Navigation – Plan du site

« Triboulet a frères et sœurs » – Fou de cour et littérature au tournant des XVe et XVIe siècles

Guillaume Berthon
p. 97-120

Résumé

Avec Le Roi s’amuse (1832), Hugo tire des oubliettes de la mémoire collective le personnage de Triboulet, mais au prix d’une relecture volontairement infidèle de la figure du fou de cour, faisant de celui-ci l’impitoyable observateur des futilités courtisanes, dissimulant sous le sarcasme le sentiment de son infériorité sociale et de sa difformité. Les nombreux témoignages littéraires qui couvrent les XVe et XVIe siècles et portent sur trois Triboulet successifs, régulièrement confondus par la suite, rendent un son bien différent, même s’ils permettent d’observer une mutation du statut des fous de cour. Ceux-ci, des simples idiots qu’ils étaient la plupart du temps jusqu’au XVe siècle, paraissent acquérir au tournant du Moyen Âge et de la Renaissance une intelligence nouvelle. L’étude de la mise en scène de leurs réparties les plus spirituelles dans les textes d’époque évoquant les trois Triboulet permet ainsi de poser la question de la nature du fou de cour, précisément au moment où l’humanisme rhénan s’empare de la figure à marotte pour en faire le miroir des folies humaines.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Victor Hugo, Le Roi s’amuse (1832), Théâtre complet I, Paris : Gallimard, « La Pléiade », 1963, act (...)
  • 2 Préface de Cromwell, ibid., p. 421 : « Des arts il [le grotesque] passe dans les mœurs ; et tandis (...)

1« – Vous l’avez fait méchant ! – O douleur ! est-ce vivre ? / Mêler du fiel au vin dont un autre s’enivre, / Si quelque bon instinct germe en soi, l’effacer, / Étourdir de grelots l’esprit qui veut penser ! »1 On aura peut-être reconnu dans l’éloquence caractéristique de ces quelques vers Le Roi s’amuse, pris dans le sombre monologue de Triboulet, trempé d’amertume, qui voit le bouffon craindre la malédiction qu’a prononcée contre lui le vieux Saint-Vallier, avant de s’achever sur l’interrogation paradoxale « Suis-je fou ? » De fait, Hugo pouvait difficilement trouver meilleur sujet pour illustrer le drame nouveau, grotesque et sublime à la fois, qu’il appelait de ses vœux depuis la préface de Cromwell2. Malgré la déroute de la première représentation et la suspension immédiate, la fortune est immense (même si c’est davantage l’opéra qu’en tirèrent Piave et Verdi en 1851 qui recueillit le succès qu’escomptait le poète, mais en travestissant le nom du protagoniste). Dès 1843, on publie sous le titre de Triboulet un journal satirique en chansons : la feuille périodique arbore en une la silhouette du bouffon qui foule aux pieds journaux officiels et argent, et met en fuite les représentants de l’autorité publique. Les pièces sur le même argument se multiplient autant que les journaux (on recensera encore en 1911 un Triboulet algérois. Journal anti-neurasthénique, rossard, indépendant, radical-socialiste, libéral, opportuno-conservateur !), pendant qu’Antoine Joly fait paraître La vraye histoire de Triboulet en 1867. Bref, malgré son échec, la pièce hugolienne a fait passer le personnage de l’histoire à la légende, en permettant à son siècle d’accrocher à la défroque à grelots du bouffon les combats qui lui étaient chers.

  • 3 Jean-François Dreux du Radier, Récréations historiques, critiques, morales et d’érudition, avec l’h (...)
  • 4 Pour ces documents, relativement nombreux, voir l’étude ancienne d’Alfred Canel, Recherches histori (...)
  • 5 Philippe Ménard, Le rire et le sourire dans le roman courtois en France au Moyen Âge (1150-1250), p (...)
  • 6 Sur ces exemples, voir Muriel Laharie, La Folie au Moyen Âge (XIe-XIIIe siècles), p. 272-275, et l’ (...)

2Triboulet avait pourtant longtemps dormi dans les oubliettes de la mémoire collective, dont l’avait tardivement tiré en 1767 une étude de Jean-François Dreux du Radier, première histoire des fous de cour3. C’est en effet avec une série d’anecdotes le concernant que commence véritablement l’ouvrage de l’érudit, qui n’a guère trouvé de quoi alimenter son étude dans l’ordinaire des cours antérieures à celle de Louis XII et de François Ier. À l’instar de Dreux du Radier, les historiens qui se sont intéressés à la question ont eu peine à repérer quelque évocation véritablement significative de ces intrigants personnages dans la littérature antérieure au XVe siècle, alors même que leur existence est anciennement attestée par les archives (notamment par les quittances de dons octroyés par tel ou tel grand à un fou4). L’ignorance dans laquelle les écrivains les tiennent alors ne reflète probablement que le peu d’attention réelle qu’on leur accorde à la cour. De fait, les discrets personnages de fous de cour qui peuplent la littérature avant le XVe siècle sont généralement représentés comme de véritables idiots et non comme des hommes sensés qui joueraient l’imbécillité pour respecter leur rôle social, ainsi que l’a remarqué Philippe Ménard dans le roman courtois des XIIe et XIIIe siècles5. Le fait que certains personnages de romans, comme Tristan ou Robert le Diable, se fassent à l’occasion passer pour tels ne modifie guère la perspective générale6.

  • 7 Voir Nicolas Kiès, « Retrouver la culture dans la nature : les bons mots involontaires dans la litt (...)
  • 8 Anna Fontes Baratto, « Le bouffon et le courtisan », p. 41.

3Plus intéressantes sont déjà les anecdotes qui attribuent à un fou de cour un bon mot plus ou moins volontaire, parce qu’elles mettent en valeur l’une des virtualités essentielles de ces personnages singuliers7. Celles-ci semblent circuler précocement, d’autant qu’elles s’inscrivent souvent dans la tradition vivace de la mise en scène d’un bon mot ou de ce que l’on appellera la facétie avec Le Pogge. En Italie notamment, comme l’a rappelé Anna Fontes Baratto8, la nouvelle fait place à quelques saillies attribuées à Gonnella, un bouffon de la cour de Ferrare, dès les Trecentonovelle de Franco Sacchetti dans la seconde moitié du XIVe siècle ; ces dernières se multiplient pendant tout le XVe siècle jusqu’à constituer un véritable recueil, les Facecie del Gonella, publiées à Bologne en 1506.

  • 9 Ibid., p. 41 et 43. Voir aussi le chapitre XLVI du deuxième livre du Cortegiano de Castiglione, cit (...)

4Mais le domaine italien offre la particularité de distinguer assez nettement dans la terminologie les bouffons (buffone, giullare, ou plus anciennement uomo di corte), amuseurs professionnels comme Gonnella, des fous (pazzo, folle, sciocco), idiots naturels qui font rire malgré eux9. À la même époque en revanche, le français accommode le terme de fou et quelques rares synonymes (sot notamment) à presque tous les usages. L’équivalent de giullare, le « jongleur » (tous deux issus du latin ioculator), désigne alors essentiellement un acteur professionnel, et l’italianisme « bouffon » introduit par Clément Marot dans sa traduction d’un colloque d’Érasme, ne se répand guère que dans la seconde moitié du XVIe siècle ; le terme de plaisantin, qui reprend en quelque sorte le sémantisme du buffone italien, n’apparaît guère qu’au début du XVIe siècle.

  • 10 Voir Bernard Guenée, art. cit., p. 664-666. À la suite de la communication d’André Stegman (« Sur q (...)

5Malgré les différences de lexique, on observe en France un phénomène similaire à celui que nous venons de décrire pour l’Italie des XIVe-XVIe siècles, bien qu’avec un léger décalage chronologique. Interrogé, à l’occasion d’une communication à l’Académie des inscriptions et belles-lettres, sur l’existence en littérature de fous-sages dès le début du XVe siècle, Bernard Guenée dit ainsi ne connaître qu’un seul témoignage contemporain du règne de Charles VI, qui appartient à la chronique dite de Jean Juvénal des Ursins10 : au moment de la signature de l’illusoire paix de Chartres en 1409, un fou de la compagnie du roi « qu’on disoit estre fol sage » aurait signifié ce qu’il pensait de la trêve par un plaisant rébus – une patène (que l’on nomme aussi paix) garnie, pour dire la paix fourrée tout juste conclue, c’est-à-dire une paix « trompeuse » ou « déguisée ». Toutefois, l’anecdote est probablement de composition postérieure : Bernard Guenée a en effet remarqué que le trait d’esprit n’est pas mentionné dans la chronique latine originale dont s’inspire le texte dit de Juvénal des Ursins, et que l’ajout est sans doute à dater de l’époque d’écriture de la chronique française, soit vers 1440. C’est donc bien avec le personnage de Triboulet qu’une évolution semble véritablement se dessiner.

  • 11 Depuis longtemps, des lecteurs attentifs ont relevé le problème (par exemple Eugénie Droz dans son (...)
  • 12 Jean Marot, Le Voyage de Venise, p. 127, v. 3099. Il est toutefois à noter que, dans le Roman de Re (...)
  • 13 Noël Du Fail, Contes et discours d’Eutrapel, t. II, p. 111.

6Encore faut-il savoir de qui l’on parle. Nous nous sommes permis jusqu’ici d’évoquer Triboulet sans rien préciser, parce que le personnage sorti de l’imagination d’Hugo (davantage que de ses lectures) nous y autorisait. Or, de même que les bouffons successifs de la cour de Ferrare se feront tous appeler Gonnella au point de faire du surnom une désignation par antonomase, les dictionnaires courants distinguent généralement deux Triboulet : le fou du roi René d’Anjou d’un côté, celui de Louis XII et de François Ier de l’autre, celui-là même dont s’inspire essentiellement Hugo – mais nous allons rapidement voir qu’il faut en fait probablement en distinguer trois, le Triboulet de Louis XII et celui de François Ier pouvant difficilement constituer une seule et même personne11. Rien d’étonnant à cela : l’homonymie est fréquente chez les fous de cour, dont les noms transmis par les comptes royaux ont dû constituer plus souvent des surnoms liés à leur fonction dérisoire que de véritables noms propres. Aussi le nom de Triboulet a-t-il donné lieu à plusieurs interprétations, dont la plus courante revient à le rapprocher de l’ancien français triboler (du latin tribulare) au sens de « tourmenter, agiter » – Jean Marot dira de lui : « Triboulet fut ung fol de la teste escorné »12. Rapidement, un triboulet désignera un fou en général, comme chez Noël Du Fail (« Je vy, disoit-il continuant, un fol fanatic, un Triboulet de la Tribouliere en Triboulois »13). Autant dire que la fortune littéraire des trois Triboulet successifs y est probablement pour quelque chose.

  • 14 Voir une reproduction des deux portraits dans l’article de Bianca Maria Fratellini, « Da Marcolfo a (...)
  • 15 Pour les témoignages sur Triboulet, voir Bruno Roy, op. cit., p. 11 et n. 22 p. 130 ou Maurice Leve (...)
  • 16 Voir Anna Fontes Baratto (art. cit., n. 2 p. 42-43) qui parle d’un portrait « oxymorique » de ce po (...)
  • 17 Le tableau original perdu nous est connu d’après une copie (XVIIe siècle) qui figure aujourd’hui da (...)
  • 18 Voir leur reproduction et leur analyse dans l’ouvrage de Muriel Laharie, op. cit., ou dans celui de (...)

7Celui qu’entretient le roi René est ainsi l’un des premiers fous de cour à recevoir les honneurs d’un portrait en bonne et due forme. Un bas-relief de marbre finement sculpté et l’avers d’une médaille portant la date de 1461, tous deux dus aux talents de Francesco Laurana sur la commande du duc d’Anjou, immortalisent en effet de manière similaire le singulier profil du fou – le visage seulement sur le bas-relief, l’ensemble du buste pour la médaille14. Sur cette dernière en particulier, on remarque que Triboulet y est affublé d’une marotte, et qu’il revêt une ample et noble robe probablement offerte par le roi (« regia uestis » comme le dit la devise latine qui l’accompagne) : c’est logiquement que l’habit du fou dit sa condition. Triboulet était par ailleurs connu pour la forme caractéristique et étroite de son crâne, que mentionneront par exemple des visiteurs de la cour du roi René, et qu’Ambroise Paré citera comme type d’une malformation de naissance responsable du dérèglement de l’esprit15. Or Laurana paraît avoir cherché à atténuer la disproportion entre la stature massive du personnage et la petitesse de son crâne en lui conférant la tête haute et le regard franc et tendu. La posture, qui n’est pas loin de rappeler les canons de représentation du prince-condottiere muni de son bâton de commandement16, achève de faire de cette médaille un portrait en gloire plutôt que la représentation d’un monstre imbécile. L’allure générale de Triboulet est en tout cas bien éloignée de l’air hébété qui, à la même époque, est celui du fou de Philippe le Bon (peut-être Coquinet) tel que le représente un tableau bucolique de la cour de Bourgogne17 ; elle l’est encore davantage des représentations stéréotypées du fou de cour qui se nichent pendant tout le Moyen Âge dans l’initiale enluminée du psaume 52, et qui s’y cantonnent la plupart du temps18.

  • 19 Sur Triboulet auteur, voir Bruno Roy, op. cit., p. 7-18. L’auteur y rassemble les données connues s (...)
  • 20 Gustave Vallier, art. cit., p. 53-56.
  • 21 Sur cet aspect, voir Bernard Guenée, art. cit., p. 653-654 (et aussi 657) : « Toutes ces indication (...)
  • 22 Patrizia Romagnoli, « La mélancolie des sots », p. 119-138, notamment p. 123.

8De fait, il faut dire que le Triboulet du roi René a été bien plus qu’un simple fou : véritable homme de théâtre, il est en effet l’auteur de plusieurs textes dialogués qui devaient être représentés à la cour et le placent en héritier des jongleurs médiévaux malgré sa difformité19. Une autre médaille, gravée cette fois par Pierre de Milan, représente précisément René d’Anjou et Jeanne de Laval (sur l’avers) assistant peut-être à l’une des représentations théâtrales menées par Triboulet (sur le revers), selon l’interprétation qu’en a proposé Gustave Vallier20. On comprend que ce premier Triboulet constitue une sorte de moyen terme entre les simples idiots, la plupart du temps engagés dès leur enfance21, et les bouffons professionnels, qui font davantage fonction de plaisantin que de bête curieuse. Il apparaît comme personnage dans ses propres œuvres : le Débat de Triboulet et de la Mort, les Vigilles Triboulet et, si l’on suit l’hypothèse de Bruno Roy, la Farce Pathelin. Les Vigilles Triboulet, en particulier, sont des plus intéressantes pour notre propos, puisqu’elles font du fou du roi René un personnage déjà quasi-légendaire (un peu comme Villon le deviendra dans les textes qui, comme les Repues franches, le mettent en scène), pleuré par toute la confrérie des fous lors de sa mort. Ce texte place bien Triboulet dans le monde des fous (il s’ouvre même sur une « déclinaison du mot Folie sous toutes ses formes »22) et loue avec un excès comique son talent dramatique, qui n’est de toute évidence pas celui d’un véritable insensé :

  • 23 Les Vigilles Triboulet, dans Le Recueil Trepperel, éd. cit., p. 232, v. 225-228. Voir aussi le comm (...)

      Croquepie
Tant que par granz(es) novalités
Fist quattre cens moralitez
      Sotouart
Autant de farces fist encores
Que on a mis[es] en inventoire23.

  • 24 Ibid., v. 253-254. Voir l’article cité de Patrizia Romagnoli, p. 135-136 et n. 44 et Bruno Roy, op. (...)

9Le fou du roi René semble devenu un personnage d’encre et de papier, au point que les sots qui déplorent sa disparition proposent de l’ensevelir « De la Farce de Pathelin / Cousue de corne de belin » (v. 253-254) – farce dont il était au moins l’acteur, sinon l’auteur24. Un suaire taillé dans un rôle de théâtre ! voilà qui fait décidément de ce premier Triboulet un personnage nouveau, relevant notoirement de Folie, mais qui cesse d’être objet de divertissement malgré lui pour entrer véritablement en littérature.

  • 25 Les deux articles récents les plus précis sur les fous de cour considèrent que le même Triboulet a (...)

10En comparaison, ses deux successeurs paraissent un peu moins flamboyants bien qu’ils soient à l’origine de la création hugolienne, et donc de la fortune moderne du personnage de Triboulet. La plupart du temps confondus en un seul et unique fou, qui aurait couvert les règnes de Louis XII et de François Ier, les deux Triboulet qu’il nous semble nécessaire de bien distinguer offrent moins de prise à l’analyse, parce que les documents les concernant sont des plus fuyants25. Un seul d’entre eux, que citent tous les historiens sans en tirer les conséquences, nous paraît incontestable. Il s’agit de l’épitaphe composée par Jean Marot :

  • 26 Jean Marot, Les Deux Recueils, p. 226, v. 27-30. Les éditeurs font remarquer en note (p. 520-521) l (...)

Long temps apres, le mien seigneur et maistre,
Loys douziesme, en ce lieu me feit mettre,
Taillé au vif, afin que le nom dure
Du plus vray sot qu’oncques forgea Nature.26

  • 27 Pour les quittances (1523), voir l’article « fou » d’Auguste Jal (Dictionnaire critique de biograph (...)
  • 28 Jean Visagier, Hendecasyllaborum libri quatuor, Paris : Simon de Colines, 1538, in-16, Lyon, BM (Co (...)

11Le texte ne permet aucun doute, c’est Louis XII en personne qui a fait réaliser le tombeau du Triboulet dont il est question, qui est donc nécessairement mort avant 1515. Or plusieurs quittances extraites des comptes de la maison de François Ier font aussi mention d’un certain Triboulet, à travers son gouverneur (« François Bourcier, gouverneur de Triboulet ») ou à travers son frère (« Nicolas Le Feurial, frere de Triboullet »), de même qu’une chronique des débuts du règne de François Ier mentionne la présence d’un autre Triboulet pendant l’expédition italienne de 151527. Il faut donc se résoudre à l’existence de deux fous du même nom, le premier étant mort sous le règne de Louis XII, le second ayant peut-être commencé sa carrière sous ce même roi, et l’ayant en tout cas poursuivie sous celui de son successeur. Les deux épitaphes de Triboulet que le poète néo-latin Jean Visagier fait paraître en 153828 concernent donc sans aucun doute ce second fou, et fournissent un terminus ad quem à son existence au service de François Ier.

  • 29 Rabelais, Tiers Livre, Œuvres complètes, Mireille Huchon (éd.), ch. 46, p. 493 : « Et ainsi comme i (...)
  • 30 Bonaventure Des Périers, Nouvelles Récréations et joyeux devis, Krystyna Kasprzyk (éd.), nouvelle 2 (...)
  • 31 Voir la table des noms propres dans l’édition citée de Krystyna Kasprzyk (p. 370), qui a noté l’amb (...)
  • 32 Les voici : « Mundum dum morior prius relinquo, / Quàm ueni scierim quid actum in ipsum » et « Vixi (...)

12Plusieurs auteurs ayant fréquenté les cours de Louis XII et François Ier ont évoqué l’un de ces deux Triboulet. Avant de voir ce que nous apportent ces témoignages, attribuons-les rapidement à l’un ou l’autre des deux personnages distingués. L’évocation la plus développée est probablement celle à laquelle se livre Rabelais dans le Tiers Livre, où Pantagruel conseille à un Panurge en plein désarroi sur la question de son mariage de prendre conseil d’un fou : Triboulet est ainsi convoqué et rend un étrange jugement qu’interprètent les deux compagnons. L’allusion à Louis XII que contient le texte rabelaisien29 permet de penser que l’interlocuteur de Panurge est le premier Triboulet des rois de France, malgré la date de publication de l’œuvre (vers 1532), postérieure à la mort du fou célébrée par Jean Marot. L’autre texte d’importance à nommer Triboulet est le premier véritable récit des Nouvelles récréations et joyeux devis de Bonaventure Des Périers30, qui met en scène l’équipée du fou qui, lors d’une entrée solennelle en la ville de Rouen, chevauche à toute allure, pensant par ses coups d’éperon freiner la course frénétique de son cheval. Le seul élément de contexte fourni par Des Périers consiste dans l’occasion de l’entrée royale à Rouen, malheureusement trop vague pour attribuer l’anecdote au règne de l’un ou l’autre roi, et il faut en rester là pour le moment31. Restent encore les épitaphes déjà mentionnées, la première, très certainement composée par Jean Marot, consacrée au fou de Louis XII comme nous l’avons rappelé, les deux autres, dues à la plume de Jean Visagier. La première est aussi riche de détails que les deux autres en sont pauvres, au point qu’on est en peine de les relier au Triboulet de François Ier pour des raisons autres que simplement chronologiques32. Le reste est fait de très nombreuses citations du seul nom de Triboulet, sans que l’on sache la plupart du temps auquel des titulaires l’auteur fait allusion, si tant est que ce ne soit pas à la folie en général, indépendamment de l’une ou l’autre de ses incarnations à la cour de France.

13Des ces textes, c’est l’épitaphe de Jean Marot qui est la plus riche et la plus précise sur le personnage de Triboulet. Rappelons-en l’essentiel :

  • 33 Jean Marot, Les Deux Recueils, éd. cit., p. 22, v. 1-18.

Triboulet suis, qu’on peult juger en face
N’avoir esté des plus sages qu’on fasse.
Honneste fuz, chascun contrefaisant,
Sans jamais estre aux dames mal faisant.
Du luc jouay, tabourin et vielles,
Herpes, rebecs, doulsaines, challemelles,
Pipetz, flageolz, orgues, trompes et cors,
Sans y entendre mesure ny accords.
En chantz, danses, feiz choses non pareilles,
Mais dessus tout de prescher feiz merveilles :
Car mon esprit, qui n’eut onques repoz,
En vingt parolles faisoit trente propoz.
Armé en blanc, joustay d’espée et lance,
Aussi cruel à plaisir qu’à oultrance.
Devant moy pages trembloient comme la fiebvre,
Fyer, menasseur, et hardy comme un lievre.
Le roy adonc me feit seoir à sa table,
Où luy donnay maint passetemps notable.33

14Comme on pourra en juger, elle fait du fou un amuseur, mime (« chascun contrefaisant »), danseur et musicien (fût-il mauvais), et un homme du verbe (« Mais dessus tout de prescher feiz merveilles »). Difficile de dire si le ridicule du fou (« hardy comme un lievre », et, un peu plus loin dans l’épitaphe, juché « Sur un cheval trop plus sage que [lui] ») est un jeu assumé pour faire rire, ou un effet de son esprit détraqué. Se dégage de ce texte l’image d’un personnage relativement haut en couleurs, dont la puissance comique ne semble pas seulement involontaire – même s’il faut faire la part de l’effet recherché par le poète qui fait parler le fou à la première personne et lui prête peut-être par jeu littéraire plus d’intentions qu’il n’en a jamais eu.

  • 34 Chez Érasme, en effet, contrairement à ce que l’on écrit souvent un peu rapidement, les morosophes (...)
  • 35 Rabelais, Tiers Livre, éd. cit., ch. 38, p. 470.
  • 36 De la même façon, l’anecdote rapportée par Pantagruel au chapitre 37 (le « fol Citadin de Paris », (...)
  • 37 Rabelais, Tiers Livre, éd. cit., ch. 45, p. 491.

15Dans les chapitres du Tiers Livre de Rabelais qui font intervenir Triboulet, la fiction semble prendre résolument le pas sur la réalité. Nous avons rappelé que Panurge décide d’interroger le fou de Louis XII pour trancher la question de ses noces – en bref, Panurge peut-il tenter le mariage sans risquer le cocuage ? Après l’échec des séances de divination variées et de consultation des autorités de l’université, Pantagruel conseille à son ami de s’en remettre au célèbre fou, non pas tant en sa qualité de fou de cour qu’en raison de sa folie souveraine, gage de sagesse supérieure qu’atteste le néologisme de morosophe (littéralement « fou-sage ») emprunté à Érasme mais dans un sens exactement opposé34 : « ainsi comme avons choizy la fine creme de Sapience pour conseil, aussi vouldrois je qu’en nostre consultation præsidast quelqu’un qui feust fol en degré souverain35 ». Suit le blason de Triboulet en cent-deux couples d’épithètes qui achève d’éloigner l’invraisemblable création romanesque du personnage historique, faisant de celui-ci un simple prétexte au déploiement de la verve rabelaisienne et de sa réflexion paradoxale sur la folie de Panurge36. On comprend que la scène de consultation de Triboulet n’apporte guère de détails à notre enquête. Le fou y apparaît comme un homme étrange, incapable de communiquer directement avec ses semblables puisque après avoir frappé Panurge et prononcé quelques mots privés de toute syntaxe, il « s’esquarta de la compaignie, et jouoit de la vessie, se delectant au melodieux son des poys. Depuys ne feut possible tirer de luy mot quelconques37. » Il est néanmoins considéré par les personnages comme le dépositaire d’une sagesse oraculaire. Comme on le voit, le comportement du fou est avant tout dicté par les lois inhérentes à la fiction rabelaisienne, où chaque scène de consultation est flanquée d’une scène d’interprétation contradictoire : l’attitude du fou se doit d’être suffisamment étrange pour pouvoir ensuite être tirée en tous sens. Le mutisme énigmatique du Triboulet rabelaisien s’accorde de fait difficilement à la volubilité du même personnage célébré par Jean Marot.

16Passons au conte de Des Périers qui, comme nous l’avons dit, ne livre aucun détail qui permettrait de le placer sous le règne de Louis XII plutôt que sous celui de François Ier. L’histoire de Triboulet est l’une des trois histoires de fou qui prennent place immédiatement après le « preambule » de l’œuvre et s’achèvent sur le constat classique de la folie universelle :

  • 38 Des Périers, op. cit., p. 23.

Or ça, les folz ont fait l’entrée. Mais quelz folz ? Moy tout le premier à vous en compter : et vous le second à m’escouter : Et cestuy là le troiziesme : et l’autre le quatriesme. Oh qu’il y en ha : jamais ce ne seroit faict : Laissons les icy et allons chercher les sages. Esclairez pres, je n’y voy goutte.38

  • 39 Ibid., p. 2.

17De fait, l’œuvre s’était ouverte sur un sonnet liminaire à valeur d’exhortation : « Donnons, donnons quelque lieu à folie / Que maugré nous ne nous vienne saisir »39. La folie occupe donc dans le recueil de Des Périers une valeur inaugurale et programmatique : de vraies histoires de fou précèdent celles qui concernent l’humanité commune, guère moins démente. Le paradoxe est lieu commun depuis la Nef des fous de Sébastien Brant (1494) au moins. Là encore, donc, le conte se veut moins tableau divertissant de réalités locales ou portrait d’un personnage remarquable que récit allégorique. Les fous mis en scène sont au nombre de trois : Caillette, Triboulet et Polite. Les contes successifs, qui illustrent chacun un effet de la naïveté congénitale des trois porteurs de marotte – naïveté qui dévoile à l’occasion les hypocrisies du monde sur lesquelles les hommes communs ferment les yeux – ne permettent toutefois en rien de les distinguer, et on se débarrasse difficilement de l’impression que les personnages et leurs aventures risibles sont interchangeables.

  • 40 Voir le détail dans l’ouvrage de Lionello Sozzi, Les Contes de Bonaventure Des Périers : contributi (...)

18Considérons la seule anecdote rapportée au sujet de Triboulet que nous avons déjà résumée. Elle est invariablement rappelée par les ouvrages qui entendent raconter l’histoire du fou. Or les spécialistes de l’auteur ont noté les grandes similitudes du récit de Des Périers avec la quatrième satire de l’Arioste (v. 208-232) qui rapporte l’histoire d’un Vénitien (un homme d’eau, donc) incapable de se servir du cheval qui lui a été offert par le roi du Portugal et jouant absurdement des éperons pour tenter de freiner sa course40. Les différences de style et d’ambition qui distinguent les deux textes sont certes importantes, mais elles n’empêchent pas de penser que l’auteur des Nouvelles récréations a trouvé dans le conte italien la matière dont il avait besoin, surtout quand l’on sait la manière dont ces trames narratives migrent facilement de compilations en recueils, perdant tôt leurs attaches avec la réalité (si celles-ci ont jamais existé). La naïveté de ce Triboulet cavalier était-elle celle du fou de Louis XII ou de celui de François Ier ? Aucune certitude n’est permise.

  • 41 Voir Alexandra Zvereva, Les Clouet de Catherine de Médicis. Chefs-d’œuvre graphiques du musée Condé(...)
  • 42 Voir à ce sujet les remarques de Bianca Maria Fratellini (art. cit., p. 131-135), pour qui ce dessi (...)

19Au-delà de ces trois textes relativement développés, on ne trouve que des citations éparses qui ne permettent pas d’en dire plus. Les deux épitaphes composées par Visagier sur la mort du second Triboulet des rois de France ne nous en apprennent pas davantage. Seul le crayon rattaché à la manière de Jean Clouet et conservé au musée Condé de Chantilly constitue un témoignage véritable sur l’un de nos deux fous, sans doute le second étant donné la date de réalisation du dessin (vers 155041). Or rien, dans l’habit ni dans l’attitude, ne permet de deviner le statut de fou qui est celui du sujet représenté, un homme à l’apparence joviale qui semble lancer un regard de connivence à celui qui le regarde42.

  • 43 Jean-François Dreux du Radier, op. cit., p. 7.

20D’où viennent alors les nombreuses anecdotes rapportées par Dreux du Radier, et dont le nombre augmente encore dans les ouvrages qui l’ont suivi ? Des six contes relatés par l’auteur de l’Histoire des fous en titre d’office, un seul nous est déjà connu : il s’agit de la fable équestre prise chez Des Périers et dont nous avons déjà évoqué le caractère probablement apocryphe43. L’histoire qui lui fait immédiatement suite dans l’ouvrage de Dreux du Radier est peut-être le trait qui est resté comme le plus célèbre du fou. Il s’agit de la spirituelle réponse faite par Triboulet à François Ier au sujet d’un courrier que le roi avait envoyé à Rome muni d’une récompense exorbitante afin qu’il transmette une dépêche dans des délais des plus resserrés. Comme le fou inscrivait l’histoire sur des tablettes dans lesquelles il consignait les folies de ses contemporains, il se justifia auprès du souverain de la manière suivante :

  • 44 Ibid., p. 8.

Parce qu’il est impossible […] d’aller à Rome en si peu de tems, et parce que, quand cela seroit possible, c’étoit toujours une folie de donner deux mille écus, dans une occasion où le quart suffiroit. Mais, dit le roi, si le Courier ne peut venir à bout d’exécuter sa promesse, et me rend mon argent, qu’aura-tu [sic] à dire ? Il faudra que tu effaces ta remarque. Non, répondit Triboulet, elle subsistera d’une façon ou d’une autre ; parce que si le Courier est assez sot pour vous rapporter votre argent, j’effacerai le nom de votre Majesté ; et je laisserai le sien. S’il ne revient point, je laisserai le vôtre.44

  • 45 Gilles Corrozet, Divers propos memorables des nobles et illustres hommes de la Chrestienté, Paris : (...)
  • 46 Guillaume Bouchet, Les Serées, C.-E. Roybet (éd.), t. V, 3e livre, 34e serée, p. 52.

21Le conte est savoureux, mais n’a sans doute pas grand-chose à voir avec Triboulet. On le rencontre en effet à l’identique dans les Divers propos memorables rassemblés par Gilles Corrozet, si ce n’est qu’il y est appliqué à un « plaisant » anonyme de la cour d’Alphonse d’Aragon45 ; et il réapparaît à la faveur d’une des Serées de Guillaume Bouchet, où il fait alors intervenir le bouffon d’un duc de Milan46. Il doit sans doute être possible de remonter en-deçà de Corrozet, probablement à une source italienne. Quoi qu’il en soit, on voit comment ces anecdotes circulent de texte en texte : comme il est bien connu qu’on ne prête qu’aux riches, alors que Triboulet devient un personnage célèbre, il convient de lui attribuer les réparties les plus spirituelles plutôt qu’à quelque fou anonyme d’une cour de la péninsule.

  • 47 Voir par exemple le cas de la sixième anecdote de Dreux du Radier, rattachée par Alfred Canel (op. (...)
  • 48 Lodovico Domenichi, Facetie et motti arguti di alcuni eccellentissimi ingegni, et nobilissimi signo (...)

22Le récit est d’ailleurs jumeau du premier que rapporte Dreux du Radier. Alors que Charles Quint demande à François Ier de lui permettre chevaleresquement de traverser la France pour qu’il puisse acheminer ses troupes jusqu’à Gant dont il veut réprimer la révolte, Triboulet affirme qu’il donnera son bonnet à qui le méritera le plus : à l’Empereur, s’il est assez fou pour se livrer à son ennemi juré, au Roi s’il l’est encore plus pour ne pas profiter de l’occasion. Il s’agit bien là de la déclinaison du même procédé, d’autant plus invraisemblable dans la bouche de Triboulet que la traversée de la France par Charles Quint commence à la fin de l’année 1539, alors que Visagier a déjà publié deux épitaphes du fou de François Ier. La plupart des autres anecdotes présentes chez Dreux du Radier sont justiciables d’une analyse similaire47. Ne sont pas moins suspects les récits qui se sont le plus anciennement greffés à la geste de Triboulet, comme l’histoire qui s’adjoint au corpus des Nouvelles récréations dès l’édition de 1568, qui raconte la façon dont Triboulet se serait jeté sur un évêque ayant entonné le Deus in adjutorium repris ensuite par l’ensemble des chantres, parce que c’était visiblement lui qui était responsable du vacarme. L’anecdote se trouvait en effet antérieurement à l’identique, hormis la désignation de Triboulet, dans la célèbre compilation de facéties due à Lodovico Domenichi et imprimée à Florence en 154848.

  • 49 Montaigne, Les Essais, Pierre Villey et V.-L. Saulnier (éd.), livre I, chapitre 21, p. 105.
  • 50 Voir Bernard Guenée, art. cit., p. 660 et Maurice Lever, op. cit., p. 197-199.
  • 51 Brantôme, Œuvres complètes, II Grands capitaines estrangers, Ludovic Lalanne (éd.), p. 266 (vie du (...)

23En somme, on voit que les documents concernant les deux Triboulet des rois de France sont des plus fuyants, et qu’on ne sait en fait à peu près rien de certain sur leur cas. Avec Triboulet, le fou de cour entre de façon décisive en littérature, mais cette entrée dit plus sur l’esprit du temps que sur les hommes qui ont incarné la fonction. Comme écrit Montaigne, « en l’estude que je traitte de noz mœurs et mouvemens, les tesmoignages fabuleux, pourveu qu’ils soient possibles, y servent comme les vrais. Advenu ou non advenu, à Paris ou à Rome, à Jean ou à Pierre, c’est tousjours un tour de l’humaine capacité, duquel je suis utilement advisé par ce recit49. » La fortune littéraire des Triboulet successifs, qui couvre grosso modo les années 1450-1550, illustre peut-être mieux que tout discours le succès croissant de ces évocations de fous de cour à la parole avisée ou paradoxalement sage qui dépassent chez Rabelais ou Des Périers le strict cadre de la facétie. Par ailleurs, la circulation d’images des fous qu’entretiennent les princes témoigne bien de l’évolution en cours, que la littérature illustre à sa manière, et qui fait définitivement passer les fous du statut de véritables insensés à celui de bouffons professionnels. Brusquet, le successeur du troisième Triboulet serait l’un des premiers à devenir fou sur le tard, après avoir semble-t-il exercé l’activité de chirurgien50. Ce qu’en écrit Brantôme achève d’en faire le successeur de Triboulet, dans la fonction occupée auprès du roi comme en littérature, car « si l’on fust esté curieux de recuillir tous les bons motz, contes, traitz, et tours dudit Brusquet, on en eust faict un livre très gros »51.

  • 52 Nous empruntons ce vers qui nous a également fourni notre titre au deuxième coq-à-l’âne de Clément (...)
  • 53 Notons que c’est déjà là une partie du propos du Débat de Triboulet et de la Mort qui s’ouvre sur u (...)

24La figure des trois Triboulet successifs a donc peut-être directement contribué à la mutation du regard posé sur les porteurs de marotte qui entourent les souverains, en leur donnant pour « freres et sœurs52 » l’humanité tout entière. Leur normalisation sociale, que souligne l’avènement du fou spirituel, s’accompagne de l’utilisation du modèle de la folie à des fins d’édification, dans une perspective chrétienne chez Brant ou Érasme – sont fous les hommes dans leur écrasante majorité parce qu’ils passent leur vie en toute frivolité, sans se préoccuper du salut de leur âme53 – ou plus laïque, bientôt, sous la plume de quelque moraliste :

  • 54 Montesquieu, Lettres persanes, Paul Vernière et Catherine Volpilhac-Auger (éd.), 78e lettre, p. 268

Il y a ici une maison où l’on met les fous. On croirait d’abord qu’elle est la plus grande de la ville. Non ! Le remède est bien petit pour le mal. Sans doute que les Français, extrêmement décriés chez leurs voisins, enferment quelques fous dans une maison, pour persuader que ceux qui sont dehors ne le sont pas.54

Haut de page

Bibliographie

Sources primaires

Le Recueil Trepperel, I. Les Sotties, Eugénie Droz (éd.), Paris : Droz, 1935.

Bouchet, Guillaume, Les Serées, C.-E. Roybet (éd.), Genève : Slatkine reprints, 1969 (fac-similé de l’édition de Paris, 1873-1882).

Brantôme, Pierre de Bourdeille dit, Œuvres complètes, II Grands capitaines estrangers, Ludovic Lalanne (éd.), Paris : Renouard, 1866.

Castiglione, Baldassare, Il Cortegiano, Amedeo Quondam et Nicola Longo (éd.), Milan : Garzanti, 1re édition en 1981.

Corrozet, Gilles, Divers propos memorables des nobles et illustres hommes de la Chrestienté, Paris : Gilles Corrozet, 1557.

Des Périers, Bonaventure, Nouvelles Récréations et joyeux devis, Krystyna Kasprzyk (éd.), Paris : STFM, 1997 (1re éd. 1980).

Domenichi, Lodovico, Facetie et motti arguti di alcuni eccellentissimi ingegni, et nobilissimi signori, Florence : [Lorenzo Torrentino], 1548.

Du Fail, Noël, Œuvres facétieuses, Jules Assézat (éd.), Paris : Daffis, 1874, 2 t.

Érasme, Œuvres choisies, Jacques Chomarat (éd.), Paris, LGF, 1991.

Estienne, Henri, Deux dialogues du nouveau langage françois italianizé, Pauline Mary Smith, Paris : Champion, 1980.

Hugo, Victor, Le Roi s’amuse (1832), Théâtre complet I, Paris : Gallimard, « La Pléiade », 1963.

Le Moyne, Pasquier, Le couronnement du roy François premier de ce nom, Paris : Gilles Couteau, 1520.

Lucien, Alexandre ou le faux prophète, Marcel Caster et Pierre-Emmanuel Dauzat (éd.), Paris, Les Belles Lettres, 2001.

Marot, Clément, Œuvres satiriques, Claude Albert Mayer (éd.), Londres : Athlone Press, 1962.

Marot, Clément, Œuvres, Georges Guiffrey (éd.), Paris : Claye-Quantin-Schemit, 1875-1931, 5 vol., réimpression, Genève : Slatkine, 1968.

Marot, Jean, Le Voyage de Venise, Giovanna Trisolini (éd.), Genève : Droz, 1977.

Marot, Jean, Les Deux Recueils, Gérard Defaux et Thierry Mantovani (éd.), Genève : Droz, 1999.

Matthieu, Pierre, Histoire de Louys XI, Paris : Guillemot, 1628.

Montaigne, Michel seigneur de, Les Essais, Pierre Villey et V.-L. Saulnier (éd.), Paris, PUF, 1999 [1re édition en 1965], 3 t.

Montesquieu, Charles-Louis de Secondat baron de, Lettres persanes, Paul Vernière et Catherine Volpilhac-Auger (éd.), Paris : LGF, 2005.

Paré, Ambroise, Deux livres de chirurgie. 1. De la generation de l’homme […]. 2. Des monstres tant terrestres que marins […], Paris : André Wechel, 1573.

Rabelais, François, Œuvres complètes, Mireille Huchon (éd.), Paris : Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, 1994.

Visagier, Jean, Hendecasyllaborum libri quatuor, Paris : Simon de Colines, 1538.

Sources secondaires

Visages d’antan. Le Recueil d’Arras (xive-xvie s.), Albert Châtelet (éd.), Paris : Éditions du Gui, 2007.

Arasse, Daniel, « Les portraits de Jean Fouquet », Il Ritratto e la memoria : materiali, Augusto Gentili, Philippe Morel, Claudia Cieri Via (éd.), Rome : Bulzoni, 1989-1993, t. II, p. 61-73.

Canel, Alfred, Recherches historiques sur les Fous des Rois de France et accessoirement sur l’emploi du Fou en général, Paris : Lemerre, 1873.

Dreux du Radier, Jean-François, Récréations historiques, critiques, morales et d’érudition, avec l’histoire des fous en titre d’office, Paris : Robustel, 1767, 2 t.

Fontes Baratto, Anna, « Le bouffon et le courtisan », De qui, de quoi se moque-t-on ? Rire et dérision à la Renaissance, Anna Fontes Baratto (dir.), Paris : Presses de la Sorbonne Nouvelle, 2005, p. 41-62.

Fratellini, Bianca Maria, « Da Marcolfo a Bertoldo : raffigurazioni e ritratti di nani e buffoni dal XIV al XVIII secolo », Il Ritratto e la memoria : materiali, Augusto Gentili, Philippe Morel, Claudia Cieri Via (éd.), Rome : Bulzoni, 1989-1993, t. III, p. 123-160.

Fritz, Jean-Marie, Le Discours du fou au Moyen Âge (xiie-xiiie siècles). Étude comparée des discours littéraire, médical, juridique et théologique de la folie, Paris : PUF, 1992.

Geonget, Stéphan, La Notion de perplexité à la Renaissance, Genève : Droz, 2006.

Ginzburg, Carlo, « Le peintre et le bouffon : le Portrait de Gonella de Jean Fouquet », Revue de l’art, n° 111, 1996, p. 25-39.

Guenée, Bernard, « Fous du roi et roi fou. Quelle place eurent les fous à la cour de Charles VI ? », Comptes-rendus des séances de l’année - Académie des inscriptions et belles-lettres, 146e année, n° 2, 2002, p. 649-666.

Jal, Auguste, Dictionnaire critique de biographie et d'histoire : errata et supplément pour tous les dictionnaires historiques, Paris : Plon, 1872 (2e éd.).

Kiès, Nicolas, « Retrouver la culture dans la nature : les bons mots involontaires dans la littérature facétieuse de la Renaissance », Seizième siècle, t. 7, 2011, p. 225-241.

Laharie, Muriel, La Folie au Moyen Âge (xie-xiiie siècles), Paris : Le Léopard d’Or, 1991.

Lever, Maurice, Le Sceptre et la marotte. Histoire des fous de cour, Paris : Fayard, 1983.

Ménard, Philippe, Le rire et le sourire dans le roman courtois en France au Moyen Âge (1150-1250), Genève : Droz, 1969.

Romagnoli, Patrizia, « La mélancolie des sots », « De vrai humain entendement ». Hommage à Jacqueline Cerquiglini-Toulet, Yasmina Foehr-Janssens et Jean-Yves Tilliette (dir.), Genève : Droz, 2005, p. 119-138.

Roy, Bruno, Pathelin : l’hypothèse Triboulet, Orléans : Paradigme, 2009.

Silec, Tatjana, Le fou et son roi dans la littérature anglaise de Beowulf à King Lear, thèse de doctorat soutenue en 2008 à Paris-Sorbonne (Paris IV).

Southworth, John, Fools and Jesters at the English Court, Thrupp : Sutton, 1998.

Sozzi, Lionello, Les Contes de Bonaventure Des Périers : contribution à l’étude de la nouvelle française de la Renaissance, Genève : Slatkine reprints, 1998 (reproduction de l’édition de Turin, 1965).

Stegman, André, « Sur quelques aspects des fous en titre d’office dans la France du xvie siècle », Folie et déraison à la Renaissance, Bruxelles : Éditions de l’Université de Bruxelles, 1976, p. 53-73.

Vallier, Gustave, « Iconographie numismatique du Roi René et de sa famille (deuxième lettre) », Mémoires de l’Académie des sciences, agriculture, arts et belles-lettres d’Aix, t. 13, 1885, p. 25-56.

Welsford, Enid, The Fool : His Social and Literary History, Gloucester, Mass. : P. Smith, 1966 (1re éd. en 1935).

Zvereva, Alexandra, Les Clouet de Catherine de Médicis. Chefs-d’œuvre graphiques du musée Condé, Paris : Somogy-Musée Condé, 2002.

Zvereva, Alexandra, Portraits dessinés de la cour des Valois. Les Clouet de Catherine de Médicis, Paris : Arthena, 2011.

Haut de page

Notes

1 Victor Hugo, Le Roi s’amuse (1832), Théâtre complet I, Paris : Gallimard, « La Pléiade », 1963, acte II, scène 2, p. 1381. Nous voudrions chaleureusement remercier Anna Fontes Baratto, Christine Bénévent, Nicolas Kiès et Tatjana Silec pour l’aide qu’ils nous ont apportée dans l’écriture de cet article.

2 Préface de Cromwell, ibid., p. 421 : « Des arts il [le grotesque] passe dans les mœurs ; et tandis qu’il fait applaudir par le peuple les graciosos de comédie, il donne aux rois les fous de cour. »

3 Jean-François Dreux du Radier, Récréations historiques, critiques, morales et d’érudition, avec l’histoire des fous en titre d’office, Paris : Robustel, 1767, 2 t. Pour les besoins de notre étude, nous avons lu le texte dans sa contrefaçon haguenoise, parue à la date de 1768.

4 Pour ces documents, relativement nombreux, voir l’étude ancienne d’Alfred Canel, Recherches historiques sur les Fous des Rois de France et accessoirement sur l’emploi du Fou en général, Paris : Lemerre, 1873. Sur l’absence d’évocation littéraire de ces figures de fous dont le souvenir n’est préservé que par les archives, voir surtout Bernard Guenée, « Fous du roi et roi fou. Quelle place eurent les fous à la cour de Charles VI ? », p. 656-657.

5 Philippe Ménard, Le rire et le sourire dans le roman courtois en France au Moyen Âge (1150-1250), p. 178-179 : « À en croire nos textes, le fou de cour n’est nullement un nain qui se permet sciemment des bouffonneries, mais un infirme – par exemple un muet ou un véritable déséquilibré. Les fous qui font partie de la maisnie des rois sont bien des anormaux. Ce sont d’authentiques fous qui dérident les grands. » Sur ce point, voir aussi André Stegman, « Sur quelques aspects des fous en titre d’office dans la France du XVIe siècle », p. 54 ; ou encore l’article de Bernard Guenée déjà cité. Maurice Lever (Le Sceptre et la marotte. Histoire des fous de cour, p. 107) ne dit pas autre chose.

6 Sur ces exemples, voir Muriel Laharie, La Folie au Moyen Âge (XIe-XIIIe siècles), p. 272-275, et l’appendice de la thèse de Tatjana Silec, Le fou et son roi dans la littérature anglaise de Beowulf à King Lear, thèse de doctorat soutenue en 2008 à Paris-Sorbonne (Paris IV), qui recense un certain nombre de figures littéraires de fous « artificiels ».

7 Voir Nicolas Kiès, « Retrouver la culture dans la nature : les bons mots involontaires dans la littérature facétieuse de la Renaissance », p. 228-233.

8 Anna Fontes Baratto, « Le bouffon et le courtisan », p. 41.

9 Ibid., p. 41 et 43. Voir aussi le chapitre XLVI du deuxième livre du Cortegiano de Castiglione, cité partiellement par Anna Fontes Baratto dans son article (par exemple dans l’édition d’Amedeo Quondam et Nicola Longo, p. 188-189).

10 Voir Bernard Guenée, art. cit., p. 664-666. À la suite de la communication d’André Stegman (« Sur quelques aspects des fous en titre d’office dans la France du XVIe siècle », p. 72), un intervenant signale également un passage de l’Histoire albigeoise de Pierre des Vaux-de-Cernay (XIIIe siècle) où un fou du comte de Toulouse aurait signalé à son maître le ridicule de son comportement par une plaisanterie. Mais le texte latin parle seulement d’un ioculator, soit un « plaisantin », et non pas d’un fou dont le comportement serait généralement étrange, mais qui se signalerait par des saillies inattendues. Les livres d’Enid Welsford (The Fool : His Social and Literary History) et de John Southworth (Fools and Jesters at the English Court, notamment p. 44-46) livrent aussi pour le domaine anglais quelques exemples qu’il n’est pas toujours évident d’interpréter. En somme, s’il est probable que des anecdotes de ce type circulent avant le XVe siècle, il ne semble pas moins que leur fréquence augmente sensiblement ensuite.

11 Depuis longtemps, des lecteurs attentifs ont relevé le problème (par exemple Eugénie Droz dans son édition du Le Recueil Trepperel, I. Les Sotties, p. 217) mais la force des habitudes et le manque de rigueur qui affecte un grand nombre des études consacrées aux fous de cour font toujours revenir l’hypothèse traditionnelle.

12 Jean Marot, Le Voyage de Venise, p. 127, v. 3099. Il est toutefois à noter que, dans le Roman de Renart (branche X), le valet de ferme du paysan Liétart se nomme également Triboulet, sans paraître insensé ni particulièrement idiot.

13 Noël Du Fail, Contes et discours d’Eutrapel, t. II, p. 111.

14 Voir une reproduction des deux portraits dans l’article de Bianca Maria Fratellini, « Da Marcolfo a Bertoldo : raffigurazioni e ritratti di nani e buffoni dal XIV al XVIII secolo », t. III, p. 123-160, notamment p. 136-137 (et p. 130 pour le bref commentaire). Sur la médaille en particulier, dont un exemple est conservé au Cabinet des médailles de la BnF, voir Gustave Vallier, « Iconographie numismatique du Roi René et de sa famille (deuxième lettre) », p. 25-56 ; et Bruno Roy, Pathelin : l’hypothèse Triboulet, p. 11 et n. 18 p. 129-130. Le bas-relief, quant à lui, est conservé à l’Allen Memorial Museum (Oberlin, Ohio).

15 Pour les témoignages sur Triboulet, voir Bruno Roy, op. cit., p. 11 et n. 22 p. 130 ou Maurice Lever, op. cit., p. 126-128. La référence d’Ambroise Paré à Triboulet se trouve dans Deux livres de chirurgie. 1. De la generation de l’homme […]. 2. Des monstres tant terrestres que marins […], Paris : André Wechel, 1573, Aix-en-Provence, B. Méjanes (G 577), p. 45 (ch. XI) : « [les opérations de l’âme] peuvent estre vitiees dés la premiere naissance, comme à ceux qui ont le sommet de la teste eslevé en poincte, comme l’avoient Tersites grec, Triboulet, et Thonin, tels n’ont jamais bonne ratiocination, et partant sont naturellement fols, à raison que les ventricules du cerveau, et autres organes sont angustes et pressez, partant l’ame ne peult faire ses œuvres. »

16 Voir Anna Fontes Baratto (art. cit., n. 2 p. 42-43) qui parle d’un portrait « oxymorique » de ce point de vue. Notons toutefois qu’il ne s’agit pas d’un portrait équestre, forme la plus courante du portrait de condottiere.

17 Le tableau original perdu nous est connu d’après une copie (XVIIe siècle) qui figure aujourd’hui dans les collections du musée des Beaux-Arts de Dijon. Une copie du XVIe siècle du seul portrait du fou se trouve également dans le recueil de portraits d’Arras (voir Visages d’antan. Le Recueil d’Arras (XIVe-XVIe s.)). Une dernière copie (XVIe siècle) du même tableau se trouve également au musée du château de Versailles.

18 Voir leur reproduction et leur analyse dans l’ouvrage de Muriel Laharie, op. cit., ou dans celui de Jean-Marie Fritz, Le Discours du fou au Moyen Âge (XIIe-XIIIe siècles). Étude comparée des discours littéraire, médical, juridique et théologique de la folie. Le célèbre tableau de Jean Fouquet représentant vers le début des années 1440 un fou de cour mal identifié témoigne de leur accession concomitante à une représentation figurée véritablement autonome et digne de ce nom. Le tableau figure aujourd’hui dans les collections de la Gemäldegalerie du Kunsthistorisches Museum de Vienne. Alors qu’on a longtemps identifié le portrait comme celui du Gonnella de Nicolas III d’Este, le héros des nouvelles de Bandello, Daniel Arasse a remis en cause cette hypothèse, préférant y voir le portrait type d’un fou de cour, synthèse de l’art minutieux de Fouquet dans la représentation du visage et de ses imperfections (voir Daniel Arasse, « Les portraits de Jean Fouquet », t. II, p. 61-73, notamment p. 70-71). L’article légèrement plus tardif de Carlo Ginzburg (« Le peintre et le bouffon : le Portrait de Gonella de Jean Fouquet », p. 25-39) ignore l’avis de Daniel Arasse et maintient le nom de Gonnella qu’il justifie de manière également intéressante.

19 Sur Triboulet auteur, voir Bruno Roy, op. cit., p. 7-18. L’auteur y rassemble les données connues sur Triboulet homme de théâtre et consacre le reste de son livre à démontrer l’attribution à Triboulet de la célèbre Farce Pathelin.

20 Gustave Vallier, art. cit., p. 53-56.

21 Sur cet aspect, voir Bernard Guenée, art. cit., p. 653-654 (et aussi 657) : « Toutes ces indications nous suggèrent une seule réalité. Les serviteurs du roi et des princes allaient chercher dans tout le royaume des enfants simples d’esprit, de petits innocents, de petits “imbeciles”. Parmi ceux-ci, les uns faisaient bien ce qu’on attendait d’eux. Les autres étaient renvoyés à leurs parents. Ceux qui restaient à la cour, souvent, mouraient jeunes. D’autres […] pouvaient y être entretenus pendant des dizaines d’années. »

22 Patrizia Romagnoli, « La mélancolie des sots », p. 119-138, notamment p. 123.

23 Les Vigilles Triboulet, dans Le Recueil Trepperel, éd. cit., p. 232, v. 225-228. Voir aussi le commentaire de Bruno Roy, op. cit., p. 13-15.

24 Ibid., v. 253-254. Voir l’article cité de Patrizia Romagnoli, p. 135-136 et n. 44 et Bruno Roy, op. cit., p. 17.

25 Les deux articles récents les plus précis sur les fous de cour considèrent que le même Triboulet a servi successivement les deux rois (André Stegman, « Sur quelques aspects des fous en titre d’office dans la France du XVIe siècle », p. 64-65, et Bernard Guenée, art. cit., p. 658-659). Il en est de même du livre de Maurice Lever (op. cit., p. 184-197).

26 Jean Marot, Les Deux Recueils, p. 226, v. 27-30. Les éditeurs font remarquer en note (p. 520-521) l’invraisemblance de l’hypothèse d’un unique Triboulet pour Louis XII et François Ier.

27 Pour les quittances (1523), voir l’article « fou » d’Auguste Jal (Dictionnaire critique de biographie et d'histoire : errata et supplément pour tous les dictionnaires historiques, p. 598-600), bien que l’auteur ne distingue pas non plus les deux Triboulet ; une quittance de 1526 est citée par Georges Guiffrey dans son édition des Œuvres de Clément Marot (t. 3, p. 373) et Alfred Canel (op. cit., p. 100-101) en a cité quelques autres. La chronique dont nous parlons est citée par les éditeurs des Deux Recueils (p. 521). Il s’agit de la chronique de Pasquier Le Moyne intitulée Le couronnement du roy François premier de ce nom, Paris : Gilles Couteau, 1520, in-4°, Aix-en-Provence, B. Méjanes (Rés. O 23), f. o1 r° : « Triboulet parmi les archiers qui faisoit rage sans mesure » (voir aussi f. d1 v° : « Ce neantmoins Triboulet à ces pompes / Y meneroit peult estre bien des trompes / S’il se mectoit en ses joyeulx esbatz »).

28 Jean Visagier, Hendecasyllaborum libri quatuor, Paris : Simon de Colines, 1538, in-16, Lyon, BM (Coll. Jés. Fontaines - SJ X 433/44), f. 71 v° (« Epitaph. Tribuli » et « Aliud »).

29 Rabelais, Tiers Livre, Œuvres complètes, Mireille Huchon (éd.), ch. 46, p. 493 : « Et ainsi comme il [Triboulet] voulant au roy Loys douzieme demander pour un sien frere le contrerolle du sel à Buzançay, demanda une cornemuse… »

30 Bonaventure Des Périers, Nouvelles Récréations et joyeux devis, Krystyna Kasprzyk (éd.), nouvelle 2 « Des troys folz, Caillette, Triboulet et Polite », p. 19-23. La première nouvelle « en forme de preambule » est en fait davantage un discours de l’auteur qu’un récit, et s’achève seulement sur quelques bons mots de « celuy de nostre temps, qui ha esté si plaisant en sa vie que, par une antonomasie, on l’ha appellé le plaisantin ».

31 Voir la table des noms propres dans l’édition citée de Krystyna Kasprzyk (p. 370), qui a noté l’ambiguïté des informations généralement reprises concernant Triboulet et la nécessaire distinction de deux fous homonymes.

32 Les voici : « Mundum dum morior prius relinquo, / Quàm ueni scierim quid actum in ipsum » et « Vixi morio, Regibúsque gratus / Solo hoc nomine : uiso num futurus / Regum morio sim Ioui supremo. »

33 Jean Marot, Les Deux Recueils, éd. cit., p. 22, v. 1-18.

34 Chez Érasme, en effet, contrairement à ce que l’on écrit souvent un peu rapidement, les morosophes sont ces fous qui se croient sages et veulent se faire passer pour tels. Dans sa traduction française, Jacques Chomarat a imaginé l’élégant mot de folisophe (Œuvres choisies, p. 115) et rappelle en note l’utilisation du terme de morosophe avec la même volonté de dérision par Lucien dans son Alexandre ou le faux prophète (dans l’édition de Marcel Caster et Pierre-Emmanuel Dauzat, p. 48-49, § 40).

35 Rabelais, Tiers Livre, éd. cit., ch. 38, p. 470.

36 De la même façon, l’anecdote rapportée par Pantagruel au chapitre 37 (le « fol Citadin de Paris », répondant au nom de Seigny Joan, rendant au sujet d’une controverse inextricable un jugement digne de Salomon) est une amplification d’un cas juridique connu par ailleurs, que Rabelais met en scène en inventant les détails narratifs, comme l’attribution de l’histoire au personnage de « Seigny Joan ». S’ingénier à restituer la figure de ce fou d’après Rabelais, comme on l’a parfois fait, s’apparente à une investigation à contresens. Sur l’origine de l’anecdote de Rabelais, voir Stéphan Geonget, La Notion de perplexité à la Renaissance, p. 119-127.

37 Rabelais, Tiers Livre, éd. cit., ch. 45, p. 491.

38 Des Périers, op. cit., p. 23.

39 Ibid., p. 2.

40 Voir le détail dans l’ouvrage de Lionello Sozzi, Les Contes de Bonaventure Des Périers : contribution à l’étude de la nouvelle française de la Renaissance, p. 151-155. Lionello Sozzi note la différence de traitement de l’histoire entre L’Arioste et Des Périers : là où l’Italien met en avant la morale de l’histoire (il faut modérer son ambition et ne pas désirer ce qui dépasse ses capacités), le Français s’attache seulement à l’aspect plaisant de l’anecdote. Ajoutons que, dans sa thèse (p. 72-73), Tatjana Silec a mentionné une histoire similaire dans l’Ipomedon d’Huon de Rotelande (fin du XIIe siècle), où le héros se fait passer pour fou par une équipée semblable.

41 Voir Alexandra Zvereva, Les Clouet de Catherine de Médicis. Chefs-d’œuvre graphiques du musée Condé, n° 80, p. 162 et 164. L’auteur, tout en citant partiellement l’épitaphe de Jean Marot, ne distingue pas le Triboulet de Louis XII et celui de François Ier.

42 Voir à ce sujet les remarques de Bianca Maria Fratellini (art. cit., p. 131-135), pour qui ce dessin joint à ceux des fous d’Henri II également présents dans la collection des Clouet de Marie de Médicis, traduisent la transformation du fou de cour en amuseur professionnel. Sur les autres dessins, voir le catalogue d’Alexandra Zvereva, Portraits dessinés de la cour des Valois. Les Clouet de Catherine de Médicis, cat. n° 237, 391-392.

43 Jean-François Dreux du Radier, op. cit., p. 7.

44 Ibid., p. 8.

45 Gilles Corrozet, Divers propos memorables des nobles et illustres hommes de la Chrestienté, Paris : Gilles Corrozet, 1557, f. 122 v°-123 r° : « Facetie du fol du Roy Alphonse ».

46 Guillaume Bouchet, Les Serées, C.-E. Roybet (éd.), t. V, 3e livre, 34e serée, p. 52.

47 Voir par exemple le cas de la sixième anecdote de Dreux du Radier, rattachée par Alfred Canel (op. cit., p. 114-115) à un fait rapporté par l’historien Pierre Matthieu à propos d’un fou obscur nommé Amaril (Histoire de Louys XI, Paris : Guillemot, 1628, Lyon, BM (Coll. Jés. Fontaines SJ IF 199/10), p. 267, marginalia) et à l’un des Iocoseria d’Otho Melander.

48 Lodovico Domenichi, Facetie et motti arguti di alcuni eccellentissimi ingegni, et nobilissimi signori, Florence : [Lorenzo Torrentino], 1548, in-8°, f. F1 r°-v°.

49 Montaigne, Les Essais, Pierre Villey et V.-L. Saulnier (éd.), livre I, chapitre 21, p. 105.

50 Voir Bernard Guenée, art. cit., p. 660 et Maurice Lever, op. cit., p. 197-199.

51 Brantôme, Œuvres complètes, II Grands capitaines estrangers, Ludovic Lalanne (éd.), p. 266 (vie du Maréchal Strozzi). C’est précisément autour du cas de Brusquet que Guillaume Bouchet articule la serée que nous avons citée plus haut, intégralement consacrée aux « fols, plaisans, ydiots, et badins », dans laquelle l’un des personnages confie sa difficulté à reconnaître un fou d’un sage : « Ce qu’a monstré celuy qui a faict la langue Italianisée [c’est-à-dire l’auteur des Deux dialogues du nouveau langage françois italianizé, Henri Estienne], quand il ne sçait où mettre Brusquet le trouvant aussi sage que ceux qui le prenoient pour un bouffon, qui faisoit dire à l’autheur de ce livre, que Brusquet n’estoit pas si fol qu’on le faisoit » (op. cit., t. V, p. 50). On trouvera le texte d’Estienne auquel Bouchet fait référence dans l’édition moderne procurée par Pauline Mary Smith (p. 94).

52 Nous empruntons ce vers qui nous a également fourni notre titre au deuxième coq-à-l’âne de Clément Marot (Œuvres satiriques, Claude Albert Mayer (éd.), p. 130, v. 141).

53 Notons que c’est déjà là une partie du propos du Débat de Triboulet et de la Mort qui s’ouvre sur un prologue (v. 1-12) qui invite tous les fous (c’est-à-dire tous les hommes) à réfléchir sur la mort de Triboulet (voir Bruno Roy, Pathelin : l’hypothèse Triboulet, p. 8).

54 Montesquieu, Lettres persanes, Paul Vernière et Catherine Volpilhac-Auger (éd.), 78e lettre, p. 268.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guillaume Berthon, « « Triboulet a frères et sœurs » – Fou de cour et littérature au tournant des XVe et XVIe siècles », Babel, 25 | 2012, 97-120.

Référence électronique

Guillaume Berthon, « « Triboulet a frères et sœurs » – Fou de cour et littérature au tournant des XVe et XVIe siècles », Babel [En ligne], 25 | 2012, mis en ligne le 01 décembre 2012, consulté le 22 juin 2017. URL : http://babel.revues.org/2009 ; DOI : 10.4000/babel.2009

Haut de page

Auteur

Guillaume Berthon

Université du Sud Toulon-Var
Laboratoire Babel (EA 2649)

Guillaume Berthon, ancien élève de l’École normale supérieure (Ulm), est maître de conférences en littérature de la Renaissance à l’Université du Sud Toulon-Var. Il est l’auteur d’une thèse intitulée « L’intention du Poëte ». Du pupitre à la presse, Clément Marot autheur, dont il prépare actuellement la publication.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Babel. Littératures plurielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire Babel
  • Logo Université de Toulon
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org