Navigation – Plan du site

Présentation

André Ughetto
p. 9-16

Texte intégral

1Qui propose un travail se dispose à le faire. C’est ainsi que j’ai peut-être imprudemment accepté la charge de celui-ci. Mais par son appellation même, il était fatal, ou plutôt nécessaire, que la revue Babel finisse par s’intéresser au phénomène du bilinguisme (sinon au plurilinguisme encore mieux en adéquation avec la légende biblique) : ce numéro est donc en grande partie consacré à l’examen, à partir de quelques exemples, du bilinguisme en matière de poésie.

2On se souvient qu’un brillant colloque avait réuni à la Faculté des lettres et sciences humaines du Var, en mars 1999, sous la direction d’Isabelle Felici, des spécialistes du bilinguisme qui avaient eu pour objectif, énonçait la quatrième de couverture des Actes édités par Champion en 2000, « d’étudier différentes situations d’enrichissements, de pertes ou de conflits dues au contact entre les langues », que ce contact résultat] de déplacements, de phénomènes migratoires, ou de l’usage de plusieurs langues sur un même territoire pour des raisons historiques, politiques » etc. Les langues et les zones géographiques concernées (Provence et autres régions de France, différents pays d’Europe, Amérique du nord et du sud, Afrique du nord, Proche-Orient) avaient mobilisé des chercheurs en différentes disciplines : linguistique, sociolinguistique, littérature, langues, histoire, géographie, sociologie.

3On ne trouvera rien de tel dans ce nouvel ouvrage dont le projet nous a d’abord été suggéré par la découverte de deux poètes américaines qui écrivent avec un égal talent leurs poèmes en anglais et en français, sans d’ailleurs que les uns soient une traduction des autres. C’est par leurs témoignages et leurs poèmes que nous commencerons à avancer dans la découverte de notre sujet d’étude.

4Andrea Moorhead, née à Buffalo dans l’État de New York en 1947, est professeur de littérature moderne et classique (latin-grec) à l’académie de Deerfield, Massachusetts. Elle a publié une dizaine de livres de poésie en anglais et une demi-douzaine en français. Sa proximité géographique avec le Canada lui fait entretenir des rapports d’amitié et de collaboration avec des auteurs québécois francophones tels que Joseph Bonenfant (les éditions Écrits des Forges ont fait paraître sous leurs noms associés un recueil de leur correspondance, Entre nous la neige) ou Hélène Dorion, dont elle a traduit des poèmes en anglais. Ses textes sont souvent accueillis dans les revues Autre Sud et Les Archers dont les équipes de rédaction sont marseillaises. Ses livres en français paraissent aux Écrits des Forges en collaboration avec les éditions Autres Temps (basées non loin de Marseille, à Gémenos). Andrea Moorhead dirige d’autre part la revue poétique internationale Osiris, aux côtés de Robert Moorhead, son mari peintre et dessinateur, qui en assure les aspects graphiques ; dans cette publication se confrontent des auteurs du monde entier, chacun dans sa langue, le plus souvent d’origine européenne. Babélienne dans sa diversité si l’on veut, mais d’une pérennité que le mythe n’accorde pas à la Tour, Osiris va sur ses 37 années d’existence en 2009 (première parution en 1972) et vers son 67e numéro (au moment où nous mettons sous presse).

5Beryl Schlossman, quant à elle, est née à New York. Nous l’avons rencontrée quand elle était pensionnaire, en 2006-2007, de la Fondation Camargo à Cassis au cours d’une année « sabbatique » que lui avait consentie l’université de Carnegie Mellon à Pittsburgh où elle est professeur de lettres et arts. Elle écrit des poèmes, des nouvelles, des essais critiques sur la littérature moderne et l’art. Un recueil de ses poèmes (traduits par Jean-Michel Rabaté) intitulé Angelus Novus est paru en France en 1995 chez Ulysse Fin de Siècle (devenu Éditions Virgile, à Fontaine-lès-Dijon). Mais désormais elle écrit dans les deux langues. En attendant de rejoindre de nouveaux volumes, ses poèmes les plus récents sont parus dans des revues américaines ou françaises (parmi ces dernières : Ν 4728, revue nantaise, ha Traductière, ARPA...). En 2000, ses traductions de poèmes d’Apollinaire ont fait l’objet d’une projection sur écran à Londres et à Hambourg pour la mise en scène d’un opéra danois de Per Nxrgaard, intitulé Nuit des Hommes.

6Ces deux auteurs nous ont chacune confié un écrit autobiographique dans lequel apparaissent leurs motivations pour la pratique de leur « double langage » poétique. La production assez abondante et régulière de livres d’Andrea Moorhead en français comme en anglais appelait une appréciation critique sur les deux pentes linguistiques de son inspiration (articles de Delia Morris et de votre serviteur). Quelques poèmes tirés des œuvres auxquelles nous avons eu accès éclairent, nous l’avons déjà dit, la démarche de ces deux poètes.

7Que ce soit sous la forme d’un entretien pour le premier, ou d’un article de présentation pour le second, Daniel Aranjo, de l’Université du Var, et Jean-Max Tixier — poète, romancier, essayiste — nous font respectivement découvrir en Théo Crassas, de nationalité grecque, et Vénus Khoury-Ghata, d’origine libanaise, deux auteurs que leur éducation par des familles où l’un des parents au moins était francophone ont poussés à user du français lorsqu’ils se sont mis à l’écriture poétique, conjointement à leur expression dans leur langue véritablement « maternelle ».

8Grand connaisseur de Fernando Pessoa dont il a établi l’édition des œuvres poétiques dans la Bibliothèque de la Pléiade, Patrick Quillier, professeur de littérature comparée à l’Université de Nice, traducteur (entre autres) du portugais et du hongrois, et poète lui-même, examine ensuite, sur son versant francophone, la polyglossie de l’écrivain portugais, fameux pour sa pratique de l’hétéronomie littéraire, puisqu’il s’est créé plusieurs identités et personnalités poétiques tout au long de sa carrière d’écrivain.

9Jusque là notre assemblage de textes semble privilégier le caractère attractif de la langue française vis à vis d’un certain nombre de poètes d’origine étrangère. Qu’en est-il pourtant de ceux qui, en France (appellation comprenant l’extension de notre territoire métropolitain aux Dom-Tom), vivent l’antagonisme entre leur langue régionale et celle de la nation rassemblée, instrument constant d’une « guerre » qui a frappé et continuerait à frapper d’interdit les dialectes heurtant le dogme de la république une et indivisible ? Serge Bec, poète en langue d’oc (d’ailleurs traduit par lui-même en un français de belle facture) exprime l’humeur que lui inspire cette situation oppressive, cependant que Jacques Lovichi, qui n’écrit ses poèmes qu’en français et ne revendique pas pour lui-même une reconnaissance de « corsitude », nous invite à lire quelques-uns des poètes de l’Île de Beauté illustrateurs actuels de la langue corse. Dans ces deux cas, le bilinguisme instauré par la pratique créatrice de la langue régionale apparaît comme une figure de résistance face à la langue restée dominatrice qu’est le français. Notre enquête pourrait s’étendre indéfiniment en direction des langues créoles vivaces dans les îles et sur les rives de tous les océans ; elle se réduit ici à deux exemples hexagonaux, fruits d’une politique éducative étendue par la France à toutes ses possessions depuis l’instauration de la IIIe République et de l’enseignement obligatoire (même s’il ne l’a pas été partout).

  • 1 Lost in Translation, 2002, sortie en France en 2004.

10Pourtant « le bilinguisme, c’est cela, c’est avant tout la faculté — certainement pas innée — de pouvoir entendre l’autre, de pouvoir (un peu, comme on dit) se mettre à sa place », nous confie Jean-Charles Vegliante, professeur à la Sorbonne Nouvelle - Paris 3, récompensé cet automne 2008 par le prix Halpérine-Kaminsky de la Société des Gens de Lettres pour l’ensemble de son œuvre de traducteur de l’italien, à l’occasion de la nouvelle traduction de ha Comédie dantesque, enfin achevée (pour ce qui le concerne) avec la parution du Paradis, aux éditions de l’Imprimerie nationale. Il n’empêche : traducteur et poète, malgré les honneurs qui viennent de lui être décernés, Vegliante, se déclare assez drôlement « perdu en translation », comme dans le film de Sofia Coppola1, lorsqu’il s’interroge sur le trouble résultant de sa bi-appartenance linguistique.

11Et du « franco-urugayen » Jules Supervielle, qu’en fut-il ? Dans cette deuxième contribution de sa plume, Daniel Aranjo évoque l’hispanité de ce merveilleux poète, écartelé entre Oloron-Sainte-Marie dans le Béarn et Montevideo où il naquit, d’où il partit à l’âge de huit mois, mais revint deux ans plus tard, pour y être éduqué par son oncle paternel et sa tante, après la mort accidentelle de ses parents. De ce drame originaire résulte un « vertige identitaire » et une musique parfois espagnole en arrière-plan de la poésie constamment française de l’auteur de Débarcadères, Gravitations, Les Amis inconnus...

12D’une universitaire italienne, Teresa Papparella, passionnée par l’œuvre d’Yvan Goll, et auteur d’un mémoire où elle se livre à des recherches biographiques très précises, nous avons reçu des pages évocatrices du bilinguisme, voire du trilinguisme du poète, né dans une famille juive à Saint-Dié-des-Vosges en 1891, mais devenu allemand par naturalisation à l’âge de six ans quand sa mère vint s’installer à Metz, alors sous administration germanique. Le nom d’Yvan Goll (en vérité un pseudonyme pour Isaac Lang) est aujourd’hui associé à un prix international de poésie francophone, décerné chaque année au mois de juin sur le podium du Marché de la poésie place Saint-Sulpice à Paris. Avant de disparaître en 1950, sous l’atteinte d’une leucémie, Yvan Goll avait démontré sa capacité à s’exprimer avec un égal bonheur dans sa langue maternelle, le français, et dans ses deux langues d’adoption, l’allemand, dès l’enfance, et plus tard l’anglais (de 1939 à 1945, au cours de son exil aux États-Unis).

13C’est sur ma demande un peu tardive qu’Esther Orner et Rachel Samoul, enseignantes à l’Université de Tel-Aviv, poètes et nouvellistes elles-mêmes, se sont intéressées au problème du bilinguisme poétique en leur pays. La complexité de la situation en Israël aboutit à concilier la langue nationale, fondée sur le vieil hébreu rappelé de l’oubli et réveillé dans la modernité, avec la pratique de langues aussi diverses qu’a pu être ou est encore le peuplement de l’État par ses vagues d’immigration et les injonctions à l’alya (ou « retour ») qui les précèdent. « Écrire des poèmes dans l’entre-deux » (linguistique) est pour beaucoup de candidats à l’écriture le résultat d’un choix sans doute conditionné par des origines familiales ou géographiques, mais aussi d’une adaptation volontaire et personnalisée à la mosaïque des langues juxtaposées dans le pays. Avec cet article, notre lecture quitte la vision jusque là franco-centrique du bilinguisme (ou du trilinguisme) en question.

14Alice Cheylan, chargée de cours à l’Université du Var, nous y ramène, qui évoque les « images littéraires persistantes chez les écrivains bilingues » en s’appuyant sur des écrits de prosateurs : Nancy Huston, Anaïs Nin, Julien Green, Jonathan Littell. Si elle quitte le domaine proprement dit de la poésie, elle rencontre, comme au début de notre ouvrage, des auteurs qui ont la double expérience de l’anglais et du français. Ses propos pourraient d’ailleurs convenir à l’explication de singularités observables chez des poètes écrivant dans notre langue mais d’une autre culture que la française : le décalage vécu entre les mots pour la dire et l’expérience enracinée en d’autres façons de vivre — qui caractérise les acteurs de la francophonie venus de ses lointains (naguère un Césaire ou un Senghor, aujourd’hui un Édouard Glissant, un Nimrod, pour ne citer qu’eux) — nous donne encore plus matière à réfléchir lorsque l’écrivain se meut au quotidien dans un milieu linguistiquement différent de sa pratique d’écriture.

15Nous rangeons dans nos Varia deux apports plus obliques : un premier qui touche à l’histoire théâtrale d’un pays étranger, s’agissant des « implications de la première traduction slave de Molière sur le plan du bilinguisme géo-historique », par Bostjan Marko Turk, professeur à Ljubljana ; un second sur « Ducasse iconoclaste » par le doctorant Emmanuel Rousse, lequel met en évidence l’existence de deux manières opposées dans les œuvres de Lautréamont. Ce serait là, si l’on veut absolument justifier la parution de ce bel article sous la bannière de notre titre général, un « bilinguisme » d’autre sorte, établi sur un contraste d’ordre stylistique. Mais nous jouons ici, reconnaissons-le, sur l’ambiguïté même du sens du mot « langage ».

  • 2 À lire sur cette idée les pages éclairantes de Jean-Charles Vegliante (« De l’entre deux langues à (...)

16Cette série de constats n’appelle pas de savantes déductions pour conclure, mais nous incite à formuler le conseil, à l’intention de tous ceux qui vivent en poésie (sinon de poésie !), ou simplement à tous ceux qui l’aiment, de mettre — s’ils n’en ont pris déjà l’habitude — leur inspiration ou leur amour de la poésie à l’épreuve d’une ou plusieurs langues étrangères. La poésie est de toute façon la langue d’un exil2. L’exercice de la traduction est un premier pas dans l’apprentissage des difficultés inhérentes à un échangisme linguistique, s’il m’est permis de conférer cette acception à ce vocable. De grands poètes ne se sont qu’avec prudence aventurés dans une « autre » langue qu’ils connaissaient pourtant bien. Ainsi de Rilke : l’auteur des Élégies de Duino, pendant un temps appréciable secrétaire du sculpteur Rodin, n’a produit ses Vergers directement en français qu’à une heure tardive. D’autres, parfaitement bilingues dès leur jeunesse, laissent dans leur œuvre les traces de leurs hésitations. Ungaretti, selon le même article de Vegliante affirmant de la poésie qu’elle est un langage d’exilés (au sens tout autant physique que métaphysique), a essayé en français les accords de sa lyre, avant de choisir définitivement l’italien. Dante et Pétrarque, qui inventèrent cette langue, durent eux-mêmes s’arracher aux fastes de leur latin plus ou moins clérical ou à la tentation de parler le provençal que ses réussites en « amour courtois » rendaient prestigieux. Les conflits nés de leur bilinguisme ou parfois de leur trilinguisme (langue de la nourrice, langues ou dialectes étrangers mais proches, latin langue officielle.) ne trouvèrent chez eux leur résolution que par la sublimation poétique. Pétrarque, couronné prince des poètes pour son œuvre latine, passe à la postérité avec un italien promu depuis peu, par les poètes du dolce stil nuovo, et Dante lui-même, comme une langue de culture.

17L’histoire littéraire est remplie de ces exemples. Ils prouvent tous qu’un grand écrivain peut le rester dans une langue nouvelle. A des poètes qui finiraient par « tourner en rond » dans le système qui leur a d’abord réussi, on ne peut que suggérer le transfert de leurs « transports » poétiques d’une langue à une autre. Ils sauront mieux ainsi la nature du socle originel d’où ils ont d’abord pris leur élan : rien ne vaut pour se connaître que la confrontation avec l’Autre. Cet effort exigera peut-être une relecture et une révision éventuelle par un poète ami, ressortissant de la langue nouvellement adoptée. Ce genre de service ne se refuse pas.

18Coutumier du fait, Jacques Darras est poète, essayiste, traducteur. Il a reçu une formation en littérature classique, philosophie et littérature anglaise (École normale supérieure et Sorbonne) et exerce ses fonctions d’enseignant à l’Université de Picardie. Dans la revue inhui qu’il a fondée à Amiens, en 1978, il a, certes, publié nombre de poètes français mais aussi beaucoup de poésie américaine moderne et contemporaine dont il est grand connaisseur (Ezra Pound, William Carlos Williams, Charles Olson), tandis que sa poésie propre fait écho à l’enthousiaste Walt Whitman, dont il a traduit les Feuilles d’herbes. C’est en Européen convaincu, responsable d’anthologies des poésies britannique, allemande, espagnole et russe, qu’il fait bénéficier ses propres poèmes de sa curiosité pour toutes les langues étrangères — à l’instar d’un Joyce (Finnegans Wake) ou du Pound des Cantos. Et maintenant, outre l’anglais et le néerlandais, dont les locuteurs sont de son voisinage géographique, puisqu’il est né près de l’estuaire de la Maye en Picardie, il acclimate dans sa poésie des expressions espagnoles et italiennes. D’un séjour récent à Gênes il a ramené des textes drolatiques, mêlés d’italianismes ou écrits entièrement en italien. Son amicale générosité nous a fait don de quelques-uns d’entre eux, qui feront office de « conclusion », nous voulons dire d’« ouverture ».

Haut de page

Notes

1 Lost in Translation, 2002, sortie en France en 2004.

2 À lire sur cette idée les pages éclairantes de Jean-Charles Vegliante (« De l’entre deux langues à une langue de plus ») dans le volume d’Actes, Bilinguisme, Enrichissements et conflits évoqué en tête de notre introduction.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

André Ughetto, « Présentation », Babel, 18 | 2008, 9-16.

Référence électronique

André Ughetto, « Présentation », Babel [En ligne], 18 | 2008, mis en ligne le 11 octobre 2012, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://babel.revues.org/260

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Babel. Littératures plurielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire Babel
  • Logo Université de Toulon
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org