Navigation – Plan du site

Texte intégral

1Ce vingt-sixième volume de la revue Babel recueille vingt contributions explorant le monde hispanique, divers et multiculturel mais entretenant depuis de nombreux siècles des liens d’amour et de haine, liens célébrés ou décriés dans une langue elle aussi marquée par de multiples singularités, mais restant commune à l’ensemble de ce monde. Réunies autour d’une réflexion sur la notion de rupture par rapport à une norme artistique ou non artistique – distinction qui guidera cet avant-propos –, ces études proposent l’examen d’œuvres d’art nées dans l’aire hispanique, ou analysent aspects de son réel et documents non fictionnels en lien avec lui, entraînant le lecteur dans un mouvement perpétuel fait d’infinies ruptures.

1. Rupture et art

  • 1 Milan Kundera, Le rideau, Paris, Gallimard, 2005, p. 16.

2Les fameuses questions métaphysiques : d’où venons-nous ? Où allons-nous ? ont, en art, un sens concret et clair, et ne sont pas du tout sans réponses.1

3En prenant les figures de la rupture pour objet, c’est précisément ce mouvement, fait d’arrachement et de tension, qu’examinent les contributions sur les arts et leur histoire réunies dans ce volume centré sur le monde hispanique, comme autant de réponses venues illustrer cette affirmation de Milan Kundera. Chacune d’entre elles, qu’elle explore théâtre, poésie, roman, ou traités littéraires, invite en effet à une halte sur le long chemin qu’ont suivi les manières d’écrire, depuis un Moyen Âge finissant en train de s’élancer vers la Modernité jusqu’à un XXIe siècle placé au cœur de l’aujourd’hui, un aujourd’hui désireux d’annoncer un demain, de porter en germe cet à venir qui à son tour deviendra l’aujourd’hui, faisant ainsi du premier aujourd’hui un hier.

4Halte sur le long chemin d’une progression dans le temps qui n’est pas, le romancier tchèque prend bien garde de le souligner, synonyme de progrès :

  • 2 Ibid., p. 29.

Appliquée à l’art, la notion d’histoire n’a rien à voir avec le progrès ; elle n’implique pas un perfectionnement, une amélioration, une montée ; elle ressemble à un voyage entrepris pour explorer des terres inconnues et les inscrire sur une carte. […] La poétique de Flaubert ne déconsidère pas celle de Balzac de même que la découverte du pôle nord ne rend pas caduque celle de l’Amérique.2

  • 3 Ibid., p. 42.

5Halte devant le geste en train de déchirer la page écrite par un autre, halte devant le paysage nouveau que ce geste dévoile et que toute œuvre d’art digne de ce nom offre au regard, fuyant ce que Kundera appelle la honte de se répéter : « Car si l’Histoire (celle de l’humanité) peut avoir le mauvais goût de se répéter, l’histoire d’un art ne supporte pas les répétitions »3. Non pas qu’une œuvre d’art puisse un seul instant songer à renier le sang de toutes ces autres qui, empruntant tel ou tel sentier, de siècle en siècle et de rupture en rupture, ont mené jusqu’à elle, lui léguant ce sang qui continue de couler dans ses veines. Non pas, surtout, que son créateur en ait l’illusoire ambition ni même le secret désir : chair aimée dont il va réaliser les possibles délaissés ou chair haïe qu’il va meurtrir, il sait son œuvre chair d’une autre chair. Car comme le rappelle le romancier essayiste à propos de l’histoire du roman :

  • 4 Ibid., p. 49-50.

[…] c’est à Rabelais que réagit Sterne, c’est Sterne qui inspire Diderot, c’est de Cervantes que se réclame sans cesse Fielding, c’est à Fielding que se mesure Stendhal, c’est la tradition de Flaubert qui se prolonge dans l’œuvre de Joyce, c’est dans sa réflexion sur Joyce que Broch développe sa propre poétique du roman, c’est Kafka qui fait comprendre à García Márquez qu’il est possible de sortir de la tradition et d’« écrire autrement ».4

6Mais chair d’une autre chair qui, pour écrire autrement et, à son tour, être pleinement, devra, dans un élan vital de réalisation de sa singularité, s’arracher à, se défaire de, rejeter, déconstruire, outrager même.

7Ainsi, depuis La Celestina (1499-1502) transgressant la lointaine frontière entre Moyen Âge et Renaissance pour inaugurer la Modernité, jusqu’à La sombra del águila (1993) récemment née sous la plume de Pérez Reverte, en passant par la Picaresque (1554-1626), l’Arte nuevo de hacer comedias (1609) de Lope, la poésie de Góngora (1613) ou les fictions et articles (1883) d’Emilia Pardo Bazán, les études consacrées au renversement de la norme au sein de l’histoire littéraire de l’Espagne proposent ici un long voyage dans le temps, de geste destructeur en geste destructeur, d’écriture novatrice en écriture novatrice, d’enfantement en enfantement.

8Quant à l’Amérique latine, les images d’elle-même façonnées par ses intellectuels entre fin et début des XIXe et XXIe siècles, la poésie de Huidobro (1931), de Gioconda Belli (1948) ou de Lamborghini (1972) réécrivant La razón de mi vida (1951), ou bien encore le théâtre de Pavlosky (1973-1985), la légende de la llorona revisitée par les XXe et XXIe siècles, les romans de Manuel Puig (1965-1988) ou La vida conyugal (1991) de Sergio Pitol, permettent aux études centrées sur ses arts et leur histoire d’inviter, entre Argentine, Chili, Mexique et Nicaragua, à l’exploration de cette immensité que les Espagnols appelèrent Nouveau monde et dont l’imaginaire engendre tant de mondes nouveaux.

9Les haltes proposées par ces contributions au cours de leur voyage dans le temps et l’espace du monde hispanique sont à l’image de celle qu’un romancier pourrait, selon Kundera, inviter à faire au cœur de la fabrique de sa propre création :

  • 5 Ibid., p. 95-96.

[…] comme un peintre qui vous accueille dans son atelier où, de tous côtés, ses tableaux vous regardent, appuyés contre les murs […] il vous parlera de lui-même, mais encore plus des autres, de leurs romans qu’il aime et qui restent secrètement présents dans son œuvre propre. Selon ses critères de valeur, il remodèlera devant vous tout le passé de l’histoire du roman et, par là, vous fera deviner sa propre poétique du roman, laquelle n’appartient qu’à lui et donc, tout naturellement, s’oppose à la poétique d’autres écrivains. Ainsi, vous aurez l’impression de descendre, étonnés, dans la cale de l’Histoire où l’avenir du roman est en train de se décider, de devenir, de se faire, en disputes, en conflits, en confrontations.5

2. Rupture et réel

10Inhérents à l’acte créateur, disputes, conflits et confrontations secouent aussi la sphère du réel dans lequel sont ancrées les sociétés de ce monde hispanique, et travaillent à la genèse de leurs évolutions ou bouleversements, fruits de lents processus ou résultant au contraire de brusques accélérations.

11Inscrites dans cette dynamique du vivant qui les pousse à renverser les normes (sociales, religieuses, politiques, linguistiques…) et, plus globalement, à questionner tout système d’entreprise de normalisation (des actes, de la pensée, de son expression…), ces sociétés déclinent elles aussi les figures de la rupture et les illustrations de la notion de renversement, au gré des audaces de ceux qui font et défont ces sociétés, les pensent ou proposent de les repenser.

12Parfois, souvent, c’est dans le heurt avec l’ordre ancien que ces ruptures doivent s’insinuer, faisant leur chemin souterrain jusqu’à la nouveauté, ou bien qu’elles doivent s’élancer, s’arrachant au présent pour atteindre enfin l’autrement, exprimant leur soif de rupture à travers textes doctrinaux, traités, revues, ou encore presse.

13Pour l’Espagne, en rendent compte ici les contributions portant sur la parole profondément dissidente que fait entendre le Diálogo del cazador y del pescador (1539) de Fernando Basurto, sur les audaces des propositions eugénistes de Jiménez de Asúa dans Libertad de amar y derecho a morir (1928), ou bien encore sur les luttes menées par l’antifranquiste Junta democrática contre les résistances au changement du journal ABC (1974-75), cependant qu’une analyse du novlangue, cette langue de bois œuvrant à la rupture entre mot et chose, interroge le formatage des esprits en français et en espagnol contemporains (1990-2012).

14Pour l’Amérique latine, une étude de la revue mexicaine Barandal (1931-32) questionne la réalité de l’avant-gardisme que cette dernière, sous l’impulsion notamment du jeune Octavio Paz, ambitionne d’incarner, alors qu’une analyse des espaces discordants et interdépendants qui s’entrechoquent aujourd’hui (2000-12) sur la frontière sud californienne propose une appréhension nouvelle, en rupture avec la tradition académique, du concept de témoignage.

15Polyphonique, divers, déployant un large éventail de formes et d’idées incarnant le renversement d’une norme, ce volume est à l’image du monde hispanique qu’il prend pour objet et des ruptures artistiques ou non artistiques qui ont jalonné son histoire plurielle, ou celle, polymorphe elle aussi, de ses arts.

Haut de page

Notes

1 Milan Kundera, Le rideau, Paris, Gallimard, 2005, p. 16.

2 Ibid., p. 29.

3 Ibid., p. 42.

4 Ibid., p. 49-50.

5 Ibid., p. 95-96.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Odile Lasserre Dempure, « Avant-propos », Babel [En ligne], 26 | 2012, mis en ligne le 08 février 2013, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://babel.revues.org/2454

Haut de page

Auteur

Odile Lasserre Dempure

Maître de Conférences à l’Université de Toulon, membre de Babel (Université de Toulon) et du CRES-Lecemo (Université Paris III - Sorbonne Nouvelle), elle est agrégée d’espagnol et auteur d’une thèse de Doctorat sur le théâtre de Luis Vélez de Guevara (Université Paris III-Sorbonne Nouvelle). Ses publications et recherches portent notamment sur la littérature et le théâtre du Siècle d’Or. Elle travaille actuellement à l’édition de deux textes dramatiques de Vélez de Guevara.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Babel. Littératures plurielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire Babel
  • Logo Université de Toulon
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org