Navigation – Plan du site

L'écriture des jardins au tournant des Lumières

Le savant désordre d'un corpus
Sophie Le Ménahéze-Lefay
p. 103-112

Résumés

La vogue des jardins dits « à l'anglaise » s'installe en France aux environs de 1760 et s'accompagne de la publication, jusque vers 1810, de très nombreux ouvrages relatifs à cet art. Ce corpus, d'une abondance sans précédent sur ce sujet, se caractérise en outre par la très grande diversité des formes littéraires qu'il investit. Comment expliquer à la fois ce foisonnement et cette hétérogénéité ?
Il semble que les jardins soient l'occasion d'une utopie littéraire : celle qui, permettant de faire voler en éclats les distinctions génériques, parviendrait à mettre au point une écriture, notamment descriptive, qui concurrencerait les arts de la vue et serait elle-même l'objet qu'elle évoque.

Haut de page

Texte intégral

1Si le XVIIe siècle construit ses jardins, comme ses demeures, dans un souci d'ordre et de pérennité, la période qui suit semble plutôt opter pour le registre esthétique de l'éphémère et de la précarité. Néanmoins elle compense la fragilité de ses réalisations par un très intense travail d'écriture.

  • 1 Les indications bibliographiques figurent dans : E. de Ganay, Bibliographie de l'art des jardins, P (...)

2La mode des jardins dits « à l'anglaise » s'installe en France à partir de 1760, s'accompagnant – et ce n'est pas la moindre de ses caractéristiques – de la publication, jusque vers 1810, d'un très grand nombre d'ouvrages relatifs à cet art. Sont répertoriés pour cette période près de 150 titres d'ouvrages portant en partie ou en totalité sur ce sujet1. Ainsi, les deux pratiques, écrire/composer un jardin – ou son corollaire lire/visiter un parc – sont-elles perçues comme interchangeables. Alors qu'il découvre le parc de Morfontaine, au nord de Paris, un des promoteurs les plus éminents de ce nouvel art des jardins, Alexandre de Laborde, note :

  • 2 Alexandre de Laborde, Description des nouveaux jardins de la France et de ses anciens châteaux, Par (...)

Il n'est point de site agréable qui ne me rappelle quelque passage des poèmes de l'abbé Delille2.

  • 3 Jacques Delille, Les Jardins, Paris, Didot. 1782.

3On peut donc passer, sans solution de continuité, des sentiers d'un parc aux pages du célèbre poème des Jardins3, sans que les deux activités soient ressenties comme étrangères l'une à l'autre. Texte et espace se confondent et du coup le corpus semble reproduire sinon l'image du moins les caractéristiques les plus évidentes du sujet auquel il s'attache : des jardins anglais, il a en effet le foisonnement, la diversité et le désordre apparent.

  • 4 Antoine-Joseph Dézallier d' Argenville, La Théorie et la pratique du jardinage où l'on traire à fon (...)
  • 5 John Dixon Hunt (L'Art du jardin et son histoire, Travaux du Collège de France, éditions Odile Jaco (...)

4L'abondance d'une part de ces textes ne laisse pas d'être problématique dans la mesure où elle instaure une très sensible rupture. Alors que le jardin classique est codifié par un ouvrage majeur et à peu près unique, La Théorie et la pratique du jardinage de Dézallier d' Argenville4, réédité à de nombreuses reprises jusqu'au milieu du XVIIIe siècle, les plumes au contraire se libèrent pour décrire et théoriser le nouveau type d'aménagement des jardins5.

5L'autre série de questions – retenues ici – que soulève ce corpus est celle de l'hétérogénéité des textes ainsi colligés et du sens de cette variété.

6Le discours sur les jardins ressortit en effet aux genres les plus divers, si bien que le seul point commun à tous ces textes semble résider dans un contenu plus que dans une forme. À tous les auteurs, un même canon horticole s'impose en effet. Certes des divergences se font jour, mais l'ensemble des écrits de la période est fondé sur un socle commun : sinon le rejet, du moins la discussion des modèles esthétiques livrés par le XVIIe siècle. Unanimement, les textes partent du refus ou du constat de caducité du jardin classique à la française – ou dans certains cas plus rares, sa défense désespérée – auquel on substitue d'autres modèles, importés d'ailleurs. Le plus petit dénominateur commun à ces textes est donc un « non » – ou un « si » – proclamé avec une fermeté bien partagée.

  • 6 Genève et Paris, Delaguette, 1777. Cet ouvrage a fait l'objet de plusieurs rééditions – c'est à peu (...)

7On peut juger la base fragile, même si des critères formels imposent d'emblée un certain nombre de regroupements. Ainsi, on ne saurait isoler les unes des autres les différentes théories de l'art des jardins qui paraissent presque simultanément, dans les années 1770, édictent les principes de cet art nouveau et adoptent d'ailleurs presque toutes des plans identiques. Avec ou après le marquis de Girardin et son livre intitulé De La Composition des paysages6, les essayistes s'emploient, selon des démarches très voisines, à évoquer de façon successive les différents éléments – les eaux, les plantations, les fabriques ... – qui doivent entrer dans la composition d'un jardin. L'essai constitue donc le modèle générique le plus nettement identifiable du discours sur les jardins.

  • 7 Paris, Pissot, 1769.
  • 8 Parmi beaucoup d'autres, P.-F. de Rosset, qui a le sentiment d'offrir, avec son poème L 'Agricultur (...)

8Se distingue également un autre sous-ensemble, constitué de la très prolixe poésie horticole qui s'écrit à la suite des Saisons7 de Saint-Lambert et surtout des fameux Jardins de l'abbé Delille. Pour tous ces textes, le recours à la notion de genre paraît d'autant moins contestable que les poètes eux-mêmes proclament leur ambition d'ouvrir une voie nouvelle à la poésie en acclimatant à la langue française la tradition latine des Géorgiques et des Bucoliques. Les débats sont nombreux sur le potentiel poétique de la langue française et sa capacité à faire entrer dans le champ littéraire un vocabulaire jugé jusque là prosaïque8 ; de plus les traits distinctifs de cette poésie – sa double dimension descriptive et didactique, son caractère presque systématiquement cyclique – nettement accusés contribuent à ce qu'on l'isole comme genre autonome au sein de notre corpus.

  • 9 Lettres édifiantes écrites des missions étrangères, Paris, 1717-1776, vol. XXII. Néanmoins le succè (...)
  • 10 II s'agit de la lettre 11 du livre IV.

9Le reste des textes se répartit dans des catégories plus ou moins identifiables. Ainsi le genre épistolaire est abondamment représenté mais il distribue ses productions selon des modalités fort diverses ; deux textes fondateurs du nouvel art des jardins sont en effet des lettres. Il s'agit d'une part de la missive que rédige un frère jésuite, Denis Attiret, peintre au service de l'empereur de la Chine qui, à ce titre, a pu visiter ses jardins et en fournit la description9 ; cette lettre est un des fondements, citée en permanence de la nouvelle esthétique horticole ; l'autre texte est la célèbre lettre de La Nouvelle Héloïse, qui fait pénétrer le lecteur dans l'insoupçonnable jardin de Julie10. Le statut épistolaire, commun à ces deux textes si évidemment dissemblables, autorise-t-il pour autant à les rapprocher et à voir naïvement en eux la manifestation d'un même genre ?

10Si l'on doit encore mentionner d'autres catégories, effectivement représentées dans ce corpus, c'est au risque de se hasarder dans les méandres de typologies sans fin et aux frontières extérieures des genres proprement littéraires.

11De nombreux guides, touristiques avant la lettre, s'intéressent à l'art des jardins, surtout après 1770, et invitent, par des descriptions développées et souvent enthousiastes, le voyageur à aller considérer les parcs nouveaux qui ornent notamment les alentours de Paris. Dans un esprit voisin, mais sur le mode de la prose intime, de nombreux mémoires, journaux, souvenirs accordent, selon les goûts de leurs auteurs, des places de choix à la question des jardins. Enfin, la période voit la parution de recueils de planches où le texte est réduit et au sein desquels des illustrations – élément supplémentaire d'hétérogénéité – proposent des plans de jardins ou des modèles de fabriques à y installer : la formule pourrait être celle du catalogue.

12C'est donc à la fois le désordre et l'indéfinition qui caractérisent ce corpus. Et si le discours sur les jardins ne semble s'ordonner selon rien de bien net, c'est aussi, semble-t-il, que les écrivains-jardiniers répugnent à toute forme d'injonction stricte. Aussi est-il probable que la lettre, comme support à l'écriture des jardins, doive précisément son succès aux faibles contraintes qu'elle impose et à la souplesse qui la caractérise.

  • 11 A titre d'exemple illustrant une pratique moyenne, on peut citer le poème de Delille intitulé L'hom (...)
  • 12 Paris, Prault, 1787.

13Si les textes relèvent de formes diverses, ils contribuent de plus à démentir la pertinence de classifications traditionnelles. Les deux genres qui a priori semblent les plus aisément repérables – c'est-à-dire les théories d'une part, les poèmes descriptifs d'autre part – en fournissent de très nombreux exemples : la poésie des jardins manifeste ainsi pour l'écriture théorique un tropisme qui interdit toute catégorisation hâtive. Les longs poèmes descriptifs s'entourent en effet de développements pléthoriques de l'appareil critique : notes vampirisantes, préfaces qui outrepassent leur volume habituel, citations complaisantes et multipliées allongent le texte au point de doubler souvent le nombre des pages11. De plus, ces deux formes à nos yeux si distinctes, le sont probablement bien moins à ceux des contemporains de Delille. Ainsi, contrairement à ce que pourrait annoncer son titre, l'important Essai sur la nature champêtre12 de Lezay-Marnésia est en fait un poème en cinq chants, assorti il est vrai, d'abondants développements critiques qui proposent à leur tour l'échantillon d'un discours de type théorique sur l'art des jardins.

  • 13 Coup d'œil sur Belœil et sur une grande partie des jardins de l'Europe (1781) ; éd. E. de Ganay, Pa (...)

14Il semble par ailleurs que certains auteurs répugnent à inscrire leur texte dans un genre préalablement défini, opération qui permettrait leur identification nette par le lecteur. Ainsi le prince de Ligne, propriétaire et créateur d'un jardin célèbre, a-t-il fourni un texte intitulé Coup d'œil su Belœil13, à l'importance attestée par le nombre de ses rééditions, et qui s'ouvre sur des considérations problématiques. Cherchant à définir son livre, Ligne écrit :

  • 14 Op. cit., édition citée, p. 47.

Ceci est une manière d'ouvrage qui ne ressemble pas à grand-chose, et que j'ai entrepris par goût pour Belœil que j'aime tous les jours de plus en plus ; ce titre en vaut autant qu'un autre. Tantôt c'est une description de mes jardins, de mes maisons de campagne et de chasse ; tantôt c'est un mémoire raisonné sur les jardins des différentes nations ; quelquefois c'est de l'exactitude, d'autres fois, c'est du roman, puis de la pastorale [...] Puis c'est de l'imagination, je me laisse emporter par le sujet14...

15Si ces quelques remarques disent le refus d'un genre auquel il conviendrait d'assigner l'ouvrage, elles signalent aussi l'importance de cette notion du genre : refuser l'exclusive au roman, à la théorie ou à la description, c'est en l'occurrence réclamer simultanément le patronage de toutes ces formes. Ligne dénie leur pertinence aux catégories du genre tout en continuant de se soumettre à elles. Comment comprendre cette contradiction ? Sans doute comme la manifestation d'un double souci, sur le plan formel, de libération et de recherche. Or cette double préoccupation est également caractéristique de l'art des jardins. Là aussi, il convient à la fois de se libérer des modèles livrés par la tradition pour en inventer de nouveaux.

16Aussi, il semble bien que la question du genre de rattachement ait une relation avec celle de l'esthétique du jardin. On observera d'ailleurs, dans les quelques phrases citées plus haut, le lien qu'établit l'auteur du Coup d'œil entre son livre et son domaine. Celui-là a été « entrepris par goût pour Belœil que (son auteur) aime de plus en plus ». Le livre est un hommage au jardin dont il constitue une forme de prolongement.

17D'ailleurs, l'intensité du lien entre le texte et le jardin qui lui sert référent se manifeste d'abord et à peu près dans tous les textes par l'exercice de la subjectivité dans le discours. Le mode d'écriture dominant des jardins est en effet un « je »), – qu'il soit celui des mémoires, des lettres, des théories elles-mêmes – qui révèle le caractère affectif des relations entre un auteur, jamais neutre, et l'objet auquel il s'attache.

18Ce « je », particulièrement sensible dans le corpus spécifiquement épistolaire nous conduit vers une autre caractéristique des lettres. Par nature, celles-ci sont dévoilement. Leur forme et les conditions de lecture qu'elles imposent sont susceptibles de mimer la découverte d'un jardin par un promeneur et elles le seront d'autant plus que les jardins évoqués se révèlent peu accessibles. Dans les cas déjà cités des deux lettres du frère Jésuite Denis Attiret d'une part, et de La Nouvelle Héloïse d'autre part, la lettre est dévoilement à plusieurs égards : elle porte à la connaissance du public un objet que caractérisent son éloignement, sa dimension à la fois secrète et privée et enfin sa disposition, bouleversante d'originalité sur le plan esthétique. La forme retenue permet de reproduire les modes d'accès au jardin, elle est de nature à susciter un type de curiosité qui s'accordera avec celle qu'éveille le lieu.

19Ainsi, plutôt que d'illustrer un genre littéraire précis, les textes semblent manifester, à travers les recherches ou les hésitations qu'ils exhibent, le souci d'une forme de correspondance ou de coïncidence quasi-magique avec leur référent. Ils se fondent sur l'utopie d'un livre qui serait l'équivalent parfait d'un jardin et pourrait en fournir l'image non formée. Par delà leur diversité, les textes de ce corpus se rejoignent dans la recherche d'une parfaite fidélité au modèle qu'est le jardin et la volonté de mettre au point un mode d'expression littéraire qui ne trahirait pas ce modèle.

  • 15 Carmontelle est le créateur du parc Monceau qu'il a réalisé pour le compte du duc de Chartres en 17 (...)
  • 16 Il s'agit de la Description des nouveaux jardins de la France et de ses anciens châteaux, déjà cité (...)

20Ce souci d'établir des ponts entre les deux pratiques trouve une traduction extrêmement concrète dans l'abondante production de textes illustrés. Les guides ou descriptions s'accompagnent le plus souvent de planches qui, pour chaque jardin évoqué, placent l'image en regard du texte et contribuent ainsi à faire vivre le parc plus que par les seuls mots. Il arrive d'ailleurs que le procédé soit poussé au-delà des limites attendues : il est parfois difficile de déterminer si la partie texte sert de commentaire au jardin lui-même ou aux planches censées en fournir une vue. Dans cette seconde hypothèse, qu'il faut parfois retenir pour les ouvrages de Carmontelle15 ou d'Alexandre de Laborde16, le livre réalise cette opération a priori impossible de suffire à faire exister le jardin et de créer l'illusion d'une continuité entre le livre et le lieu. Le discours sur les jardins disqualifie ainsi la question du genre au profit de l'utopie d'une littérature qui supprimerait les médiations et serait elle-même l'objet qu'elle évoque.

  • 17 L'expression est d'E. Guitton, Delille et le poème de la nature de 1750 à 1820, Paris, Klincksieck, (...)

21Cette recherche d'une parfaite coïncidence entre le texte et son objet passe aussi, de façon plus subtile, par la pratique non d'un genre mais d'un type d'énoncé – la description -, dont la récurrence et la systématisation peuvent fournir à ce corpus disparate un commencement d'unité. On sait que la description affiche l'ambition de concurrencer les arts de la vue, notamment la peinture, que c'est la mission que lui assigne Diderot dans sa promenade Vernet du salon de 1767 et que c'est aussi celle que se donnent tous les poètes de la nature et des jardins à la fin du siècle. Le « poème-Spectacle17 » permettrait de traduire en termes de texte et donc de temps ce qui relève de la vue et de l'instant ; il consiste en une transposition et il n'est sans doute pas fortuit à cet égard que le premier de ses promoteurs, Delille, soit aussi un traducteur puisqu'il avait offert des versions françaises des Bucoliques de Virgile et du Paradis perdu de Milton. Reposant sur l'idéal d'une transparence des signes et d'une équivalence possible des différents modes d'expression, la description est intellectuellement avantageuse. Aux essayistes notamment qui la pratiquent assidûment, elle permet d'éviter le mode prescriptif. En décrivant, on se contente de donner une image d'un jardin, on n'intime aucun ordre, ce qui serait contraire à la philosophie de ces jardins nouveaux, fondée sur un double souci de liberté et de variété. Par ailleurs, pour répondre à son ambition de « faire voir », la description recourt, au sein du corpus horticole, entre mille autres procédés, à deux modalités stylistiques majeures.

  • 18 On peut citer, parmi de très nombreux exemples, cet échantillon provenant du Voyage pittoresque de (...)

22II s'agit d'une part du gommage de toute intervention humaine ; les éléments du cadre naturel – la campagne, la rivière, les bois -, systématiquement placés en position de sujets grammaticaux acquièrent ainsi une forme d'autonomie et de dynamisme en accord avec le projet d'une nature qui se livrerait aux regards et irait au-devant de ses spectateurs18.

  • 19 Là encore, on peut citer de multiples exemples. Celui-ci est extrait du livre de Girardin, De la Co (...)

23Le second fait de style qui tend à rendre visible le jardin consiste en la multiplication des embrayeurs. Leur usage permet en effet de produire un texte qui n'a de sens que par la situation d'énonciation, or cette situation est celle d'un descripteur se promenant dans l'espace d'un jardin dont son texte rend compte : aussi l'utilisation des pronoms de la première personne, le recours majoritaire au présent et l'emploi de déictiques spatiaux aboutissent-ils à la constitution d'un texte qui feint la présence du paysage sous les yeux du descripteur. Celui-ci le désigne en effet aux regards d'un destinataire qui change du coup de statut et devient, de lecteur, compagnon de promenade19.

24Ces procédés de style récurrents fondent donc un corpus qui trouve son unité non dans un genre défini mais dans un type d'écriture.

25Enfin, la diversité de ces textes, aux statuts si dissemblables, se résout dans les échos qu'orchestrent les auteurs entre leurs productions respectives. La pratique de la citation, systématisée, transgressant les catégories du genre, aboutit à la constitution d'un long discours horticole qui trouve sa cohérence dans un fonds de références communes.

  • 20 Lezay-Marnesia, op. cit., évoque ainsi pêle-mêle les œuvres du cardinal de Bernis, Whately, Morel, (...)
  • 21 Ainsi Dulaure dans sa Nouvelle description des environs de Paris, Paris, Lejay, 1786, tome I, p. 27 (...)
  • 22 Parmi beaucoup d'autres, Jaucourt, pour l'article « Symétrie » de L'Encyclopédie emprunte à Saint-P (...)

26Écrire sur les jardins, c'est d'abord, semble-t-il, faire œuvre de bibliographe et mêler sa voix à toutes celles qui se sont fait entendre sur le sujet20. Deux écrivains, Rousseau et Delille, fournissent à tous les autres la matière d'hommages multipliés. Pour évoquer les jardins qu'ils entreprennent de faire connaître, les auteurs de guide réutilisent les vers de Delille21 ; plus encore, Rousseau fait l'objet d'un culte que sa mort à Ermenonville a contribué à entretenir. Mais déjà bien avant 1778, les axiomes horticoles de La Nouvelle Héloïse alimentaient le discours sur les jardins22.

  • 23 Op. cit.
  • 24 Citant scrupuleusement ses sources, Hirschfeld recopie notamment Watelet (1774) et Morel (1776).
  • 25 Paris, Le Rouge, 1776-1789.
  • 26 La version originale date de 1757 ; la traduction est donc fournie par le recueil de Le Rouge dont (...)

27Au-delà de ces pratiques ponctuelles, la citation se fait parfois vampirisante. Un des textes majeurs du corpus, La Théorie de l'art des jardins23 de Hirschfeld, propose à la suite de considérations théoriques, des appendices descriptifs où le texte est entièrement emprunté à divers guides ou traités parus antérieurement24. Le cas le plus remarquable est celui du Détail des nouveaux jardins à la mode25 de Le Rouge. Cette publication, qui s'étale sur plus de dix ans, consiste en la parution de planches, où la place du texte est par conséquent restreinte. L'ensemble constitue une série cohérente si l'on excepte néanmoins le tome II, qui, rompant toute continuité, offre au lecteur la traduction in extenso et pour la première fois en français d'un texte de Chambers, Le Traité des édifices ... des Chinois26. Il n'est pas indifférent qu'un ouvrage qui constitue, comme celui-ci, un jalon essentiel de la réflexion sur les jardins se présente d'abord sous la forme d'une citation.

28Aussi de quelque angle qu'on les appréhende, les textes du corpus manifestent entre eux une forte solidarité. S'ils se superposent, se citent, puisent aux mêmes sources et exaltent les mêmes noms, c'est que l'art des jardins est une discipline suffisamment consensuelle pour permettre que se rejoignent dans un même enthousiasme des auteurs et des livres d'origines diverses.

29D'autre part, cette diversité elle-même est placée au service d'un rêve : celui d'une littérature qui, supprimant les intermédiaires, serait l'objet qu'elle évoque, pourrait concurrencer les arts de la vue et parviendrait, avec les jardins, à créer, physiquement et concrètement, le monde idéal dont ils sont l'espérance.

Haut de page

Notes

1 Les indications bibliographiques figurent dans : E. de Ganay, Bibliographie de l'art des jardins, Paris, Union des arts décoratifs, 1989.

2 Alexandre de Laborde, Description des nouveaux jardins de la France et de ses anciens châteaux, Paris, Delance, 1808. p. 76.

3 Jacques Delille, Les Jardins, Paris, Didot. 1782.

4 Antoine-Joseph Dézallier d' Argenville, La Théorie et la pratique du jardinage où l'on traire à fond des beaux jardins..., Paris, Mariette, 1709.

5 John Dixon Hunt (L'Art du jardin et son histoire, Travaux du Collège de France, éditions Odile Jacob, Paris. 1996) propose une interprétation de cette remarquable ardeur à faire accompagner les réalisations horticoles de textes qui les prolongent. Cette rage d'écrire a, selon lui, à voir avec le type même du projet esthétique : le jardin paysager. par sa revendication de naturel, ne s'affirme plus guère comme jardin in situ ; du coup les textes compensent cette perte par une affirmation, abondamment émise, de l'identité du jardin.

6 Genève et Paris, Delaguette, 1777. Cet ouvrage a fait l'objet de plusieurs rééditions – c'est à peu près la seule théorie dans ce cas – et est encore disponible aujourd'hui : éd. M. Conan, Seyssel, Champ Vallon, 1992. Il faut aussi citer les traités de Claude-Henri Watelet, Essai sur les jardins, Paris, Prault, 1774 ; Antoine-Nicolas Duchesne, Sur la formation des jardins (Paris. Dorez, 1775 ; Jean-Marie Morel, Théorie des jardins, Paris, Pissot. 1776 et la somme considérable que représente la publication de 1779 à 1785 des cinq volumes de la Théorie de l'art des jardins de C.-C.-L. Hirschfeld.

7 Paris, Pissot, 1769.

8 Parmi beaucoup d'autres, P.-F. de Rosset, qui a le sentiment d'offrir, avec son poème L 'Agriculture, Paris, Imprimerie royale, 1774, le « premier poème géorgique en notre langue » (« Au roi ») déclare dans son « discours sur la poésie géorgique » : « Je suis persuadé que notre langue est plus forte et plus ingénieuse qu'on en croit ; qu'on dit tout en français quand on sait la bien manier et qu'enfin la difficulté d'exprimer les objets dégradés par un faux goût est vaincue par génie » (p. xi).

9 Lettres édifiantes écrites des missions étrangères, Paris, 1717-1776, vol. XXII. Néanmoins le succès de cette lettre a été tel jusqu'à aujourd'hui qu'il est possible encore d'en lire le texte dans différentes anthologies dont celle du Voyage en Chine par N. Boothroyd et M. Détrie, Paris, Robert Laffont, « Bouquins », 1992. Cette lettre est en fait antérieure (1743) à la date plancher retenue pour le corpus examiné ici mais elle le fonde par la récurrence des références qu'elle occasionne.

10 II s'agit de la lettre 11 du livre IV.

11 A titre d'exemple illustrant une pratique moyenne, on peut citer le poème de Delille intitulé L'homme des champs (1800, Paris, Levrault, 1805, pour l'édition retenue ici) qui fait apparaître le décompte suivant : à côté de 145 pages consacrées au poème lui-même, on en relève 29 de préface, 117 de notes et 35 de variantes et morceaux ajoutés. Or tout ce paratexte est l'occasion de considérations d'ordre théorique très proches, dans leur forme et leur contenu, des théories évoquées ci-dessus.

12 Paris, Prault, 1787.

13 Coup d'œil sur Belœil et sur une grande partie des jardins de l'Europe (1781) ; éd. E. de Ganay, Paris, Bossard, 1922.

14 Op. cit., édition citée, p. 47.

15 Carmontelle est le créateur du parc Monceau qu'il a réalisé pour le compte du duc de Chartres en 1773, année qui a vu également la parution de son ouvrage simplement intitulé Jardin de Monceau près de Paris, Paris, Delafosse, Née et Masquelier, Paris, 1773.

16 Il s'agit de la Description des nouveaux jardins de la France et de ses anciens châteaux, déjà citée.

17 L'expression est d'E. Guitton, Delille et le poème de la nature de 1750 à 1820, Paris, Klincksieck, 1974, p. 15.

18 On peut citer, parmi de très nombreux exemples, cet échantillon provenant du Voyage pittoresque de la France de J.-B. de La Borde, Paris, Lamy, 1784-An VII, relatif à Ermenonville : « Des bois et des vergers, des rochers et des plaines, des édifices d'un genre varié, des cabanes simples, des temples consacrés aux vertus et au sentiment, des moulins, des maisons destinées à la vie champêtre, des ruines, des tombeaux, des lieux ouverts, gais, riants, agréables, remplacés par des solitudes mornes, tristes, quelquefois majestueuses se succèdent avec une rapidité qui laisse à peine le temps de les considérer à loisir » (tome VII, p. 31). Le verbe « se succéder » crée ici illusion en suggérant que la mobilité, au lieu de découler de la promenade, est dans les éléments du paysage.

19 Là encore, on peut citer de multiples exemples. Celui-ci est extrait du livre de Girardin, De la Composition des paysages, éd. citée, pp. 47-48 : « Ici s'offre un vallon étroit et solitaire ; un petit ruisseau y coule tranquillement sur un lit de mousse, les pentes des montagnes sont couvertes de fougère, et des bois enferment de tous côtés celte solitude ; c'est là que se trouve un petit ermitage [...] Mais bientôt l'attrait des ombrages et le vert aimable des prairies nous appellent dans la vallée... »

20 Lezay-Marnesia, op. cit., évoque ainsi pêle-mêle les œuvres du cardinal de Bernis, Whately, Morel, Hirschfeld, Saint-Lamhert, Rosset... Ce qui est à retenir réside moins dans l'exhaustivité éventuelle de ces listes que dans l'équivalence, établie par l'énumération, entre ces textes aux statuts si divers.

21 Ainsi Dulaure dans sa Nouvelle description des environs de Paris, Paris, Lejay, 1786, tome I, p. 27, pour les jardins du prince de Ligne.

22 Parmi beaucoup d'autres, Jaucourt, pour l'article « Symétrie » de L'Encyclopédie emprunte à Saint-Preux l'argument du « penchant qu'ont la plupart des hommes à ne se plaire que là où ils ne sont pas. » La Nouvelle Héloïse, IV, 11.

23 Op. cit.

24 Citant scrupuleusement ses sources, Hirschfeld recopie notamment Watelet (1774) et Morel (1776).

25 Paris, Le Rouge, 1776-1789.

26 La version originale date de 1757 ; la traduction est donc fournie par le recueil de Le Rouge dont le deuxième tome paraît en 1776.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sophie Le Ménahéze-Lefay, « L'écriture des jardins au tournant des Lumières », Babel, 3 | 1999, 103-112.

Référence électronique

Sophie Le Ménahéze-Lefay, « L'écriture des jardins au tournant des Lumières », Babel [En ligne], 3 | 1999, mis en ligne le 12 janvier 2013, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://babel.revues.org/2399 ; DOI : 10.4000/babel.2399

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Babel. Littératures plurielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire Babel
  • Logo Université de Toulon
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org