Navigation – Plan du site

Francisco Albizú Labbé

Professeur des Universités, Francisco Albizú Labbé enseigne la littérature et la civilisation latino-américaine à l’Université du Sud. Il est l’auteur d’une thèse d’État intitulé Identité culturelle et ethnohistoire américaine. L’indien dans la formation de la nationalité chilienne. XVIe-XVIIe siècles (Université de Nice-Sophia Antipolis, 1991). Il a coordonné le n° 13 de la revue Babel parut en 2006, Figures de la disparition dans le monde hispanique et latino-américain. L’orientation générale de sa recherche, de la majorité de ses travaux, articles et communications, traite de la question indienne en Amérique latine et, plus particulièrement, de la problématique de l’indianité dans l’espace culturel, historique et national, chilien et latino-américain.

Karim Benmiloud

Ancien élève de l’École Normale Supérieure de Fontenay/Saint-Cloud, Karim Benmiloud est agrégé d’espagnol, docteur ès-lettres et habilité à diriger des recherches. Il est l’auteur d'une thèse intitulée Vertiges du roman mexicain contemporain : Salvador Elizondo, Juan García Ponce, Sergio Pitol (Paris 3 - Sorbonne Nouvelle, 2000) et de nombreux articles portant sur la littérature mexicaine contemporaine (Juan Rulfo, Rosario Castellanos, Carlos Fuentes, Sergio Pitol, Jorge Ibargüengoitia, José Emilio Pacheco, Carmen Boullosa, Paco Ignacio Taibo II). Avec Raphaël Estève, il est l’auteur de Les astres noirs de Roberto Bolaño (Presses Universitaires de Bordeaux, 2007) et de Homenaje a Sergio Pitol (Actas del coloquio de Burdeos 2008), à paraître aux Presses Universitaires de Bordeaux en 2009. Après avoir été Maître de Conférences à l’Université Michel de Montaigne - Bordeaux 3 de 2001 à 2008, il est aujourd’hui Professeur de littérature hispano-américaine à l’Université Paul Valéry - Montpellier 3.

Jordi Bonells

Agrégé d’Espagnol, Jordi Bonells est Professeur des universités depuis 1998. Auteur, entre autres, de Jorge Luis Borges : les références de l’ombre, Université de Nice, 1989 ; Histoire de la littérature catalane, Paris, PUF, 1994 ; L’Espagne, Paris, Flammarion, 1998 ; Le roman espagnol contemporain (1939-1999), Paris Nathan, 1999 ; Les nationalismes espagnols (1876-1978), Paris, éd. du Temps, 2001 ; L’Espagne des Espagnols, Paris, Liana-Lévi, 2001 ; Esperando a Beckett, Madrid, El funambulista, 2006. Il dirige actuellement un Dictionnaire des littératures en langue espagnole, à paraître dans la collection Bouquins, Robert Laffont.

Abelardo Castillo

Romancier, nouvelliste et essayiste argentin, Abelardo Castillo est né le 27 mars 1935 à Buenos Aires. À quinze ans, alors qu’il se destine à la prêtrise, il perd la foi. Il avouera plus tard que sa pensée mêle christianisme, anarchisme et communisme. En 1959, il publie sa première nouvelle « Vilvedor », qui lui vaut un prix décerné par un jury composé de Jorge Luis Borges et d’Adolfo Bioy Casares. Il fonde les revues El grillo de papel (1959-1960) à qui il donne sa nouvelle « El marica », El escarabajo de oro (1961-1974) et El ornitorrinco (1977-1987), ces deux dernières en compagnie de Liliana Heker. Il publie des nouvelles dans divers journaux et écrit en 1961 une pièce de théâtre sur la culpabilité qui fera scandale, El otro Judas. En 1963, sa pièce de théâtre Israfel obtient le premier prix international des dramaturges latinoaméricains de l’UNESCO. Las piedras de Jericó (1975) poursuit cette quête dramatique. Dans le contexte de la dictature militaire (1976-1983), ce défenseur des droits de l’homme n’abandonne pas le thème de la culpabilité qu’il applique à des décors urbains où se déploient des existences sombres, tendues vers un destin fatal, vibrant quelquefois d’une résonance fantastique. Il compose des recueils de nouvelles Las otras puertas (1961), Los mundos reales (1972), El cruce del Aqueronte (1982), El espejo que tiembla (2005) ; des romans, El que tiene sed (1985), Crónica de un iniciado (1991); et des essais dont El oficio de mentir (1998). Enfin, dans son roman El evangelio según Van Hutten (1999), Abelardo Castillo évoque en une trame serrée la découverte d’un évangile secret. S’il anticipe une mode littéraire fort récente (l’énigme policière qui explore la vie du Christ arrangée par deux millénaires de propagande théologique), il n’en retrouve pas moins le genre de l’enquête hérétique que Borges exploita en 1944 dans « Tres versiones de Judas » (dans Artificios). El evangelio… est la recherche documentée et sincère d’un écrivain qui, longtemps mobilisé par des questions politiques urgentes, renoue avec son mysticisme juvénile, accordé ici à son inquiétude sociale et à son athéisme.

Florence Dumora

Maître de Conférences à l’Université de Reims depuis 2004, Florence Dumora travaille depuis 1990 dans le groupe de recherche CRES LECEMO (Paris III) dirigé successivement par Augustin Redondo et à présent par Pierre Civil. Dans la création littéraire du XVIe siècle, elle s’intéresse plus particulièrement à l’élaboration des chansonniers (thèse sur Sebastián de Horozco) en tant qu’expression où convergent de multiples influences héritées du Moyen-Âge (chansonniers du XVe siècle) et provenant aussi des activités et centres d’intérêt des humanistes. Ce champ culturel et littéraire vaste et plein d’interactions l’amène également à travailler sur des auteurs plus scientifiques, comme A. Laguna et dans une moindre mesure Antonio de Torquemada, ou qui rendent compte de l’évolution de la société, comme B. Castiglione, et à étudier aussi la parémiologie et la littérature narrative.

Marie-Thérèse Garcia

Professeur agrégée, Maître de Conférences à l’Université du Sud Toulon-Var depuis 2006, Marie-Thérèse Garcia est membre du centre de recherche Babel. Elle travaille sur les pratiques d’écriture du roman espagnol de l’après-franquisme (roman policier, roman historique) et plus particulièrement sur l’œuvre de l’écrivain académicien Arturo Pérez-Reverte. Elle a soutenu en 2005 une thèse intitulée : Le territoire d’Arturo Pérez-Reverte, entre littérature populaire et littérature érudite et a publié plusieurs articles sur ce romancier.

José García-Romeu

Né en 1966 à Buenos-Aires, Maître de Conférences à l’Université du Sud Toulon-Var, José García-Romeu est membre du Laboratoire Babel. Il poursuit un travail de recherche sur la littérature argentine contemporaine qui l’a conduit à écrire plusieurs articles sur Juan José Saer, Ricardo Piglia, Rodrigo Fresán... Un ouvrage issu de sa thèse de 3e cycle intitulé Dictature et littérature en Argentine (1976-1983) a été récemment publié. Intéressé également par les processus de transculturation, il a produit quelques contributions sur la littérature équato-guinéenne d’expression espagnole et s’est penché sur la constitution, par les élites argentines, de l’idée d’identité nationale.

Liliana Heker

Romancière et nouvelliste argentine, Liliana Heker est née à Buenos Aires le 9 février 1943. Cofondatrice avec Abelardo Castillo des revues littéraires El escarabajo de oro (1961-1974) et El ornitorrinco (1977-1987), elle n’a que seize ans lorsqu’elle rejoint El grillo de papel, dirigée déjà par Castillo. Depuis les colonnes de ces revues, Heker participe activement aux débats littéraires. Elle se distingue par une polémique avec Julio Cortázar au sujet de l’exil des écrivains pendant la dictature (1976-1983) en soutenant l’idée qu’il valait mieux écrire en Argentine qu’en exil. Son œuvre explore les travers et les espoirs tragiquement déçus de personnages issus de la classe moyenne argentine, confrontés à l’usure de la vie qui finit par détruire la normalité quotidienne. Heker a écrit des recueils de nouvelles : Los que vieron la garza (1966), Acuario (1972), Un resplandor que se apagó en el cielo (1977), La crueldad de la vida (2001) ; et des romans : Zona de clivaje (1987), El fin de la historia (1996). Ce dernier opus reconstruit la sanglante histoire argentine des années soixante-dix, offrant une plongée douloureuse dans les fragments d’une mémoire meurtrie. Las hermanas de Shakespeare (1999) rassemble divers essais dont des réflexions sur la littérature féminine. En 2003, paraît Diálogos sobre la vida o la muerte, livre d’entretiens avec Jorge Luis Borges, Eduardo Pavlovsky, Abelardo Castillo, Ana María Shua…, qui aborde avec eux la question de la mort.

Odile Lasserre Dempure

Agrégée d’espagnol, Docteur de la Sorbonne Nouvelle, Maître de Conférences à l’Université du Sud Toulon-Var, Odile Lasserre Dempure est l’auteur d’une thèse sur le théâtre de Luis Vélez de Guevara (1578-1644) intitulée Maison et femme dans le théâtre de Luis Vélez de Guevara. Recherches sur la dramatisation de l’espace réel et symbolique de la féminité. Elle a publié différents articles consacrés à l’étude du théâtre et de la littérature de l’Espagne du Siècle d’Or (Lope de Vega, Calderón de la Barca, Luis Vélez de Guevara, Tirso de Molina, Cervantes…), en privilégiant notamment les notions d’altérité, d’espace, de féminité, ainsi que le mouvement dialectique entre le dedans et le dehors, l’ouvert et le fermé, le fictif et le réel.

Virginie Ruiz

Agrégée d’espagnol, membre du laboratoire de recherche Babel, Virginie Ruiz est depuis 2005 A.T.E.R. (Attachée temporaire d’enseignement et de recherche) à l'Université du Sud Toulon-Var. Ses travaux de recherche sont consacrés à la problématique de l’altérité dans la littérature latino-américaine : représentation de l’Indien, enjeux de la littérature indigéniste, l’autre et son passé (thématique de l’identité et de la mémoire), stratégies narratives de l’ethno-fiction. Actuellement, elle travaille sous la direction de Monsieur Francisco Albizú Labbé à sa thèse de 3e cycle (soutenance prévue fin 2009) : Écrire l’altérité dans la « trilogie du Chiapas » de Rosario Castellanos (1925-1974) : Balún Canán (1957), Ciudad Real (1960), Oficio de tinieblas (1962).

  • Logo Laboratoire Babel
  • Logo Université de Toulon
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org