Navigation – Plan du site

Texte intégral

  • 1  Voir « La Celestina : études croisées », Babel, n° 22, 2e semestre 2010, textes réunis par Sandra (...)

1Après avoir consacré un précédent volume de la revue Babel – Littératures plurielles à l’étude d’une œuvre emblématique située à l’époque charnière qui voit le monde occidental passer du Moyen Âge à la Renaissance1, l’équipe Monde Médiéval & Renaissant, rattachée au laboratoire Babel (EA 2649), a choisi de poursuivre ses recherches sur la période médiévo-renaissante dans une perspective plus large en abordant le thème de la folie. Continuant de privilégier dans ses travaux une approche pluridisciplinaire et transversale, l’équipe de recherche Monde Médiéval & Renaissant a voulu que les articles réunis dans ce volume envisagent la question de la folie sans que celle-ci soit limitée au domaine français. Ainsi, tandis que Marianne Gilly-Argoud explore l’ensemble du domaine alpin et que Guillaume Berthon étend ses recherches à l’Italie, Claudine Sánchez Martel et Francesc Massip Bonet se tournent vers la Péninsule Ibérique. De leur côté, Tatjana Silec et Angus Gowland orientent ce volume vers le domaine anglophone. Quant aux contributions de Christine Bénévent et Jonas Kurscheidt, elles ouvrent des perspectives vers les terres germaniques et flamandes.

2Les études réunies dans ce numéro de la revue Babel – Littératures plurielles cherchent à faire apparaître les traces de rupture, mais aussi de continuité, qui marquent, dans la période envisagée, l’émergence d’un phénomène majeur dans la culture européenne, que Michel Foucault a entrepris d’analyser dans sa fameuse Histoire de la folie à l’âge classique. Dans le titre retenu pour ce recueil d’articles : Images de la folie au tournant du Moyen Âge et de la Renaissance, on retiendra que le mot images, naturellement mis au pluriel pour rendre compte de la diversité des objets étudiés, renvoie aux différentes représentations de la folie dans les productions littéraires, artistiques et culturelles du XVe et du XVIe siècle. Mais il désigne aussi l’empreinte que laisse la folie dans l’imaginaire de la période médiévo-renaissante et qui résulte en grande partie de la réception de textes aussi fondamentaux que l’éloge de la folie d’érasme et le Narrenschiff de Sébastien Brant.

3Dans les deux premiers articles de ce volume, il convient de comprendre au sens propre le mot image. Tandis que Marianne Gilly-Argoud analyse l’image des fous à travers l’iconographie de la folie dans la peinture murale alpine à la fin du Moyen Âge, l’étude consacrée à la fonction de la folie dans Le Mystère de saint Vincent s’attache à la représentation théâtrale des fous et de leurs folies sur la scène d’un mystère de la fin du XVe siècle. Dans les deux cas, il s’agit de déterminer les moyens mis en œuvre pour garantir la reconnaissance immédiate de la folie d’un personnage par le récepteur d’une peinture murale ou d’une performance théâtrale. En s’appuyant sur l’analyse des codes picturaux, dramatiques et linguistiques, les auteurs de ces deux contributions s’interrogent sur la définition de la folie à la charnière du XVe et du XVIe siècle. L’un et l’autre constatent que les images véhiculées par ces œuvres s’inscrivent dans la continuité de la vision médiévale de la folie.

4Les deux études suivantes s’intéressent plus spécifiquement au personnage du Fou qui, au-delà de sa fonction théâtrale, voit grandir son rôle au sein des cours princières. À partir de sources archivistiques, littéraires et iconographiques, Francesc Massip Bonet étudie conjointement l’activité du personnage du Fou et celle du bouffon courtisan dans les manifestations festives dans la couronne d’Aragon. De son côté, Guillaume Berthon s’attache au personnage de Triboulet et à la mise en scène des brillantes réparties qui lui sont attribuées dans les textes littéraires de l’époque. Il pose ainsi la question de l’évolution du statut des fous de cour à la fin du Moyen Âge.

5C’est une perspective historiographique que proposent ensuite d’adopter Christine Bénévent et Jonas Kurscheidt, dont les deux études sont conçues comme un diptyque. Les auteurs relisent attentivement le chapitre inaugural de l’Histoire de la folie, intitulé « Stultifera navis » et s’intéressent précisément à l’image de la Nef des fous. La première replace ce motif dans son contexte et s’attache à montrer les liens qui unissent les différents textes convoqués par Michel Foucault autour du Narrenschiff, non seulement entre eux mais aussi avec certaines réalités des sociétés médiévale et renaissante, comme les fêtes des Fous ou les sociétés dites « folles » ou « joyeuses ». Centrant son étude sur le texte du Narrenschiff lui-même, Jonas Kurscheidt parvient à la conclusion que, si Michel Foucault y recourt comme à une source scientifique, l’œuvre de Sébastien Brant est également pour lui une source inspiratrice pour la création de sa propre Nef des fous, cette image emblématique de la folie dans la période médiévo-renaissante que l’auteur de l’Histoire de la folie s’approprie. Ces deux études démontrent encore une fois que les recherches scientifiques impliquent dans un premier temps une réception personnelle des œuvres étudiées dont on ne peut totalement faire abstraction pour aboutir à une analyse qui tend à l’objectivité. Ainsi l’incontournable monographie de Michel Foucault peut-elle aussi bien (et peut-être d’abord) être perçue comme un témoin de la réception au XXe siècle des textes de la fin du Moyen Âge et de la Renaissance.

6C’est justement à l’étude de la réception et de l’influence de ces écrits que sont consacrés les trois articles suivants. Blandine Perona étudie la Declamation des louenges de follie, une traduction française de l’Éloge de la Folie publiée en 1520. Cet ouvrage constitue un témoin privilégié de la réception de l’œuvre d’Érasme en France. Sa transposition en français est l’occasion de simplifications et parfois d’erreurs qui montrent à la fois la complexité et la nouveauté du texte pour les contemporains de l’humaniste hollandais. Peu après, mais alors dans les sphères de l’humanisme ibérique, la lecture du même texte d’Érasme pousse Arias Barbosa à rédiger l’Antimoria, comme une sorte de « Blâme de la Folie ». Les prises de position et les distances prises par l’auteur par rapport à l’Éloge de la Folie témoignent des difficultés que pose la notion d’érasmisme. Un troisième article s’intéresse à l’influence plus tardive dans le domaine anglophone de l’émergence d’une nouvelle conception de la folie. Au début du XVIIe siècle, Robert Burton rédige The Anatomy of Melancholy et l’étude qu’en fournit Angus Gowland montre comment cet ouvrage s’inspire des différentes traditions européennes qu’il résume, s’approprie et réorganise.

7La dernière contribution de ce dossier consacré à la folie nous ramène à la littérature du XVIe siècle placée dans le prolongement des œuvres médiévales. Considérant que l’influence du romance anglais sur Shakespeare est encore trop sous-estimée et fondant son étude sur l’analyse de plusieurs personnages de King Lear, Tatjana Silec démontre que la figure du chevalier aliéné est à l’origine du personnage de fiction moderne.

8Augmenté dans les varia de deux articles, l’un consacré par James Dauphiné à l’œuvre d’Henri Ghéon et l’autre par Vladimir Schotter au concept de « Modèle » dans la création littéraire, ce numéro est le résultat d’une collaboration fructueuse entre plusieurs membres de l’équipe Monde Médiéval & Renaissant et des chercheurs rattachés à d’autres laboratoires. Les échanges qu’a permis la réalisation de ce volume ont encore été enrichis par la participation de deux doctorants et d’un étudiant en 2e année de Master. Pour la revue Babel – Littératures plurielles, c’est une grande satisfaction que de publier ainsi les travaux de jeunes chercheurs et de contribuer au développement et au renouvellement des études sur la période médiévo-renaissante.

Haut de page

Notes

1  Voir « La Celestina : études croisées », Babel, n° 22, 2e semestre 2010, textes réunis par Sandra Gorgievski, Odile Lasserre-Dempure et Xavier Leroux.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Xavier Leroux, « Préface », Babel, 25 | 2012, 7-10.

Référence électronique

Xavier Leroux, « Préface », Babel [En ligne], 25 | 2012, mis en ligne le 01 décembre 2012, consulté le 18 août 2017. URL : http://babel.revues.org/1985

Haut de page

Auteur

Xavier Leroux

Université du Sud Toulon-Var
Laboratoire Babel (EA 2649)

Maître de conférences HDR à l’Université du Sud Toulon-Var, Xavier Leroux consacre l’essentiel de ses travaux à l’édition et à l’étude linguistique des textes dramatiques du Moyen Âge, ainsi qu’à l’analyse de leur versification. Il a notamment publié l’édition critique du Gouvert d’Humanité de Jean d’Abondance (Paris, Champion (Babeliana, 13), 2011). Avec Sandra Gorgievski et Odile Lasserre, il codirige l’équipe de recherche « Monde Médiéval & Renaissant » (laboratoire Babel, EA 2649). Il est par ailleurs chercheur associé au lamop (Laboratoire de Médiévistique Occidentale de Paris, UMR 8589).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Babel. Littératures plurielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire Babel
  • Logo Université de Toulon
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org