Navigation – Plan du site

Préface

Odile Lasserre Dempure
p. 7-10

Texte intégral

1La création, au sein du Laboratoire Babel (EA 2649) et de l'UFR de Lettres et Sciences Humaines de l'Université du Sud Toulon-Var, du groupe de recherche Monde Médiéval & Renaissant, se trouve à l'origine du projet d'organiser une Journée d'Études pluridisciplinaire autour de La Celestina de Fernando de Rojas. Souhaitant réunir anglicistes, hispanistes, italianistes et francisants autour de cette période charnière qui voit basculer le monde médiéval dans la modernité, cette nouvelle équipe a en effet désiré célébrer sa naissance en rendant hommage à une œuvre située à la croisée des problématiques qui sont les siennes : théâtralité et euroméditerranée à l'instant du passage entre Moyen Âge et Renaissance.

  • 1 Fernando de Rojas, La Celestina, Comedia o tragicomedia de Calisto j Melibea, Ediciôn, introducciôn (...)
  • 2 Fernando de Rojas pourrait ne pas être le seul auteur de l'œuvre. Au sujet des controverses liées a (...)

2La Celestina1, tragicomédie du juriste Fernando de Rojas2, voit le jour en Espagne, en 1499, au cœur de ce mouvement qui emporta l'Occident médiéval vers la modernité et au sein d'une société euro-méditerranéenne, celle de l'Espagne des Rois Catholiques, elle-même en pleine mutation et à un instant crucial de son histoire. Œuvre prise dans un double mouvement que l'écriture cherche à saisir, située à la frontière entre deux mondes dont elle donne simultanément à voir la mort et la naissance, œuvre de l'hybridité née sous la plume d'un auteur d'origine converse lui-même empreint d'une double culture, La Celestina s'offrait comme objet idéal d'exploration.

3Grâce au précieux soutien du Laboratoire Babel, de l'UFR de Lettres et Sciences Humaines de l'USTV, ainsi que de l'IUFM de Nice (La Seyne-sur-Mer), grâce également à l'enthousiasme et à la générosité des intervenants, étudiants et organisateurs, cette Journée consacrée à La Celestina a permis de croiser les regards et les lectures de chercheurs issus d'horizons divers, en proposant une série de six études désireuses d'établir autour de ce chef d'œuvre de la littérature espagnole de la toute fin du XVe siècle un réseau éclairant de répondances et de correspondances.

4À l'issue d'une chaleureuse allocution prononcée par Madame le Professeur Monique Léonard, Directrice du Laboratoire Babel, en présence de Monsieur le Professeur Gilles Leydier, Doyen de l'UFR de Lettres et Sciences Humaines de l'USTV, cette Journée, baptisée La Célestine de Fernando de Rojas : études croisées, s'est ouverte sous les meilleurs auspices.

5Dans une communication intitulée « La Celestina de Fernando de Rojas : un monde plein de vide », Odile Lasserre-Dempure a examiné l'une des poétiques cultivées par l'œuvre, celle du vide. Cette étude se propose d'analyser l'émergence, au sein de l'univers qui se déploie au fil de la tragicomédie, d'une appréhension nouvelle du monde. Une appré­hension nouvelle faite de scepticisme et de désillusion que l'on voit apparaître au cœur même des plaisirs célébrés par l'œuvre, au plus profond du rire qui la parcourt. L'auteur a souhaité donner à voir la richesse de ce regard nouveau sur le monde en tentant de montrer, à travers l'analyse de motifs récurrents en lien avec la notion de vacuité, combien La Celestina était pleine de son vide, féconde du néant dans lequel elle fait sombrer, avec l'élégance d'un désespoir joyeux, le monde né au fil de ses pages.

6Dans « Rire et mélancolie dans La Celestina », Christine Orobitg a présenté, en convoquant les savoirs scientifiques de l'époque sur l'humeur mélancolique et en confrontant ces derniers aux représen­tations plastiques de la mélancolie, une riche analyse des multiples corrélations entre rire et mélancolie tissées par l'écriture de La Celestina. Cette étude propose une lecture du personnage de Célestine à travers le prisme de la mélancolie et met en évidence les multiples connivences du texte avec la tradition des tableaux de vanité, eux-mêmes construits, comme le personnage, sur la double tension entre rire et mélancolie, exaltation des plaisirs de la vie et rappel de la mort prochaine, invitation à la joie et douloureuse conscience de la finitude de toute chose.

7Florence Dumora, dans « La matière médicale de La Celestina : donnée culturelle et enjeu dramatique », a exposé une réflexion sur le rôle dévolu à la science médicale dans l'économie de la pièce. En s'appliquant à faire prendre la juste mesure de la place accordée par l'œuvre à cette science, ce travail érudit a notamment fourni un éclairage sur le personnage de Pârmeno. Ce dernier s'avère détenir le double pouvoir d'assurer l'ancrage de La Celestina dans l'un des multiples aspects intellectuels et culturels contemporains dont l'œuvre rend compte, et d'opposer, grâce à son discours scientifique, une résistance à la mal­veillante Célestine, personnage central de l'œuvre. Ainsi apparaît-il, sur le plan dramatique, comme la principale force adverse au déroulement de l'intrigue.

8Dans « Du texte mis entre parenthèses au texte dit à part : nouvelles remarques sur l'aparté dans La Celestina de Fernando de Rojas », Xavier Leroux a présenté, à l'issue d'une approche théorique du procédé, une analyse minutieuse de quelques-uns des multiples apartés dont la tragicomédie est constellée, faisant le choix de fonder cette étude sur la confrontation de cinq témoins de la tradition imprimée et manuscrite de La Celestina. Mettre en lumière le mécanisme d'exclusion dont l'aparté procède, soumettre à un examen attentif le mode de fonctionnement du discours dit à part dans l'œuvre a permis de révéler la dimension tragique du personnage de Calixte, celui-là même que, pour rire, les autres personnages de la pièce se plaisent tant à exclure de l'énonciation.

9Sandra Gorgievski, dans « Rojas, Chaucer et Shakespeare au miroir de l'iconographie : les trois âges de la femme », a offert une mise en perspective de La Celestina, Troilus and Crisejde et Troilus and Cressida, des cultures au sein desquelles les œuvres sont apparues, mais aussi de leurs modes d'expressions artistiques. Cette étude est parvenue à réunir de façon éclairante trois textes rarement associés par la critique, tout en mettant en lien, grâce à une analyse très précise de tableaux reproduits dans le présent recueil, ces trois textes avec le thème iconographique des trois âges de la femme dans l'Europe médiévale et renaissante. Intégrant ainsi La Celestina à un tissu serré de résonances, l'étude s'est proposé de montrer comment chaque auteur s'engage toujours plus avant dans une parodie de l'amour courtois et la peinture d'un désenchantement du monde.

10Enfin, dans « Le dévoiement moral dans la littérature de la Renaissance : Fernando de Rojas au miroir de Ludovic Arioste », Alessandro Leiduan s'est interrogé sur la fortune littéraire de La Celestina en Italie, proposant de relever les similitudes et points de divergence entre La Celestina de Fernando de Rojas et La Lena de l'Arioste. Cette étude a mis en lumière l'affleurement, au sein de la pièce du XVIe siècle italien, d'une réflexion sur le rapport de l'homme au mal, sur les pro­cessus menant l'être humain à la perversion, optique qui a conduit à légitimer pleinement le rapprochement, souvent effectué mais trop peu souvent argumenté, des deux pièces.

11Que tous les participants à cette rencontre pluridisciplinaire soient ici chaleureusement remerciés pour leur contribution à l'hommage rendu à La Celestina, œuvre unique de Fernando de Rojas dont la richesse et la complexité renvoient aussi l'image d'un temps qui fut celui des grands bouleversements.

Haut de page

Notes

1 Fernando de Rojas, La Celestina, Comedia o tragicomedia de Calisto j Melibea, Ediciôn, introducciôn y notas de Peter E. Russell, Madrid, Clâsicos Castalia, 2008. Toutes les références à l'œuvre renverront à cette édition.

2 Fernando de Rojas pourrait ne pas être le seul auteur de l'œuvre. Au sujet des controverses liées au problème d'autorité posé par La Celestina, on pourra se reporter à l'introduction de Peter E. Russell dans l'édition utilisée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Odile Lasserre Dempure, « Préface », Babel, 22 | 2010, 7-10.

Référence électronique

Odile Lasserre Dempure, « Préface », Babel [En ligne], 22 | 2010, mis en ligne le 01 juillet 2012, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://babel.revues.org/203

Haut de page

Auteur

Odile Lasserre Dempure

Babel (EA 2649) — Université du Sud Toulon-Var

Agrégée d'Espagnol, Maître de Conférences à l'Université du Sud Toulon-Var, spécialiste du domaine Espagne du Siècle d'Or (XVIe et XVIIe siècles), membre et membre associé des laboratoires Babel (EA 2649 — Université du Sud Toulon-Var) et CRES-LECEMO (EA 3979 — Université de Paris III Sorbonne-Nouvelle), Odile Lasserre-Dempure a soutenu à l'Université de Paris III Sorbonne-Nouvelle une thèse de doctorat intitulée : Maison et femme dans le théâtre profane de Luis Vélez de Guevara (1578-1644). Recherches sur la dramatisation de l'espace réel et symbolique de la féminité. Ses activités de recherche ont fait l'objet de plusieurs publications et privilégient actuelle­ment l'étude des concepts de théâtralité (scénographie), d'altérité (représentation littéraire de la diversité religieuse, sexuelle ou identitaire), ainsi que celle de la stratégie narrative et de ses implications esthétiques, philosophiques et idéologiques (poétiques de la mobilité, du vide, de la confusion).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Babel. Littératures plurielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire Babel
  • Logo Université de Toulon
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org