Navigation – Plan du site

Les bibliothèques réelles et imaginaires dans l'œuvre d'Henri Troyat

Raissa Telechova
p. 207-218

Résumé

Écrivain français nourri de culture russe, Henri Troyat est l’auteur d’une œuvre profondément marquée par l’influence conjuguée de la littérature tant russe que française. Cette influence se reflète dans le cœur et l’esprit de ses personnages qui balancent, au gré des lectures que l’auteur leur prête, entre deux mondes littéraires, le russe et le français. C’est à l’exploration des bibliothèques imaginaires d’Henri Troyat qu’est consacré cet article.

Haut de page

Entrées d’index

Personnes citées :

Troyat (Henri)
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Henri Troyat, Sainte Russie. Souvenirs et réflexions, Paris, Grasset, 1956, p. 7.

1La Sainte Russie présentée dans de nombreuses œuvres d'Henri Troyat est « une Russie de rêve, une Russie légendaire, intérieure qui n'est pas celle des historiens »1. L'auteur l'a recréée au fond de lui-même en écoutant les récits de ses parents et en Usant les grands écrivains russes. De fait, les œuvres des poètes et romanciers russes ont aidé Henri Troyat à imaginer la Sainte Russie. Nous trouvons la confirmation de cette opinion notamment dans les réflexions de l'Académicien sur le rôle de sa bibliothèque personnelle dans la création de son image russe :

  • 2 Ibid, p. 39.

La Sainte Russie, pour moi qui l'ai si peu connue, c'est, plus encore peut-être que l'ensemble de mes souvenirs, ce coin de ma bibliothèque où sont rangées les œuvres de Pouchkine, de Lermontov, de Gogol, de Dostoïevski, de Tourgueniev, de Tolstoï, de Tchékov. Mon œil glisse d'un rayon à l'autre et je change de monde. Aux titres imprimés en caractères latins succèdent les titres imprimés en caractères slaves. Mais, à la réflexion, ce dépaysement est plus une affaire d'alphabet que de pensée2.

2En décrivant l'univers de sa vie familiale au sein d'un appartement parisien, Henri Troyat se plaît à évoquer les livres préférés de ses parents, les livres qu'il avait lus dans sa jeunesse. Pendant les moments heureux de ses lectures, Henri Troyat est comme transporté en un lieu de rêve. Ainsi entraîné dans le cadre de l'époque dépeinte, il peut affirmer :

  • 3 Henri Troyat, Un si long chemin, Paris, Editions J'ai lu, 1987, p. 46-47.

Les fantômes de Natacha, de Pierre Bezoukhov, du prince André, de Nicolas Rostov, de Marie hantaient notre modeste logis parisien. Dans mon esprit ils rejoignaient les histoires que mes parents me racontaient sur leur propre jeunesse. Guerre et paix, ce n'était pas seulement le temps de Napoléon et du tsar Alexandre 1er, c'était la Russie éternelle, celle que nous avons perdue, celle qui, peut-être, continuait là-bas, au-delà des frontières. Quand j'étais fatigué, mon père me relayait, ou ma mère. Ensuite je reprenais le fil du récit. Jusque tard dans la nuit, continuaient ces lectures alternées. En retrouvant mon lit, j'avais une tête riche à éclater. Après Guerre et Paix, je me jetai dans les poésies de Pouchkine, dont la musique sobre me transporta, dans les Ames mortes de Gogol, dans les romans de Dostoïevski, dans les nouvelles de Tchékov. Parallèlement, bien sûr, je dévorais Balzac, Stendhal, Flaubert, Victor Hugo3.

3Ces deux littératures ont formé « une seule coulée, puissante et large » dans l'esprit et le cœur d'Henri Troyat, Russe de naissance et Français d'adoption :

  • 4 Ibid, p. 47.

Je souffrais de ne pouvoir expliquer à mes parents ce qu'il y avait d'admirable, d'intraduisible dans une telle phrase de Flaubert et de ne pouvoir expliquer à mes camarades français pourquoi tels vers de Pouchkine me faisaient monter les larmes aux yeux4.

  • * Henri Troyat a prononcé le nom des écrivains russes avec l'accent russe.
  • 5 Henri Troyat, extrait du « message » adressé aux étudiants de français de Sibérie enregistré lors d (...)

4L'expérience d'Henri Troyat, « Russe francisé » ou « écrivain français nourri de lointains souvenirs russes » est profondément marquée par l'influence conjuguée de la littérature tant russe que française. Et Henri Troyat de prétendre qu' « il y a un phénomène étrange entre ces deux pays si différents par leurs origines, leurs traditions, leurs langues, leurs croyances, leur climat et qui cependant ont toujours été attirés l'un par l'autre. Une mutuelle fascination les oblige à confronter leurs cultures pour s'en inspirer, mais sans jamais renoncer à la leur. Pouchkine, Tourgueniev, Tchékov ont été toujours marqués par la France et lorsque les lecteurs français, quelques années plus tard grâce notamment à Tourgueniev et Mérimée ont découvert les Russes tels que Dostoïevski*, ce fut un émerveillement unanime. Depuis, ces deux littératures n'ont cessé de se nourrir l'une par l'autre tout en poursuivant leurs réalisations personnelles »5.

  • 6 Un si long chemin, op. cit.
  • 7 Ibid, p. 78.
  • 8 Henri Troyat, Tourguéniev, Paris, Flammarion, 1985, p. 162.
  • 9 Ibid, p. 158.

5Les Héros d'Henri Troyat partageront d'ailleurs ses goûts et ses préférences littéraires. Leurs bibliothèques seront remplies de livres russes et français, comme celle de l'écrivain. Henri Troyat rappelle également le plaisir qu'il éprouve à fouiller parmi les bibliothèques de Paris. Il mentionne, en particulier, dans ses conversations avec le journaliste Maurice Chavardès6, le nom de deux grandes bibliothèques de renommée mondiale : la Bibliothèque Nationale de Paris et la Bibliothèque Tourgueniev. L'écrivain y analyse le secret de son travail. Lors de la création de la biographie Dostoïevski, l'auteur a fait des recherches à la bibliothèque Tourgueniev qui « recelait, à cette époque là, des trésors d'ouvrages en russe sur Dostoïevski »7. Cette bibliothèque russe fut fondée à Paris par l'écrivain Ivan Tourgueniev. Celui-ci est considéré en France comme « l'ambassadeur de culture russe », « en se rendant utile, tout ensemble, à son pays d'origine et à son pays d'accueil »8. Dans sa biographie consacrée à Tourgueniev figure le rappel de « cette bibliothèque qui fut entièrement déménagée par les Allemands lors de l'occupation de Paris en 1940-1944. Elle a été, depuis, reconstituée »9.

  • 10 Un si long chemin, op. cit., p. 95.
  • 11 Ibid, p. 96.

6On observe, en outre, plusieurs indications concernant la Bibliothèque Nationale de Paris. L'écrivain précise notamment que « pour compléter sa connaissance de la Russie d'autrefois », il a eu recours à maints documents : manuscrits, revues, journaux trouvés à la Bibliothèque Nationale où il a connu « ces plaisirs du collectionneur maniaque »10. Les souvenirs sont encore bien vivants : « La grande salle de la Bibliothèque Nationale n'était pas chauffée. De rares clients, déguisés en explorateurs polaires, se penchaient, la goutte au nez, les doigts gourds, sur des bouquins qui leur soufflaient un peu de bonheur au visage »11. Ses recherches se déroulaient pendant les années sombres de l'occupation de Paris, lors de la deuxième Guerre Mondiale.

7On observe à deux reprises la mention de la Bibliothèque russe Tourgueniev dans le troisième livre de Tant que la terre durera L'écrivain russe Malinoff, personnage imaginaire, reçoit la proposition d'écrire le scénario d'un film. Déçu par la banalité des sujets qui venaient à son esprit, il fut sur le point d'abandonner ce projet. L'idée lui est venue de relire ses propres romans pour en tirer le scénario d'un film. Ses amis lui avaient dit que la bibliothèque russe Tourgueniev possédait une collection complète de ses ouvrages. Si la visite de la bibliothèque occupe la dimension de deux pages, les passages qui décrivent ce lieu ne sont pas légion. La conversation de l'écrivain avec la bibliothécaire est accompagnée du portrait succinct et sommaire de celle-ci qui est « une vieille dame à la chevelure duveteuse et au sourire d'infirmière ». Ayant pris ses dix-huit bouquins, « reliés en toile noire » et ayant fait ses adieux, Malinoff a examiné la salle :

  • 12 Henri Troyat, Etrangers sur la terre, Ed. de la Table Ronde, Paris, 1951, p. 91.

Il donna un dernier coup d'œil aux longs rayons de bois, chargés de bouquins poussiéreux. Combien de gloires secondaires dormaient ainsi, dans la lueur indifférente du jour ! Tous ces écrivains avaient fait confiance à la postérité et, sur le nombre, une dizaine ou plus connaissaient encore la faveur du public. Une odeur affligeante de papier moisi et de colle émanait de ce sépulcre littéraire. Les étiquettes blanches des volumes s'alignaient régulièrement, comme autant de fenêtres ouvrant sur le vide12.

8La première visite de la bibliothèque est illustrée par la description très brève, voire laconique, d'une visiteuse. C'est une « jeune femme, blonde et sans grâce, vêtue pauvrement » qui rapporte un livre et prend La Mère de Gorki. Au bout de trois semaines, Malinoff, de son côté, retourne à la bibliothèque Tourgueniev pour rendre l'ensemble des livres.

  • 13 Ibid., p. 95-96.

Contrairement à son attente, la bibliothécaire rangea les livres sans même vérifier leur état. Guidés par des mains expertes, ils réintégrèrent, en bloc, le logement vide qui leur était réservé sur un rayon. Alignés côte à côte, plus rien ne les distinguait de leurs voisins, vêtus comme eux de toile noire. Malinoff était triste à l'idée de les quitter. Il lui parut qu'un grand silence se faisait dans son cœur13.

9Les œuvres d'Henri Troyat sont le fruit de son imagination. Ses personnages n'existent pas dans la réalité. Ils sont imaginaires. C'est ainsi que l'écrivain l'explique :

  • 14 Henri Troyat, « Les auteurs et leurs livres. Tant que la terre durera », in Les Annales, № 20, juin (...)

Quant aux héros qui ont tenu bon, certains, tels Kisiakoff et Malinoff, ont été créés par moi de toutes pièces. D'autres sont le résultat de traits physiques et moraux empruntés à dix modèles différents14.

10On imagine sans difficulté la liberté créatrice de l'écrivain dans le choix de la représentation des endroits où ses héros sont placés et agissent. A l'insu de l'auteur, si l'on peut dire, ses personnages apparaissent plus ou moins longtemps, dans les bibliothèques personnelles ou familiales, dans les salons et là où sont regroupés des livres. Les cycles romanesques ainsi que les romans courts ne contiennent pas de descriptions, qu'elles soient même brèves, de tels sites. Seuls certains détails descriptifs sont intercalés dans le tissu de la narration. La description de l'appartement d'Alexandre Kozlov contient les renseignements sur sa collection de livres :

  • 15 Henri Troyat, Les Eygletières, Flammarion, Paris, 1965, p. 114.

Des livres français et russes s'empilaient sur les rayons, par terre, sur les rebords des fenêtres et jusque sous le sommier15.

11Et Henri Troyat de rapporter le sujet de conversation d'Alexandre Kozlov avec ses trois élèves à propos de la littérature française :

  • 16 Ibid, p. 117.

Ceux-ci lui ont demandé quel était son auteur préféré parmi les grands Russes, il répondit sans hésiter :
-Gogol
-Pourquoi ?
Parce que nul mieux que lui ne nous donne la sensation du mystère qui entoure l'objet en apparence le plus usuel, l'être en apparence le plus banal ! Sa vision caricaturale du monde nous apprend à douter de tout !16

12Les éléments descriptifs de la bibliothèque des Béreznikoff figurent dans le passage où Armand Croué rend visite à son père malade, Bernard de Croué. Ce dernier a été engagé par la famille russe noble de Béreznikoff comme secrétaire-bibliothécaire-archiviste :

  • 17 Henri Troyat, Le Moscovite, Flammarion, Paris, 1974, p. 11.

Armand s'élança hors du salon, traversa l'immense bibliothèque, dont les milliers de livres, aux reliures fanées, évoquaient la fragilité d'un feuillage d'automne, poussa successivement trois portes à panneaux sculptés, gravit un escalier, frappa à un vantail, entra et s'immobilisa perclus de respect, devant son père, assis dans un fauteuil roulant17.

13Ces éléments descriptifs concernent deus aspects : la quantité de livres (« milliers de livres ») et leur aspect extérieur (« reliures fanées »). Celui-ci suscite l'image romantique de « la fragilité d'un feuillage d'automne ». Armand Croué quant à lui, trouve dans la lecture réconfort et soulagement apportés à son chagrin et à sa douleur :

  • 18 Le Moscovite, op.cit., p. 48.

De retour rue Grande-Nikitsckaïa, Armand passa par la bibliothèque et reprit, pour se consoler, La Nouvelle Héloïse, à laquelle s'attachait le souvenir de Nathalie Ivanovna. Puis, lassé de tant de larmes et de tant de serments, il sauta dans L'Homme aux quarante écus. Tout en lisant, il songeait à l'étrange destinée des émigrés royalistes en Russie18.

  • 19 Ibid, p. 49.

14La lecture permet à ses personnages de s'évader de la réalité cruelle. Moscou, 1812, Napoléon est aux portes de la ville que ses habitants, pris de panique, désertent dans la confusion la plus totale. La famille Béreznikoff abandonne la maison pour aller « se terrer en Province ». Dans cette situation dramatique, Armand cherche à retrouver dans la lecture l'apaisement et l'évasion. « Assis dans sa chambre, le livre ouvert sur ses genoux, Armand laissait son regard sur des lignes imprimées, mais son esprit était loin des aventures agricoles, financières et sentimentales de l'homme aux quarante écus. Sa propre vie lui tenait lieu de conte philosophique »19.

15La lecture du livre est en effet à considérer non seulement comme une recherche intellectuelle, c'est aussi un moment propice à la rêverie. Dans le roman Tant que la terre durera, le jeune Volodia veut initier Tania à la lecture des chefs-d'œuvre de la littérature russe, mais la jeune fille romantique oublie le texte pour rêver à son amour naissant :

  • 20 Henri Troyat, Tant que la terre durera, Ed. de la Table Ronde, Paris, 1948, p. 97. A rapprocher de (...)

Avant-hier, il avait prêté à Tania les Récits d'un chasseur de Tourgueniev. Et elle avait rêvé en caressant ces pages où les yeux du jeune homme s'étaient posés avant les siens, et qui lui restituaient sa présence20.

  • 21 Henri Troyat, Nicolas II Le dernier tsar, Flammarion, Paris, 1991, p. 415.
  • 22 Ibid, p. 418.

16Le livre est également une source d'apaisement des souffrances d'Olga, la fille aînée du dernier tsar russe, Nicolas II La déportation de la famille impériale, après les péripéties dramatiques et la disparition horrible d'une vie dorée dans les palais somptueux, entraîne sans doute tous ses membres dans la réaction de tristesse et d'abattement. Toute la famille du tsar est regroupée dans la maison Ipatiev, du nom de son ancien propriétaire, à Iekaterinbourg, en Oural. « Construite en haut d'une colline, cette bâtisse massive et blanche, à deux étages, contient des chambres spacieuses et claires et un mobilier suffisant. Autour, s'étale un pauvre jardinet »21. Cette maison sera leur dernière demeure. Olga « lit tout ce qui lui tombe sous la main et semble parfois s'isoler dans une rêverie consolante »22.

17L'écrivain décrit l'état d'âme de ses personnages lorsque ces derniers sont dans leurs bibliothèques au milieu des livres. Olga Kourganova, veuve de quatre-vingt ans, vit à Paris, enfermée dans ses souvenirs de la Russie qu'elle a quitté encore enfant. Au déclin de sa vie, cette dame a connu la gloire tardive de l'écrivain. Olga Kourganova retrouve le plaisir en restant dans sa bibliothèque lorsque la sensation de fatigue physique ou morale se fait sentir, ce qu'Henri Troyat décrit en ces termes :

  • 23 Henri Troyat, Le défi d'Olga, Ed. J'ai lu, Paris, 1996, p. 93.

Lasse de balancer, à longueur de journée, entre trop d'hypothèses contradictoires, elle rangea les livres dans la bibliothèque, les russes accolés fraternellement aux français, se recoucha, éteignit la lampe de chevet et décida que désormais, quoi qu'il advînt, elle opposerait un mutisme farouche aux journalistes qui lui demanderaient son avis sur les dernières convulsions de la Russie23.

  • 24 Henri Troyat, La gouvernante française, Ed. J'ai lu, Paris, 1966, p. 174-175.

18Il est fréquent, dans les œuvres d'Henri Troyat, qu'un livre, un petit volume constituent le trait d'union avec les souvenirs heureux du passé et les incertitudes de l'avenir, entre les moments si précieux du bonheur et les périodes douloureuses de la vie humaine. Geneviève, une jeune Française, engagée comme gouvernante dans une famille russe de la haute société, est pressée de quitter la Russie lors des bouleversements de la révolution bolchevique de 1917. Elle emporte dans ses bagages « le petit volume de Pouchkine » que son ami lui avait offert et « qui ne quittera plus sa table de chevet »24. On constate la présence de la même thématique dans Le Moscovite. Le gigantesque incendie de 1812 a dévasté Moscou et n'a laissé que des ruines. La grande maison de bois des Béreznikoff n'est plus bientôt qu'« un brasier ronflant ». Affolé, Armand se précipite dans la chambre de son père pour emporter quelque chose :

  • 25 Le Moscovite, op.cit., p. 96.

Chaque fois qu'il jetait son dévolu sur un objet, le choix lui paraissait grotesque. Et la Bibliothèque ? Tous ces livres précieux ! Armand ouvrit une porte, traversa un voile de fumée, découvrit les sages rangées de reliures promises à la destruction. Un volume, au hasard. Au souvenir. Pourquoi ? Il n'en savait rien25.

19La bibliothèque est un lieu privilégié de la rencontre. C'est l'endroit où se déroule la première conversation de deux adolescents, Aliocha Kaprivine, fils d'émigrés russes et Thierry Gozelin, un garçon français maladif, d'une rare intelligence :

  • 26 Henri Troyat, Aliocha, Ed. J'ai lu, Paris, 1996, p. 32.

- Salut, mon vieux ! Je suis content que tu aies pu venir ! Cette seule phrase réconcilia Alexis avec le cadre solennel où vivait son ami. Celui-ci l'entraîna dans sa chambre. Une bibliothèque bourrée de livres entourait son divan-lit26.

  • 27 Ibid, p. 32.

20Thierry Gozelin donne à sa bibliothèque, aux murs ornés des photographies d'hommes célèbres, un nom magnifiquement superbe. « Mon Panthéon ! Annonça-t-il »27. Une amitié intense unit ces deux garçons. Vigny, Hugo, Tolstoï et Dostoïevski sont leurs idoles. Thierry Gozelin a fait partager à Aliocha ses exaltations littéraires, il lui a révélé sa chance d'appartenir à deux cultures. Au début, le désir d'Aliocha « de se fondre à la France » est tel qu'il est irrité lorsque ses parents parlaient de leur « attachement à tout ce qui venait de la Russie ». En écoutant sa mère réciter les vers de Pouchkine, Aliocha « se sentait bizarrement menacé dans son indépendance ».

  • 28 Ibid, p. 27.

21C'était comme si elle eût voulu le forcer à manger un dessert qu'il n'aimait pas, sous prétexte que chacun, dans son entourage, s'en régalait. Qu'avait t-il à faire d'un Pouchkine, d'un Lermontov, d'un Tolstoï, quand il avait à sa disposition toute la littérature de France ? Il n'allait pas lâcher la proie française pour l'ombre russe ! Quant à se proclamer inspiré et nourri par deux patries à la fois, c'était un leurre. On ne pouvait être l'homme que d'une seule terre, d'un seul héritage. Et, pour lui, cet héritage s'appelait Molière, Racine, La Fontaine, Balzac, Hugo. Il ne les avait pas tous lus, bien sûr loin de là ! Mais leurs noms bourdonnaient du matin au soir à ses oreilles. Ils faisaient partie de l'air qu'on respirait au lycée28.

  • 29 André Brincourt, « Henri Troyat. La promesse d'Aliocha », in Langue française, terre d'accueil, Ed. (...)
  • 30 Un si long chemin, op. cit., p. 246.

22Finalement Aliocha se reconnaît et s'accepte « dans sa double patrie intellectuelle, dans sa richesse singulière »29. Henri Troyat avoue qu'il éprouve le plaisir de faire évoluer son personnage « à partir d'un farouche reniement de la Russie vers une sorte de double amour englobant le pays natal et le pays d'accueil »30. La scène finale du roman Aliocha a pour cadre la chambre des parents du héros qui possédaient une petite collection de livres russes, qu'ils lisaient et relisaient s'ils avaient « du souci, un accès de tristesse » :

  • 31 Aliocha, op. cit., p. 121.

Saisi d'une inspiration subite, Alexis se rendit dans la chambre de ses parents ? Il y avait là quelques livres russes sur des rayons de bois blanc. Les titres se côtoyaient, en caractères cyrilliques. Il s'arrêta devant La Guerre et la Paix. Trois forts volumes à la reliure de toile grise. Il prit le premier tome et retourna dans la salle à manger31.

23La famille était alors rassemblée autour de la table. Hélène Fedorovna, la mère d'Alexis, s'était remise à son ouvrage de tapisserie. Elle avait presque terminé la broderie de « l'oiseau de feu ». Le père d'Alexis, Georges Pavlovitch, fume, les yeux mi-clos ; en silence il « se laisse aller à sa rêverie russe ». Aliocha entreprend la lecture du roman. Mais cela lui était difficile car il lisait mal le russe :

  • 32 Aliocha, op. cit., p. 122-123.

A mesure qu'il avançait dans le récit, il prenait de l'assurance. Sa diction s'affermissait, son œil captait plus rapidement le sens des lignes imprimées. Un mystérieux accord s'établissait entre sa voix monotone, débitant la prose de Tolstoï, et quelque chose de très chaud et de très précieux, enfoui au plus profond de lui depuis son enfance, à Moscou. Il était à l'aise dans cette langue, il la découvrait, il l'aimait32.

* * *

24Henri Troyat présente rarement la bibliothèque d'une manière conventionnelle en tant que salle où sont rassemblées des collections de livres. En revanche, ses personnages se réunissent et tiennent des conversations animées sur la littérature en général ou sur un livre lu récemment. Il arrive même que les amateurs aillent écouter des conférences sur la littérature. Le professeur de russe de l'Ecole des langues Orientales présente la littérature russe devant le public « dans la petite salle poussiéreuse et vétusté ». Son sujet est Art sans frontières.

  • 33 Les Eygletières, op. cité, p. 113-114.

En une demi-heure, il avait si bien analysé Le Dit de l'armée d'Igor que cette épopée du XIIe siècle apparaissait soudain, dans la violence de ses péripéties et la couleur de ses métaphores, comme un chef-d'œuvre universel comparable à l'Iliade et l'Odyssée33.

25Henri Troyat lui-même prononce maintes conférences sur la littérature française, ainsi qu'il le rappelle dans Le fils du satrape.

  • 34 Henri Troyat, Les fils du satrape, Grasset, Paris, 1998, p. 197.

Après l'explosion de joie qui salua la libération de Paris, la signature de la paix, en 1945, m'incita à profiter de l'ouverture des frontières pour me rendre en Belgique. Par la coïncidence digne de nos aventures de l'exode, on me proposait de prononcer, dans plusieurs villes wallonnes, une série de conférences sur la littérature française du XIXe siècle34.

26L'écrivain dote ses héros de qualités extraordinaires. Ils sont souvent, comme l'auteur lui-même, « biculturels ». Dans leurs bibliothèques imaginaires sont rassemblées harmonieusement deux cultures, deux littératures, la russe et la française. La phrase que 1'écrivain introduit dans Le Défi d'Olga semble, de fait, concerner beaucoup de ses créatures dont l'existence est comme la sienne « amphibie, mi-russe, mi-française » :

  • 35 Le défi d'Olga, op. cit., p. 138-139.

Dans sa tête, Balzac et Tolstoï marchaient bras dessus, bras dessous. Tchékov et Flaubert avaient des discussions passionnées à propos d'un adjectif, Pouchkine et Victor Hugo se récitaient mutuellement leurs derniers poèmes. Tout au long de sa vie, le fleuve russe et le fleuve français avaient ainsi marié leurs eaux tumultueuses. Elle avait déjà remarqué qu'il lui arrivait de rêver en français après la lecture d'un beau texte russe et vice versa. Quel appauvrissement, si elle avait, en s'expatriant, commis l'erreur de renoncer à l'une ou l'autre de ces deux cultures35.

  • 36 Etrangers sur la terre, op. cit., p. 407.

27En un sens, les personnages d'Henri Troyat sont véritablement des fous de littérature. Ils évoquent les écrivains russes et français connaissant non seulement les noms de leurs œuvres, mais en citant même des extraits. Ces extraits traduisent les moments de grande émotion ou, ce qui est étonnant, de concentration mystique. Les citations de la poésie russe chez Henri Troyat le prouvent. Après la procédure de la saisie, Boris Danoff qui se sentait humilié, vaincu dans sa vie française, par un effet de compensation « subitement avait envie de lire un livre russe, de réciter un poème russe, de parler russe, comme pour narguer cette animosité médiocre »36. Et Boris de se remémorer ces vers célèbres et nostalgiques de Pouchkine :

  • 37 Ibid, p. 408.

Les nuages courent et tournent
Une lune invisible éclaire
Les flocons de neige volante37.

28Henri Troyat ne donne pas le titre du poème. Il n'évoque que son auteur. Le lecteur compétent repère aisément ces beaux vers, tirés d'une poésie de Pouchkine, Les démons, écrite en 1830. L'ensemble du poème comporte 56 vers dont Henri Troyat connaît parfaitement le contenu qu'il dévoile dans sa biographie Pouchkine, lorsqu'il mentionne :

  • 38 Henri Troyat, Pouchkine, Perrin, Paris, 1976, p. 536.

qu'en traîneau, dans la plaine, fouetté par des tourbillons de neige, Pouchkine se croit assailli par une horde de démons38.

29Dans l'utilisation des citations de la littérature russe, c'est encore et inévitablement à Pouchkine qu'Henri Troyat recourt le plus souvent dans ses œuvres. Il considère, en effet, que la littérature russe est née avec Pouchkine :

  • 39 Pouchkine, op. cit., p. 796.

Il est, dans la Russie, à l'origine de toutes les Œuvres et de toutes les carrières. S'il est possible d'étudier la littérature française, anglaise, allemande, sans se référer constamment à un même écrivain pour expliquer les travaux de ceux qui lui ont succédé, il est impossible de parler des grands hommes de la littérature russe sans évoquer celui à qui ils doivent tout. Certes, il existait un embryon de littérature, en Russie, avant Pouchkine, mais la littérature russe est née avec lui39.

30Les citations provenant de la littérature française apparaissent chez Henri Troyat. Néanmoins, elles sont en proportion relativement faibles par rapport à celles de la littérature russe. Les personnages d'Henri Troyat sont toutefois bien partagés entre deux littératures. « Le vagabondage littéraire », la comparaison entre la littérature russe et la littérature française constituent un sujet de conversation entre deux personnes d'origine différentes, Boris Danoff, né en Russie, et sa fiancée française, Odile. Boris Danoff le rapporte dans son journal intime, « le vieux carnet relié en toile cirée noire » :

  • 40 Etrangers sur la terre, op. cit., p. 343-344.

Tout naturellement, nous avons repris notre conversation de la veille. Comparaison entre la littérature russe et la littérature française. Voici, à peu près, ce que je lui ai expliqué. A mon avis, les manières de penser du Russe et du Français sont foncièrement différentes. Nous réfléchissons gravement, lourdement, aux problèmes essentiels de l'existence. Dieu, l'âme, la mort, le bien, le mal, l'amour, tels sont les thèmes éternels de nos méditations. Nos écrivains les tournent et retournent sans se lasser. D'où une impression de monotonie grandiose, géniale. Les écrivains français, en revanche, sont moins obsédés par ma métaphysique. Quand ils l'abordent, c'est avec le désir d'émettre une théorie nouvelle sur un vieux sujet. Ils s'amusent intellectuellement à faire jouer toutes les facettes du problème. Ce qui, pour les Russes, est un bloc énorme et uni, devient pour eux un assemblage de parcelles miroitantes. Ils analysent. Ils divisent. Ils démontent. Ils jonglent avec les pièces détachées. Si un Russe se perd dans les méandres de la déduction, il remplace la logique par le sentiment, l'intelligence par l'élan du cœur. Un Français, lui, ne renonce jamais à la logique, à l'intelligence40.

* * *

  • * Raïssa Telechova, Maître de Conférences à Novossibirsk, soutiendra son doctorat consacré à l'imagin (...)

31Le cœur et l'esprit des personnages d'Henri Troyat balancent entre deux mondes littéraires, le russe et le français. Leurs penchants et leurs passions pour les livres sont bivalents comme ceux de l'Académicien Henri Troyat*. Le lecteur éprouve un enchantement extraordinaire en découvrant les bibliothèques imaginaires d'Henri Troyat. « Le vagabondage littéraire » que le lecteur entreprend le transporte et le plonge, ainsi que les personnages, dans le rêve et la méditation. Le lecteur, même quand il s'abandonne aux péripéties du récit, devine que c'est la quête de l'identité de l'auteur qui anime les héros de la fiction et qu'il n'y aura de paix intérieure ni pour lui, ni pour eux que dans la fusion enrichissante de ces deux cultures en un seul idéal d'ouverture et de fraternité. Le lecteur potentiel doué du biculturalisme peut apprécier la richesse du monde spirituel des héros dHenri Troyat et percevoir leur communauté d'esprit. Ce qui est singulier et fascinant vient du fait que la bibliothèque est un génie du lieu où se manifestent l'harmonie culturelle et celle des âmes. Henri Troyat a réussi à restituer, grâce à ce lieu, une part de l'âme russe et de l'âme française.

Haut de page

Notes

1 Henri Troyat, Sainte Russie. Souvenirs et réflexions, Paris, Grasset, 1956, p. 7.

2 Ibid, p. 39.

3 Henri Troyat, Un si long chemin, Paris, Editions J'ai lu, 1987, p. 46-47.

4 Ibid, p. 47.

* Henri Troyat a prononcé le nom des écrivains russes avec l'accent russe.

5 Henri Troyat, extrait du « message » adressé aux étudiants de français de Sibérie enregistré lors de notre rencontre à Paris dans son hôtel particulier le 16 juin 2000.

6 Un si long chemin, op. cit.

7 Ibid, p. 78.

8 Henri Troyat, Tourguéniev, Paris, Flammarion, 1985, p. 162.

9 Ibid, p. 158.

10 Un si long chemin, op. cit., p. 95.

11 Ibid, p. 96.

12 Henri Troyat, Etrangers sur la terre, Ed. de la Table Ronde, Paris, 1951, p. 91.

13 Ibid., p. 95-96.

14 Henri Troyat, « Les auteurs et leurs livres. Tant que la terre durera », in Les Annales, № 20, juin 1952, p. 13.

15 Henri Troyat, Les Eygletières, Flammarion, Paris, 1965, p. 114.

16 Ibid, p. 117.

17 Henri Troyat, Le Moscovite, Flammarion, Paris, 1974, p. 11.

18 Le Moscovite, op.cit., p. 48.

19 Ibid, p. 49.

20 Henri Troyat, Tant que la terre durera, Ed. de la Table Ronde, Paris, 1948, p. 97. A rapprocher de Dante Alighieri, La divine Comédie, Enfer, chant V
Noi leggevamo un giorno per diletto/ di Lancialotto, come amor lo strinse/ soli eravamo e senza alcun sospetto (Un jour pour nous divertir nous lisions/ de Lancelot comment l'amour l'étreignit,/ nous étions seuls et sans aucune méfiance). Per fiu piate occhi ci sorprinse/quelle lettura e scolorocci il viso/ ma solo un punto fu quel che si vinse (Par plusieurs fois nos yeux se relevèrent/ à cette lecture, notre visage blémit/mais un seul point réussit à nous vaincre).
Quando leggemo il disiato riso/esser bacciato da cotanto amante/questi, che mai da me non fia diviso (Quand nous avons lu le sourire désiré/d'être embrassé par un tel amant/celui qui jamais de moi ne sera séparé).
La bocca ni boccia tutto tremante/Galeotto fu il libro e chi lo scrisse/quel giorno più non vi leggendo avante. (La bouche me baisa toute frémissante/ Coquin fut le livre qui l'écrivit./Ce jour là, nous n'y lûmes plus avant). Traduction de André Pératé (1921), adaptation de J. Moisson.

21 Henri Troyat, Nicolas II Le dernier tsar, Flammarion, Paris, 1991, p. 415.

22 Ibid, p. 418.

23 Henri Troyat, Le défi d'Olga, Ed. J'ai lu, Paris, 1996, p. 93.

24 Henri Troyat, La gouvernante française, Ed. J'ai lu, Paris, 1966, p. 174-175.

25 Le Moscovite, op.cit., p. 96.

26 Henri Troyat, Aliocha, Ed. J'ai lu, Paris, 1996, p. 32.

27 Ibid, p. 32.

28 Ibid, p. 27.

29 André Brincourt, « Henri Troyat. La promesse d'Aliocha », in Langue française, terre d'accueil, Ed. du Rocher, Paris, 1996, p. 141-149.

30 Un si long chemin, op. cit., p. 246.

31 Aliocha, op. cit., p. 121.

32 Aliocha, op. cit., p. 122-123.

33 Les Eygletières, op. cité, p. 113-114.

34 Henri Troyat, Les fils du satrape, Grasset, Paris, 1998, p. 197.

35 Le défi d'Olga, op. cit., p. 138-139.

36 Etrangers sur la terre, op. cit., p. 407.

37 Ibid, p. 408.

38 Henri Troyat, Pouchkine, Perrin, Paris, 1976, p. 536.

39 Pouchkine, op. cit., p. 796.

40 Etrangers sur la terre, op. cit., p. 343-344.

* Raïssa Telechova, Maître de Conférences à Novossibirsk, soutiendra son doctorat consacré à l'imaginaire d'Henri Troyat, en octobre 2002, à l'UFR Lettres de Toulon.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Raissa Telechova, « Les bibliothèques réelles et imaginaires dans l'œuvre d'Henri Troyat », Babel, 6 | 2002, 207-218.

Référence électronique

Raissa Telechova, « Les bibliothèques réelles et imaginaires dans l'œuvre d'Henri Troyat », Babel [En ligne], 6 | 2002, mis en ligne le 12 juin 2012, consulté le 02 septembre 2014. URL : http://babel.revues.org/1972

Haut de page

Auteur

Raissa Telechova

Université de Novossibirsk

Haut de page

Droits d’auteur

© Babel

Haut de page
  • Logo Laboratoire Babel
  • Logo Université de Toulon
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org