Navigation – Plan du site

Voyage vers un "altro paese" :

Les mots italiens dans "Los fuegos de San Telmo" de J. Pedro Diaz
Raul Caplan
p. 143-152

Résumés

Los fuegos de San Telmo (1964) de José Pedro Diaz (Montevideo, 1921) est le récit du voyage en Italie de l’auteur-narrateur, pour visiter Marina di Camerota, le village natal de son oncle, un immigré italien disparu quelques années auparavant à Montevideo. Les histoires de l’oncle Domingo (Domenico, en italien) à propos du village, avaient bercé l’enfance du narrateur et éveillé sa vocation d’écrivain ; le voyage est donc pour lui l’occasion de confronter une géographie imaginée - et largement mythifiée - à la réalité.
Ce travail a pour but de mettre en avant le rôle joué par les mots italiens dans ce texte. Peu nombreux, ils tissent cependant le lien entre le passé et le présent, entre les souvenirs d’enfance et leur réélaboration littéraire. C’est seulement à partir de deux noms propres (celui du village, celui de l’oncle) et de deux noms communs (celui d’un squale - le « pescecane » - et de quelques bandits - les « briganti » -) que se construit cette évocation. Ces mots établissent un très riche réseau connotatif ; ils ont un pouvoir d’évocation qui va bien au-delà de leur signification (qui est parfois même secondaire) ouvrant ainsi pour l’auteur-narrateur les portes de la littérature : l’enfant est devenu un homme, le voyageur devient écrivain.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Spécialiste notamment des littératures espagnoles (cf. Gustavo Adolfo Becquer : Vida y poesía, Madr (...)
  • 2 J. P. Diaz, Los fuegos de San Telmo, Arca, Montevideo, 1964. Nous citons à partir de la 2e édition, (...)
  • 3 Pour E. Rodriguez Monegal c'est « un long récit, qu'on ne peut pas appeler roman, mais qui n'est pa (...)

1José Pedro Diaz (Montevideo, 1921) est l’une des principales figures de la « Génération de 45 » en Uruguay. Critique littéraire1, professeur universitaire, il est aussi l’auteur de deux romans, dont le premier, Los fuegos de San Telmo2 fut très bien accueilli par la critique (M. Varga Llosa salua la « maestria » de l’écrivain) et par le public (il en est à sa huitième édition). Texte autobiographique3, Los fuegos de San Telmo est le récit du voyage en Italie de l’auteur-narrateur, pour aller à Marina di Camerota, village natal de son oncle Domingo, disparu quelques années auparavant à Montevideo. Installé en Uruguay, cet oncle avait suivi le chemin des milliers d’Italiens qui, depuis la deuxième moitié du XIXe siècle, arrivaient massivement dans cette région. Les histoires de l’oncle Domingo à propos de Marina di Camerota avaient bercé l’enfance du narrateur et éveillé sa vocation d’écrivain ; le voyage est pour lui l’occasion de confronter une géographie imaginée - et largement mythifiée - à la réalité.

  • 4 J.-P. Diaz, in Ruffinelli, 1974, p. 178 et 182 respectivement.

2Le texte comporte trois parties : la première (« Le port ») recrée les dialogues entre l’oncle et le narrateur-enfant autour du port de Montevideo ; la deuxième (« Le voyage ») rend compte du pèlerinage italien du narrateur, depuis Naples jusqu’au petit village des pêcheurs. La troisième, enfin (« Marina di Camerota »), est le récit du court séjour (moins de deux jours) du narrateur dans ce village. Mais cet ordre chronologique est bousculé par les « croisements de temps [...], d’âges et d’expériences différentes », par le « changement de sujet au milieu du développement d’un paragraphe4 », qui font du texte un va-et-vient entre Montevideo et Marina di Camerota d’une part, et l’enfance et l’âge adulte d’autre part.

3Ces jeux ont un pendant sur le plan linguistique dans l’alternance des deux langues (l’espagnol et l’italien), ou plutôt trois, étant donné qu’il y a un « dialecte » local dont il est parfois question. Mais c’est surtout la langue italienne qui, par petites touches successives s’intègre dans le texte pour y jouer un rôle capital, car dans ce voyage double (vers le village/ vers la mémoire), ce sont les mots (notamment les mots étrangers) qui font jaillir les souvenirs enfouis. Entre le narrateur et l’italien s’établit alors un rapport paradoxal, puisqu’ il s’agit pour lui d’une langue à la fois étrangère et intimement liée à son être profond, sorte de déclencheur sonore du monde de son enfance.

  • 5 Que ce soit de la langue italienne ou des multiples dialectes : génois napolitain, sicilien, piémon (...)

4La langue italienne s’insère dans ce texte à travers des mots isolés, des syntagmes ou tout au plus de courtes phrases, de sorte qu’elle ne fait jamais obstacle à la compréhension pour le lecteur non averti. Par ailleurs, le plus souvent il y a des indications qui mettent clairement en évidence sa présence, notamment les italiques et les guillemets. Ces indications typographiques apparaissent en général lors de la première occurrence d’un mot, et sont abandonnées dans les suivantes (par exemple, « birra », en italiques à la p. 93, sans italiques p. 100 et 101). Lorsque le mot étranger n’est pas mis en relief de façon typographique, d’autres procédés prennent la relève : un terme entre tirets qui est la traduction d’un autre cité précédemment (« jugo » et« sugo », p. 44), le contexte (des mots glissés dans un dialogue entre Italiens, p. 63), les connaissances du lecteur (qui, par exemple, n’aura aucun mal à distinguer un mot comme« espaghetti », couramment utilisé en espagnol avec une graphie à peine différente). Rappelons à ce propos que, avec l’Argentine, l’Uruguay est le pays qui a reçu proportionnellement le plus grand nombre d’immigrants italiens en Amérique Latine, et que de ce fait nombreux sont les mots italiens5 qui sont passés dans le langage courant.

5Parmi les fonctions de ces mots étrangers, signalons tout d’abord les plus traditionnelles. Souvent ces termes apparaissent pour désigner des réalités locales, propres à une culture et difficilement traduisibles. Ainsi en est-il des références à la nourriture, avec des termes comme « cacia cavallo » (variété de fromage), « cappo collo » (une charcuterie) ou « fasule e pasta » (plat composé de haricots et de pâtes). Ce sont dans tous les cas des nourritures simples, qui soulignent la pauvreté de ces italiens, immigrés ou candidats à l’émigration.

6D’autres réalités locales qui amènent des mots en italien, sont les références à l’argent (« due soldi », p. 43) ou aux liens de parenté. À ce propos, on remarque que le narrateur préfère le terme « cuccino » à celui de « primo » (cousin), qui est sa traduction littérale en espagnol. Or, il s’avère que les villageois utilisent ce terme d’une manière assez large. Voilà pourquoi, lorsque, pendant son séjour à Marina di Camerota, le narrateur utilise « primo », il souligne son inadéquation : un villageois présente le narrateur à une jeune fille comme s’il était « [son] cousin [(« primo »)]. Le neveu de Carminiello. » Et le narrateur d’ajouter cette réflexion :

Je crois que je ne suis pas le neveu de Carminiello. Mais il ma semblé alors trop compliqué détablir le lien de parenté qui nous unissait (p. 88).

7Parmi les termes désignant des réalités locales « intraduisibles », certains renvoient au passé (les « briganti », le « pescecane »), tandis que d’autres renvoient à des réalités nouvelles mais non moins propres à l’Italie : c’est le cas du terme « carachesi » (p. 58), utilisé par les villageois pour désigner les hommes partis travailler à Caracas (et, par extension, à l’Amérique latine en général).

  • 6 À propos de l'accent sur le « e », on peut noter qu'il y a une certaine « hispanisation » des mots (...)

8Un autre usage traditionnel concerne les noms propres. Pour les toponymes, seuls les noms des villes connues (Naples, Gênes) sont traduits (le contraire serait choquant) ; en revanche, le texte conserve les noms en italien pour des villages plus petits comme Céntola6, et Marina di Camerota. Pour les noms de personnes, et mis à part celui de l’oncle qui est à l’origine du texte (nous y reviendrons), l’italien est conservé la plupart des cas. Ces noms renvoient très souvent à l’enfance de l’oncle, et désignent des personnes que le narrateur n’a pas connues directement : par leur étrangeté même, ils deviennent « presque mythiques » (p. 79) et ajoutent une part de mystère aux récits de Domingo.

  • 7 Par exemple, « sono » à la place de « están » (p. 96).

9L’italien et l’espagnol peuvent entrer aussi en concurrence, même si cela arrive très rarement, notamment pour rendre compte d’une maîtrise insuffisante de la langue espagnole : on trouve ainsi quelques italianismes dans la bouche des nouveaux immigrés arrivés en Uruguay7, et quelques déformations dans la prononciation, dues aux différences entre les deux systèmes phonologiques (l’oncle Domingo appelle le narrateur : « Cosé Pedro » et non « José Pedro », p. 70).

  • 8 « Buon giorno » (p. 75, 107), « Addio » (p. 117). « A domani » (p. 103), etc.

10Enfin, signalons une dernière utilisation tout à fait conventionnelle des mots étrangers, qui s’affirme plus particulièrement dans les deuxième et troisième parties. En effet, le narrateur est en Italie et rapporte des dialogues avec des gens du pays. Ce sont des paysans ou des villageois, qui parlent soit l’italien soit un dialecte local (le narrateur ne comprend que le premier). Pour que le lecteur ait en tête le fait que ces dialogues ont lieu en italien ou en dialecte local, ils sont « encadrés » par des mots en italien, c’est-à-dire que seules les formules de politesse8 appartiennent à cette langue.

  • 9 R. Jakobson, 1991, p. 214.

11L’utilisation de l’italien est très souvent liée à la fonction « expressive ou émotive », celle qui, d’après R. Jakobson, est « centrée sur les destinateurs » et « tend à donner l’impression d’une certaine émotion, vraie ou feinte9 ». Ceci est valable pour les Italiens (qui jurent, s’exclament, etc., plus volontiers dans leur langue maternelle) mais aussi pour le narrateur qui, comme nous le verrons, entretient des rapports très particuliers avec cette langue.

12Très souvent donc, la langue italienne surgit lorsque l’on est au paroxysme d’une émotion, positive ou négative. Citons, comme exemple du premier cas, la joie de l’oncle (enfant) lorsque le bateau de pêche est entraîné par le squale géant (le « pescecane »), et qui se manifeste par le cri « ¡ E un vapore ! » (p. 121), comme si leur barque était devenue un bateau à moteur. Ou l’émotion des femmes de Marina di Camerota : « Venite, venite ») lorsque le narrateur, qui vient d’arriver, se présente comme étant un parent d’une famille de la région (p. 70).

  • 10 P. 55. C'est-à-dire « ramez » et « priez » respectivement. La présence de « boga » (du verbe espagn (...)

13Mais l’italien apparaît aussi aux moments les plus dramatiques : ainsi en est-il du récit d’une tempête en mer que l’oncle fait (en espagnol) au narrateur. C’est au moment le plus dramatique (lorsque le petit bateau risque de sombrer), que l’oncle rapporte en discours direct les mots que le pilote adressait aux hommes (« ¡ Boga, boga ! ») et aux femmes « ¡ Prega, prega !10 ». Et, lorsque la mort approche, la langue maternelle (celle du pays natal) jaillit dans les quelques mots de l’oncle Domingo au narrateur sur son lit de mort (p. 73).

14Les émotions « vécues » par le narrateur grâce aux récits de l’oncle vont contribuer à la construction chez l’enfant d’un monde imaginaire et mythique, situé dans une Italie dont il ne connaît que des bribes. Tout l’art de J. P. Diaz consiste à recréer cet univers grâce à très peu de mots qui agissent comme déclencheurs de la mémoire. En fait, ces termes sont à peine quatre : plus précisément, deux noms communs et deux noms propres.

15Les deux noms communs, « briganti » et « pescecane », condensent les deux histoires les plus mémorables pour l’enfant (et pour le lecteur). Avant d’être racontée in extenso (pp. 63-65), la rencontre de Domingo enfant avec les bandits de grand chemin est préparée par plusieurs allusions où le terme« briganti » est introduit (p. 51, 58 et 62). Ces « briganti » sont des hors-la-loi, des personnages auréolés d’une légende, à la fois craints et respectés par la population, puisqu’ils agissent un peu comme des Robin des Bois. Ce sont des transgresseurs, des rebelles, et le jeune Domingo est impressionné par leur aspect« salvaje » (« sauvage », p. 64), mais plus encore par les histoires de leurs - parfois terribles exploits. À travers le récit de l’oncle, l’enfant revit ses mêmes émotions, et il les vit presque quelques lustres plus tard, lorsqu’il entend que la route vers Marina di Carnerota qui traverse la montagne est dangereuse (p. 62) et qu’il se souvient immédiatement des « briganti ». Ainsi, ce seul mot tisse un lien inespéré et magique entre le narrateur et son oncle, déchirant le voile du temps.

  • 11 Ayant mordu l'hameçon, le « pescecane » entraîne l'embarcation pendant des heures et est sur le poi (...)

16Plus importante encore est la place occupée par le terme« pescecane »). On trouve là le même procédé : le « pescecane » (terme désignant plusieurs variétés de squales, de grandes dimensions) est évoqué dès le début du texte (p. 17, 18) et à plusieurs reprises (p. 45, 51), en laissant entendre qu’il s’agit d’un animal extraordinaire. Mais le récit de cette aventure11 n’est rapporté que dans l’avant-dernier chapitre. Et cet animal qui a fait rêver pendant des nuits entières l’enfant, est une sorte de présence lorsque, adulte, il regarde cette mer du haut d’une colline. Par ses proportions, mais aussi par le mystère qu’enferme son nom (pescecane : poisson-chien), le pescecane acquiert une dimension métaphysique ; en même temps, la figure de ce poisson caché dans les profondeurs insondables de la mer renvoie aux souvenirs enfouis dans la mémoire, et que ce « mot-hameçon » fait remonter à la surface. Ce n’est pas un hasard si l’évocation du pescecane fait surgir le souvenir le plus amer, celui de l’enterrement de l’oncle, qui clôt le texte.

17Quant aux deux noms propres, l’un est celui de l’oncle, appelé tantôt par son prénom italien « Doménico » (sic), qui renvoie à son enfance à Marina di Camerota, tantôt par sa traduction espagnole (« Dorningo »), qui renvoie à l’oncle que le narrateur a connu à Montevideo. Le passage entre l’une et l’autre de ces formes se fait lorsque le narrateur arrive à la place du village où se trouvent l’église et la maison natale de son oncle :

La Chiesa di Santo Doménico ; Domingo. Tio Domingo. (p. 77)

18C’est là, enfin, que les deux mondes se rejoignent, que Domingo/ Doménico retrouve son unité. C’est un des moments les plus émouvants pour le narrateur, car il touche là au but de son voyage. Et l’émotion qui vibre chez lui, le romancier réussit à la transmettre d’une manière extrêmement synthétique et efficace, simplement à travers ce passage d’une langue vers l’autre. Il y a bien plus qu’une simple traduction ici, car dans ces trois phrases au style télégraphique, le narrateur reconstruit le parcours de l’oncle, de la naissance (l’église étant le lieu du baptême) jusqu’à son arrivée en Uruguay (signifiée par le terme « oncle »), en passant par l’enfance magique (contenue dan le prénom italien). L’on voit bien que ce voyage du narrateur boucle un cycle brisé par la mort de l’oncle et son enterrement à Montevideo, loin de Marina di Camerota. À travers le narrateur, Domingo/ Doménico retrouve sa maison natale et regagne sa terre pour la dernière fois.

19Enfin, le quatrième terme est le nom du village, Marina di Camerota. Il faut noter que ce nom, très présent dans le texte, aurait pu être traduit, car « Marina » désigne l’aspect ou la surface de la mer proche de la côte, voire le littoral. Quant à Camerota, c’est un village situé à l’intérieur des terres, proche de Marina di Camerota (qui est appelé parfois simplement « Marina »). Mais on comprend aisément que le romancier ait préféré garder ici la dénomination italienne, car elle agit comme une sorte de formule magique, incantatoire. Ceci est valable tout d’abord pour l’enfant, et explicité dans le texte :

  • 12 « Le nom même de Marina di Camerota avait toujours éveillé en moi une splendeur lumineuse et teinte (...)

El nombre mismo de Marina di Camerota había provocado siempre, en mí, un luminoso esplendor coloreado de profundos azules y de oros y verdes brillantes, resonante de mar y de voces de pescadores [...] ; y el fín de aquella segunda palabra, aquella que completaba para el nombre su forma definitiva, Camerota, evocaba siempre una redondez frutal12 ...

20Mais chez le narrateur adulte la découverte de la « véritable » Marina di Camerota produit un choc, et ce temps légendaire, arrêté pour toujours dans la mémoire, se met à tourner, de sorte que cette « rondeur de fruit » récupère une des caractéristiques du fruit, c’est-à-dire celle de vieillir, de se gâter :

  • 13 « ... mais à présent, lorsque moi-même [...] je prononçais le mot Camerota,. ou que je l'entendais (...)

... pero ahora, cuando yo misrno [...] pronunciaba [le mot Camerota], o cuando allí la oía pronunciar, advertía en ella, y precisamente en aquellas últimas sílabas, un denso y secreto gusto final, como de pulpa frutal ya casi corrompida y pronta a hundirse bajo la mínima presión de los dedos que quisieran asirla13.

21Ainsi, le voyage vers les racines, à la fois retour et découverte, produit un déchirement chez le narrateur, car la « véritable » Marina di Camerota est forcément autre chose que cette ville inconnue magnifiée dans l’imagination de l’enfant :

  • 14 « Tout ce que j'y ai alors trouvé [à Marina di Camerota], était exactement comme il le fallait, mai (...)

Todo lo que entonces y allí [à Marina di Camerota] encontré, era exactamente como debía ser, pero mientras algunas cosas [...] cobraban, por el hecho de existir, una especie de inalterable prestigio que traslucía un modo interior de eternidad [...], otras, en cambio, exístan de manera sórdidamente concreta tan sumidas en una obtusa rutina provinciana que yo las sentía yacer inermes y como penetradas por una gangrena sutil e implacable14... (p. 83, nous soulignons).

22Le fruit magnifique est donc pourri, gangrené, « presque gâté » ; le temps a suivi son cours, la Marina« réelle » n’est plus celle des exploits de l’oncle Doménico mais, plus prosaïquement, celle d’une population qui vit dans la pauvreté, et dont le seul et unique rêve est d’aller faire fortune en Amérique (d’être des « carachesi ») avant de revenir au pays ; pour récupérer l’« autre » Marina, il ne reste au narrateur qu’une voie : l’écriture. Et c’est précisément par le nom même de la ville, qui condense toutes ces images, que va commencer l’écriture, non pas celle du texte que le lecteur a entre ses mains, mais celle des premières notes prises par le narrateur dans le village :

Je me réveillai de bonne heure. [...] J étais à Marina. Je cherchai mon carnet dans ma valise et massis, stylo à la main et carnet sur mes genoux. Mais que pouvais-je bien noter ? Je crois que la seule chose qui mintéressait était de commencer une ligne en écrivant : Marina di Camerota, et la date. (p. 107, nous soulignons).

23La présence de cette mise en abyme n’est pas gratuite : la mise en scène de la création elle-même à ce moment précis (la fin du voyage) et en ce lieu précis (ou plutôt, ces lieux : Marina di Camerota d’une part, la fin du texte d’autre part) montre que le narrateur a grandi, que l’enfant est devenu un homme et un écrivain, que les paroles de l’oncle ont enfin retrouvé leur place sur le papier. Et, parmi ces paroles, une place de choix doit être accordée aux mots de cette « autre » langue, qui fut pour le narrateur autre chose avant d’être une véritable langue (c’est-à-dire, un moyen de communication).

Il [...] semblait [à lenfant] que son oncle expliquait [ses amis italiens du port] quelque chose en rapport avec sa mère et comment il était cucino de quelquun. Mais tous ces mots avaient lieu ailleurs, sans quil puisse savoir où. (p. 13, nous soulignons).

24À la fois étrangère et profondément intime, la langue italienne constitue pour lui une deuxième patrie. Ce n’est que plus tard, arrivé à l’âge adulte, lorsque ce monde ne lui sera plus extérieur, qu’il retrouvera une fois pour toutes ces mots, étranges et envoûtants. La langue aura engendré chez le narrateur une vocation (la littérature), pour qu’une troisième Marina di Camerota puisse surgir dans l’imagination du lecteur.

Haut de page

Bibliographie

Mario Benedetti, « Cuando peregrinaje no es igual a evasión », in Literatura uruguaya siglo XX, éd. La Répública, vol. 29, Montevideo, 1991, pp. 382-387.

José Pedro Diaz, Los fuegos de San Telmo, Centro Editor de América Latina, Buenos Aires, 1968, 2e édition. (1re éd. 1964).

Jakobson, Roman, Essais de linguistique générale, vol. I, « Les fondations du langage », Minuit, Paris, 1991, traduit par N. Ruwet.

Juan Carlos Mondragón, « José Pedro Diaz : la literatura mar adentro », in Raviolo, H. et P. Rocca, Historia de la literatura uruguaya contemporánea, vol. I, (La narrativa del medio siglo), Ediciones de la banda Oriental, Montevideo, 1997, pp. 213-237.

Angel Rama, La generación critica (1939-1969), Arca, Montevideo, 1972.

Walter Rela, Diccionario de escritores uruguayos, Ediciones de la Plaza, Montevideo, 1986.

Emir, Monegal Rodríguez, Literatura uruguaya del medio siglo, Alfa, Montevideo, 1966.

Jorge Ruffinelli, « José Pedro Diaz. Los desafios de la realidad », in Palabras en orden, Ediciones de Crisis, Buenos Aires, 1974, pp. 171 - 88.

Haut de page

Notes

1 Spécialiste notamment des littératures espagnoles (cf. Gustavo Adolfo Becquer : Vida y poesía, Madrid, Gredos, 1958), uruguayenne (importants travaux sur Flisberto Hernández et Juan Carlos Onetti) et française.

2 J. P. Diaz, Los fuegos de San Telmo, Arca, Montevideo, 1964. Nous citons à partir de la 2e édition, Centro Editor de América Latina, Buenos Aires, 1968, en indiquant simplement le numéro de page entre parenthèses.

3 Pour E. Rodriguez Monegal c'est « un long récit, qu'on ne peut pas appeler roman, mais qui n'est pas non plus un simple souvenir autobiographique » (Rodriguez Monegal, 1966, p. 219).

4 J.-P. Diaz, in Ruffinelli, 1974, p. 178 et 182 respectivement.

5 Que ce soit de la langue italienne ou des multiples dialectes : génois napolitain, sicilien, piémontais...

6 À propos de l'accent sur le « e », on peut noter qu'il y a une certaine « hispanisation » des mots italiens, puisque, pour simplifier la lecture, le romancier introduit des accents inexistants dans la langue italienne (où l'on écrit simplement « Centola ») suivant les règles d'accentuation de l'espagnol. Ce procédé est destiné à rendre aux mots étrangers leur véritable sonorité (autrement, le lecteur ne connaissant pas l'italien, accentuerait naturellement le mot « centola » sur l'avant-dernière syllabe).

7 Par exemple, « sono » à la place de « están » (p. 96).

8 « Buon giorno » (p. 75, 107), « Addio » (p. 117). « A domani » (p. 103), etc.

9 R. Jakobson, 1991, p. 214.

10 P. 55. C'est-à-dire « ramez » et « priez » respectivement. La présence de « boga » (du verbe espagnol « bogar » et non du verbe italien « vogare ») est quelque peu surprenante. Il s'agit probablement d'une inattention et non d'un choix délibéré.

11 Ayant mordu l'hameçon, le « pescecane » entraîne l'embarcation pendant des heures et est sur le point de la faire sombrer, quand les pêcheurs se résignent à couper la ligne.

12 « Le nom même de Marina di Camerota avait toujours éveillé en moi une splendeur lumineuse et teinte de bleus profonds, d'or et de verts brillants, remplie de mer et de voix de pêcheurs [...] ; et la fin de ce deuxième mot, celui qui complétait le nom pour lui conférer une forme définitive, Camerota, évoquait toujours une rondeur de fruit...  » (pp. 82-83).

13 « ... mais à présent, lorsque moi-même [...] je prononçais le mot Camerota,. ou que je l'entendais ici ou là, je remarquais en lui, et plus précisément dans ces dernières syllabes, un goût dense, secret et ultime, comme de pulpe de fruit presque déjà gâté et prêt à s'affaisser sous la moindre pression des doigts qui voudraient le saisir » (p. 83, nous soulignons).

14 « Tout ce que j'y ai alors trouvé [à Marina di Camerota], était exactement comme il le fallait, mais alors que certaines choses [...] acquéraient, par le seul fait d' exister, une sorte de prestige inaltérable qui dévoilait une éternité intérieure, [...] d'autres en revanche existaient de manière sordide et concrète, tellement plongées dans une routine abrutissante et provinciale que je sentais qu'elles gisaient inanimées et comme pénétrées d'une gangrène subtile et implacable » (p. 83, nous soulignons).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Raul Caplan, « Voyage vers un "altro paese" : », Babel, 3 | 1999, 143-152.

Référence électronique

Raul Caplan, « Voyage vers un "altro paese" : », Babel [En ligne], 3 | 1999, mis en ligne le 15 janvier 2013, consulté le 25 avril 2017. URL : http://babel.revues.org/2404 ; DOI : 10.4000/babel.2404

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Babel. Littératures plurielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire Babel
  • Logo Université de Toulon
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org