Navigation – Plan du site

Le père/Méditerranée dans l'œuvre romanesque d'Emmanuel Roblès

The Mediterranean Father Figure in Emmanuel Roblès's Novels
El padre Mediterráneo en la obra novelesca de Emmanuel Roblès
Guy Dugas
p. 87-91

Résumés

Élevé par sa seule mère, Emmanuel Roblès n'a pas connu son père, mort quelques mois avant sa naissance. Toute son œuvre romanesque, et en particulier Saison violente, s'enracine dans la quête désespérée de ce père ; recherche douloureuse qui rejoint un des mythes fondateurs de l'écriture de Roblès, la foi en une « patrie Méditerranée ».

Haut de page

Texte intégral

1Le titre de cet article est emprunté à une étude de Fanny Landi Bénos dans le numéro spécial de Simoun (n° 19-1955) consacré à Emmanuel Roblès. Mais, qu'est-ce qui, au-delà des origines, autorise à présenter ainsi ce romancier, également homme de théâtre et poète, né à Oran le 4 mai 1914 et décédé à Boulogne le 22 février 1995 ? À la fois, nous semble-t-il, l'homme - natif des rivages méditerranéens, d'une ville dont la culture et les modes de vie participent largement de cet espace - et l'œuvre, majoritairement située dans des pays riverains de la Méditerranée ou récits d'aventures maritimes.

1. Des thèmes obsédants...

1.1. Mer

2Si les origines familiales, tout entières contenues dans le patronyme (« Roblès » = « chêne rouvre » en castillan), sont en effet plutôt terriennes, c'est sur les rivages méditerranéens, et dans la ville la plus cosmopolite qui soit, que l'enfant est élevé. Élevé par sa seule mère - le père étant mort d'une épidémie de typhus, à Casablanca, donc au delà de la mer, quelques mois à peine avant sa naissance.

3À Oran, bien évidemment, la fascination de la mer - qui constamment invite et se refuse, rassure et inquiète, fait surgir l'appel du monde face à renfermement dans la misère citadine - apparaît inévitable :

  • 1 Emmanuel Roblès, « Avant-propos », texte inédit in : Des Chemins où l'on se perd. Hommage à Emmanue (...)

« Ce désir de partir, n'importe où mais loin, ailleurs en somme, m'a pris très jeune. Je suis né dans un port, ce qui est important [...]. Naître dans une famille pauvre, habiter un local obscur faisait apprécier les magnificences qu'étaient les joies de la mer, du soleil, d'une liberté primaire dans les limites de la terre1... »

1.2. Dans le soleil, vers le père

4Dès l'âge de quinze ans, l'adolescent prend la mer pour divers périples en Méditerranée : au Maroc (1929-1930), puis en Espagne (1931, 1934) s'en retournant vers le père, figure solaire. Dans Saison violente, ouvrage largement autobiographique, le narrateur cherchera son souvenir sur un échafaudage, auprès de maçons espagnols et « dans l'étincellement fou qui [l']aveugle ». Là - sous l'éclatant soleil, « brume flamboyante » qui fait paraître le monde « tout proche et peuplé, cependant, de mystères qu'[on] ne peu[t] pénétrer » - se noue entre l'enfant venu parler de [s]on père et les camarades de celui-ci, « des hommes qui l'aimaient, qui l'avaient connu » un surprenant dialogue relatif à un éventuel remariage de la mère. Et c'est en termes de trahison que l'enfant interprète une idée dans laquelle les maçons n'avaient pas mis la moindre malice.

1.3. Un « Ulysse adolescent »

5Dans Saison violente Emmanuel Roblès se souvient de lui-même et de ses jeunes compagnons de jeux comme « les Ulysses de ces rivages, des Ulysses adolescents, avec la même curiosité intrépide pour les mystères du monde ». Pour Roblès comme pour Ulysse, qui descendra aux Enfers afin de tenter d'y découvrir la solution dans un dialogue avec les Morts, le plus grand des mystères recherchés au fil de cette course est du reste très personnel : c'est le mystère de ses origines qui ne cesse de le tracasser.

6Quelques années plus tard, c'est donc tout naturellement vers les métiers de la mer, en l'occurrence l'école d'hydrographie de Marseille, que le jeune Roblès envisage de se tourner. Hélas, sa mère (qui s'est remariée, confirmation de la trahison redoutée par l'adolescent qui, de plus, n'aime guère son beau-père) refuse la séparation.

7C'est donc vers l'École Normale d'Alger que Roblès se dirige, en vue d'une carrière d'« instituteur du bled » dans laquelle le voyage et l'écriture viendront seuls introduire un peu de variété.

1.4. Dans la pénombre, aux côtés de la mère

  • 2 Le désir d'identification au père à travers l'image solaire apparaît particulièrement sensible dans (...)

8Au père idéalisé le plein soleil2, l'éclat du large, de l'engagement et de la liberté... et la mer pour le rejoindre, tel Ulysse dans ses pérégrinations.

9À la mère, en charge de l'éducation et du quotidien, l'obscurité, une sédentarité à la fois rassurante et contraignante, dos tourné à la mer, symbole pourtant généralement maternel si l'on en croit les psychanalystes. Entre les deux, un écrivain débutant, obsédé par l'image d'un père à retrouver, soucieux pour ce faire de réconcilier mère et mer. Voilà donc une destinée et une œuvre engagées sous l'angle d'un très inhabituel conflit : réconcilier mère et mer, afin de retrouver père et mère.

1.5. Donc, réconcilier mère et mer

  • 3 « L'embarcadère », in L'ombre et la rive, Le Seuil, 1972.

10Constamment, l'œuvre d'Emmanuel Roblès mettra en scène l'opposition - sous des formes et des modalités d'écriture différentes - entre femme-mère et désir de départ, d'engagement, du côté du père. Dans Le Vésuve (éd. du Seuil, 1961) Silvia, amante exclusive et passionnée, « gardienne du secret le plus important du passage sur terre, le seul qui eût été sauvé du paradis perdu », peut être considérée comme une de ces figures de la maternité étouffante. Face à elle, et aux désirs d'abandon qu'elle suscite en lui, Longuereau doit se faire violence pour ne pas déserter et retourner au combat au/du côté des hommes. Dans une nouvelle de L'ombre et la rive un enfant abandonné par son père s'efforce quotidiennement de se surpasser par l'esprit ou la force dans l'espoir que celui-ci l'apprendra « car s'il apprenait dès fois qu'il est un bon gosse, eh bien il reviendrait3 ».

11Par suite, l'écrivain ne cessera de tenter de réconcilier dans l'écriture son amour pour le soleil et la mer - conduisant comme nous l'avons vu au père - et celui qu'il doit à la mère. Dans Norma, ou l'exil infini est notamment évoquée la vision d'une femme nue sortant de l'onde, « sur fond de ciel et de mer scintillante ». Et il conclut :

  • 4 Norma ou l'exil infini, Paris, Le Seuil, 1988, p. 83.

[Cette vision] suggérait pour moi le bonheur d'être au monde4.

2.. . Aux mythes communautaires

12Il faut dire, en outre, que ces thèmes personnels obsédants rejoignent les mythes fondateurs de la littérature dans laquelle Roblès a baigné dans sa jeunesse.

2.1. Roblès, Camus, Sénac

13On sait qu'Emmanuel Roblès et Albert Camus, son aîné d'une année, firent connaissance à Alger, autour de leurs vingt ans. Bien des points communs les rapprochaient, outre leur désir d'écrire, et notamment - plus fortement que tout sans doute - un désir de « sortir de l'ombre », consécutif à l'absence du père contraignant leur famille respective à la misère et à l'indignité, dans une société coloniale fortement hiérarchisée (voir Saison violente et Le Premier homme) une volonté d'affirmation et de révolte qui se traduira dans l'écriture.

14A ces deux amis, viendra se joindre un peu plus tard un troisième : Jean Sénac - leur cadet d'une dizaine d'années, né lui aussi près d'Oran, d'une mère d'origine espagnole, catholique très pratiquante et de père inconnu - pour toutes ces raisons plus proche encore de Roblès qu'Albert Camus, né à Alger et de père français.

15Poète solaire, hédoniste mais tourmenté, animé par un fort sentiment de solidarité envers les communautés les plus modestes de la colonie, Jean Sénac partagea avec Roblès une quête désespérée de ses origines, s'exprimant, curieusement, à travers les mêmes thèmes obsédants. Curieux de noter, par exemple, que c'est en gitan, « brun, grand, élégant et canaille, « moreno de verde luna », tout droit sorti du Romancero gitan de Lorca, que Roblès avait fait connaître à Sénac, que celui-ci, à la manière de son ami dans Saison violente, imagine ce père qu'il n'a pas connu.

2.2. L'école d'Alger

16C'est cette inspiration solaire, communautaire et marine qui, dès la fin des années trente, donnera naissance - non par volonté délibérée de jeunes écrivains, auxquels viendront s'adjoindre Jean Grenier, Gabriel Audisio, Jules Roy ou René-Jean Clot - mais de fait, autour de l'éditeur Edmond Chariot, tout aussi jeune qu'eux - au mouvement littéraire que l'on appellera plus tard « École d'Alger ».

  • 5 Sur les routes du Sud est le titre d'un ouvrage de Louis Bertrand sur l'Algérie. Quant à Robert Ran (...)

17Incontestablement, les fondements de cette nouvelle sensibilité, rejoignant chez Roblès des thèmes obsédants depuis l'enfance, transportent cette inspiration vers la Méditerranée et même vers un méditerranéisme jusqu'alors totalement étranger aux écrivains d'Algérie, précédemment réunis au sein d'un mouvement algérianiste parrainé par Louis Bertrand et Robert Randau, auteurs de romans du bled et plutôt portés vers « les routes du Sud5 ».

  • 6 Voir, parmi les essais les plus récents : Ahmed Lanasri : La littérature algérienne dans l'entre-de (...)

18Analyser l'esthétique du groupe composant L'École d'Alger n'est pas dans notre propos. Du reste, cela a déjà été tenté6. On peut toutefois rappeler comment Roblès lui-même le considérait :

  • 7 Militantisme qui, brièvement, s'exprimera dans la revue Rivages dont l'ambition était, selon Roblès (...)
  • 8 Interview d'Emmanuel Roblès in Revue CELFAN (Temple Univ. Philadelphie), n° I : 3-1992, spécial « E (...)

Nous étions tous anticolonialistes, pacifistes à tout crin et méditerranéens militants7, je veux dire à ce sujet que pour nous il existait une unité méditerranéenne, et que nous faisions nôtre le mot de Fernand Benoît pour qui les similitudes amies sont la grande loi de la Méditerranée où ce qui divise marque seulement des nuances entre les parentés8.

19C'est alors que, politisant et renouvelant la formule qui donne son titre au numéro de notre revue, Gabriel Audisio impose la formule « patrie Méditerranée ».

Haut de page

Notes

1 Emmanuel Roblès, « Avant-propos », texte inédit in : Des Chemins où l'on se perd. Hommage à Emmanuel Roblès, Poitiers, Le Torii, 1997, pp. 7-8.

2 Le désir d'identification au père à travers l'image solaire apparaît particulièrement sensible dans les romans les plus autobiographiques : « Je voulais que ma mère sût qui elle avait réellement pour fils ! Qu'elle découvrit enfin cet aspect solaire qui, en dépit des apparences, était aussi le mien. » Saison violente, Paris, Le Seuil, 1974. C'est nous qui soulignons.

3 « L'embarcadère », in L'ombre et la rive, Le Seuil, 1972.

4 Norma ou l'exil infini, Paris, Le Seuil, 1988, p. 83.

5 Sur les routes du Sud est le titre d'un ouvrage de Louis Bertrand sur l'Algérie. Quant à Robert Randau (pseud. de Robert Arnaud), que sa carrière d'administrateur colonial conduisit d'Afrique du Nord vers l'Afrique Noire, il est l'auteur de romans « du bled », tels que Les Colons et Cassard le berbère.

6 Voir, parmi les essais les plus récents : Ahmed Lanasri : La littérature algérienne dans l'entre-deux guerres, Paris, Publisud, 1995, coll. « Vie Culturelle à Alger. 1900­1950 », Univ. Montpellier III, Praxiling, 1996, et Lucienne Martini, Racines de papier, Paris, Publisud, 1997 ; Les Actes du colloque « Emmanuel Roblès et ses amis » organisé à Montpellier du 9 au 11 avril 1997 contiendront en outre plusieurs communications sur ce sujet.

7 Militantisme qui, brièvement, s'exprimera dans la revue Rivages dont l'ambition était, selon Roblès, « d'illustrer une culture millénaire et ses prolongements dans toutes les communautés formées autour de la plus belle des mers. Cette revue, autour d'Edmond Chariot, ne connut malheureusement que deux numéros, le troisième étant bloqué sur le marbre par la déclaration de guerre.

8 Interview d'Emmanuel Roblès in Revue CELFAN (Temple Univ. Philadelphie), n° I : 3-1992, spécial « Emmanuel Roblès ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guy Dugas, « Le père/Méditerranée dans l'œuvre romanesque d'Emmanuel Roblès », Babel, 2 | 1997, 87-91.

Référence électronique

Guy Dugas, « Le père/Méditerranée dans l'œuvre romanesque d'Emmanuel Roblès », Babel [En ligne], 2 | 1997, mis en ligne le 14 mai 2013, consulté le 19 septembre 2017. URL : http://babel.revues.org/2707 ; DOI : 10.4000/babel.2707

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Babel. Littératures plurielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire Babel
  • Logo Université de Toulon
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org