Navigation – Plan du site

« Pausa si sotinet ne sonne ». Fous et folies dans Le Mystère de saint Vincent

Xavier Leroux

Résumé

Dans Le Mystère de saint Vincent (Angers, 1471 et 1476 ?) tel qu’il nous est parvenu dans le ms. BnF, fr. 12538, les formes traditionnelles de la folie sont représentées de manière marginale et souvent allusive. L’étude du paradigme morphologique du mot folie dans la pièce permet cependant de définir trois formes de folie qui, au-delà du critère religieux qui opposerait diamétralement le christianisme au paganisme, se distinguent et se complètent d’une manière asymétrique. La détermination de ces différents types de folie dans le mystère révèle dans le discours du Mystère de saint Vincent une forme de conservatisme que l’étude d’autres mystères plus tardifs vérifierait sans doute. Elle permet du moins faire l’hypothèse que le discours des mystères assure jusqu’au cœur du XVIe siècle la permanence de la pensée médiévale sur la question de la folie.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Le rôle de la folie dans la sottie n’a véritablement été étudié qu’avec l’ouvrage d’Olga Anna Dull (...)
  • 2  Charles Mazouer, Le Théâtre français du Moyen Âge, Paris, SEDES, 1998, p. 375.
  • 3  Mazouer 1998, p. 374.
  • 4  X. Leroux, ‘Fin sans Fin’ – Travaux de philologie et études sur le théâtre du Moyen Âge, Dossier d (...)

1Quand il s’agit de réfléchir à la place et à la fonction qu’occupe la folie sur les tréteaux du théâtre médiéval, on songe immédiatement à ce genre si particulier qu’est la sottie1. En effet, probablement avec « le bonnet à oreilles et le sceptre de la folie qu’est la marotte »2, le Sot y assume ouvertement le rôle du Fou afin de démasquer cette folie que le monde dissimule sous l’apparence d’une sagesse raisonnable. Jouant de cette ambivalence entre « une folie négative, qui est vice et l’oublie », et « une autre qui dénonce le vice et ouvrira, en particulier avec Érasme, à la véritable sagesse »3, la sottie illustre d’une manière exemplaire l’évolution que connaît la notion de folie à la charnière du Moyen Âge et de la Renaissance. Toutefois, dans l’esprit des chercheurs, l’omniprésence de la folie dans la sottie semble occulter la place plus discrète qu’elle occupe sur la scène des mystères médiévaux. Or c’est à cette question que nous consacrerons ces quelques pages en appuyant notre étude sur Le Mystère de saint Vincent dont nous avons dernièrement proposé la première édition critique4. En effet, tout en étant très représentatif de ce genre dramatique, ce mystère angevin offre cet avantage de mettre en scène l’évolution d’un personnage païen progressivement conduit à la folie par la constance du martyr chrétien auquel il est confronté.

2Conservé dans un seul manuscrit à la Bibliothèque nationale de France sous la cote BnF, fr. 12538, Le Mystère de saint Vincent est un texte anonyme composé à la fin du XVe siècle. Représenté en 1471 à Angers en présence de René d’Anjou, de son épouse, Jeanne de Laval, et de son frère, Charles du Maine, le texte a ensuite été remanié en vue d’une représentation prévue au Lude en 1476. Ce mystère long d’un peu plus de 15.000 vers est une dramatisation du martyre de saint Vincent de Saragosse. Envoyé à Valence en Espagne par les empereurs romains Dioclétien et Maximien pour mater les chrétiens, le sénateur Dacien exécute sa mission avec zèle et cruauté. Devant la résistance de l’évêque Valérien et de son jeune diacre Vincent qu’il ne parvient pas à ramener à sa raison, Dacien condamne le premier à l’exil et soumet le second à de nombreux supplices. L’essentiel du mystère est consacré à la mise en scène des tortures ordonnées par Dacien à ses quatre bourreaux aux noms très suggestifs, Bavart, Heurtaut, Cruquart et Grimaut.

Les formes traditionnelles de la folie : du Stultus au Rusticus

3Au rang des personnages anecdotiques que compte un mystère médiéval se trouvent les personnages du Stultus (ou du Fou) et du Rusticus (ou du Vilain) qui favorisent traditionnellement l’irruption de la folie dans le déroulement du jeu.

Le Stultus ou la part manquante

  • 5  Reproduction de ce Stultus, telle qu’elle apparaît dans les premières pages du deuxième tome de l’ (...)

4Dans la grande majorité des mystères de la fin du Moyen Âge, le personnage du Stultus est très attendu. Comme paraît en attester la fameuse représentation du personnage dans le manuscrit 1131 de la Bibliothèque Sainte-Geneviève (voir ci-contre5), le Stultus porte les attributs du Fou. Marotte en main, il incarne sur la scène cette folie parodique, virulente et souvent crue qui ne manque pas de dénoncer les travers du monde et donc des spectateurs. Ainsi, le Stultus s’apparente au Sot de la sottie.

  • 6  D’après Henry Rey-Flaud, Pour une dramaturgie du Moyen Âge, Paris, PUF, 1980, p. 25.

5Sa fonction est également de prendre des distances avec l’action dramatique et les questions théologiques qui la sous-tendent et font parfois l’objet de longs développements. C’est cette fois l’illustration du Martyre de sainte Apolline réalisée par Jean Fouquet qui nous montre à quel point le Stultus est capable d’intervenir dans les moments les plus tragiques pour tourner en dérision ce qui paraît le plus digne de compassion6 :

6Voici de quelle façon Henri Rey-Flaud décrit la scène reproduite ci-dessus :

  • 7  Rey-Flaud 1980, p. 24.

sainte Apolline, ligotée sur une planche, est torturée par quatre bourreaux : deux tendent un cordage qui lui serre les chevilles, un autre lui tire les cheveux, le quatrième lui arrache les dents avec une gigantesque pince. Sur l’extrême gauche, le Fou qui lui tourne le dos a défait ses braies et, en signe de dérision, lui montre ses fesses.7

7Pareille situation pourrait bien être transposée au Mystère de saint Vincent : on imagine aisément le Stultus tournant autour des bourreaux affairés à supplicier Vincent. Malheureusement, le texte du mystère qui nous est parvenu ne garde pas la trace d’une telle mise en scène et rien ne nous permet d’affirmer qu’un Fou intervenait effectivement sur scène.

8Le texte ne contient en fait que deux références indirectes au personnage du Fou qu’il convient de mentionner ici brièvement, mais qui restent sans incidence réelle sur l’analyse globale de la fonction de la folie dans l’œuvre.

  • 8  Voir l’article de Marianne Gilly-Argoud, « Les fous en image à la fin du Moyen Âge – Iconographie (...)
  • 9  Voir, dans ce volume, à la p. 25.

9Sur le point de décapiter un chrétien, Bavard affirme qu’[o]ncques le foul bourreau de Lan / et de Lion et de Bordeaux / ne s’aida si bien de cordeaulx, / de fourches ne de dolouëres / que [luy] ne en tant de manieres (v. 13679-13683). Prétentieux comme il se doit, ce sinistre bourreau voudrait se faire passer ainsi pour un maître en son art. Toutefois, n’ayant pu établir sur quoi se fonde la folie, semble-t-il réputée, du foul bourreau de Laon, de Lyon ou de Bordeaux, il nous faut bien avouer que le sens de cette vantardise nous échappe. Conformément à ce que laisse penser l’illustration du Martyre de sainte Apolline qui mêle un Fou aux bourreaux situés autour de la jeune fille, le syntagme foul bourreau semble fondre en un seul personnage la cruauté du bourreau et la dérision du Fou. L’association a priori contradictoire de ces deux tensions dramatiques est peut-être confortée par le costume des bourreaux. En effet, comme paraissent l’indiquer les sources iconographiques étudiées dans ce volume par Marianne Gilly-Argoud, il n’est pas impossible que les bourreaux soient affublés d’un couvre-chef témoin de leur folie8 ou soient « en habits de fou de cour »9, comme les bourreaux du Christ dans une peinture murale de Saint-Maurice-de-Gourdans.

10Plus loin dans le mystère, Dacien envoie l’un de ses bourreaux à la recherche de marins pour jeter la dépouille de Vincent dans la mer. Apercevant deux notonniers, Grimaut s’écrie : Je croy que je voy la deux foulx (v. 14610), puis s’adresse à eux : Qu’esse que vous avez aux coulx ? / De qui estes vous bastonniers ? (v. 14611-14612). Les deux hommes de répondre qu’ils sont marins et d’ajouter : Au coul avons noz avirons (v. 14615). Par plaisanterie (ou par bêtise), à cause des rames qu’ils ont suspendues à leur cou sans doute à l’aide une corde, Grimaut a pris ces deux marins pour des bastonniers, autrement dit des officiers municipaux qui portent des bâtons lors des processions. Il n’est pas impossible qu’en les désignant d’emblée comme deux foulx, Grimaut s’amuse à prendre leurs avirons pour des marottes.

11Si ces deux références inscrivent bien le personnage du Fou dans l’univers dramatique du mystère, elles demeurent marginales et ne trouvent pas d’écho dans le mystère.

Le personnage du Vilain

  • 10  Gilles Roussineau, « La représentation du Mystère de saint Vincent, joué à Angers en 1471 », Revue (...)

12On constate néanmoins dans Le Mystère de saint Vincent que le rôle du Vilain est traité par le copiste (ou le remanieur du texte) de la même façon que celui du Stultus dans plusieurs autres mystères du XVe siècle. En effet, à deux reprises, aux f. 59r° et 69v°, le copiste laisse vierge la quasi totalité d’une page après avoir écrit la rubrique annonçant une réplique attribuée au Vilain. Le fait que l’espace nécessaire a été ménagé pour la copie de ces répliques semble indiquer que l’intention du copiste était initialement qu’elles apparaissent dans le manuscrit. En revanche, leur absence tient très probablement au fait que ces répliques « devaient appartenir au répertoire traditionnel relatif au rôle du vilain »10.

  • 11  Voir Le Mystère de sainte Barbe en cinq journées, Mario Longtin et Jacques Lemaire (éds), Orléans, (...)
  • 12  Voir La Pacience de Job, mystère anonyme du XVe siècle (ms. fr. 1774), Albert Meiller (éd.), Paris (...)
  • 13  Mazouer 1998, p. 238.
  • 14  Le texte de cette pièce jouée au XVIIIe siècle sur le versant italien des Alpes, dans la vallée de (...)

13Le même procédé est relevé d’une manière récurrente dans Le Mystère de sainte Barbe en cinq journées. Le copiste omet souvent d’inscrire l’intervention du Stultus et note simplement l’indication scénique : Stultus loquitur11. Dans La Pacience de Job, nous relevons encore : Cy parle le fou12. Charles Mazouer relève aussi le même phénomène dans Le Mystère de saint Sébastien13, à quoi vient s’ajouter le cas de l’Histoire de saint André, apôtre et martyr14. Si ces procédés peuvent dans la forme différer (puisque l’espace nécessaire n’est pas systématiquement réservé dans tous ces manuscrits pour une copie ultérieure du texte), la situation reste fondamentalement la même : le copiste signale l’insertion d’une tirade du Stultus, du Fou ou du Vilain dont le texte n’est pas donné.

14On pourrait croire – et certains considèrent effectivement – que ces répliques sont omises parce que le scribe censure le texte. Mais, selon nous, ce n’est certainement pas pour des raisons de convenance que ces répliques n’ont finalement pas été copiées. Si le discours du Vilain est bien connu pour ses grivoiseries et ses grossièretés, cette caractéristique n’explique pas la situation présente. Si tel était le cas, plusieurs autres répliques de notre texte auraient connu le même sort. D’ailleurs, les deux exemples relevés aux f. 59r° et 69v° suffisent à prouver que l’intention du copiste n’est assurément pas d’écarter ces deux répliques du Vilain. C’est donc ailleurs qu’il faut chercher l’explication d’une telle manière de procéder à la copie du texte dramatique.

  • 15  Les interventions du Vilain (et parfois de sa femme) sont des parties mouvantes du texte dramatiqu (...)

15De notre point de vue, ces répliques manquent parce que le scribe n’en dispose pas au moment de copier cette partie du mystère et que, pour une raison qui nous échappe, il n’a pas pu les reporter ensuite dans les espaces réservés à cet effet. Comme l’écrit G. Roussineau, ces tirades appartiennent « au répertoire traditionnel relatif au rôle du vilain ». Il revient donc à l’acteur qui jouera le Vilain de composer ou d’improviser ses répliques, dont la longueur et le contenu pourront varier selon les circonstances de la représentation15. Ainsi, par ces indications scéniques et cette organisation de la copie du texte qui signalent clairement les différentes interventions du Vilain, le copiste ne décide pas d’omettre une portion du texte. Au contraire, il voudrait faire en sorte qu’une partie du texte qui sera composée par un autre ne soit pas omise.

16à bien y regarder, on s’aperçoit encore que Le Mystère de saint Vincent signale une troisième réplique manquante, également attribuée au Vilain. En effet, après le v. 5096, le fatiste a prévu dans une indication scénique la possibilité de faire intervenir à nouveau ce personnage : Ilz menjuent touz ensemble a celle heure et donnent au villain et a la vueille a couste. Cette fois pourtant, le copiste ne laisse pas l’espace nécessaire où reporter ensuite le texte d’une scène probablement comique jouée par le Vilain et la vueille ‘la vieille’. Une telle différence de traitement peut résulter du fait que le fatiste, en l’occurrence, laisse au metteur en scène le choix entre un intermède musical et une petite farce, puisqu’il ajoute cette autre indication scénique : Pausa si sotinet ne sonne ‘Pause (musicale) si le petit sot ne parle pas’. Mais ce n’est là qu’une hypothèse et on pourrait également supposer que l’ajout de ce passage n’a été décidé que tardivement. En revanche, il est important de noter que cette seconde indication recourt au diminutif sotinet pour désigner le Vilain.

17Dans Le Mystère de saint Vincent, le rôle du Stultus n’est donc pas prévu en tant que tel. Pourtant, le traitement réservé au texte du Vilain et la terminologie employée dans cette dernière indication scénique laissent penser que ce personnage pouvait ne faire qu’un avec celui du Fou.

18Les trois interventions prévues pour ce Vilain(-Fou) s’inscrivent dans le déroulement d’une fête païenne. Sa première réplique, qui aurait dû être copiée au f. 59r°, s’insère dans une suite de répliques où chaque personnage dit quelle offrande il prévoit d’apporter aux dieux. La seconde réplique du Vilain, prévue au f. 69v°, se trouve dans une suite de répliques où chaque personnage présente cette fois son offrande aux dieux. Enfin, après le v. 5096, quand le fatiste propose de faire intervenir le Vilain accompagné d’un personnage féminin, il s’agit de fournir un intermède comique et facultatif pendant le festin qui clôt la fête païenne. Ainsi, contrairement au Fou qui jette un regard distancié sur l’action théâtrale, ce Vilain-là trouve discrètement sa place dans le récit dramatique et se rapproche de cette manière du personnage du Rusticus.

19S’il nous est impossible d’évaluer la folie qui devait caractériser ces trois interventions, il paraît évident qu’elle avait pour fonction de discréditer la cérémonie païenne et, a contrario, de revaloriser la foi chrétienne. Si donc il était bien un avatar du Fou, le Vilain du Mystère de saint Vincent n’était pas, comme le Sot de la sottie, celui par qui est dénoncée la prétendue sagesse du monde. Il ne porte pas un regard critique sur le monde représenté. Contrairement au Fou du Martyre de sainte Apolline qui force le public à prendre des distances avec le supplice du martyr, le Vilain du Mystère de saint Vincent contribue directement à l’élaboration du message édifiant de la pièce qui cherche à promouvoir et glorifier les vertus du martyre chrétien.

Le Rusticus

20Une brève scène du Mystère de saint Vincent fait apparaître une autre forme traditionnelle de la folie dans les mystères. Se rendant à Valence pour annoncer l’arrivée de son maître Dacien, le messager Brisevent demande son chemin à un laboureur :

                 Brisevent
                  […]                             Icy doibt chanter le laboreur.
                 Viens ça, villain ! Enseigne moy
                 le chemin de cy a Valence.

                 Le laboureur
3068          Quelle heure il est ? Vroyment, je pence
                 qu’il est ung poy aprés medi.

                 Brisevent
                 Ce n’est pas ce que je te di,
                 sanglant truant, villain mastin !
3072          De fievre soies tu espousé.

                 Le laboureur
                 Il n’a point esté arousé,
                 par noz dieux, dont c’est grant dommaige,
                 car il y fust venu, ce croi ge,
3076          bien largement feves et orge !

                 Brisevent
                 Tu soys pendu par my la gorge !
                 Cela n’est pas ce que je quiers !
                 Dy moy acoup, je t’en requiers,
3080          ou va ce chemin proprement.

                 Le laboureur
                 Il en yra bien aultrement,
                 par ma foy, l’annee qui vient.
                 Mectre du fumier y convient,
3084          pour ce que la terre est trop maigre.

                 Brisevent
                 Vecy bien pour pisser vin aigre !
                 Comment ce truant cy respont !

                 Le laboureur
                 Ce fut a cheoirs dessus ung pont
3088          que je me rompy ceste espaulle,
                 mon doulx seigneur.

                 Brisevent
                                      Quel coup de gaulle !
                 Par Jupiter, tu me diras
                 le chemin ou tu mauldiras
3092          l’eure de quoy oncq tu me vis !

                 Le laboureur
                 Il a quatre ans, ce m’est advis…
                 Non a ! Il n’y en a que trois
                 qu’il y erent de plus gentilz poys
3096          qu’onques bouche d’omme mengea.

                 Brisevent
                 Coment ne me diras tu ja
                 par ou c’est que je doy aller ?
                 Tu te feras ennuyt galler,
3100          si tu ne respons autrement.

                 Le laboureur
                 Ce fut au temps tout proprement
                 que ma truye eut quinze goretz
                 qui mengerent touz mes poretz
3104          et fougerent tout mon courtil.

                 Brisevent
                 Vien ça, truant ! T’apartient il
                 de te mocquer de gens de bien ?

                 Le laboureur
                 Nenny, dea non, je le scey bien !
3108          Il ne l’eust jamais daigné faire,
                 supposé qu’il le fist reffaire
                 a ses propres coustz et despens.

                 Brisevent
                 Par Apolo, si je te prens,
3112          je te batray bien doulx et ventre.

                 Le laboureur
                 Voire, par ma foy, s’il y entre
                 vache, pourceau ne autre beste,
                 je vueil qu’on me tranche la teste,
3116          si jamais s’en retournent vifs.

                 Brisevent
                 Par noz dieux, vecy bon devis !
                 Ce ribault respont au rebours.
                 Je te bactray comme ung vueil ours,
3120          par Jupiter, a ceste foiz !

                 Le laboureur
                 Or y mectez pour veoirs les doiz.
                 Vous n’estes pas assez hardi !
                 Il fut icy l’autre mardi
3124          et en emporta mon argent.
                 Que mauldit en soit le sergent !
                 Non pas mauldire, mais au fort
                 le grant deable d’enfer l’emport !
3128          Non pas emporter proprement,
                 mais entrainer amerement,
                 car il ne me laissa onc maille !

                 Brisevent
                 Et fault il donc que je m’en aille
3132          sans que ce villain rien m’enseigne ?
                 Tu en porteras mon enseigne
                 dessus ta teste et sur ton doulx !
                 Or tien, paillart !            Brisevent bacte le laboureur et le
                                                   laboureur se refforce, et tellement
                 Le laboureur                    que Brisevent s’en fuye
                       Vous mocquez vous ?
3136          Par noz dieux, vous le comparez
                 et quel bras je porte saurez !
                 Revenez, revenez avant,
                 et vous verrez dorenavant
3140          de quel mestier je sçay jouer !
                 Aller ailleurs voz beufs nouer
                 et garder que ne vous ratrappe !

                 Brisevent
                 Comme ce villain ordoulx frappe !
3144          Que fievre le puisse espouser !

21Le laboureur incarne le rôle du Rusticus dans une scène conventionnelle du théâtre médiéval. Évidemment rustre et grossier, il offre aux spectateurs un intermède comique artificiellement rattaché à la trame du mystère par le biais du messager.

22De prime abord, la folie du laboureur ne paraît être ici qu’une forme d’idiotie : le paysan semble incapable de comprendre les questions du messager et donc d’y répondre convenablement. Toutefois, on notera que Brisevent ne lui reproche pas de ne pas savoir répondre, mais de répondre au rebours (v. 3118) : le discours du laboureur introduit discrètement le personnage et l’univers dramatique dans le monde de l’inversion.

  • 16  Quelle heure est-il ? Vroyment, je pence / qu’il est ung poy aprés medi (v. 3068-3069), l’annee qu (...)

23Parti pour annoncer l’arrivée de Dacien aux habitants de Valence, Brisevent s’aperçoit qu’il n’en connaît pas le chemin. Cette absence de repères dans l’espace est doublée d’un bouleversement temporel. En effet, le laboureur abordé par le messager s’applique à brouiller tout ancrage dans le temps par une profusion de références confuses et parfois contradictoires16. Enfin, le décalage linguistique est révélé, d’abord, par l’impossibilité pour Brisevent de se faire comprendre du laboureur qui lui respont au rebours (v. 3118) et, ensuite, par le soin surprenant que le paysan met à rechercher le mot juste dans les v. 3125-3130. En quête d’un discours en adéquation avec la vérité, ce laboureur est l’illustration grossière de l’homme à la recherche d’une connaissance juste du monde. La quête du laboureur s’affirme ainsi au détriment de celle du messager qui doit poursuivre son chemin sans avoir rien appris du Rusticus (v. 3131-3132).

24Dans le déplacement de l’action dramatique de Rome à Valence que matérialise celui du messager, cette rencontre avec le laboureur assure la solution de continuité entre les deux villes. Cette rupture est provoquée par un brouillage des repères géographiques, chronologiques et linguistiques. Elle participe de la remise en question de la religion païenne brutalement confrontée à la foi chrétienne qui se répand à Valence. L’introduction du spectateur dans l’univers de Valence implique par conséquent la négation du paradigme romain. Une fois encore, l’apparition furtive d’une forme traditionnelle de la folie dans le mystère sert le message édifiant de la pièce au détriment du paganisme.

L’emploi du paradigme morphologique de la folie

25Si la folie est à peine représentée dans Le Mystère de saint Vincent par deux références indirectes au Fou, par un Vilain dont le rôle est omis et par un laboureur dont l’intervention apparaît d’abord comme un intermède comique, le paradigme morphologique du mot folie est en revanche bien employé dans l’ensemble du texte. Nous relevons le nom folie (x 11), le mot foul et son féminin folle (x 69), l’adjectif follastre (x 6), l’adverbe follement (x 4) et le verbe affoler (x 6) dont le rattachement morphologique au paradigme de la folie reste problématique.

  • 17  Michel Foucault, Histoire de la folie à l’âge classique, Paris, Gallimard, 1972, p. 28.

26À une époque où, sur la scène des farces et des sotties, le Fou prend de plus en plus d’importance, car « [l]a dénonciation de la folie devient la forme générale de la critique »17, l’étude systématique de ces diverses occurrences devrait permettre d’établir ce qu’un tel paradigme recouvre effectivement dans une forme de discours qui cherche d’abord l’édification d’un public certes hétéroclite, mais surtout populaire. Sans être réductrice, la prise en compte des circonstances énonciatives du texte dramatique amène à bien considérer que, sa réception devant être immédiate et efficace, la charge sémantique des termes appartenant au paradigme du mot folie doit clairement s’inscrire dans un réseau de sens cohérent et directement identifiable par le public.

  • 18  J. Picoche, « Humilité et modestie : histoire lexicale et histoire des mentalités », dans Mélanges (...)

27Cette brève étude s’inscrit ainsi notamment dans la lignée des travaux de Jacqueline Picoche qui considère que la reconstitution du réseau lexical d’un groupe linguistique éloigné dans le temps permettrait d’établir « la représentation que les membres de ce groupe linguistique se font du monde » et de « mesurer les changements intervenus d’un point du temps à l’autre dans la représentation du monde ou, de façon plus limitée, dans la représentation du psychisme humain »18.

La folie des païens ou la creance decepvable

28Le mot folie est le plus fréquemment utilisé pour désigner le fait de croire en de faux dieux. Dans ce cas, le substantif apparaît dans les répliques de Valérien et Vincent, quand ils s’opposent aux tenants de la religion païenne.

  • 19  Un peu plus tôt, Vincent affirmait au peuple de Valence que leurs ydolles / ne sont riens fors que (...)

29Après avoir deux fois traité Dacien de foul enragé (v. 7070, 7075), Valérien l’assure qu’il n’a jamais fait pire folie (v. 7077) que de croire en ceste deablerie (v. 7076) que représentent en l’occurrence les idoles païennes19. L’évêque de Valence ajoute alors, en s’adressant toujours au sénateur romain : Ta creance est moult decepvable (v. 7078) ; il définit ainsi cette folie comme une creance decepvable, autrement dit une croyance trompeuse, qui induit en erreur ou provoque l’illusion. Ainsi, lorsque les termes foul et folie renvoient à cette forme de folie, on trouve fréquemment les mots erreur et abusion dans leur entourage.

  • 20  Voir infra la citation du même syntagme au v. 11488 avec la même valeur et dans un contexte simila (...)
  • 21  Contrairement à Dacien qui ne se convertit pas, un païen qui renie sa foi implore Dieu de l’arrach (...)
  • 22  Qui envers ses dieux se humilie / et les croit, il fait grant folie (v. 8258-8259).
  • 23  Tes langaiges sont fiers et haulx, / farciz d’erreur et de folie (v. 9012-9013) ; plus tôt dans le (...)

30Dans la même scène, Vincent prévient Dacien qu’il fera bientôt le constat de sa grant folie (v. 7081)20, quand la preuve lui sera donnée de la supériorité de Jésus-Christ sur ses fausses idoles. Peu après, pour l’arracher à cette croyance, l’évêque et son diacre entreprennent de convaincre Dacien en luy remonstrant sa folie / et comment le deable le lie / en faulse erreur (v. 8208-8210)21. La suite de la scène montre alors que, s’il réfère directement au fait d’adhérer fermement à une fausse croyance, le mot folie peut aussi désigner par métonymie ce qui manifeste cette croyance : Vincent condamne ainsi la soumission de l’homme aux dieux païens22 ; il dénigre également les arguments péremptoires et erronés de Dacien23.

  • 24  ‘Est fou celui qui préfère ce monde terrestre à la joie céleste’.

31Enfin, Vincent s’enflamme contre Dacien qui le pousse à renier son dieu pour être pardonné de [t]out le delict et le forfait (v. 8552) commis contre les dieux païens. Le jeune diacre s’écrie alors qu’il serait foul (v. 8564) de l’écouter. En effet, s’il suivait ce conseil, Vincent s’abandonnerait à la folie dont il accuse lui-même son tortionnaire : il ferait prévaloir son bien-être terrestre au risque de perdre les joies célestes promises aux saints. Telle est l’alternative qui se présente à l’homme et que Vincent résume sentencieusement, quand les archanges viennent le réconforter dans sa geôle : Foul est qui ce seicle terrestre / a joye celeste aprecie (v. 12782-12783)24.

32La formule employée par Vincent pour définir la folie dénoncée par les chrétiens renvoie à celle de la stultitia, qui intervient directement, selon Thomas d’Aquin, dans le discernement des fins dernières :

  • 25  Thomas, ST, IIa IIae, q. 46, a. 2, r. Traduction française de V. Vergiette : Thomas d’Aquin, ST, L (...)

La sottise (stultitia) comporte une certaine stupidité dans le jugement, et principalement en ce qui concerne la cause suprême, qui est la fin ultime et le souverain bien. Mais on peut souffrir de stupidité dans le jugement de deux façons. Premièrement en vertu d’une mauvaise disposition naturelle, comme il apparaît chez les déments. Cette sottise-là n’est pas un péché. Deuxièmement, parce que l’homme est tellement plongé par les sens dans les choses terrestres, qu’il en devient inapte à percevoir les choses divines (…). Et une telle sottise est un péché.25

33En l’occurrence, la mise en scène du personnage de Dacien dans la 1re journée du Mystère de saint Vincent nous assure que sa stultitia est due à un intérêt excessif pour les choses terrestres. La folie du romain est donc condamnable ou simplement, comme le dit Vincent, dampnable (v. 7079). Plus radical encore, Valérien estime que Dacien va son dampnement serchant (v. 7071). Ainsi taxé de cette forme de folie, Dacien est clairement présenté comme un pécheur.

  • 26  Notons que, dans l’exemple déjà cité des v. 6290-6291, le messager rapporte l’opinion des chrétien (...)

34Contrairement à celles que nous verrons ensuite, cette première forme de folie est donc spécifiquement liée à la croyance religieuse et reflète exclusivement le point de vue des chrétiens. Ainsi, quand ils renvoient à la notion fondamentale de fausse croyance, les termes qui relèvent du paradigme morphologique du mot folie se trouvent presque systématiquement dans la bouche d’un chrétien26 et s’inscrivent directement dans la définition de la folie païenne fournie par saint Paul dans l’épître aux Romains :

  • 27  Épître aux Romains 1, 21-22.

ayant connu Dieu, ils ne lui ont pas rendu comme à un Dieu gloire ou actions de grâces, mais ils ont perdu le sens dans leurs raisonnements et leur cœur inintelligent s’est enténébré : dans leur prétention à la sagesse, ils sont devenus fous27

35Coupable et réservée au domaine religieux, cette folie répond précisément à l’une des acceptions du mot fol dans la typologie de Jean-Marie Fritz :

  • 28  J.-M. Fritz, Le Discours du fou au Moyen Âge (XIIe-XIIIe siècles). Étude comparée des discours lit (...)

4 / Dans un contexte religieux, cette même valeur éthique peut donner au mot fol le sens de « coupable, pécheur, révolté contre Dieu ». Dans les chansons de geste, fol est souvent associé à mescreant pour désigner les infidèles ; fole creance signifie le « paganisme » […].28

  • 29  Par exemple, la même forme de folie est exprimée à l’identique dans cette réplique du Mystère de s (...)

36S’inscrivant ainsi dans une approche de la folie commune aux mystères de la fin du Moyen Âge29, le fatiste du Mystère de saint Vincent recourt le plus souvent au mot folie pour désigner négativement le paganisme mis en scène et soutenir le message édifiant de la pièce. On ne s’étonne pas dès lors que les deux clercs tiennent le sénateur romain et ses sbires pour des foulx, mais on verra plus loin que l’emploi de ce terme dénonce en fait chez Dacien un autre type de folie.

La folie des chrétiens

37De leur côté, les païens ne manquent pas d’insulter Valérien, Vincent et les chrétiens qu’ils traitent régulièrement de foulx. On est alors tenté de croire que ces insultes résultent d’une même acception du mot folie simplement transposée dans le vocabulaire païen. Mais deux répliques échangées par Dacien et Vincent montrent clairement que, dans le mystère, chrétiens et païens ne partagent pas la même définition de la folie ou, pour le dire autrement, que les mêmes éléments du paradigme du mot folie ne renvoient pas dans les deux cas à la même réalité.

38Lors d’une comparution du martyr devant le chef romain, Dacien reproche à Vincent de n’avoir sens ne entendement (v. 11468) et le jeune diacre lui rétorque sans ciller : C’est toy qui es hors de sens (v. 11486). Reste à déterminer sur quoi se fondent ces deux affirmations qu’on jugerait a priori équivalentes.

39Pour Vincent, Dacien est fou, parce qu’il n’a pas conscience d’être le jouet d’une croyance trompeuse : C’est toy qui es hors de sens, / qu’autrement ne congnois et sens / ta grant folye et forte erreur (v. 11486-11488). Quand il emploie le mot folie encore ici coordonné au mot erreur, Vincent situe son jugement sur le plan religieux. Si Dacien est hors de sens, c’est qu’il est un adepte de cette creance decepvable qu’est la religion païenne. Cette folie coupable ne peut être expliquée par une quelconque déficience mentale du personnage. En effet, dans la 1re journée du mystère, de nombreux personnages romains se sont bien appliqués à faire l’éloge de Dacien, dont il ressort notamment que [c]’est ung homme d’entendement, / bon clerc, expert en toutes choses[, / qui] sceit les textes et les gloses / de commune judicative (v. 1457-1460). Sa folie résulte manifestement de l’égarement de son intelligence.

40De son côté, l’émissaire romain reproche évidemment à Vincent d’être chrétien. Mais là n’est pas ce qui motive le procès en folie du jeune diacre. Voici en effet de quelle façon Dacien justifie son accusation : Tu n’a sens ne entendement / de te veoirs ainsi ledement / tourmenté et pres qu’a la mort (v. 11468-11470). Il ne reproche donc pas à son prisonnier de croire en un faux dieu, mais de ne pas faire le nécessaire pour éviter les supplices qui lui sont infligés.

  • 30  En l’occurrence, leur incapacité à comprendre le choix de Vincent peut être considérée comme une p (...)
  • 31  Voir les v. 9238-9241.
  • 32  Ailleurs, (1) devant l’obstination de Vincent qui n’en mesure pas les conséquences (voir les v. 85 (...)
  • 33  C’est aussi de cette façon qu’il faut comprendre la remarque d’un conseiller romain : Je ne vy onc (...)
  • 34  Première épître aux Corinthiens 1, 18.

41Tout au long du martyre de Vincent, le fatiste met en scène cette réaction de Dacien ou des païens désorientés par l’attitude du diacre30. Ainsi, Dacien s’écrie ailleurs, mais pour la même raison31 : De ta folie m’esmerveille ! (v. 9242). Plus loin, horrifié par les grans maulx (v. 14054) qu’endure Vincent, Heurtaut l’invite à bien considérer sa folie (v. 14050) et le prie de sauver sa vie. Dans ces situations et plusieurs autres32, la folie du chrétien n’est pas due à sa foi, mais au comportement qu’induit sa foi. Elle tient dans son obstination à ne pas se soumettre en dépit des terribles châtiments qu’il encourt33. La dimension religieuse de la situation étant finalement très secondaire, cet emploi de folie ne fait nullement écho à cette folie chrétienne qui trouve son origine dans la Première épître aux Corinthiens et qui dépasse l’ancien couple folie/sagesse en annonçant le langage de la croix qui « est folie pour ceux qui se perdent »34, mais où réside la sagesse de Dieu.

42Dans ce cas, le personnage est fou, parce qu’il ne semble pas mesurer les conséquences (ou, selon le point de vue adopté, ne veut pas tenir compte des conséquences) de ses actes. Ainsi taxé de cette seconde forme de folie, le chrétien est perçu comme une personne gravement imprudente. Néanmoins, pour le païen, la stultitia du chrétien résulte d’une déficience intellectuelle. Témoignent de cette opinion le fait, d’une part, que Dacien fait arrêter les chrétiens au motif que ce sont des foulx insciens ‘ignorants’ (v. 5208) et, d’autre part, que l’empereur Dioclétien affirme que, si certains païens se convertissent au christianisme, c’est parce qu’ils ont été meschamment seduiz (v. 2088) par folle congnoissance (v. 2087). Insciens et doués d’une folle congnoissance, les chrétiens sont manifestement considérés par les païens comme stupides ou, pour le moins, inconséquents, de sorte que Grimaut peut dire à Vincent qu’il se conduit [t]rop nicement (v. 8530).

  • 35  Dans une diablerie, Satan parle en effet de ce follastre Vincent (v. 6174) qui n’est pas innocent (...)
  • 36  Ainsi, (1) Bavart jure de ne jamais avoir pitié de ces ribaux / foulx chrestiens (v. 2582-2583), — (...)
  • 37  Ainsi, (1) Cruquart traite Vincent de garçon follatre (v. 7292), — (2) un conseiller de Dacien est (...)

43C’est sur cette base sémantique que se fonde l’emploi de foul et de ses dérivés comme termes d’injure adressés à un chrétien par un païen (ou même par Satan35). Toutefois, la récurrence de cet emploi fait perdre au mot son acception précise et, par un phénomène de subduction, le rend capable d’apparaître hors de tout contexte comme un terme d’injure polyvalent. L’emploi de foul36 et de follastre37 pour insulter un personnage à qui l’on parle ou dont on parle n’implique pas nécessairement une définition précise du mot : il renvoie alors d’une manière vague à l’idée de folie qui le sous-tend. Que déduire, en effet, de ces insultes adressées par Grimaut à Vincent : Passez avant, villain mastin, / sanglant paillart, foul malotru (v. 6840-6841) ? Alors que ni le contexte ni la situation dramatique ne permettent de préciser le sens de ces termes, leur accumulation entraîne un véritable appauvrissement sémantique de chacun d’eux. Ce qui demeure, c’est l’expression d’un jugement globalement négatif porté sur l’attitude du chrétien qui agit au rebours de la logique païenne en dépit des sanctions qu’il encourt.

  • 38  Voir Foucault 1972, p. 22-23.

44À l’instar de celui dont il est le disciple – ce foul Jhesus (v. 6376, 8557) que les païens jugent desordonné (v. 8557), c’est-à-dire qui s’écarte des règles communes et de ce qui convient –, le chrétien n’est pas considéré comme fou à cause de ses croyances personnelles, mais bien à cause des conséquences de son comportement dans la cité. S’il n’est pas cruellement châtié comme Vincent, ce fou est brutalement chassé de la ville, comme c’est le cas de Valérien que Dacien condamne à l’exil. Après avoir été dépouillé de ses vêtements et copieusement frappé, l’évêque disparaît de la scène du mystère en s’en allant tout nu tremblant a son chaffault (autour du v. 8483) et cette nudité imposée à Valérien pour l’outrager le fait ressembler plus encore aux fous errants que l’on pouvait alors faire arrêter et renvoyer38.

La folie ou l’imprudence

  • 39  Voir notamment coquibus (v. 11797), cornart (v. 9610), estourdi(z) (v. 2195, 1740), nice (v. 9352, (...)

45Cette perception de la folie chrétienne par les païens n’est que l’illustration, pour ce qui touche au religieux, d’une folie largement répandue dans Le Mystère de saint Vincent. Celle-ci désigne l’imprudence d’un personnage au moment de régler sa conduite, autrement dit un manque de jugement dans l’estimation des conséquences d’une situation ou d’une action, qui pourraient être fâcheuses ou dangereuses moralement ou matériellement. Cette folie laisse supposer une déficience intellectuelle du personnage qui n’use pas, dans son jugement, des arguments communs et prend une décision en dépit des effets a priori mauvais qu’elle entraînera. La sottise du personnage est d’ailleurs fréquemment soulignée dans le texte par les adjectifs qui, relevés alors dans l’entourage du mot foul et de ses dérivés, ont en commun avec ce paradigme morphologique le sens de ‘niais, imbécile’39.

  • 40  Si, comme nous l’avons dit, cette seconde forme de folie est fréquemment reprochée par les païens (...)

46Sans relation particulière avec le religieux40, cette seconde forme de folie se définit par rapport au sens commun. Elle est ainsi l’objet d’une formule de type proverbial qu’un notonnier retourne à son futur employeur : Il est foul qui sa paine gaste (v. 14663). Autrement dit, celui qui travaille sans considération de son propre intérêt agit d’une manière inconsidérée et, pour cela, doit être jugé fou. C’est là l’illustration d’une imprudence appliquée plus spécifiquement au domaine du travail.

47Dans Le Mystère de saint Vincent, cette forme de folie est le plus souvent celle d’un subalterne qui refuse d’obéir à un ordre donné au risque d’être sévèrement puni. Elle n’est généralement que supposée et ne peut être vérifiée que par le comportement du personnage qui fait l’objet d’une injonction très forte. C’est en fait la gravité de la punition encourue qui justifie que la désobéissance puisse être considérée comme une folie. Le substantif folie est alors peu utilisé pour désigner un tel comportement. À côté de l’adjectif follastre et de l’adverbe follement dont les emplois sont limités, le fatiste privilégie le mot foul, fréquemment suivi d’un complément verbal qui explicite l’action qui pourrait témoigner de la folie du personnage. Il entre ainsi dans les constructions estre foul de + inf. (v. 1739-1740, 1825, 2194, 9352-9353, 9610-9611, 9634-9635, 11798-11800) et estre foul que + subj. (v. 3418).

  • 41  Voir supra la n. 20.
  • 42  Voir les v. 7226-7228.
  • 43  Ailleurs, (1) Dioclétien ordonne à Dacien de mettre à mort ceux qui, à Valence, seraient si foulx (...)

48En plus des cas déjà cités de personnages païens considérant la folie des chrétiens41, cette folie est illustrée dans plusieurs scènes du mystère. Ainsi, pour le messager, le geôlier feroit grant folie (v. 7671) s’il prenait soin de ses prisonniers, puisque cela a été formellement interdit par Dacien sous peine de mort42. Ensuite, alors que le geôlier n’a plus la garde que de Vincent, le bourreau Bavart le menace à nouveau : Garde que tu ne soies si fouls / de luy donner chouse qui soit (v. 9634-9635). Un peu plus tôt dans le mystère, le bourreau Heurtaut, devant ses compagnons, prévient le messager Brisevent que ce seroit folie (v. 2326) de leur mentir, car il serait pugny vilainement (v. 2327). Dacien avait d’ailleurs prévenu son messager de ne pas être tant maleureux, / tant oultrecuidé, foul hardi / de leur parler comme estourdi (v. 2193-2195), car il pourrait bien faire les frais de leur nature mauvaise43.

  • 44  Pour une présentation synthétique de cette question, voir Dull 1994, p. 55-60.

49Très majoritairement représentée dans le discours des païens, cette seconde forme de folie exclut l’éthique religieuse et ne fait pas le pendant de la creance decepvable dénoncée par les chrétiens chez leurs adversaires. Dans la perspective thomiste qui est celle du fatiste, les chrétiens reprochent aux païens une folie dite ‘artificielle’, en ce sens qu’elle ne résulte pas d’une déficience mentale, mais du refus volontaire d’une personne à faire un bon usage de ses facultés intellectuelles pour suivre la voie que lui indique la morale. La folie des païens relève ainsi de l’orgueil, de la superbia. En revanche, les païens estiment que les chrétiens sont fous, mais d’une folie dite ‘naturelle’, car ils considèrent que le comportement des chrétiens ne peut résulter que d’une déficience mentale44. Dans la répartition de ces deux premières formes de folie dans le mystère, on constate donc un déséquilibre que ne rétablit pas un troisième et dernier type de folie également représenté dans la pièce.

La folie démentielle

50L’emploi du mot foul et de ses dérivés peut encore désigner au public une alienatio mentis, cette folie démentielle qui aliène l’esprit d’un personnage et se traduit par des symptômes physiques. Le fou est alors considéré dans le mystère comme possédé et cette possession diabolique est clairement exposée.

51Ce type de folie est d’abord illustré par Lucifer lui-même. En rétorquant à leur maître qu’il n’a aucune raison de se plaindre si follement (v. 522), les diables caractérisent ses vociférations qui témoignent d’une folie intrinsèquement liée à sa nature diabolique. Plus loin dans la pièce, Satan est également touché par cette folie. Apprenant que le christianisme s’étend au détriment du paganisme, il s’écrie en effet : je doy bien estre desolé, / foul, enragé et hors de sen (v. 6133-6134). En l’occurrence, l’accumulation des termes acquiert une valeur hyperbolique.

  • 45  L’adjectif fémini pute a ici le sens de ‘vile, sale’ (DMF2010).
  • 46  Le mot pennilliere est un occitanisme pour désigner le pénil.

52Les diables communiquent cette folie aux êtres humains qu’ils font sombrer dans le péché et qu’ils possèdent physiquement. Rivalisant d’efficacité, les démons mettent en avant l’exploit qu’ils étaient en train d’accomplir quand Lucifer les a convoqués en enfer. L’un d’entre eux, prénommé Baron, affirme qu’il se trouvait avec une macquerelle (v. 12840) dont il a fait [s]’amye et [s]a maistresse (v. 12843) et qui s’évertuait à decevoi[r] une fille / qui ennuyt sera pute et folle (v. 12846-12847)45. Il faut comprendre ici que la maquerelle, inspirée par Baron, s’apprête à prostituer une jeune fille et à lui faire perdre son pucelage le soir même. La luxure du personnage est source de folie et la possession de la jeune fille s’entend alors au double sens d’appropriation charnelle et spirituelle. Dans le mystère, la réplique de Belzébuth, qui suit immédiatement celle de Baron, établit d’ailleurs un lien étroit entre le péché de luxure et la possession diabolique, puisqu’il prétend en tenir une a [s]on escolle / qui est une vaillant sorciere (v. 12848-12849), laquelle frotoit la pennilliere / a ung homme (v. 12850-12851)46. La lubricité de cette sorciere est l’aboutissement de la folie qui guette la jeune fille bientôt dépucelée.

53Au-delà de ce cas bien anecdotique, Le Mystère de saint Vincent met en scène celui de Dacien, dont l’esprit démoniaque est obsédé par le désir d’anéantir le christianisme.

  • 47  Comparer les vers dits respectivement par Lucifer et Dacien : Si me dictes que vous en semble, / c (...)
  • 48  Voir Leroux 2011, p. 276, n. 6315.
  • 49  Voir également : Ha, fier et venimeux serpent / dont toute infection despent (v. 9382-9383).
  • 50  Pour une explication de cette métaphore dans le mystère, voir Leroux 2011, p. 108.
  • 51  V. 13604-13606.

54L’assimilation du chef romain au diable est progressivement mise en place par le fatiste. Avant même son arrivée à Valence, l’urgence de la situation ou l’empressement du personnage explique sans doute qu’il faille qu’incontinant soit tenu le conseil (v. 3349). Néanmoins, en agissant ainsi, il se comporte exactement comme Lucifer quand il convoque ses suppôts et, au moment de demander conseil, il répète mot à mot la consigne du prince infernal47. à défaut d’être un signe perceptible par le public à plus de trois mille vers d’intervalle, cette reprise textuelle nous montre comment le discours du chef romain est calqué sur celui de Lucifer. Le mimétisme de Dacien est surtout révélé par l’emploi récurrent qu’il fait de l’exclamation Harau !48 Possédé par le diable, le héraut du paganisme est comparé à un venimeux serpent qui mort / et qui a tout peché s’amort (v. 11474-11475)49 et, conformément à la symbolique illustrée par la parabole du bon Pasteur, il est encore considéré comme le loup qui menace les chrétiens50. Par ses cris, par les images employées pour le désigner, Dacien est donc assimilé au diable. D’ailleurs, dans un élan faustien (ou simplement théophilien), le chef romain voue son âme au diable : Je vueil que le feu d’enfer m’arde / s’il n’est tellement pourmené (v. 5290-5291), et, se plaçant sur un pied d’égalité avec la divinité chrétienne, il transforme la persécution de saint Vincent en un bras de fer personnel avec Dieu : Frappé sera la ou millieu, / puis il verra qui de son dieu / ou de moy aura le meilleur51.

  • 52  Fritz 1992, p. 119. Il existe cependant une contrepartie à cette humeur essentiellement positive. (...)
  • 53  Fritz 1992, p. 130-131.
  • 54  Fritz 1992, p. 119.
  • 55  Fritz 1992, p. 133.

55Dès le début du mystère, Dacien était présenté comme un homme sanguin et colerique / et aucunement fantastique, / chault comme feu et tout bouillant (v. 1476-1478). Il n’est pas certain qu’il faille passer ce portrait au crible des théories humorales et médicales du Moyen Âge. Alors que le sang y est « pleinement positif »52 et qu’un caractère fantastique y renvoie à la chambre antérieure du cerveau – « la fantastica, où entrent les images qui viennent des cinq sens »53 –, on trouve sûrement la cause de la démence de Dacien dans son caractère colerique, à l’origine de « la phrenesis, maladie chaude accompagnée de fièvre »54 qui justifie pleinement la comparaison du v. 1478. Le Mystère de saint Vincent met ainsi en scène un chef romain touché par la frenesis, une forme de « folie avec fièvre et excitation »55 qui se traduit chez Dacien par de nombreux accès de colère, comme par exemple dans le passage suivant :

             J’en fens, j’en creve, j’en enrage,
             j’en desespere ou pres de rage,
8340      j’en oublie joye et repoux,
             j’en forsenne de mal couraige,
             j’en despite, j’en meurs d’oultraige
             j’en pers sens, memoire et propoux !

  • 56  (1-2) Valérien traite deux fois Dacien de foul enragé (v. 7070, 7075), — (3) Vincent traite Dacien (...)
  • 57  Voir enragé (v. 7070, 7075), furieux (v. 11432), dueil ‘affliction mêlée de courroux, colère’ (v.  (...)

56Le comportement du chef romain est immédiatement perçu comme l’expression de sa folie, puisque, réagissant plus loin dans le mystère à un nouvel emportement de Dacien, un conseiller souligne le caractère excessif de sa réaction : Mon cher seigneur, c’est grant folie / de vous donner courrour si grant / pour ce chestif paillart meschant (v. 9768-9770). Quant aux chrétiens, ils ont une compréhension très sûre du type de folie qui anime Dacien. En effet, quand ils le traitent de fou56, on trouve dans l’entourage du mot des termes propres au champ lexical de la colère57.

  • 58  Fritz 1992, p. 158.
  • 59  Voir les v. 7635-7644 et 14369-14371.
  • 60  Tais toy ! Je te rompray de coups ! / Mourir puisses amerement ! (v. 8346-8347).

57Cette alienatio mentis cum febribus fait sombrer Dacien dans une folie apparentée, dans la typologie médiévale, à celle du forsené qui « – loin d’être un pur soz, comme le fol naturel – est un être composite, imprévisible, en qui, pour reprendre les mots de Pierre de Fontaines, il n’y a point de certaineté »58. Ici s’explique la difficulté qu’éprouve Dacien à choisir le supplice qu’il fera endurer à Vincent et à tenir compte des avis de son conseil. Le chef romain se trouve ainsi confronté à un isolement psychologique qui l’amène à se défier de ses propres soldats59 et à s’en prendre à son messager60.

  • 61  Comme nous le verrons ci-dessous, le verbe affoler n’appartient pas en l’occurrence au paradigme m (...)

58Même si elle renvoie toujours à une forme d’aliénation qui pousse le personnage à adopter un comportement excessif, la folie de Dacien n’est pas perçue de la même façon par les chrétiens et les païens. Ces derniers estiment qu’elle est directement causée par le comportement de Vincent. S’adressant à son maître, le messager explique effectivement que cette colère, considérée comme une folie au v. 9768, résulte en fait de celle du diacre : Mon seigneur, ce garczon est foulx. / Vous courrossez trop asprement (v. 8344-8345). Ainsi, une folie conditionne l’autre, puisque c’est l’attitude imprudente et provocatrive de l’un qui est à l’origine de l’emportement de l’autre. Dacien lui-même semble confirmer la relation de cause à effet qu’entretiennent ces deux formes de folie dans notre classement, quand il s’écrie : Ce foul ou n’a que desraison / me desrompt et affolle (v. 8790-8791)61.

59En revanche, pour les chrétiens, cette folie démentielle n’est que l’aboutissement de la creance decepvable qui constitue la première forme de folie décrite plus haut. C’est en effet ce que nous apprend le valet du geôlier qui, au moment de se convertir au christianisme, regrette avec horreur la mauldicte et folle erreur / qui [l]e mectoit en tel fureur / qu’au deable ouffroy[t] corps et cueur (v. 13293-13295). Ainsi, cette folle erreur ou fausse croyance l’amenait à s’abandonner au diable et donc à un état de fureur caractéristique de la dernière forme de folie envisagée ici.

Le cas du verbe affoler

  • 62  DMF2010, s.v. affoler 1 ; voir également FEW 3, 690b, s.v. fŏllis.
  • 63  DMF2010, s.v. affoler 2 ; voir également FEW 3, 847a-848a, s.v. fŭllare.
  • 64  Ainsi, (1) dans une diablerie, Lucifer menace ses suppôts de les affoler de coups, parce qu’ils ta (...)

60Avant de tirer quelques conclusions de l’examen du paradigme morphologique du mot folie dans Le Mystère de saint Vincent, il reste à préciser l’emploi du verbe affoler dans le texte. En moyen français, le verbe affoler (de fŏllis) est relevé en construction transitive au sens de ‘faire perdre le sens à qqn’ et en construction intransitive ou pronominale au sens de ‘perdre le sens, devenir fou’62. Le verbe connaît un homonyme également fréquent, le verbe affoler (< fŭllare), dont le sens est ‘meurtrir, blessé grièvement’63. Deux occurrences du verbe dans le mystère doivent manifestement être rattachées à cet homonyme, puisqu’il s’agit alors d’affoler quelqu’un en le brutalisant64. Ailleurs, Dacien enrage contre Vincent qui [l]e desrompt et affolle (v. 8791). L’emploi coordonné du verbe desrompre ‘meurtrir, briser’ incite à comprendre le verbe affoler avec le même sens, quoique dans un emploi métaphorique.

  • 65  Le verbe affoler en construction pronominale est attesté avec le sens de ‘se blesser soi-même’ (FE (...)

61Une quatrième occurrence reste douteuse et, de ce fait, ne sera pas non plus considérée. Alors qu’on l’a chargé de fabriquer une grille en bois hérissée de pointes pour y coucher Vincent, le geôlier refuse la perche qu’on lui apporte, parce qu’elle est tordue et que, s’il essayait de la redresser, il [s]’y pourroy[t] bien affoler (v. 12028). Il est probable que le personnage craigne surtout de se blesser à cause de la difficulté que représenterait un tel travail65. C’est donc au verbe affoler (< fŭllare) qu’il faudrait rattacher cet emploi.

62Dans ce cas et les précédents, si les sens proposés par les dictionnaires pour affoler (< fŭllare) doivent être préférés, on est en droit de se demander si le rapprochement des deux verbes en moyen français n’a pas remotivé le second qui pourrait fort bien être compris au sens de ‘rendre fou à force de coups’, l’intensité de la douleur étant susceptible de faire perdre la raison. Néanmoins, pour garantir la cohérence du paradigme morphologique étudié, nous écarterons ces quatre exemples de notre étude.

63Ainsi, seules deux occurrences du verbe affoler (de fŏllis) peuvent être rattachées d’une manière indiscutable au paradigme morphologique du substantif folie.

  • 66  Le verbe est notamment compris aux sens de ‘avoir la rage’, ‘se mettre en fureur, devenir comme en (...)

64La première se trouve dans une réplique du bourreau Cruquart. Houspillant Vincent, il s’écrie : Vous puissiez affollez / et enrager com ung vueil chien ‘comme un vieux chien’ (v. 7319-7320). Alors que l’emploi coordonné du verbe enrager66 confirme notre compréhension du verbe affoler au sens large de ‘devenir fou’, la valeur de cette comparaison reste douteuse. Superlative du fait du rapprochement avec un animal, cette formule implique assurément la notion de folie, mais elle n’oriente pas clairement vers une définition précise du phénomène.

65La seconde occurrence du verbe affoler paraît plus significative. Condamné à l’exil, l’évêque s’inquiète de l’état où il abandonne ses ouailles et de ce qu’elles deviendront : Helas, mon peuple est affolé (v. 8419). Le vieil homme précise ensuite sa pensée : En ses ydolles toutz croiront. / Jamais de Dieu cure n’auront. / Ja n’y demoura chrestien / que ne destruye Dacien (v. 8421-8424). Si le v. 8424 annonce le martyre d’autres chrétiens et introduit l’idée de tourments physiques renvoyant à affoler (< fŭllare), ce passage fait surtout comprendre que Valérien craint que son peuple ne soit gagné par cette forme de folie qu’on l’a déjà vu dénoncer chez Dacien, celle qui consiste à croire en de fausses idoles et à se détourner de Dieu.

66Très délicat à étudier parce que la distinction sémantique de ces deux homonymes semble parfois très difficile à établir, le verbe affoler (de fŏllis) désigne un processus qui mène indiscutablement à la folie, mais à une folie dont le contexte peut seul préciser la nature. L’emploi de ce verbe ne nous permet donc pas d’affiner notre compréhension de la folie dans le mystère.

Conclusion

67Dans Le Mystère de saint Vincent, toutes les formes de folie mises en scène visent à soutenir le message édifiant, à savoir la glorification des vertus chrétiennes contre l’erreur (ou l’hérésie) que représente la religion romaine. Pour ainsi dire absentes du mystère tel qu’il nous est parvenu, les formes conventionnelles du Fou n’interviennent que pour déconsidérer les pratiques païennes et revaloriser a contrario la foi chrétienne. En revanche, l’étude du paradigme morphologique du mot folie fait apparaître distinctement trois formes de folie qui se distinguent et se complètent d’une manière asymétrique.

68Tandis que les chrétiens considèrent les païens coupables de s’abandonner à de fausses croyances du fait de leur aveuglement, ces derniers estiment que l’insoumission des chrétiens n’est qu’un nouvel exemple de cette folle imprudence qui, dans la société, caractérise ceux qui agissent inconsidérément à cause d’une déficience intellectuelle. Par conséquent, en dépit de la violence des païens à l’égard des chrétiens, il est important de noter que leur motivation est bien moins religieuse que politique. Enfin, une troisième forme de folie dont témoigne l’aliénation du personnage paraît liée aux précédentes. Alors qu’il s’agit, pour les chrétiens, d’une démence causée par la possession diabolique du personnage, il s’agit, pour les païens, d’une réaction excessive face à l’intolérable folie des disciples du Christ. Mais, dans tous les cas, ce qui prévaut, c’est le point de vue chrétien. En effet, ces opinions bien différentes se trouvent effectivement résumées dans un verset des Psaumes : Vir insipiens non cognoscet et stultus non intelleget haec (Psaumes 92 (91), 7). Pour le païen, ce vir insipiens désigne le chrétien qui n’a pas accès à la connaissance à cause de sa sottise naturelle, tandis que, pour le chrétien, ce stultus est le parangon du païen qui, malgré son intelligence, ne parvient pas à pénétrer l’enseignement du Christ.

  • 67  Fritz 1992, p. 185.
  • 68  Fritz 1992, p. 191.
  • 69  Voir Fritz 1992, p. 186.
  • 70  Voir Louis de Lacger, « Saint Vincent de Saragosse », Revue d’histoire de l’église de France, t. 1 (...)

69À la suite des exégètes médiévaux qui, dans leurs commentaires de la Première épître aux Corinthiens et leurs développements de la question de la folie et de la croix, écartent la stultitia qu’ils rejettent « du côté de leurs adversaires : les philosophes païens ou les dialecticiens du moment »67, le fatiste écarte l’idée d’une folie chrétienne qui, dès le Moyen Âge, est cependant bien illustrée dans la littérature. Ainsi, le mystère se maintient dans un discours où la croix n’est folie que « dans le discours de l’autre, celui du Grec et du païen »68. Pour expliquer le comportement des chrétiens sur la scène, le fatiste préfère s’en tenir à un concept intermédiaire entre stultitia et sapientia : la simplicitas69. Celle-ci ne se traduit pas tant par l’humilité de Valérien et de Vincent que par l’aveu de leur insuffisance, notamment au moment de prendre la parole pour exhorter le peuple de Valence à la conversion. C’est ainsi que la fatiste ne manque de bien souligner le défaut d’élocution de l’évêque, qui est déjà présent dans l’histoire légendaire de saint Vincent et s’inspire directement de celle de saint Augustin70.

70Le Mystère de saint Vincent s’inscrit dans la tradition médiévale et la philosophie morale de la scholastique. Le lexique employé continue de référer à une structuration mentale du monde essentiellement fondée sur la pensée thomiste. Le mystère entretient ainsi cette vision de la folie conçue comme un vice que la société chrétienne tend à mettre à l’écart et qui sévit dans l’univers païen. Hermétique aux développements sur la folie qui trouveront leur épanouissement avec la Renaissance, le discours du Mystère de saint Vincent fait preuve d’une forme de conservatisme que l’étude d’autres mystères plus tardifs vérifierait sans doute. En attendant cette confirmation, nous pouvons faire l’hypothèse que le discours des mystères assure jusqu’au cœur du XVIe siècle la permanence de la pensée médiévale sur la question de la folie. Cette forme de conservatisme est peut-être également l’une des causes du rejet progressif de ce genre dramatique par un grand nombre d’humanistes.

Haut de page

Bibliographie

Dull Olga Anna, Folie et rhétorique dans la sottie, Genève, Droz (Publications romanes et françaises, CCX), 1994.

Foucault Michel, Histoire de la folie à l’âge classique, Paris, Gallimard, 1972.

Fritz Jean-Marie, Le Discours du fou au Moyen Âge (XIIe-XIIIe siècles). Étude comparée des discours littéraire, médical, juridique et théologique de la folie, Paris, PUF, 1992.

Histoire de saint André, apôtre et martyr. Testo di Sacra Rappresentazione messa in scena alle Ramats nell’anno 1739, trascrizione a cura di Giuliana Giai, edizione a cura di Valerio Coletto, con un’avvertenza di Br. Dolino, Susa, Centro Ricerche Cultura Alpina (CeRCA ; Sussidi eruditi, 2), 2000.

Jubinal Achille, Mystères inédits du quinzième siècle, Paris, Téchener, 1837.

Lacger Louis de, « Saint Vincent de Saragosse », Revue d’histoire de l’église de France, t. 13, n° 60, 1927, p. 307-358.

Leroux Xavier, ‘Fin sans Fin’ – Travaux de philologie et études sur le théâtre du Moyen Âge, Dossier d’Habilitation à Diriger des Recherches, Université de Paris IV – Sorbonne, 2011.

Mazouer Charles, Le Théâtre français du Moyen Âge, Paris, SEDES, 1998.

Le Mystère de saint Clément de Metz, Frédéric Duval (éd.), Genève, Droz (TLF, 608), 2011.

Le Mystère de sainte Barbe en cinq journées, Mario Longtin et Jacques Lemaire (éds), Orléans, Paradigme, à paraître.

La Pacience de Job, mystère anonyme du XVe siècle (ms. fr. 1774), Albert Meiller (éd.), Paris, Klincksieck (Bibliothèque française et romane, 11), 1971.

Picoche Jacqueline, « Humilité et modestie : histoire lexicale et histoire des mentalités », dans Mélanges de littérature du Moyen Âge au XXe siècle offerts à Mlle Jeanne Lods, Paris, Collection de l’école Normale Supérieure de Jeunes Filles, n° 10, t. 1, p. 485-494.

Rey-Flaud Henry, Pour une dramaturgie du Moyen Âge, Paris, PUF, 1980.

Roussineau Gilles, « La représentation du Mystère de saint Vincent, joué à Angers en 1471 », Revue d’Histoire du Théâtre 1-2, 1991, p. 27-42.

Runnalls Graham A., « The Evolution of a Passion Play : La Passion de Semur », Le Moyen Français 19 (1988), p. 163-202.

Haut de page

Notes

1  Le rôle de la folie dans la sottie n’a véritablement été étudié qu’avec l’ouvrage d’Olga Anna Dull, Folie et rhétorique dans la sottie, Genève, Droz (Publications romanes et françaises, CCX), 1994.

2  Charles Mazouer, Le Théâtre français du Moyen Âge, Paris, SEDES, 1998, p. 375.

3  Mazouer 1998, p. 374.

4  X. Leroux, ‘Fin sans Fin’ – Travaux de philologie et études sur le théâtre du Moyen Âge, Dossier d’Habilitation à Diriger des Recherches, Université de Paris IV – Sorbonne, 2011.

5  Reproduction de ce Stultus, telle qu’elle apparaît dans les premières pages du deuxième tome de l’édition d’Achille Jubinal, Mystères inédits du quinzième siècle, Paris, Téchener, 1837.

6  D’après Henry Rey-Flaud, Pour une dramaturgie du Moyen Âge, Paris, PUF, 1980, p. 25.

7  Rey-Flaud 1980, p. 24.

8  Voir l’article de Marianne Gilly-Argoud, « Les fous en image à la fin du Moyen Âge – Iconographie de la folie dans la peinture murale alpine (XIVe-XVe siècles) », p. 24 sq.

9  Voir, dans ce volume, à la p. 25.

10  Gilles Roussineau, « La représentation du Mystère de saint Vincent, joué à Angers en 1471 », Revue d’Histoire du Théâtre 1-2, 1991, p. 27-42, à la p. 27.

11  Voir Le Mystère de sainte Barbe en cinq journées, Mario Longtin et Jacques Lemaire (éds), Orléans, Paradigme, à paraître, autour des v. 1109, 3847, 3969, 4294, 4875, 4920, 6046, 7204, 7403, 7701, 8791, 9263, 9814, 10219, 10608, 10646, 10771, 10851, 13134, 13988, 15430, 15721, 15877, 16264, 16774, 17062, 17492, 18220, 18965, 19874, 19931, 20555, 20756, 20826, 21749, 22366, 23115, 23408 ; une seule fois, l’indication Stultus loquitur est effectivement suivie de la réplique du personnage (v. 3557-3564). Nous remercions les éditeurs de nous avoir permis de consulter leur travail avant sa publication.

12  Voir La Pacience de Job, mystère anonyme du XVe siècle (ms. fr. 1774), Albert Meiller (éd.), Paris, Klincksieck (Bibliothèque française et romane, 11), 1971, autour du v. 1430. Dans ce cas, le fou doit parler tandis que d’autres personnages boivent et mangent en silence. Sa tirade peut donc être comprise comme un intermède. Le procédé paraît être identique un peu plus loin dans le même texte (autour des v. 1900 et 5714). Ailleurs, comme dans Le Mystère de sainte Barbe en cinq journées, le copiste note : Stultus loquatur (autour des v. 6431 et 6583) ou seulement : Stultus (autour des v. 5543, 6639 et 6751).

13  Mazouer 1998, p. 238.

14  Le texte de cette pièce jouée au XVIIIe siècle sur le versant italien des Alpes, dans la vallée de Suse, n’a été retrouvé qu’en 1977 et a édité dans une collection qui reste assez difficile d’accès : Histoire de saint André, apôtre et martyr. Testo di Sacra Rappresentazione messa in scena alle Ramats nell’anno 1739, trascrizione a cura di Giuliana Giai, edizione a cura di Valerio Coletto, con un’avvertenza di Br. Dolino, Susa, Centro Ricerche Cultura Alpina (CeRCA ; Sussidi eruditi, 2), 2000. Ce mystère tardif s’appuie indiscutablement sur des modèles plus anciens et perpétue cet usage relatif aux tirades du Fou : à la fin de la scène 8 de la 1re journée, on lit : « Le Bouffon parle », sans que le texte soit donné ; de même, à la fin de la scène 2 de la 3e journée, on trouve simplement : « Le Bouffon devant la scène » ; dans la même journée, les éditeurs signalent qu’une demi-page est restée blanche après les indications scéniques « Ici le Bouffon contre le Messager » (à la fin de la scène 4) et « Bouffon » (après le v. 1320 dans la scène 8). Nous remercions Giuliana Giai qui a eu l’amabilité de nous communiquer cet ouvrage.

15  Les interventions du Vilain (et parfois de sa femme) sont des parties mouvantes du texte dramatique médiéval. Graham A. Runnalls a montré, par exemple, que celles contenues dans La Passion de Semur résultent d’un remaniement du texte (voir « The Evolution of a Passion Play : La Passion de Semur », Le Moyen Français 19 (1988), p. 163-202).

16  Quelle heure est-il ? Vroyment, je pence / qu’il est ung poy aprés medi (v. 3068-3069), l’annee qui vient (v. 3082), Il a quatre ans, ce m’est advis… / Non a ! Il n’y en a que trois (v. 3093-3094), Ce fut au temps tout proprement / que ma truye eut quinze goretz (v. 3101-3102), l’autre mardi (v. 3123).

17  Michel Foucault, Histoire de la folie à l’âge classique, Paris, Gallimard, 1972, p. 28.

18  J. Picoche, « Humilité et modestie : histoire lexicale et histoire des mentalités », dans Mélanges de littérature du Moyen Âge au XXe siècle offerts à Mlle Jeanne Lods, Paris, Collection de l’école Normale Supérieure de Jeunes Filles, n° 10, t. 1, p. 485-494, à la p. 486.

19  Un peu plus tôt, Vincent affirmait au peuple de Valence que leurs ydolles / ne sont riens fors que decepcions folles (v. 5592). Le point de vue des chrétiens est ensuite rapporté à Dacien par le messager en ces termes : Ilz dient que sont faulses ydolles / et toutes abusions folles (v. 6290-6291). Peu avant de les faire miraculeusement tomber, Vincent redit que ces idoles sont mensonges et frivolles, / abusions, erreurs faulses et folles (v. 7122-7123).

20  Voir infra la citation du même syntagme au v. 11488 avec la même valeur et dans un contexte similaire.

21  Contrairement à Dacien qui ne se convertit pas, un païen qui renie sa foi implore Dieu de l’arracher à cette mauldicte et folle erreur qui l’animait (v. 13293).

22  Qui envers ses dieux se humilie / et les croit, il fait grant folie (v. 8258-8259).

23  Tes langaiges sont fiers et haulx, / farciz d’erreur et de folie (v. 9012-9013) ; plus tôt dans le mystère, l’adjectif foul dans un contexte similaire partage avec folie le sème /erreur/ : Tes langaiges sont vains et foulx / bien a reprandre (v. 6976-6977), de sorte que foulx peut passer dans cet exemple comme le synonyme de faulx. On notera ainsi le caractère apparemment interchangeable des syntagmes folle erreur (v. 13293) et faulse erreur (v. 8210).

24  ‘Est fou celui qui préfère ce monde terrestre à la joie céleste’.

25  Thomas, ST, IIa IIae, q. 46, a. 2, r. Traduction française de V. Vergiette : Thomas d’Aquin, ST, La Charité. III, éd. de la Revue des Jeunes, Paris, 1957, p. 264-265.

26  Notons que, dans l’exemple déjà cité des v. 6290-6291, le messager rapporte l’opinion des chrétiens. Par ailleurs, le prologue adopte logiquement le point de vue chrétien pour affirmer que les prêtres du temple païen sont dits rempliz d’erreurs folles (v. 164).

27  Épître aux Romains 1, 21-22.

28  J.-M. Fritz, Le Discours du fou au Moyen Âge (XIIe-XIIIe siècles). Étude comparée des discours littéraire, médical, juridique et théologique de la folie, Paris, PUF, 1992, p 8.

29  Par exemple, la même forme de folie est exprimée à l’identique dans cette réplique du Mystère de saint Clément de Metz : Bien vous puet on appeler folles, / Car affolés estes sans doubte / Qui mettez vostre entente toute / A croire a l’annemi d’enffer / De cui ne povés eschapper, / Qui vous deçoit (Le Mystère de saint Clément de Metz, Frédéric Duval (éd.), Genève, Droz (TLF, 608), 2011, v. 1951-1956).

30  En l’occurrence, leur incapacité à comprendre le choix de Vincent peut être considérée comme une preuve de leur aveuglement religieux, autrement dit de leur folie, comprise au premier sens du terme exposé ci-dessus.

31  Voir les v. 9238-9241.

32  Ailleurs, (1) devant l’obstination de Vincent qui n’en mesure pas les conséquences (voir les v. 8583 sq.), Dacien s’écrie : Fault il que d’un tel foul j’endure ? (v. 8582), — (2) Dacien dit à Vincent qu’il aurait mieux fait de se convertir plutôt que comme foul desraisonnable / ainsi [s]e souffrir devorer (v. 8768-8769), — (3) excédé par la réplique envenimee et despiteuse (v. 8793) et par la mauvaitié orgueilleuse (v. 8794) de Vincent, Dacien le traite de foul ou n’a que desraison (v. 8790), lui reprochant ainsi de lui tenir tête en dépit de ses menaces, — (4) Dacien prévient Vincent qu’il verra que son opinion est folle (v. 8837), parce qu’il aura des tourmens […] plus de cent (v. 8842), — (5) Dacien traite Vincent de foul fantastique (v. 9287), parce qu’il ne veut pas que son bourreau interrompe ou diminue ses tourments (voir les v. 9285-9287), — (6) du fait des supplices que Vincent endure, Bavard estime qu’il est foul, meschant et nice (v. 9352) de s’opposer à Dacien, — (7) Bavard estime que Vincent est plain d’oultrecuider / et si est ung foul coquibus / de cuider que son dieu lui viendra en aide (v. 11797-11799) et de subir ainsi de cruels châtiments, au lieu d’obéir à Dacien, — (8) Bavart ramène Vincent qui, miraculeusement, a été guéri de ses blessures et présente à Dacien le foul truant enorme (v. 13517), en ajoutant que meschantement / luy prandra (v. 13519-13520).

33  C’est aussi de cette façon qu’il faut comprendre la remarque d’un conseiller romain : Je ne vy oncq plus foul testu / ne plus meschant, a dire voir. / Il peut trop bien apercevoir / que son dieu si ne sceyt nul bien / et que de luy ne donne rien (v. 7899-7903). La folie de Vincent tient, selon lui, à son entêtement à croire en un dieu qui le délaisse et ne lui est apparemment d’aucun secours dans l’adversité.

34  Première épître aux Corinthiens 1, 18.

35  Dans une diablerie, Satan parle en effet de ce follastre Vincent (v. 6174) qui n’est pas innocent (v. 6175). Pour prévenir ses compagnons qu’il sera difficile de faire succomber Vincent, le diable affirme que le diacre n’est pas aussi simple d’esprit qu’on peut le croire.

36  Ainsi, (1) Bavart jure de ne jamais avoir pitié de ces ribaux / foulx chrestiens (v. 2582-2583), — (2) Dacien annonce avoir entendu parler d’un foul nommé Valerien (v. 6363), — (3) Pour le messager, Vincent n’est qu’ung parfait foul glorieux (v. 6493), — (4) Grimaut traite le second chrétien de [m]eschant maleureux foul (v. 6744), — (5) Dacien traite valérien de foul meschant (v. 6883), — (6) Dacien insulte Vincent qui est un foul plain d’oultraige (v. 7163), — (7) Dacien insulte Valérien et Vincent qui sont de foulx truans (v. 7183), — (8) Brisevent dit de Valérien et Vincent que ce sont deulx foulx (v. 7672), — (9) parlant de Vincent, le messager estime que ce garczon est foulx (v. 8344), — (10) Heurtaut dit de Valérien qu’il est foul et deshonneste (v. 8401), — (11) un chevalier romain dit de Vincent que c’est ung foul de mauvais affaire ‘de mauvaise nature’ (v. 9738), — (12) Dacien considère que Vincent est un foul coquart (v. 9797), — (13) Dacien dit de Valérien et Vincent que ce sont deulx foulx (v. 9931), — (14) Dacien parle de Vincent comme d’un foul (v. 9944), — (15) Dacien se plaint du nuysant soucy (v. 11501) que lui cause Vincent, se foul cy (v. 11502), — (16) Dacien se plaint de Vincent, [l]e meschant foul (v. 11573), — (17) Dacien dit à ses bourreaux que Vincent, ce foul (v. 11738), se moque d’eux, — (18) Dacien dit à ses bourreaux de remettre en prison Vincent, [l]e foul miserable (v. 11904). — (19) Dacien traite des chrétiens de foulx paillars (v. 13494), — (20) Dacien ordonne d’exécuter deux chrétiens qu’il présente comme deux miserables foulx (v. 13539), — (21) Dacien ordonne de frapper Vincent, ce foul (v. 13874), — (22) Dacien dit de Vincent que ce n’est q’un foul deshonneste (v. 13884), — (23) Dacien se demande si Vincent, ce foul (v. 13964), sortira indemne des supplices qui lui sont infligés, — (24) Dacien juge que Vincent n’est q’un foul (v. 13990), — (25) le second marin parle de Vincent comme d’un cornubert foul (v. 14738).

37  Ainsi, (1) Cruquart traite Vincent de garçon follatre (v. 7292), — (2) un conseiller de Dacien estime qu’il n’a jamais vu plus maleureux ne plus follatre (v. 7914) que Vincent, — (3) Dacien traite Vincent de [f]ollastre meschant (v. 8958), — (4) Grimaut désigne Vincent comme un gars follastre (v. 13816).

38  Voir Foucault 1972, p. 22-23.

39  Voir notamment coquibus (v. 11797), cornart (v. 9610), estourdi(z) (v. 2195, 1740), nice (v. 9352, 12490) et sot (v. 9610). Sur la valeur du mot cornart, on pourra voir ici la note proposée par Christine Bénévent dans son article intitulé « Folie et société(s) au tournant du Moyen Âge et de la Renaissance » (p. 123, n. 19).

40  Si, comme nous l’avons dit, cette seconde forme de folie est fréquemment reprochée par les païens aux chrétiens, ceux-ci distinguent bien eux-mêmes cette folle imprudence de la folle croyance de leurs adversaires. Ils la reprochent d’ailleurs à leur premier père. L’un d’entre eux, en effet, n’hésite pas à parler d’Adam comme d’un foul (v. 5872), parce qu’il mordit en la pomme (v. 5872) et fit preuve ainsi d’une imprudence bien difficile à pardonner, puisqu’il ne prenait pas en compte les conséquences de ce péché originel.

41  Voir supra la n. 20.

42  Voir les v. 7226-7228.

43  Ailleurs, (1) Dioclétien ordonne à Dacien de mettre à mort ceux qui, à Valence, seraient si foulx et estourdiz / d’y obicer erreur ou contrediz (v. 1739-1740) (où y désigne les lois et les édits des empereurs romains), — (2) un conseiller de l’empereur Maximien tient celluy foul qui se frotterait à Dacien (v. 1935), car il n’est nul plus approprié que lui pour chrestiens faire mourir (v. 1928), — (3) Dacien prévient qu’homme ne soit si foul qu’il cuide s’opposer à lui (v. 3418), car il serait pugny a cruelle rigueur (v. 3425), — (4) l’écuyer de Dacien prévient que ceux qui refuseraient de prendre part au sacrifice offert aux dieux agirait follement (v. 3533), car ils seraient punis amerement (v. 3537), — (5) rudoyant l’un de ses prisonniers, Bavart lui dit qu’il a ouvré follement (v. 7195), car il sera sévèrement châtié (voir les v. 7169-7199), — (6) Dacien dit à l’évêque que [c]’est a [luy] follement tendu ‘c’est de sa part agir de manière insensée’ (v. 8120) que de pousser Vincent à demeurer chrétien, car ce dernier n’en aura prouffit ne gloire (v. 8111), — (7) le geôlier dit à Heurtaut qu’il est ung bien sot cornart foul / d’y touchez (v. 9610-9611) (où y désigne Vincent) et refuse de toucher le prisonnier, car il n’est pas, lui, un pendart, cette remarque révélant en creux la malédiction encourue par celui qui toucherait au prisonnier (voir le v. 9613), — (8) le conseiller Morint explique que celui qui s’opposerait aux empereurs seroit foul et inique (v. 10114), — (9) un pauvre considère qu’il serait bien fin foul natre (v. 12482) d’aider Vincent, car il serait pendu [c]om ung meschant follastre et nice (v. 12490), — (10) saisi par l’état déplorable dans lequel se trouve Vincent, mais craignant certainement de partager le même sort, Grimaut affirme : Foul est qui de luy a pitié (v. 13141). Ajoutons que l’analyse du mot foul demeure plus délicate dans la réponse suivante de Dacien aux empereurs qui veulent lui confier la mission de rétablir l’ordre à Valence : Je suys foul hardy de la prandre, / mais je ne vueil vous contredire, / desobeir ne escondire (v. 1825-1827). Dans un mouvement de fausse humilité qui veut dissimuler sa présomptueuse hardiesse, Dacien se prétend foul d’accepter la mission qui lui est confiée. Mais la folie serait plutôt pour lui de refuser l’ordre impérial et, ce faisant, de désobéir.

44  Pour une présentation synthétique de cette question, voir Dull 1994, p. 55-60.

45  L’adjectif fémini pute a ici le sens de ‘vile, sale’ (DMF2010).

46  Le mot pennilliere est un occitanisme pour désigner le pénil.

47  Comparer les vers dits respectivement par Lucifer et Dacien : Si me dictes que vous en semble, / chascun par soy, non pas ensemble (v. 386-387), Chascun par soy, non pas ensemble, / me dye et compte son advis (v. 3518-3519).

48  Voir Leroux 2011, p. 276, n. 6315.

49  Voir également : Ha, fier et venimeux serpent / dont toute infection despent (v. 9382-9383).

50  Pour une explication de cette métaphore dans le mystère, voir Leroux 2011, p. 108.

51  V. 13604-13606.

52  Fritz 1992, p. 119. Il existe cependant une contrepartie à cette humeur essentiellement positive. à en croire les extraits d’Oresme et du Ménagier de Paris cités par le DMF2010, le caractère sanguin serait à l’origine de la luxure, ce qui s’oppose à l’image que le mystère fournit de Dacien. Ce personnage y apparaît au contraire comme un bon père et un bon époux qui laisse à d’autres les quelques allusions grivoises que compte la pièce.

53  Fritz 1992, p. 130-131.

54  Fritz 1992, p. 119.

55  Fritz 1992, p. 133.

56  (1-2) Valérien traite deux fois Dacien de foul enragé (v. 7070, 7075), — (3) Vincent traite Dacien de [m]eschant foul, pis que furieux (v. 11432), — (4) Vincent accuse Dacien d’être un mauldit foul miserable (v. 11505), parce qu’il a tant de dueil et d’ire (v. 11506) en son cueur dampnable (v. 11506), — (5) dans une prière en forme de ballade, Vincent parle de ses bourreaux comme de foulx qu’il voit de cruaulté atains (v. 11848) pour le contraindre à croire en leurs faux dieux. Ajoutons que c’est certainement dans la même perspective que l’archange Gabriel présente lui-même Dacien à une vieille femme comme un mauvais foul (v. 14843).

57  Voir enragé (v. 7070, 7075), furieux (v. 11432), dueil ‘affliction mêlée de courroux, colère’ (v. 11506) et ire (v. 11506).

58  Fritz 1992, p. 158.

59  Voir les v. 7635-7644 et 14369-14371.

60  Tais toy ! Je te rompray de coups ! / Mourir puisses amerement ! (v. 8346-8347).

61  Comme nous le verrons ci-dessous, le verbe affoler n’appartient pas en l’occurrence au paradigme morphologique du mot folie. Toutefois, l’emploi dans la même phrase de foul et affolle favorise ce rapprochement sémantique abusif.

62  DMF2010, s.v. affoler 1 ; voir également FEW 3, 690b, s.v. fŏllis.

63  DMF2010, s.v. affoler 2 ; voir également FEW 3, 847a-848a, s.v. fŭllare.

64  Ainsi, (1) dans une diablerie, Lucifer menace ses suppôts de les affoler de coups, parce qu’ils tardent à répondre à son appel : Je vous affolleray de coups, / si vous choiez dessoubz ma main ! (v. 6089-6090), — (2) cherchant sournoisement à réconforter Vincent, Cruquart le pousse à renier sa foi pour ne plus être supplicié : Ne vous faictes plus affollez ! (v. 14067).

65  Le verbe affoler en construction pronominale est attesté avec le sens de ‘se blesser soi-même’ (FEW 3, 848b, s.v. fŭllare).

66  Le verbe est notamment compris aux sens de ‘avoir la rage’, ‘se mettre en fureur, devenir comme enragé’ et ‘perdre la raison, devenir fou (de douleur physique ou morale)’ (DMF2010).

67  Fritz 1992, p. 185.

68  Fritz 1992, p. 191.

69  Voir Fritz 1992, p. 186.

70  Voir Louis de Lacger, « Saint Vincent de Saragosse », Revue d’histoire de l’église de France, t. 13, n° 60, 1927, p. 307-358, à la p. 321.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://babel.revues.org/docannexe/image/1997/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
URL http://babel.revues.org/docannexe/image/1997/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 365k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Xavier Leroux, « « Pausa si sotinet ne sonne ». Fous et folies dans Le Mystère de saint Vincent », Babel [En ligne], 25 | 2012, mis en ligne le 01 décembre 2012, consulté le 25 mai 2017. URL : http://babel.revues.org/1997 ; DOI : 10.4000/babel.1997

Haut de page

Auteur

Xavier Leroux

Université du Sud Toulon-Var
Laboratoire Babel (EA 2649)

Maître de conférences HDR à l’Université du Sud Toulon-Var, Xavier Leroux consacre l’essentiel de ses travaux à l’édition et à l’étude linguistique des textes dramatiques du Moyen Âge, ainsi qu’à l’analyse de leur versification. Il a notamment publié l’édition critique du Gouvert d’Humanité de Jean d’Abondance (Paris, Champion (Babeliana, 13), 2011). Avec Sandra Gorgievski et Odile Lasserre, il codirige l’équipe de recherche « Monde Médiéval & Renaissant » (laboratoire Babel, EA 2649). Il est par ailleurs chercheur associé au lamop (Laboratoire de Médiévistique Occidentale de Paris, UMR 8589).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Babel. Littératures plurielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire Babel
  • Logo Université de Toulon
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org