Navigation – Plan du site
I. Espagne

La légalisation de l’eugénisme en Espagne. Les théories de Jiménez de Asúa dans Libertad de amar y derecho a morir (1928)

María Flores Rodríguez
p. 133-145

Résumé

Cet article étudie les théories eugénistes du juriste et socialiste espagnol Luis Jiménez de Asúa, exposées dans son livre Libertad de amar y derecho a morir (1928), dont l’examen met en évidence l’importance des débats autour de la légalisation de l’eugénisme en Espagne. En démontrant sa viabilité juridique, fondée sur le respect du droit et des principes socialistes, Jiménez de Asúa ouvre de nouvelles perspectives au mouvement eugéniste espagnol, laissant entrevoir les contours d’un nouvel ordre, au détriment de la Dictature de Primo de Rivera, déjà sclérosée.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Juan Huarte de San Juan, Examen de ingenios para las sciencias. En el qual el lector hallará la man (...)
  • 2 Anne Carol, Histoire de l’eugénisme en France. Les médecins et la procréation, XIXe-XXe siècles, p. (...)
  • 3 María Flores Rodríguez, « L’eugénisme dans le sillage des théories évolutionnistes (XIXe-XXe siècle (...)
  • 4 Voir Manuel Suárez Cortina, « Estudio preliminar ».
  • 5 Op. cit., p. 269. Ce livre, contenant trois essais dont le premier est uniquement consacré à l’eugé (...)
  • 6 Sur la biographie de Jiménez de Asúa, voir Isidro de Miguel Pérez, Jiménez de Asúa, jurista y polít (...)
  • 7 Op. cit., p. 9-13.

1L’eugénisme, doctrine philosophique qui vise à l’amélioration biologique de la nature humaine, fut conceptualisé à la fin du XIXe siècle par le savant anglais Francis Galton. Cette première conceptualisation est le fruit d’un long processus de réflexions et de pratiques qui existaient déjà à l’époque de l’Antiquité, par exemple chez Platon, qui conseille dans la République l’accouplement des gardiens de la Cité à des femmes robustes afin d’améliorer les qualités physiques de leur descendance. Dans la continuité de ces réflexions, nous trouvons également le fameux Examen de ingenios para las sciencias1 (1575), traité du médecin espagnol Juan Huarte de San Juan étudiant les moyens d’améliorer l’humanité par la diététique, puis, plus tard, celles des médecins français qui, dès le début du XIXe siècle, selon les principes de l’hygiène et de la puériculture, préconisent une forme de pré-eugénisme visant à améliorer les caractères physiques des populations2. Face à ce pré-eugénisme français, qui a pour toile de fond la théorie lamarckienne sur la transmission héréditaire des caractères acquis, surgit l’eugénisme galtonien, fondé quant à lui sur la théorie de la transmission héréditaire des caractères innés. Si le premier admet que l’amélioration biologique des populations peut s’effectuer par la mise en place de meilleures conditions de vie au sein de la société, l’eugénisme proposé par Galton défendra l’idée que les qualités biologiques des populations sont rarement modifiables par le milieu naturel et très difficilement transmissibles aux générations futures3. La notion de théorie scientifique attachée à l’eugénisme s’impose progressivement dans les milieux intellectuels, marquant une nouvelle étape dans la diffusion de l’eugénisme en Europe et aux États-Unis. À partir de là, les thèses eugénistes se multiplient et deux visions de l’eugénisme se font face, l’eugénisme latin et l’eugénisme anglo-saxon. L’Espagne du XIXe, après avoir été influencée par le pré-eugénisme français lui-même initialement inspiré de Huarte, se laissera séduire par la théorie galtonienne. Le mot eugénisme, néologisme inventé par Galton, sera employé dès la fin du XIXe siècle par le médecin espagnol Enrique Madrazo dans son livre El cultivo de la especie humana4. Toutefois, il faudra attendre la période de l’Entre-deux-guerres pour que le premier mouvement eugéniste se constitue en Espagne. La Dictature de Primo de Rivera et la crainte inspirée par la montée des dictatures en Europe seront à l’origine de la prolifération des thèses eugénistes en Espagne. Le livre Libertad de amar y derecho a morir du juriste espagnol Luis Jiménez de Asúa se situe dans ce courant de pensée5. Luis Jiménez de Asúa6, homme politique de la Deuxième République, juriste de formation préoccupé par les problèmes sociaux qui secouent l’Espagne en ce début de XXe siècle, réfléchit avec d’autres intellectuels aux moyens de relever le pays et se laisse séduire par les théories eugénistes, qu’il perçoit comme des solutions potentielles aux problèmes qui accablent l’Espagne. Mais sa connaissance du droit et sa vocation pour la justice sociale le mènent à s’interroger très tôt sur la légalité des pratiques eugénistes. Les conclusions de son travail de juriste auront un impact considérable au sein du mouvement eugéniste espagnol et les changements sociopolitiques qu’il propose provoqueront la méfiance du pouvoir central, qui n’hésitera pas à le sanctionner politiquement. Accusé d’avoir formulé des concepts antisociaux lors d’une conférence de 1928, il est suspendu de sa chaire universitaire pendant quelques mois par le gouvernement de Primo de Rivera. Désireux de défendre sa cause auprès du grand public, il publie son ouvrage Libertad de amar y derecho a morir afin d’expliquer le contenu de la conférence à l’origine de son exclusion7. La publication de ce livre marque un tournant dans le débat sur la légalisation de l’eugénisme en Espagne et laisse entrevoir les débuts de son engagement politique, qui aura lieu lors de l’avènement de la Deuxième République. Pendant le bienio transformador, il travaille avec d’autres députés à l’élaboration de textes législatifs destinés à favoriser l’eugénisme, mais les résultats seront peu concluants. Officiellement, sa carrière politique se termine à la fin de la guerre civile, avec son exil en Argentine. C’est donc à travers la pensée de Jiménez de Asúa, qui diffère, de par son contenu juridique et les idées socialistes qu’elle véhicule, du discours traditionnel eugéniste espagnol (essentiellement médical et conservateur), que nous allons aborder la question de la rupture. S’il est vrai que Jiménez de Asúa ne sera pas le seul à se prononcer sur l’aspect légal de l’eugénisme (d’autres éminents juristes tels que Joaquín Noguera et Ángel Ossorio y Gallardo s’intéressent également à la question), ce sont néanmoins ses conclusions techniques qui alimenteront le débat idéologique des eugénistes. Afin de mieux comprendre son discours, nous étudierons principalement ses réflexions juridiques puis nous aborderons son analyse sur l’union libre ou concubinage, qui traduit sa volonté profonde de renouvèlement de la société, des structures de l’État, voire de la classe politique.

La légalisation de l’eugénisme médical

  • 8 Voir sur ce point Marie-Aline Barrachina, « Maternidad, Feminidad, Sexualidad. Algunos aspectos de (...)

2Si les trois premières conférences du Primer Curso Eugénico Español se déroulent calmement, comme celle prononcée par José Estrella le 16 février 1928, qui recueillera même des commentaires bienveillants dans le journal El Debate (porte-parole de la droite catholique), la conférence de Jiménez de Asúa sur l’aspect juridique de la maternité responsable essuie dans le même journal ses premières critiques, qui deviendront plus virulentes à l’issue d’une nouvelle conférence sur les aspects juridiques de la sélection humaine prononcée par Jiménez de Asúa à l’Université de Murcia. Malgré le refus de la droite catholique d’admettre que son combat est un combat plus politique que moral, le journal El Debate montre ses véritables inquiétudes lorsqu’il souligne dans un court article du 16 mars 1928 les convergences politiques entre les propos eugénistes de Jiménez de Asúa et les idées défendues par le journal El Socialista8. L’analyse de Libertad de amar y derecho a morir, qui résume ces conférences, explique en partie l’effervescence de la droite catholique et démontre effectivement le caractère socialiste et contestataire de leur propos, dont nous allons étudier les deux thèmes essentiels : la protection sanitaire de la race et la législation de la maternité responsable. Jiménez de Asúa décrit ainsi sa réflexion :

  • 9 Op. cit., p. 22-23.

La Eugenesia presenta dos grandes sectores que penetran en el área jurídica : la sanidad de la progenie y la consciente maternidad. Los hombres de Derecho han de enjuiciar, en el primer sector, la valía de la lucha contra las enfermedades sexuales, el tipo delictivo del contagio venéreo, y la utilidad del certificado médico prenupcial ; en el segundo aspecto debe dictar su fallo sobre los medios de poner límite a la maternidad inconsciente, juzgando la licitud o ilegitimidad de la esterilización, del aborto y de los medios anticoncepcionales.9

La protection sanitaire de la race

3Dans les années vingt, la protection de la famille sur le plan sanitaire est l’une des préoccupations majeures pour de nombreux partisans de l’eugénisme. Les maladies vénériennes, à l’origine de ravages sanitaires qui touchent les jeunes générations et leur descendance (avortement, mort subite du nourrisson, malformation), deviennent un problème de santé publique, plaçant tout naturellement la lutte antivénérienne au cœur du débat eugéniste. La notion d’acte criminel passible de peine d’emprisonnement pour cause de transmission de maladies vénériennes se développe rapidement parmi les eugénistes, ainsi que les propositions destinées à accroitre la réglementation sur la prostitution, principal vecteur dans la transmission de ces maladies. D’accord sur la dangerosité de ces maladies et convaincu qu’elles constituent un véritable délit de droit pénal, Jiménez de Asúa se montre toutefois défavorable à toute pratique ayant pour seul objectif la répression et prône plutôt l’instauration d’un traitement médical obligatoire, à l’appui de nombreux arguments juridiques :

  • 10 Ibid., p. 37-38.

Sin que un interés jurídicamente protegido se dañe o se haga peligrar, no hay delito posible. Urge, pues, definir si realmente existe en el contagio de una enfermedad venérea un derecho violado, un interés protegido por el Derecho, que se infringe por la contaminación del mal. Sólo así puede presentarse como figura delictiva el hecho de transmitir una infección sifilítica o blenorrágica. La herida que causa un disparo de arma de fuego o el golpe de un cuchillo, produce la entidad jurídico-penal que se conoce técnicamente con el nombre de lesiones. La integridad del cuerpo, elevada a la categoría de bien jurídico por la protección del Derecho, es la objetividad jurídica que se estima infringida. ¿Podrá negarse que la enfermedad venérea, transmitida por el que la padece a una persona sana, no quebranta la salud del cuerpo que el Derecho defiende?10

  • 11 Josephine E. Butler (1828-1906), née en Angleterre, débute comme militante féministe en défendant l (...)
  • 12 Op. cit., p. 27.

4Dans le but de limiter la transmission des maladies vénériennes associées depuis des siècles à la prostitution, Jiménez de Asúa adhère au mouvement abolitionniste, qui réclame la fin de la prostitution réglementée. Né en Grande Bretagne dans les dernières décennies du XIXe siècle et conduit par Josephine Butler11, ce mouvement féministe demande l’abolition des Contagious Diseases Acts (réglementation officielle britannique de la prostitution) et dénonce ainsi l’exploitation sexuelle des femmes et les bénéfices pécuniaires récupérés par les États grâce à la régulation de cette activité. À partir des années 1920 le mouvement abolitionniste évolue et s’engage essentiellement dans la défense de la santé publique, faisant de la lutte antivénérienne son cheval de bataille. Les nombreuses études anglaises démontrant une baisse de la contagion des maladies vénériennes liée à la déréglementation de la prostitution séduisent de nombreux eugénistes à la recherche de moyens préventifs contre ces maladies. Ces études laissent en effet penser qu’en l’absence de contrôles sanitaires imposés par l’État les hommes se protègent d’avantage lorsqu’ils sont en contact avec des prostituées. L’abolitionnisme devient ainsi pour de nombreux eugénistes une manière indirecte de favoriser l’eugénisme. Par ses effets positifs dans la lutte antivénérienne, par la manière dont il stimule la responsabilisation des individus et par son caractère non coercitif, la déréglementation de la prostitution sera amplement plébiscitée par Jiménez de Asúa12. Convaincu par la véracité des chiffres avancés par les études londoniennes (l’absence de contrôle sanitaire aurait fait chuter de 50% le taux des maladies vénériennes) et par la méthode de responsabilisation citoyenne, Jiménez de Asúa souhaite démontrer, lorsqu’il aborde le deuxième volet de l’eugénisme médical (nommé maternité responsable) que le contrôle des naissances au moyen de l’avortement et de la stérilisation eugéniques est illégal, peu efficace et parfois inutile. Il se prononce ainsi sans réserve en faveur de la légalisation de la contraception, ce qui dérange les plus hautes sphères de l’État.

La législation sur la maternité responsable

  • 13 Sur ce sujet voir Raquel Álvarez Peláez, « La mujer española y el control de la natalidad en los co (...)
  • 14 Op.cit., p. 72-73.

5S’efforçant de rendre l’eugénisme juridiquement incontestable, Jiménez de Asúa souhaite redéfinir le concept de maternité responsable, qui désigne généralement un ensemble de moyens mis à la disposition des familles dans le but de contrôler les naissances, à l’exemple de l’avortement et de la stérilisation féminine13. S’appuyant sur des données scientifiques et juridiques, il s’oppose à toute forme de stérilisation à objectif eugéniste, et tout particulièrement à celle des malades mentaux ou des femmes. Il estime qu’en l’absence d’urgence médicale, la stérilisation féminine n’a aucun fondement juridique, car toute pratique sur le corps humain sans but de le soigner est un acte délictuel14. Approfondissant son analyse sur le respect du corps humain, Jiménez de Asúa se prononce contre l’avortement à des fins néo-malthusiennes ou eugénistes. Le droit à la vie à tout stade de son développement est la base de son argumentation :

  • 15 Ibid., p. 104.

Las mujeres que no quieran ser madres pueden acudir a otros medios, pero concebido el ser no debe autorizarse su destrucción más que en los casos estudiados, en que se reclama por una nececidad salutífera.15

6Si les discours de Jiménez de Asúa sur la stérilisation et l’avortement n’ont pas fait l’objet de protestations officielles lors du Primer Curso Eugénico Español, en revanche, comme nous l’avons souligné précédemment, ses propos sur la contraception ont soulevé une vague des protestations initiée par la droite catholique puis à laquelle se rallieront les autorités publiques. En effet, dans un pays où le contrôle de la natalité reste le domaine réservé de Dieu, seul à pouvoir contrôler le rythme de la vie, son discours sur la chasteté à des fins contraceptives, qui met en avant le rôle de la femme, heurte l’Église catholique, qui l’accuse de diffuser des propos contraires à la morale chrétienne. Le pouvoir central, pour sa part, voit également d’un mauvais œil le discours sur la contraception, qui sous-entend une revendication affirmée des droits des femmes au sein du couple. Par conséquent, la légalisation de la contraception implique, comme Jiménez de Asúa l’indique dans son livre, une pratique libre de la chasteté sans aucune contrainte religieuse ni politique, avec pour seul objectif d’améliorer les conditions de vie des enfants au sein des familles :

  • 16 Ibid., p. 105.

La mujer que no desee hijos o que quiera limitar el número de sus descendientes, ha de oír, ante todo, un consejo de excelsa moral : que practique la castidad. El matrimonio que ha engendrado dos o tres vástagos y cuyos recursos económicos no le permitan el aumento de prole, que se abstenga de todo contacto sexual […]. Y nosotros no osaríamos, en principio, aconsejar otra técnica que no fuese ésta.16

7En disant cela, Jiménez de Asúa réclame en un certain sens plus de liberté pour les femmes concernant la fécondité du couple, mais une liberté, comme nous le verrons par la suite, totalement indissociable de son rôle de procréatrice. Vision finalement très réductrice de la femme, mais qui s’articule bien aux objectifs de l’eugénisme. Dans cette perspective, il nous décrit, en se référant au modèle de la Garçonne de Victor Margueritte, ce personnage littéraire dont la lutte pour son émancipation financière et sexuelle dépasse le cadre de ce qui est proposé par Asúa, l’idéal féminin que doit construire l’Espagne, celui d’une femme certes plus libérée et plus proche d’une égalité avec les hommes, mais avant tout consciente de son destin biologique. À ce propos, il dira ceci :

  • 17 Ibid., p. 63.

La hembra debe penetrarse, como el personaje de Victor Margueritte, de que su cuerpo es suyo, no para usar mal de él, sino para hacerle digno del alma que envuelve. Y que procrear es, de todos los actos de la vida, el más importante.17

8Après avoir tracé les limites légales de l’eugénisme médical, soutenant l’illégalité de l’avortement et de la stérilisation à de fins eugénistes ainsi que la possibilité de légalisation de l’eugénisme offerte par la méthode de la chasteté contraceptive, Jiménez de Asúa consacre la dernière partie de son exposé à la question juridique de l’union des couples. Cette thématique, abordée depuis la fin du XIXe siècle par les anarchistes et les socialistes (contestant la vision de la famille prônée par la religion et le pouvoir central), sera reprise par Jiménez de Asúa pour évaluer la possibilité juridique de sa légalisation au profit de l’eugénisme.

La légalisation de l’union libre : une théorie socialiste au service de l’eugénisme

  • 18 Ce Concile qui donna son impulsion à la Contre-Réforme visait à réaffirmer les points fondamentaux (...)
  • 19 Jean-Claude Bologne, Histoire du mariage en Occident, p. 369-392.

9Face à l’institution du mariage issue des conceptions catholiques, les unions libres exemptes de tout cadre religieux ont toujours existé. Depuis l’Antiquité, avec une reconnaissance juridique plus ou moins affirmée selon les époques, la plupart des peuples pratiquaient l’union libre, dont le concept pouvait parfois se rapprocher de celui du mariage catholique. Le concubinage chez les Romains, par exemple, bénéficiait d’une reconnaissance juridique et sociale. Après le Concile de Trente18, l’Église catholique entreprend une lutte acharnée contre les couples non mariés et impose progressivement dans les sociétés occidentales un modèle de mariage unique et monogame, reléguant le concubinage à la clandestinité et le transformant en délit. Et ce n’est que dans le courant de contestation des anarchistes utopiques de la fin du XIXe siècle que le modèle de l’union libre est à nouveau mis sur le devant de la scène, dans le but de libérer les couples du poids des structures catholiques19. Ce modèle conjugal, plébiscité par Jiménez de Asúa, est présenté comme une sorte de contrat moral, fondé sur la confiance, le respect de soi et de la dignité d’autrui. En reproduisant certaines pratiques du système catholique, les unions libres sont également monogames, avec des contraintes plus au moins identiques à celles du mariage catholique.

10Partageant les aspirations sociopolitiques des anarchistes, Jiménez de Asúa est persuadé que le mariage religieux est un modèle obsolète, qui entraîne des comportements irresponsables conduisant à la prostitution et à la bâtardise. Dans la continuité de ces idées, il affirme également son pessimisme au sujet du mariage civil, car il est convaincu que l’encadrement juridique des relations sentimentales est une source de conflits supplémentaires pour le couple. Toutefois, dans une volonté de pragmatisme, il reconnaît que le mariage civil peut constituer une première étape pour extraire les couples de la tutelle de l’Église. Longtemps incrédule quant à l’instauration à court terme de l’union libre, la promulgation des législations sur la famille dans la Russie soviétique lui redonne confiance et confirme à ses yeux la viabilité juridique de ce modèle conjugal. Avec un certain enthousiasme, il réclame l’instauration de l’union libre et la nécessité d’un nouvel ordre sociopolitique pour l’Espagne :

  • 20 Op. cit., p. 114.

Aspiro a las uniones libres, que no sólo se contabilizan con la monogamia y la perpetuidad, sino que hallan en ellas su fórmula más noble. Debemos pretender en la vida muy pocos amores, uno solo si es posible, pero intensamente sentido y libremente practicado. La libertad de amar significa que los Estados no tienen para qué mezclarse en los sentimientos y emociones espirituales de los humanos. La amistad entre personas del mismo sexo o de naturaleza heterosexual, tiende entre los individuos lazos que a menudo son eternos, crea deberes que se cumplen sin coacciones legales y es fontana de abnegados episodios. Cuando un varón y una hembra deciden vivir juntos, constituir un hogar y llamarse matrimonio ¿para qué precisan otras ceremonias externas que empequeñecen la mutua confianza y ponen una amenaza indisoluble en su promesa?20

11Comme le confirment ces paroles, libérer les couples de la tutelle de l’Église et de l’État devient une priorité pour Jiménez de Asúa. Mais le contrat moral qu’il défend, destiné à réguler l’autonomie des relations sentimentales des couples, doit agir uniquement sur ce plan sentimental. Pour tous les effets juridiques qui découlent de l’union libre, il demande, prenant exemple sur la législation russe de 1927, des lois de protection de la famille, afin de garantir les droits des compagnes et des enfants. Une preuve du lien conjugal visible ou présumé sera ainsi demandée pour rendre légitime à la fois l’union conjugale et la filiation des enfants :

  • 21 Ibid., p. 112-113.

Pero Rusia camina con pasos seguros al logro de su objetivo integral, y el nuevo código de la familia, promulgado el 19 de noviembre de 1926, que entró en vigor el 1° de enero de 1927, consagra en toda su amplitud la teoría socialista de las uniones libres […]. Lo que constituye, pues, el casamiento, según la doctrina soviética, es la existencia de relaciones íntimas, notorias o no.21

  • 22 Ibid., p. 117.

12Si l’union libre en Russie est encadrée par la loi, les objectifs poursuivis par cet encadrement juridique ne sont pas eugénistes, mais féministes. Conscient de la démarche du législateur russe concernant l’affranchissement de la femme des structures de l’État, Jiménez de Asúa tient donc à préciser dans son livre que l’objectif ultime que l’on doit assigner à l’union libre est l’eugénisme. D’après lui, l’union libre est le seul moyen d’aider les individus à « barrer las trabas que ahora nos ligan a convencionalismos e impiden que el mejoramiento de la raza se cumpla automaticamente ».22

13Que ce soit donc pour des raisons eugénistes ou à cause de ses convictions socialistes, Jiménez de Asúa réclame tout au long de son ouvrage la nécessité d’un nouvel ordre politique pour l’Espagne, allant même jusqu’à souhaiter le dépérissement des structures de l’État. À l’instar des médecins eugénistes qui perçoivent l’Espagne comme un corps collectif malade qu’il est impératif de soigner, Jiménez de Asúa, en tant que juriste, souhaite s’attaquer aux racines profondes de ces maladies sociales : le mariage religieux, la prostitution réglementée, l’avortement et la stérilisation à des fins eugénistes, l’interdiction de la contraception (synonyme d’abstinence pour Asúa) par l’Église, etc. En ce sens, la légalisation de l’eugénisme est avant tout, selon Jiménez de Asúa, un ensemble de règles de droit destinées à moraliser la société espagnole, éduquer les individus afin de leur faire prendre conscience de leur rôle biologique au sein de la société et stimuler les comportements responsables sans aucune action coercitive. Il donne ainsi le ton à une nouvelle forme d’eugénisme plus mesuré et plus humaniste qui va finir par s’imposer pendant la courte période de la Deuxième République, ce que confirmeront les premiers débats constitutionnels aux Cortès de 1931, Jiménez de Asúa refusant d’user de sa position pour imposer un eugénisme fort sans garde-fous républicains.

Haut de page

Bibliographie

Álvarez Peláez, Raquel. « La mujer española y el control de la natalidad en los comienzos del siglo XX. » Asclepio : Revista de historia de la medicina y de la ciencia. Vol. 42, Fasc. 2 (1990) : 175-201.

Barrachina, Marie-Aline. « Maternidad, Feminidad, Sexualidad. Algunos aspectos de las primeras jornadas eugénicas españolas (Madrid, 1928-Madrid, 1933). » Hispania LXIV/3. 218 (2004) : 1004-1010.

Bologne, Jean-Claude. Histoire du mariage en Occident. Paris : Hachette Littératures, 1997.

Carol, Anne. Histoire de l’eugénisme en France. Les médecins et la procréation, XIXe-XXe siècles. Paris : Seuil, 1995.

Flores Rodríguez, María. « L’eugénisme dans le sillage des théories évolutionnistes (XIXe-XXe siècles). » La transmission culturelle à l’œuvre : les multiples avatars de l’évolutionnisme en Espagne (1868-1931). Les travaux du CREC en ligne. Avril 2011. 103-116. Consultable en ligne : http://crec.univ-paris3.fr.

Guereña, Jean-Louis. La prostitución en la España contemporánea. Madrid : Marcial Pons, 2003.

Huarte de San Juan, Juan. Examen de ingenios. Madrid : Cátedra, 1989.

Jiménez de Asúa, Luis. Libertad de amar y derecho a morir. Madrid : Historia Nueva, 1928.

Miguel Pérez, Isidro de. Jiménez de Asúa, jurista y político. Madrid : Editorial Científica Iberoamericana, 1985.

Urbina Tortella, Sebastián. Ética y Política en Luis Jiménez de Asúa. Palma de Mallorca : Facultad de derecho de Palma de Mallorca, 1984.

Suárez Cortina, Manuel. « Estudio preliminar. » Enrique Madrazo. Escritos sobre ciencia y sociedad. Santander : Universidad de Cantabria, 1998. 11-60.

Haut de page

Notes

1 Juan Huarte de San Juan, Examen de ingenios para las sciencias. En el qual el lector hallará la manera de su ingenio, para escoger la sciencia en que más â de aprouechar y la differencia de habilidades que ay en los hombres : y el género de las letras y artes que à cada uno responde en particular, Baeza, casa de Iuã Baptista de Montoya, 1594 [1575]. Pour une édition moderne voir Juan Huarte de San Juan, Examen de ingenios. Le pré-eugénisme de Huarte se fondait sur la fameuse théorie des humeurs héritée de l’Antiquité. Huarte est le premier médecin en Europe à apporter une théorie sur la manière de procréer des enfants de talent. Son ouvrage rencontre dès sa première publication un énorme succès en Espagne et ailleurs, à en juger par le nombre d’éditions de l’œuvre (plus de soixante). Huarte sera redécouvert et mis en avant en Espagne à la fin du XIXe siècle. En France, à partir du XVIIe siècle, sous l’influence des idées proposées par Huarte, apparaissent des ouvrages qui deviendront à leur tour, à partir du XIXe siècle, les références de la pensée pré-eugéniste en Europe, tels que le poème de Claude Quillet (Callipædia, 1655), premier ouvrage français sur l’art de la procréation, ou le traité d’Alfred Caron. Ces derniers renouvelleront la pensée pré-eugéniste en Espagne à partir du XIXe siècle.

2 Anne Carol, Histoire de l’eugénisme en France. Les médecins et la procréation, XIXe-XXe siècles, p. 17-51.

3 María Flores Rodríguez, « L’eugénisme dans le sillage des théories évolutionnistes (XIXe-XXe siècles) ».

4 Voir Manuel Suárez Cortina, « Estudio preliminar ».

5 Op. cit., p. 269. Ce livre, contenant trois essais dont le premier est uniquement consacré à l’eugénisme, se situe dans le courant des contestations politiques et sociales de la fin des années 1920, qui dénoncent les idées rétrogrades véhiculées par l’Église catholique et la répression montante de la Dictature de Primo de Rivera. Il constitue donc un précieux témoignage sur la pensée eugéniste des années 1920, une époque charnière pour le mouvement eugéniste espagnol, qui place la question de la légalisation de l’eugénisme au cœur des débats.

6 Sur la biographie de Jiménez de Asúa, voir Isidro de Miguel Pérez, Jiménez de Asúa, jurista y político, p. 228, et Sebastián Urbina Tortella, Ética y Política en Luis Jiménez de Asúa, p. 212.

7 Op. cit., p. 9-13.

8 Voir sur ce point Marie-Aline Barrachina, « Maternidad, Feminidad, Sexualidad. Algunos aspectos de las primeras jornadas eugénicas españolas (Madrid, 1928-Madrid, 1933) ».

9 Op. cit., p. 22-23.

10 Ibid., p. 37-38.

11 Josephine E. Butler (1828-1906), née en Angleterre, débute comme militante féministe en défendant l’accès des femmes à l’enseignement supérieur, mais c’est son engagement dans la cause abolitionniste qui la fait connaître en Grande Bretagne et en Europe. Voir Jean-Louis Guereña, La prostitución en la España contemporánea.

12 Op. cit., p. 27.

13 Sur ce sujet voir Raquel Álvarez Peláez, « La mujer española y el control de la natalidad en los comienzos del siglo XX ».

14 Op.cit., p. 72-73.

15 Ibid., p. 104.

16 Ibid., p. 105.

17 Ibid., p. 63.

18 Ce Concile qui donna son impulsion à la Contre-Réforme visait à réaffirmer les points fondamentaux de la doctrine catholique afin de contrer la Réforme protestante. Il entendait aussi réformer les mœurs du Clergé catholique et sera donc également le point de départ d’une réforme catholique.

19 Jean-Claude Bologne, Histoire du mariage en Occident, p. 369-392.

20 Op. cit., p. 114.

21 Ibid., p. 112-113.

22 Ibid., p. 117.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

María Flores Rodríguez, « La légalisation de l’eugénisme en Espagne. Les théories de Jiménez de Asúa dans Libertad de amar y derecho a morir (1928) », Babel, 26 | 2012, 133-145.

Référence électronique

María Flores Rodríguez, « La légalisation de l’eugénisme en Espagne. Les théories de Jiménez de Asúa dans Libertad de amar y derecho a morir (1928) », Babel [En ligne], 26 | 2012, mis en ligne le 08 mars 2013, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://babel.revues.org/2514 ; DOI : 10.4000/babel.2514

Haut de page

Auteur

María Flores Rodríguez

TELEMME (UMR 7303 - Aix-Marseille Université)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Babel. Littératures plurielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire Babel
  • Logo Université de Toulon
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org