dans ; « Guyana, V », « The Gulf », « Port of Spain », « Midsummer, VI », et « Summer Elegies, II ».

31 J.L. Borges, « L'immortel », in L'Aleph, Gallimard, 1967, trad. de R. Caillois, p. 30.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Arnaud Dornon, « Le monde méditerranéen et la transposition caraïbe du mythe d'Ulysse », Babel, 2 | 1997, 121-136.

Référence électronique

Arnaud Dornon, « Le monde méditerranéen et la transposition caraïbe du mythe d'Ulysse », Babel [En ligne], 2 | 1997, mis en ligne le 17 mai 2013, consulté le 29 mars 2017. URL : http://babel.revues.org/2748 ; DOI : 10.4000/babel.2748

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Babel. Littératures plurielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire Babel
  • Logo Université de Toulon
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org