Navigation – Plan du site
I. Espagne

Le naturalisme, arme de la rupture : Emilia Pardo Bazán et le conte rural

Christian Boyer
p. 119-131

Résumé

Avec la publication de La cuestión palpitante, série d’articles avec lesquels elle introduisit le naturalisme en Espagne, Emilia Pardo Bazán fut très critiquée par ses contemporains. Cette rupture par rapport à la norme sociale, vers laquelle ni son statut ni son sexe n’auraient dû la mener, fut accompagnée d’une autre rupture : celle d’avec les conventions littéraires. En effet, dans de nombreux récits courts, le milieu rural est dépeint sans aucune idéalisation mais est au contraire le théâtre de nombreux crimes. Pour Emilia Pardo Bazán, la cruauté ne fut pas simplement un moyen de s’imposer dans un monde littéraire masculin mais aussi un formidable outil pour dénoncer l’ignorance, la cupidité d’une société viciée.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 « Las pupilas del angelote rechispeaban ; sus mejillas despedían lumbre, y dilataba la clásica nari (...)
  • 2 Ce surnom fut donné par Pérez de Ayala comme en témoigne le travail critique de Carmen Bravo Villas (...)
  • 3 Luis Alfonso, qui voyait en doña Emilia le pendant espagnol de Zola, s’attira les foudres de la fem (...)

1« Férocité », « brutalité », « sauvagerie » sont autant de termes qui reviennent lorsque les critiques se penchent sur les écrits de la comtesse de Pardo Bazán. Nul lecteur ne saurait avoir oublié l’impitoyable réjouissance qui anime la demeure de Los pazos de Ulloa lorsque Perucho, « Baco niño », déjà pâle et aviné, est poussé à boire jusqu’à en perdre connaissance1. Les comportements barbares ne sont pas l’apanage d’une seule œuvre, et leur répétition, jugée inconvenante pour une plume féminine, a souvent inspiré la caricature. Emilia Pardo Bazán devient ainsi « un Lope con faldas »2, « un Zola femenino »3, on la dessine prête à enfiler un pantalon pour aller rivaliser sur un terrain interdit aux femmes : celui de l’exploration des bas-fonds.

L’histoire d’un scandale

  • 4 À ce propos, González Herrán signale dans son introduction à La cuestión palpitante : « Uno de los (...)

2Ses contemporains lurent sans doute trop hâtivement La cuestión palpitante, série d’articles publiée en 1883 traitant du naturalisme et qui plongea la comtesse de Pardo Bazán dans la tourmente littéraire. C’est avec virulence que l’on condamna celle qui, en n’épousant pourtant que partiellement les codes de la nouvelle école, osait rompre avec les conventions sociales. Qu’une femme de la bonne société espagnole se montrât déterminée à explorer les usines de tabac de La Corogne, s’intéressât à la glèbe galicienne et cherchât à débusquer le drame caché dans les faubourgs madrilènes, était souvent perçu comme autant d’inconvenances qui n’avaient pu être inspirées que par la patrie de George Sand.Bien peu de lecteurs s’attachèrent réellement à comprendre quelle était la conception du naturalisme que proposait cette série d’articles de Pardo Bazán. L’histoire de La cuestión palpitante ne fut pas celle de l’adaptation d’un modèle étranger, mais celle d’un scandale. Et c’est bien ce terme qui convient plutôt que celui de « polémique », qui pourrait laisser croire que les adversaires du naturalisme avaient des critiques fondées à émettre à l’encontre de cette littérature sur laquelle ils jetaient l’anathème. Le débat d’idées n’eut pas vraiment lieu et s’il y eut échange, il se fit avant tout sous le signe du combat, chacun affirmant des positions de plus en plus arrêtées, quitte à tomber dans la caricature4. Du travail critique sur les œuvres françaises que proposait la Galicienne, de son désir de cultiver un réalisme qui conciliât l’examen précis du milieu et les états d’âme, on ne souhaita retenir que son goût trop prononcé pour l’ornière.

  • 5 David Baguley, Le naturalisme et ses genres. Le texte à l’œuvre, p. 136.
  • 6 Dans leur manifeste, le groupe des cinq en vinrent à critiquer Zola : à trop vouloir se repaître de (...)
  • 7 « Un insigne novelista, de los que más prefiere el público español, me declaraba últimamente no hab (...)
  • 8 On a beaucoup reproché à Emilia Pardo Bazán de choisir, pour titre de chapitre, « los vencidos » et (...)

3En France, les détracteurs de la nouvelle école jugeaient que cette littérature était « infecte », « putride », « immonde »5, elle n’était que chocs répétés ; « les vives couleurs de la réalité » ne s’abîmaient que dans la fange et l’ordure6. Alors que Pardo Bazán rédigeait sa série d’articles en Espagne, les auteurs qui s’étaient eux-mêmes essayés à la méthode expérimentale de Zola rejetaient désormais les principes du Maître de Médan. Le Manifeste des cinq était publié, la mauvaise réputation du naturalisme avait traversé les frontières, et de grandes figures de la littérature espagnole, dont Valera, avouaient ainsi percevoir la mauvaise odeur des textes naturalistes sans en avoir lu aucun7. Pourtant, Emilia Pardo Bazán décida de faire fi de ce contexte peu engageant et osa parler du « scandale », évoquer « vaincus » et « vainqueurs », consacrer trois chapitres à Zola8, et s’exposer ainsi à la critique. Il s’agissait là, pour elle, du prix à payer lorsque l’on se consacrait à la littérature :

  • 9 Ibid., p. 140.

Sentado todo lo anterior, hablemos del escándalo. Cada profesión tiene su heroísmo propio : el anatómico es valiente cuando diseca un cadáver y se expone a picarse con el bisturí y quedar inficionado del carbunclo, o cosa parecida ; el aeronauta, cuando corta las cuerdas del globo ; el escritor ha menester resolución para contrarrestar poco o mucho la opinión general ; así es que probablemente, al emprender este trabajo, añado algunos renglones a mi modesta hoja de servicios.9

4La plume faite scalpel est une métaphore d’époque à laquelle Emilia Pardo Bazán n’échappe pas. On la retrouve dans tout son discours théorique :

  • 10 Ibid., p. 205.

Stendhal analiza y diseca el alma humana […] es como el disector que trabaja en las partes más delicadas e íntimas del organismo […] como el cirujano que opera sobre tejidos recónditos, […] sólo pueden ser descubiertas [las verdades] por ojos perspicaces y escalpelos finísimos.10

  • 11 « […] y detiene su escalpelo antes de que llegue a lo íntimo de los tejidos y a los últimos pliegue (...)
  • 12 Ibid., p. 299.
  • 13 Cette image récurrente de la dissection sera de nouveau employée dans les études postérieures de do (...)

5Pour Pardo Bazán, l’on ne saurait d’ailleurs se contenter, comme le faisaient les auteurs anglais du moment, d’observer sans aller au fond des choses, avant que le scalpel ne parvînt à l’endroit le plus intime des tissus et jusqu’aux derniers recoins de l’âme11. Être réaliste « hasta los tuétanos »12, comme l’écrit l’auteur, c’est ne pas reculer devant l’atroce et se confronter, parfois, à une cruauté que d’aucuns jugent indécente13.

  • 14 Yves Chevrel, Le naturalisme. Étude d’un mouvement littéraire international, p. 106.
  • 15 Lors de ses séjours à Paris, la comtesse de Pardo Bazán fréquentait le grenier d’Auteuil des Goncou (...)
  • 16 Ibid.

6Yves Chevrel, spécialiste du naturalisme français, précise d’ailleurs, en s’appuyant sur les textes des Frères Goncourt et ceux de Zola que : « Plus que de pessimisme, c’est de cruauté qu’il faut parler »14. Les premiers, que doña Emilia connaissait fort bien15, évoquaient dans la préface des Frères Zemganno (1879), « l’analyse cruelle » dont ils firent preuve dans leurs derniers romans. Zola n’en resta pas là, et dans une volonté de manifeste, il systématisa : « Notre analyse reste toujours cruelle, parce que notre analyse va jusqu’au fond du cadavre humain »16.

Aller jusqu’au fond, ouvrir les chairs, contempler la béance des plaies : le naturalisme devient l’écriture du corps. Les descriptions sont celles de médecins qui, à la loupe, passent en revue scrupuleusement tous les états pathologiques.

  • 17 À ce jour, la collection de contes la plus complète est disponible grâce au travail de José Manuel (...)

7Les quelque 800 récits courts que l’on peut attribuer à la plume d’Emilia Pardo Bazán17 offrent de nombreux exemples de personnages prisonniers de leur condition et qui sont en proie à de multiples tourments. Le déterminisme n’est pas présent dans toutes les narrations : certaines collections de récits ont une teneur religieuse et font la part belle au miracle ; dans d’autres récits l’auteur cultiva les genres du fantastique et du merveilleux, bien étrangers aux postulats du naturalisme. Toutefois, lorsque les personnages des récits courts évoluent à Marineda, double littéraire de La Corogne, ville natale de la comtesse, dans la campagne galicienne ou dans les rues de Madrid, la convoitise, le vice, l’ignorance, poussent les hommes à commettre les crimes les plus hideux.

Le conte rural naturaliste et le désir de réformer

8Bien que le sang abonde dans de nombreux contes urbains, c’est en Galice, cruelle marâtre, que l’atrocité éclate le plus souvent. Doña Emilia rompt avec la tradition, si exploitée par les Romantiques, de l’idéalisation de la campagne et fait une peinture sans concession d’une terre qu’elle affectionne néanmoins. Nelly Clémessy signale à ce propos :

  • 18 Nelly Clémessy, « La comtesse de Pardo Bazán et le conte rural », p. 192.

Avec elle, grâce à elle pourrait-on dire, le thème rural subit une transformation fondamentale. À l’image idéalisée du paysan, elle oppose celle d’un être primaire, mû par l’instinct, et que son ignorance, sa barbarie, sa bestialité souvent, font apparaître tout aussi mauvais, sinon plus, que le citadin corrompu.18

  • 19 Juan Paredes Núñez, Los cuentos de Emilia Pardo Bazán, p. 25.

9« La aldea, cuando se cría uno en ella y no sale de ella jamás, envilece, empobrece y embrutece » : on n’est jamais très loin de l’univers de Los pazos de Ulloa dans les contes de la Galice. Les hommes qui peuplent les quelque cent cinquante récits ruraux que recense Juan Paredes Núñez19 ne sont pas simplement dépourvus de manières, la rudesse de leurs traits s’accompagne de celle de leur caractère. Les liens qui unissent l’être à sa propriété, et aux biens matériels de façon plus générale, sont si forts que dans ce cadre hostile, l’on s’entretue pour un lopin de terre, pour une récolte.

  • 20 Doña Emilia admirait Maupassant, elle s’inspira de certains de ses récits et reprit la structure du (...)
  • 21 Emilia Pardo Bazán, « Geórgicas », p. 240.

10Dans « Geórgicas », conte qui ne renvoie pas seulement à Virgile mais offre bien des similitudes avec « Aux champs » de Guy de Maupassant20, deux familles s’affrontent pendant la période des moissons. Alors que chaque année la famille Lebriña aide les Raposo, ces derniers s’excusent de ne pas pouvoir aider à leur tour. Les injures fusent, on en vient aux mains et la mort clôt le récit. Le narrateur, d’une voix qui souligne les conséquences démesurées d’un simple refus, conclut sur ces mots : « Aquí tienen ustedes lo que aconteció […] por no querer los Raposo ayudar a los Lebriña en la faena de la maja »21. Derrière ce qui semble être un motif dérisoire se cache pourtant une réalité : le système du minifundio, les caprices du climat, le joug du système du fermage déterminent l’existence de tous ceux qui peuplent les récits de la Galice. Emilia Pardo Bazán le sait : si elle veut dénoncer l’ignorance et la convoitise qui règnent sur le milieu rural, il ne suffit pas d’informer le lecteur de la rudesse des conditions de vie des personnages, il lui faut aller plus loin dans la peinture de l’atroce.

11Les parents qui se débarrassent sans scrupules de leurs enfants dans « Elección », « Tío Terrones » ou encore « Planta montés » passeraient presque pour de bien douces créatures si l’on osait les comparer à la sombre galerie de personnages qui tuent sans l’ombre d’un remord. Avec « El destino », publié pour la première fois en 1902 dans Blanco y Negro puis dans le recueil Interiores, l’auteur condamne la cupidité et la jalousie des êtres primaires : Tecla est si envieuse de son neveu, qui héritera des biens de la famille, qu’elle décide de l’éliminer. Le jour de la lessive, elle ignore que, suite à un jeu entre cousins, celui qui se cache dans le lit n’est autre que son fils, elle s’empare de la marmite d’eau bouillante et la verse sur son enfant :

  • 22 Emilia Pardo Bazán, « El destino », p. 718.

En la puerta me paro elevao de susto ; ¡tía Tecla estaba ayí! Me quedo estatua. Con la perra, bueno; pero con la mujer… Y así, agachaito, la veo que tienta en mi cama, y el primo callao. Entonces, ¡Virgen de los Llanos!, la veo que agarra por las asas el caldero de la lejía, hirviendo a to hervir, que lo alza en peso, que se vuelve, que se acerca a la cama y que de pronto… ¡zas!, lo suelta encima de golpe… ¡Si viese usted lo que pasó, antes de morir, aquella criatura escaldá viva! ¡Ni un santo mártir!22

12L’enfant martyr est une figure récurrente dans les contes de la comtesse de Pardo Bazán, et dans « Un destripador de antaño », le récit du tragique destin de Minia, jeune fille sacrifiée sur l’autel de la stupidité, est accompagné d’un message didactique. L’auteur ne recule pas face aux détails sanglants de l’histoire : parce que Pepona et son mari ne veulent plus subvenir aux besoins de leur nièce et qu’ils sont contraints de trouver une somme d’argent rapidement pour payer leur droit de fermage, ils décident de se rendre en ville où, dit-on, don Custodio, étrange pharmacien, préparerait des onguents avec la graisse des jeunes vierges. L’homme de science chasse violemment la féroce Pepona mais il pressent qu’il est déjà trop tard. Inquiet, il décide de se rendre près du hameau de Tornelos et, bien entendu, y fait une atroce découverte :

  • 23 Emilia Pardo bazán, « Un destripador de antaño », p. 27.

De repente, allí mismo, bajo los rayos del sol, del alegre, del hermoso, que reconcilia a los humanos consigo mismos y con la existencia, divisó un bulto, un cuerpo muerto, el de una muchacha… Su doblada cabeza descubría la tremenda herida del cuello. Un « mantelo » tosco cubría la mutilación de las despedazadas y puras entrañas ; sangre alrededor, desleída ya por la lluvia, las hierbas y malezas pisoteadas, y en torno, el gran silencio de los altos montes y de los solitarios pinares…23

  • 24 Ibid. , p. 26.

13La cruauté de la scène ne répond pas simplement au besoin de faire frémir les lecteurs. Ces derniers pouvaient déjà se repaître à peu de frais des assassinats que décrivaient par le menu et quotidiennement les chroniques noires, en vogue à cette époque. Si l’horreur éclate au grand jour, sous un soleil qui ne veut rien laisser dans l’ombre, c’est qu’il faut dénoncer. Une certaine peinture de la réalité est une arme de choix pour susciter non seulement l’émotion, mais également les réactions. Dans ce récit, c’est le jeu de la polyphonie qui permet au lecteur de prendre le recul nécessaire à la réception d’un récit saisissant de cruauté. Lorsque les personnages civilisés que sont le curé Llorente et le pharmacien don Custodio évoquent la terrible proposition, ils n’en imputent pas la responsabilité à la seule sauvage Pepona. La vraie coupable n’est autre que l’ignorance : « La ignorancia es invencible, y es hermana del crimen »24. Cette sentence pourrait conclure bien d’autres récits, à commencer par « El Xeste », qui reprend l’histoire des « sacamantecas », ces éventreurs qui ont bel et bien existé et qui ont également nourri bien des légendes, ou encore « El pinar del Tío Ambrosio ».

  • 25 « ¡Aquellos farolillos! El abad los comparaba a los encendidos ojos de los lobos que rondan buscand (...)

14Lynchages, blessures mortelles, plans sournois se succèdent, non seulement à l’intérieur des terres mais également sur la côte, où les habitants, devenus charognards, accourent les soirs de tempête près des rochers pour participer à « la ganadera », cette morbide activité qui consiste à tuer et à dépouiller les victimes des naufrages25.

  • 26 Juan Paredes Núñez revient sur la comparaison entre la cruauté des récits de Blasco Ibáñez et ceux (...)

15Si le spécialiste du conte espagnol du dix-neuvième siècle, Mariano Baquero Goyanes, juge que le naturalisme de doña Emilia est « âpre mais humain »26, c’est que ses récits ne sont pas dépourvus d’une volonté réformatrice. C’est en peignant les hommes avec pessimisme et en écrivant plus de pages sanglantes que d’instants de bonheur que l’auteur pense pouvoir dénoncer plus efficacement et émouvoir le lecteur.

La forme courte, un allié de choix

  • 27 « Herir la sensibilidad en lo vivo », cité par Cristiña Patiño Eirín, « La abeja de oro en el Camaf (...)

16L’écriture du sang n’est pas le témoignage d’une complaisance stérile et si elle abonde dans les contes c’est parce que leur auteur savait que le récit court serait un allié de choix pour proposer une critique sociale. Bien loin d’être un genre mineur, le conte, étincelle qui vise à heurter la sensibilité du lecteur27, n’est pas à la portée de tout créateur de fictions. L’artiste doit se surpasser pour tenir la gageure de l’élaboration d’un récit réaliste, plus exigeant encore que le roman :

  • 28 Ibid.

Al decir que la forma del cuento ha de ser doblemente artística, no entiendo por arte el atildamiento y galanura del estilo, sino su concisión enérgica, su propiedad y valentía, el dar a cada palabra valor propio, y, en un rasgo, evocar los aspectos de la realidad, o herir la sensibilidad en lo vivo […]. El primor de la factura de un cuento está en la rapidez con que se narra, en lo exacto y sucinto de la descripción, en lo bien graduado del interés, que desde las primeras líneas ha de despertarse […]. El cuento será, si se quiere, un subgénero, del cual apenas tratan los críticos ; pero no todos los grandes novelistas son capaces de formar con maestría un cuento.28

17La réitération des épisodes brutaux et repoussants poursuit un même effet, délivre un même message, qui est de surcroît asséné de façon régulière grâce à la publication dans les périodiques. La collaboration de l’auteur dans de nombreux journaux et revues l’encouragea sans doute à se montrer plus cruel que dans ses romans : Emilia Pardo Bazán savait en effet que ses textes seraient lus par de nombreux lecteurs qui avaient fait du conte hebdomadaire leur section de prédilection. En outre, parce qu’il était encadré par les chroniques et articles de société, le conte semblait entretenir une relation plus immédiate avec la réalité du moment.

  • 29 Certaines chroniques sont parfois l’embryon de récits courts. On pourra se reporter à l’article de (...)

18Il convient également de souligner que la collaboration de doña Emilia ne se bornait pas à la publication de la page de contes, l’auteur était une journaliste qui rédigeait articles scientifiques, tableaux de mœurs et chroniques en tous genres. C’est dans les chroniques « la vida contemporánea » que l’auteur écrivait durant sa longue collaboration avec La Ilustración Artística de Barcelona, que nous retrouvons le plus de résonnances avec les récits courts que nous avons évoqués. La délinquance, la lutte pour un meilleur accès à la culture, la protection des femmes victimes de leur condition retinrent très souvent l’intérêt de Pardo Bazán. Pour le lecteur familier de ses contes, il est souvent difficile de lire certaines chroniques sans penser immédiatement à un conte cruel29.

19Avec la crise du livre et l’essor de la presse, la chronique et le conte étaient de formidables tribunes mais Emilia Pardo Bazán allait encore se heurter à sa condition. Consciente que le métier de journaliste n’était pas destiné aux femmes, et déplorant que ces dernières ne puissent participer aux débats de société, doña Emilia avouait, dans une lettre à Galdós, être disposée, dans ces circonstances, à endosser le rôle d’un homme :

  • 30 Cité par Carmen Bravo Villasante, op. cit., p. 16.

Lo dicho, esta especie de trasposición del estado de mujer al de hombre, es cada día más acentuado en mí, y por eso no tengo tanta zozobra moral como en otros casos tendría. De los dos órdenes de virtudes que se exigen al género humano, elijo las de varón… y en paz.30

  • 31 Emilia Pardo Bazán employa ces mots dans une chronique de La Nación, du 8 mai 1912. Cité par Pilar (...)

20L’histoire de la carrière littéraire de Pardo Bazán prouve qu’il ne lui a pas suffi de vouloir épouser les responsabilités et les fonctions d’un homme pour accéder à la tranquillité qu’elle réclamait dans ce courrier. Après des années de combats littéraires, la publication d’une « nouvelle question palpitante », de nombreuses et régulières collaborations dans les périodiques espagnols et latino-américains à grand tirage, la comtesse de Pardo Bazán obtint la chaire de « Littératures néo-latines » à l’Université de Madrid. Nul n’aurait pu lui reprocher de n’être pas assez qualifiée, pourtant c’est une salle vide, ou presque, qui attendait doña Emilia lorsqu’elle se présenta pour donner sa première conférence. En 1912, La comtesse de Pardo Bazán dut encore faire face à un échec cuisant : bien que sa candidature pour entrer à l’Académie Royale reçût l’appui de nombreux intellectuels, celle qui pensait être, sans doute à juste titre, « el escritor más combatido en España con furia ciega »31 essuya un nouveau refus.

  • 32 « Dona Emilia, “a Pardo Bazán” », El País Galicia, 5 mars 2010.

21La reconnaissance que Pardo Bazán voulait obtenir ne put être totale dans le monde masculin et misogyne des lettres péninsulaires de l’époque. Outre le fait d’appartenir au sexe dit faible, on ne pouvait tolérer la crudité de son réalisme, empreint de naturalisme. Écrire de façon brutale, dans ce contexte peu enclin à recevoir les remarques d’une voix féminine, a conduit les critiques littéraires à considérer que Pardo Bazán écrivait comme un homme ; son style trop « viril » fut perçu comme une provocation, un manque de finesse qui ne convenait pas à une artiste. C’est au contraire de cette brutalité audacieuse qu’il faut se réjouir : saluons la constance de doña Emilia qui ne se ravisa pas et qui prouva ainsi que l’on pouvait être femme et oser regarder au-delà des frontières, prôner le changement, poursuivre des idéaux. Figure de la rupture dans l’histoire littéraire, la courageuse Emilia Pardo Bazán fut avant tout, comme l’écrivit le romancier galicien Suso de Toro : « unha muller humanamente forte e unha escritora literariamente poderosa, dinamiteira »32.

Haut de page

Bibliographie

Baguley, David. Le naturalisme et ses genres. Le texte à l’œuvre. Paris : Nathan, 1995.

Bravo Villasante, Carmen. Emilia Pardo Bazán. La vida contemporánea (1896-1915). Madrid : ed. Magisterio Español, 1972.

Chevrel, Yves. Le naturalisme. Étude d’un mouvement littéraire international. Paris : Presses Universitaires de France, 1982.

Clémessy, Nelly. « La comtesse de Pardo Bazán et le conte rural. » Mélanges offerts à Charles Vincent Aubrun, I. Paris : H. Vidal Sephiha éditions, 1975. 191-200.

« Dona Emilia, “a Pardo Bazán”. » El País Galicia 5 mars 2010. Consulté le 23 novembre 2012 :
http://elpais.com/diario/2010/03/05/galicia/1267787905_850215.html.

Faus, Pilar. Emilia Pardo Bazán. Su época, su vida, su obra. A Coruña : Fundación Barrié de la Maza, 2005.

Goncourt, Edmond et Jules de. Journal, Mémoires de la vie littéraire, III, 1887-1896. Paris : Robert Laffont, 1989.

Mayoral, Marina. « Pardo Bazán : de la noticia a la ficción », Actas del II Simposio Emilia Pardo Bazán : Los cuentos. Ed. José Manuel González Herrán, Cristiña Patiño Eirín y Ermitas Penas Varela. A Coruña : Real Academia Galega-Fundación Caixa Galicia, 2006. 225-250.

Pardo Bazán, Emilia. La cuestión palpitante. Ed. José Manuel González Herrán. Barcelona : Anthropos-Universidad de Santiago de Compostela, 1989.

Pardo Bazán, Emilia. La literatura francesa moderna : el Naturalismo, Obras completas, vol. 41. Madrid : Renacimiento, 1911.

Pardo Bazán, Emilia. Los pazos de Ulloa, Obras completas, II. Madrid : Biblioteca Castro, 1999.

Pardo Bazán, Emilia. « Geórgicas », Obras completas, VIII. Madrid : Biblioteca Castro, 2004.

Pardo Bazán, Emilia. « El destino », Obras completas, IX. Madrid : Biblioteca Castro, 2005.

Pardo Bazán, Emilia. « Un destripador de antaño », Obras completas, IX. Madrid : Biblioteca Castro, 2005.

Pardo Bazán, Emilia, « El pinar del Tío Ambrosio », Obras completas, X, Madrid, Biblioteca Castro, 2005.

Paredes Núñez, Juan. Los cuentos de Emilia Pardo Bazán. Granada : Universidad de Granada, 1979.

Patiño Eirín, Cristina. « La abeja de oro en el Camafeo : presencia del cuento francés en los cuentos de Emilia Pardo Bazán. » Actas del II Simposio Emilia Pardo Bazán : Los cuentos. Ed. José Manuel González Herrán, Cristiña Patiño Eirín y Ermitas Penas Varela. A Coruña : Real Academia Galega-Fundación Caixa Galicia, 2006. 119-152.

Haut de page

Notes

1 « Las pupilas del angelote rechispeaban ; sus mejillas despedían lumbre, y dilataba la clásica naricilla con inocente concupiscencia de Baco niño. El abad, guiñando picarescamente el ojo izquierdo, escancióle otro vaso, que él tomó a dos manos y se embocó sin perder gota ; enseguida soltó la risa ; y, antes de acabar el redoble de su carcajada báquica, dejó caer la cabeza, muy descolorido, en el pecho del marqués », Emilia Pardo Bazán, Los pazos de Ulloa, p. 74.

2 Ce surnom fut donné par Pérez de Ayala comme en témoigne le travail critique de Carmen Bravo Villasante qui s’est intéressée à la réception des articles que la comtesse de Pardo Bazán écrivait dans La Ilustración Artística de Barcelona : « Doña Emilia es un fenómeno – ya la llamaba Pérez de Ayala “Lope con faldas” -, y cuanto más se la estudia y se la conoce, más fenomenal parece », Carmen Bravo Villasante, Emilia Pardo Bazán. La vida contemporánea (1896-1915), p. 7.

3 Luis Alfonso, qui voyait en doña Emilia le pendant espagnol de Zola, s’attira les foudres de la femme de lettres. Dans « Carta Magna », du 26 avril 1884, la réponse de « la Pardo Bazán » invitait le critique à lire convenablement son texte : « No vuelvo del asombro viendo que se intenta hacer de mí un Zola femenino, o por lo menos un discípulo activo del revolucionario francés. Dispénseme usted la merced de repasar mi libro, y hallará en él las numerosas restricciones que puse antes de aceptar la doctrina de Zola », Emilia Pardo Bazán, La cuestión palpitante, p. 368.

4 À ce propos, González Herrán signale dans son introduction à La cuestión palpitante : « Uno de los tópicos más repetidos por Pardo Bazán cada vez que se refiere al libro que aquí editamos es el de la ruidosa polémica que aquellos artículos levantaron ; no vamos a ponerlo en duda, pero sí relativizarlo un tanto : bastantes de los escritores aparecidos por aquellos días, a favor y en contra de las tesis de la coruñesa, adolecían de notable superficialidad (de la que no se salva, en sus respuestas, la propia doña Emilia) y muestran la confusión habitual en la mayor parte de la crítica española al tratar del naturalismo », ibid., p. 64.

5 David Baguley, Le naturalisme et ses genres. Le texte à l’œuvre, p. 136.

6 Dans leur manifeste, le groupe des cinq en vinrent à critiquer Zola : à trop vouloir se repaître de la misère des bas-fonds « il est tombé dans le cliché et l’obscénité : le charme du Maître est venu s’embourber dans l’ordure », ibid., p. 26-27.

7 « Un insigne novelista, de los que más prefiere el público español, me declaraba últimamente no haber leído a Zola, Daudet, ni ninguno de los escritores naturalistas franceses, si bien le llegaba su mal olor », La cuestión palpitante, cit., p. 134.

8 On a beaucoup reproché à Emilia Pardo Bazán de choisir, pour titre de chapitre, « los vencidos » et « los vencedores ». Les critiques voyaient aussi un grand déséquilibre dans la composition de La cuestión palpitante, qui consacrait trois chapitres à Zola alors que toutes ses remarques sur la littérature espagnole ne représentaient que deux chapitres de taille inférieure.

9 Ibid., p. 140.

10 Ibid., p. 205.

11 « […] y detiene su escalpelo antes de que llegue a lo íntimo de los tejidos y a los últimos pliegues del alma », ibid., p. 277.

12 Ibid., p. 299.

13 Cette image récurrente de la dissection sera de nouveau employée dans les études postérieures de doña Emilia. Dans La Literatura francesa moderna, par exemple, le théâtre naturaliste lui suggère ce commentaire : « Pintar a la humanidad tal cual es, descubrir sus flaquezas y lacras sin miedo ; tal es la finalidad de la nueva dramaturgia ; y lo hacen sin sombra de piedad ni de reprobación con indiferencia de vivisector en una clínica ». Encore, avec Fanny de Feydeau : « Fanny tiene ya el carácter de disección de las pasiones, operación que tentó después la codicia de tantos novelistas, y que sólo realizaron unos pocos », « Fanny es una novela cruda y terrible, y llega hasta la médula », Emilia Pardo Bazán, La literatura francesa moderna : el Naturalismo.

14 Yves Chevrel, Le naturalisme. Étude d’un mouvement littéraire international, p. 106.

15 Lors de ses séjours à Paris, la comtesse de Pardo Bazán fréquentait le grenier d’Auteuil des Goncourt. Elle devint une amie d’Edmond. La lecture du Journal nous offre d’ailleurs quelques passages où la présence de doña Emilia dans le salon littéraire est évoquée : « Dimanche 23 juin (1889). Beaucoup de monde chez moi. Mme Pardo Bazán, plus bien portante, plus sonore que jamais, m’apprend que décidément, elle a trouvé un éditeur pour sa traduction des Frères Zemganno, qui sera illustrée par le plus célèbre dessinateur du moment », Edmond et Jules de Goncourt, Journal, Mémoires de la vie littéraire, III, p. 285.

16 Ibid.

17 À ce jour, la collection de contes la plus complète est disponible grâce au travail de José Manuel González Herrán avec la publication des œuvres complètes d’Emilia Pardo Bazán dans la collection de la Biblioteca Castro. Certains récits, dispersés jusqu’alors, ont été édités dans les volumes XI et XII.

18 Nelly Clémessy, « La comtesse de Pardo Bazán et le conte rural », p. 192.

19 Juan Paredes Núñez, Los cuentos de Emilia Pardo Bazán, p. 25.

20 Doña Emilia admirait Maupassant, elle s’inspira de certains de ses récits et reprit la structure du récit encadré des Contes de la bécasse dans de nombreux contes. L’opposition des Raposo et Lebriña est similaire à celle qui sévit dans la campagne normande de Maupassant entre les Tuvache et les Vallin.

21 Emilia Pardo Bazán, « Geórgicas », p. 240.

22 Emilia Pardo Bazán, « El destino », p. 718.

23 Emilia Pardo bazán, « Un destripador de antaño », p. 27.

24 Ibid. , p. 26.

25 « ¡Aquellos farolillos! El abad los comparaba a los encendidos ojos de los lobos que rondan buscando presa. Aquellos faroles eran el cebo que había de atraer a la costa fatal a los navegantes extraviados por el temporal o la cerrazón, a pique de naufragio o náufragos ya, cuando tal vez no les quedaba otra esperanza que el esquife, con el cual intentaban ganar la costa… Llamados por las sirenas de la muerte a la playa fatal, apenas llegaban a la tierra, caía sobre ellos la muchedumbre aullante, el enjambre de negros demonios, armados de estacas, piedras, azadas y hoces… Esto se conocía por “ir a la ganadera” », Emilia Pardo Bazán, « El pinar del Tío Ambrosio », p. 736.

26 Juan Paredes Núñez revient sur la comparaison entre la cruauté des récits de Blasco Ibáñez et ceux de doña Emilia : « Si los cuentos de Blasco Ibáñez nos producen una impresión de repugnancia por las continuas escenas de sangre y carnicería, que el autor describe sin ningún tipo de concesiones, los de Pardo Bazán, ofrecen una imagen más sórdida y cruel, y ello debido, no a las escenas sangrientas, escenas que la autora tampoco rehuye, sino al calor humano que late en sus narraciones. Con razón Baquero Goyanes, pese a la técnica más objetiva de Blasco Ibáñez, prefiere “el naturalismo áspero pero humano de la Pardo Bazán” », op. cit., p. 68.

27 « Herir la sensibilidad en lo vivo », cité par Cristiña Patiño Eirín, « La abeja de oro en el Camafeo : presencia del cuento francés en los cuentos de Emilia Pardo Bazán », p. 122.

28 Ibid.

29 Certaines chroniques sont parfois l’embryon de récits courts. On pourra se reporter à l’article de Marina Mayoral, « Pardo Bazán : de la noticia a la ficción ».

30 Cité par Carmen Bravo Villasante, op. cit., p. 16.

31 Emilia Pardo Bazán employa ces mots dans une chronique de La Nación, du 8 mai 1912. Cité par Pilar Faus, Emilia Pardo Bazán. Su época, su vida, su obra, II, p. 241.

32 « Dona Emilia, “a Pardo Bazán” », El País Galicia, 5 mars 2010.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christian Boyer, « Le naturalisme, arme de la rupture : Emilia Pardo Bazán et le conte rural », Babel, 26 | 2012, 119-131.

Référence électronique

Christian Boyer, « Le naturalisme, arme de la rupture : Emilia Pardo Bazán et le conte rural », Babel [En ligne], 26 | 2012, mis en ligne le 08 mars 2013, consulté le 22 avril 2017. URL : http://babel.revues.org/2508 ; DOI : 10.4000/babel.2508

Haut de page

Auteur

Christian Boyer

CRIMIC (EA 2561 - Paris IV)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Babel. Littératures plurielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire Babel
  • Logo Université de Toulon
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org