Navigation – Plan du site

L’Antimoria d’Arias Barbosa, ou la limitation volontaire et éclairée de l’auto-complaisance

Claudine Sánchez Martel
p. 197-220

Résumé

Pour mieux comprendre les raisons de la composition et de la publication d’un « Blâme de la Folie » (Antimoria) dans les sphères de l’humanisme ibérique en 1536, cet article fait un bilan des circonstances de l’œuvre, et en propose un résumé et un commentaire originaux. L’auteur Arias Barbosa, vers la fin de sa vie, s’est retiré des milieux universitaires alors les plus vivants de la Péninsule Ibérique, où il avait été l’un des pionniers de l’hellénisme, et il dédie ce petit ouvrage de poésie latine, dont le sujet lui tient personnellement à cœur, au Cardinal Infant Don Alonso de Portugal, dont il a été le précepteur. La trajectoire d’Arias Barbosa témoigne d’une prise de distances vis-à-vis de son propre « érasmisme », au nom d’une conception plus puriste d’un christianisme prenant appui exclusivement sur la Bible, et constamment éclairé par l’espérance que celle-ci procure.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Μωρίας ἐγκώμιον ou Laus Stultitiae, composé vers 1509, édité d’abord en 1511, puis, bien révisé pa (...)

1Pourquoi un humaniste espagnol (d’origine portugaise) a-t-il voulu écrire, en quelque sorte, un « Blâme de la Folie », alors qu’Érasme en a fait l’« éloge »1, et que tous deux sont des figures illustres de la Renaissance européenne ? Y aurait-il chez lui quelque tendance plus rétrograde, tandis que l’« éloge », avec son aspect provocateur, correspondrait davantage à l’esprit novateur de l’époque ? L’œuvre d’Arias Barbosa intitulée Antimoria, datée de 1536, est censée prendre expressément en effet, d’après son titre comme d’après certains de ses vers, le contre-pied du fameux éloge de la Folie d’Érasme.

2À part leur propos, et la langue latine, qui les rapproche en les destinant toutes deux à un public plutôt savant, plusieurs aspects formels séparent d’emblée les deux œuvres. L’Antimoria d’Arias Barbosa est bien plus brève et a été composée en vers ; elle est restée peu connue et a été écrite en marge de la vie publique de son auteur, lorsqu’il était à la retraite de son activité d’enseignant de grec.

3Les divergences avec Érasme sont-elles si profondes que veut le laisser entendre le titre de l’œuvre ? Et si convergence profonde il y a, en fait, les divergences ostensibles n’obéissent-elles qu’à des impératifs de stratégie, soit rhétorique, soit de circonstance ? Ou bien, au-delà des disputes et des filiations intellectuelles, cette petite œuvre n’offre-t-elle pas un exemple, sans prétention, de recherche libre du sens du mot folie, prenant appui sur la mise à nu –au plus près possible- de ce qui en fait la pierre de touche universelle ?

I. Circonstances de l’Antimoria

Arias Barbosa

  • 2 Né en 1470 – ou 1465 ?- à Aveira. érasme est né en 1467.
  • 3 Marcel Bataillon, érasme et l’Espagne (p. 19, n. 32) et O. Di Camillo, El humanismo castellano del (...)
  • 4 À cette date il compose une épigramme fameuse en adieu à Salamanque, imprimée à la suite de l’Antim (...)
  • 5 Ange Politien (1454-1494), dont Arias Barbosa retiendra notamment l’œuvre de traduction et de comme (...)
  • 6 Evelia T. Sánchez y Sánchez, « La lirica latina… », p. 197.

4Arias Barbosa2 est connu comme le premier professeur de grec, dès 1495, de l’Université de Salamanque (la première et la plus prestigieuse université de la Péninsule). Deux de ses disciples qui devinrent fameux3 y furent Diego López de Zúñiga, futur collaborateur de la Biblia Políglota d’Alcalá (et auteur en 1520 d’Annotationes contra Erasmum !), et Francisco de Vergara, qui enseigna à son tour le grec à Alcalá. Barbosa enseigna à Salamanque presque une trentaine d’années, jusqu’en 15234, alors que Nebrija passait, lui, à ce moment-là, de Salamanque à Alcalá, la nouvelle concurrente, le bastion des idées nouvelles sous la protection du Cardinal Cisneros. Mais Arias Barbosa et Nebrija poursuivaient les mêmes objectifs, et ils étaient en relation ; Arias Barbosa a écrit une élégie à la gloire de Nebrija, souvent imprimée en tête de la Gramática de celui-ci. Tous deux formés en Italie (Nebrija surtout à Bologne, Barbosa à Florence, où il suivit notamment les cours d’Ange Politien5, aux côtés de Jean de Médicis, le futur Pape Léon X), ils vinrent en Espagne combattre la « barbarie » des mauvais latinistes. Aussi a-t-on pu appeler notre auteur « le Nebrija de l’hellénisme »6.

  • 7 Aratos : env.315-env.240 av. J.-C. ; ses Phénomènes ont été copiés et revus au XIIIe siècle à Const (...)
  • 8 Commentaire dont on peut consulter un exemplaire à la Biblioteca Nacional de Madrid avec la cote R- (...)
  • 9 Un exemplaire de ce manuel de prosodie : Relectio… est conservé à la Biblioteca Nacional de Madrid (...)
  • 10 Sáinz de Robles, La imprenta y los libros en la España del siglo XV, p. 15.

5L’activité d’Arias Barbosa comme helléniste, outre son enseignement, se retrouve dans son étude du poète Aratos7 : Barbosa a édité son Historia apostolica (cum commentariis Ariae Barbosae Lusitani), à Salamanque, chez Jeannis de Perris, en 15168. Et son intérêt pour la poésie est manifeste d’après le manuel de prosodie latine, suivi d’épigrammes latines, qu’il a lui-même composé et édité à Salamanque en 15179. On a pu dire à son sujet : « il n’y a pas d’helléniste européen plus élégant, profond et facile, tout à la fois, qu’Arias Barbosa »10.

Notes sur l’humanisme portugais et l’Europe

6Avant Arias Barbosa, on trouve en Italie (à Naples, avec le vice-roi d’Espagne D. Gonsalvo de Cordoba, puis à Venise), dès 1492, le juif portugais Léon L’Hébreux, d’une dizaine d’années son aîné. Qu’ils aient été en contact ou non, ils partagent des conceptions qui renvoient au néoplatonisme, et donnent tous deux un rôle central à l’amour, dans l’univers, comme clef de l’union avec Dieu. La sagesse est la science du divin, qui seule atteint la plus haute connaissance des choses spirituelles. Le Dialoghi d’amore, de 1502, ne fut publié que de façon posthume, en 1541.

7Au Portugal, Coimbra (où l’Antimoria fut éditée en 1536) devint le vrai foyer de l’humanisme à partir de 1530. En 1537 une nouvelle université y fut inaugurée, qui prit de fait le relais de celle de Lisbonne. Deux enseignants notamment y furent eux aussi des poètes néo-latins : André de Gouveia, et André de Resende. Ce dernier avait été disciple d’Arias Barbosa à Salamanque (il était d’une trentaine d’années son cadet). Et contrairement à son autre disciple espagnol, Diego López de Zúñiga, Resende afficha son érasmisme en écrivant un Encomium Erasmi, où il consacra même quelques hexamètres à l’éloge de son maître Arias Barbosa !

  • 11 J. Cardoso a été édité et traduit en portugais moderne par Corujo Dos Reis, Telmo, à l’Université d (...)
  • 12 Jean-Claude Margolin, Anthologie des humanistes européens de la Renaissance, Gallimard, 2007.

8Par ailleurs, deux autres poètes néo-latins portugais, encore un peu plus jeunes, furent des humanistes connus : Jerónimo Cardoso (1508-1569)11, et l’helléniste Louise Sigée (1522-1560)12. Et il y a Jorge Coelho, « humaniste » dont la lettre est reproduite en tête de notre recueil…

II. Description et résumé de l’Antimoria

9L’incunable contenant l’Antimoria se présente sous la forme de 48 folios, numérotés au recto de I à XLVIII, brochés en 6 cahiers de 8 folios (de A, Aii, Aiii, Aiiii à Fiiij). Il en existe encore plusieurs exemplaires, imprimés à Coimbra chez les chanoines (cónegos) de Santa Cruz en 1536. L’un est accessible à la Biblioteca Nacional de España avec la cote R/26003, un autre à la Biblioteca Nacional de Portugal, PIBN 003400665, avec la cote BN-RES. 1944P, ou en microfilm : BN-F.R.152, ou sur Internet, en avril 2012, http://purl.pt/​23165. Une réédition du XVIIe siècle se trouve à la Biblioteca Nacional de España avec la cote MSS/13753.

  • 13 e pour recto, d pour verso.

10Une lettre de l’humaniste Jorge Coelho à Arias Barbosa (en prose latine) occupe d’abord les folios IIe13 à IIIe, puis une préface d’Arias Barbosa les fol. IIId à VIIe.

11Le poème Antimoria occupe les fol. VIId à XXIIIIe (pages 8-53 de l’exemplaire digital), et se compose de 616 vers, hexamètres, sans strophes.

  • 14 Ant. Gom. Da Rocha Madahil donne une description plus complète de l’incunable dans sa note prélimin (...)

12Suivent 50 épigrammes, de longueurs variées, des fol. XXIIIId à XLVIIId (pages 54-102 de l’exemplaire digital)14.

13Résumé :

14Lettre de l’humaniste Jorge Coelho à Arias Barbosa (en prose latine) :
Jorge Coelho loue l’élégance de l’Antimoria, en même temps que le service que rend cette œuvre, de combattre la folie, véritable Hydre de Lerne, grâce aux armes du Christ. Sincérité et éloquence y sont alliées. Le tout est un remède délicieux et efficace pour tous. Jorge Coelho estime qu’il n’est pas digne de juger cette œuvre, comme le lui demande son auteur, car la qualité de ses vers et de son enseignement ne mérite que des louanges.

  • 15 NB : les références bibliques ne sont jamais données par Arias Barbosa.

15Préface d’Arias Barbosa, dédiée au Cardinal Infant Don Alfonso :
(fol. IIId) Arias Barbosa remonte à 30 ans en arrière, lorsque, seul enseignant de latin et de grec à l’Université de Salamanque, il avait déjà le désir d’apporter une modeste contribution, de son invention, telle la veuve de l’Evangile [Luc 21.1 à 4]15, au trésor du Seigneur. De fait au bout de ses 20 années « réglementaires » de carrière, voilà qu’il accepta avec joie, pour 7 années - car à cause des déplacements de la Curie, cet enseignement qui aurait pu se faire en 3 ans, étant donnée l’intelligence de son élève, fut plus long - la responsabilité qui lui fut proposée par le roi Jean III du Portugal, d’enseigner à son jeune frère, Don Alfonso, alors déjà admis au collège des Cardinaux, l’éloquence, la dialectique, et autres « humanités ».

  • 16 En explication de la modestie récurrente d’Arias Barbosa : au-delà d’un procédé rhétorique, il faut (...)

16(fol. IVd) Enfin libéré, il se propose à nouveau de consacrer son loisir à quelque chose d’utile, à la véritable priorité de l’homme : la louange du Christ ou le secours du prochain. (fol. Ve) Après méditation sur l’abondance des œuvres existantes, il lui est venu à l’esprit d’écrire une Antimoria, d’une part en réaction à la Moriae Encomium « qui circule aujourd’hui entre toutes les mains », d’autre part en s’inspirant de la façon dont César a conçu son Anticatones. Son propos est ridiculement téméraire, étant donnée sa faible compétence, mais son désir, tout au moins, est de défendre avec une éloquence forte comme un torrent la Sagesse (sapientia), en combattant la Folie (insania), à la louange de Jésus, œuvre des plus agréables à Dieu et des plus utiles pour les honnêtes gens16. (fol. Vd) César aussi avait choisi une cause difficile, en accusant, en Caton, un modèle de vertu, qui plus est défendu par l’excellent orateur Cicéron juste avant. Bien qu’Arias Barbosa eût plutôt défendu l’exemple d’un Caton, il se situe, par rapport au populaire Érasme, comme César face à Cicéron. (fol. VIe) Le succès bien mérité d’ Érasme vient de son habileté aguerrie en matière d’invention, d’érudition et d’éloquence. Mais autant son œuvre délectable peut être appréciable et inoffensive pour les érudits, autant elle peut être nocive pour le grand nombre. C’est pourquoi, sans esprit de rivalité mal placée, mais motivé par cette « sorte de simplicité chrétienne » qui l’a toujours animé dans ses commentaires d’autres auteurs, Arias Barbosa s’essaie à combattre la Folie (Stultitia/Moria), quitte à ce que le public soit rebuté par son expression de débutant.

  • 17 [Marc 12.41-44]
  • 18 [Luc 18.10-14] Cette idée de doute humble (encore plus que modeste et prudent) sur soi-même, animé (...)
  • 19 C’est le bon vieil exemple de syntaxe grecque pour la période hypothétique à l’irréel avec des impa (...)

17(fol. VId) Au lieu de choisir comme Érasme la prose qui permet au discours de divaguer, Arias Barbosa choisit de s’astreindre à la cadence du vers, comme les sages (prudentes). Il ne cherche pas à briller ni à atteindre une gloire sans valeur. Mais il désire ardemment offrir ses humbles vers rustiques à Christ, qui est au-dessus de tout, comme la veuve ses deux piécettes (obolos) au trésor du temple17. Que d’autres répondent avec de l’or, de l’argent ou des perles ; lui ne pourra pas être accusé de n’avoir pas mis ses efforts au service du culte divin. Mais se sentant indigne de s’approcher lui-même du temple divin, comme le publicain, qui, faute de se connaître lui-même, n’osait même pas lever les yeux au ciel18, Arias Barbosa confie son présent pour Jésus au Prince « très humain », le Cardinal du Portugal ; et ainsi son modeste présent n’en aura que plus de valeur, s’il l’offre avec ces paroles : « εί πλέον εϊχε, πλέον έδίδου : s’il avait davantage, il donnerait davantage », qu’Arias Barbosa donne en grec19, pour clore sa préface.

18Poème Antimoria :

  • 20 C’est un thème cher à Arias Barbosa, comme à beaucoup d’humanistes. Dans l’épigramme 21 publiée à l (...)

19(vv. 1-18) évocation de l’Âge d’or20 (vv. 3, 25-26), ou le règne primitif de Sapientia (v. 10) ou Sophia (v. 21).

  • 21 Arias Barbosa consacre également la dernière épigramme du recueil, l’une des plus longues, à la mis (...)
  • 22 Ces deux termes sont les plus caractéristiques de l’œuvre érasmienne.

20(vv. 29-54) Tableau de l’actuel « âge de fer » …ou « de plomb » (v. 31-32)21 : la Terre abandonnée de Sapientia (v. 33), Pudicitia (v. 35) et Justitia (v. 36) ; le règne de Moria et Philautia (v. 39)22 ou encore Insania (v. 46) ou Dementia (v. 81).
L’éloge de Moria par Érasme (non nommé ici, mais clairement désigné ; vv. 44-54) alimente encore plus son dangereux succès.

21(vv. 54-83) Comment rétablir le règne de Sophia (v. 56) : le modèle de l’harmonie céleste (vv. 56-71) peut être imité par les humains s’ils suivent ici-bas la sagesse du Christ (v. 72-83)… pour leur bonheur.

22(vv. 84-223) Les méfaits de Moria : cette argumentation est précédée d’un exorde de styles rhétorique (vv. 84-86) puis poétique (vv. 86-92), incluant une invocation à Dieu
(vv. 92-111) Stultitia prive l’homme de perspicacité dans sa connaissance du bon et du mauvais, et dans sa volonté ; elle l’asservit aux plaisirs et à la mauvaise conscience ;
(vv. 111-116) Les justes, eux, ont la récompense céleste à l’esprit, ce qui les rend sereins ;
(vv. 117-137) La multitude des fous se trompe dans ses désirs (vv. 117-131) et dans ses craintes (vv. 132-137) ;
(vv. 138-166) Le poète exhorte son lecteur à cultiver plutôt la foi, l’espérance et l’amour :
- pour vaincre la crainte insensée de la mort physique (vv. 138-141) ;
- et pour bien orienter son amour (vv. 142-147) ;
- car cultiver l’amour et les qualités chrétiennes, voilà qui sera à coup sûr récompensé (vv. 148-166).
(vv. 167-179) Moria aveugle ses victimes par sept vices (sept péchés capitaux) ;
(vv. 179-188) Elle conduit même certains à nier l’existence de Dieu, lorsqu’ils constatent que Stultitia est la maîtresse du monde plutôt que Lui.
(vv. 189-209) Mais l’homme, résident temporaire sur la terre, doit rester modeste dans ce qu’il prétend savoir.
(vv. 210-223) Parmi tous les pièges de Moria, la recherche des plaisirs (« voluptas » v. 220) est le plus nocif et incontrôlable.

23(vv. 224-467) Le combat contre Moria :
(vv. 224-254) Le petit nombre des justes, en quête des plaisirs de l’esprit, combat de toutes ses forces l’attrait exercé par les plaisirs charnels : Caton, Aristote et Homère sont cités comme exemples ;
(vv. 254-287) Selon les vers de l’Iliade, qu’Arias Barbosa restitue, les Troyens ont décidé de façon exemplaire d’éloigner d’eux la belle Hélène, source de tant de chaos ;
(vv. 288-317) La méfiance, et le rejet total, vis-à-vis de « voluptas » et de son pouvoir conquérant (vv. 190, 296, 307, 312) sont vitaux ;
(vv. 318-344) Mise en garde : pour faire dévier du chemin heureux de Sapientia (v. 320), l’argument (épicurien) de Dementia (v. 322) ou Insania (v. 342) selon lequel il faut profiter de cette vie physique car elle est brève et unique, est très puissant, et il faut l’inverser pour le transformer en désir d’un monde meilleur (mention des Parques, citation de Lucain ?) ;
(vv. 345-377) Sinon, cela reviendrait à rejeter stupidement la foi, solidement prouvée, pourtant, dans les promesses de Dieu - dont la réalisation approche à grands pas - (une brève citation en grec de Pythagore illustre ce qu’est tout dogmatisme et le rejet des preuves de la foi) ;
(vv. 378-430) Trois (ou cinq) attitudes, de la plus sage à la plus folle, révèlent que la plus grande folie est de ne pas se croire fou (allusion à la devise de Socrate, et au rire de Démocrite ; et image de l’escargot qui lève ses cornes) ;
(vv. 431-467) Pour un petit nombre, la prise de conscience, la repentance et la recherche du pardon de Dieu permettent la guérison.

24(vv. 467-537) La lutte contre Moria conduit au vrai bonheur :
(vv. 467-476) Laissons l’Esprit nous guider à bon port ;
(vv. 477-537) Le vrai bonheur n’est pas dans cette vie pleine d’aléas :
- l’ambition des empereurs tels que Jules César ou Alexandre les a trompés (vv. 492-497) ;
- La mort imprègne cette vie (vv. 498-503) ;
- Le soleil, en constant mouvement, modifie tout, sans cesse, sur cette terre (vv. 503-517), jusqu’à la géographie (vv. 518-526) (Moria déplore la disparition de grandes cités, vv. 524-526) ;
- Au milieu de l’instabilité du monde physique, le fou choisit de s’adonner aux plaisirs (vv. 527-537) ;

25(vv. 538-608) La bonne voie, de la fuite de « voluptas », est clairement indiquée par Dieu :
(vv. 538-557) Dieu mêle ici-bas les peines et les joies –Homère est cité à l’appui-, pour que l’homme ne prétende pas au bonheur dans cette vie (cf. v. 329) ;
(vv. 558-574) Le vrai plaisir est dans la contemplation de la lumière céleste ;
(vv. 574-586) Les désirs du sage tendent vers la vie dans le Paradis céleste, exempt du péché originel ;
(vv. 587-608) imitant Paul, David ou Christ, il ne cherche pas les plaisirs dans cette vie. Son Dieu n’est pas épicure ni Aristipe ni son ventre.

26(vv. 609-616) Épilogue-climax : Dédicaces et louanges à Christ, à Dieu, à Marie, à la demeure céleste. En outre, la fin du poème elle-même est représentée, au moyen de la métaphore de l’arrivée à bon port grâce au souffle divin, la même métaphore que le poète avait employée pour évoquer l’arrivée du sage jusqu’à sa résurrection au ciel après une vie vertueuse.

III. Commentaires

L’ambiguë folie érasmienne

  • 23 Tous deux cités par José Pereira Tavares à la suite de sa traduction portugaise de l’Antimoria.

27La question de l’érasmisme (ou pas) d’Arias Barbosa, comme pour beaucoup d’humanistes et d’écrivains, est une fausse question. Il est intéressant de noter que pour un critique portugais, António José Saraiva, on ne doit pas prendre l’Antimoria comme un ouvrage polémique contre Érasme –la polémique serait incomplète, ajoute-t-il-, mais plutôt comme un manifeste de l’humanisme d’Arias Barbosa, tandis que pour un autre, Luis de Sousa Ribeiro, l’Antimoria contient de l’ironie, à l’imitation d’Érasme23.

  • 24 Marcel Bataillon, érasme et l’Espagne, 1937, trad. espagnole de 1950 puis 1966, rééditée pour la 4e(...)

28D’une part en effet le prestige, et l’influence profonde, rapide et universelle d’Érasme en Europe est indéniable. En Espagne, elle a été d’autant plus fulgurante que les œuvres d’Érasme ont été condamnées par le Saint-Office dès 152924. D’autre part, les positions de chacun ont pu être plus ou moins radicales selon les circonstances et selon les moments. C’est ainsi que, de deux disciples d’Arias Barbosa (certes, pas seulement de lui !), comme nous l’avons évoqué dans notre présentation de l’humaniste, l’un a écrit des Annotationes contre Érasme, et l’autre au contraire un Encomium Erasmi…

  • 25 Préface à son édition rasme d’érasme, éloge de la Folie (La reine des déclamations), Folio-Gallimar (...)
  • 26 D’après Martine Bigeard, La Folie et les fous littéraires en Espagne (1500-1650), Paris Sorbonne, 1 (...)
  • 27 Agustin Redondo et alii, Les représentations de l’Autre (L’Espagne des exclusions au Siècle d’Or). (...)
  • 28 E. F. Rice, The Renaissance Idea of Wisdom, chap. « The Transformation of Wisdom from Knowledge to (...)
  • 29 Martine Bigeard, op. cit.
  • 30 F. Márquez Villanueva, p. 241.

29Et enfin, surtout, la notion d’érasmisme est difficile à définir, dans la mesure où les positions d’Érasme lui-même étaient très nuancées, et où chacun a pu y apprécier certains aspects, tout en s’opposant à d’autres. Jean-Claude Margolin signale en particulier les métamorphoses de le Folie, à la fois sujet et objet de l’éloge (sous-titrée : « Stultitia loquitur »). De plus, « avec elle et son ascension langagière et spirituelle irrésistible, ses auditeurs se sont eux-mêmes métamorphosés » (…en un groupe de mystiques), en une authentique conversion… d’où « l’interprétation caméléonesque » de l’œuvre qu’il propose25. D’une manière générale, les Espagnols ont préféré les mises en œuvres ou les solutions pratiques, s’agissant du mode de vie chrétien, que les discussions théologiques. Certains érasmistes espagnols notoires, autres qu’Arias Barbosa, ont eux aussi reproché à l’éloge de la Folie son manque de sérieux, son ton plaisant et léger. Contrairement à Érasme, ils n’ont pas manifesté quant à eux de préoccupation spéciale pour produire un beau style ou un bel esprit26. De fait, les réactions ont d’abord plutôt donné lieu à des créations spontanées et originales qu’à des répliques en bonne et due forme ou à des échos directs. L’esprit réformateur présent chez Érasme s’est plutôt manifesté en Espagne par un intérêt charitable accru envers les fous, les vagabonds et les déshérités, alors qu’en Espagne l’exclusion s’exprimait déjà largement dans toutes sortes de directions, dans un Empire en quête d’unité et d’une identité rédemptrice27 : à l’égard des juifs (expulsés depuis 1492, puis ce seront les morisques en 1609), des « conversos » (juifs convertis de force), parfois obligés de « folier », par stratégie, ce qui a ouvert la voie à un talent empreint de souffrance qui a marqué toute la littérature et la société espagnoles du « Siècle d’Or », des « luthériens » ou hétérodoxes en tous genres, des Gitans, des révoltés politiques des Comunidades, mais aussi des pestiférés et des lépreux comme portant sur eux les stigmates de l’indignité, de l’altérité, les supposant privés d’identité, hors de l’humaine condition, suscitant la fuite de qui les rencontrait (sauf de quelques rares médecins et prêtres vraiment charitables), et requérant la confession, la repentance, l’expiation, parfois à travers d’autres boucs émissaires. Ainsi Luis Vives, auteur également d’une Praelectio in sapientiam en 152228, rédige-t-il son traité De l’assistance aux pauvres avec le plus grand sérieux, animé « par la probité et la charité, vertus fondamentales du juriste chrétien »29. Même les bouffons, en Espagne, sont souvent aussi des médecins, qui cherchent à guérir l’Espagne, surtout de la maladie stupide et antichrétienne que représente la persécution des « conversos »30.

  • 31 Martine Bigeard, op. cit. Cette œuvre de Mondragon a été étudiée par Antonio Vilanova et par Eugeni (...)

30Une véritable réplique de l’éloge de la Folie d’Érasme n’apparaît qu’en 1598, dans le traité de l’aragonais Jerónimo de Mondragón, Censura de la locura humana y excelencia della, œuvre érudite d’édification morale, sans l’aspect érasmien de satire religieuse, et qui fait état du caractère relatif des notions de folie et de raison, associant la folie surtout à la démesure, dans un style sans insolence ni ironie mais avec prudence et dignité, dans une progression scrupuleuse31.

  • 32 On pourrait résumer en effet ainsi certains de ses passages très imagés là-dessus : comme deux mule (...)
  • 33 C’est pour la raison inverse que dans nombre de ses épigrammes il blâme le caractère méchamment mor (...)

31Arias Barbosa rejette aussi surtout, quant à lui, le plaisir dangereux de l’érudition pour elle-même, piège également bruyamment dénoncé par Érasme32, mais dans lequel, d’après Arias Barbosa, il serait lui-même tombé. Arias Barbosa veut éviter ce piège à tout prix, et il a sa manière bien à lui d’y parvenir. Par exemple, en effet, s’il reprend volontiers quelques vers d’un compatriote antique, parce qu’ils sont selon lui en harmonie avec l’enseignement biblique33 :

Aure Iouis digna est sententia uatis Iberi :
Frange thoros, pete uina, rosas cape, tinguere nardo.
Te meminisse deus mortis uult (vv. 327-329),

32Il recourt aux images de la mythologie païenne pour assimiler péjorativement à la recherche monstrueuse, insensée et périlleuse d’une indépendance et d’un éclat démesurés, les élucubrations philosophiques agnostiques, ou bien théologiques (proches par exemple du calvinisme) de certains :

(…) peior quam bellua Lernae
Moria, mortales animos sic turbat, ut (…)
Deteriora sequi impellat quidamque fuerunt

Qui (…) negarent
Esse Deum, (…)
Qui damnare etiam rectorem talibus audent :

(…) Cur non sibi uiuere cogit,
Ut Paulum subito percussum lumine traxit ?
Alta petis, Phaeton. Nam quae proportio nostrae est
Mentis et illius quae nullis finibus haeret ? (vv. 176-190).

33Et la poésie d’inspiration païenne est pour lui bien inférieure aux Psaumes :

(…) Sic inclytus olim
Rex Solymum uates (…)
(…) cecinit miserabile Carmen,
Quod non Calliope, quod non dictabat Apollo (vv. 452-456).

  • 34 Cf. R. L. Colie, érasme tient cette manière de Nicolas de Cues et Pic de la Mirandole.

34Le modèle d’Érasme n’a pas ravivé chez lui non plus l’esprit satirique traditionnel, ni le désir de le renouveler par la relecture d’ésope, d’Apulée ou de Lucien comme l’ont fait d’autres humanistes. Son esprit critique ne se teinte guère d’ironie ou ne cultive pas le paradoxe à outrance34, mais il cherche à s’appuyer sur une base solide et universelle.

  • 35 Christophe Chazot, Un monde en musique. Regards croisés sur l’œuvre de Bach. Brochure accompagnant (...)

35Le souci d’Arias Barbosa n’est pas non plus l’hétérodoxie. Il confie son œuvre à un Cardinal, en des termes des plus respectueux ; on pourrait dire de lui comme on a pu dire du compositeur Bach : « On trouve chez lui plusieurs thèmes chers à la Renaissance et aux pré-réformateurs : la confiance absolue en Dieu, la conviction qu’il faut consolider la foi par la volonté et non par le raisonnement, la certitude que seule la foi rachète aux yeux du juge ultime (…). Abstraction faite de points de détails dans le dogme et de la prééminence du pontife dans le rapport à Dieu -prééminence qui, pour Luther, n’a rien à voir avec la théologie mais reste du domaine strictement temporel- rien dans cette conception ne justifie le schisme qui a séparé la chrétienté romaine de celle qui est née à Wittenberg en 1517 »35. Au vers 357 de l’Antimoria :

  • 36 « Bien que cela fût attesté par le sang et par la bouche des apôtres et par tant de martyrs illustr (...)

Cum sit apostolico signatum id sanguine et ore
Ac tot martyribus claris, miracula quorum
Huic nostrae fidei declarant numen inesse,
Cum uelit id ratio, sancti fateantur et omnes
Docti hoc confirment atque id multo ante futurum
Praedicant Solymi praelustria nomina uates,
Attamen aduersum haec stabilis fundamina Petrae,
Haec euangelicae sublimia culmina legis
Quam nulle gentes, nulli ualere tyranny,
Non reges ipsi tenebrarum ac Tartarus ingens,
Non paganorum moles aut uerba sophorum
Diruere, ipsa audet se attolere Moria contra
Non se ulla ratione tuens, qui uindicat illud
Pythagorae : -αύτός έφα : satis est quod dixerit ipsa
36

36Le traducteur Pereira Tavares suggère en note que Petra désigne l’Eglise Catholique. Il se peut aussi qu’Arias Barbosa, pour insister sur la solidité, étayée par les preuves bibliques et les témoignages des martyrs, de la croyance en l’existence de Dieu, imite ici le jeu de mots de Jésus en Matthieu 16.18, où le roc solide désignait vraisemblablement la profession de foi de l’apôtre Pierre, à qui le Père avait révélé que Jésus était le Fils de Dieu. De toute façon, Arias Barbosa n’apparaît pas du tout comme un hétérodoxe, sans qu’il s’attarde toutefois à défendre l’Eglise ou des dogmes qui ne soient pas simplement et clairement ceux énoncés dans la Bible. Du reste, il la paraphrase sans arrêt, des Psaumes aux Epîtres, en passant par les Evangiles. Il s’autorise seulement à ne pas donner les références (ce n’était pas l’habitude, ni compatible ici avec son propos), mais aussi à adapter grammaticalement les textes originaux, ou à user de toute la souplesse de la langue, des synonymes, des métaphores, enrichis de sa culture profane auprès des sources antiques, seulement en guise d’illustrations.

Modernité et universalité

  • 37 Marcel Bataillon, op.cit., note 50.
  • 38 Jacqueline Ferreras, Les dialogues espagnols du XVIe siècle, ou l’expression littéraire d’une nouve (...)

37La forme choisie par Arias Barbosa nous indique son caractère novateur, tout en restant intimiste et en gardant ainsi une force originale, en retrait des grandes « découvertes » littéraires. En effet, sa poésie néo-latine est évidemment de type humaniste, par la connaissance qu’elle suppose des langues et des littératures antiques, et en ce qu’elle les imite. Cependant, Arias Barbosa n’inscrit pas son œuvre dans le grand mouvement de vulgarisation et de débat ouvert que beaucoup d’humanistes ont choisi, notamment, à travers le genre redécouvert du dialogue, de préférence en langue vernaculaire… également sur le modèle d’érasme, avec ses Coloquios estimés en Espagne, conjuguant l’utile et l’agréable37. Parmi les dialogues humanistes recensés par Jacqueline Ferreras38, d’ailleurs, aucun n’aborde directement le thème de la folie, mais plutôt des thèmes religieux et moraux apparentés, pour l’époque : dans les années 1540, Cristóbal de Castillejo fait dialoguer la Vérité et la Flatterie, Pedro Mexía reprend l’exhortation à la vertu d’Isocrate, Cervantes de Salazar, Luis Mexía et Ponce de León s’intéressent à ce qui fait la Nature ou la Dignité de l’homme, Juan de Valdés à la Doctrine chrétienne…

38Pourtant, Arias Barbosa indique bien son souhait lui aussi, digne des autres humanistes, d’être utile pour autrui, et tout au moins de ne pas nuire au grand nombre. C’est donc plutôt en renouvelant une forme proche par excellence du sentiment intime de l’auteur et toujours propre à émouvoir, la poésie, qu’Arias Barbosa se propose d’y parvenir.

  • 39 Même si certains aspects de son poème rappellent, par exemple, Juan de Mena dans ses Coplas de los (...)
  • 40 D’après Eugenio Asensio, cité par F. Márquez Villanueva, p. 233. Wikipedia, en Avril 2012, donne le (...)

39Ce faisant, il laisse de côté tout ce qu’on pouvait trouver de figé aussi bien dans la tradition poétique contemporaine en langue vernaculaire39, que dans le genre théâtral en développement (avec leur recours caractéristique aux allégories, elles-mêmes témoins d’une vision dogmatique dépassée). En revanche, le bachelier Hernán López de Yanguas, avec ses Triumphos de locura (Valencia, 1521) exposa les idées fondamentales de l’éloge de la Folie d’érasme en langue vulgaire, mais sous la forme d’un débat poétique à la manière médiévale40.

40En revanche, la poésie d’Arias Barbosa est mue d’une dynamique multiple : en ce qu’elle assimile et intègre assez harmonieusement et utilement une riche culture, et qu’elle s’ajuste au plus près et avec efficacité au public et au but pratique et précis de son auteur. On pourrait appliquer à sa recherche poétique, à son goût en elle pour la cadence qui règle la pensée et la parole, ce que d’autres ont vu dans l’excellence de la musique :

  • 41 Hubert Guicharrousse, Les musiques de Luther, Labor et Fides, Genève, 1995.

Pour Pythagore et son école, la musique est un principe qui se fait entendre dans les trois domaines constituant le monde : en tant que musique des sphères, inaudible pour l’homme (ce que les auteurs latins, et particulièrement Boèce, appelleront la musica mundana), en tant que résultat de l’interpénétration harmonieuse de l’âme et du corps (musica humana), enfin en tant qu’élément ontologiquement indépendant, reliant le ciel et la terre (musica instrumentalis). (…) Pour Luther, cette vision des choses ne souffre pas de contestation.41

  • 42 Cité par Christophe Chazot, op. cit. (p. 41).

41Pour Luther, seule la musique devait être appréciée, parce qu’elle est l’art par excellence qui rapproche l’homme de Dieu (musica instrumentalis) : « La seule affirmation que nous pouvons poser, et que prouve l’expérience, c’est que la musique seule mérite d’être célébrée après la parole de Dieu »42.

  • 43 Ibid.

Luther accorde son crédit au topos médiéval du chœur des anges, censé répandre dans le firmament la louange infiniment parfaite à Dieu (…) dont le compositeur instruit s’efforce de plagier les formes. (…) La musique baroque sacrée, plagiant les lois de l’univers (…), permet d’entrevoir la perfection divine. Dépassant les seules préoccupations métriques et harmoniques du quadrivium, elle fusionne littérature, rhétorique, philosophie et arithmétique.43

42On retrouve cette image chez Arias Barbosa.

Une sagesse sans folie

43Peut-on dire qu’avec l’Antimoria, Arias Barbosa tombe du coup (paradoxalement, voire inévitablement) dans une sorte de « folie » mystique, folie qui ne dirait pas son nom ? Il semble qu’il s’en défendrait plutôt, et pas seulement par le choix de ses mots, en désignant comme « sagesse » sa position et comme « folie » celle des mécréants. Peut-être Arias Barbosa voulait-il, pour sa réplique à érasme, en imitateur de l’apôtre Paul, s’inspirer de la réponse de celui-ci au gouverneur Festus. Festus, après avoir écouté le témoignage persuasif de l’apôtre lui dit : « Tu es fou, Paul ! Ton grand savoir te fait déraisonner » (comme si érasme avait assimilé lui aussi caricaturalement la foi chrétienne à de la folie). À quoi Paul répondit : « Je ne suis point fou, très excellent Festus ; ce sont, au contraire, des paroles de vérité et de bon sens que je prononce » [Actes des Apôtres, 26.24, 25].

  • 44 Miguel de Unamuno, La vie de Don Quichotte et de Sancho Pança, trad. fr. de J. Babelou.
  • 45 Il reprend en partie l’idée des moralistes érasmistes espagnols selon laquelle l’amour-propre, deve (...)

44On est loin de cet autre « éloge de la folie » ou véritable manifeste en sa faveur, que constitue La vie de Don Quichotte et de Sancho Pança44, célèbre reprise du Quichotte de Cervantes par Miguel de Unamuno. Pourtant, comme Arias Barbosa, Unamuno fut lui aussi professeur de Grec à l’Université de Salamanque (trois siècles plus tard) ! Pour lui, la solitude dans la folie permet une communion à une autre échelle, et surtout, un combat efficace contre ce qui est méprisable. José Bergamín, quant à lui, se méfie de la raison humaine, pour ce qui est d’approcher la vérité. La position de l’autre Miguel, de Cervantes, quant à elle45, quelques 70 ans après Arias Barbosa, a nourri nombre de recherches et de réflexions, tant sur ses rapports avec la folie, qu’avec érasme, notamment dans le fameux ouvrage de Marcel Bataillon.

  • 46 Frédéric Gros, Foucault et la folie, Paris : P.U.F., 1997.

45Pour Arias Barbosa, la folie est dans toute pensée humaine auto-complaisante. Mais comme l’a montré Foucault, Sagesse et Folie sont en étroit contact en cette Renaissance, et dialoguent entre elles ; mais ce qui les oppose, c’est leur appartenance au profane ou au sacré. La folie fragilise l’ordre cosmique, la raison du monde46, en s’écartant de son modèle sacré. On peut encore écarter les fous, tout en les voyant toujours passer près de soi -car leur existence est inhérente au genre humain déchu- par des stultiferae naves (« nefs des fous », non limitées à la représentation misogyne médiévalisante qu’en ont donnée Sébastien Brant ou Josse Bade) plus ou moins symboliques. N’y a-t-il pas là une sorte d’image des rapports entre Arias Barbosa et ses contemporains, et entre ses contemporains eux-mêmes ?

46Aussi son appel en direction du « royaume de Dieu » est-il plus proche, dans sa simplicité, et dans ses implications pratiques de témoignage et de mise en œuvre avant tout d’un amour altruiste conforme à la volonté de Dieu sur la terre, de celui du « Notre Père », que d’une invocation mystique. À la base, il y a chez lui cette foi solide et la même entreprise que chez Bach :

  • 47 Christophe Chazot, op. cit.

Dieu, créateur de toutes choses, principe de toute monade et de toute essence, a seul la compréhension totale de l’univers. (…) Ne pas croire en lui expose à tomber dans les griffes de Satan présenté (…) comme l’absence de Dieu. Et Bach comme beaucoup de ses (…) prédécesseurs, craint cette absence de Dieu : (…) il fait acte de foi dans l’espoir de lui échapper, oppose devant l’auditoire la laideur (…) du péché à l’harmonie parfaite du royaume de Dieu. Dans cette mission édificatrice, la symbolique héritée de Pythagore, Platon, Aristote, Augustin, Boèce et Thomas d’Aquin via Jean de Murs et Martin Luther figure dans ses œuvres47.

47Mais le monde de l’harmonie parfaite est aussi représenté en des termes bibliques (des images du « Paradis » retrouvé, dignes de la Genèse, des Psaumes, d’Isaïe ou de l’Apocalypse, ou de la Jérusalem céleste, littéralement « Vision de Paix », comme chez les apôtres) :

(…) Non est quaerenda uoluptas
Quae consanguineo est nunquam non mixta dolore
Hic et in hoc tanto miserarum turbine rerum,
Sed qua laetitia effusis decurrit habenis,
Per latos Paradisi hortos et amoena uireta
Semper caelicolas conuiuia festa ministrans.
Qui locus est nobis patria et natalis origo,
Et regnum atque bonis sedes sine fine beatis.
Qui sapit ire cupit multis singultibus illuc,
Unde ipsum primi deiecit culpa parentis (vv. 575-584).

48En somme, Arias Barbosa cherche la lumière (ou le bon sens, la « sagesse », la « raison ») dans la « Parole de Dieu » et non ailleurs. Elle est la pierre de touche de la foi, et le miroir qui permet de se corriger conformément aux préceptes divins ; et ainsi elle limite, tout en l’éclairant, toute entreprise humaine saine. C’était aussi la pensée de John Colet (1467-1519), leur contemporain, admirateur de l’apôtre Paul et annotateur de Marsile Ficin, dont érasme a fait une biographie célèbre, et qui s’exprimait ainsi, avec cette métaphore du soleil et de la lumière si chère à Arias Barbosa :

  • 48 J.-Cl. Margolin, Anthologie… (p. 177).

Ceux qui ne cherchent pas la vérité dans la vérité elle-même, ou la lumière dans la lumière, vivent dans l’amertume et la confusion (…). Ils ont davantage confiance en eux-mêmes qu’en Dieu (…). C’est le faux, et non le vrai, qui leur inspire confiance ; ils cherchent en aveugles (…) non pas dans la splendeur du soleil, mais dans les rayons issus de leurs yeux48.

49Arias Barbosa écrit des poèmes en latin pour des pairs, ou du moins pour des érudits comme lui, qui apprécieraient cette vision des choses ; mais il lui tient très à cœur en même temps de faire bien attention à ne pas y être « nuisible pour le grand nombre », en ne promouvant pas de philosophie humaine.

50Et pour l’utilité et le bénéfice du grand nombre, l’heure était justement en train d’arriver où la Bible elle-même allait de nouveau être directement accessible au peuple, grâce aux traductions fidèles et fiables en langues vernaculaires qui fleurissaient dans toute l’Europe, confrontées aux textes les plus anciens, dans les langues originales, suite à, et avec l’aide des travaux techniques, sérieux, modestes et minutieux, d’étude et d’enseignement, de nombreux érudits consciencieux de la Renaissance… comme Arias Barbosa.

Haut de page

Bibliographie

Alcina, Juan F.. Repertorio de la poesía latina del Renacimiento en España. Univ. de Salamanque, 1995 (sur 479 auteurs, de 1499 à 1625, en 202 pp. , il ne mentionne pas Arias Barbosa !)

Arias, Ricardo. « Humor y eucaristía en Valdivieso : la escuela divina », in Homenaje a Pedro Sainz Rodríguez. FUE, 1986 (t. II, pp. 57-66)

Bataillon, Marcel. érasme et l’Espagne. 1937. Trad. Espagnole de 1950 puis 1966, rééditée pour la 4e fois à Madrid, FCE, 1991

Bergeret, Jean (dir.). Psychologie pathologique. Masson, 9e éd. 1993

Bigeard, Martine. La Folie et les fous littéraires en Espagne (1500-1650). Paris Sorbonne, 1972 (ne mentionne ni A.Barbosa ni H. López de Yanguas)

Chazot, Christophe. Un monde en musique. Regards croisés sur l’œuvre de Bach. Brochure accompagnant le cédérom « L’Univers de J. S. Bach », Harmonia Mundi, Arles, 2000

Colie, Rosalie L. Paradoxia Epidemica. Princeton Univ. Press., 1966 (chap. 15 : Reason and Madness)

Darbord, Michel. La poésie religieuse espagnole des Rois Catholiques à Philippe II. Thèses, mémoires, travaux, n° 4. Sorbonne, 1965

Di Camillo, Ottavio, El humanismo castellano del siglo XV. Valencia, 1976

érasme. éloge de la Folie (La reine des déclamations). (trad. fr.) ed. et préface de J.-Cl. Margolin. Folio-Gallimard, 1992

Erasmo. Elogio de la locura. (trad. espagnole) Pedro R. Santidrián ed. Alianza, 2011

Ferreira Neves, Dr. Francisco. « Vida e Testamento do Humanista Aires Barbosa », in Arquivo do Distrito de Aveira, vol. XIV, 1948 (pp. 42-64)

Ferreras, Jacqueline. Les dialogues espagnols du XVIème siècle, ou l’expression littéraire d’une nouvelle conscience. 2 vol. Presses univ. de Lille, 1985

Figueiredo, Isaltin das Dores. Bibliografia do Humanismo en Portugal no Século XVI. Coimbra, 1986

Green, Otis H. Traducción y traductores en España. (évoque A.Barbosa)

Gros, Frédéric. Foucault et la folie. P.U.F., 1997

Guicharrousse, Hubert. Les musiques de Luther. Labor et Fides, Genève, 1995

hispalampa : Hispanorum Index Scriptorum Latinorum Medii Posteriorisque Aevi. (Díaz y Díaz, M.C. et alii). Autores latinos peninsulares da época dos descobrimentos (1350-1560). Lisbonne, 1993

Ijsewijn, j., Losada, A. Erasmus in Hispania, Vives in Belgio. Louvain, 1986 (pp. 200-203 sur érasmisme et poésie)

Laharie, M. La folie au Moyen-Âge. (préface de J. Le Goff)

Lazaro carreter, Fernando, ed.. Teatro medieval. Castalia, 1970

Le Gentil, Pierre. La poésie lyrique espagnole et portugaise à la fin du Moyen-Âge. Rennes, 1949 & 1953

Lopez Rueda, José. Helenistas españoles del siglo XVI. Madrid : CSIC, 1973

Margolin, Jean-Claude. Anthologie des humanistes européens de la Renaissance. Gallimard, 2007

Marquez Villanueva, Francisco. « Un aspect de la littérature du ‘fou’« , in L’humanisme dans les lettres espagnoles. A.Redondo dir., Colloque, Tours, 1976. Vrin, 1979 (pp. 233-250)

Morreale, Margherita. « Juan del Encina y Luis de León frente a frente como traductores de la primera Bucólica de Virgilio », in Edad Media y Renacimiento. Continuidades y rupturas. (J.Canavaggio & B.Darbord dir.) Public. De l’Univ. de Caen, 1991 (pp. 89-118)

Pereira Tavares, José, traducteur en Portugais de l’Antimoria d’Arias Barbosa. Separata de l’Arquivo do Distrito de Aveira, vol. XXVI, 1958

Pérez Riesco, José. Thèse inédite sur Arias Barbosa. Madrid, 1948

Redondo, Agust. et alii. Les représentations de l’Autre (L’Espagne des exclusions au Siècle d’Or). Sorbonne, 1991 (pas d’article sur la folie)

Rice, Eugene F. The Renaissance Idea of Wisdom. Harvard Univ. Press, 1958

Sainz de Robles, F.C. La imprenta y los libros en la España del siglo XV. 1973

Sánchez Martel, Claudine. Les débuts de l’hellénisme et de la Renaissance des Lettres en Espagne (1436-1536). 3vol. Thèse de Doctorat inédite. Aix-en-Provence, 1994

Sánchez y Sánchez, Evelia T. La poesía latina de los humanistas de la Universidad de Salamanca desde sus orígenes (fines del s.XV) hasta nuestros días. 6 vol. Thèse de Doctorat inédite. Salamanque, 1953 (évoque Arias Barbosa)

Sánchez y Sánchez, Evelia T. (A.C.I.). « La lírica latina en el Siglo de Oro español -1500-1700- », Estudios Clásicos. (n° 14-19) Madrid, 1955-56

Unamuno, Miguel de. La vie de Don Quichotte et de Sancho Pança. Trad.fçaise de J. Babelou

Haut de page

Notes

1  Μωρίας ἐγκώμιον ou Laus Stultitiae, composé vers 1509, édité d’abord en 1511, puis, bien révisé par érasme lui-même, en 1532 et 1534.

2 Né en 1470 – ou 1465 ?- à Aveira. érasme est né en 1467.

3 Marcel Bataillon, érasme et l’Espagne (p. 19, n. 32) et O. Di Camillo, El humanismo castellano del siglo XV (pp. 277-279) les mentionnent comme tels.

4 À cette date il compose une épigramme fameuse en adieu à Salamanque, imprimée à la suite de l’Antimoria. Puis, de 1523 à 1530, il fut précepteur, au Portugal, du Cardinal Infante don Alonso, frère du roi Jean III. En 1530 il se retira à Esgueira, fut gravement malade de 1532 à 1535, et mourut en 1540, âgé d’environ 70 ans. Ces dates sont celles de J. López Rueda, Helenistas españoles del siglo XVI, pp. 53-59. Il s’appuie en partie sur la thèse madrilène de J. Pérez Riesco, de 1948, inédite, consacrée à Arias Barbosa. Outre les données biographiques évidentes dans l’œuvre de Barbosa, on en trouve aussi dans la correspondance, éditée à Valladolid en 1514, de l’humaniste d’origine sicilienne Lucio Marineo, d’une vingtaine d’années son aîné – Lib.XI, epist.1, 2 notamment ; incunable de la Bibliot. Nal. De Madrid R-4804 ou R-16625.

5 Ange Politien (1454-1494), dont Arias Barbosa retiendra notamment l’œuvre de traduction et de commentaire de l’Iliade (par ex. aux vv. 254-287 de l’Antimoria).

6 Evelia T. Sánchez y Sánchez, « La lirica latina… », p. 197.

7 Aratos : env.315-env.240 av. J.-C. ; ses Phénomènes ont été copiés et revus au XIIIe siècle à Constantinople par le moine Planude ; l’attention qu’A. Barbosa porte aux conceptions de l’univers cosmique montre qu’il les a peut-être consultés.

8 Commentaire dont on peut consulter un exemplaire à la Biblioteca Nacional de Madrid avec la cote R-20565.

9 Un exemplaire de ce manuel de prosodie : Relectio… est conservé à la Biblioteca Nacional de Madrid avec la cote R-2676. J’ai transcrit et traduit les 18 pages d’épigrammes de ce volume, en annexe de ma thèse de Doctorat.

10 Sáinz de Robles, La imprenta y los libros en la España del siglo XV, p. 15.

11 J. Cardoso a été édité et traduit en portugais moderne par Corujo Dos Reis, Telmo, à l’Université de Coimbra (ISBN 978-989-8074-92-8).

12 Jean-Claude Margolin, Anthologie des humanistes européens de la Renaissance, Gallimard, 2007.

13 e pour recto, d pour verso.

14 Ant. Gom. Da Rocha Madahil donne une description plus complète de l’incunable dans sa note préliminaire à la traduction portugaise de l’Antimoria par José Pereira Tavares en 1958.

15 NB : les références bibliques ne sont jamais données par Arias Barbosa.

16 En explication de la modestie récurrente d’Arias Barbosa : au-delà d’un procédé rhétorique, il faut y voir une absence de recherche de gloire personnelle, car comme Bach après lui, dans l’esprit de la parabole des talents [Matthieu 25.15], (proche de celle des dix mines [Matthieu 13.12, 18.24, Marc 4.25, Luc 8.18, 19.26], qui invite à faire fructifier l’avoir du Seigneur), il cherchait avant tout à ce que la qualité de son œuvre le rapproche et rapproche autrui de Dieu : « Bien au-delà d’un vaniteux désir de postérité terrestre, Bach (…) tient à présenter au Créateur (…) l’étendue d’une œuvre dont il puisse se prévaloir, pour montrer l’usage qu’il a fait du talent reçu. (…) La version très dépouillée BWV 668a, l’opus ultimus du compositeur –un peu comme l’Antimoria pour Arias Barbosa–, est sa transparente carte pour l’au-delà ». Christophe Chazot, Un monde en musique. Regards croisés sur l’œuvre de Bach, Brochure accompagnant le cédérom « L’Univers de J. S. Bach », Harmonia Mundi, Arles, 2000 (p. 41).

17 [Marc 12.41-44]

18 [Luc 18.10-14] Cette idée de doute humble (encore plus que modeste et prudent) sur soi-même, animé par une « crainte » respectueuse de Dieu (le vrai début de la sagesse, pour le croyant, selon le Psaume ou Proverbe 9.10) diffère un peu de ce qu’on a pu appeler le « socratisme chrétien », dont la sagesse consiste d’abord à se connaître soi-même, et que l’Antimoria développe brièvement aussi – car, parallèlement, le croyant appuie son autocritique sur les jugements intérieurs de sa conscience morale éclairée, outre qu’il est conscient des limitations que lui imposent à la fois sa petitesse par rapport à Dieu, et la tache liée au péché originel, qui fait de lui comme un exilé, malheureux, malade-. Cette inspiration multiple est manifeste si l’on juxtapose, par exemple, les vv. 403-406, écrits entre autre d’après La défense de Socrate de Platon :

Humanum est falli, errare, at sapientia quaedam est,
Si nescis, te quod nescis nescire fateri.
Et reus ille Anyti senior uicinus Hymeto,
Hoc unum se scire nihil iactabat ubique.

Puis par exemple le v. 433 :

Mille uelut testes mens est nam conscia cuiuis.

Et les vv. 479-481 :

Infelix homo, dum tempus, respicere non uis ?
Respice quod non es, te quis sis respice semper.
Exul, inops, maerens patriis a sedibus erras…

19 C’est le bon vieil exemple de syntaxe grecque pour la période hypothétique à l’irréel avec des imparfaits de l’indicatif, presque telle que nous l’avons, pour nos générations, dans la Grammaire grecque de E. Ragon & A. Dain, ed. De Gigord, 1982, §329 : Еϊ τι εϊχον έδίδουν άν (Si j’avais quelque chose, je le donnerais).
L’imprimeur emploie les caractères grecs, comme cela se fait depuis les débuts de l’imprimerie dans la Péninsule Ibérique, assistés par les émigrés grecs ayant fui la chute de Constantinople en 1453. érasme aussi parsemait ses écrits de maximes et de citations grecques.
D’autres phrases en grec sont intégrées dans le texte latin du volume : notamment au v. 364… ou dans une épigramme dédiée au même Cardinal Don Alfonso (fol. XXXX), et en dernière ligne d’une conclusion en prose latine occupant la dernière page du volume, où Arias Barbosa remercie un ami pour ses corrections, et évoque sa propre étude du poète Aratos, « dans la 11ème section ».

20 C’est un thème cher à Arias Barbosa, comme à beaucoup d’humanistes. Dans l’épigramme 21 publiée à la suite du Manuel de prosodie, il correspond à une époque originelle idéale où poésie et philosophie étaient confondues, ainsi que rhétorique et sagesse. On pense au Cratyle de Platon. Dans son autre poème dont l’incipit est : Euariant artes…, l’âge d’or, c’est l’Antiquité gréco-latine (idéalisée !) – vv. 34-35.
Ici, l’idée de l’entente harmonieuse entre Dieu et ses créatures, et entre les créatures elles-mêmes, dans un premier temps, peut faire penser aux débuts de la Création ou au jardin d’éden, d’autant qu’Arias Barbosa renvoie au temps mythologiquement très reculé du « règne de Saturne », et parle de l’absence de crainte du châtiment, étant donnée la spontanéité en chacun de cette « sagesse » qui conseillait d’aimer Dieu, le Créateur, de tout son coeur et d’aimer son prochain comme soi-même (évidente paraphrase des deux « premiers commandements » de l’évangile). érasme, dans l’éloge de la Folie, associe l’âge d’or au plaisir de vivre, sans les sciences, seulement d’après la Nature… ou tout au plus avec une religion dépourvue de curiosité impie… comme les animaux (et il prend en exemple la « république » des abeilles)… Moria, quant à elle, est née de Jeunesse, la plus gaie des nymphes, et de Plutus, père des hommes et des dieux (comme sa sœur Philautie –littéralement « qui s’aime elle-même »-, et contrairement à Pallas, engendrée du cerveau de Jupiter).

21 Arias Barbosa consacre également la dernière épigramme du recueil, l’une des plus longues, à la misère de son époque.

22 Ces deux termes sont les plus caractéristiques de l’œuvre érasmienne.

23 Tous deux cités par José Pereira Tavares à la suite de sa traduction portugaise de l’Antimoria.

24 Marcel Bataillon, érasme et l’Espagne, 1937, trad. espagnole de 1950 puis 1966, rééditée pour la 4e fois à Madrid, FCE, 1991.

25 Préface à son édition rasme d’érasme, éloge de la Folie (La reine des déclamations), Folio-Gallimard, 1992.

26 D’après Martine Bigeard, La Folie et les fous littéraires en Espagne (1500-1650), Paris Sorbonne, 1972 (chap. XX).

27 Agustin Redondo et alii, Les représentations de l’Autre (L’Espagne des exclusions au Siècle d’Or). Sorbonne, 1991, passim (pas d’article sur la folie).

28 E. F. Rice, The Renaissance Idea of Wisdom, chap. « The Transformation of Wisdom from Knowledge to Virtue – Humilitas, Pietas – ».

29 Martine Bigeard, op. cit.

30 F. Márquez Villanueva, p. 241.

31 Martine Bigeard, op. cit. Cette œuvre de Mondragon a été étudiée par Antonio Vilanova et par Eugenio Asensio, Revista de Occidente, Junio 1968, pp. 302-319.
Juan F. Alcina, Repertorio de la poesía latina del Renacimiento en España. (Univ. de Salamanque, 1995) cite aussi, à propos d’un certain Cosme de Aldana – sans lieu ni année- un prologue « de Asneyda, obra irrisoria de las neçedades mas comunes de las gentes… apología » (BNM U-11054) : le registre a l’air différent ; et quelques vers latins autour des termes de Sophia et de Sapientia en tête de l’œuvre de J. Clemente, Liber super predicamenta Aristotelis, par l’andalou J.de Arenas, édités à Alcalá en 1538.

32 On pourrait résumer en effet ainsi certains de ses passages très imagés là-dessus : comme deux mulets qui s’entre-frottent, les artistes cultivent ensemble une vanité (« philautie ») collective qui équivaut à une flatterie bénigne et candide, et n’a rien à voir avec le vrai savoir, qui est, lui, ennuyeux… en plus d’illusoire. La palme de cette folie revient aux « grammairiens », pleins de soucis, de triomphes et de disputes, et qui se croient les premiers des mortels ; de même les poètes et les rhéteurs, qui divaguent, avec des niaiseries acclamées par les foules, certains avec des noms grecs d’emprunt qui font penser à « caméléon » ou à « citrouille ». Jurisconsultes, philosophes, dialecticiens, sophistes, astrologues et théologiens sont autant d’érudits que leur « philautie » rend heureux, occupés à de délicieuses sornettes.

33 C’est pour la raison inverse que dans nombre de ses épigrammes il blâme le caractère méchamment mordant de Martial, qui sert pourtant de modèle pour la forme de l’épigramme latine, et lui préfère d’autres poètes latins plus doux et plus proches de lui. Également, la présence divine et l’idée de la rédemption n’apparaissent guère dans les traditionnelles danses macabres, qui représentent le pouvoir égalitaire de la mort – ce serait « folie » de nier ce pouvoir de la mort, lit-on aussi dans celle que publie Lázaro Carreter –, jusqu’à l’Hospital de locos de Valdivieso au XVIIe siècle (voir Martine Bigeard et R. Arias). Aussi, Arias Barbosa ne s’inscrit-il pas dans cette tradition.

34 Cf. R. L. Colie, érasme tient cette manière de Nicolas de Cues et Pic de la Mirandole.

35 Christophe Chazot, Un monde en musique. Regards croisés sur l’œuvre de Bach. Brochure accompagnant le cédérom « L’Univers de J. S. Bach », Harmonia Mundi, Arles, 2000.

36 « Bien que cela fût attesté par le sang et par la bouche des apôtres et par tant de martyrs illustres, dont les miracles manifestent à notre foi qu’il y a un Dieu, malgré ce que veut la raison, ce que disent les saints, que confirment tous les sages, et qu’annoncent bien à l’avance des prophètes de Jérusalem, aux noms illustres, quand bien même, s’opposant aux fondements de cette Roche inébranlable, à ces sommets sublimes de la loi de l’évangile, qu’aucune nation, aucun tyran, même pas les rois des ténèbres ni l’immense Tartare, eux-mêmes, ni la masse des païens, ni les paroles des philosophes n’ont pu détruire, Moria ose s’élever elle-même en opposition, sans tenir compte d’aucune raison, faisant sienne cette expression de Pythagore : – C’est lui qui l’a dit : il suffit que ce soit elle qui l’ait dit. » (Antimoria, vv. 351-364)

37 Marcel Bataillon, op.cit., note 50.

38 Jacqueline Ferreras, Les dialogues espagnols du XVIe siècle, ou l’expression littéraire d’une nouvelle conscience, 2 vol., Presses univ. de Lille, 1985.

39 Même si certains aspects de son poème rappellent, par exemple, Juan de Mena dans ses Coplas de los siete pecados mortales, ou d’autres développements traditionnels du dogme, tirés de la littérature hispanique médiévale plus ou moins récente ou non (v. 176 et passim : « septem uitiis »). Arias Barbosa a en commun également avec la poésie religieuse en langue espagnole de son temps, la place centrale donnée à l’amour et à la contemplation dans la connaissance du divin, et qui justifie la forme de l’hymne, à la manière franciscaine, sur le modèle de Ludolphe de Saxe (Vita Christi) et de Gerson, traduits en espagnol et en portugais à la fin du XVe siècle et initiateurs de la deuotio moderna ; mais aussi la présence grandissante de la Bible (psautier, épîtres…), au lieu des allusions mythologiques ou érudites pédantes ; et l’habileté de certains à acclimater de nouvelles formes métriques, comme l’endécasyllabe ou le sonnet, ou à versifier aussi en latin… tous caractères que l’on peut trouver à différents degrés chez J. Alvarez Gato, Fr. Iñigo de Mendoza, Juan de Padilla, Juan de Luzón, Cristóbal Cabrera, qui a paraphrasé les Psaumes en sonnets, Francisco de Castilla, Alvar Gómez de Ciudad Real, présenté par Nebrija comme un « Virgile chrétien », ou encore Jorge de Montemayor, originaire de la région de Coïmbre, lecteur assidu de la Bible, qui s’adresse au roi Jean III du Portugal (et, autres points qui rappellent Arias Barbosa, il imagine dans son Diálogo espiritual un certain « Discreto », qui entreprend de convertir un courtisan égaré à l’ascétisme, ainsi qu’une allégorie de la Jérusalem céleste, imprégnée d’érasmisme et d’illuminisme !). D’après B. Darbord…

40 D’après Eugenio Asensio, cité par F. Márquez Villanueva, p. 233. Wikipedia, en Avril 2012, donne le lien pour consulter sur le Web un facsimil exécuté en 1960 à Cieza des Triumphos de locura.

41 Hubert Guicharrousse, Les musiques de Luther, Labor et Fides, Genève, 1995.

42 Cité par Christophe Chazot, op. cit. (p. 41).

43 Ibid.

44 Miguel de Unamuno, La vie de Don Quichotte et de Sancho Pança, trad. fr. de J. Babelou.

45 Il reprend en partie l’idée des moralistes érasmistes espagnols selon laquelle l’amour-propre, devenu « vanagloria » obsessionnelle chez la noblesse espagnole, et la luxure, sont les principaux mobiles de la folie.

46 Frédéric Gros, Foucault et la folie, Paris : P.U.F., 1997.

47 Christophe Chazot, op. cit.

48 J.-Cl. Margolin, Anthologie… (p. 177).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claudine Sánchez Martel, « L’Antimoria d’Arias Barbosa, ou la limitation volontaire et éclairée de l’auto-complaisance », Babel, 25 | 2012, 197-220.

Référence électronique

Claudine Sánchez Martel, « L’Antimoria d’Arias Barbosa, ou la limitation volontaire et éclairée de l’auto-complaisance », Babel [En ligne], 25 | 2012, mis en ligne le 01 décembre 2012, consulté le 28 mars 2017. URL : http://babel.revues.org/2036 ; DOI : 10.4000/babel.2036

Haut de page

Auteur

Claudine Sánchez Martel

Université du Sud Toulon-Var
Laboratoire Babel (EA 2649)

Helléniste et latiniste de formation, Claudine Sanchez-Martel enseigne à l’Université du Sud-Toulon-Var depuis 1995 en tant que maître de conférences en espagnol (après Avignon et Toulouse, où elle a été ATER). Le fil directeur de ses publications, comme dans sa thèse sur « Les débuts de l’hellénisme en Espagne (1436-1536) », est la recherche des conséquences idéologiques de la « découverte » du grec, chez des auteurs comme le Marquis de Santillane, Juan de Valdés, Arias Barbosa, Lucio Marineo Siculo, Alvar Gomez de Ciudad Real.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Babel. Littératures plurielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire Babel
  • Logo Université de Toulon
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org