Navigation – Plan du site
I. Espagne

Parlez-vous novlangue ? Du formatage des esprits en français et en espagnol contemporains, ou les enjeux d’une rupture entre mot et chose

Dominique Breton
p. 179-194

Résumé

En référence au novlangue décrit par G. Orwell dans 1984, modèle de discours propagandiste visant au formatage des esprits, cet article entend s’interroger sur la « langue de bois » et le « discours politiquement correct » en français et en espagnol contemporains.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Edward Sapir, Selected Writings in Language, Culture, and Personality.
  • 2 Ludwig Wittgenstein, Tractatus logico-philosophicus.
  • 3 Les exemples cités dans cet article se limiteront essentiellement à ces deux langues, mais le phéno (...)
  • 4 Pierre Bourdieu, Ce que parler veut dire : l’économie des échanges linguistiques.

1Le novlangue, créé par George Orwell dans 1984, est sans doute la meilleure description fictionnelle du formatage des esprits par le langage. Dans ce célèbre roman d’anticipation, le novlangue se présente comme une simplification lexicale et syntaxique calculée de la langue, destinée à rendre impossible l’expression des idées subversives et à éviter toute formulation de critique de l’État, partant du principe que le langage structure la pensée, conformément à l’hypothèse Sapir-Whorf1 (HSW) et à la formule de Ludwig Wittgenstein : « Les limites de ma langue sont les limites de mon monde »2. Il apparaît aujourd’hui comme une possible représentation de phénomènes lexico-syntaxiques observables en français et en espagnol contemporains3 assimilables à l’une des formes prises par le « discours dominant » ou « autorisé », tel que le conçoit Pierre Bourdieu4. Dans 1984, le novlangue est destiné à supplanter l’ancilangue (ou langue ordinaire) et se présente, selon Gérald Antoine, de la façon suivante :

  • 5 Gérald Antoine, « De la langue de bois au politiquement correct », p. 122.

[…] il est la transposition mythique de notre fameuse langue de bois. […] Son objectif est d’élaborer une structure linguistique capable d’anéantir l’expression de la pensée individuelle et de procurer au Parti, unique maître des destinées du pays, l’instrument de propagande le plus perfectionné, le plus économe possible de ses moyens.5

2À travers des exemples français et espagnols, nous essaierons de dégager quelques points de convergence entre les deux langues et de démontrer que c’est sur ce principe essentiel de formatage des esprits et de brouillage des référents (tant au niveau individuel que collectif) que repose fondamentalement le novlangue contemporain, amalgamant les différentes modalités et fonctions de deux phénomènes discursifs majeurs : la « langue de bois » et le « DPC » ou « discours politiquement correct ».

3D’un point de vue sociolinguistique, la capacité à maîtriser les règles et usages du code discursif est de nature à générer un rapport de domination envers le récepteur qui, selon les cas, peut se trouver en situation d’insécurité linguistique et ressentir une gêne susceptible de le conduire à renoncer à s’exprimer ou bien à se montrer trop soucieux de la norme : les locuteurs dans une situation d’insécurité linguistique mesurent la distance entre la norme dont ils ont hérité et la norme dominant le marché linguistique. Ils peuvent être amenés à pratiquer l’hypercorrection, qui met précisément en évidence à la fois leur volonté et leur incapacité de se conformer à la norme puisqu’ils produisent une incorrection alors même qu’ils cherchent à s’exprimer le plus correctement possible (citons par exemple les liaisons abusives, les accords erronés tels que je me suis permise de en français ou les néologismes espagnols bacalado ou corredo pour bacalao et correo, ressentis comme fautifs). L’état de sécurité linguistique, à l’inverse, caractérise essentiellement les locuteurs qui estiment que leurs pratiques linguistiques coïncident avec la norme instituée parce qu’ils incarnent une forme de légitimité (représentants du pouvoir politique, médiatique, artistique, intellectuel…). Le locuteur sûr de son pouvoir peut alors bien entendu être tenté d’en jouer avec le(s) récepteur(s) à des fins essentiellement manipulatrices.

  • 6 Noam Chomsky, Edward Hermann, La Fabrication du consentement : de la propagande médiatique en démoc (...)

4Savoir manier le langage et ses rouages, connaître et respecter la norme et en jouer à dessein suscite spontanément un effet de prestige et une forme de reconnaissance chez le récepteur, en relation directe avec l’exercice d’un pouvoir que Pierre Bourdieu qualifie de « symbolique », pouvoir d’autant plus pernicieux qu’il s’exerce sans s’afficher comme tel, qu’il avance masqué et qu’il est involontairement alimenté par l’adhésion passive du récepteur, « fabriquant son consentement »6 à son insu.

5En effet, ces rapports de domination symbolique se constituent en partie en dehors de la conscience et de la contrainte et contribuent à produire, dans les représentations et les comportements des dominés, les conditions de l’imposition de la langue légitime par les dominants et leurs structures d’imposition. Lors d’un entretien avec le journaliste Didier Eribon du journal Libération à propos de son ouvrage Ce que parler veut dire, Pierre Bourdieu abordait la question de ces rapports de pouvoir, de violence symbolique et de domination inhérents à tout type de discours :

  • 7 Pierre Bourdieu, Entretien accordé à Libération, p. 28.

Le discours quel qu’il soit, est le produit de la rencontre entre un habitus, c’est-à-dire une compétence inséparablement technique et sociale (à la fois la capacité de parler et la capacité de parler d’une certaine manière, socialement marquée) et d’un marché, c’est-à-dire le système de règles de formation des prix qui vont contribuer à orienter par avance la production linguistique. Cela vaut pour le bavardage avec des amis, pour le discours soutenu des occasions officielles, ou pour l’écriture philosophique comme j’ai essayé de le montrer à propos de Heidegger. Or, tous ces rapports de communication sont aussi des rapports de pouvoir et il y a toujours eu, sur le marché linguistique, des monopoles […]. Le pouvoir symbolique est un pouvoir qui est en mesure de se faire reconnaître, d’obtenir la reconnaissance ; c’est-à-dire un pouvoir (économique, politique, culturel ou autre) qui a le pouvoir de se faire méconnaître dans sa vérité de pouvoir, de violence et d’arbitraire. L’efficacité propre de ce pouvoir s’exerce non dans l’ordre de la force physique, mais dans l’ordre du sens de la connaissance […]. Cela dit, dès que l’on échappe au physicalisme des rapports de force pour réintroduire les rapports symboliques de connaissance, la logique des alternatives obligées fait que l’on a toutes les chances de tomber dans la tradition de la philosophie du sujet, de la conscience, et de penser ces actes de reconnaissance comme des actes libres de soumission et de complicité.7

  • 8 Le marketing politique est l’une des formes de la communication politique qui vise à promouvoir un (...)
  • 9 Cette lexie figée relativement récente est la transposition de l’anglais « wording », appliqué lui (...)

6La parole n’est jamais neutre, on le sait. Les mots sont investis d’un pouvoir magique en ce sens qu’ils ont une visée performative : ils font croire, ils font agir. Toutefois, comme le soulignait Pierre Bourdieu, le pouvoir des mots ne s’exerce que sur ceux qui ont été placés en condition de les entendre et de les écouter, et toute prise de parole expose aussi potentiellement le locuteur à une évaluation critique, ce que n’ignorent pas l’homme politique, le conseiller bancaire ou commercial, l’animateur de télévision ou le bonimenteur, qui s’appliquent avant tout à ne pas déplaire à leur récepteur pour mieux le manœuvrer. Les techniques du marketing ont pleinement intégré le champ politique, forgeant une nouvelle discipline8 qui exploite une large panoplie de stratégies discursives (qui vont de la rhétorique classique à l’emploi calculé de l’argot (on pense au fameux Casse-toi pauv’con de l’ex Président Sarkozy) ou d’une syntaxe relâchée, en passant par les slogans publicitaires interchangeables (Con Rajoy es posible, Motivos para créer, La France forte, Le changement, c’est maintenant) et communicationnelles (qui incluent la meilleure façon de serrer la main, de poser son regard, de choisir sa cravate…). Nouvelle discipline qui témoigne de l’enjeu crucial que représente plus que jamais la maîtrise de la parole publique et de ses conditions de production. C’est tout particulièrement le cas du discours politique, bien souvent cité comme emblématique de ce que la langue française désigne notamment, mais pas exclusivement, par l’expression langue de bois. À l’ère dite de la communication et de l’exploitation des nouvelles technologies, les hommes politiques et leurs communicants s’emploient à construire une image résolument contemporaine et intime de l’homme politique (usage de twitts, et l’on pense inévitablement au twitt ravageur de la nouvelle Première Dame française annonçant son soutien à l’adversaire de l’ex-femme du Président, recours au off, diffusion calculée de SMS, enregistrement de propos semi-privés par webcam, création de blogs et présence affichée sur les réseaux sociaux…), en profitant des avantages qu’offrent ces nouveaux supports qui modifient singulièrement le rapport au récepteur. Au sein de cette sphère médiatique particulièrement représentative du discours dominant et autorisé décrit par Pierre Bourdieu, fleurissent experts et conseillers en communication en tous genres, travaillant à l’élaboration soignée des « éléments de langage »9 qui devront être inlassablement et unanimement répétés par les ministres, secrétaires d’état, porte-parole auprès des journalistes, assurant une diffusion massive de ces expressions consacrées, et opérant insidieusement l’uniformisation et l’imprégnation lente des cerveaux.

7Le discours politique est performatif par essence : il est la manifestation même de la parole qui se veut agissante, sur l’Autre et sur le monde, et de la croyance en une forme de pouvoir des signes sur le réel, le mot énoncé sur la scène publique convoquant la chose. Le symbole linguistique fait ainsi advenir, par la seule vertu de la parole proférée, le référent extralinguistique qu’il désigne. Le processus de nomination, en structurant la perception du monde, contribue en retour à la structuration même de ce monde, en particulier si cette nomination est reconnue, autorisée. Elle relève en effet des actes fondamentaux d’institution et de destitution ; elle construit le réel tel l’Adam de la Genèse nommant les animaux. En réalisant cet acte, un locuteur assigne à un autre une perception du monde à travers les mots, perception à laquelle il est censé devoir se conformer. On comprend mieux, dès lors, pourquoi forger de nouveau signes ou infléchir le sens de signes existants pour inviter à lire le réel autrement constitue l’un des procédés majeurs du novlangue. Il n’est pas anodin, à cet égard, que les champs lexicaux concernés par ces néologismes soient les mêmes en français et en espagnol. Il s’agit essentiellement du lexique lié au néo-libéralisme, à la logique de l’économie de marché, au combat, à la performance (sportive, financière, industrielle, professionnelle, technologique…), générant par ricochet d’autres formes lexicales correspondant aux domaines et aux catégories socialement affectés par cette hiérarchie des valeurs ; autrement dit, le lexique néologique dominant n’est pas exploité uniquement au sein des sphères économiques, politiques et/ou financières, mais déborde très largement son champ d’action théorique, s’appliquant métaphoriquement à des référents très divers mais désormais perçus à travers le prisme de la logique économique néolibérale et du profit, y compris lorsqu’il s’agit de gérer l’humain : on parle couramment sans sourciller de gestion des ressources humaines/gestión de los recursos humanos.

8Ces nouveaux usages débordent les frontières de ces deux pays puisqu’on les retrouve dans l’ensemble des espaces franco et hispanophones ; en outre, ces néologismes sont, pour la plupart, forgés à partir de l’anglo-américain, ce qui met en lumière des convergences significatives dans ces trois langues fondamentales à échelle mondiale. Ces créations résultent le plus souvent d’emprunts déjà lexicalisés, (comme incentivar en espagnol), ou en voie de l’être, qui génèrent des glissements de sens (un mot déjà existant élargit, restreint ou déplace par métaphore ou métonymie son champ sémantique), des dérivations propres (par affixation : hiperliderazgo, globalización, Jibarización, extrapresupuestario, reestructurar, flexibilización, desregular, decretazo…) ou impropres (changement de catégorie grammaticale : un comportement citoyen), composition (cazaprima, socialdemocracia, salvapatria). Dans El español de hoy, lengua en ebullición, Emilio Lorenzo dénonçait déjà en 1980 la tendance massive à l’allongement préfabriqué des néologismes dans les discours politique et commercial (l’assimilation des deux formes discursives étant intéressante, une fois encore), comme marque de pseudo-compétence, susceptible d’impressionner le récepteur :

  • 10 Emilio Lorenzo, El español de hoy, lengua en ebullición, p. 226.

Del mismo modo que en inglés, la utilización de long words o voces cultas (liter. ‘palabras largas’) es indicio, si no de elegancia, sí de familiaridad con los libros, entre la hojarasca que acompaña hoy a diversas manifestaciones de la seudocultura entran multitud de neologismos, algunos de larga tradición en los anaqueles del idioma, que lo mismo que la propaganda comercial que la política tiñen de barniz de poco espesor, eso sí, pero suficiente para los fines inmediatos que se pretenden alcanzar con ellos.10

9Le langage manipulateur finit par anticiper le réel, devient son simulacre ; il ne désigne, ne décrit plus la réalité du monde existant mais la crée, la corrige, et finalement la supplante. Il ne s’agit plus ainsi de dire le réel mais de le transformer par le langage, car comme le rappelle Laurence Kucera :

  • 11 Laurence Kucera, « Le changement de langue, une arme de création face à la langue de bois ».

[…] on peut détourner une langue comme on détourne une rivière de son lit, comme on détourne un transport aérien. Détourner, dévier, dérouter, pirater – en un mot dénaturer. Le détournement langagier altère la pensée.11

10Tous les langages totalitaires de l’Histoire y ont eu recours, à commencer par celui de la Langue du III° Reich, comme en témoigne Viktor Klemperer, cité par Christian Delporte dans son analyse historique de la langue de bois :

  • 12 Christian Delporte, Une histoire de la langue de bois, p. 136.

C’est par la langue que le nazisme a conquis les esprits, c’est par les mots que son idéologie se répand dans la société allemande, dans l’inconscient des individus. La langue nazie, écrit-il, « imprègne les mots et les formes syntaxiques de son poison », le nazisme « assujettit la langue à son terrible système » et gagne, avec elle, son moyen de propagande le plus puissant, le plus public et le plus secret.12

11Le tristement célèbre ministre de la propagande, Joseph Goebbels, en dévoile cyniquement l’un des principes essentiels :

  • 13 Normand Baillargeon, Petit cours d’autodéfense intellectuelle, p. 20-21.

À force de répétitions et à l’aide d’une bonne connaissance du psychisme des personnes concernées, il devrait être tout à fait possible de prouver qu’un carré est en fait un cercle. Car, après tout, que sont « cercle » et « carré » ? De simples mots. Et les mots peuvent être façonnés jusqu’à rendre méconnaissables les idées qu’ils véhiculent.13

12Dans Le Dictionnaire de l’inhumain, consacré à l’analyse de la propagande nazie, le journaliste et politologue Dolf Sternberger évoque cette forme d’aliénation insidieusement véhiculée par les mots qui pénètre au cœur des esprits, aliénant l’individu, transformant l’homme dans son être même :

  • 14 Dolf Sternberger, Gut und Böse : moralische Essais aus drei Zeiten, IX Schriften, traduit et cité p (...)

Comme tout langage, la langue nazie était en effet bien plus qu’un langage, c’était un monde, une sensibilité, une mentalité, une attitude, une manière de décrire et de caractériser la réalité, de figurer l’homme et les relations humaines. Celui à qui elle répugnait se rendait compte qu’il ne pouvait pas la parler du bout des lèvres, sans être lui-même touché par le mal qu’elle contenait. Non pas simplement parce qu’elle était sale et répugnante, mais parce qu’elle amenait à penser et à sentir d’une certaine manière, faisant de vous un autre homme, aussi longtemps que vous la parliez.14

13Il serait toutefois vain de croire que le fonctionnement de ces formes de communication propagandiste ne déborde pas le cadre strict des régimes politiques totalitaires. Le discours politique en général, démocratique ou totalitaire, tout comme le discours publicitaire avec lequel il partage de nombreux points de convergence, est un discours de persuasion collective, investi d’une force illocutoire et d’une visée perlocutoire puisqu’il s’agit de convaincre la masse et de l’inciter à préserver les intérêts du locuteur (bien penser, bien voter, acheter le bon produit) en exploitant l’arsenal des procédés rhétoriques les plus anciens et en tirant profit de la couverture médiatique très large qu’offrent les nouvelles formes de communication. Dans un entretien accordé au journaliste de France Inter Daniel Mermet en août 2007 et publié sur le site internet du Monde Diplomatique, l’intellectuel américain Noam Chomsky analyse ces mécanismes de domination et les replace dans leur contexte historique. Il rappelle, par exemple, que les régimes totalitaires se sont appuyés sur les ressorts de la communication publicitaire perfectionnés aux Etats-Unis au lendemain de la première guerre mondiale. S’il va de soi que les régimes politiques ne sont pas comparables, les ressorts discursifs propagandistes auxquels ils ont recours sont bien les mêmes. Noam Chomsky évoque cette comparaison avec humour :

  • 15 Noam Chomsky, Entretien accordé à France Inter.

En matière de propagande, si d’une certaine manière rien n’a changé depuis Athènes, il y a quand même eu aussi nombre de perfectionnements. Les instruments se sont beaucoup affinés, en particulier et paradoxalement dans les pays les plus libres du monde : le Royaume-Uni et les Etats-Unis. C’est là, et pas ailleurs, que l’industrie moderne des relations publiques, autant dire la fabrique de l’opinion, ou la propagande, est née dans les années 1920. Ces deux pays avaient en effet progressé en matière de droits démocratiques (vote des femmes, liberté d’expression, etc.) à tel point que l’aspiration à la liberté ne pouvait plus être contenue par la seule violence d’État. On s’est donc tourné vers les technologies de la fabrique du consentement. L’industrie des relations publiques produit, au sens propre du terme, du consentement, de l’acceptation, de la soumission. Elle contrôle les idées, les pensées, les esprits. Par rapport au totalitarisme, c’est un grand progrès : il est beaucoup plus agréable de subir une publicité que de se retrouver dans une salle de torture.15

14Bien au-delà de la France et de l’Espagne, Eduardo Galeano dénonce également dans Patas Arriba (La Escuela del Mundo al Revés) ce détournement linguistique systématique du langage à échelle planétaire :

  • 16 Eduardo Galeano, Patas arriba (La Escuela del Mundo al Revés), p. 34.

En la época victoriana, no se podían mencionar los pantalones en presencia de una señorita. Hoy por hoy, no queda bien decir ciertas cosas en presencia de la opinión pública: El capitalismo luce el nombre artístico de economía de mercado, el imperialismo se llama globalización. Las víctimas del imperialismo se llaman países en vías de desarrollo, es como llamar niños a los enanos. El oportunismo se llama pragmatismo, la traición se llama realismo. Los pobres se llaman carentes, o carenciados, o personas de escasos recursos. La expulsión de los niños pobres del sistema educativo se conoce bajo el nombre de deserción escolar. El derecho del patrón a despedir al obrero sin indemnización ni explicación se llama flexibilización del mercado laboral. El lenguaje oficial reconoce los derechos de las mujeres entre los derechos de las minorías, como si la mitad masculina de la humanidad fuera la mayoría. En lugar de dictadura militar, se dice proceso. Las torturas se llaman apremios ilegales, o también presiones físicas y psicológicas. […] Donde se dice larga y penosa enfermedad, debe leerse cáncer o SIDA. Repentina dolencia significa infarto, nunca se dice muerte, sino desaparición física. Tampoco son muertos los seres humanos aniquilados en las operaciones militares. Los muertos en batalla son bajas, y los civiles que la ligan sin comerla ni beberla, son daños colaterales. En 1995, cuando las explosiones nucleares de Francia en el Pacífico sur, el embajador francés en Nueva Zelanda declaró: No me gusta esa palabra bomba, no son bombas, son artefactos que explotan.16

Quand la langue de bois rencontre le discours politiquement correct

15À l’origine, l’expression dérive, en russe, d’une autre lexie figée (littéralement « langue de chêne ») utilisée pour désigner le caractère hermétique du jargon administratif visant à justifier les lenteurs du système bureaucratique et à dissimuler son incompétence, voire sa malhonnêteté. Lors du stalinisme, l’expression se généralise et le bois se substitue au chêne pour référer désormais à la phraséologie stéréotypée et à l’arsenal rhétorique qui reflète la propagande officielle permettant de diffuser l’idéologie du Parti. Il s’agit cette fois de répandre un contenu idéologique, et de susciter l’adhésion en usant des armes du discours politique comme d’un instrument de correction du réel et de contrôle de la pensée. Le discours totalitaire tend à l’unité, à l’uniformisation, à la normatisation des esprits et des consciences ; il contrôle les activités et rejette toute forme de différence ou de dissidence au profit du Même, s’immisçant jusque dans la sphère intime, privée du rapport individuel au langage et à la lecture du monde qu’il construit. L’essentiel repose sur quelques principes très simples : prétendre agir pour le bien de tous, dissimuler les réalités qui dérangent, promouvoir une vision unique de la société, consolider par le recours à l’émotion l’image du pouvoir en place, discréditer toute forme éventuelle de dissidence. Comme le rappelle Noam Chomsky :

  • 17 Noam Chomsky, Entretien accordé à France Inter.

N’oublions pas comment s’impose toujours une idéologie. Pour dominer, la violence ne suffit pas, il faut une justification d’une autre nature. Ainsi, lorsqu’une personne exerce son pouvoir sur une autre – que ce soit un dictateur, un colon, un bureaucrate, un mari ou un patron –, elle a besoin d’une idéologie justificatrice, toujours la même : cette domination est faite pour le bien du dominé. En d’autres termes, le pouvoir se présente toujours comme altruiste, désintéressé, généreux […]. Dans les années 1930, les règles de la propagande nazie consistaient, par exemple, à choisir des mots simples, à les répéter sans relâche, et à les associer à des émotions, des sentiments, des craintes. Quand Hitler a envahi les Sudètes en 1938, ce fut en invoquant les objectifs les plus nobles et charitables, la nécessité d’une intervention humanitaire pour empêcher le nettoyage ethnique subi par les germanophones, et pour permettre que chacun puisse vivre sous l’ aile protectrice de l’Allemagne, avec le soutien de la puissance la plus en avance du monde dans le domaine des arts et de la culture.17

16En d’autres termes, le pouvoir se présente toujours sous la forme d’un discours altruiste, désintéressé, généreux qui alimente une aliénation linguistique collective par le recours massif à différents procédés linguistiques, rhétoriques et stylistiques mis au service du contournement du réel (euphémismes, emprunts et siglaisons permettant d’éviter la brutalité du signe initial, métaphore et métonymie, hyperboles suggestives, dérivation propre et impropre…) et d’un appauvrissement planifié de la pensée. L’éventail non exhaustif de ces procédés aurait-il disparu du langage politique, médiatique, commercial ou publicitaire de nos démocraties ?

  • 18 Jean-François Copé, à l’image de nombreux hommes politiques prêts à dénoncer le procédé mais loin d (...)
  • 19 Sur ce point voir par exemple Marc Angenot, La parole pamphlétaire.

17Cette fonction historique de la langue de bois au service d’une pensée unique semble aujourd’hui masquée par une autre dont nous pouvons observer les effets au quotidien : la langue de bois bien pensante, telle qu’elle est hypocritement dénoncée et raillée par les hommes politiques eux-mêmes18, les experts en communication, les journalistes (qui pourtant font partie de ceux qui contribuent à la relayer) et l’opinion publique. Elle se manifesterait donc essentiellement par la stratégie d’évitement, par le verbiage creux avec une double visée : flatter les électeurs et maquiller les vérités qui fâchent. On pourrait ajouter à ces deux fonctions essentielles une troisième donnée de plus en plus patente qui affecte la nature même du langage, qui est de dire le monde : la langue de bois maintient l’illusion d’une communication qui peine à dissimuler un vide idéologique, une absence de pensée. Autrement dit, la fonction référentielle du langage n’existe plus, le discours finissant par tourner à vide, sans atteindre la sphère extra-linguistique. Elle permettrait de meubler, de parler pour ne rien dire tout en donnant l’impression de maintenir la fonction dite phatique du langage, à savoir celle qui met en évidence le bon fonctionnement du code de communication. Le langage est ainsi utilisé comme un leurre discursif ; il importe avant tout de faire diversion pour faire oublier l’absence de contenu idéologique et de reporter l’attention du récepteur sur le locuteur lui-même, sa personnalité, sa sincérité, sa volonté d’agir, sa proximité avec l’électeur. La langue de bois contemporaine aurait alors inversé sa fonction propagandiste antérieure (puisqu’il ne s’agirait plus de construire une vérité unique par le langage), tout en conservant les traits discursifs de ses origines : le recours aux formules stéréotypées, aux expressions ronflantes, la recherche du meilleur slogan de campagne (le plus souvent interchangeable avec celui des adversaires), de la phrase choc, au détriment des contenus des programmes, la promotion du locuteur (ses compétences techniques et intellectuelles, sa capacité à prendre des décisions, son volontarisme, sa sincérité…) et la disqualification systématique des adversaires (incompétence, malhonnêteté, populisme démagogique…)19.

18Si la langue de bois ou xyloglossie (néologisme humoristique forgé par certains spécialistes), malgré son évolution conceptuelle, fonctionne toujours aujourd’hui sur le principe de la dissimulation, de la transformation, de l’évitement, voire de la substitution du réel par le discours, il nous faut aussi évoquer sa rencontre fructueuse avec un autre phénomène discursif majeur : le politiquement correct, l’expression étant littéralement traduite en français et en espagnol de l’anglais politically correct, en usage aux États-Unis depuis les années 70, où se manifestent différentes revendications à caractère identitaire : il s’agissait alors de ne rien dire qui puisse heurter la conscience de quelque communauté que ce soit. Toutefois, comme l’explique Gérald Antoine :

  • 20 Art. cit., p. 7.

Cette loi de bienséance langagière, qui au départ s’inspirait du respect des particularismes immémoriaux, s’est changée de la sorte, peu à peu, en une contrainte de non-expression généralisée, à base d’un conformisme indistinct, réputé « bien pensant », mais qui en réalité annihile tout effort ou désir d’analyse un tant soit peu personnelle, à valeur originale ou pour le moins caractérisante.20

  • 21 Thérèse Mercury, Petit lexique de la langue de bois, de quelques concepts et faux repères, p. 13.

19Ainsi, force est de constater que bien qu’ayant émergé dans un contexte démocratique, à la différence de la langue de bois, le discours politiquement correct recourt principalement aux mêmes procédés que celle-ci puisqu’il s’agit là aussi de contourner les liens établis entre les signes désormais perçus comme offensants et leurs référents ; dès lors, la transformation ou l’évitement du signe s’opère grâce à une batterie de figures et de procédés de création lexicale déjà cités (euphémismes, clichés, slogans, oxymores, pléonasmes, néologismes – par dérivation, composition, emprunt, mot-valise –, siglaison, troncation, antiphrases, hyperboles, métaphores, métonymies…) destinés à supplanter les anciennes désignations et à s’imposer progressivement dans les esprits, grâce aux supports médiatiques qui garantissent une diffusion large et récurrente, estompant, voire oblitérant, les référents des mots éliminés. Tout se passe comme si le langage se coupait encore davantage de l’univers extra-linguistique, comme s’il œuvrait à le faire oublier, comme s’il cherchait à rompre avec cet univers. Il est alors possible d’avancer l’hypothèse, comme Thérèse Mercury, qu’il s’agit d’une langue qui « ne se borne pas, comme on le pense communément à mettre en relief la montée de l’insignifiance, car c’est une langue qui non seulement n’exprime pas le réel mais empêche de pouvoir l’exprimer »21.

  • 22 Roland Barthes, Leçon inaugurale de la chaire de sémiologie littéraire du Collège de France, p. 14.

20Est-ce à dire qu’il nous faut réexaminer l’hypothèse déjà évoquée d’une vacuité totale de sens, d’un vide idéologique absolu de la langue de bois contemporaine ? Sans doute, car le novlangue politique d’aujourd’hui ne se limite pas à brouiller, détourner ou dénaturer les liens antérieurs entre les mots et les choses ; il oblige bien à penser et à dire le monde autrement, dépossédant le Sujet de sa propre parole, ce qui peut faire songer à la citation polémique de Roland Barthes, prononcée en 1977, lors de sa leçon inaugurale au Collège de France : « Le fascisme, ce n’est pas d’empêcher de dire, c’est d’obliger à dire »22. L’usage massif de cette langue ne nous conduit donc pas uniquement à déplorer la montée de l’insignifiance, le recours aux chevilles discursives qui tentent vainement de meubler un discours supposé vide de sens ; son expansion et la convergences de procédures significatives entre les deux langues voisines que sont le français et l’espagnol, elles-mêmes influencées par l’anglo-américain, suffisent à mettre en évidence l’élaboration d’un discours dominant, d’une pensée unique qui affecte des réseaux lexicaux bien précis et conditionne la perception de nos sociétés contemporaines, et qui finit par rejoindre les stratégies discursives exploitées par les régimes totalitaires. C’est précisément la thèse défendue par Eric Hazan dans LQR, La propagande au quotidien, qui analyse la langue de la Quintae Respublicae (d’où la siglaison LQR), en référence-hommage aux travaux de Viktor Klemperer sur la langue nazie, qu’il nomme LTI (Lingua Tertii Imperii, langue du III° Reich) :

  • 23 Eric Hazan, LQR, La propagande au quotidien, 4° de couverture.

De modernité à gouvernance en passant par transparence, réforme, crise, croissance ou diversité, la LQR travaille chaque jour dans les journaux, les supermarchés, les transports en commun, le 20 heures des grandes chaînes, à la domestication des esprits. Comme par imprégnation lente, la langue du néo-libéralisme s’installe : plus elle est parlée, plus ce qu’elle promeut se produit dans la réalité. Créée et diffusée par les publicitaires et les économistes, reprise par les politiciens, la LQR est devenue l’une des armes les plus efficaces du maintien de l’ordre.23

  • 24 Noam Chomsky, Entretien à France Inter.
  • 25 Cette phrase est prononcée par Lionel Jospin en 2000, lorsqu’il se déclare impuissant à empêcher de (...)

21Noam Chomsky24 invite ainsi chaque locuteur à lutter contre TINA, en référence aux propos tenus par Margaret Thatcher (« there is no alternative ») qui ont donné naissance à l’acronyme, à ne pas croire à cette fausse évidence que le politique est soumis à l’économique, que l’« État ne peut pas tout »25, qu’il faut se résoudre à se soumettre au monde tel qu’il est car il n’y a pas d’alternative. TINA, née du croisement de la langue de bois et du discours politiquement correct, apparaît ainsi comme la forme la plus récente et la plus aboutie du discours de propagande globalisé, posant le caractère inéluctable du capitalisme néolibéral. Puisse l’analyse ici menée avoir invité à mesurer l’étendue d’un pouvoir, celui d’un novlangue en train d’œuvrer à une rupture, toujours plus nette et pourtant toujours plus subtile, entre mot et chose.

Haut de page

Bibliographie

Angenot, Marc. La parole pamphlétaire. Paris : Payot, 1982.

Antoine, Gérald. « De la langue de bois au politiquement correct. » La Licorne 59 (2001) : 121-132.

Baillargeon, Normand. Petit cours d’autodéfense intellectuelle. Montréal : Lux, 2005.

Barthes, Roland. Leçon. Leçon inaugurale de la chaire de sémiologie littéraire du Collège de France, prononcée le 7 janvier 1977. Paris : Seuil, 1978.

Bourdieu, Pierre. Ce que parler veut dire : l’économie des échanges linguistiques. Paris : Fayard, 1982.

Bourdieu, Pierre. Entretien accordé à Libération. 19 Octobre 1982.

Chomsky, Noam et Edward Hermann. La Fabrication du consentement : de la propagande médiatique en démocratie. Paris : Agone, 2008.

Chomsky, Noam. « Le lavage des cerveaux en liberté. » Entretien accordé à. France Inter. Le Monde diplomatique (août 2007). Consulté le 3 octobre 2011 : http://www.monde-diplomatique.fr/2007/08/CHOMSKY/14992.

Delporte, Christian. Une histoire de la langue de bois. Paris : Flammarion, 2011.

Dewitte, Jacques. Le pouvoir de la langue et la liberté de l’esprit. Essai sur la résistance au langage totalitaire. Paris : Michalon, 2007.

Galeano, Eduardo. Patas arriba : la Escuela del Mundo al Revés. Madrid : Siglo XXI, 1998.

Hazan, Eric. LQR. La propagande au quotidien. Paris : Raisons d’agir, 2006.

Kucera, Laurence. « Le changement de langue, une arme de création face à la langue de bois. » Communication au colloque La création face à la langue de bois, Maison des sciences de l’homme de Montpellier, 19 et 20 juin 2008. Consulté le 13 septembre 2012 : http://www.msh-m.fr/diffusions/rusca/rusca-langues-litteratures/Colloque-2008-La-creation-face a/Dedoublement/.

Lorenzo, Emilio. El español de hoy, lengua en ebullición. Madrid : Gredos, 1980.

Mercury, Thérèse. Petit lexique de la langue de bois, de quelques concepts et faux repères. Paris : L’Harmattan, 2001.

Sapir, Edward. Selected Writings in Language, Culture, and Personality. Berkeley and Los Angeles : University of California Press, 1985.

Wittgenstein, Ludwig. Tractatus logico-philosophicus. Trad. Gilles Gaston-Granger. Paris : Gallimard, 1993.

Haut de page

Notes

1 Edward Sapir, Selected Writings in Language, Culture, and Personality.

2 Ludwig Wittgenstein, Tractatus logico-philosophicus.

3 Les exemples cités dans cet article se limiteront essentiellement à ces deux langues, mais le phénomène est observable à échelle mondiale.

4 Pierre Bourdieu, Ce que parler veut dire : l’économie des échanges linguistiques.

5 Gérald Antoine, « De la langue de bois au politiquement correct », p. 122.

6 Noam Chomsky, Edward Hermann, La Fabrication du consentement : de la propagande médiatique en démocratie. L’expression « fabrication du consentement » est de l’essayiste américain Walter Lippmann qui, dans les années 20, mettait en doute la capacité de l’homme ordinaire à se déterminer avec sagesse, proposant que les élites éclairées « assainissent » l’information avant qu’elle ne lui parvienne.

7 Pierre Bourdieu, Entretien accordé à Libération, p. 28.

8 Le marketing politique est l’une des formes de la communication politique qui vise à promouvoir un projet, un candidat, un dirigeant, une cause sur le modèle des techniques de marketing commercial en faisant appel notamment à l’utilisation de campagnes publicitaires dans les médias, la distribution de tracts, le démarchage, la publication de sondages d’opinion, par opposition aux formes historiques de la communication politique que sont, par exemple, les débats publics ou les meetings. En ce sens, la nature du marketing politique s’inscrit dans une stratégie de communication.

9 Cette lexie figée relativement récente est la transposition de l’anglais « wording », appliqué lui aussi au discours politique.

10 Emilio Lorenzo, El español de hoy, lengua en ebullición, p. 226.

11 Laurence Kucera, « Le changement de langue, une arme de création face à la langue de bois ».

12 Christian Delporte, Une histoire de la langue de bois, p. 136.

13 Normand Baillargeon, Petit cours d’autodéfense intellectuelle, p. 20-21.

14 Dolf Sternberger, Gut und Böse : moralische Essais aus drei Zeiten, IX Schriften, traduit et cité par Jacques Dewitte, Le pouvoir de la langue et la liberté de l’esprit. Essai sur la résistance au langage totalitaire, p. 99.

15 Noam Chomsky, Entretien accordé à France Inter.

16 Eduardo Galeano, Patas arriba (La Escuela del Mundo al Revés), p. 34.

17 Noam Chomsky, Entretien accordé à France Inter.

18 Jean-François Copé, à l’image de nombreux hommes politiques prêts à dénoncer le procédé mais loin de se résoudre à y renoncer, a publié en 2006 dans la collection Hachette Littérature un livre intitulé : Promis, j’arrête la langue de bois.

19 Sur ce point voir par exemple Marc Angenot, La parole pamphlétaire.

20 Art. cit., p. 7.

21 Thérèse Mercury, Petit lexique de la langue de bois, de quelques concepts et faux repères, p. 13.

22 Roland Barthes, Leçon inaugurale de la chaire de sémiologie littéraire du Collège de France, p. 14.

23 Eric Hazan, LQR, La propagande au quotidien, 4° de couverture.

24 Noam Chomsky, Entretien à France Inter.

25 Cette phrase est prononcée par Lionel Jospin en 2000, lorsqu’il se déclare impuissant à empêcher des licenciements dans l’usine Michelin. Cette phrase est souvent analysée comme lui ayant coûté cher sur le plan politique, notamment au moment de l’élection présidentielle de 2002.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dominique Breton, « Parlez-vous novlangue ? Du formatage des esprits en français et en espagnol contemporains, ou les enjeux d’une rupture entre mot et chose », Babel, 26 | 2012, 179-194.

Référence électronique

Dominique Breton, « Parlez-vous novlangue ? Du formatage des esprits en français et en espagnol contemporains, ou les enjeux d’une rupture entre mot et chose », Babel [En ligne], 26 | 2012, mis en ligne le 08 mars 2013, consulté le 24 juillet 2017. URL : http://babel.revues.org/2537 ; DOI : 10.4000/babel.2537

Haut de page

Auteur

Dominique Breton

Université de Bordeaux 3 - Michel de Montaigne AMERIBER (EA 3656)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Babel. Littératures plurielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire Babel
  • Logo Université de Toulon
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org