Navigation – Plan du site

Du saccadé de l’expérimental à l’ampleur de la certitude, Andrea Moohead, poète de la plénitude

Delia Morris
p. 21-29

Résumé

L’auteur s’intéresse à l’évolution de la poésie en anglais d’Andrea Moorhead, avant tout poète du lieu (« a poet of place ») et de la nature, qui aime profondément le paysage du Massachussetts et y consacre beaucoup de ses vers et de ses poèmes en prose. Dans la nature changeante selon l’heure ou la saison, le poète trouve des correspondances avec les mouvements du cœur, si bien que l’un accompagne l’autre. Comme la neige et la lumière, toutes deux caractéristiques de « son » paysage, le parallélisme entre les émotions du poète et la nature revient comme fil conducteur principal tout au long de son parcours poétique.

Haut de page

Entrées d’index

Personnes citées :

Moorhead (Andrea)
Haut de page

Texte intégral

Remerciements à André Ughetto et à Geneviève Liautard pour leur précieux concours

  • 1 Ex : sa traduction de Hélène Dorion, poète québécoise, The Edges of Eight, Guernica, Toronto/New Yo (...)

1Andrea Moorhead, née à Buffalo, New York, en 1947, vit actuellement dans le Massachussetts où depuis 1977, elle est poète en résidence et professeur de langues anciennes et modernes au Deerfield Academy. Elle est rédactrice de la revue internationale Osiris, revue consacrée à la poésie souvent publiée en anglais, mais aussi dans les langues d’origine qui varient du français à l’arabe en passant par le portugais et l’allemand. Elle est aussi directrice du Deerfield Academy Press, critique littéraire et traductrice, notamment de poésie1. L’œuvre de Moorhead est publiée en anglais aux États-Unis, au Royaume-Uni, et au Nouveau-Brunswick, et en français au Québec.

2Cette courte étude propose de parcourir la partie de l’œuvre poétique de Moorhead écrite en anglais. Seront mises en évidence l’évolution du poète et de sa vision poétique non seulement à travers son point de vue et la forme que prend sa poésie, mais aussi à l’intérieur de son fort enracinement dans la nature, au travers des paysages qui lui sont familiers, dans les mouvements du temps et des saisons.

  • 2 Voir l’introduction par Frank C. Henry Jr dans The Open Gate : Four Deerfield Poets.

3Car Andrea Moorhead est avant tout un poète du lieu (« a poet of place2») et de la nature. Elle aime profondément le paysage du Massachussetts et y consacre beaucoup de ses vers et de ses poèmes en prose. Dans la nature changeante selon l’heure ou la saison, elle trouve des correspondances avec les mouvements du cœur, si bien que l’un accompagne l’autre. Comme la neige et la lumière, toutes deux caractéristiques de « son » paysage, ce parallélisme entre les émotions et la nature revient comme fil conducteur principal tout au long de son parcours poétique.

  • 3 Giacometti. Ea rue d’un seul, Tahar Ben Jalloun, Gallimard, Paris, 2006. 24

4Dans son très bel essai sur le sculpteur italien Alberto Giacometti3, Tahar Ben Jalloun écrit : « J’écris pour capter l’extrême limite du réel. Je ne peux pas faire autrement [...]. Tout est fugitif. Rien ne s’inscrit définitivement sur le marbre de l’oubli. Tout est à réinventer parce que chaque chose est incroyablement nouvelle » Dans le cas de Moorhead c’est à la fois pareil et pourtant très différent. La présence d’un paysage familier est pour elle source de maints poèmes, d’une vision constamment renouvelée du monde, d’un reflet fidèle de son âme ou de son état d’esprit, d’une confiance profonde dans la grandeur et la pérennité de ce qu’elle vit à travers les sens, que ce soit par la vue, par l’ouïe, par le toucher etc. L’invention est dans la forme que prend son expression poétique, alors que le paysage reste profondément immuable, quoique sujet aux intempéries, aux changements apportés par les différentes saisons de l’année, mais fidèle à lui-même dans le cycle sans cesse renouvelé et donc encore et toujours source d’accueil et d’inspiration.

  • 4 Voir la bibliographie chronologique à la fin du présent essai.
  • 5 « White Ash ».
  • 6 « Silence the Rain ».
  • 7 « in absentia ».

5Ainsi, dans Black Rain4, 1975, tous les poèmes du recueil ont un rythme saccadé, percé par des éclats de couleur, parfois isolés sur un seul vers ; et les couleurs sont souvent froides5 : « dark blue », « only blue », « blue and the speaking rain ice », « blue blue eyes » etc. et en juxtaposition l’une par rapport à l’autre. Le bleu est en opposition au blanc du « white white fire », « the white sweet veil » pour créer un poème produisant l’effet de glace et de feu à la fois. De même, les phrases s’enjambent d’un vers à l’autre, pour tomber vers le sol, tout comme la pluie. Les pluies obliques sont rendues à la fois par les sonorités, par les rythmes et par l’inégalité des vers, mais aussi par la présentation du poème sur la page (aucune majuscule et très peu de ponctuation). On sent par des expressions telles « before the city could mar or misshape », « before the slander could have grown too deep »6 que le poète cherche l’état premier des choses. Pour elle, la nature et l’homme vivent encore dans un équilibre périlleux où la mémoire a besoin d’apaisement que le poète cherche dans la nature autour d’elle7 :

pattern of a speech distantly
held as first and sweetly remembered,
glass and crystaline now as the frail dim light [ ...]
and the pure raw seed
spilled from another year.

6Le temps et la mémoire s’entrelacent dans un tissage de souvenirs qui surgissent du passé pour se joindre à la mélodie difforme du présent. Dans chaque poème de ce recueil il y a mouvement, un mouvement qui peut être doux ou saccadé, souvent violent (« Peribonka »). Les émotions du poète, exprimées par des adjectifs, se tiennent au cœur du poème, centre de gravité qui ramène tout vers le présent si glacial :

and a raw wild hunger
crossing time and a river
born of light
and the black early light flooding out
my hope.

7Ce n’est que dans « Maria Chapdelaine » que le poète s’exprime au passé et parle d’un autre quand elle évoque ses souvenirs ; dorénavant les vers seront marqués par une nouvelle sobriété, un ton sombre : « brooding lesson », « brooding peace », une présence de mort. Ce sont des poèmes de jeunesse mais toutes les caractéristiques de la poésie d’Andrea Moorhead sont déjà présentes : la sensualité (pas toujours voluptueuse pourtant), le côté minéral, la mise en ligne/strophe très libre, voire anarchique parfois, l’utilisation généreuse de couleurs et de contrastes, la confrontation entre passé et présent, entre l’apaisement ou la douceur et la violence qui parfois s’accompagnent.

  • 8 The Snows of Troy, hors série spécial pour un numéro de la revue Osiris.
  • 9 « page of light » in The Snows of Troy.

8Dix ans plus tard, dans The Snows of Troy8 une nouvelle maturité donne lieu à des adjectifs plus doux, à des couleurs plus riches, à une certaine sérénité. Le poète a voyagé et évoque librement d’autres paysages que les siens, des paysages urbains à Paris, à Aachen, ou ruraux dans les champs d’orge au Québec, au Niagara, dans des lieux qui appartiennent à une Amérique révolue... Le panorama est plus vaste, le regard est souvent tourné vers le ciel (plutôt que vers le sol) et le poète s’adresse à l’Autre — à un autre — dans une relation d’amour paisible où règnent le plaisir du présent, la lumière et ce qu’elle décèle, comme un vol d’oiseau au-dessus et autour d’elle9. Le recueil entier est imprégné de lumière, encore un des thèmes récurrents dans l’œuvre de Moorhead ; de chaleur aussi, même dans des couplages audacieux et paradoxaux, ex : « burning snow » , « tropical snow »...

  • 10 Plusieurs poèmes in The Snows of Troy.

9Le mouvement du verbe est plus généreux, plus ample qu’avant, on sent le poète plus à l’aise dans le monde — son monde — plus à l’aise dans ses relations à la nature, à l’homme, à Dieu. Car nous rencontrons ici des images prises directement du Christianisme et de sa liturgie : « chalice », « the Christ in stone » « where Christ has walked »10.

  • 11 « form of the land » in The Snows of Troy.
  • 12 Cf. winter light, recueil de poèmes en prose.
  • 13 Cf. « morning walk », in winter light, hommage à un vieillard écrit en célébration de sa force inté (...)
  • 14 « against the light » in Winter Light
    « This waiting has begun and it admits no other pronoun, only (...)

10Ainsi trace-t-on un parcours qui commence par le doute et le heurt — le « saccadé » du titre du présent article — pour arriver à un positionnement plus affirmé. Le poète s’est affranchi de sa vision vacillante pour se placer dorénavant dans le monde de façon beaucoup plus nette. Elle est femme croyante, amatrice de voyages, aimante, observatrice, guettant le monde qui l’entoure tout en vivant dans le concret. A partir de cette affirmation de soi, de sa relation au monde, elle assume le rôle de « passeur » ou de « passerelle » en quelque sorte11, vers le sol et les racines, avant de repartir vers ses propres racines, celles de ses origines12. Le mouvement est double. Désormais, munie d’une nouvelle confiance, elle peut regarder le monde autour d’elle et voir le passé qui l’a construite revenir sous forme de prose poétique. Ce sera souvent son mode favori d’expression, comme si le phrasé plus long, plus chantant (le terme musical n’est pas choisi par hasard) correspondait mieux à cette vision renouvelée. Se révèlent alors sa compassion pour ses semblables13, sa confiance parfois chancelante (beaucoup de points d’interrogation dans ce recueil) dans l’avenir d’une société vouée à l’obsolescence des choses (et des chaises, les « plastic chairs » et les « coding systems » i.e les « codes barres »). Les gens sont parfois vides, mais la vision poétique, la permanence du paysage naturel, peuvent contrer cette vacuité stérile, cette attente de « l’instantané ». Là encore, le poète se place dans la durée, dans le cycle du temps et des saisons. Le temps semble être un élément presque généreux et rassurant dans sa qualité inexorable, dans les tâches ménagères répétées, dans les fêtes attendues et vécues en famille, dans le passage d’une saison vers l’autre, dans le réel de la vie quotidienne. Pas de nostalgie pourtant ; plutôt un sens de valeurs authentiques dans ce regard vers son passé, que ce soit envers ses parents, ou envers les lieux et les événements de son enfance. Elle laisse ressurgir les souvenirs, les gens aimés, leur donnant tout leur poids pour qu’ils prennent leur place dans son présent et dans sa vision assez sombre du monde actuel (1994). Par ce regard, elle se donne de l’épaisseur. Reste le paradoxe de sa reconnaissance de ces origines et de leurs valeurs dans un monde de moins en moins reconnaissant de ce mode de vie dont l’ombre continue à la hanter. La foi et sa voix poétique doivent lui donner sa force14 maintenant, l’aider à consolider cette réhabilitation du passé, de son passé.

  • 15 Cf. The Open Gate.
  • 16 Titre d’un recueil de textes choisis par Marguerite Yourcenar avec photographies par Jerry Wilson, (...)
  • 17 « East of West » in Osiris 63.

11De son propre aveu, Moorhead se trouve à un carrefour, à un moment décisif dans son œuvre. Elle pourrait rester enfermée dans cette vision, refuser le conditionnel de « celui qui répondrait ». Mais au contraire, à partir de maintenant, sa poésie est définitivement ancrée dans la tradition, dans les paysages et dans l’histoire de l’Amérique du Nord, dans sa nature la plus austère, dure et douce à la fois — une nature, d’ailleurs, qui a déjà bercé de grands poètes tels Walt Whitman, Emily Dickinson etc. Il y a une nouvelle acceptation du monde, un renouvellement de la vision du poète grâce à cet héritage et à cette nature si puissante et si pure. Sa poésie commence à s’ amplifier, une densité profonde révèle un centre qui n’est pas seulement son propre cœur mais aussi la voix des autres, la dimension spirituelle aperçue partout. Le poète prend des risques, va au-delà du silence15 pour laisser la nature parler pour elle. Nous sommes devant un sentiment d’accomplissement, de mariage presque entre le visible et l’invisible, un recueillement devant l’Autre, plus grand qu’elle. Sa voix ne suffit plus mais d’autres voix prendront le relais, la voix des choses16, du cycle des saisons et de la nature. La lumière d’été percera le sol glacé. Les souvenirs, les choses simples et concrètes (les granges, par exemple, ou les melons17) passent devant nos yeux dans l’éblouissante clarté d’une vision confiante, mais humble, sereine, sensuelle, qui embrasse le monde entier tout en décrivant un lieu précis « au sud de la Route 45 ». Dans ce paysage elle trouve ce quelque chose d’« essentiel au bien-être de tous », décanté à travers les années et les événements pour devenir des bribes de vie, des vers de poèmes, recouverts de neige pendant toute une saison pour enfin émerger une nouvelle fois. Nous sommes petits devant une telle grandeur et pourtant elle confirme notre propre existence.

12Impossible de conclure ce parcours sans mentionner les qualités formelles de la poésie d’Andrea Moorhead. Elle commence par une présentation vacillante, changeante, instable, avec des vers courts, une quasi absence de ponctuation et de majuscules pour arriver à la beauté ample, charnelle dans sa volupté, des poèmes en prose tel que celui évoqué ci-dessus. Des vers saccadés comme la pluie qui tombe en lignes obliques et de la dureté glaciale des premiers poèmes, le poète passe à un froissement d’ailes, à une lumière rayonnante, à la neige qui tombe doucement. Le va-et-vient de la mémoire dans « East of West » contraste avec la profondeur de son ancrage dans le monde réel. Jamais ses poèmes ni sa prose n’ont été aussi fluides qu’ici, c’est comme une rivière qui coule paisiblement sous la lumière douce « des lazy, humid afternoons » de l’été.

13C’est le poète de la maturité qui parle, poète serein dans la certitude de sa foi et de sa place dans le monde. Plus besoin de chercher l’infini, car tout est dans l’infime détail, aussi bien que dans les rythmes incessants de la nature, dans son renouvellement inexorable aussi bien que dans les mouvements du cœur. Les paroles tranchantes des premiers poèmes laissent place au murmure du monde. Le regard plane au-delà des montagnes. Moorhead a trouvé sa réponse. Elle est chez elle, en elle, dans sa vie et dans son pays.

Poème

The shadow of Amboise flickering across the page.
how to write out of this long absence, this emptiness,
this silence at the heart of day, pulsating and waning,
wavering and surging. the forest lies black and dense.
the shadow of the evening sun across the window. i stand
against the stars, the light drained board by board. Only
the poplars are luminous, their leaves fluttering along the ridge.
only the early owl against the sky. wings where the heart can
no longer travel.

The Shadow of Amboise, #1
in A Grove of Aspen

Haut de page

Bibliographie

Marseille, mars - avril 2008

Bibliographie sélective

Andrea Moorhead poète

Black Rain, edition limitée, New York, 1975

The Snows of Troy, numéro special pour Osiris, Deerfield, Massachussetts, 1988 winter light, Oasis Books, London, 1994

From a Grove of Aspen, University of Salzburg Press, 1997. Introduction par Robert Melançon.

The Open Gate : Four Deerfield Poets, Deerfield Academy Press, Massachussetts, 2000. Introduction par Frank C. Henry Jr.

Osiris 61, December 2005 (revue dirigée par A. & R. Moorhead) Osiris 63, December 2006 Osiris 64, June 2007

Poèmes extraits des revues Fire (UK), Stride Magatine (UK)

Andrea Moorhead traductrice

The Edges of Eight d’Hélène Dorion,poèmes choisis : 1983 —1990, Guernica Press, Toronto / New York, 1995.

Do Not Disclose this Word, Jean Chapdelaine Gagnon, traduits du québécois et avec une introduction par Andrea Moorhead, Spectacular Diseases, London, 1997

Andrea Moorhead critique littéraire

Ontology of Speech : A Presentation of Yves Préfontaine’s Pays sans Parole... The French Review, vol. LIX, n° 6, May 1986

Autres

Mondes fragiles, choses frêles, poèmes 1983 — 2000 par Hélène Dorion, Editions de L’Hexagone, Québec, 2006.

Niagara par Andrea Moorhead, article critique par Carol F. Coates, The French Review, vol. 64, n° 2, December 1990.

Le Vieux Continent, récit autobiographique par Andrea Moorhead, écrit en français entre 1996 et 2000.

Haut de page

Notes

1 Ex : sa traduction de Hélène Dorion, poète québécoise, The Edges of Eight, Guernica, Toronto/New York, 1995.

2 Voir l’introduction par Frank C. Henry Jr dans The Open Gate : Four Deerfield Poets.

3 Giacometti. Ea rue d’un seul, Tahar Ben Jalloun, Gallimard, Paris, 2006. 24

4 Voir la bibliographie chronologique à la fin du présent essai.

5 « White Ash ».

6 « Silence the Rain ».

7 « in absentia ».

8 The Snows of Troy, hors série spécial pour un numéro de la revue Osiris.

9 « page of light » in The Snows of Troy.

10 Plusieurs poèmes in The Snows of Troy.

11 « form of the land » in The Snows of Troy.

12 Cf. winter light, recueil de poèmes en prose.

13 Cf. « morning walk », in winter light, hommage à un vieillard écrit en célébration de sa force intérieure.

14 « against the light » in Winter Light
« This waiting has begun and it admits no other pronoun, only i and what might answer if all else is silent. » (« Cette attente a commencé où n’est admis d’autre pronom que “je” ou celui qui répondrait si tout le reste s’est tu. »)

15 Cf. The Open Gate.

16 Titre d’un recueil de textes choisis par Marguerite Yourcenar avec photographies par Jerry Wilson, Gallimard, Paris, 1987.

17 « East of West » in Osiris 63.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Delia Morris, « Du saccadé de l’expérimental à l’ampleur de la certitude, Andrea Moohead, poète de la plénitude », Babel, 18 | 2008, 21-29.

Référence électronique

Delia Morris, « Du saccadé de l’expérimental à l’ampleur de la certitude, Andrea Moohead, poète de la plénitude », Babel [En ligne], 18 | 2008, mis en ligne le 18 juillet 2013, consulté le 30 mai 2017. URL : http://babel.revues.org/265 ; DOI : 10.4000/babel.265

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Babel. Littératures plurielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire Babel
  • Logo Université de Toulon
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org