Navigation – Plan du site

Texte intégral

Paris

  • 1 Poèmes choisis par Daniel Aranjo. Les trois poèmes en prose datent de 1977. « À une courtisane » et (...)

1Volez jusqu’aux limites océaniques de votre organisme vivant, épanouissez-vous en quatre lignes de ciel, devenez jet naturel aux sonorités de mille jours, cherchez votre mouvement dans les travaux de votre poitrine et dans le dessin d’or de votre surface, faites jouer le jardin des cloches et des balançoires, mirez-vous au-delà de toute image secondaire, dans votre essence de Babyloniens, chassez celui qui a maudit vos édifices, frottez-vous sans mépris à la poussière des oiseaux en surnombre, ne détestez plus êtrele sel de votre vie, trouvez la vérité non dans la sainte simplicité, mais dans les plis sinueux d’une pierre de scandale, rendez aux statues la grâce de votre scandale. Vous avez marché dans les lacs de la ville, votre manteau est poli par vos regards. Grimpez aux lumières de minuit, proclamez-y le chant révolutionnaire d’une beauté en diable.

Marseille

2Grand pain à midi, de croûte et de mie, vital, que l’on peut savoureusement, avantageusement masser, sinon multiplier. Ses quatre points de l’horizon sont bénis par deux avenues, l’une verticale, l’autre horizontale. La verticale, bâtie en sang frais, est l’avenue des grandes fleurs de Barcelone — des œillets surtout, grands comme le mot Orchidée — on est encore moins sérieux quand on a vingt ans et qu’on est têtes brûlées tout en épis et chemises blanches. L’avenue horizontale, taillée dans la plus pure roche d’Albion, rebelle à l’oubli, est l’avenue du bleu très substantiel — bleu d’Amérique ou d’Outre-Orient, je ne sais, mais de venteuse jeunesse et de première crudité. Il y a de l’anguille sous roche, il y a de l’Esprit sous la Réalité. Les villes se ressemblent mais diffèrent cependant par l’Esprit. Ma vie est la Solitude, jamais la même, qui domine les fronts de mer des villes différentes de par la vocation des sons qui les forment.

Occitanie

3Triple muraille du jaune où vivent des intenses zones circulaires bien tracées de son épaisseur spirituelle et où l’or est fusion et non champ immobile. Le mot est la recomposition du mot par le renforcement ou mûrissement instantané de ses nœuds essentiels, par le fatal durcissement de ses angles d’Oc rigoureusement réfractés par la flamme centrale de Vincent-Antonin. Rond-point de la joie la plus intolérable qui fut jamais par le fort impact de mon image sous le soleil quand il m’embrase et fait de moi un mât de méridien et un signe d’organisation pour que vite avant les ténèbres je puisse percer le rite inouï de l’immensité. Point de couronnement, culmination du cristal en force tragique principale et Trinité générale. Et bientôt, au retour éternel des saisons, tir à l’arc selon le mode nouveau des dames protégées par leur peau agrandissante dans les allées brillantes. La profondeur est le coucou du paradis, le coucou de l’amour dont on se moque trop pour s’en vanter mal - il en est ainsi de tout l’Inexplicable, l’amour, le péché le plus inconnu de l’Esprit qui de la façon la plus extraordinaire ose se mirer en son contraire terrestrement parlant.

À une courtisane

4Par les rues pleines de faste
de Leptis Magna,
ville romaine d’Afrique,
sous les aigles
de Septime Sévère
qui flottent
dans la voie des temples, je me dirige rapidement vers le quartier des courtisanes, ton quartier,
où, sous les colonnades bleues,
des jeunes femmes aux boucles d’oreilles
pareilles aux Lunes de Saturne,
aux bracelets d’écailles de tortue,
aux colliers de corail de Tunis,
aux bracelets de pied or et saphir,
se livrent
au plus fantasmagorique des négoces
dirigé par la Déesse antique de Carthage et inspiré
par la Déesse égyptienne de la beauté, Nefertari !

5Des poussières d’astres adornent la chevelure de ces filles de joie impériales !
Du sang romain
coule dans leurs veines,
mêlé aux sangs indigènes ou phéniciens
qui bouillonnent
dans cet athanor
en chair et en os !
Le charme de leur corps est, pourtant, celui
des mangeuses de lotus,
ces Libyennes
aux cheveux diamantins
qu’elles mettent en désordre
quand la douleur les assaille
et qu’elles parent
de roses écarlates
quand le bonheur les attire de son côté !

6Courtisane toi-même,
fille de citoyen romain,
mais dont les origines
se confondent avec l’azur
de Tripolitaine,
tu pratiques le beau commerce
pour le salut de ton cœur,
au péril de ta jeunesse !

7Rassure-toi, cependant,
sublime princesse de joie !
Tes fesses
gagneront en fermeté
et en luxe transparent
à être caressées par les mains fines
de tes amants de circonstance !

8L’éclat de ta peau,
miroir où penchent
leurs têtes ébouriffées
les poètes,
augmentera à être ainsi
le point de mire
de tous les vœux humains !

9De tes longues prunelles
sourdra la fontaine de la tendresse,
cependant que tes regards
apprendront la caresse,
ce secret intime des vivants
qui conquiert l’âme confiante
des Sages !

10Ton sein
luira de plaisir souverain
comme un lavoir en plein air brille
du labeur
de centaines de lavandières
africaines
ou comme une pierre précieuse,
luit des baisers des amoureux !

11Et il servira de modèle,
par sa forme et par le tissu
dont tu le vêts,

12pour la construction des théâtres

13tendus d’un vélum de rubis
afin de protéger
du Soleil torride
des midis terribles
et qui évoque
ton fier bustier rouge !

14Le mouvement de ta croupe léonine
t’attirera l’admiration
des athlètes les plus courageux
et inspirera

15aux plus grands des bardes
mille hymnes à ta gloire
qui est objet de vénération
de tous les guerriers solaires !

16Continue, ô fille heureuse,
ô maîtresse de musique
ingénieuse,
continue à t’abandonner
à cette activité
qui, à chaque pas,
te fera inventer
l’Amour romain !

17Ô ma voix de cajou,
ô mon petit anacarde,
désapprends à mourir
à petit feu,
enseigne l’Aimer !

18Et au bas de l’escalier
du palais du Gouvernement

19les armées de Rome
rassemblées
t’acclameront,
ô petit jasmin maure,
ô hirondelle numide,
ô nef carthaginoise,
impératrice de la Volupté !

Ode à Federico Garcia Lorca

20Tu étais incarné
en un Juin éternel
comme un matin permanent,
comme une nuit perpétuelle !

21Au jour de ta naissance éclatante,
les citadelles d’Espagne
aiguisaient leur acier cosmique !
Hercule jetait son Soleil héroïque

22comme un dévolu
sur cette terre
aux taureaux légendaires,
sur cette vaste péninsule,
socle de l’Europe
aux larges prunelles !

23Les coquelicots sans nombre
et les jaunes marguerites
offraient leurs couleurs
de sang et de feu
aux étendards royaux !
Les coucous chantaient
parmi les fleurs des citronniers
aux corps de mandolines.
Les orangers multipliaient à l’infini
leurs fruits d’or sans ombre
dans les airs de Valence !
Les roses, plus fortes que la Mort
s’ouvraient
comme des guitares
gorgées de perles !
Les aigles impériaux
célébraient leurs saturnales,
les lézards indolents
s’étiraient voluptueusement
et les flamants,
pourvoyeurs d’amour,
dansaient élégamment
dans les marais andalous !

24À l’aurore de ta vie
tu grandissais à vue d’oeil,
porté par le désir
des lys virginaux
et des blancs lauriers !
Enfant, tu étais un jasmin
dont le parfum
atteignait le Paradis.
Homme mûr,
tu devins une gerbe de blé
aux racines pénétrant
dans le fouillis du ciel,
un grand pain en son midi,
fait d’une farine
digne de rois !

25Malaga la Blanche,
Grenade l’Écarlate,
Cordoue la Terrible
et Murcie la Dorée
se regardèrent à l’envi
dans tes yeux
comme en un miroir
parfait !

26Cependant, le Temps,
briseur de primevères,
comme un hidalgo de l’Abîme
dans les forges célestes
préparait déjà sa vengeance
pour tant de gloire,
ton crime généreux !
Car c’est lui qui arma
le bras destructeur
des ménades furieuses
qui criblèrent ta poitrine,
immense et féconde
en soupirs,
de balles d’astres !
La Lune gitane
fut ta sépulture,
comme il sied
à un guerrier pacifique !

27Ne désespère pas
ô Federico Garcia !
Toujours tu porteras

28dans ton cœur
l’Univers,
comme tu le souhaitais !
Car dans tes veines
coule la sève d’Orphée,
dompteur d’oiseaux
et de dieux,
et le sort d’Eurydice,
que sous les climats d’Espagne
on appelle Carmen, Dolorès

29ou Marie,
sera à jamais associé
au destin du Poète lyrique,
ce belluaire de la vie sauvage
aux arènes principales
du monde !

Haut de page

Notes

1 Poèmes choisis par Daniel Aranjo. Les trois poèmes en prose datent de 1977. « À une courtisane » et « Ode à Federico Garcia Llorca » sont de 1999.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Théo Crassas, « Poèmes », Babel, 18 | 2008, 65-73.

Référence électronique

Théo Crassas, « Poèmes », Babel [En ligne], 18 | 2008, mis en ligne le 08 octobre 2012, consulté le 01 mai 2017. URL : http://babel.revues.org/274 ; DOI : 10.4000/babel.274

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Babel. Littératures plurielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire Babel
  • Logo Université de Toulon
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org