Navigation – Plan du site
I. Espagne

Ruptures et dissidences dans le Diálogo del cazador y del pescador (Zaragoza, 1539) de Fernando Basurto

Christine Orobitg
p. 45-64

Résumé

Dans l’Occident médiéval et moderne de nombreux discours exaltent la chasse, décrite comme une école de vertu et de generositas, et comme l’activité naturelle des rois et des nobles. Mais cette vision fait aussi l’objet de critiques et de contestations, comme celle qui s’exprime dans le Diálogo del cazador y del pescador (1539) de Fernando Basurto. Opposant deux personnages, un jeune aristocrate chasseur et un vieux pêcheur, le texte de Basurto débouche sur une vituperatio de la chasse et sur un éloge de la pêche. Mais bien au-delà d’un débat sur les avantages respectifs de ces deux activités, le Diálogo del cazador y del pescador rompt les représentations admises – l’exaltation de la chasse, l’idéal martial, la traditionnelle association de la chasse à la generositas pour, finalement, condamner les pratiques aristocratiques, proposer d’autres valeurs et questionner l’ordre établi en contestant la supériorité de la noblesse elle-même.

Haut de page

Texte intégral

1Du Moyen Âge au XVIIe siècle, l’imaginaire ancien cultive une représentation idéalisée de la chasse. Présentée comme l’exercice naturel des rois et des nobles, la chasse apparaît comme une école de vertu et de generositas et constitue la plus noble des activités récréatives. Au-delà, la chasse est représentée comme l’espace dans lequel le roi et le noble construisent leur essence et exercent leur virtù : dès lors la chasse n’est plus loisir mais devoir, et divers manuels à l’usage des princes et des aristocrates insistent sur la nécessité, pour le noble, de chasser, non plus pour se délasser, mais dans un but d’accomplissement social : le noble (ou le prince) se construit, et construit son excellence et sa supériorité en chassant, il se perfectionne, va au bout de son essence.

  • 1 Fernando Basurto, Diálogo del cazador y del pescador.

2Mais cette vision fait aussi l’objet de nuances et de contestations. La plus originale de ces voix discordantes s’exprime probablement dans le Diálogo del cazador y del pescador (1539) de Fernando Basurto1. Opposant deux personnages, un chasseur (un jeune aristocrate) et un pêcheur (un vilain), le dialogue débouche sur une vituperatio de la chasse et sur un éloge de la pêche. Bien au-delà d’une simple querelle sur les excellences respectives de chaque exercice, le texte de Basurto questionne l’ordre établi et les représentations admises : l’exaltation de la chasse, l’idéal martial, et au-delà, la supériorité même de la noblesse.

1. L’hégémonie de la chasse dans la tradition culturelle

Une école de santé et de vertu

3Dans les textes doctrinaux, du Moyen Âge à la fin du XVIIe siècle, c’est un véritable lieu commun que d’affirmer que la chasse, parce qu’elle provoque une saine fatigue et bannit les pensées impures, garantit à la fois la santé du corps et la vertu de l’âme.

  • 2 Juan de Sahagún, Libro de cetrería, p. 15-16.
  • 3 Pedro Núñez de Avendaño, Aviso de caçadores y caça, p. 30.
  • 4 Manoel Severim de Faria, Discursos varios politicos, fol. 138 v-139 r.

4Juan de Sahagún affirme l’utilité de ce loisir, prévu « porque fuesen más sanos [los cuerpos] e por los quitar de vicio y pensamiento », et évoque l’exemple de Ninus, roi de Syrie et seigneur de Ninive, qui fut le premier à pratiquer la fauconnerie « por fazer ejercicio e guardarse de pecar »2. Les vertus de la chasse sont également exaltées par Juan Mateos (auteur d’un Origen y dignidad de la caza publié à Madrid, chez Francisco Martínez, en 1634) et par le juriste castillan Pedro Núñez de Avendaño, qui affirme dans son Aviso de caçadores : « el caçar es acto virtuoso y puédese llamar descansadero para exercitar otros actos de virtud »3. Des idées similaires apparaissent chez Manoel Severim de Faria, pour qui la chasse, placée par les Anciens sous le signe de chaste Diane, préserve la santé et permet de garder la chasteté en dépensant sainement le trop-plein d’énergie4.

Une activité noble et royale

  • 5 Philippe Salvadori, La chasse sous l’Ancien Régime, p. 10-26.

5Mais les implications de la chasse vont bien au-delà de ces considérations générales sur la vertu et le vice, dans la mesure où, dans les sociétés d’Ancien Régime, seule une élite, le roi et la noblesse, a le droit de chasser. La chasse constitue donc ce que les sociologues nomment une pratique distinctive, une activité visant à particulariser un groupe et à le distinguer des groupes inférieurs5.

  • 6 Ibid., p. 133-134.

6Pour Philippe Salvadori, le droit de chasse trouve son explication dans l’opposition de l’otium et du negotium : la chasse étant, par essence, un loisir (on reprochera justement aux braconniers d’en faire un negotium), elle exclut les laboratores et demeure réservée à une élite définie par l’oisiveté. Seuls les hommes dignes de ne rien faire, les individus détachés des travaux serviles ont le droit de chasser : aussi, pendant de longs siècles, la législation d’Ancien Régime empêchera-t-elle que les laboratores, les hommes du negotium, abandonnent leurs occupations pour s’adonner à ce plaisir6.

  • 7 Siete partidas, ou corpus juridique élaboré au XIIIe siècle par Alfonso Décimo el Sabio et qui serv (...)

7De nombreux discours insistent donc sur l’excellence de la chasse, décrite non seulement comme un loisir réservé aux rois et aux nobles, mais encore comme une de leurs obligations naturelles. Rappelant que « el Rey debe ser mañoso en cazar », la seconde Partida (título V, loi 20)7 recommande au monarque de chasser pour trois raisons : d’abord, « por alongar su vida & su salud & acrescentar su entendimiento & redrar de sí los cuydados & los pesares que son cosas que enbargan mucho el seso » ; ensuite, parce que la chasse est une préparation à l’« arte & sabiduría de guerrear ». Pour Juan Sahagún, c’est Dieu lui-même, dans son infinie sagesse, qui a voulu que les rois et les seigneurs pratiquent la chasse :

  • 8 Op. cit., p. 15.

[…] pues Dios así orden y con razón, por ende ordenaron los Reyes que primeramente fueron en el mundo, que los sus fijos e los fijos de los grandes hombres de sus reinos y señoríos usasen caza.8

8Ces représentations persistent avec force au Siècle d’Or. Elaborée par Juan Boscán, la traduction (Cortesano, 1534) du Cortegiano de Castiglione fait de la chasse une activité essentielle et nécessaire pour les « señores y hombres de corte ». Le gentilhomme courtisan devra pratiquer :

  • 9 Juan Boscán, El cortesano, p. 37

[…] muchos ejercicios, los cuales, aunque no proceden derechamente de las armas, tienen con ellas muy gran deudo y traen consigo una animosa lozanía de hombre. Entre éstos son los principales la caza y la montería, que en ciertas cosas se parecen a la guerra, y sin duda son los pasatiempos que más convienen a señores y a hombres de corte.9

9Même Juan de Mariana, dont le De rege et de regis institutione (Toledo, 1599) dénonce pourtant les plaisirs dont abusent les rois, recommande la chasse au futur monarque et affirme sa valeur pédagogique dans l’éducation du jeune prince :

  • 10 Juan de Mariana, Del rey y de la institución real, vol. 31, p. 506.

Añádase a estos juegos la caza ; enséñeles a perseguir las fieras a campo abierto y a trepar por los montes ; hágase que fatiguen el cuerpo con sed, con hambre, con trabajo.10

10École de la noblesse et de la royauté, la chasse apparaît donc comme un espace où nobles et rois acquièrent leur propre essence.

  • 11 Miguel de Cervantes, El ingenioso hidalgo Don Quijote de la Mancha, II, p. 307.

11D’ailleurs, lorsque le Duc du Quijote prodigue ses conseils à Sancho, futur gouverneur, il lui rappelle que la vénerie est un passe-temps approprié pour les nobles et les princes : « el ejercicio de caza de monte es el más conveniente y necesario para los reyes y príncipes que otro alguno »11.

12L’imaginaire ancien fait ainsi de la chasse l’exercice noble et royal par nature : les princes et aristocrates qui souhaitent se conformer à leur essence « généreuse », qui veulent être en accord avec eux-mêmes, doivent chasser.

Chasse, héroïsme et chevalerie : un espace de generositas

  • 12 Xénophon, Cynégétique, I, 18 : « Je conseille aux jeunes gens de ne pas mépriser la chasse, ni l’in (...)
  • 13 Don Juan Manuel, Libro de los estados, p. 199-200.

13Si la chasse est perçue comme une activité royale et noble, c’est aussi parce qu’elle est considérée, depuis Xénophon, comme une image de la guerre12. Véritable topos, le thème de la chasse comme « réplique » de la guerre s’inscrivait, dans l’Antiquité, dans une perspective essentiellement technique et pratique : parce qu’elle habitue le corps à l’effort, aux rigueurs climatiques, au maniement des armes, la chasse est une propédeutique à la guerre. Tout guerrier, même le plus humble des fantassins, était donc invité à chasser pour se perfectionner. Mais le Moyen Âge déplace ce topos vers la sphère des représentations nobles et chevaleresques : la chasse exaltée et recommandée, la chasse vertueuse n’est plus la chasse à pied, mais à cheval ; elle ne concerne plus tous les soldats, mais uniquement les aristocrates et plus spécifiquement les chevaliers. Car la chasse est pour les cavalleros l’espace où ils peuvent cultiver et perfectionner leur naturelle generositas. Qualité fondamentale, qui définit l’essence même de la noblesse et justifie ses privilèges, cette generositas doit être comprise dans toute la richesse polysémique du mot latin : elle renvoie à la fois à la noble naissance (être généreux c’est d’abord et avant tout être issu d’une gens supérieure), aux notions de courage, d’effort, d’excellence, de libéralité et de charité. Le Libro de los estados fait de la chasse un véritable devoir pour le chevalier : « […] si fuere de edat que pueda andar de cavallo et sofrir la fortaleza del tienpo, non deve dexar, por fuerte tienpo que faga, de ir a caça en cavallo »13.

14Le Libro de la montería affirme l’existence d’une profonde parenté entre la vénerie et la chevalerie :

  • 14 Alfonso XI, Libro de montería, I, p. 7-8.

[…] de todas las órdenes que Dios fizo, es la más alta la caballería, et de todas las cazas del mundo non ha más acostada a la caballería que ésta ; nin en que más ande el home en hábito de caballero, andando a ninguna de las otras cazas del mundo más que en ésta, porque anda de caballo et trae arma en la mano.14

15Indissociables, la chasse et la guerre constituent, selon Juan Arias de Ávila Portocarrero, des pratiques obligatoires pour les princes, les nobles et les chevaliers, où ces derniers cultivent et révèlent leur valeur :

  • 15 Juan Arias de Ávila Portocarrero, Discurso del falcón que vulgarmente se llama Esmerejón, p. 182.

Cosa es muy propia, no sólo de grandes señores y príncipes, como Vuestra Excelencia, pero aún de los caballeros y nobles hijosdalgo, que no pueden tanto por mostrar el valor de sus ánimos ser amigos de cosas difíciles y ocuparse en ejercicios militares y en algunos que propiamente son retratos de la guerra, como dice Xenofonte.15

16En accord avec un imaginaire faisant de la chasse l’occupation naturelle du héros et du guerrier, la Première églogue de Garcilaso montre le glorieux don Pedro de Toledo, vice-roi de Naples, s’adonnant à la chasse après la guerre :

  • 16 Garcilaso de la Vega, « Égloga primera », v. 7-20.

Tú, que ganaste obrando
un nombre en todo el mundo,
y un grado sin segundo,
agora estés atento, sólo y dado
al ínclito gobierno del estado,
Albano, agora vuelto a la otra parte,
resplandeciente armado,
representando en tierra al fiero Marte ;
agora de cuidados enojosos
y de negocios libre, por ventura
andes a caza, en monte fatigando
en ardiente jinete que apresura
el curso tras los ciervos temerosos,
que en vano su morir van dilatando.
16

17Physiques autant que moraux, les bienfaits de la chasse dessinent ainsi un périmètre fermé, excluant les roturiers, dans lequel s’expriment les différentes facettes de la generositas : la valeur, l’excellence, le courage, la libéralité, voire la prodigalité (chasser coûte cher) et la charité (chasser débarrasse les paysans des bêtes qui ravagent leurs cultures). Réservée aux meilleurs, l’activité cynégétique entretient leur essence supérieure et confirme leur position dominante.

L’infériorité de la pêche : pêche, avaritia et vilenie

  • 17 Op. cit., p. LXXVII.

18En concordance avec ces représentations, divers discours affirment, a contrario, l’infériorité de la pêche. Dans son introduction au Diálogo del cazador y del pescador Alberto del Río souligne avec justesse, pour le XVIe siècle : « [La] baja consideración social del ejercicio piscatorio, exclusivamente contemplado como actividad económica y relegada, por tanto, a las capas pobres de la población »17.

  • 18 Sur ce sujet, ibid., p. LXXIV et suiv.

19Ainsi, la pêche apparaît comme une activité de vilains, d’hommes au sang inférieur. Pis encore, à l’opposé de la chasse « généreuse », la pêche relève de la vile avaritia. Le noble, dans l’imaginaire collectif, ne chasse pas pour satisfaire un besoin alimentaire : il court les bois par délassement ou par goût de l’effort. Dénuée de tout calcul mesquin, la chasse se caractérise par la dépense généreuse (en effort, en argent, en hommes, en chiens), tandis qu’à l’opposé, des représentations tenaces associent la pêche à la misère et à la cupiditas. En décrivant, dans son quatrième chant, des pêcheurs tenaillés par la faim, l’Odyssée affecte la pêche d’un caractère purement alimentaire. Dans une perspective similaire, le Daphnis et Chloé de Longus oppose l’existence idyllique des bergers à la vie sordide des pêcheurs18. Enfin, la pêche ne nécessite pas une grande vigueur ni une grande activité physique : dans ce domaine aussi elle s’oppose à la chasse, occupation « généreuse » où l’on se dépense sans compter.

  • 19 Don Juan Manuel, Libro de la caza, I, p. 521-522.

20Sa consubstantielle avaritia fait de la pêche une activité vile, indigne de l’homme bien né. Les Lois (VII, 823) de Platon déconseillaient déjà sa pratique aux jeunes de la polis. Dans une perspective analogue, lorsque Don Juan Manuel, dans son Libro de la caza, néglige d’évoquer la pêche, il justifie son choix en la décrivant comme une activité inférieure, indigne d’être mentionnée dans un ouvrage destiné à un noble lectorat19. Dans l’ancien système de représentation, la pêche, considérée comme une activité de rustici, de vilains dont elle satisfaisait la mesquinerie naturelle, apparaît comme une occupation ignoble (ignobilis, obscur, inconnu, de basse naissance).

Chasse et mise en scène de l’aristocratie et de la monarchie

21La chasse occupe une fonction essentielle dans les représentations que l’aristocratie et la monarchie donnent d’elles-mêmes.

  • 20 Cité par Antonio Domínguez Ortiz, Las clases privilegiadas en la España del Antiguo Régimen, p. 32.

22Sur le plan factuel, la plupart des nobles (même les moins fortunés) chassaient et entretenaient un ou plusieurs chiens, manière d’affirmer leur appartenance à une classe privilégiée. Ce qui est vrai pour le modeste hidalgo l’est plus encore pour le noble aisé. Chevalier de Jerez, Pedro de Riquelme possédait un important équipage de chasse, composé de nombreux chevaux ainsi que de « muchos perros de caza, galgos, azores » que l’auteur de l’inventaire des biens inclut, de manière significative, dans les attributs nobiliaires, les « atavíos de caballero hijodalgo »20. La thématique cynégétique joue aussi un rôle privilégié dans les portraits des nobles, qui aiment se faire représenter (tel le Duc de Pastrana peint par Juan Carreño de Miranda) à la chasse, en tenue de chasse ou accompagnés de leur chien.

  • 21 Alphonse X, Setenario, p. 13.
  • 22 Élaborées entre 1250 et 1284, les Cantigas de Santa María, ou Chants à la Vierge, sont l’œuvre monu (...)

23La chasse est tout aussi essentielle dans la mise en scène de la monarchie. Parmi les qualités que le Setenario attribue au roi Fernando, figure en bonne place son habileté cynégétique : « Era muy sabidor de caçar toda caça »21. Quant aux Cantigas de Santa María (Códice rico)22, elles ne manquent pas de montrer Alphonse X à la chasse, entouré de ses nobles (cantiga 142). L’idée qui sous-tend toutes ces représentations est que la chasse perfectionne le monarque dans sa fonction et l’enracine dans son identité.

  • 23 Juan Mateos, Origen y dignidad de la caza.

24Au Siècle d’Or, la mode de la mise en scène cynégétique dans l’iconographie royale s’amplifie encore : en 1634-35 Velázquez représente Philippe IV, le prince héritier Baltasar Carlos et le Cardinal-Infant, futur gouverneur des Pays-Bas, à la chasse. Philippe IV commanda au peintre flamand Pieter Snayers un tableau destiné à immortaliser une chasse au sanglier effectuée en 1637, dans laquelle le monarque, dans une royale démonstration de courage et de generositas, descendit de cheval pour achever la bête. Le Prado possède d’ailleurs trois toiles de ce peintre représentant des chasses de Philippe IV et une toile figurant une chasse du Cardinal-Infant. Un tableau de Juan Bautista del Mazo (également conservé au Prado) montre Philippe IV à la chasse accompagné de la Reine Isabelle. L’Origen y dignidad de la caza de Juan Mateos23, enfin, inclut sept gravures de Pierre Perret fils représentant Philippe IV à la chasse au sanglier. Généralement commandées par le roi ou par son entourage, ces images s’insèrent dans un dispositif de propagande monarchique : dotée d’un rôle essentiel dans la construction de l’image royale, la chasse confirme le roi dans son essence et légitime son pouvoir.

25Ces préliminaires étaient nécessaires pour comprendre la profonde originalité du texte de Fernando Basurto, la dimension de rupture qui l’habite.

2. L’originalité de Fernando Basurto : vers une vituperatio de la chasse et un éloge de la pêche

Les circonstances du texte

  • 24 Nicolás Antonio, Bibliotheca Hispana Vetus, X, n° 855.
  • 25 Félix Latassa y Ortín, Biblioteca nueva de los escritores aragoneses que florecieron desde el año d (...)

26On sait peu de choses sur Fernando Basurto. Nicolás Antonio le dit probablement aragonais (« verosimiliter aragonensis »)24. Latassa dans sa bibliographie d’écrivains aragonais affirme qu’il est né à Jaca25, hypotèse que semble confirmer une autre œuvre rédigée par Basurto, une hagiographie de Santa Orosia, patronne de Jaca.

  • 26 Pierre Geneste, « Un ouvrage retrouvé, le Colloque du chasseur et du pêcheur de Fernando Basurto ».

27Intitulée Dialogo del Cazador y el Pescador, l’œuvre qui nous occupe fut publiée en 1539 à Saragosse, par Jorge Coci. Longtemps demeurée dans l’ombre, elle a fait l’objet d’un premier article de Pierre Geneste26, publié en 1978, avant d’être éditée en 1990, avec une introduction très fournie, par Alberto del Río, qui est le seul à avoir accordé au texte, dans son édition critique, l’attention qu’il mérite.

28Le texte se présente comme un dialogue entre un chasseur – jeune aristocrate – et un vieux pêcheur. Si, au départ, chacun des deux personnages défend l’activité qu’il pratique, le texte se mue rapidement en vituperatio de la chasse et en éloge de la pêche, et se termine par un petit traité sur l’art de la pêche.

29D’emblée, la brève introduction narrative souligne la différence sociale entre les deux personnages (« Introdúzense un cavallero caçador y un viejo pescador ») : l’un est noble et appartient à l’oligarchie aisée des chevaliers, l’autre un humble roturier. L’inégalité sociale est aussi perceptible dans la différence des tratamientos (les pronoms d’adresse qui régissent l’interlocution dans l’Espagne des XVIe et XVIIe siècles) : le chasseur tutoie le pêcheur, alors que ce dernier lui donne du vos. Les implications sociales, loin d’être un détail, vont constituer l’un des enjeux du dialogue.

La chasse : bruit, désordre et vanitas

30Le texte de Basurto assimile avec une grande insistance la chasse au tapage, au bruit, à la vanitas. L’entrée en scène du chasseur se caractérise par le tumulte et l’agitation :

  • 27 Op. cit., p. 9.

¡O válame Nuestra Señora! Y qué cavallero viene caçando por el canto de la ribera con retumbo de tan grandes gritos… Que si mi ventura no le desvía que por esta parte no venga, no puede ser sino que los peces que agora me están picando huirán de tan sobrado estruendo como él y sus perros y criados vienen haziendo […]. ¡O maldito sea el caçador! ¡Y qué vozes viene dando!27

31Omniprésent dans le texte, ce thème n’est pas un simple épiphénomène, un détail pittoresque qui marque l’entrée en scène du personnage et alimente une illusion de réel, mais s’inscrit au cœur d’une antithèse structurante entre deux réseaux de signification, deux univers de sens et d’images que le texte oppose dans sa réflexion : d’un côté, la chasse, univers frivole du bruit, du divertissement, de la vaine gloire et, au-delà, de l’ignorance et de la violence (envers le monde et envers le prochain) ; de l’autre la pêche, univers d’ascèse, de savoir, de paix et de respect (de la nature et du prochain). Réduite à sa surface, au bruit et à la fureur, la chasse est vidée de tout contenu, de tout profit moral et de toute légitimité : elle n’est que vanitas, agitation inutile et orgueilleuse.

Pêche, sagesse, retraite et savoir

32De manière originale, Basurto détache la pêche des représentations de vilenie et de cupiditas qui lui sont traditionnellement associées. Dans le Diálogo del cazador y del pescador, la pêche perd ses traditionnelles implications matérielles, alimentaires, pour devenir une ascèse exemplaire.

  • 28 Ibid., p. 18, 22, 25.

33Le texte de Basurto représente le pêcheur comme un sage, retiré du monde. Mais cette retraite n’est pas synonyme de vacance de l’esprit, de paresse ignorante. Au contraire, le pêcheur est un homme sage et instruit, qui tire son savoir de son expérience et de ses nombreuses lectures. Le gentilhomme souligne à plusieurs reprises la culture du vieux pêcheur et l’argumentation de ce dernier s’appuie fréquemment sur des exemples et des références empruntés à des textes sacrés autant que profanes : Ha gran tiempo que lehí la segunda parte de la General Estoria/Havéis de saber que hallé escrito en las antiguas historias de un rey que fue de Castilla/Sí que he leído de Estacio28.

34Face au bruit et à la fureur de la chasse, la pêche apparaît comme un espace de savoir, de sagesse et de contemplation, proposés comme des valeurs nouvelles, des alternatives aux valeurs cynégétiques, guerrières et aristocratiques.

Chasse et vice

35Le texte de Basurto contredit et renverse les topoi. Contre le locus communis du pêcheur vil et cupide, il affirme le caractère généreux et désintéressé de cet exercice, qui permet à l’âme de s’élever par la réflexion. Contre le topos de la chasse vertueuse, le Diálogo del cazador y del pescador souligne au contraire les dangers que la chasse fait courir à l’âme :

  • 29 Ibid., p.13.

Caçador : Pues dexadas aparte nuevas contiendas, dime qué se pierde por caçar.
Pescador : El ánima no pocas vezes, lo que no haze por le pescar, pues muchas vezes se gana por razón del aparejo que tiene el exercicio.
Caçador : ¿E tan peligrosa es la caça que el alma se pierde por ella?
29

  • 30 Ibid., p. 25.

36Basurto reprend également à son compte la sentence de Saint Jérôme, selon laquelle « il n’y a pas de chasseur qui soit saint ». Aux objections du chasseur, qui évoque l’exemple de Saint Eustache, le pêcheur répond que ce saint « no fue santo por las obras que hizo caçando sino por la que hizo viviendo, siendo gentil y maestro de cavallería de emperador »30. Pleine de bruit et de fureur, la chasse conduit le chasseur à la colère, à la violence, à la vanité et à l’oubli de Dieu. Pris par sa passion, le chasseur omet souvent de remplir ses devoirs de chrétien :

  • 31 Ibid., p. 28.

Pescador : Porque si yo vengo a pescar en los vedados días, no vengo antes de amanescer ni sin primero oír missa y reconoscer ante Dios que soy cristiano como vosotros, que como idólatras el día que vais a caça ni dais limosna, ni oís missa ni rezáis oración.31

  • 32 Ibid., p. 30.

37Basurto recourt aussi à un argument traditionnel des détracteurs de la chasse consistant à souligner l’abondance, à la chasse, des accidents mortels qui mettent en péril le salut de l’âme par une mort violente et sans confession32.

Chasse vs charitas : vers une dénonciation des pratiques et des mœurs de la noblesse

38Contre les traditions d’éloge cynégétique qui faisaient de la chasse une école de generositas, Basurto souligne au contraire l’absence de charité de cet exercice. Le procédé est, là encore, celui du renversement paradoxal. Alors que la chasse est traditionnellement associée à la generositas noble et royale, le Diálogo del cazador y del pescador l’associe au désir égoïste, à la poursuite d’un plaisir qui demeure exclusivement personnel. Au fil du dialogue, le pêcheur emploie à plusieurs reprises le terme codicia, souvent accompagné de l’épithète sobrada (excessive), pour décrire le comportement de certains chasseurs capables des pires excès ou des plus graves erreurs pour satisfaire leur passion :

  • 33 Ibid., p. 19. C’est nous qui mettons en italiques.

El primero que me acuerdo fue Lucio Meridiano, cavallero noble de condición, sabio e no poco eloquente, natural de Roma e ditador en ella. El qual con sobrada codicia de la caça, yendo a señorear el principado de Taranto, salió a caça de puercos. E yendo en seguimiento de uno que los lebreles llevan acossado, cayó su cavallo con él en el lago de la Sibilla y nunca más paresció. Martiniano, capitán de los romanos contra los lacedemones, por ruego de su amiga Leandra salió a caça en las faldas de los Alpes de Bolonia. E siguiendo a un osso con muy sobrada codicia de matalle, fue a dar en el campo de sus enemigos.33

39Parallèlement, le texte de Basurto évoque longuement les dommages que la chasse cause aux pauvres gens :

  • 34 Ibid., p. 13-14.

Pescador : Bolved los ojos atrás por donde havéis venido y veréis quán perdidos dexáis los sembrados de la huella de vuestros criados. E de que los hayáis visto, miraréis los daños que dexáis hechos en las huertas e las destruición de las viñas por donde havéis passado. Y en esto conosceréis la ventaja que para lo de Dios haze mi exercicio a vuestra caça, pues de tal restitución yo vivo muy al seguro, pues como veis, no hay próximo a quien perjudique, ni pocos a quien los caçadores no perjudicáis, y tan en general que ninguno queda que no incurre en este pecado.34

40La chasse devient le contraire de la charitas et se caractérise par un véritable mépris du prochain dont on piétine les cultures :

  • 35 Ibid., p. 30.

Pescador : Buscando la caça, ni dexáis huertas que no destruís, ni viñas que no descepáis, ni açafranales que no perdéis, ni sembrados que no holláis.35

41Violente et sanglante, la chasse éloigne l’homme de Dieu et de la charitas : aucune âme véritablement noble et généreuse ne saurait donc dignement la pratiquer. Le texte devient une défense des intérêts des paysans contre la chasse aristocratique, qui saccage les cultures. On le voit, au-delà du débat sur les mérites respectifs de la chasse et de la pêche, le texte de Basurto se révèle dense en implications sociales et se mue en critique des mœurs et des pratiques de la noblesse.

La contestation du primat axiologique de la noblesse

42Enfin, au-delà, le Diálogo del cazador y del pescador questionne l’ordre établi et le bien-fondé des discriminations basées sur le sang et la naissance. Pour le vieux pêcheur, chacun est fils de ses actes.

43À une hiérarchie sociale fondée sur le sang et le lignage, le vieux pêcheur oppose une hiérarchie morale qui affirme la priorité des œuvres sur le statut social et la naissance et où malgré leur pauvreté les pêcheurs deviennent supérieurs aux riches chasseurs :

  • 36 Ibid., p. 12.

Pescador : E sobre todo dezís que son de baxeza mis obras, e si con discreción queréis los cavalleros juzgar las vuestras, hallaréis que son de mayor quilate las de los pobres pescadores que no las de los caçadores ricos.36

44Proposant une pureté et une valeur basées sur les actes et la vertu, le texte de Basurto révèle une dimension de critique sociale. La critique de la chasse devient critique des pratiques de la noblesse mais aussi, et au-delà, critique des privilèges et des fondements même de la noblesse.

3. Une écriture au service de la rupture

45Diverses techniques d’écriture contribuent à contester les hiérarchies traditionnelles entre chasseurs et pêcheurs. Un des procédés d’écriture les plus récurrents et les plus caractéristiques de la volonté de rupture est le jeu des inversions.

46Tout au long du dialogue, la caractérisation des personnages renverse la hiérarchie sociale et affirme la supériorité du pêcheur sur le chasseur. Si, au début, le pêcheur apparaît comme un inférieur (le texte souligne sa pauvreté, la noble extraction de son interlocuteur et, le rapport interlocutif opposant le vouvoiement de l’un au tutoiement de l’autre, marque la différence sociale), au fil du dialogue, le texte impose une hiérarchie inverse, fondée sur le savoir et la sagesse, au sein de laquelle le chasseur devient un disciple, un inférieur, et le pêcheur un maître.

  • 37 Ibid., p. 25 : « Pescador : […] aunque príncipes y señores no han seguido mi exercicio, que no han (...)

47Les univers de référence utilisés par chacun des deux interlocuteurs démontrent également la prééminence du pêcheur. En effet, si le chasseur se targue de pratiquer une activité digne des princes et seigneurs, le pêcheur, pour sa part, cite l’exemple des apôtres Saint Pierre et Saint André, qui étaient pêcheurs, ce qui, explique-t-il, « es harto mejor que príncipes ni señores »37, sans compter que le motif de la quête du poisson renvoie implicitement à la quête du Christ. L’univers de référence de la pêche est moral et spirituel, celui de la chasse vain et profane.

  • 38 Ibid., p. 11, 42, 43 et 47.

48L’espace de parole octroyé à chaque personnage, la nature des verbes et des tournures employées révèlent également la supériorité du pêcheur. Le chasseur est tout d’abord souvent dans une position de demandeur, comme le démontre l’emploi de nombreux subjonctifs (« me digas »), de verbes de demande et de prière (« te ruego », « dime », « quiero ser informado ») : pues por amor mío, que me digas cómo mi exercicio tiene a infinitos quexosos/quiero ser informado desse cavallero de Luna/Aqueso me declara, por amor mío, por sacarme de duda/pues ruégote me digas38.

49Le pêcheur manie par ailleurs essentiellement l’assertion, alors que les tournures interrogatives prédominent dans les interventions du chasseur, à tel point que vers la fin du dialogue, les incessantes questions du chasseur suscitent une bienveillante plaisanterie de la part du pêcheur :

  • 39 Ibid., p. 46.

Pescador : Agravio os haze el rey.
Cazador : ¿En qué?
Pescador : En no daros salario por preguntador.
39

  • 40 Ibid., p. 14 et 24-25.

50Enfin, une étude comparée de la situation initiale et de la situation finale montre un véritable renversement des situations. Le chasseur qui, au début du dialogue, fait irruption sur les paisibles rives de la rivière, est convaincu de sa supériorité. Mais lorsque les deux personnages se séparent, à la fin du texte, le chasseur repart convaincu de la noblesse de la pêche et, surtout, imprégné d’un modèle de vie (fondé entre autres sur le respect de l’autre) qui est à l’opposé des valeurs qui régissaient jusque-là son existence. Le pêcheur éclaire le chasseur, le guide, l’éduque. Celui-ci le reconnaît dès les premiers échanges (« De cosa me has alumbrado que hasta hoy havía pensado en ella »), et tout au long du dialogue, en répétant à plusieurs reprises « tienes razón », « Bien tienes razón » ou encore « Tú tienes razón ».40

51L’un des renversements les plus significatifs prend pour objet la traditionnelle opposition de la chasse généreuse à la pêche cupide, ce qui conduit à rompre l’identification topique de la chasse à la generositas et à la charitas, catégories intimement associées aux valeurs chrétiennes et aux représentations de la noblesse. Le système de représentation, relayé par de très nombreux textes de l’Espagne médiévale et classique, affirme que la chasse est dépassement de soi, vertu, générosité. Basurto démontre qu’elle n’est qu’égoïsme, aliénation par des passions animales, violence. Enfin, parce qu’elle détruit les cultures, elle est le contraire même de la charitas. Parallèlement, la pêche, traditionnellement associée à la vilenie et à la cupiditas, est associée à la sagesse et à l’élévation de l’âme. Elle n’apparaît plus comme une profession mesquine, tournée vers le monde et motivée par le gain matériel, mais comme une activité généreuse, tournée vers la contemplation et le renoncement, nimbée de légitimité spirituelle.

4. Vers un bilan : limites et complexités de la rupture

  • 41 Ibid., p. LXXIV-C.

52La rupture que véhicule le texte de Fernando Basurto doit être nuancée, car le Diálogo del cazador y del pescador, tout en étant profondément original, s’inscrit dans des héritages littéraires et renvoie à des sources qu’Alberto del Río, dans son édition critique du texte, a exposé de manière très complète41. Ces sources, auxquelles on pourrait ajouter d’autres exemples, montrent que certaines idées développées par Basurto ne sont pas, en elles-mêmes, totalement nouvelles. L’originalité réside dans la systématisation du propos, dans l’association de la critique morale de la chasse (passion qui va jusqu’à l’aliénation, divertissement qui écarte l’homme de Dieu) à une critique sociale.

53Par ailleurs, un examen de la dernière partie du dialogue conduit à nuancer l’idéal de paix qui était, au début du texte, exalté et proposé comme contre-modèle à la chasse. Affirmant que la seule chasse légitime est la chasse aux infidèles, la fin du texte de Basurto célèbre les exploits guerriers du Cid, de Charles Quint, et de deux grandes maisons nobles (les Heredia et les Luna). La contestation de l’idéal martial (qui justifie et motive la plupart des apologies de la chasse), l’idéal d’une vie paisible respectueuse de l’autre et de la nature, sont annulés par une série de passages qui exaltent la guerre contre l’infidèle :

  • 42 Ibid., p. 37.

Pues después dél acuérdeseos qué caçador de agarenos fue aquel buen Cid Campeador, vencedor de las batallas, quando también con ayuda de la divina gracia y resollo de Sant Lázaro hizo en ellos crueles hazañas, ansí en batallas como en escaramuças, hasta que ganó Valencia con muertes y destruiçión de tanto número de moros que su cuenta no tuvo cuento.42

  • 43 Ibid., p. XLIV.

54Le panégyrique des maisons Luna et Heredia s’explique probablement pour des raisons de clientélisme. Comme le signale Alberto del Río43, Basurto avait déjà dédié son roman chevaleresque, Don Florindo, au descendant des Heredia, et la couverture du Diálogo del cazador y del pescador ainsi que le prologue expliquent que le texte fut écrit pour célébrer l’attribution par Charles Quint à Pedro Martínez de Luna du titre de comte de Morata.

55Ces derniers éléments révèlent combien les circonstances d’une écriture, en l’occurrence au service d’un mécène noble, influent inévitablement sur ses contenus (comme on devait s’y attendre), ainsi que la part de contradiction qui habite l’œuvre de Basurto, à la fois critique vis-à-vis de la chasse, de la noblesse, du bruit et de la violence, et chantre, à la fin de l’œuvre, de la guerre sainte et des grandes maisons aristocratiques.

5. Vers d’autres ruptures

56L’un des piliers de la critique de la chasse demeure la valeur accordée à la charitas. C’est au nom de la charitas que la chasse est dénoncée. À ceux qui la considèrent comme une propédeutique de la vertu, une école de courage et de generositas, Basurto répond que la chasse n’a rien de vertueux, ni de généreux : elle est violence, égoïsme, fracas, le contraire même de la charitas. La place centrale accordée à l’amour et au respect du prochain suggère la présence dans le texte d’un souffle, d’une inspiration érasmiste. Cela se voit confirmé par un autre passage, où la description que le pêcheur fait de ses ustensiles se fait raillerie du culte rendu aux reliques :

  • 44 Ibid., p. 31.

Que tiene un troço que fue cortado de la planta y árbol de Jessé y el puntal de arriba fue sacado de la barba de la vallena que tragó a Jonás propheta, y los pelos del sedal son de los cabellos blancos que Darida cortó a Sansón cuando le privó de la fuerça. Y esta calabacilla que veis, en que tengo mi vino, fue la que llevava Joseph quando fue huyendo en Egipto. Y esta cesta en que echo el pescado fue la que dexó San Pedro riberas del mar cuando siguió a Nuestro Señor.44

  • 45 Voir notamment Marcel Bataillon, Érasme et l’Espagne - Recherches sur l’histoire spirituelle du XVI(...)

57Or le culte des reliques, qui constitue justement l’un des points de discorde essentiels entre catholiques et luthériens, est fustigé par Érasme, comme le sont aussi, pour la même raison, la vénération des saints ou les ventes d’indulgences: partisan d’une religiosité intérieure fondée sur la prière mentale et inspirée de la devotio moderna, Érasme y voit l’expression d’une piété superstitieuse45.

58Ce passage demeure isolé dans le texte de Basurto et la critique religieuse ne trouvera pas d’autres relais au sein du Diálogo del cazador y del pescador. La rupture se situe cette fois, sur le plan de la foi et de la spiritualité. De la critique de la chasse, des pratiques et des privilèges aristocratiques le texte glisse, aussi rapidement que subrepticement, vers la critique d’une pratique religieuse entachée de superstition.

Haut de page

Bibliographie

Alfonso X. Setenario. Éd. Kenneth Vanderford. Barcelona : Crítica, 1984.

Alfonso XI. Libro de la montería. Éd. José Gutiérrez de la Vega. Madrid : Imprenta Tello, 1877.

Antonio, Nicolás. Bibliotheca Hispana Vetus. Madrid : veuve et héritiers de Joaquín Ibarra, 1788.

Arias de Ávila Portocarrero, Juan. Discurso del falcón que vulgarmente se llama Esmerejón. Éd. Antonio Manzanares Palarea. Madrid : Alcotán, 1984.

Basurto, Fernando. Diálogo del cazador y del pescador. Éd. Alberto del Río Noguer. Huesca : Instituto de Estudios Altoaragoneses, 1990.

Bataillon, Marcel. Érasme et l’Espagne - Recherches sur l’histoire spirituelle du XVIe siècle. Réédition augmentée et corrigée de 1991. Genève : Droz, 1998.

Boscán, Juan. El cortesano. Madrid : Espasa Calpe, 1980.

Cervantes, Miguel de. El ingenioso hidalgo Don Quijote de la Mancha. Madrid : Clásicos Castalia, 1978.

Domínguez Ortiz, Antonio. Las clases privilegiadas en la España del Antiguo Régimen. Madrid : Istmo, 1973.

Don Juan Manuel. Libro de los estados. Éd. Ian R. Mac Pherson y Robert Brian Tate. Madrid : Castalia, 1991.

Don Juan Manuel. Libro de la caza, Obras completas. Madrid : Gredos, 1981.

Garcilaso de la Vega. « Égloga primera. » Églogas. Buenos Aires : Estrada Editores, 1946. 33-47.

Geneste, Pierre. « Un ouvrage retrouvé, le Colloque du chasseur et du pêcheur de Fernando Basurto. » Bulletin Hispanique LXXX (janvier-juin 1978) : 5-38.

Latassa y Ortín, Félix. Biblioteca nueva de los escritores aragoneses que florecieron desde el año de 1500 hasta 1599. 2 vol. Zaragoza y Pamplona : 1796 y 1798.

Mariana, Juan de. Del rey y de la institución real, Obras. Madrid : Biblioteca de Autores Españoles, 1950, vol. 31. 463-576.

Mateos, Juan. Origen y dignidad de la caza. Madrid : Francisco Martínez, 1634.

Núñez de Avendaño, Pedro. Aviso de caçadores y caça. Madrid : Pedro Madrigal, 1593.

Sahagún, Juan de. Libro de cetrería. Éd. Antonio Manzanares Palarea. Madrid : Alcotán, 1984.

Salvadori, Philippe. La chasse sous l’Ancien Régime. Paris : Fayard, 1996.

Severim de Faria, Manoel. Discursos varios políticos. Evora : Manoel Carvalho, 1624.

Xénophon. Cynégétique, Oeuvres complètes. Trad. Pierre Chambry. Paris : Garnier-Flammarion, 1967.

Haut de page

Notes

1 Fernando Basurto, Diálogo del cazador y del pescador.

2 Juan de Sahagún, Libro de cetrería, p. 15-16.

3 Pedro Núñez de Avendaño, Aviso de caçadores y caça, p. 30.

4 Manoel Severim de Faria, Discursos varios politicos, fol. 138 v-139 r.

5 Philippe Salvadori, La chasse sous l’Ancien Régime, p. 10-26.

6 Ibid., p. 133-134.

7 Siete partidas, ou corpus juridique élaboré au XIIIe siècle par Alfonso Décimo el Sabio et qui servit de base à la législation postérieure, jusqu’aux Leyes de Toro de l’Espagne post-tridentine.

8 Op. cit., p. 15.

9 Juan Boscán, El cortesano, p. 37

10 Juan de Mariana, Del rey y de la institución real, vol. 31, p. 506.

11 Miguel de Cervantes, El ingenioso hidalgo Don Quijote de la Mancha, II, p. 307.

12 Xénophon, Cynégétique, I, 18 : « Je conseille aux jeunes gens de ne pas mépriser la chasse, ni l’instruction en général, c’est par là qu’on devient bon à la guerre ».

13 Don Juan Manuel, Libro de los estados, p. 199-200.

14 Alfonso XI, Libro de montería, I, p. 7-8.

15 Juan Arias de Ávila Portocarrero, Discurso del falcón que vulgarmente se llama Esmerejón, p. 182.

16 Garcilaso de la Vega, « Égloga primera », v. 7-20.

17 Op. cit., p. LXXVII.

18 Sur ce sujet, ibid., p. LXXIV et suiv.

19 Don Juan Manuel, Libro de la caza, I, p. 521-522.

20 Cité par Antonio Domínguez Ortiz, Las clases privilegiadas en la España del Antiguo Régimen, p. 32.

21 Alphonse X, Setenario, p. 13.

22 Élaborées entre 1250 et 1284, les Cantigas de Santa María, ou Chants à la Vierge, sont l’œuvre monumentale et collective des artistes réunis à la Cour de Castille par Alfonso X el Sabio et du roi lui-même. Nous renvoyons ici au codex dit Códice rico conservé à la bibliothèque de El escorial.

23 Juan Mateos, Origen y dignidad de la caza.

24 Nicolás Antonio, Bibliotheca Hispana Vetus, X, n° 855.

25 Félix Latassa y Ortín, Biblioteca nueva de los escritores aragoneses que florecieron desde el año de 1500 hasta 1599.

26 Pierre Geneste, « Un ouvrage retrouvé, le Colloque du chasseur et du pêcheur de Fernando Basurto ».

27 Op. cit., p. 9.

28 Ibid., p. 18, 22, 25.

29 Ibid., p.13.

30 Ibid., p. 25.

31 Ibid., p. 28.

32 Ibid., p. 30.

33 Ibid., p. 19. C’est nous qui mettons en italiques.

34 Ibid., p. 13-14.

35 Ibid., p. 30.

36 Ibid., p. 12.

37 Ibid., p. 25 : « Pescador : […] aunque príncipes y señores no han seguido mi exercicio, que no han faltado santos y apóstoles que en tiempos passados la siguieron, que es harto mejor que príncipes ni señores. Si no, mirad a Sant Pedro e a Sant Andrés, si fueron pescadores quando Nuestro Señor los llamó diziendo que le siguiessen ».

38 Ibid., p. 11, 42, 43 et 47.

39 Ibid., p. 46.

40 Ibid., p. 14 et 24-25.

41 Ibid., p. LXXIV-C.

42 Ibid., p. 37.

43 Ibid., p. XLIV.

44 Ibid., p. 31.

45 Voir notamment Marcel Bataillon, Érasme et l’Espagne - Recherches sur l’histoire spirituelle du XVIe siècle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christine Orobitg, « Ruptures et dissidences dans le Diálogo del cazador y del pescador (Zaragoza, 1539) de Fernando Basurto », Babel, 26 | 2012, 45-64.

Référence électronique

Christine Orobitg, « Ruptures et dissidences dans le Diálogo del cazador y del pescador (Zaragoza, 1539) de Fernando Basurto », Babel [En ligne], 26 | 2012, mis en ligne le 08 mars 2013, consulté le 26 mars 2017. URL : http://babel.revues.org/2476 ; DOI : 10.4000/babel.2476

Haut de page

Auteur

Christine Orobitg

Aix-Marseille Université UMR 7303 TELEMME

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Babel. Littératures plurielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire Babel
  • Logo Université de Toulon
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org