Navigation – Plan du site

Le Narrenschiff de Sébastien Brant à l’épreuve du filtre foucaldien

Jonas Kurscheidt
p. 149-169

Résumé

Pour illustrer sa thèse historico-philosophique du partage entre une expérience cosmique et une expérience critique de la folie à l’aube de l’âge moderne, Michel Foucault mobilise au tout début de l’Histoire de la folie un ouvrage jusque là peu connu du grand public : le Narrenschiff de Sébastien Brant. La manière dont Foucault se réfère à ce texte, ainsi que la lecture qu’il en propose sont à plusieurs égards problématiques. En passant au peigne fin, une à une, les affirmations de Foucault sur le Narrenschiff, cet article rend compte du hiatus qui se dessine dans l’Histoire de la folie entre les sources convoquées et les thèses avancées. En effet, au lieu de s’appuyer sur ce chef-d’œuvre de la Renaissance allemande, Foucault s’en inspire pour la création de sa propre Nef des fous, une sorte d’emblème qui fixe dans une image l’expérience renaissante de la folie.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Il s’agit de la thèse de doctorat de Foucault qui portait lors de sa soutenance et lors de sa premi (...)
  • 2 Ce livre est effectivement devenu en peu de temps un succès éditorial. Voir P. Artières & J.-F. Ber (...)

1Lorsque Michel Foucault évoque le Narrenschiff de Sébastien Brant dans l’Histoire de la folie à l’âge classique1 en 1961, il popularise un ouvrage qui n’était connu auparavant que par les spécialistes de la Renaissance2. Depuis ce moment le Narrenschiff fait son apparition régulièrement, à la fois dans les études sur Foucault mais également dans d’autres écrits sur la folie. Mais cette évocation se distingue de celle des spécialistes de l’ouvrage dont les recherches ne s’intéressent guère aux réflexions de Foucault. Celui-ci a en effet doté cet ouvrage d’une portée tout à fait particulière. Il en fait l’emblème du passage d’une expérience tragique à une expérience critique de la folie. Une folie créée par l’homme lui-même, une « déraison », prendrait la relève de la folie cosmique et menaçante à laquelle l’homme est irrémédiablement exposé. Cette prise en charge de la folie par la raison s’exprime également, selon Foucault, dans la représentation de la folie par le partage entre une tradition iconographique et une tradition textuelle, entre la Nef des fous de Jérôme Bosch et l’Éloge de la folie d’Érasme.

2Le Narrenschiff devient donc chez Foucault l’image même de ce glissement d’une expérience à l’autre. Mais, ainsi convoqué et intégré en tant qu’emblème dans une réflexion historico-philosophique sur la folie, l’ouvrage de Brant ne perd-il pas une grande partie de sa richesse au point de se trouver appauvri et schématisé ? Nous voulons suivre cette interrogation en analysant dans cet article le rapport qu’entretient Foucault avec cet ouvrage de la Renaissance, comment il le saisit et comment il le traite, pour mettre en question l’image du Narrenschiff forgée dans l’Histoire de la folie.

Première évocation

  • 3 Foucault, op. cit., p. 22. L’Histoire de la folie est divisée en trois grandes parties qui sont à l (...)

3Le Narrenschiff apparaît pour la première fois, dans l’Histoire de la folie, au tout début de la troisième section du premier chapitre3, qui ouvre les réflexions de Foucault sur ce qu’il nomme le « paysage imaginaire de la Renaissance ». Il s’agit d’une évocation assez paradoxale car, dans un même paragraphe, Foucault parlera d’abord du Narrenschiff en tant que « composition littéraire, empruntée sans doute au vieux cycle des Argonautes » sans indiquer le nom de l’auteur, et ensuite, à la cinquième place dans une série d’ouvrages, en précisant cette fois-ci le nom d’auteur (« à côté […] du Narrenschiff de Brant »). Il faut également remarquer que le prénom de l’auteur en question, Sébastien, n’est jamais indiqué.

4La qualification de « composition littéraire » précède donc l’œuvre de l’auteur. Nous retrouvons ici une conception chère au philosophe mais également répandue en ce début de seconde moitié du XXe siècle, qui considère le texte littéraire non pas comme le résultat matériel de l’écriture d’un auteur spécifique mais plutôt comme un tissu qui a une logique et une existence propres. Conception certes très intéressante et très stimulante, mais que se passe-t-il quand un texte apparaît sous des formes multiples dans des éditions différentes, comme si souvent à la Renaissance, ou encore quand il s’agit de la traduction d’un autre texte ?

Le Narrenschiff

  • 4 « Gedruckt zu Basel vff die Vasenaht (Fastnacht) » (Sebastian Brant, Das Narrenschiff. Studienausga (...)
  • 5 Qui séjournait à Bâle entre 1492 et 1493 et a été pris en charge par Brant et Bergmann (cf. ibid.).
  • 6 Les titres entre parenthèses font référence aux intitulés des chapitres du Narren Schyff.
  • 7 F. Zarncke, Sebastian Brants Narrenschiff.

5Michel Foucault semble donc se référer tout d’abord à ce livre imprimé pour la première fois en 1494 à Bâle, le jour du Carnaval4, chez l’imprimeur Johann Bergmann von Olpe sous le titre Das Narren Schyff. Le texte, écrit en allemand, est composé d’une préface (« Ein vorred in das narren schyff »), de 112 chapitres, d’un épilogue (« End des narrenschiffs ») et d’un registre. Le tout est accompagné de 109 gravures sur bois différentes, probablement en grande partie d’Albrecht Dürer5. Mais de quoi s’agit-il ? Avant tout c’est une satire morale. L’auteur passe en revue toutes les couches de la société et condamne ses vices et ses péchés : la démesure (Von fullen vnd prassen6), l’entêtement (Von Eygenrichtikeit), l’envie et la haine (Von nyd vnd has), la paresse (Von tragkeit vnd fulheit), la luxure (Von wollust), l’adultère (Von eebruch), le blasphème (Von gottes lestern) etc. Pourquoi une satire morale, pourquoi cette dénonciation ? S’agit-il d’une Zeitkritik c’est-à-dire d’une critique de la société de l’époque par le biais de la fiction ? La société à l’époque de Brant était-elle vraiment aussi immorale que le livre semble vouloir le suggérer ? Friedrich Zarncke, à qui l’on doit la première grande édition annotée du Narrenschiff, précédée d’une longue introduction7, affirme que non. Il s’agirait seulement de traits spécifiques à la nature humaine, présents de la même façon à toutes les époques :

Dass die sittlichen verhältnisse des ausgehenden 15. jahrh. mehr als die anderer zeiten den tadel und den spott des satirikers herausgefordert hätten, möchte ich nicht behaupten. Ich wage es nicht, einen so harten makel auf eine generation zu werfen, der wir die erziehung des geschlechts verdanken, welches uns die früchte der reformation gesichert hat, auch finde ich, wenn ich Brants tadel im einzelnen genauer ins Auge fasse, fast nur seiten und züge der menschlichen natur aufgedeckt, die zu allen zeiten gleich reichlich vorhanden sein werden, um das spötteln des sittlich concentrierteren zu erregen [Zarncke p. XL].

  • 8 Ibid., p. XLI.
  • 9 Ibid., p. XIX.

6Il attribue cette perception pessimiste de la société d’abord au caractère spécifique de Sebastian Brant8, ensuite à l’atmosphère générale du cercle des humanistes qui l’entourait à Bâle (Geiler, Wimpheling, Tritheim) et qui se montrait particulièrement austère face aux fautes morales9.

  • 10 « Eyn narr ist wer gesprechen dar / Das er reyn sig von sünden gar / Doch yedem narren das gebrist (...)
  • 11 « Dann wer sich für ein narren acht / Der ist bald zu eym wisen gmacht » (ibid. p. 108).

7À côté de cela, le Narrenschiff a le mérite de rassembler un grand nombre de topoi autour du personnage visuel du fou, puisant dans le Fastnachtsbrauchtum, la danse des morts, etc. Ce personnage est bien connu déjà depuis la Bible et bien répandu tout au long du Moyen Âge à travers les textes mais aussi à travers l’iconographie. Toutes ces figures sont rassemblées chez Brant sous le nom global de Narrheit, si bien que Brant est le créateur du type très spécifique qu’est le Narr : la formule « Der ist ein Narr, der… » [Brant p. 31] revient constamment. De fait, la faute capitale n’est pas tellement le vice ou le péché en soi mais plutôt le refus de se reconnaître comme Narr10. Brant ne connaît qu’un remède pour les Narren : la connaissance de soi-même11.

  • 12 « Es ist offensichtlich das Verdienst von Brant gewesen, den Bildbereich der Schiffahrt und den des (...)
  • 13 Cf. H. Rahner, Symbole der Kirche.
  • 14 Nous en parlerons infra plus longuement, lorsque nous comparerons le Narrenschiff et la Stultifera (...)

8Enfin un autre grand mérite de l’ouvrage est d’employer cette métaphore de la nef, qui certes existait déjà auparavant mais qui n’était pas encore liée clairement à la folie12. Dans la tradition chrétienne, la nef est l’image de la croyance et de l’Église, tandis que la mer représente le monde des dangers et des tentations du Mal, contre lesquelles la nef de l’Église assure la sécurité13. La nef de Brant est à comprendre dans ce contexte. Il nous présente une sorte de contre-image de cette nef de la croyance. Les Narren cherchent à monter à bord d’un bateau qui est voué au naufrage : « Vil vnderstont zu dem schiff schwymmen / Ein yeder der wil vorman syn / Vil narren doren kumen dryn » [Brant p. 108]. Mais l’image de la nef sert à Brant également comme une sorte de leitmotiv qui assure une cohérence à l’œuvre, même s’il n’est pas appliqué de manière régulière14. Une fois introduite (elle apparaît dès la page de titre), l’image de la nef reste dans la tête du lecteur. Elle atteint par là une certaine « force herméneutique » [Brant p. 35] qui explique sûrement aussi le succès du livre.

  • 15 Comme le confirme le nombre considérable de réimpressions (Brant, op. cit., p. 88-89).
  • 16 En France (1497), aux Pays-Bas (vers 1500) et en Angleterre (1509).

9Cette extraordinaire richesse culturelle, condensée et reliée dans cet objet nouveau à l’époque qu’est le livre imprimé, rencontra immédiatement un grand succès15. Déjà en 1497 on imprime une traduction latine du Narren Schiff, la Stultifera Navis, faite par Jakob Locher, un élève de Brant. Cette version latine rendra accessible le livre dans le monde savant et constituera la base pour d’autres traductions dans des langues vulgaires européennes16.

Foucault fait-il vraiment référence à cette œuvre ?

  • 17 L’exemple de Raimund Kemper est frappant. Il a consacré tout un livre (ca. 140 pages) à la réceptio (...)
  • 18 Une fois il dit « chapitre » (p. 44), sinon il dit « chant » (ibid. p. 33, 41, 42).

10C’est à cette œuvre, à ce texte en langue vulgaire, qu’on a longtemps lié, un peu hâtivement, les analyses de Foucault, qui ont suscité une violente critique17. Néanmoins, en regardant plus précisement la référenciation de Foucault, on s’aperçoit qu’il n’est pas si sûr que Foucault parle du Narren Schyff. En effet, la version allemande n’est jamais indiquée en note de bas de page, il n’y a en fait aucune référence à une édition précise, à un texte précis. Foucault parle uniquement du « Narrenschiff » [Foucault p. 22] ou du « Narrenschiff de Brant » [Foucault p. 22, 29, 33]. Quand il se refère plus précisement à un chapitre (Foucault dit plusieurs fois « chant »18), il emploie la formule ambiguë « le poème de Brant » [Foucault p. 33, 41, 42, 44]. En revanche à partir de la cinquième section apparaît une première référence explicite à la version latine de Jakob Locher :

Le premier chant du poème de Brant est consacré aux livres et aux savants ; et sur la gravure qui illustre ce passage, dans l’édition latine de 1497, on voit trônant sur sa cathèdre hérissée de livres, le Maître qui porte derrière son bonnet de docteur, le capuchon des fous tout cousu de grelots [Foucault p. 41].

  • 19 Il serait effectivement intéressant de savoir précisement quels livres étaient à la disposition de (...)

11Ce passage est assez intéressant et révélateur en ce qui concerne la référenciation de Foucault. Il parle tout d’abord du « premier chant du poème de Brant » pour ensuite se référer à une édition précise, l’édition latine de 1497, en ce qui concerne la gravure. Mais cette même gravure se trouve déjà dans le premier chapitre du Narren Schyff. Pourquoi Foucault indique-t-il l’édition latine comme si la gravure figurait uniquement dans cette édition ? Il nous semble que cette phrase livre une première clef pour comprendre la configuration référentielle de Foucault en ce qui concerne le Narrenschiff. Il y aurait une référence constante et générale à une vague « composition littéraire », le « Narrenschiff », le « poème » de Brant, puis une référence plus ou moins précise à une édition concrète, la Stultifera Navis de 1497, la seule qui ait le droit de figurer en note de bas de page à trois reprises. Mais cette phrase laisse entendre aussi que le « véritable » Narren Schyff de Sebastian Brant, ce livre auquel le lecteur pensait au moins entre la troisième et la cinquième section, n’est pas du tout pris en compte par Foucault et l’on peut même aller jusqu’à douter du fait qu’il le connaissait19. Un autre passage confirme cette supposition :

Quant à la fameuse Nef des Fous n’est-elle pas traduite directement du Narrenschiff de Brant, dont elle porte le titre, et dont elle semble illustrer d’une façon très précise le chant XXVII, consacré lui aussi à stigmatiser les potatores et edaces ? [Foucault p. 33]

12Si l’on se met à la recherche de ce « chant XXVII » dans le livre indiqué, en supposant que Foucault parle du chapitre 27, on trouve, au lieu d’une stigmatisation des potatores et edaces, un texte sur les vaines études (« von vnnutzem studieren »). Clin d’œil souriant de la part de Foucault ? Pas sûr, car en cherchant le chapitre dans la Stultifera Navis de 1497, on trouve bien un texte intitulé « De potatoribus & edacibus » et juste au dessus de ce titre on trouve également le chiffre romain « XXVII », mais celui-ci, au lieu de renvoyer à un chapitre ou encore un chant, renvoie tout simplement à la foliotation. Paradoxalement, quand Foucault cite un extrait du premier chapitre de la version latine, p. 41, il est bien précisé en note de bas de page « f°11 ».

13Que penser de cette référenciation imprécise ? Que penser de ce passage indifférent du Narrenschiff à la Stultifera Navis ? Foucault semble, en effet, considérer la version latine comme une simple traduction de la version allemande, au point que cette dernière se substitue à la première. Ainsi, à la deuxième occurrence du Narrenschiff dans l’Histoire de la folie, Foucault retient entre parenthèses la date de 1497, qui est, comme nous l’avons vu, la date de parution de la version latine. Mais en même temps il précise plus loin : « Et c’est en 1492 que Brant écrit le Narrenschiff ; cinq ans plus tard on le traduit en latin ». Ici les deux versions semblent être bien distinguées et il est indiqué que l’une est la traduction de l’autre. Retenons donc rétrospectivement le constat suivant : tout au long de l’Histoire de la folie Foucault fait uniquement référence à la Stultifera Navis de 1497 en partant visiblement du principe qu’il s’agit de la traduction directe du Narrenschiff au point que la différence entre ces deux compositions ne semble pas jouer un grand rôle.

Narrenschiff ou Stultifera Navis ?

  • 20 N. Hartl, Die « Stultifera Navis ». Jakob Lochers Übertragung von Sebastian Brants « Narrenschiff »(...)
  • 21 Locher, Stultifera Navis, f. 1v « Narragonia Latine facta a Iacobo Locher Philomuso Suevo Eiusdem e (...)
  • 22 Ibid., f. 1v-3r « Epistola Iacobi Locher Philomusi ad eruditissimum virum Sebastianum Brant, iurisc (...)
  • 23 Ibid., f. 3v-4r « Carmen eiusdem ad Sebastianum Brant ».
  • 24 Ibid., f. 4r-5r « Sapphicon eiusdem Philomusi excusantis ingenii sui parvitatem ».
  • 25 Ibid., f. 5v « Epigramma in Narragoniam Iacobi Locher Philomusi ad lectores » ; « Ad Narragoniam ».
  • 26 Ibid., f. 5v-6r « Ad Iohannem Bergmannum de Olpe Iacobi Locher decatostichon ».
  • 27 Ibid., f. 6r-6v « Ad Iacobum Philomusum subeundae profectionis Narragonicae e barbaria in Latiale s (...)
  • 28 Ibid., f. 6v « In Narragonicam profectionem celeusma Sebastiani Brant ».
  • 29 Ibid., f. 7r-8v « Prologus Iacobi Locher Philomusi in Narragoniam incipit ».
  • 30 Ibid., f. 8v-10r « Hecatostichon in proludium auctoris et libelli Narragonici ».
  • 31 Ibid., f. 8r-8v « Imitatus Dantem Florentinum atque Franciscum Petrarcham heroicos vates, qui Hetru (...)
  • 32 Ibid., f. 5v « Efficere Argivus vix hoc potuisset Homerus, / Qui lusit veterum proelia magna ducum. (...)

14Mais justement, qu’en est-il de la différence entre ces deux versions ? Sont-elles vraiment semblables au point qu’on puisse les confondre ? La recherche a longtemps laissé la Stultifera Navis dans l’ombre en concentrant ses études sur le Narrenschiff. Ce n’est que récemment qu’est parue, par les soins de Nina Hartl, une édition partielle de la version latine, accompagnée d’une traduction en allemand et d’une introduction très riche qui fait le point sur un certain nombre de divergences entre les deux ouvrages20. Une première différence frappante concerne l’ensemble des textes liminaires. Tandis que le Narrenschiff de Brant ouvrait simplement sur une page de titre (recto/verso) et un prologue, la Stultifera Navis est précédée de treize éléments paratextuels : une notice de l’imprimeur signée Iohannes de Olpe, une épigramme au lecteur par Jakob Locher21, une lettre22 et un poème23 de celui-ci adressés à Brant, un poème saphique de Locher pour excuser son peu de talent24, une autre épigramme au lecteur par Locher suivie de la citation biblique25 qui figurait déjà au verso de la page de titre du Narrenschiff, un poème en dix vers de Locher à Olpe26, un encouragement27 et un appel aux marins28 de Brant, un prologue de Locher29, un poème préfaciel de cent vers par l’auteur30 et un argumentum. Voilà un ensemble important de textes qui accompagnent et encadrent la traduction de Locher. Ces textes orientent la réception du texte et sont à ce titre producteurs d’une image rétrospective du livre de Brant. En cela nous pouvons parler d’une première figuration de la réception de Brant en 1497, qui correspond à l’intégration du Narrenschiff dans le monde savant. Cette réception passe d’abord par un attachement à une tradition. Le livre est immédiatement rangé à côté de Dante et de Pétrarque en ce qui concerne le fait d’écrire en langue vulgaire31. Ensuite l’inscription par rapport à l’héritage antique est renforcée. Dans le prologue du Narrenschiff on ne trouve qu’une référence à Térence [Brant p. 109] alors que dans le paratexte de la Stultifera Navis, Brant est présenté comme un « Ovide parmi nos compatriotes » (f. 3r). Foucault semble avoir prêté un certain intérêt à ces textes. Il parle couramment du « poème de Brant » et de ses « chants ». Cette dénomination nous paraît effectivement étrange car rien dans le Narrenschiff ne l’indique ou ne semble la suggérer. En revanche, dans les discours préliminaires de la Stultifera Navis, le terme de « carmina » est couramment utilisé, renforçant chez le lecteur le sentiment d’une continuité entre la tradition antique avec, à sa tête, l’épopée homérique, et le livre de Brant en tant qu’« épopée satirique32 ». Celui-ci se trouve enserré dans une intertextualité qui n’est guère la sienne à la base, lui conférant une tonalité dramatique qui alourdit considérablement la légèreté bouffonne et carnavalesque de l’original. Justement, arrêtons-nous un moment sur la question de la tonalité. Sebastian Brant lui-même dit à ce sujet dans l’encouragement qu’il adresse à Locher :

  • 33 Ibid., f. 6r.

Narragonum quando nobis fabricata carina est,
Theutonico qualem struximus eloquio.
Quam deinde ut volui contexere forte Latino
Scommate pro doctis principiumque dedi,
Occurrere mihi tam crebra negotia passim,
Quae versu exorsum detinuere pedem
33.

  • 34 « Viele Redensarten oder bildliche Ausdrücke werden von Locher wegen ihrer auf den deutschen Sprach (...)

15Brant exprime la volonté de voir son œuvre traduite en langue latine sans pouvoir lui-même achever cette tâche déjà commencée, suite aux nombreuses affaires qui l’occupaient. Mais ces quelques mots en disent davantage. Brant ne parle pas vraiment d’une traduction mais plutôt d’une transposition en « forte Latino / Scommate pro doctis ». Il s’agit donc d’une transposition en vue d’un public bien particulier, qui est celui des savants (doctis). Et c’est pour ce public qu’il faut adapter la tonalité de l’ensemble. Il n’est plus question de présenter une facétie, il faut une raillerie dans un latin puissant. Brant est donc bien conscient de devoir dénaturer son œuvre s’il veut la rendre célèbre sur la scène européenne du savoir. C’est un travail de metteur en scène auquel se livreront d’abord Brant et ensuite Locher. Et l’on s’aperçoit assez vite, en comparant les deux versions, allemande et latine, comme l’a très bien fait Nina Hartl, des effacements qu’a entraînés cette adaptation et qui concernent principalement la dimension figurative de la langue vulgaire, quelque peu obscène34 parfois comme dans la devise du chapitre 5 qui commence par : « Wie wol jch vff der gruben gan/ Vnd das schyntmesser jm ars han… » [Brant p. 124] et qui est traduit par « Da patulum quamvis languens declino sepulchrum, triverit et metam iam meam vita datam… » [Locher f. 15]. Tandis que le texte allemand dit très clairement « couteau dans le cul » comme la gravure d’ailleurs le montre, le texte latin esquive l’image obscène en parlant du fait de frotter déjà le terme de la vie. Nous voyons donc comment ces deux livres s’écartent l’un de l’autre en visant des publics différents et en adoptant une langue et par conséquent un vocabulaire différent. Dans ce contexte il faut faire attention aux glissements de sens, ce que Foucault semble précisément ne pas faire :

Locher le traducteur de Brant, indique dans sa préface latine, le projet et le sens de l’ouvrage ; il s’agit d’enseigner quae mala, quae bona sint ; quid vitia ; quo virtus, quo ferat error ; et ceci en fustigeant, selon la méchanceté dont chacun témoigne, impios, superbos avaros, luxuriosos, lacivos, delicatos, iracundos, gulosos, edaces, invidos, veneficos, fidefrasos…, bref tout ce que l’homme a pu inventer lui-même d’irrégularités dans sa conduite [Foucault p. 43].

  • 35 Il faut simplement remarquer qu’il ne s’agit pas du folio IX, comme l’indique Foucault en note de b (...)

16La citation est juste35, ces mots figurent effectivement dans le prologue de Locher, mais encore une fois la formulation « le projet et le sens de l’ouvrage » est ambiguë. Foucault parle peu auparavant du « poème de Brant » : on comprend donc bien que l’ouvrage en question est le Narrenschiff, même si l’on peut être certain que Foucault pense à la Stultifera Navis. Mais le passage cité ne se réfère qu’indirectement à l’ouvrage en langue vulgaire. En regardant de plus près dans quel contexte le passage cité par Foucault apparaît dans le prologue de Locher on se rend bien compte qu’il ne s’agit pas du tout de Brant ou de son ouvrage mais des poètes satiriques en général et de leur rôle, selon Locher, dans la société. Après avoir donné dans le paragraphe précédent un aperçu de la tradition satirique à Rome (Lucilius, Horace, Perse, Juvénal), Locher se livre à une sorte de lamentation sur son époque, déclenchée par la locution cicéronienne inversée « O mores, o tempora ! », se demandant pourquoi ses contemporains ne sont pas raisonnables et ne vénèrent pas les poètes, leurs traducteurs ni leurs rhapsodes : « An ignorant, quod aut prodesse volunt aut delectare poetae aut simul et iucunda et idonea dicere vitae ? » C’est à ce moment que Locher nous dit qu’ils sont là pour « enseigner quae mala, quae bona sint ; quid vitia ; quo virtus, quo ferat error ; et ceci en fustigeant, selon la méchanceté dont chacun témoigne, impios, superbos avaros, luxuriosos, lascivos, delicatos, iracundos, gulosos, edaces, invidos, veneficos, fidefrasos… » selon la citation de Foucault. Le « et fatuos » à la fin de cette liste n’est pas cité. Pourtant ces deux mots montrent bien par le simple « et » que justement les « fatui », les fols, se distinguent des autres êtres évoqués. Et c’est uniquement ce mot-là, « fatuus » qui fait le lien, dans cette partie du prologue de Locher, entre la tâche générale des poètes satiriques et l’œuvre de Brant :

Cum vero nostra tempestate tam paene innumeri sint fatui et stulti homines, qui neglecto virtutis amore ad tenebras ac huius mundi illecebras tendant, operae pretium fuit, ut denuo vates aliquis eruditus et vafer resurgeret, qui manifestaria stultorum delicta vitamque spurcissima taxaret [f. 8r].

  • 36 Brant parle dans sa « Verwahrung » en 1499 de « narren machen » (Brant, op. cit., p. 533), « faires (...)
  • 37 Par exemple dans la vorred : « Jch schrot ein kapp hie manchem man » (Brant, op. cit., p. 109).
  • 38 Par exemple : « vssgeschnytten rock » (ibid. p. 111).
  • 39 Par exemple : « Vil narren / affen / esel / geüch » (ibid. p. 149).
  • 40 Cf. Hartl.
  • 41 I. Kasten (op. cit.) n’est pas la seule qui parle concernant le Narrenschiff d’une œuvre appartenan (...)
  • 42 Nous n’avons pas parlé de la fissure que cela crée entre le texte et l’image, fissure sur laquelle (...)

17La référence de Foucault est donc imprécise car elle transforme une description par Locher du rôle du poète satirique en général, en une description de l’entreprise de Brant. Loin de présenter « le projet et le sens » du Narrenschiff, ce passage cité par Foucault nous renseigne uniquement sur les conceptions de Locher et son interprétation de l’œuvre de Brant. Et, en effet, le point qui intéresse Foucault dans ce passage, c’est-à-dire le fait que la folie devient progressivement chose humaine et le mal faute et défaut (error) de l’ordre humain, est l’un des points qui apparaissent effectivement renforcés dans la version latine, et qui ne figurent pas aussi explicitement dans le Narrenschiff où défilent uniquement des types de fols purement littéraires36. Ces types, ces figures sont toujours accompagnés de leurs attributs traditionnels tels que le chaperon à oreilles d’âne agrémenté de grelots37, tout de suite reconnaissable, ou encore un capuchon à grelots, une casaque courte38, le bâton ou la marotte, parfois un miroir ainsi qu’une pipe ou une cornemuse. L’ensemble de ces attributs renvoie à la dépravation, l’inertie mentale, l’impulsivité, l’inutilité, la coquetterie et le narcissisme de leur porteur. S’ajoutent également les animaux symboliques, le singe, l’âne et le mouron39 qui sont liés à un symbolisme qu’on trouve déjà dans les bestiaires médiévaux. Locher reprend globalement les attributs du fou (cappa, mitra, baculus, fistula ou tibia) ainsi que les trois animaux symboliques, mais réduit considérablement leur utilisation40. Le texte de Brant, riche en images, se trouve ainsi dépouillé de la dimension carnavalesque qui l’attachait à la culture populaire du Moyen Âge41, laquelle est remplacée par un garnissage antiquisant, annoncé, comme nous l’avons vu, dès le paratexte qui précède la version latine42. Si l’argument de Foucault, selon lequel la folie devient déjà avec Brant une entité relative à l’homme, paraît très improbable, une telle réflexion à partir de la version latine de Locher nous paraît au moins envisageable. Mais passons à présent à un autre point de divergence entre les deux œuvres en question.

  • 43 Voici quelques exemples : chapitre 47, « Dort würt der recht wag naher faren » (Brant, op. cit., p. (...)
  • 44 Illustrant les chapitres 47 et 91.
  • 45 Surtout au début entre les chapitres 16 et 36, ensuite entre les chapitres 36 et 48, 56 et 64, 64 e (...)
  • 46 Globalement à partir du chapitre 99.
  • 47 Tout au long du Narrenschiff, mais notamment dans le prologue, le premier chapitre où le premier Na (...)

18Dans ses analyses autour du Narrenschiff, Foucault insiste beaucoup sur le thème de la navigation. Il se trouve que ce thème n’a pas le même statut dans le Narrenschiff que dans la Stultifera Navis. Dans le Narrenschiff la métaphore de la nef apparaît très sporadique. Elle est clairement annoncée par le titre, « La nef des fols », mais dès l’ouverture du livre elle se trouve doublée par une autre métaphore, celle du char. En effet, la gravure de la page de titre qui est séparée en deux parties montrant, au dessus d’un Narrenschiff, un « Narrenwagen », un carrosse chargé de fous. Le prologue ajoute également aux différents types de bateaux des « Schlytt (schlitte), karrhen (chariots), stossbaren (brouettes), rollwagen (haquets) » [Brant p. 108] pour transporter les fous. Même si cette métaphore du char n’apparaît ensuite que très rarement dans le texte43 et seulement deux fois dans les gravures44, elle a quand même son importance dans le livre quand on la pense en rapport à la métaphore de la nef. Celle-ci, n’étant plus le seul moyen de transport des fols, perd une part de sa dimension dramatique liée à l’eau et la navigation, aspect sur lequel Foucault s’attardera pourtant longuement et principalement, sans que le char soit évoqué une seule fois. À ce doublement de la nef par le char s’ajoute le fait que la métaphore de la nef, une fois introduite, n’est pas appliquée, dans le Narrenschiff, de manière constante. Tout au long du livre se créent des vides où elle disparaît complètement45. C’est uniquement à la fin du livre, dans les derniers chapitres, qu’elle réapparaît plus régulièrement46. Les choses se présentent tout autrement dans la Stultifera Navis. La métaphore de la nef est stabilisée, son rappel se fait de manière beaucoup plus constante [Hartl p. 73]. Dès le paratexte, l’assimilation entre la nef et le livre, que l’on trouvait déjà en germe dans le Narrenschiff47, est explicitée et considérablement renforcée. Olpe parle dans sa notice, au tout début de la version latine, de la « nunquam satis laudata Navis » [Locher f. 8]. Ensuite ce jeu est poursuivi et le lecteur s’y habitue très vite. Encore une fois nous constatons l’importance de ce paratexte et de cette première réception, qui est le fait d’ailleurs, à côté de Locher, de Brant lui-même, et qui place au centre du livre l’image de la nef au point que nef et livre sont désormais amalgamés.

19Il y a chez Foucault une certaine indifférence aux textes dans la matérialité immédiate qu’ils nous offrent. Il semble vouloir nous dire : Brant ou Locher, « qu’importe qui parle », mais aussi qu’importe quand ils parlent. Le contexte historique n’est pas considéré. Les quelques années importantes qui séparent la version en langue vulgaire de la version latine sont comme effacées.

Le Narrenschiff et le réel

20La nef, la navigation et l’embarquement seront la base d’un lien osé que Foucault établit entre l’œuvre de Brant et la réalité immédiate qui, prétendûment, l’entourait :

Mais de tous ces vaisseaux romanesques ou satiriques, le Narrenschiff est le seul qui ait eu une existence réelle, car ils ont vraiment existé, ces bateaux qui d’une ville à l’autre menaient leur cargaison insensée. Les fous alors avaient une existence facilement errante. Les villes les chassaient volontiers de leur enceinte ; on les laissait courir dans des campagnes éloignées, quand on ne les confiait pas à un groupe de marchands et de pèlerins. La coutume était surtout fréquente en Allemagne ; à Nuremberg, pendant la première moitié du XVe siècle, on avait enregistré la présence de 62 fous ; 31 ont été chassés ; pour les cinquante années qui suivirent, on a trace encore de 21 départs obligés ; encore ne s’agit-il que des fous arrêtés par les autorités municipales. Il arrivait souvent qu’on les confiât à des bateliers : à Francfort, on charge des mariniers de débarrasser la ville d’un fou qui s’y promenait nu ; dans les premières années du XVe siècle, un fou criminel est renvoyé de la même manière à Mayence. Parfois les matelots jettent à terre, plus vite qu’ils ne l’avaient promis, ces passagers incommodes ; témoin ce forgeron de Francfort deux fois parti et deux fois revenu, avant d’être reconduit définitivement à Kreuznach. Souvent, les villes d’Europe ont dû voir aborder ces navires de fous [Foucault p. 22-23].

  • 48 Notamment la recherche Winifred Barbara & Brendan Mahler : « The Ship of Fools. Stultifera Navis or (...)
  • 49 « La nave dei folli era un’immagine letteraria, certo, ma, come ricorda Foucault, capitava pure che (...)

21Le fait d’avoir eu une « existence réelle », d’avoir « vraiment existé » devient chez Foucault le trait distinctif du Narrenschiff dans la série d’ouvrages qu’il convoque au tout début de la troisième section. Ce rapprochement entre l’œuvre littéraire de Brant et la réalité historique a fait depuis couler beaucoup d’encre : un grand nombre de spécialistes ont refusé cette possibilité de prime abord, d’autres se sont mis désespérement à la recherche des sources de Foucault pour répondre à la question qui les hantait : y avait-il vraiment des nef de fous sur les fleuves à la Renaissance ?48 Cette question de la nef nous paraît importante à envisager un instant, car elle joue sur le statut qu’accorde Foucault au Narrenschiff dans l’Histoire de la folie. D’abord il faut se demander si Foucault, à qui l’on a tendance, de nos jours, à accorder la paternité de l’affirmation selon laquelle l’embarquement des fous à la Renaissance correspond à une pratique réelle49, est vraiment le premier qui en parle. Car Foucault n’est, en vérité, pas le seul ni le premier qui a tenté un rapprochement entre une pratique réelle d’exclusion et l’œuvre de Brant. La phrase suivante, qui apparaît dans une édition de 1854 du Narrenschiff par Zarncke, tente la même réconciliation entre la fiction et le réel :

Es scheint nämlich eine ganz alte volkstümliche idee gewesen zu sein, alle diejenigen, welche sorglos in den tag hinein zu leben pflegten, die dadurch, ohne missethäter zu sein, ihr hab und gut cum Venere et Baccho verthan, es durch die kehle hatten rollen lassen, als liederliche gesellschaft in ein schiff zusammenzubringen und sie in die weite welt hinaus fahren zu lassen [Zarncke p. LX].

22Zarncke n’indique aucune référence historique précise pour cette affirmation. Tout est laissé dans l’incertitude. Nous n’avons pas de renseignements sur la provenance de cette « très vieille idée populaire », la raison de cet embarquement n’est pas claire : sont embarqués ceux « qui vivent insouciants au jour le jour », et la destination est également laissée dans l’ombre (« un monde lointain »). Ces renseignements trop vagues pour être vraisemblables se retrouvent dans le texte de Foucault : il est question, d’un « rite », d’une « coutume », qui n’est jamais localisée plus précisement que par l’expression « surtout fréquente en Allemagne ». Et, en effet, des noms de villes allemandes apparaissent, comme Nuremberg, Francfort, Mayence et Kreuznach. Mais à la fin du passage cité, la pratique se voit déjà étendue aux « villes d’Europe ». Foucault nous présente cette pratique d’embarquer les fous comme tout à fait courante, par des débuts de phrases comme : « Il arrive souvent… », « Souvent… », « Parfois… », et un peu plus loin il parle déjà de toute une « circulation des fous ». Les preuves de cette circulation, que Foucault ne manque pas de nous livrer, sont minimales et ne concernent jamais plus d’une personne.

  • 50 G. L. Kriegk, Ärzte, Heilanstalten, Geisteskranke im mittelalterlichen Frankfurt a. M..
  • 51 Cf. note 19 de cet article.
  • 52 Une étude intéressante reste à faire pour vérifier quelles autres sources de Foucault figurent égal (...)

23Foucault s’attache principalement à deux sources : la première est un traité de Georg Ludwig Kriegk de 1863 sur les médecins, les maisons de santé et les malades mentaux à Francfort au Moyen Âge50, la deuxième est constituée par la partie historique d’un manuel de psychiatrie de 1912, rédigé par le psychiatre allemand Theodor Kirchhoff. Ce ne sont donc pas des sources renaissantes mais plutôt des filtres qui nous livrent déjà une interprétation des sources. La façon dont s’est effectué le choix de ces deux ouvrages n’est pas facile à connaître. Aucun lien ne semble exister entre eux. Le livre de Kirchhoff n’évoque pas l’étude de Kriegk. Par contre il nous paraît révélateur que les deux ouvrages figurent dans le catalogue de la « bibliotheca Walleriana » dont nous avons déjà parlé51. Ils étaient donc à la disposition de Foucault lorsqu’il travaillait en Suède sur l’Histoire de la folie52.

24Analysons tout d’abord la référence à l’étude de Kriegk concernant la navigation des fous. Foucault cite trois cas de déportation d’un fou et indique en note de bas de page : « Cf. Kriegk, Heilanstalten, Geistkranke ins mittelälterliche Frankfort am Main, 1863. » [Foucault p. 23] La référence n’est pas exacte car le titre est en réalité Ärzte, Heilanstalten, Geisteskranke im mittelalterlichen Frankfurt a. M. Le même titre fautif se retrouve dans la bibliographie [Foucault p. 682]. Les trois cas que rapporte Foucault se retrouvent bien chez Kriegk :

  • le fou nu : « 1399 liess man einen Narren, weil er in den Strassen nackt umherzugehen pflegte, in einem Nachen flussabwärts bringen » ;

  • le fou criminel : « im Jahre 1406 mussten ebenso mehrere Fischer einen Narren, welcher grossen Unfug getrieben hatte, während der Nacht bis nach Mainz hin fahren », même s’il faut remarquer que l’adjectif « criminel » que choisit Foucault paraît un peu excessif pour désigner quelqu’un qui a fait « des grandes bêtises (grossen Unfug) » ;

  • le forgeron : « im Jahre 1427 wurde ein armer Schmidtknecht, als er den Verstand verloren hatte, ebenfalls bis zum Rhein hinabgebracht ; es musste dies jedoch, weil er zweimal wieder zurückkehrte, dreimal geschehen, und das dritte mal brachte man ihn deshalb bis in die Gegend von Kreuznach […]. » [Kriegk p. 16].

25Ce dernier cas pose problème. Foucault s’en sert pour étayer l’affirmation selon laquelle « les matelots jettent [parfois] à terre, plus vite qu’ils ne l’avaient promis, ces passagers incommodes ». Or, chez Kriegk, rien n’indique cela, même pas le cas précis cité. Cette phrase de Foucault semble par ailleurs relever davantage de la narration que d’un exposé de faits historiques. L’ajout « plus vite qu’ils ne l’avaient promis » ainsi que l’adjectif « incommodes » pour qualifier les passagers, relèvent bien de l’art de la narration. Aucune source de la Renaissance ne rendrait compte de ces détails. Foucault montre ici sa « tendance spontanée à dépasser les faits » [Éribon p. 198] et, plus loin, sa tendance à mélanger ce qui relève de la fiction et ce qui relève de l’histoire.

26À côté de ces cas précis sur lesquels Foucault s’appuie, d’autres passages semblent être empruntés à Kriegk. Par exemple, quand Foucault dit qu’« on les laissait [les fous] courir dans des campagnes éloignées », comment ne pas penser à ce passage chez Kriegk : « man liess sie […] auf freiem Felde laufen » ? De même l’idée que « les fous alors avaient une existence facilement errante » fait songer à ce passage : « Man scheint im Mittelalter überall die Geisteskranken, so lange es ohne Gefahr geschehen konnte, frei umhergehen gelassen zu haben ». Enfin l’idée que « les villes les chassaient volontiers de leur enceinte » fait écho à l’affirmation « man liess sie über die Grenze bringen » [Kriegk p. 16]. Ces exemples montrent que Foucault n’utilise pas seulement l’étude de Kriegk pour apporter des preuves à son discours en s’y référant explicitement, c’est-à-dire pour garantir la véracité de ses affirmations, mais aussi pour l’écriture même de son propre discours, en empruntant des images comme le fou errant ou encore le fou qui court dans des campagnes.

  • 53 « à Nuremberg, pendant la première moitié du XVe siècle, on avait enregistré la présence de 62 fous (...)

27Quant à la référence à la Geschichte der Psychiatrie de Kirchhoff dans ce passage cité plus haut, elle est correcte au niveau des indications en note de bas de page mais le contenu pose problème. En effet les chiffres qu’évoque Foucault53 et après lesquels apparaît le renvoi à Kirchhoff ne figurent pas dans le livre de celui-ci. Seule l’idée qu’on a transporté les fous au-delà de l’enceinte se retrouve chez lui : « Man half sich dann oft so leicht wie möglich, indem man lästige Kranke über die Grenze brachte » [Kirchhoff p. 27].

28Ces quelques analyses montrent que la thèse de l’existence réelle du Narrenschiff paraît extrêmement fragile car elle s’appuie uniquement sur des cas singuliers. Il n’est jamais indiqué que l’on a transporté plus d’une personne. Foucault dépasse délibérément les faits évoqués par les sources en les incorporant dans une fiction. Un hiatus se dessine dans le rapport qu’entretient Foucault avec ses sources. Ce hiatus correspond à la faille qui ne cesse de s’agrandir chez Foucault entre réalité historique et fiction littéraire.

Conclusion

29Le Narrenschiff subit en effet une rude épreuve sous la plume de Foucault. Il se retrouve dépouillé de son histoire, simplifié dans son message, dénaturalisé dans sa forme, mis sur le même plan que sa transposition latine, doté d’un mythique lien à la réalité. Que reste-il alors, dans l’Histoire de la folie, de cet ouvrage qui a eu une si grande importance à la Renaissance ? Des fragments détachés, récoltés, mêlés puis assemblés de nouveau dans une composition nouvelle, la Nef des fous, qui n’est plus qu’un reflet de l’ouvrage de Brant. Le Narrenschiff, ce texte littéraire écrit à la fin du XVe siècle, subit donc sa disparition avec Foucault au début de la deuxième moitié du XXe siècle, au profit d’un double mythique qu’on a trop souvent confondu avec son modèle. Du moins le procès de distanciation que Foucault opère dans sa création a-t-il l’avantage de nous faire penser autrement sur cet ouvrage et ainsi de le découvrir à nouveau.

Haut de page

Bibliographie

Artières Philippe & Bert Jean-François, Un succès philosophique. L’Histoire de la folie à l’âge classique de Michel Foucault, Caen: Presses universitaires de Caen, 2011.

Brant Sebastian, Das Narrenschiff. Studienausgabe (hrsg. von Joachim Knape), Stuttgart: Reclam, 2005.

Éribon Didier, Michel Foucault, Paris: Flammarion, 2011.

Foucault Michel, Histoire de la folie à l’âge classique, Paris: Gallimard, 1972, « tel ».

Hartl Nina, Die « Stultifera Navis ». Jakob Lochers Übertragung von Sebastian Brants « Narrenschiff », Münster: Waxmann Verlag, 2001.

Kasten Ingrid, « “Narrheit” und “Wahnsinn”. Michel Foucaults Rezeption von Sebastian Brants Narrenschiff » in Festschrift Walter Haug und Burghart Wachinger, Tübingen: Max Niemeyer Verlag, 1992, t. 1, pp. 233-254.

Kemper Raimund, Il était un petit navire… Zur Archäologie der Narrenschiff-Phantasien Michel Foucaults, Frankfurt am Main: Peter Lang, 1996.

Kirchhoff Theodor, Geschichte der Psychiatrie, Leipzig und Wien: Franz Deuticke, 1912.

Kriegk Georg Ludwig, Ärzte, Heilanstalten, Geisteskranke im mittelalterlichen Frankfurt a. M., Frankfurt a. M. 1863.

Locher Jakob (Übers.), Brant Sebastian, Stultifera Navis (Sebastianus Brant. Per Jacobum Locher cognomento Philomusum Suevum in latinum traducta), Basel: Johann Bergmann, 1497.

Mahler Winifred Barbara & Brendan : « The Ship of Fools. Stultifera Navis or Ignis Fatuus ? » in The American Psychologist, 1982, pp. 756-761.

Rahner Hugo, Symbole der Kirche, Salzburg: Die Ekklesiologie der Väter, 1964.

Vaccarino Giacomo L., La follia rappresentata. Matti, degenerati et idioti nella letteratura e nell’arte figurativa italiane dell’Ottocento, Firenze: Firenze Atheneum, 2001.

Zarncke Friedrich, Sebastian Brants Narrenschiff, Leipzig: Georg Wigands Verlag, 1854.

Haut de page

Notes

1 Il s’agit de la thèse de doctorat de Foucault qui portait lors de sa soutenance et lors de sa première publication le titre Folie et Déraison. Histoire de la folie à l’âge classique.

2 Ce livre est effectivement devenu en peu de temps un succès éditorial. Voir P. Artières & J.-F. Bert, Un succès philosophique. L’Histoire de la folie à l’âge classique de Michel Foucault.

3 Foucault, op. cit., p. 22. L’Histoire de la folie est divisée en trois grandes parties qui sont à leur tour subdivisées en chapitres (cinq pour la première partie et pour la troisième partie, quatre pour la deuxième partie). Les chapitres sont structurés en sections séparées par des astérisques. Pour le premier chapitre nous comptons neuf sections : la première débute p. 15, la deuxième p. 19, la troisième p. 21, la quatrième p. 28, la cinquième p. 39, la sixième p. 44, la septième p. 48, la huitième p. 56, et la neuvième p. 63.

4 « Gedruckt zu Basel vff die Vasenaht (Fastnacht) » (Sebastian Brant, Das Narrenschiff. Studienausgabe, p. 511).

5 Qui séjournait à Bâle entre 1492 et 1493 et a été pris en charge par Brant et Bergmann (cf. ibid.).

6 Les titres entre parenthèses font référence aux intitulés des chapitres du Narren Schyff.

7 F. Zarncke, Sebastian Brants Narrenschiff.

8 Ibid., p. XLI.

9 Ibid., p. XIX.

10 « Eyn narr ist wer gesprechen dar / Das er reyn sig von sünden gar / Doch yedem narren das gebrist / Das er nit syn will / das er ist. » (Brant p. 205).

11 « Dann wer sich für ein narren acht / Der ist bald zu eym wisen gmacht » (ibid. p. 108).

12 « Es ist offensichtlich das Verdienst von Brant gewesen, den Bildbereich der Schiffahrt und den des Narren zu kombinieren […] » (I. Kasten, « “Narrheit” und “Wahnsinn”. Michel Foucaults Rezeption von Sebastian Brants Narrenschiff », p. 240).

13 Cf. H. Rahner, Symbole der Kirche.

14 Nous en parlerons infra plus longuement, lorsque nous comparerons le Narrenschiff et la Stultifera Navis.

15 Comme le confirme le nombre considérable de réimpressions (Brant, op. cit., p. 88-89).

16 En France (1497), aux Pays-Bas (vers 1500) et en Angleterre (1509).

17 L’exemple de Raimund Kemper est frappant. Il a consacré tout un livre (ca. 140 pages) à la réception foucaldienne du Narrenschiff en se prêtant à une critique violente et polémique de Foucault (R. Kemper, Il était un petit navire… Zur Archäologie der Narrenschiff-Phantasien Michel Foucaults). Il démontre en effet précisément, en mobilisant toute une littérature secondaire, en quoi tout ce que Foucault dit du Narrenschiff est faux. En revanche, il ne semble pas se poser la question de savoir de quel Narrenschiff Foucault parle, et le nom de Locher n’apparaît pas une fois dans le texte.

18 Une fois il dit « chapitre » (p. 44), sinon il dit « chant » (ibid. p. 33, 41, 42).

19 Il serait effectivement intéressant de savoir précisement quels livres étaient à la disposition de Foucault lorsqu’il travaillait sur sa thèse à Uppsala en Suède. Didier Éribon remarque, dans la biographie qu’il consacre à Foucault en 1989, la richesse de la « Carolina Rediviva », la bibliothèque d’Uppsala, en insistant particulièrement sur les collections du Dr Eric Waller, la « bibliotheca Walleriana », déposée à Uppsala en 1950 et dont le catalogue a été édité en 1955 : « Ce sont des pièces qui vont du XVIe siècle jusqu’au début du XXe. Il y a en tout vingt et un mille documents : lettres, manuscrits, livres rares, grimoires… Et surtout il y a le fonds considérable que cet amateur avait constitué sur l’histoire de la médecine », et il ajoute : « On peut dire que ça tombe bien. Lorsque Foucault découvre cette véritable mine, il va l’explorer systématiquement et en nourrir la thèse qu’il met en chantier. » (Éribon, Michel Foucault, p. 145). Si l’on jette on coup d’œil dans ce catalogue, qui est depuis mis en ligne, on trouve sous le nom de Sebastian Brant uniquement une version latine de 1497 : « Brant, Sebastian. Das Narrenschiff, Latin translation by Jacobus Locher Philomusus. With additions by Thomas Beccadelli. Basel : Johann Bergmann, 1 August 1497. Quarto. 160 leaves. » (Bibliotheca Walleriana. The books illustrating the history of medecine and science collected by Dr Erik Waller and bequeathed to The Library of the Royal University of Uppsala (A catalogue compliled by hans Sallander), Stockholm: Almqvist & Wiksell, 1955, Volume I, p. 5, voir sur internet: Bibliotheca Walleriana – Uppsala Universitetsbibliotek. 9 octobre 2012. http://www.ub.uu.se/en/Search/Books/Bibliotheca-Walleriana/). Il se pourrait bien que ce soit cet imprimé auquel Foucault fait référence. Il nous semble même que la manière dont il se présente peut prêter à la confusion entre le Narrenschiff et la Stultifera navis. Il est intéressant également que l’œuvre figure dans ce catalogue qui rassemble des livres de médecine.

20 N. Hartl, Die « Stultifera Navis ». Jakob Lochers Übertragung von Sebastian Brants « Narrenschiff ».

21 Locher, Stultifera Navis, f. 1v « Narragonia Latine facta a Iacobo Locher Philomuso Suevo Eiusdem epigramma ad lectorem ».

22 Ibid., f. 1v-3r « Epistola Iacobi Locher Philomusi ad eruditissimum virum Sebastianum Brant, iurisconsultum et poetam argutissimum, praeceptorem suum dilectissimum ».

23 Ibid., f. 3v-4r « Carmen eiusdem ad Sebastianum Brant ».

24 Ibid., f. 4r-5r « Sapphicon eiusdem Philomusi excusantis ingenii sui parvitatem ».

25 Ibid., f. 5v « Epigramma in Narragoniam Iacobi Locher Philomusi ad lectores » ; « Ad Narragoniam ».

26 Ibid., f. 5v-6r « Ad Iohannem Bergmannum de Olpe Iacobi Locher decatostichon ».

27 Ibid., f. 6r-6v « Ad Iacobum Philomusum subeundae profectionis Narragonicae e barbaria in Latiale solum exhortatio Sebastiani Brant ».

28 Ibid., f. 6v « In Narragonicam profectionem celeusma Sebastiani Brant ».

29 Ibid., f. 7r-8v « Prologus Iacobi Locher Philomusi in Narragoniam incipit ».

30 Ibid., f. 8v-10r « Hecatostichon in proludium auctoris et libelli Narragonici ».

31 Ibid., f. 8r-8v « Imitatus Dantem Florentinum atque Franciscum Petrarcham heroicos vates, qui Hetrusca sua lingua mirifica contexuere poemata. ».

32 Ibid., f. 5v « Efficere Argivus vix hoc potuisset Homerus, / Qui lusit veterum proelia magna ducum. ».

33 Ibid., f. 6r.

34 « Viele Redensarten oder bildliche Ausdrücke werden von Locher wegen ihrer auf den deutschen Sprachraum beschränkten Verständlichkeit oder ihrer drastischen, bisweilen obszönen Bildlichkeit nicht übersetzt » (Hartl, op. cit., p. 139).

35 Il faut simplement remarquer qu’il ne s’agit pas du folio IX, comme l’indique Foucault en note de bas de page, mais du folio VIII r.

36 Brant parle dans sa « Verwahrung » en 1499 de « narren machen » (Brant, op. cit., p. 533), « faires des fols », ce qui nous indique bien qu’il s’agit d’une poiêsis, d’une pure création, « Schaffung eines literarischen Narrentypus » (Hartl, op. cit., p. 136).

37 Par exemple dans la vorred : « Jch schrot ein kapp hie manchem man » (Brant, op. cit., p. 109).

38 Par exemple : « vssgeschnytten rock » (ibid. p. 111).

39 Par exemple : « Vil narren / affen / esel / geüch » (ibid. p. 149).

40 Cf. Hartl.

41 I. Kasten (op. cit.) n’est pas la seule qui parle concernant le Narrenschiff d’une œuvre appartenant à la littérature médiévale.

42 Nous n’avons pas parlé de la fissure que cela crée entre le texte et l’image, fissure sur laquelle Foucault insiste beaucoup dans l’Histoire de la folie mais sans faire explicitement référence à la Stultifera Navis. En reprenant la configuration mise en place par Foucault il sera intéressant de développer cet aspect de la rupture à partir de la fissure texte/image dans la Stultifera Navis mais aussi entre texte allemand et texte latin accompagné d’une réflexion sur les conséquences qu’a déjà le simple passage d’une langue à une autre.

43 Voici quelques exemples : chapitre 47, « Dort würt der recht wag naher faren » (Brant, op. cit., p. 260), chapitre 91, « Das schiff vnd wag von land bald gat » (ibid. p. 423), chapitre 95, « Die müssen vff den affen wagen » (ibid. p. 438), chapitre 103, « Die mag das schiff dann nym getragen, / Sie müssen an den narren wagen » (ibid. p. 472).

44 Illustrant les chapitres 47 et 91.

45 Surtout au début entre les chapitres 16 et 36, ensuite entre les chapitres 36 et 48, 56 et 64, 64 et 72, 82 et 91.

46 Globalement à partir du chapitre 99.

47 Tout au long du Narrenschiff, mais notamment dans le prologue, le premier chapitre où le premier Narr, le savant, s’est non seulement assis devant dans la nef (chap. 1 « Das ich sytz vornan jn dem schyff » (Brant, op. cit., p. 113)) mais précède aussi les autres fols dans le livre, ou encore dans le chapitre 103 où la nef devient « das bapyren schyff » (ibid., p. 470, sur la gravure qui accompagne ce chapitre nous retrouvons un livre flottant parmi les bateaux) même s’il s’agit ici d’une allusion à la sainte écriture appartenant au même jeu de métaphores que le jeu entre la nef (des fols) et la nef de l’église.

48 Notamment la recherche Winifred Barbara & Brendan Mahler : « The Ship of Fools. Stultifera Navis or Ignis Fatuus ? », pp. 756-761.

49 « La nave dei folli era un’immagine letteraria, certo, ma, come ricorda Foucault, capitava pure che in Germania i pazzi fossero affidati a dei battellieri del Reno perché li allontanassero dalle città tedesche, abbandonandoli in luoghi lontani o, più spesso, in altre città. » (G. L. Vaccarino, La follia rappresentata. Matti, degenerati et idioti nella letteratura e nell’arte figurativa italiane dell’Ottocento, p. 10).

50 G. L. Kriegk, Ärzte, Heilanstalten, Geisteskranke im mittelalterlichen Frankfurt a. M..

51 Cf. note 19 de cet article.

52 Une étude intéressante reste à faire pour vérifier quelles autres sources de Foucault figurent également sur le catalogue de cette bibliothèque.

53 « à Nuremberg, pendant la première moitié du XVe siècle, on avait enregistré la présence de 62 fous ; 31 ont été chassés ; pour les cinquante années qui suivirent, on a trace encore de 21 départs obligés » (Foucault, op. cit., p. 22).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jonas Kurscheidt, « Le Narrenschiff de Sébastien Brant à l’épreuve du filtre foucaldien », Babel, 25 | 2012, 149-169.

Référence électronique

Jonas Kurscheidt, « Le Narrenschiff de Sébastien Brant à l’épreuve du filtre foucaldien », Babel [En ligne], 25 | 2012, mis en ligne le 01 décembre 2012, consulté le 29 mai 2017. URL : http://babel.revues.org/2023 ; DOI : 10.4000/babel.2023

Haut de page

Auteur

Jonas Kurscheidt

Université François-Rabelais (Tours)
CESR

Jonas Kurscheidt est étudiant en 2e année de Master au Centre d’Études Supérieures de la Renaissance (Tours). Son mémoire de Master 1 portait sur le statut des sources renaissantes, ainsi que sur la formulation des thèses dans le premier chapitre de l’Histoire de la folie à l’âge classique de Michel Foucault.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Babel. Littératures plurielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire Babel
  • Logo Université de Toulon
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org