Navigation – Plan du site
II. Amérique latine

Récits sur la folie : la légende mexicaine de la Llorona

Mélanie Roche
p. 313-327

Résumé

Le mythe de la Llorona a inspiré de nombreuses artistes et écrivaines postmodernes hispano-américaines, qui ont converti cette Femme qui pleure mexicaine en une icône identitaire plus positive que dans la tradition orale classique. Cette approche à la fois intimiste et transnationale peut déjà s’observer dans la littérature chicana des années 80 et 90. Elle concerne désormais également des musiciennes telles que Lila Downs, chanteuse de musique du monde1, ou des auteures issues d’autres groupes culturels, comme la chilienne Marcela Serrano (La Llorona, 2008).

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 2 Gloria Anzaldúa, Borderlands/La frontera.

1La vision culturelle de la femme et de l’homme au Mexique s’inspire de mythes, de stéréotypes et de rôles de genre qui ont été utilisés par différentes idéologies patriarcales et racistes. Ces représentations identitaires ont été érigées en normes sociales, familiales et morales afin de pouvoir contrôler les comportements au quotidien, tout écart à la norme provoquant l’exclusion. D’après Gloria Anzaldúa2, les Mexicains et les Chicanos s’identifient à ces images manipulées qui font d’eux un peuple en souffrance (Llorona), honteux de ses racines indiennes (Malinche) et docile (Guadalupe). Cet article concernera plus particulièrement la figure de la Llorona, moins étudiée. Comment expliquer l’attirance d’artistes et écrivaines contemporaines nord-américaines et latino-américaines envers cette Femme qui pleure présente dans la tradition orale mexicaine ? Comment se présente ce nouvel imaginaire éclairé par une conscience politique plus féminine et métisse ?

2Notre analyse, de type transdisciplinaire, se situera à la croisée de la littérature et des sciences humaines et sociales. Tout d’abord, nous retracerons différentes versions de l’histoire de ce personnage mélancolique et ambivalent, tel qu’il a été présenté dans le mythe, les légendes et les contes. Nous prolongerons cette étude par une analyse d’une chanson anonyme et toujours d’actualité, intitulée « La Llorona », qui illustre le thème de la folie féminine mais aussi celui de l’aliénation masculine. Puis l’analyse des discours de Lila Downs, une artiste mexico-étasunienne de musique du monde, permettra d’observer l’évolution du récit dans la chanson populaire nord-américaine. Nous passerons enfin de l’oral à l’écrit ; notre attention se tournera vers la littérature chicana des 30 dernières années et sur les écrits plus contemporains de la chilienne Marcela Serrano dont l’avant-dernier roman, publié en 2008, porte le titre éponyme de l’héroïne mythique.

Origines culturelles et versions populaires multiples

  • 3 Ibid., p. 31.
  • 4 Cristina González Hernández, Doña Marina (la Malinche) y la formación de la identidad mexicana, p. (...)
  • 5 Octavio Paz, El laberinto de la soledad, p. 217-218, note a.

3En 1987, l’universitaire militante chicana Anzaldúa3 constatait que, dans l’imaginaire collectif mexicain, la figure de la Mère pivotait autour de deux extrêmes radicaux, la Vierge et la prostituée. Elle mentionnait également l’existence de trois mythes hérités de la culture mexicaine antérieure ou non à la Conquête : la Llorona (la Mère assassine, souffrante, versant négatif), la Malinche (la Mère indienne, traîtresse, versant négatif) et la Virgen de Guadalupe (la Mère vierge, docile, versant positif). La Llorona renvoie autant au mythe occidental de Médée qu’aux déesses des récits indigènes ou non du Mexique4. En 1950, Octavio Paz5 présente le personnage comme un intermédiaire entre la Chingada (ou la Malinche, limitée à un symbole de trahison) et Ciuateotl, la Femme Serpent – aussi connue comme la déesse-mère Tonantzin. Plus récemment, Adriana Martínez Fernández a signalé que la Llorona incarnait une figure intermédiaire entre la Virgen de Guadalupe et la Malinche :

  • 6 Ana María Carbonell, « From Llorona to Gritona », p. 53.
  • 7 Traduit de l’anglais par Martínez Fernández.
  • 8  Adriana Martínez Fernández, « Maternidades fragmentadas : Guadalupe, Malinche y La Llorona en The (...)

Ana María Carbonell6 logra rastrear las raíces de la Llorona hasta un avatar de la diosa azteca Coatlicue, llamada Cihuacoatl, « la patrona de las parteras, […] una figura holística que unía tanto muerte como creación.7 » De esta manera, se establece una conexión entre la Llorona y Guadalupe/Coatlalopeuh (el nombre náhuatl de la Virgen). Por otra parte, si supuestamente la Malinche « traiciona » a su futura progenie, la Llorona, según la leyenda, mata a sus hijos a traición, ahogándolos.8

  • 9 Clarissa Pinkola Estés, Femmes qui courent avec les loups, p. 412.

4Clarissa Pinkola Estés, ethnologue et psychologue chicana, précise que le mythe, devenu légende, a évolué au Mexique depuis la Conquête et au fil de l’Histoire et des conflits politiques et culturels, « en assimilant les problèmes psychiques de chaque génération »9. Il appartient à la catégorie générique des :

  • 10 Ibid., p. 414.

[…] contes que les cantadoras et cuentistas […] appellent temblón, des histoires à faire frémir. Elles sont distrayantes, mais ont pour but d’éveiller dans un frisson l’auditoire à une prise de conscience conduisant à la réflexion, la contemplation et à l’action.10

  • 11 Antonia Domínguez Miguela, Esa imagen que en mi espejo se detiene, p. 66-67.

5Le récit comporte donc une dimension didactique, argumentative ; il renferme un enseignement moral et pratique. Dans son essai, Antonia Domínguez Miguela11 rappelle les versions traditionnelles les plus populaires :

6(1) Une jeune mère est abandonnée par un homme d’une classe supérieure pour une autre femme appartenant au même niveau social que l’homme. Dans certains récits, elle assiste au mariage de ce dernier couverte d’un voile noir et, à son retour, furieuse, elle noie ses trois enfants avant de se suicider. Dieu l’avertit qu’elle ne pourra entrer au paradis que si elle retrouve les âmes noyées de ses enfants. Depuis, son fantôme erre en se lamentant dans les chemins et au bord des rivières.

  • 12 Une variante est rapportée par León Portilla qui cite huit présages funestes aztèques signalés par (...)

7(2 – version plus ancienne) Une mère aztèque sacrifie ses enfants pour éviter qu’ils ne subissent la violence d’un peuple étranger, indigène ou non12.

8(3 – version postérieure à la Conquête) Une mère égoïste tue ses enfants pour vivre sans contrainte. On la compare aux âmes en peine, en attente de salut, conformément à la tradition catholique. Certains parents n’hésitent pas à menacer leurs enfants : si ces derniers se comportent mal, la Llorona viendra les chercher.

  • 13 Op. cit., p. 66.
  • 14 Alfredo Mirandé, Evangelina Enríquez, La Chicana, p. 33, cités par Antonia Domínguez Miguela, cit., (...)

9Domínguez Miguela13 relève deux thèmes essentiels aux différentes versions : la maternité et l’eau. Pour Alfredo Mirandé et Evangelina Pérez, la Llorona incarne une femme qui, volontairement ou non, « s’est écartée de son rôle de mère, femme, maîtresse, amoureuse, ou patriote »14.

Chanson traditionnelle mexicaine

10Il existe de nombreux couplets de la chanson de « La Llorona » en langue zapotèque dans la région de l’Isthme de Tehuantepec. Les couplets diffèrent au fil des interprétations et des régions ; nous en avons sélectionné quatre, traduits en espagnol. Dans ces paroles, plusieurs nouveautés peuvent surprendre. D’abord, la Llorona n’apparaît jamais comme une mère mais plutôt comme une femme fatale sacralisée et son partenaire n’est pas blanc mais noir. Par ailleurs, le yo lyrique incarne la figure d’un amoureux éconduit, qui vénère la femme mais qui lui reproche également de vouloir le tuer, en raison du mépris qu’elle lui manifeste. On assiste à une inversion des rôles dans la mesure où la personne qui aime, pleure, attend, espère et lutte est ici l’ancien compagnon, et non la Llorona. Cette dernière pouvait susciter de la pitié ; c’est désormais l’amoureux qui mérite de la compassion. L’un des facteurs de continuité avec la tradition populaire est cependant l’image d’une femme assassine :

Todos me dicen el negro Llorona
Negro, pero cariñoso
bis
Yo soy como el chile verde Llorona
Picante, pero sabroso
bis

Si porque te quiero quieres Llorona
Que yo, la muerte reciba
bis
Que se haga tu voluntad ay Llorona
Por suerte de Dios no viva
bis

Ay de mí, Llorona, Llorona,
Llorona, de ayer y hoy
bis
Ayer maravilla fui Llorona
Y ahora ni sombra soy bis

Salías del templo, un día, Llorona
Cuando al pasar yo te vi
bis
Hermoso huipil llevabas Llorona
Que la virgen te creí
bis

11En Amérique latine, il est fréquent de donner un surnom aux gens en fonction de leurs traits physiques. La périphrase « el negro », par laquelle la communauté désigne une personne à la peau plus sombre, peut être insultante et raciste mais constitue aussi parfois un surnom cordial, bienveillant. Nous rappelons que la chanson de « La Llorona » vient de la région zapotèque de l’État d’Oaxaca. L’allusion au « huipil », une blouse brodée indienne, vient signaler que la Femme qui pleure est probablement de culture indigène. Il existe en outre plusieurs communautés afro-mexicaines sur la Costa Chica, dans les États d’Oaxaca et du Guerrero. L’usage de la première personne, l’opposition sémantique entre « Todos me dicen » et « Yo soy » ainsi qu’entre la couleur sombre de la peau et celle plus verte du piment, l’utilisation de la conjonction de coordination adversative « pero » permettent de souligner la distance entre réalité et apparence, de faire de l’humour à partir du quotidien, des codes raciaux, des stéréotypes de l’africanité et de la mexicanité, et de réfléchir sur la condition humaine. La femme désirée peut causer la mort dès lors qu’on s’intéresse à elle, ce qui ne fait pas peur au yo lyrique (« Que se haga tu voluntad »). Paz, qui définit le peuple mexicain à travers des généralités et des stéréotypes dans son essai El laberinto de la soledad, affirme qu’il est habituel, dans son pays natal, de se moquer de la mort et d’être indifférent à la vie :

  • 15 Octavio Paz, cit., p. 195.

[…] nuestras canciones, refranes, fiestas y reflexiones populares manifiestan de una manera inequívoca que la muerte no nos asusta porque « la vida nos ha curado de espanto ». Morir es natural y hasta deseable ; cuanto más pronto, mejor.15

12La voix lyrique délaisse le futur pour comparer le présent avec un passé à la fois proche (« ayer ») et lointain, révolu (« fui »). La nostalgie qui émane de ces vers émeut beaucoup le public mexicain car la comparaison entre passé et présent lui rappelle son histoire collective. Les paroles construisent ainsi l’image d’une civilisation grandiose (les sociétés précolombiennes) à laquelle l’autre est indifférent aujourd’hui. Le destin individuel du personnage se transforme en métaphore de l’expérience d’une collectivité. La Llorona ouvre également la porte d’un infini sacré, marqué par un syncrétisme religieux, entre catholicisme et cosmogonie indigène, que le yo masculin se languit de découvrir. L’image féminine est topique et traditionnelle : la Llorona incarne à la fois la femme fatale qui séduit et manipule et la Vierge ou la muse, qui suscite l’extase amoureuse, divine et poétique.

Lila Downs et musique du monde

  • 16 Plusieurs femmes artistes nord-américaines de la musique du monde, comme Lhasa de Sela et Susana Ha (...)
  • 17 Lila Downs, La Sandunga et Border. La línea ; Elliot Goldenthal, Frida.
  • 18 Plus les années passent, plus le nombre d’enfants attribués à la Llorona semble décroître, la légen (...)

13À cette chanson qui véhicule un point de vue plutôt masculin, il convient désormais d’opposer une vision plus féminine et contemporaine. Lila Downs, née en 1967 à Tlaxiaco (Oaxaca) d’une mère mixtèque et d’un père originaire des États-Unis, a enregistré la chanson « La Lorona » dans trois albums16 : La Sandunga (1997), Border. La línea (2001) et Frida, 200317. Les transformations les plus manifestes entre les trois versions relèvent du choix des couplets et de l’interprétation musicale. Sur la pochette de son album La Sandunga, Downs rappelle, en espagnol puis en anglais, la dimension didactique du temblón et propose aux mélomanes deux versions assez traditionnelles de la légende. Dans la première, Downs relate une histoire d’adultères dans laquelle une femme mariée tue son amant avant de se réconforter auprès d’autres hommes et de noyer ses deux enfants18 dans la rivière. Dans la deuxième, une jeune fille disparaît dans de mystérieuses conditions, qui suggèrent un éventuel suicide :

Otra versión cuenta que una bella joven muy protegida por sus padres desaparece de su alcoba y encuentran sólo una soga colgando. Cuentan que desde entonces, a las 12 de la noche, sale en camisón largo y blanco con un pequeño bulto envuelto, y dejándolo en una puerta espantada exhala un alarido desgarrador que se posesiona de quien lo escucha.

  • 19 « La Llorona incarne quelque chose de très puissant. Il existe différentes versions. On parle parfo (...)

14Dans un reportage biographique réalisé par Boris Penth en 2001, Downs explique que la Llorona fait partie du panthéon de ses idoles mais elle convertit aussi l’image de la traîtresse, entretenue, selon l’artiste elle-même, par l’idéologie sexiste catholique, en un symbole hispano-américain de résistance, d’union et de métissage19. L’album Frida correspond à la bande originale du film Frida de l’étasunienne Julie Taymor, adaptation de la vie de Frida Kahlo (1907-54). Dans le film, Downs joue le rôle d’une amie de la peintre et elle interprète la chanson « La Llorona » avec les Mariachis de Tecalitlán au cours de la première grande rétrospective de l’œuvre de Kahlo. La scène a lieu un an avant la mort du peintre, dans la galerie de la photographe Lola Álvarez Bravo. On croyait Kahlo absente, les médecins lui avaient interdit de voyager ; elle y assiste finalement sur son lit à baldaquin. La chanson est aussi interprétée un peu plus tôt dans le film par Chavela Vargas, chanteuse née au Costa Rica et naturalisée mexicaine (1919-2012). L’interprétation se déroule dans une cantina. Vargas représente alors une personnification de la Mort. L’actrice Salma Hayek, qui joue la peintre, s’enivre en sa compagnie pour oublier les infidélités de son mari, le muraliste Diego Rivera. Un montage alterné permet de mettre en parallèle deux autres événements : la mort de Léon Trotski, l’amant de Kahlo, en 1940 à Mexico et la peinture du cadre « Las dos Fridas » un an auparavant. La chanson de « La Llorona » est alors en rapport direct avec la mort, la mort qui accable dans l’interprétation de Vargas, ou qu’on peut combattre dans la version de Downs, mais aussi avec l’identité, le double, le conflit, Vargas et Kahlo incarnant notamment le désir homosexuel féminin par leur histoire personnelle et artistique. Downs s’inscrit en partie dans cet héritage imaginaire au cours d’un entretien donné après la sortie du film :

  • 20 Traduit de l’anglais par moi-même.
  • 21 Jorge Luis Herrera, « Entrevista con la cantante Lila Downs ».

En algunas de las canciones que cantas y en algunas de las declaraciones que has hecho, se percibe un sentimiento melancólico y una íntima relación con la muerte. ¿Le cantas a la muerte?
–Sí.
Cada quien en su interior debe buscar su esencia. Uno tiende a pelearse con ella, pero hay que aceptarla : la esencia sale aunque trates de detenerla. En mi interior hay una parte muy melancólica, muy triste, muy dark [oscura20].21

Du côté des écrivaines chicanas

  • 22 Adriana Martínez Fernández, art.cit., p. 1.
  • 23 Op. cit., p. 69.
  • 24 Art. cit., p. 7.

15L’écriture chicana, née dans la continuité des mouvements des droits civiques des années 60, représente une autre tentative d’élaboration d’une alliance mexico-étasunienne ; elle exercera une influence importante sur les autres communautés de langue espagnole des États-Unis22. Pour Domínguez Miguela, l’objectif n’est pas alors simplement de sauvegarder des traditions mais de lutter pour obtenir des droits égaux à ceux des populations d’origine anglo-saxonne : « chicanos y chicanas se ven como los hijos perdidos de la Llorona, sacrificados a la cultura norteamericana »23. En 1985, Helena María Viramontes, née à Los Ángeles, publie un volume de huit nouvelles, The Moths and Other Stories, inspiré par les trois figures féminines fondatrices de l’identité mexicaine que nous avons déjà signalées. Dans cet ouvrage, les personnages comportent plusieurs facettes antagoniques qui s’opposent de façon douloureuse et la Llorona elle-même apparaît comme une mère ambigüe, qui illustre, d’après Martínez Fernández24, l’instabilité d’un monde frontalier déséquilibré.

  • 25 Citée par Antonia Domínguez Miguela, cit., p. 67.

16Deux ans plus tard, Anzaldúa, dans son essai Borderlands/La frontera, compare la Llorona à un symbole identitaire d’introspection, d’auto-définition et d’auto-affirmation pour la femme chicana. Pour Anzaldúa, un voyage dans les méandres de l’inconscient supposera aussi une confrontation, un voyage difficile dans certaines facettes obscures de l’identité féminine25. La Llorona de Pinkola Estés représente également un symbole de lutte, de créativité et d’énergie. En 1992, dans Femmes qui courent avec les loups, Pinkola Estés témoigne de l’existence, dans la tradition orale, de nombreuses adaptations du mythe en citant quelques versions qui l’ont marquée :

  • 26 Op. cit., p. 412.

La première version de La Llorona que j’ai entendue la décrivait comme la protagoniste d’une guerre contre l’Union dans les forêts du Nord-américain où j’ai été élevée. Puis, la fois suivante, il s’agissait d’une femme impliquée dans le rapatriement forcé de Mexicains des Etats-Unis dans les années 50. J’ai entendu aussi de nombreuses versions de ce conte dans le Sud-Ouest. Récemment, trois versions m’ont été données : une histoire de fantôme où l’on voit La Llorona errer en gémissant dans un camp de caravanes, la nuit ; une histoire mettant en scène une prostituée atteinte du sida qui exerce son métier près de la Town River à Austin et la troisième, la plus extraordinaire, m’a été donnée par un enfant.26

  • 27 Ibid., p. 413-14.
  • 28 La Llorona a été comparée à la Malinche et peut apparaître dans de nombreux autres rôles. Voir Domí (...)
  • 29 Op. cit., p. 417.
  • 30 Ibid., p. 414.
  • 31 Cisneros s’est intéressée à la Llorona dans Woman Hollering Creek and Other Short Stories.
  • 32 La Llorona ressemble au personnage de Toni Morrison dans le roman Beloved, une esclave qui tue ses (...)

17Cet enfant (Danny Salazar) raconte27 que la Llorona a assassiné ses deux enfants, qui étaient nés aveugles avec des mains palmées. En effet, alors qu’elle était enceinte d’un riche hidalgo qui possédait des usines, la Llorona a bu l’eau d’une rivière polluée par ces mêmes usines ; l’hidalgo l’a ensuite abandonnée pour une femme riche28. Pinkola Estés établit un lien entre le mythe de la Llorona et les thèmes de « la pollution et le tarissement du créatif et du sauvage »29. La Llorona ne peut retrouver ses enfants en raison de la noirceur de l’eau, ce qui la condamne à l’errance30. Il s’agit de retrouver en soi cette force créatrice et féminine que la Femme qui pleure noie dans la rivière, dans un acte de désespoir face à l’oppression patriarcale – l’eau incarnant un symbole universel de mort mais aussi de vie et de fertilité. En conclusion, pour Sonia Saldívar-Hull, qui s’est penchée, dans Feminism on the Border, sur les romans et nouvelles d’Anzaldúa, de Sandra Cisneros31 et de Viramontes, la littérature chicana féministe de la frontière appelle à l’affirmation d’une identité positive, à la fois transnationale et ethnique, en connexion avec les pratiques et les productions culturelles féminines, principalement celles des femmes mexicaines et celles des femmes noires aux États-Unis32.

La Llorona chilienne

  • 33 « Marcela Serrano ». Escritoras.com.

18Marcela Serrano (Santiago de Chile, 1951), autre féministe de gauche, quitte son pays natal pour Rome après le coup d’état d’Augusto Pinochet, puis revient de l’exil en 1977. Son premier roman, Nosotros que nos queremos, est publié en 1994. Après plusieurs ouvrages et six années passées sur le sol mexicain, elle adapte la légende de la Llorona en roman en 200833. L’ouvrage se compose de quatre grands chapitres dont chaque titre est dédié à une femme (« Ella », « Olivia », « Elvira », « Flor ») et d’un épilogue (« Hoy »). Le récit est mené à la première personne du singulier, ce qui permet un accès direct aux mémoires, aux pensées et aux émotions du personnage. Dans l’incipit, l’utilisation du discours direct sans guillemets ni tirets peut constituer une manière de signifier au lecteur que les paroles des autres, dans cette histoire, ne sont pas transcrites telles quelles mais reformulées à travers la sensibilité du personnage principal, une Llorona nommée Ella, à la fois singulière et anonyme :

  • 34 Marcela Serrano, La Llorona, p. 9.

Tú la mataste.
Eso me dijeron en el pueblo. Y me llamaron la Llorona.
34

  • 35 Op. cit., p. 10.
  • 36 Ibid., p. 12.
  • 37 Op. cit., p. 68.
  • 38 Op. cit., p. 23.

19Dans son livre, Serrano dénonce une société fermée sur elle-même, qui laisse peu de place à la liberté d’expression et à l’épanouissement des femmes. Ella pense que son bébé n’est pas mort, comme l’affirment ses proches, y compris son mari. Son point de vue n’est pas accepté par son entourage, qui la considère folle. Les rumeurs ne viennent qu’attiser les tensions et provoquent un dédoublement schizophrénique. Les lignes qui suivent permettent de préciser qui est le réel sujet/objet de la frustration d’Ella, sa fille (« la niña »)35, volée à l’hôpital36. À partir de l’écriture chicana, il est fréquent que les fils de la Llorona deviennent des filles, car, comme l’affirme Domínguez Miguela37, ce sont ces dernières qui ont le plus besoin d’une rédemption maternelle, pour ne pas répéter le sacrifice de leur mère. Ensuite, à travers plusieurs analepses, Ella nous livre son histoire depuis sa tendre enfance. Élevée à la campagne dans une famille pauvre, qui travaille dans une hacienda, Ella a tout d’abord peu de contacts avec l’extérieur38 ; sa mère est presque analphabète. L’enfant a la chance de pouvoir vivre un autre destin, avant de devoir se marier comme les autres. Les personnages masculins sont rares et peu aimables. À la figure du mari, anonyme, est opposée celle du Príncipe, un homme qu’Ella a rencontré dans sa jeunesse, le seul dont elle soit réellement amoureuse (p. 29-34).

  • 39 Ibid., p. 43.
  • 40 Ibid., p. 66.

20Le second chapitre (« Olivia ») porte le nom d’une avocate qui va soutenir Ella dans son engagement de militante contre le trafic d’enfants destinés à l’adoption ou à la vente d’organes. Ella revient d’abord sur son mariage, qui mit fin à ses rêves : « Volví al pueblo, sólo porque había que volver, porque el marido me quería en casa »39. Le thème de la mal-mariée se confirme. Comme dans la tradition littéraire du XIXe siècle, le mariage d’intérêt, qui répond à des injonctions sociales, n’exclut pas l’amour mais cet amour est inférieur à celui accordé au Prince Charmant40. Ella poursuit ses recherches en cachette. Elle réussit même, avec son O.N.G., à passer à la télévision. Aucun contexte socio-historique n’est donné mais le lecteur peut facilement resituer l’action à l’époque de la dictature militaire de Pinochet (1973-90). Les disparitions d’enfants, au Chili mais aussi en Argentine, furent fréquentes durant ces années noires. Depuis, de nombreux acteurs civils réclament une enquête sur ce passé immédiat pour que les coupables soient punis, pour que la justice sorte les victimes de l’oubli. Dans le roman de Serrano, le jeu de vérités/contre-vérités mené par différents gouvernements autoritaires depuis la colonisation est critiqué de façon implicite :

  • 41 Ibid., p. 60-61.

Una de las cosas que me asombra y me duele de este continente, me dijo Olivia un día, […] es que, desde siempre, todo se desvanece. Las cosas y las personas. Mira este invento de las dictaduras militares, de los presos políticos desaparecidos. Y antes, la eliminación de los pueblos originarios, de los insurgentes en las guerras de la independencia, de los mineros y los obreros en las primeras huelgas. Y ahora, hasta los recién nacidos. Siempre se desaparece en este continente.41

21Ella est enfermée dans un hôpital psychiatrique et dès lors, elle s’évertue à prouver qu’elle est saine d’esprit, dans l’espoir de faire surgir la vérité au grand jour, de dénoncer une injustice et de retrouver son enfant. Ce roman nous renvoie finalement à la seconde version populaire de la légende de la Llorona rapportée par Domínguez Miguela. Ella, comme cette mère aztèque qui se révolte contre la domination d’un peuple étranger, mène un combat contre un pouvoir tyrannique dirigé par plusieurs personnes sur une collectivité. En ce sens, la Llorona se convertit en symbole de la lutte pour les droits humains, véhiculant des valeurs non plus de mort mais de vie, de mémoire et de justice.

Conclusion

  • 42 Hub Hermans, « La migración clandestina… », p. 173-174.

22Nous avons pu ainsi comparer des versions traditionnelles mettant en scène l’icône mexicaine de la Llorona (tradition orale en prose, chanson populaire) à des récits plus modernes qui illustrent un point de vue à la fois féministe et transfrontalier (Lila Downs, les écrivaines chicanas, Marcela Serrano). Ces dernières créations s’inspirent de la tradition tout en se construisant sur une ligne de rupture, à travers une valorisation du personnage féminin, désormais actif et exemplaire, et une forte critique sociale et/ou politique. Les messages s’écartent de tout manichéisme. La littérature, par exemple, ne propose pas de victoire finale du bien contre le mal, à travers une inversion des rôles et une vengeance classique ; la fin est ouverte, les personnages sont multidimensionnels42.

Haut de page

Bibliographie

Anzaldúa, Gloria. Borderlands/La frontera. San Francisco : Spinsters/Aunt Lute, 1987.

Carbonell, Ana María. « From Llorona to Gritona ». Melus 4.2. (summer 1999) : 53-74.

Cisneros, Sandra. Woman Hollering Creek and Other Short Stories. New York : Vintage, 1991.

Domínguez Miguela, Antonia. Esa imagen que en mi espejo se detiene. Huelva : Universidad de Huelva, 2001.

González Hernández, Cristina. Doña Marina (la Malinche) y la formación de la identidad mexicana. Madrid : Encuentro, 2002.

Hermans, Hub. « La migración clandestina en la literatura chicana ». Literatura y pateras. Ed. Dolores Soler-Espiauba. Madrid : Universidad Internacional de Andalucía/AKAL, 2004, 157-176.

Herrera, Jorge Luis. « Entrevista con la cantante Lila Downs ». Sepiensa.org.mx. Consulté le 10 août 2004 :
http://sepiensa.org.mx/contenidos/s_lila/lila1.htm.

León Portilla, Miguel. Visión de los vencidos. México: UNAM/D.G.S.C.A./Coordinación de Publicaciones Digitales, 2003. Consulté le 10 novembre 2012 : http://www.revistakatharsis.org/vencidos.pdf.

« Marcela Serrano ». Escritoras.com. 26 de agosto 2010. Consulté le 8 mars 2012 : http://www.escritoras.com.

Martínez Fernández, Adriana. « Maternidades fragmentadas : Guadalupe, Malinche y La Llorona en The Moths and Other Stories ». VII° Jornadas Andinas de Literatura LatinoAmericana. Août 2006. Consulté le 10 août 2012 :
http://www.jallaonline.org/filebrowser/download/585.

Mirandé, Alfredo et Evangelina Enríquez. La Chicana. Chicago : University of Chicago Press, 1979.

Morrison, Toni. Beloved. New York : Alfred A. Knopf, 1987.

Paz, Octavio. El laberinto de la soledad. Madrid : Cátedra, 2009.

Pinkola Estés, Clarissa. Femmes qui courent avec les loups. Trad. Marie-France Girod. Paris : Grasset & Fasquelle, 1996 [1992].

Saldívar-Hull, Sonia. Feminism on the Border. Berkeley : University of California Press, 2000.

Serrano, Marcela. La Llorona. Barcelona : Planeta, 2008.

Viramontes, Helena María. The Moths and Other Stories. Houston : Arte Público Press, 1985.

Discographie :

Goldenthal, Elliot. Frida. Deutsche Grammophon, 2003.

Downs, Lila. La Sandunga. Narada World, 2003 [1997].

Downs, Lila. Border. La línea. Narada World, 2001.

Vidéographie :

Penth, Boris. Lila Downs. I’m only a Butterfly. Munich : 2001.

Taymor, Julie. Frida. États-Unis, Canada, Mexique : 2002.

Haut de page

Notes

2 Gloria Anzaldúa, Borderlands/La frontera.

3 Ibid., p. 31.

4 Cristina González Hernández, Doña Marina (la Malinche) y la formación de la identidad mexicana, p. 155.

5 Octavio Paz, El laberinto de la soledad, p. 217-218, note a.

6 Ana María Carbonell, « From Llorona to Gritona », p. 53.

7 Traduit de l’anglais par Martínez Fernández.

8  Adriana Martínez Fernández, « Maternidades fragmentadas : Guadalupe, Malinche y La Llorona en The Moths and Other story », p. 2.

9 Clarissa Pinkola Estés, Femmes qui courent avec les loups, p. 412.

10 Ibid., p. 414.

11 Antonia Domínguez Miguela, Esa imagen que en mi espejo se detiene, p. 66-67.

12 Une variante est rapportée par León Portilla qui cite huit présages funestes aztèques signalés par les informateurs de Bernardino de Sahagún dans le Codex de Florence. Ces présages apparurent aux Mexicas, notamment à Moctezuma II, une dizaine d’années avant le débarquement des colons espagnols. La sixième prédiction semble faire allusion à Cihuacoatl ; cette dernière pleure, crie et recherche désespérément un refuge pour elle et ses enfants. Voir León Portilla, Visión de los vencidos, p. 23.

13 Op. cit., p. 66.

14 Alfredo Mirandé, Evangelina Enríquez, La Chicana, p. 33, cités par Antonia Domínguez Miguela, cit., p. 67. Traduit de l’anglais par moi-même.

15 Octavio Paz, cit., p. 195.

16 Plusieurs femmes artistes nord-américaines de la musique du monde, comme Lhasa de Sela et Susana Harp, d’origine mexicaine, ont inclus le personnage de la Llorona dans leur projet artistique.

17 Lila Downs, La Sandunga et Border. La línea ; Elliot Goldenthal, Frida.

18 Plus les années passent, plus le nombre d’enfants attribués à la Llorona semble décroître, la légende s’adaptant ainsi aux mutations démographiques et sociales.

19 « La Llorona incarne quelque chose de très puissant. Il existe différentes versions. On parle parfois d’une femme indienne qui se sent trahie par un Espagnol. Elle se rend compte qu’il est amoureux d’une autre femme et en conséquence elle le tue ainsi que les enfants qu’elle a eus avec lui. Et c’est sa force, c’est ce qui lui donne de la force. Le message qu’elle délivre à l’homme est le suivant : “Voyez comme je suis forte ! Je peux tuer mes enfants.” Je vois de la force dans cet acte parce qu’un bon nombre de gens disent : “Oh ! C’est l’histoire d’une femme…”, vous savez, je pense aux catholiques, “quelle femme horrible ! Elle tue ses enfants. C’est un fantôme et elle vient hanter les hommes. Elle les séduit puis elle les tue.” Donc il existe ces différentes versions parallèles mais ce qui rend ce morceau si universel, c’est qu’il traite d’une certaine façon du mélange des cultures indiennes et espagnoles. » Boris Penth, Lila Downs. I’m only a Butterfly. Traduit de l’anglais par moi-même.

20 Traduit de l’anglais par moi-même.

21 Jorge Luis Herrera, « Entrevista con la cantante Lila Downs ».

22 Adriana Martínez Fernández, art.cit., p. 1.

23 Op. cit., p. 69.

24 Art. cit., p. 7.

25 Citée par Antonia Domínguez Miguela, cit., p. 67.

26 Op. cit., p. 412.

27 Ibid., p. 413-14.

28 La Llorona a été comparée à la Malinche et peut apparaître dans de nombreux autres rôles. Voir Domínguez Miguela, cit., p. 68, note 73. Elle est aussi la Femme Squelette des contes inuits ou la Dame Blanche occidentale.

29 Op. cit., p. 417.

30 Ibid., p. 414.

31 Cisneros s’est intéressée à la Llorona dans Woman Hollering Creek and Other Short Stories.

32 La Llorona ressemble au personnage de Toni Morrison dans le roman Beloved, une esclave qui tue ses enfants pour qu’ils ne soient pas asservis à leur tour.

33 « Marcela Serrano ». Escritoras.com.

34 Marcela Serrano, La Llorona, p. 9.

35 Op. cit., p. 10.

36 Ibid., p. 12.

37 Op. cit., p. 68.

38 Op. cit., p. 23.

39 Ibid., p. 43.

40 Ibid., p. 66.

41 Ibid., p. 60-61.

42 Hub Hermans, « La migración clandestina… », p. 173-174.

1 Le terme de musique(s) du monde soulève des polémiques chez les scientifiques ; cependant, le mot est entériné par l’UNESCO. Il désigne une étiquette commerciale mais aussi un mouvement musical et culturel contemporain.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mélanie Roche, « Récits sur la folie : la légende mexicaine de la Llorona », Babel, 26 | 2012, 313-327.

Référence électronique

Mélanie Roche, « Récits sur la folie : la légende mexicaine de la Llorona », Babel [En ligne], 26 | 2012, mis en ligne le 08 mars 2013, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://babel.revues.org/2604 ; DOI : 10.4000/babel.2604

Haut de page

Auteur

Mélanie Roche

LIRA/ERIMIT (EA 4327 - Université de Rennes 2) BUAP I.C.S.y H., Mexique

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Babel. Littératures plurielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire Babel
  • Logo Université de Toulon
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org