Navigation – Plan du site

« Là est ma Grèce. » Le Quartier de Sagesse d’Henri Bosco

Here is my Greece
Allí está mi Grecia
Michèle Gorenc
p. 75-85

Résumés

En juin 1927, sur la route de Naples à Lourmarin, Henri Bosco séjourne chez son ami, le peintre Pierre Deval, à La Valette-du-Var. Il n’a écrit jusque-là qu’un seul roman et souhaite maintenant trouver un style plus personnel. Sa sensibilité entre en résonance avec le beau domaine d’Orvès, propriété de son hôte. A ce contact s’élabore une écriture que l’écrivain déclinera dans ses romans ultérieurs.

Haut de page

Texte intégral

... J’écris des vers, je tiens mes conférences publiques, j’achève un roman, j’en finirai bientôt l’autre.
Et je dessine et je peins...
Tel est le rythme de mon cœur latin.
À évoquer l’heure du retour, je me console de l’exil, car loin de ma Provence, tout habitat stable est un lieu d’exil. Je n’aime que les rochers calcaires qui de Toulon vont aux Martigues. Là est ma Grèce...

1Ainsi s’exprime Henri Bosco dans une lettre du 30 mars 1927 adressée à son ami, le peintre Pierre Deval.

  • 1 Claude Girault, Henri Bosco (1888-1976) La Vie et l'Œuvre, Notice bibliographique publiée par le Fo (...)

2Agrégé d’italien, Henri Bosco est chargé d’une maîtrise de conférence par l’université de Grenoble, à l’Institut français de Naples, où il est en poste depuis 19201. Son interlocuteur, rentré depuis peu d’un séjour de deux ans à Alger, à la villa Abd-el-tif, vient de s’installer près de Toulon, à La Valette du Var, choisissant la proximité de la Méditerranée comme d’autres artistes, à cette époque.

  • 2 H. Bosco, cité par C. Girault, Cahiers Henri Bosco, n° 23, 1983, p. 10.
  • 3 H- Bosco, cité par C. Girault, Cahiers Henri Bosco, n° 30-31, 1990-1991, p. 69.
  • 4 Ibid., p. 9.

3Malgré l’évocation de ses nombreuses activités de plume, Bosco, à près de quarante ans, n’est pas encore écrivain. Certes, il a déjà composé Pierre Lampédouze, en 1923, petit roman au ton pétillant et facétieux, rédigé avec une grande facilité « en 49 matinées d’une demi-heure chacune »2 en s’inspirant de ses lectures de l’époque, Cocteau, Cendrars, Proust, Giraudoux, Apollinaire, Max Jacob. Mais depuis, il a élaboré de nombreux projets qu’il n’a toujours pas menés à leur terme : trois débuts de roman, un petit conte, une nouvelle en italien, une comédie, de vagues intentions pour Eurydice, roman psychologique, un canevas pour « M. de Maulieu, roman qui nous promènera en Provence, à Lyon, en Afrique. »3 Par ailleurs, il compose sur des thèmes chers à Virgile et à Théocrite de « petits chants rustiques [...], de très vieux souvenirs bucoliques de [son] pays »4 répondant ainsi à sa vocation première d’être poète.

  • 5 H. Bosco dédicace des poèmes à Silvia, en ces termes.
  • 6 H. Bosco nomme ainsi le cercle étroit d'amis formé autour d'un brillant officier, Robert Laurent-Vi (...)
  • 7 H. Bosco, Lettres à Noël Vesper (1923-1941). Les terrasses de Lourmarin de Provence, 6e série, n° 1 (...)

4En fait, Bosco est à la recherche d’un style personnel et d’une inspiration en accord avec ses aspirations profondes. Seulement, l’écrivain ne se trouve pas et l’homme est désenchanté. Silvia, la jeune femme qu’il aime n’est qu’une « nymphe fugitive. »5 Leur rencontre a lieu en 1924, à Naples. Elle n’a pas vingt ans, il en a trente-six, et il est seul à aimer. Pourtant, il lui fait sa cour avec la ferme intention de l’épouser. L’abondant courrier qu’il lui envoie relate une intense activité créatrice mais les lignes de force manquent d’assise et le souffle s’épuise rapidement. Par ailleurs, à Lourmarin où depuis 1922 il a rejoint le « Collège de l’Amitié »6 auprès de Robert Laurent-Vibert, les doutes et la déception lui apportent chagrin et inquiétude. En effet, après la mort accidentelle de Laurent-Vibert en 1925, sa place au Château est remise en question : Bosco n’est pas au nombre des élus pour continuer l’œuvre du mécène. Même si un des exécuteurs testamentaires le confirme dans son rôle d’animateur des festivités, il lui en reste « une blessure étroite mais profonde. »7 Ainsi, appartenant à la génération qui souffre du traumatisme de la Première Guerre mondiale, Bosco approche de la quarantaine à la recherche de lui-même. Il doit faire face à plusieurs tensions internes dont celles du créateur qui ne trouve pas son mode d’expression.

5C’est dans cet état de trouble qu’il fait la connaissance de Pierre Deval au cours des rencontres culturelles et amicales qu’il organise à Lourmarin. Le peintre accompagne, en effet, son frère aîné, l’industriel lyonnais Jean Deval, membre bienfaiteur de la future fondation qui doit désormais régir le Château. Henri Bosco et Pierre Deval sympathisent, correspondent, se retrouvent au cours d’un voyage d’affaires et d’agrément qui réunit les anciens collaborateurs de Laurent-Vibert, aux établissements Pétrole Hahn, et leurs amis. Henri Bosco les accueille à Naples, les guide vers Pompéi puis la Sicile, faisant œuvre de guide et d’interprète. Tout au long du périple, Deval dessine, compose croquis et aquarelles. Ce séjour confirme leurs affinités. Ayant été formés, tous deux, aux mêmes valeurs de la culture humaniste classique, ils remontent aux sources de leur imaginaire sur les traces des poètes bucoliques, à la rencontre de l’âme grecque dont témoignent monuments, temples, sculptures. À Syracuse, patrie de Théocrite, par exemple, le groupe visite le théâtre grec qui vit peut-être une des premières représentations des Perses, pièce choisie plus tard pour être lue par Jacques Copeau sur les terrasses du Château. Deval s’émerveille devant les latomies qu’il vient justement de peindre à fresque, d’après une gravure ancienne, sur un des murs de sa salle à manger. Il est en effet en train de restaurer, pour l’habiter, une bastide provençale du XVIIIe siècle, dans sa propriété d’Orvès, à La Valette. Et il invite Bosco à venir lui rendre visite.

6Peu après l’accueil de ses amis, le Napolitain affronte encore une épreuve avec la mort de son père. C’est en annonçant ce deuil au peintre qu’il clame son amour pour la Provence et plus particulièrement : « Je n’aime que les rochers calcaires qui de Toulon vont aux Martigues. Là est ma Grèce ». Cette affirmation recèle deux niveaux de lecture. Le message explicite signale que sa région natale, celle d’Avignon, n’occupe pas la première place dans son cœur, pas plus que Lourmarin et le Luberon, contrairement à ce qu’il adviendra quelques années plus tard. De plus, l’allusion à la Grèce exprime, par comparaison, que la Provence côtière est son lieu d’élection. C’est une expression quelque peu figée qui emprunte une référence à un contexte, celui de la culture gréco-latine, et le déplace dans un autre, celui de la France du XXe siècle. C’est un effet de style, tout comme l’exclamation qui termine la lettre : « Heureux mortels qui vivez sous les oliviers de Minerve ! »

  • 8 La chronique des Amis de Lourmarin, Château de Lourmarin, 1931, n° 1, p. 22 et 24.

7Le message implicite, quant à lui, évoque les idées maurrassiennes des amis du Château de Lourmarin. Toulon est peut-être une allusion à Deval et Martigues à Maurras. Bosco, par cette notation discrète et par l’affirmation : « Là est ma Grèce » énonce son amour pour la terre de Provence et son désir de la retrouver pour la chanter. Cet engagement idéologique est fort. Il s’exprime aussi dans sa participation à la Société des Amis de Lourmarin qui souhaite faire du Château « une citadelle du génie méditerranéen, suprême rendez-vous de tous ceux qui honorent Hellas, Rome, la France et qui les veulent éternelles » et de Lourmarin « un point de concentration, place forte de la pensée classique, telle qu’elle est issue de la Grèce, de Rome, de l’Italie, de la Provence et de la France, dans leurs plus beaux siècles. »8

8C’est dans ce contexte d’espoirs déçus et d’attentes, de deuils et de « soif de victoire multipliée » que le futur écrivain se rend à Orvès en juin 1927, à la Saint-Jean. L’émotion intense qu’il en conçoit, ouvre son regard et déclenche la conquête de son écriture.

« Orvès douce aux lauriers et douce aux roses »

9Bosco découvre la propriété d’Orvès, nichée en pente douce au pied d’une colline méditerranéenne, orientée au sud, regardant vers la mer. Le domaine, la maison, l’atmosphère, l’art d’y vivre et les occupants lui font une forte impression, à en juger par le courrier qu’il rédige dès son arrivée à Lourmarin. Une carte postale d’abord, datée du 30 juin 1927 annonce : « Je me suis remis au travail, à Irénée. Ce sera racinien. Pensez à mes bois pour mes poèmes, à mon portrait pour le roman. [...] Je pense aux nymphes de vos murs. Nympharum accepit chorum puellarum Orves divis gratissima Musis. » Le ton cordial et confidentiel dénote un climat d’amitié et de confiance. Bosco a repris son écriture : Irénée, les poèmes et le roman. Mais à ce propos s’agit-il d’Irénée ou du deuxième roman qu’il mentionne déjà en ces termes dans sa lettre du 30 mars : « j’achève un roman, j’en finirai bientôt l’autre » ? Il espère une collaboration du peintre pour décorer ses œuvres et évoque en latin, les nymphes peintes sur les murs de la salle à manger : « Orvès, si chérie des muses divines, accueillit le chœur des jeunes nymphes ».

10Puis, une lettre non datée, mais pouvant être interprétée comme le remerciement chaleureux d’un hôte enthousiaste, laisse éclater son lyrisme :

  • 9 En grec dans le texte.

Chers amis,
Vous fûtes délicieux, pendant tout mon séjour à La Valette je me sentis si tendre que j’eus envie de jouer de la flûte. Il y avait dans tous les coins de petites phrases [A] de Théocrite. Je les ai vues. Au loin sur la mer Galatée, « plus douce que le miel. »9 J’ai mangé comme un Héros, bu comme un demi-dieu et dormi comme un Olympien. Les bastides du haut sont bien jolies, maisons de la sagesse, avec des puits. Et le matin ! ces bains de mer ! Mes notes ? au hasard, tenez :
[B] « Le matin les verres à pied
se posent tout frais sur les tables
il n’y a personne au café
les bitters y sont délectables.
Sur la marine, aux bains de mer
où l’on sent de l’algue et des huîtres
on voit des maillots bleus aux échelles de fer
et des nichons flottants comme des peaux de citre.
La colline peinte à la chaux
avec quatre coups de pinceaux
a conservé un chêne liège,
une bonne bouée allège
deux grandes fesses sur les eaux... etc., etc.
[C] « Et cette Galatée qui a raté un riche mariage était-elle charmante ! Avec ses 4 gramophones par pique niques dans les sables, et ses midships aux mains bandées, et ses clairs de lune à Ismaïlia, a-t-elle assez gaffé, la pauvre ! On ne se méfie pas de Lampédouze ! Lampédouze est très dangereux. En résumé journée délicieuse. Vous avez sauvé, consolidé, enrichi, orné, [D] peint, un coin de terre à peu près divin. Les Dieux avec vous, Apollon, et la plus charmante des Grâces. Voilà !
  Mon amitié.

  • 10 Souvenirs de Deval.

11Les grandes envolées ardentes traduisent son enchantement. Il mêle d’un même trait vie quotidienne et mythologie, habitants d’Orvès et divinités (A, D), plaisirs des sens et de l’esprit (A, B), terminant sur un hommage fervent au maître des lieux (D). Il laisse même pointer l’esprit allègre de Lampédouze, le héros fantaisiste de son premier roman, développant des propos cocasses (B), faisant allusion à des comportements ou des personnages bizarres (C). En fait, il taquine ici la jeune fille au pair de la maison, Galatée-Gertrud qui, selon Deval « était comique par ses attitudes sans façon et qui de plus, fit un riche mariage. »10

12Cette lettre donne quelques indications sur la genèse de l’écriture de Bosco. En effet, lorsque l’écrivain déclare « jouer de la flûte », il signifie, par cette expression, que l’inspiration lui vient. Or, les deux romans qu’il est en train de rédiger, et qu’il publie peu après, en 1928 et 1929, comportent une variante de deux passages de cette correspondance.

13Le court poème suggère une douceur de vivre identique à celle de la scène des Bains de la Rascasse, dans le Quartier de Sagesse. Même évocation, mêmes expressions dépeignent l’atmosphère du bord de mer :

  • 11 Henri Bosco, Le Quartier de Sagesse, Gallimard, Paris, 1929, p. 50.

Une grosse mémère laisse flotter deux fesses sur les eaux [,,.] un maillot plonge [,..] on escalade une échelle de fer [...] on sent le sel, l’algue, la mer, l’iode, le coquillage, la jeunesse éternelle [...] On va prendre l’apéritif sous les platanes... l’heure est douce... un feuillage frais, des amers-picons et des byrrh, etc.11

  • 12 H. Bosco désigne ainsi les outrances de ses écrits de l'époque.

14Quant aux propos « ultra-lampédouziques »12, à peine compréhensibles, ils trouvent un écho, cette fois, dans un passage d’Irénée :

  • 13 Henri Bosco, Irénée, Paris, Gallimard, 1928, p. 194.

Darling, nous avons fait tout cet hiver une noce furieuse à Ismaïlia. La compagnie du Canal nous avait prêté un cruiser peint en mauve. Clairs de lune admirables. J’ai emporté mes quatre gramophones dans les sables pour y danser le black-bottom, un black-bottom à moi qu’on ne pouvait danser que là. Le chien mangeait des huîtres, darling, on étaient nues. Vous vous rappelez ce midship, un amour... Il vous faisait un peu la cour13.

  • 14 Ce voyage eut lieu effectivement en janvier 1927.

15Ismaïlia, les clairs de lune, les quatre gramophones dans les sables, le midship figurent déjà (ou aussi) dans cette lettre destinée à ses amis valettois. Cette similitude n’est pas étonnante, l’écrivain utilisant souvent des éléments de sa vie personnelle dans ses romans. D’ailleurs, les derniers chapitres d’Irénée présentent de façon succincte le voyage récent des amis de Lourmarin dans une « Sicile d’azur crêtée de neige. »14

  • 15 Cahiers Henri Bosco, 30­31, 1990-1991. C'est un ensemble de 18 poèmes, 4 sont datés de 1925, 192 (...)

16Enfin en post-scriptum de cette dernière lettre, l’écrivain annonce qu’il « prépare une inscription ». Effectivement Deval reçoit rapidement une série de trois poésies : « Inscriptions pour Orvès », « Pastorale pour Galatée » sur papier libre, et sur une carte postale, le 9 juillet 1927, un texte en latin assorti de la recommandation suivante « Turbinez là-dessus ! ». Ces textes s’apparentent aux Poèmes de Provence rédigés entre 1925 et 192715 : même veine pastorale et mythologique, même décor, même expression (vocabulaire, sonorités, couleurs, rythme...), même registre à la fois savant et familier. Orvès est terre d’élection de trois divinités principales. Apollon est accompagné de muses qui, près des sources et des puits, incarnent l’inspiration poétique. Neptune apparaît avec les filles de Nérée, Amphitrite et Galatée. Enfin Dionysos, bien qu’il ne soit pas nommé, préside à la renaissance lorsque « les résines et les lymphes gonflent les cyprès de ces jardins ». En filigrane aussi, apparaissent Athéna et Vénus : « Orvès, par ses roses si charmantes et d’une douce sagesse ».

  • 16 H. Bosco, « Entretien avec Monique Cabanne », Cahiers Henri Bosco, n° 27, 1987, p. 106.

17C’est dire combien la maison, son jardin et la colline avoisinante sont entrés en résonance avec sa sensibilité. Mais ce qui apparaît jusque-là comme un décor plaqué, à l’esthétique gréco-provençale sans épaisseur, atteint une autre profondeur dès lors qu’Orvès devient un élément de l’univers fictionnel de Bosco : en effet, le domaine de Deval sert de cadre à une quarantaine de pages du Quartier de Sagesse et c’est là que nous trouvons déjà « les grands thèmes de la Provence »16 exprimés pour la première fois dans une écriture qui tâtonne.

« Un jour j’ai subi la révélation de ce pays-ci »

  • 17 H. Bosco, Lettre du 27.12.1932 à Noël Vesper : « je considère le sanglier comme mon meilleur bouqui (...)

18De nombreuses confidences de l’écrivain et les exégètes qui l’ont suivi sur ce point signalent le début d’une écriture nouvelle à partir des années trente17. Parallèlement, Bosco a toujours considéré ses trois premiers romans comme des écrits de jeunesse marqués par des effets de mode, le Quartier de Sagesse étant particulièrement imparfait à ses yeux.

19À y regarder de plus près, outre que cet ouvrage renvoie comme un écho de son amour malheureux face à la « nymphe fugitive », nous y trouvons les promesses de l’écrivain à venir. Les pages consacrées à Orvès révèlent notamment un regard plus profond posé sur la Provence. La présence tangible et terrible des dieux, la façon dont ils opèrent pour troubler les humains, annoncent la puissante densité des romans ultérieurs. L’écriture, par ses maladresses, montre le désir de trouver un rythme, un style, un vocabulaire personnels. Bosco, en effet, oscille entre théâtre, poésie, roman. Les personnages, très nombreux, évoluent dans divers décors, y compris à Orvès, où l’intrigue se déplace une dizaine de fois. La trame est embrouillée, l’action disparate, les personnages doubles ou triples et la focalisation inconstante. Malgré ces défauts qui provoquent des diffractions de l’intérêt du lecteur, l’unité du passage qui se situe à Orvès réside principalement dans la maison, paisible demeure accueillante, adossée à la colline provençale, en libre continuité avec les multiples espaces de ses jardins et restanques. Odorante, bienfaisante, sereine, elle révèle son ambiguïté lorsque le soir arrive et que s’insinuent les êtres de l’ombre :

  • 18 Le Quartier de Sagesse, op. cit., p. 45.

On a pris par l’allée des lauriers-roses. Les grillons limpides chantaient. Dans les herbes, le long des murs, dans le creux des fossés, sur les feuilles des branches, on entendait glisser des milliers de bêtes nocturnes. Au bout du jardin, sous les arbres, la terre remuée fraîchement, le matin, sentait bon. On voyait la terrasse solitaire avec sa table vide éclairée par la lampe et la place de deux âmes. Victoire avait éteint ses fourneaux. Tout silence trouvait dans la maison un coin où se loger18...

20Toutes les composantes du mystère sont en place : les insectes nocturnes, les parfums de la terre, la lampe, les êtres invisibles, la matrone attentive, le silence, et plus loin, le ciel étoilé. Le décor posé, les personnages principaux sont des héros enfermés dans leur solitude. Roger de Maulieu, capitaine de cavalerie et Suzanne, la fille des collines, n’arrivent pas à se parler, se comprendre. Fragiles, sensibles, fuyants, ils cherchent dans un ailleurs toujours plus lointain l’attrait de la vie qu’ils n’arrivent pas à saisir. Les personnages secondaires avec des silhouettes nettes, sûres, incisives parfois, composent un petit monde cocasse et tendre. Le serviteur et la gouvernante prennent des accents de confidents de tragédie, malgré quelques touches méridionales et une langue parlée savoureuse. Sur tout ce monde règnent les dieux. Ils s’incarnent dans les plantes, les arbres, l’atmosphère, et même les personnages, reliant la terre d’Orvès avec les forces du cosmos et le champ de l’ordre universel.

21Les divinités qui conspirent pour le tourment des héros apparaissent au moyen de différentes images. Vénus se présente avec ses roses. Suzanne en effeuille une à son arrivée hâtive et Monsieur les cueille. Apollon se profile derrière le personnage bourru de l’oncle Théophile, joueur de saxophone pour des concerts nocturnes dans le vallon d’Orvès. Mais voici que ce marin, tout juste arrivé d’Orient sur son croiseur au nom de nymphe, l’Aréthuse, se métamorphose pour illustrer une autre légende :

  • 19 Le Quartier de Sagesse, op. cit., p. 53.

On devinait le vieux marin, assis sous sa petite treille, à la fraîcheur, tes pieds calés, l’embouchure plongée dans sa barbe de fleuve, paisible, sûr de lui, poussant d’un souffle régulier, une pastorale dans l’ombre19.

22La magie transparaît grâce à un effet de style : la métaphore « barbe de fleuve » et les connotations des mots : embouchure et plongée renvoient au dieu grec Alphée transformé en fleuve, poursuivant à travers la Méditerranée, la nymphe Aréthuse, changée en source à Syracuse. À la fin du chapitre suivant, le commandant suggère encore son double visage à la faveur d’une question anodine :

Ici vous avez une source... Alors je vous demande la permission... d’y faire lever chaque jour un baril d’eau... de bonne eau douce.

  • 20 Les emblèmes de Dionysos sont cités 16 fois, ceux d'Apollon 8 fois, ceux d'Athéna 8 fois.

23C’est pourtant Dionysos qui préside de façon majeure à toute la destinée de Suzanne. Le dieu se révèle d’abord dans le décor par le nombre de ses attributs qui abondent à Orvès comme les pins, chênes, lierres, vignes, treilles, figuiers20 ainsi que les sources et les lieux humides et frais : puits, citerne, fontaines, vasque, pompe, bassins et noria. Il apparaît ensuite de façon épisodique et diffuse au cours du concert nocturne : « c’était un dieu qui jouait dans la treille. » La plus belle image intervient à la fin du passage d’Orvès, annonçant le dénouement tragique du roman, alors que Roger, méditant sur la fuite de Suzanne, se trouve seul au jardin, dans la fraîcheur du soir :

  • 21 Le Quartier de Sagesse, op. cit., p72.

Ensuite il regarda autour de lui et, contre le mur du jardin, il aperçut, un peu cachée, sous un manteau de lierre, une vasque pleine d’eau fraîche. Il se dit :
- Tiens, une fontaine.
C’était un simple mascaron, une tête de nymphe un peu camuse, et qui riait, sous une couronne de chèvrefeuille21.

24Comment ne pas voir sa présence sous ce « manteau de lierre » avec ses principaux symboles : l’eau fraîche et la nymphe couronnée d’un feuillage dont le nom évoque les êtres à moitié chèvre (satyres, faunes), qui accompagnent parfois le dieu ? Quant au mascaron, image grotesque et fantastique, il évoque la face grimaçante de la mort suggérée encore par la paronymie camuse-camarde et la rupture introduite par la brève relative entre deux virgules et coordonnée : « et qui riait ».

  • 22 Pierre Grimal, Dictionnaire de la Mythologie grecque et romaine, PUF, 1990, note p. 145b. C'est te (...)

25Dans ce chapitre l’héroïne quitte son personnage de jeune femme galante pour s’acheminer vers son destin en dépit de la protection d’Athéna que l’on perçoit par ses emblèmes : les oliviers et les olives, une petite chouette qui se fait entendre par deux fois lors des heures claires passées au jardin et Victoire, la cuisinière, d’une affection fidèle et bienveillante. Suzanne se révèle à Orvès comme l’héroïne principale, supplantant Roger, personnage indécis. Dès son arrivée, sa vitalité, son dynamisme désordonné (traduit par une accumulation de trente et un verbes en quinze lignes) laissent présager une fête dionysiaque. Ivre d’action, elle transfigure Orvès, rend hommage au dieu en « installant son cœur sous la treille » puis, retrouvant les gestes rituels ancestraux, elle « [pend] son nom sous chaque pin » comme jadis à Rome on y suspendait les images de jeunes filles en l’honneur de Liber Pater, le Dionysos romain22. Mais le printemps reste stérile, Suzanne fuit rapidement Orvès, et Roger, esseulé, a une vision étrange et paisible, comme une projection de son désir. L’écriture symboliste de Bosco traduit pleinement ici la destinée singulière de son héroïne :

  • 23 Le Quartier de Sagesse, op. cit., p. 73.

Quelque chose de tendre et de léger avait pris tout à coup la forme des collines, de la maison et des vergers. Dans les champs, on voyait neiger l’abricotier et l’aubépine. La matinée était devenue si limpide que les fumées sur les bastides, à travers les tuiles des toits, toutes parfumées de résines, bleuissaient les pinèdes.
La haie du chemin remua. M. de Maulieu eut l’impression que quelqu’un était là derrière, en train de l’épier. Il se leva, mais ne vit rien.23

26La présence fugitive de Pan, le grand Tout, caché dans les feuillages, annonce la mort de Suzanne, par une image anticipée. En effet, l’esprit de la jeune fille est là, emplissant la nature : « quelque chose de tendre et de léger » allié aux formes et aux valeurs féminines : les collines, la maison, les vergers. Les images évanescentes de la neige (pureté, linceul), de la fumée (air, âme), des parfums de résine (encens, accès au divin), montrent le rayonnement de l’héroïne. L’abricotier, proche de l’amandier, renvoie par un mécanisme de déplacement, à l’arbre de Phyllis qui se couvre de fleurs, lorsque Démophon revient voir l’aimée, tandis qu’avec la branche d’aubépine fleurie, Janus donne à la nymphe vierge Carna, le pouvoir de veiller sur les gonds des portes et d’écarter les maléfices des ouvertures de la maison. Étrangement, en revenant du jardin, de Maulieu « vit que la porte de Suzanne était restée ouverte. Il la ferma ».

  • 24 H. Bosco, Lettre du 5 octobre 1932 à Noël Vesper, op. cit., p. 47.

27Ces quelques réflexions, à propos du Quartier de Sagesse, montrent l’avènement de l’écrivain Bosco dont l’écriture spécifique est en germe dès 1927, et plus particulièrement dans les pages où l’intrigue se noue à Orvès. Il n’aura de cesse, dès lors, de trouver sa « voie qui est celle de l’expression très sobre, très pure, très condensée du mystère, par le moyen de figures familières de notre pays. »24

  • 25 Le domaine d'Orvès existe toujours et se trouve à proximité de l'Université de Toulon et du Var.

28Et si, par-delà la Méditerranée, – Bosco rentre de Naples en 1930 et s’établit ensuite au Maroc, de 1931 à 1955 – l’imaginaire bosquien transfigure le Lubéron, la conquête de son style a néanmoins commencé dans la belle demeure provençale de son ami Pierre Deval, à La Valette du Var25. Bosco n’a-t-il pas déclaré quelque trente ans plus tard :

  • 26 J.-P. Cauvain, Henri Bosco et la poétique du sacré, Klincksieck, 1974, Entretien du 7 octobre 1962.

Un jour j’ai subi la révélation de ce pays-ci. Je l’ai vu, soudain, par dedans. Dans le Quartier de Sagesse, ce pays a cheminé à moi26.

Haut de page

Notes

1 Claude Girault, Henri Bosco (1888-1976) La Vie et l'Œuvre, Notice bibliographique publiée par le Fonds Bosco de la Faculté des Lettres de Nice, p. 3.

2 H. Bosco, cité par C. Girault, Cahiers Henri Bosco, n° 23, 1983, p. 10.

3 H- Bosco, cité par C. Girault, Cahiers Henri Bosco, n° 30-31, 1990-1991, p. 69.

4 Ibid., p. 9.

5 H. Bosco dédicace des poèmes à Silvia, en ces termes.

6 H. Bosco nomme ainsi le cercle étroit d'amis formé autour d'un brillant officier, Robert Laurent-Vibert, à Salonique, dans l'armée d'Orient, durant la guerre de 1914-1918.

7 H. Bosco, Lettres à Noël Vesper (1923-1941). Les terrasses de Lourmarin de Provence, 6e série, n° 1, 1986, p. 35.

8 La chronique des Amis de Lourmarin, Château de Lourmarin, 1931, n° 1, p. 22 et 24.

9 En grec dans le texte.

10 Souvenirs de Deval.

11 Henri Bosco, Le Quartier de Sagesse, Gallimard, Paris, 1929, p. 50.

12 H. Bosco désigne ainsi les outrances de ses écrits de l'époque.

13 Henri Bosco, Irénée, Paris, Gallimard, 1928, p. 194.

14 Ce voyage eut lieu effectivement en janvier 1927.

15 Cahiers Henri Bosco, 30­31, 1990-1991. C'est un ensemble de 18 poèmes, 4 sont datés de 1925, 1926 et 1927.

16 H. Bosco, « Entretien avec Monique Cabanne », Cahiers Henri Bosco, n° 27, 1987, p. 106.

17 H. Bosco, Lettre du 27.12.1932 à Noël Vesper : « je considère le sanglier comme mon meilleur bouquin et le début d'une manière nouvelle, celle de la maturité, ou après les fantaisies lampédouziennes, j'aborde mes dieux avec des paroles sobres, un cœur ferme et une volonté de construire sans quoi il n'est pas de beauté durable », op. cit., p. 49.

18 Le Quartier de Sagesse, op. cit., p. 45.

19 Le Quartier de Sagesse, op. cit., p. 53.

20 Les emblèmes de Dionysos sont cités 16 fois, ceux d'Apollon 8 fois, ceux d'Athéna 8 fois.

21 Le Quartier de Sagesse, op. cit., p72.

22 Pierre Grimal, Dictionnaire de la Mythologie grecque et romaine, PUF, 1990, note p. 145b. C'est te rite des « oscilla » qui retrace la mort d'Érigoné. Fille d'Iscarios, à qui Dionysos avait révélé le vin, Érigoné se pend à un arbre en découvrant la mort de son père, tué par des bergers ivres. Pierre Lavedan, Dictionnaire illustré de la Mythologie et des antiquités grecques et romaines. Hachette, 1931.Il cite une coutume liée à Dionysos : on avait l'habitude de suspendre aux branches des pins, des masques représentant le dieu.

23 Le Quartier de Sagesse, op. cit., p. 73.

24 H. Bosco, Lettre du 5 octobre 1932 à Noël Vesper, op. cit., p. 47.

25 Le domaine d'Orvès existe toujours et se trouve à proximité de l'Université de Toulon et du Var.

26 J.-P. Cauvain, Henri Bosco et la poétique du sacré, Klincksieck, 1974, Entretien du 7 octobre 1962.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michèle Gorenc, « « Là est ma Grèce. » Le Quartier de Sagesse d’Henri Bosco », Babel, 2 | 1997, 75-85.

Référence électronique

Michèle Gorenc, « « Là est ma Grèce. » Le Quartier de Sagesse d’Henri Bosco », Babel [En ligne], 2 | 1997, mis en ligne le 14 mai 2013, consulté le 27 mai 2017. URL : http://babel.revues.org/2695 ; DOI : 10.4000/babel.2695

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Babel. Littératures plurielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire Babel
  • Logo Université de Toulon
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org