Navigation – Plan du site

Mare antiquissimum. La réponse de G. B. Vico à la Querelle des Anciens et des Modernes

Mare Antiquissimum: G.B. Vico's answer to the Quarrel of the Ancients and the Moderns
Mare Antiquissimum : la respuesta de G.B. Vico a la querella de los antiguos y los modernos
Davide Luglio
p. 45-55

Résumés

Au début du XVIIIe siècle, alors que la Querelle des Anciens et des Modernes continue d'agiter les milieux intellectuels, la culture italienne est, depuis quelques années déjà, confrontée à la diffusion de la pensée cartésienne et port-royaliste. La nouvelle méthode Iogico-mathématique, qui constitue le nerf de ces courants de pensée, bat en brèche et rapidement l'ancienne tradition de démonstration et d'argumentation rhétoriques. Voulant contrer les attaques lancées à la rhétorique, sans toutefois prendre le parti des Anciens, Giambattista Vico écrit, en 1710, le De Antiquissima italorum sapientia ex linguae latinae originibus emenda, qui propose une troisième issue à la célèbre Querelle.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 G. Duby, L'héritage, in La Méditerranée sous la direction de F. Braudel, Paris, Flammarion, 1986, p (...)
  • 2 Ibid., p. 200.

1« Durant des siècles la sève issue de la souche méditerranéenne est montée vers de nouvelles floraisons » - écrivait G. Duby1, qui rappelait que la Renaissance, « la grande, celle qui nous porte à croire encore que notre Moyen Âge fut barbare2 » n'était que la plus éclatante d'une longue série de floraisons, de renaissances qui l'ont précédée et préparée. La plus éclatante certes, mais aussi le chant du cygne. Après la Renaissance l'intérêt pour l'antiquité, pour l'héritage méditerranéen, n'a plus été animé par le même esprit d'intégration et de rénovation. Un nom, Winckelmann, et une année, 1764, date de naissance de l'archéologie, ne suffisent pas, bien entendu, à expliquer la momification d'une antiquité auparavant si vivante. Puisque les civilisations antiques naissent de leur mère méditerranée, c'est vers cette même mer qu'il faut se tourner pour comprendre. Or, depuis le début du XVIe siècle la Méditerranée n'est définitivement plus le centre du monde. Après la découverte du nouveau continent les routes du commerce peu à peu se déplacent vers le nord de l'Europe, à proximité des ports qui s'ouvrent sur l'Atlantique. Le faste des républiques marinières, qui avaient jeté les bases du formidable essor des villes italiennes à la Renaissance n'est plus qu'un lointain souvenir. Les marchandises transitent désormais ailleurs et avec elles la richesse. De nouveaux centres de pouvoir se créent, politique et économique bien sûr, mais aussi intellectuel. Au début du XVIe siècle l'Italie des Médicis incarne, selon la définition de Voltaire, l'un des deux grands âges de l'humanité. Deux siècles plus tard l'Italie suscite une relative indifférence dans le reste de l'Europe. Pire, elle doit souvent essuyer des critiques acerbes de la part des voyageurs qui continuent à la parcourir du nord au sud dans le cadre du Grand Tour, lequel demeure une étape incontournable de la formation de la jeune noblesse nord-européenne. Même au plan intellectuel l'éclat de l'Italie est sérieusement terni ; ses penseurs, ses écrivains, ses artistes n'occupent plus le devant de la scène européenne.

  • 3 Cf., G. Costa, Vico e l'Europa, Milano, Guerini e Associati, 1996, p. 24.
  • 4 Ibid., p. 24.
  • 5 Lettera del signor conte Jacopo Ricalo in difesa del libro dell'origine delle fontane del signor ca (...)
  • 6 Ibid.
  • 7 C'est ce qu'affirme significativement Paolo Mattia Doria, un noble génois installé à Naples qui exe (...)
  • 8 À ce propos il est utile de rappeler cependant, que la Querelle a vu le jour en Italie au début de (...)

2Le fait est qu'au commencement des lumières et en pleine Querelle des Anciens et des Modernes, l'Italie reste pour ainsi dire sur sa route et tourne le dos au chemin suivi par le reste de l'Europe. Submergés par l'importance de leur tradition, les Italiens revendiquent haut et fort l'importance de cette dernière au sein d'une Europe qui, opposant désormais la vérité de la raison à l'autorité de la tradition ne peut les entendre. Les intellectuels italiens, qui grâce à l'activité fédératrice de l'académie de l'Arcadia constituent une véritable communauté nationale, voient dans le désintérêt des Transalpins pour la tradition une tentative de minimiser le rôle qu'a joué l'Italie au sein de l'Europe3. Ainsi, comme le rappelle G. Costa, Jacopo Francesco Riccati, un savant vénitien de renommée européenne, n'hésite pas à accuser les collaborateurs des Acta Eruditorum Lipsiensis, une revue savante parmi les plus importantes de l'époque, « d'avoir organisé un complot contre la gloire de l'Italie, au seul motif que la revue de Leipzig a publié un compte rendu peu favorable de la Lezione accademica intorno all'origine delle fontane de Antonio Vallisnieri4 ». Bien entendu ce n'est pas une passion toute particulière pour l'ouvrage de Vallisnieri qui pousse Riccati à réagir face aux détracteurs de Leipzig. « Il paraît qu'au-delà des montagnes - écrit-il - des gens restent obstinément ligués contre l'Italie, comme en témoigne le caractère déplaisant des comptes rendus des ouvrages qui sont publiés quotidiennement chez nous et la sévérité des analyses pointilleuses dont ils font l'objet5 ». La raison pour laquelle Riccati réagit aussi vertement aux critiques des Transalpins, réside dans le respect qu'à ses yeux devraient avoir les autres pays d'Europe pour l'Italie en tant que mère civilisatrice. « Qu'ils le veuillent ou pas - écrit Riccati - notre nation a été leur guide et par deux fois les a sortis de la barbarie6 ». L'argument d'autorité qu'invoque ici Riccati est significatif du poids de la tradition qui pèse sur les intellectuels italiens confrontés à la diffusion européenne des lumières. Il exprime la très haute opinion qu'ils avaient d'eux-mêmes et d'une identité culturelle qui s'était précisément constituée autour de cet héritage gréco-romain qu'ils avaient redécouvert à la Renaissance et su transformer en une formidable source de développement des sciences et des arts. Bien qu'étant communément partagée par les intellectuels italiens de l'époque, cette déclaration de Riccati demeure toutefois un pur argument d'autorité. Que le modèle antique fût incontournable7 et que son abandon entraînât une dérive culturelle et de civilisation était une évidence telle que la célèbre Querelle ne pouvait susciter en Italie le même débat qu'elle avait soulevé en France8. C'est sans doute pour cette raison que l'une des contributions les plus originales du côté italien à la célèbre Querelle relancée par Perrault à partir de 1687 n'est que très rarement prise en compte. Il s'agit du De Antiquissima italorum sapientia ex linguae latinae originibus emenda de G. B. Vico. Un ouvrage qui tout en ne faisant aucune référence explicite à la Querelle des Anciens et des Modernes veut clairement suggérer une sorte de troisième voie, une solution dialectique à cette interminable question.

  • 9 Considerazioni del Marchese G. G. Orsi sopra la Maniera del ben pensare ne'componimenti del P. D. B (...)
  • 10 M. Fubini rappelle à juste titre qu'à côté de la Querelle des Anciens et des Modernes, il existe un (...)
  • 11 Cf., N. Badaloni, Introduzione a G. B. Vico, Feltrinelli, 1961.
  • 12 Ibid.
  • 13 Kirsti Simonsuuri, Homer's original genius, Cambridge University Press, 1979, p. 19.
  • 14 « Atque inde illud ego suspicor factum, quod, cum Hercules Pharnesianus attaque optima antiquorum o (...)

3Le De antiquissima italorum sapientia que Jules Michelet traduira en 1835 par De l'antique sagesse de l'Italie est le premier livre publié par le philosophe napolitain. Il voit le jour en 1710, sept ans après que les Considerazioni9 du marquis Orsi ont contribué à relancer en Italie la célèbre Querelle10, et un an seulement après la publication de la leçon inaugurale De nostri temporis studiorum ratione, prononcée par Vico en 1708, dans laquelle il abordait explicitement la question des Anciens et des Modernes. L'analyse de certains commentateurs tendant à exclure l'intention vichienne d'intervenir dans la Querelle11 ne semble pas justifiée. Qu'il ne s'agisse pas seulement pour Vico de proposer dans sa leçon deux différentes conceptions de la recherche scientifique 12, cela ressort clairement déjà du plan de sa dissertation. In hac dissertatione, - écrit Vico au premier point - non scientiae, sed studiorum rationes, nostra et antiquorum, comparantur. Une preuve ultérieure et pourrait-on dire définitive des intentions de Vico, nous vient du douzième point de sa dissertation qui rend aussi très explicite la position qu'entend assumer le philosophe dans la Querelle. Le titre est en effet De optimis artifìcum exemplis et Vico le divise en deux sous-parties : Quae incommoda gignant et Ut superantur incommoda ab optimis artifìcum exemplis objecta l3. Or s'il est vrai que la question de la Querelle réduite à sa plus simple expression était : « Les modernes doivent-ils copier les anciens ou doivent-ils plutôt suivre leur propre talent13 ? » et que le parti des modernes soutenait résolument la deuxième hypothèse, aucun doute n'est permis quant au parti choisi par Vico, qui considère que les modèles anciens sont une simple entrave à la libre expression de la créativité et du génie des modernes14.

  • 15 Cf., M. Fubini, op. cit., p. 140.
  • 16 En bon professeur de rhétorique Vico emprunte à la médecine toutefois l'exemple le plus clair de l' (...)
  • 17 Dans sa présentation du de Antiquissima, Bruno Pinchard remarque très justement : « Nous faisons, e (...)

4La participation de Vico au débat suscité par la Querelle au moins jusqu'en 1708 peut donc difficilement être mise en doute et cela bien qu'elle se complique pour ainsi dire d'une sous-querelle franco-italienne15. La méthode cartésienne était en effet la cible des flèches les plus acérées de Vico. Bien que sa modernité ne fût pas à prouver, Vico pourtant l'accusait d'avoir étendu l'esprit de géométrie à la physique, rendant ainsi stérile toute recherche dans ce domaine16. Or, c'est précisément l'existence de cette querelle mineure contre le dogmatisme cartésien de la raison qui doit nous conduire à lire en toile de fond dans le De Antiquissima la réponse définitive de Vico à la célèbre Querelle. En projetant sur le devant de la scène un sujet maître de son esprit pouvant établir par sa seule raison la vérité première, la philosophie cartésienne a contribué en effet de façon déterminante au renouveau du débat sur les Anciens et les Modernes en France d'abord et ensuite dans toute l'Europe. La critique de la philosophie cartésienne que formule Vico ainsi que sa proposition d'une philosophie du sujet alternative17 élaborée sur les décombres de la conception classique de la raison, est précisément l'annonce d'une nouvelle issue à la Querelle des Anciens et des Modernes, qui refuse la tabula rasa, et renvoie l'homme via la tradition à la réalité de la nature, à ses limites et à ses facultés.

  • 18 G. B. Vico, op. cit., p. 65-66.
  • 19 Cf. G.B. Vico, Riposta di Giambattista di Vico all'articolo Xdel tomo VIII del« Giornale de'lettera (...)
  • 20 Cf., G.B. Vico, De l'antique sagesse de l'Italie, op. cit., p. 137.
  • 21 Dans une note à la Préface du De Antiquissima, B. Pinchard écrit : « Par ailleurs, le latin véhicul (...)
  • 22 Pour Vico, les Étrusques étaient non seulement les dépositaires d'un savoir religieux mais égalemen (...)
  • 23 F. Nicolini remarque que dans une des rédactions intermédiaires de la Scienza Nuova, le chef d'œuvr (...)

5La tradition apparaît déjà dans le titre de l'ouvrage. Il s'agit de la sagesse quasi immémoriale des Italiens vers laquelle Vico est conduit par ses méditations sur les origines de la langue latine. Dans la préface du De Antiquissima il écrit : « Ainsi, ayant remarqué que la langue latine abondait en locutions très savantes, et que d'un autre côté, l'histoire nous atteste que les anciens Romains, jusqu'au temps de Pyrrhus, ne songèrent qu'à l'agriculture et à la guerre, j'en induisais qu'ils avaient reçu ces termes de quelqu'autre nation éclairée, et qu'ils s'en servaient à l'aveugle. De ces nations éclairées dont ils auraient pu les recevoir, je n'en trouvais que deux, les Ioniens et les Étrusques18 ». Pour Vico les Étrusques furent une civilisation issue de la culture égyptienne, beaucoup plus ancienne que la civilisation grecque. Et ce sont eux qui ont transmis à Rome les fondements de son savoir religieux19. Les Ioniens ne seraient d'ailleurs qu'une émanation de la civilisation étrusque. Pythagore en effet, serait venu en Italie attiré par leur culture et ce n'est qu'après avoir été enrichi par leur savoir qu'il aurait créé à Crotone son école. Bref, la conclusion est claire : Pour Vico la culture latine ne doit rien à la culture grecque, qui dans son expression ionienne est issue de la civilisation étrusque. B. Pinchard a raison de souligner que Vico brosse ici un portrait idéal de l'italianité20, mais la raison n'en est pas le fait que celle-ci représente une synthèse culturelle de la science grecque et de la religion égyptienne21. La véritable raison est qu'elle est la première civilisation à présenter les caractères d'une telle synthèse22. Son antériorité en fait en quelque sorte l'archétype de la civilisation gréco-romaine et au-delà de la culture occidentale23. Or par cet instrument rhétorique et herméneutique qu'est l'étymologie pour Vico, le philosophe va dégager le principe gnoséologique qu'aurait légué à la culture latine, l'antique sagesse des italiens. Ce principe, qui est explicitement énoncé pour la première fois dans le De Antiquissima et va jouer un rôle fondamental dans la suite de l'œuvre du philosophe napolitain, est résumé dans la formule du verum et factum convertuntur.

  • 24 G. B. Vico, De l'antique sagesse de l'Italie, op. cit., p. 71.
  • 25 Ibid., p71-72.
  • 26 Ibid., p72.
  • 27 Ibid., p. 75. C'est nous qui soulignons.
  • 28 Ibid., p. 76.

6« Les mots verum et factum, le vrai et le fait, se mettent l'un pour l'autre « reciprocante » chez les Latins, ou comme dit l'École, se convertissent entre eux24. » À partir de cette observation Vico affirme : « On peut donc conjecturer que les anciens Italiens admettaient la doctrine suivante sur le vrai : le vrai est le fait même, et par conséquent Dieu est la vérité première, parce qu'il est le premier créateur « factor » ; la vérité infinie, parce qu'il a fait toutes choses ; la vérité absolue, puisqu'il représente tous les éléments des choses, tant externes qu'internes, car il les contient25. » Le principe du verum-factum devient ainsi pour Vico à la fois un critère de vérité et la définition même des limites de la raison, et donc de la connaissance humaines. Ainsi Vico peut écrire : « Et de même que le vrai divin consiste en ce que Dieu, dans l'acte même de sa connaissance, dispose et engendre, de même le vrai humain consiste en ce que l'homme, dans la connaissance combine et produit pareillement. Ainsi la science est la connaissance du genre ou de la manière dont la chose se fait [...]26 ». Une affirmation qui met d'emblée l'homme face aux limites de sa connaissance (l'homme ne peut prétendre connaître ce dont il ne peut être le créateur) mais qui redéfinit en même temps les possibilités de celle-ci et ses domaines d'application (je peux connaître à condition que je sache expliquer le procédé de création). « L'homme, - écrit Vico - marchant par ces voies à la découverte de la nature, s'aperçut enfin qu'il ne pouvait atteindre, parce qu'il n'avait pas en lui les éléments dont les choses sont formées, et cela par suite des limites étroites de son esprit, pour qui toute chose est en dehors ; il sut alors utiliser ce défaut de son esprit, et par l'abstraction, comme on dit, il se créa deux éléments : un point qui pût se représenter, et une unité susceptible de multiplication. Deux fictions 27. » Bref, pour pouvoir connaître, l'homme est obligé d'inventer, de créer un univers parallèle à celui, réel, qu' il ne peut pénétrer, sa nature excédant infiniment celle de sa raison limitée. Ne pouvant définir la nature des choses, écrit Vico, le physicien « définit les mots, et, à l'exemple de Dieu, il crée à partir d'aucun présupposé (comme Dieu crée de rien) le point, la ligne, la surface28. »

  • 29 Ibid., p. 72.
  • 30 Ibid., p. 76.
  • 31 Cf., E. Cassirer, La philosophie des lumières, Fayard, 1966, p. 279.

7L'homme donc se conduit comme un démiurge mais à la hauteur seulement de ses possibilités qui sont celles de la reconstitution sous le mode de la représentation par le nom et par la figure. « Pour éclaircir ces idées par une comparaison - écrit Vico - le vrai divin est une image solide des choses, comme une figure plastique ; le vrai humain est une image plane et sans profondeur "monogramma seu imago plana ", et telle qu'une peinture29. » Au fond donc pour Vico, la science est une conséquence des limites de notre esprit. C'est précisément parce que tout est extérieur à notre esprit, parce que nous sommes dans l'impossibilité de créer aucune des choses qui constituent l'univers réel, que nous sommes contraints d'élaborer, de créer une représentation de l'univers. Ainsi les sciences les plus certaines, nous dit Vico, « sont celles qui expient le vice de leur origine, et s'assimilent comme création à la science divine, c'est-à-dire celles où le vrai et le fait sont mutuellement convertibles30 ». Or, s'il est une philosophie qui entend déterminer a priori le vrai indépendamment de toute convertibilité du verum et du factum, c'est bien la philosophie de Descartes. Il est donc naturel que Vico, tout au long du De antiquissima, multiplie ses réfutations de la philosophie cartésienne. Celles-ci toutefois ne sont pas une fin en soi pour le philosophe napolitain. Ce qu'entend démentir Vico d'une manière plus générale, c'est ce que sous-tend la méthode géométrique des cartésiens, à savoir qu'il est indispensable d'exclure du champ de la vérité tout ce qui ne présente pas le caractère d'évidence d'une idée claire et distincte. Pour les cartésiens seule la méthode géométrique permet d'avancer vers la vérité dans le domaine des arts comme dans celui des sciences, en soumettant à un seul et même principe les formes phénoménales de façon à les définir et les déduire à partir de ce principe31. Cette méthode postule le pouvoir souverain et absolu de la raison qui est à l'origine du progrès. Fort de cette méthode le parti des modernistes dans la Querelle des Anciens et des Modernes, n'a que faire de la tradition. Or, pour Vico, cette position des modernistes prête le flanc à deux objections fondamentales. La première découle directement du principe gnoséologique que nous a légué l'antique sagesse des Italiens : comment attribuer une valeur universelle à une méthode fondée sur une science, la géométrie, qui n'est vraie qu'en tant que création de l'homme ? La seconde, qui est davantage d'ordre méthodologique, consiste à exclure que l'on puisse faire uniquement référence à de pures fictions, la géométrie et les mathématiques, pour expliquer un monde, le monde physique, qui est création divine et dont la vérité excède infiniment nos capacités de détermination et de compréhension. Nous reviendrons plus loin sur la première de ces deux objections, dont les conséquences sont à l'origine de l'œuvre maîtresse de Vico, et examinerons d'abord la deuxième.

  • 32 G. B. Vico, De l'antique sagesse de l'Italie, op. cit., p. 72. C'est nous qui soulignons.
  • 33 Ibid., p. 128.

8Dieu est le Factor de la nature et, nous dit Vico, « de même que le vrai divin consiste en ce que Dieu, dans l'acte même de sa connaissance, dispose et engendre, de même le vrai humain consiste en ce que l'homme, dans la connaissance, combine et produit pareillement. Ainsi la science est la connaissance du genre ou de la manière dont la chose se fait, connaissance dans laquelle l'esprit fait lui-même l'objet, puisqu'il en recompose les éléments en en connaissant le genre32 ». Contre la physique cartésienne qui prétend saisir l'essence mathématique de la nature, Vico affirme ici la validité d'une physique expérimentale qui fut celle de Galilée, nous dit-il, et qui est au moment où il écrit celle des newtoniens33. C'est une physique fondée sur l'observation, sur l'induction et qui se propose de récréer expérimentalement le phénomène observé. Les mathématiques et la géométrie sont l'instrument d'une telle physique, elles ne sauraient être en aucun cas le principe du phénomène observé. Face à la nature l'homme est comme face à une image, il ne sait pas ce qui se cache derrière. C'est le sens de l'insistance de Vico sur le caractère bidimensionnel de la réalité naturelle pour l'homme : « l'objet est un solide relativement à Dieu qui comprend toutes choses, une surface pour l'homme qui ne comprend que les dehors ». L'homme doit composer avec l'image des choses et non pas avec l'essence de toute chose. Dès lors la relativisation de la conception cartésienne de la raison est inévitable alors que la réévaluation des facultés qui permettent de mettre à profit l'observation, de travailler avec les formes du réel, s'impose.

  • 34 Ibid., p. 122.
  • 35 Ibid., p. 122-123.
  • 36 Ibid., p. 123.
  • 37 Ibid.

9Ces facultés sont pour le philosophe napolitain la mémoire, l'imagination et l'ingenium. Ainsi Vico se réapproprie l'héritage rhétorique transmis par l'antiquité. Pour lui, l'ingenium est « la faculté d'amener à l'unité ce qui est séparé et divers », mais aussi « de saisir les relations des choses « rerum commensus », de voir ce qui est convenable, décent, beau ou honteux ». L'ingenium est donc une faculté dont le domaine d'application ne se limite pas à la physique, mais à tous les domaines de la connaissance. La différence par rapport à l'esprit cartésien est évidente. L' ingenium est une faculté synthétique, l'esprit est une faculté analytique qui prétend pénétrer tout droit vers l'essence du réel. Quant à la méthode que doit suivre l'ingenium, elle n'est certes pas géométrique. Là encore, Vico se réfère aux anciens. S'interrogeant sur la faculté certaine de savoir34, il relève que la philosophie grecque « donna rénumération suivante des facultés de savoir qui ont été données à l'homme, et des arts par lesquels chacune se gouverne ; faculté d'appréhension immédiate dirigée par la topique, faculté de juger dirigée par la critique, de raisonner par la méthode35. » Or, nous dit-il, l'étude de la géométrie contribuait bien entendu à la formation d'une manière correcte de raisonner. Mais « hors de la sphère de la géométrie, l'Antiquité pensait que l'ordre doit être confié à la prudence, qui ne se dirige par aucun art et qui est prudence par cela même. Les artisans seuls vous prescrivent de placer ceci dans un lieu, cela dans un autre, cela encore dans un troisième, manière d'agir moins propre à former un homme prudent qu'un ouvrier36 ». Raisonner selon prudence signifie reconnaître la complexité du réel et l'irréductibilité de cette complexité à une règle. Transporter la méthode géométrique dans la vie pratique écrit Vico, c'est vouloir déraisonner avec la raison. C'est « comme si l'on ne voyait pas régner dans les choses humaines le caprice, le fortuit, l'occasion, le hasard » comme si l'on voulait « marcher droit à travers les anfractuosités de la vie ». Bref, la méthode géométrique ressemble beaucoup à une simplification. L'introduire dans un discours politique, écrit-il, « c'est vouloir n'y rien mettre d'acutum, ne rien dire que ce qui se trouve sous les pas de chacun, c'est traiter ses auditeurs comme des enfants à qui on ne donne point d'aliment qui ne soit mâché d'avance ; c'est faire le pédagogue et non pas l'orateur37. »

  • 38 Dans le De studiorum rottone, Vico avait affirmé déjà ce parallèle entre stoïciens et modernes : «  (...)
  • 39 G. B. Vico, De l'antique sagesse de l'Italie, op. cit., p. 124.
  • 40 Ibid., p. 125.
  • 41 Ibid., p. 126.
  • 42 Ibid.

10Les anciens donc nous offrent la bonne méthode, la prudence. Toutefois l'Antiquité ne nous offre pas le bon modèle de raisonnement. « Toute la dialectique dans l'Antiquité, se divisait en art d'inventer et art de juger. Les académiciens se renfermaient tout entiers dans l'invention et les stoïciens dans le jugement ». Or, écrit Vico, « les uns et les autres avaient tort, car il n'y a pas d'invention sans jugement, ni de jugement sûr sans invention ». Le parallèle entre les modernistes cartésiens et les stoïciens38ne fait ici aucun doute et l'opposition aux deux écoles antiques renvoie à l'opposition de Vico aussi bien à la méthode de raisonnement des anciens qu'à celle des modernes. Nous nous trouvons ainsi face à ce que nous avons appelé la troisième voie, proposée par Vico dans la célèbre Querelle des anciens et des modernes. La topique et la critique, prises isolément, ne peuvent suffire, d'après le philosophe napolitain, à produire dans notre esprit l'idée claire et distincte d'une chose. L'idée claire et distincte n'est ni le pur produit de l'analyse, de la critique, ni celui de l'observation. L'idée claire et distincte est un produit de la synthèse d'observation et de jugement. En effet écrit Vico « comment l'idée claire et distincte de notre esprit sera-t-elle le criterium du vrai, s'il ne voit tout ce qui est dans la chose, tous ses attributs39 ? » Or la méthode pour voir tout ce qui est dans la chose est sans aucun doute la topique. « Aussi - écrit-il - les catégories d'Aristote et les topiques sont entièrement inutiles, si on y veut trouver du nouveau [...] mais si on les considère comme des index, des tables de ce qu'il faut examiner sur un sujet pour en avoir une vue claire, rien de plus fécond pour l'invention [...] ». De même, comment se fier à l'idée claire et distincte ainsi obtenue, sans avoir d'abord parcouru « avec le flambeau de la critique tous les lieux de la topique » c'est-à-dire sans s'être assuré d'avoir posé « toutes les questions que l'on peut élever sur l'objet proposé40 ». Bien entendu la notion d'inventio est ici fondamentale et elle est l'expression de la conception rhétorique de la connaissance qu'a Vico. L'objet de notre connaissance n'est rien en soi. Sa richesse ne peut être le produit d'une analyse. Cet objet devient un objet de connaissance par un acte de création. Il est ce que nous faisons de lui. Sa vérité n'apparaît qu'à la lumière d'une critique qui examine attentivement si nous avons bien réuni toute la matière nécessaire à cette création. Si les grecs n'ont pas su unir invention et jugement, nous dit Vico, c'est parce qu'ils n' avaient pas bien identifié la faculté propre de savoir. « Cette faculté est l'ingenium, par lequel l'homme a la capacité de contempler et de faire des objets semblables à ceux de sa contemplation ». L'ingenium est la faculté de l'inventio qui est acte de création et par là même de connaissance et celle-ci est d'autant plus poussée que les créateurs « franchissent ce qui se trouve sous leurs pas et vont chercher au loin des relations qui conviennent à leur sujet41. » Or pour Vico, cette vérité n'avait pas échappé à l'antique sagesse italienne qui appelait arguti ceux qui savaient démêler « dans des choses très diverses quelque rapport commun par lequel elles s'unissent42 ». La question se pose alors de savoir pourquoi, après avoir trouvé dans l'inventio une notion de connaissance qui dépasse l'opposition classique établie dans la Querelle, Vico en attribue la découverte à l'antiquité la plus reculée : à l'antique sagesse de l'Italie, semblant ainsi choisir résolument le parti des anciens. La réponse à cette question est implicitement contenue dans la première objection soulevée par Vico aux modernistes, sur laquelle il faut donc maintenant revenir.

  • 43 Ibid., p. 90.

11Suite à l'affirmation du principe gnoséologique du verum-factum. Vico critiquait la conception moderniste de la raison, notamment l'attribution à celle-ci d'un pouvoir absolu en mesure de pénétrer l'essence même de la création. Pour Vico, la physique ne peut pas être démontrée par les causes, en effet « les éléments des choses de la nature sont hors de nous. Car tout finis qu'ils sont, il n'en faut pas moins un pouvoir infini pour les disposer, les ordonner et en faire sortir leur effet43. » La vérité de la science, de toute science, est pour Vico nécessairement une vérité humaine, ce qui en réalité constitue moins une vérité épistémologique qu'une vérité proprement métaphysique. C'est pourquoi Vico, en attribuant aux anciens Italiens la découverte du principe que verum et factum convertuntur, ne parle pas d'antique philosophie, mais d'antiquissima sapientia. Le superlatif absolu nous renvoie aux origines du savoir et de la connaissance humaines. Il nous renvoie à un âge de l'humanité où la sagesse est le résultat d'une conscience encore intacte, du lien étroit entre la position qu'occupe l'homme dans l'univers et la nature, le mode de constitution de son savoir. On l'a déjà rappelé, Vico reconnaîtra dans la Scienza Nuova qu'il a fait preuve de boria de' dotti, c'est-à-dire de suffisance, en attribuant à la sagesse particulière d'une nation, ce qu'il attribuera plus tard à la sagesse vulgaire de toutes les nations. Mais l'essentiel de la pensée de Vico, qui trouvera son expression accomplie dans la Scienza Nuova, est déjà exprimé dans le De Antiquissima. C'est - peut-on croire - la boria des modernistes septentrionaux qui suscite la morgue du Vico savant, qui reconduit au centre de la Méditerranée, en Italie, la découverte du vrai principe de connaissance. D'ailleurs cela est secondaire et vraisemblablement très lié à la querelle mineure qui opposait la France et l'Italie à cette époque. Ce qui compte c'est que le retour vers cette toute première sagesse méditerranéenne n'est pas un refus de la modernité pour Vico mais un rappel de la vraie nature de la science humaine ; ce qui n'est pas, bien au contraire, un amoindrissement des facultés de l'homme. Il exprime clairement cette idée en conclusion du De Antiquissima lorsque, s'adressant à Paolo Doria, il affirme : « Voilà [...] une métaphysique convenable à la faiblesse humaine, qui n'accorde pas à l'homme toutes les vérités, et qui ne les lui refuse pas toutes, mais quelques-unes seulement ; une métaphysique en harmonie avec la piété chrétienne, qui distingue le vrai divin du vrai humain, [...] une métaphysique qui seconde "ancillantem" la physique expérimentale que l'on cultive maintenant avec tant de fruit pour l'humanité ». À la critique du pouvoir absolu de la raison correspond chez Vico l'exaltation de l'ingenium. À l'impossibilité de pénétrer les causes divines, la nécessité de se concentrer sur la causalité humaine. La destinée de l'homme n'est pas pour Vico dans la contemplation d'une vérité qui lui est naturellement forclose mais dans la construction d'une vérité qui corresponde à ce qui est bon pour l'homme.

Haut de page

Notes

1 G. Duby, L'héritage, in La Méditerranée sous la direction de F. Braudel, Paris, Flammarion, 1986, p. 200.

2 Ibid., p. 200.

3 Cf., G. Costa, Vico e l'Europa, Milano, Guerini e Associati, 1996, p. 24.

4 Ibid., p. 24.

5 Lettera del signor conte Jacopo Ricalo in difesa del libro dell'origine delle fontane del signor cav. Antonio Vallisnieri, contro l'estratto fatto di questo libro dagli autori degl'Atti Eruditi di Lipsia, dans Angelo Calogerà, Raccolta d'opuscoli scientifici e fìlologici,t. II, 1729, p. 180, cit. in G. Costa, op. cit., p. 24-25.

6 Ibid.

7 C'est ce qu'affirme significativement Paolo Mattia Doria, un noble génois installé à Naples qui exerçait une certaine influence sur la vie intellectuelle napolitaine au début du XVIIIe siècle et a qui G. B. Vico dédie le De Antiquissima. Cf.,P. M. Doria, Il Misantropo, dialogo critico nel quale l'autore, difendendo la sapienza degli antichi, critica quelle dei moderni dans Ragionamenti e paesi varie, Venezia, 1737.

8 À ce propos il est utile de rappeler cependant, que la Querelle a vu le jour en Italie au début de la renaissance lorsque surgissent les premières polémiques entre défenseurs et détracteurs du culte des anciens. La polémique atteindra son point culminant en 1620 lorsque Tassoni publiera le célèbre Paragone degli ingegni antichi e dei moderni qui sera repris en France par les Jésuites et plus tard par Descartes, Malebranche et Pascal qui contribueront ainsi à relancer sur des bases philosophiques la Querelle. Sur la question des origines italiennes de la Querelle des Anciens et des Modernes, cf. G. Margioiui, Le origini italiane de « la querelle des Anciens et des Modernes », Roma, Studium, 1953.

9 Considerazioni del Marchese G. G. Orsi sopra la Maniera del ben pensare ne'componimenti del P. D. Bouhours, Modena, Soliani, 1735, cit. in M. Fubini, Stile e unanità di G. B. Vico, Riccardo Ricciardi, Milano-Napoli, 1965.

10 M. Fubini rappelle à juste titre qu'à côté de la Querelle des Anciens et des Modernes, il existe une querelle mineure franco-italienne qui trouve son origine dans les jugements exprimés par le Père Bouhours sur les poètes italiens. Vico participe aux deux débats, qui sont d'ailleurs étroitement liés, comme en témoigne clairement sa leçon inaugurale De nostri temporis studiorum rottone. Cf. M. Fubini, op. cit., p. 140.

11 Cf., N. Badaloni, Introduzione a G. B. Vico, Feltrinelli, 1961.

12 Ibid.

13 Kirsti Simonsuuri, Homer's original genius, Cambridge University Press, 1979, p. 19.

14 « Atque inde illud ego suspicor factum, quod, cum Hercules Pharnesianus attaque optima antiquorum opera sculptorum, non item ìalysus Protogenis, nec Apelis Venus ad nos pervenerint, in sculptura multum desideretur, pictura ad summum usque perducta est. Quod si haec non ita se habent, ut dixi, quid est, quod apud Graecos, Latinos ac nostros (ut taceam de historica et oratoria, quae ad rerumpulicarum momenta convertuntur) in re poetica eadem lingua, religione et studiorum ratione vigente, optimis minores fere semper successerint? Quamobrem optima artium exemplaria prorsus deieri necesse esset, ut optimos authores haberemus. Sed, quando id barbarum et nefarium est, et paucis datum ad summa eniti, ea minoribus ingeniis serventur, qui vero beatissima indole praediti sunt, ea aspectu amittantsuo, ut optimam naturam cum optimis imitari contendant. » G. B. Vico, De nostri temporis studiorum ratione, in op. cit., p. 198.

15 Cf., M. Fubini, op. cit., p. 140.

16 En bon professeur de rhétorique Vico emprunte à la médecine toutefois l'exemple le plus clair de l'inefficacité de la méthode géométrique qui ne s'appuyant que sur la déduction ne peut apporter rien de nouveau étant donné que la conclusion est déjà contenue dans les prémisses du raisonnement. Ainsi écrit-il : « Quare, ut Galénicos non recte morborum caussas syllogismo coniicere Verulamius notabat, ita ego recentiores non recte id ipsum sorite praestare dixerim. Nam ut qui syllogismo contendit, nihil novi offert, quia in propasitione vel assuptione complexio continetur, ita qui sorite confirmat, nihil aliudfacit, quam explicat verum secundum, quod in primo latebat involutum. Atqui morbi semper novi sunt et alii, ut semper alii sunt aegrotantes. Neque enim ego idem nunc sum, qui modo fui, dum aegrotantes proloquerer : innumera namque temporis momenta iam aetatis meae praeterierunt, et innumeri motus, quibus ad summum diem impellor, iamfacti sunt. » G.B. Vico, De nostri temporis..., op. cit., p. 128.

17 Dans sa présentation du de Antiquissima, Bruno Pinchard remarque très justement : « Nous faisons, en France, toujours naître la philosophie du sujet avec l'instauration cartésienne, et c'est par rapport à Descartes que nous mesurons les apories que nous croyons y reconnaître. Il est temps d'accepter l'épreuve italienne et de rendre compte du fait qu'une philosophie du sujet a pu se constituer en un point où les architectoniques classiques ont été prises au dépourvu. La philosophie moderne du su jet se constitue sur une crise de la raison classique. L'œuvre napolitaine de 1710 rend cette évidence inoubliable ». G. B. Vico, De l'antique sagesse de l'Italie, trad. française de Jules Michelet (1835) et présentation de Bruno Pinchard, Paris, Flammarion, 1993, p. 13.

18 G. B. Vico, op. cit., p. 65-66.

19 Cf. G.B. Vico, Riposta di Giambattista di Vico all'articolo Xdel tomo VIII del« Giornale de'letterati d'Italia », dansG. B. Vico, Opere, Milano-Napoli, Riccardo Ricciardi, 1953, p. 333.

20 Cf., G.B. Vico, De l'antique sagesse de l'Italie, op. cit., p. 137.

21 Dans une note à la Préface du De Antiquissima, B. Pinchard écrit : « Par ailleurs, le latin véhicule la science ionienne, autrement dit le pythagorisme. Religion et science, un portrait idéal de l'italianité découle de ces pages, une italianité à égale distance de la Grèce qui n'est que science et de l'Egypte qui n'est que religion. » G.B. Vico, De l'antique sagesse de l'Italie, op. cit., p. 137. Dès lors on pourrait croire que le pythagorisme se développe indépendamment de la civilisation étrusque et qu'il constitue une sorte d'apport de la Grèce à la culture latine. Alors que dans la seconde réponse au Giornale de'letterati Vico dit clairement que le pythagorisme est issu de la culture étrusque. Ceci est bien entendu très important pour bien saisir le propos de Vico qui veut dans le De Antiquissima affirmer d'une part l'antériorité de la civilisation italienne en tant que civilisation accomplie et d'autre part prouver que la culture latine n'est issue que d'elle.

22 Pour Vico, les Étrusques étaient non seulement les dépositaires d'un savoir religieux mais également d'un savoir scientifique. Il écrit en effet dans la préface au De Antiquissima : « L'architecture des Étrusques, la plus simple que l'on connaisse, fournit une preuve très forte qu'ils devancèrent les Grecs dans la géométrie ». G. B Vico, De l'antique sagesse de l'Italie, op. cit., p. 66.

23 F. Nicolini remarque que dans une des rédactions intermédiaires de la Scienza Nuova, le chef d'œuvre de Vico qui mettra en discussion certaines des conclusions du De Antiquissima, le philosophe napolitain admet avoir lui-même été victime de ce qu'il appelle dans la Scienza Nuova la « boria de' dotti » que l'on pourrait traduire par la morgue des savants dont il dit aux § 53 et 127 de la Scienza Nuova qu'elle se caractérise par le fait que les savants veulent « que ce qui fait leur savoir soit aussi ancien que le monde ».

24 G. B. Vico, De l'antique sagesse de l'Italie, op. cit., p. 71.

25 Ibid., p71-72.

26 Ibid., p72.

27 Ibid., p. 75. C'est nous qui soulignons.

28 Ibid., p. 76.

29 Ibid., p. 72.

30 Ibid., p. 76.

31 Cf., E. Cassirer, La philosophie des lumières, Fayard, 1966, p. 279.

32 G. B. Vico, De l'antique sagesse de l'Italie, op. cit., p. 72. C'est nous qui soulignons.

33 Ibid., p. 128.

34 Ibid., p. 122.

35 Ibid., p. 122-123.

36 Ibid., p. 123.

37 Ibid.

38 Dans le De studiorum rottone, Vico avait affirmé déjà ce parallèle entre stoïciens et modernes : « Stoici, quibus aeque ac nostris mentem veri regulam esse placuit [...] ». G. B. Vico, De nostris temporis studiorum ratione, op. cit., p. 110. Il est repris explicitement à la fin du De Antiquissima où Vico fait correspondre « au sorite des stoïciens » « la méthode géométrique de Descartes ». G. B. Vico, De l'antique sagesse de l'Italie, op. cit., p. 51.

39 G. B. Vico, De l'antique sagesse de l'Italie, op. cit., p. 124.

40 Ibid., p. 125.

41 Ibid., p. 126.

42 Ibid.

43 Ibid., p. 90.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Davide Luglio, « Mare antiquissimum. La réponse de G. B. Vico à la Querelle des Anciens et des Modernes », Babel, 2 | 1997, 45-55.

Référence électronique

Davide Luglio, « Mare antiquissimum. La réponse de G. B. Vico à la Querelle des Anciens et des Modernes », Babel [En ligne], 2 | 1997, mis en ligne le 14 mai 2013, consulté le 27 mai 2017. URL : http://babel.revues.org/2676 ; DOI : 10.4000/babel.2676

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Babel. Littératures plurielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire Babel
  • Logo Université de Toulon
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org