Navigation – Plan du site

The Alpine Club Library, bibliothèque idéale du gentleman ?

Michel Tailland
p. 183-206

Résumé

Dans cet article, l’auteur retrace l’histoire de l’une des bibliothèques les mieux fournies au monde en livres sur la montagne et l’alpinisme : The Alpine Club Library. En vertu de la richesse et de la qualité de ses cartes géographiques, de ses revues spécialisées et de ses livres, la collection du club constitue une mémoire vivante de l’alpinisme et représente une source incontournable pour le chercheur en quête de la geste de l’Âge d’or de cette discipline.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 En comparaison, la bibliothèque du C.A.F. à Paris fondée en 1874 en présente plus de 10 000.

1La bibliothèque de l'Alpine Club possède sans doute aujourd'hui le fonds le plus riche de toutes les bibliothèques de livres sur la montagne et l'alpinisme dans le monde avec plus de quarante mille volumes1. Elle possède quelques ouvrages rarissimes qui ne figurent pas au catalogue de la British Library. On y est accueilli solennellement par les portraits sépia de tous les présidents depuis la fondation du club et le lecteur frémit de bonheur en manipulant les superbes reliures de cuir ou de toile. Certains de ces ouvrages portent les annotations de la main de ceux qui furent non seulement les grands alpinistes mais aussi de grands intellectuels victoriens ou édouardiens. Cependant, la bibliothèque n'est pas uniquement un outil dédié à la recherche ou à la spéculation intellectuelle mais également à l'action, car s'il le souhaitait, ce même lecteur trouverait tout aussi bien de quoi préparer la logistique d'une expédition en vue de l'ascension d'un sommet de 8000 mètres, ou simplement d'un banal 4000 dans les Alpes. Cette vénérable institution est en réalité une petite bibliothèque privée dépendant d'un club à l'histoire prestigieuse, mais une association au sens juridique du terme (Charity), il n'est cependant pas inutile de s'interroger à la fois sur les orientations de son fonctionnement, d'analyser la richesse de son fonds et pour ce faire il est essentiel de se pencher sur les cinquante premières années de son existence. En effet, beaucoup de lecteurs contemporains ignorent que l'idée de la création d'une bibliothèque fut consubstantielle de celle de créer un club alpin et fut inscrite dans les projets de statuts quelques mois avant la fondation du club à la fin de l'année 1857 :

  • 2 Alpine Journal, vol. 62, 1957, p. 26. (*) « The object of the club is to facilitate association amo (...)

L'objet du club est de faciliter les rencontres entre ceux qui possèdent des goûts semblables et de permettre à ses membres ... d'entreprendre ... les excursions en montagne les plus difficiles et de donner à tous l'opportunité de consulter les cartes et les livres qui seront disposés dans les locaux dont on espère que le club se dotera à terme2.

2La genèse de ce projet de création institutionnelle se situe dès l'origine à des niveaux très différents. Le premier comme l'indique le nom du club est un objectif sportif. Le deuxième, même si logiquement il n'est pas explicite, est comme dans tout club s'adressant à la bonne société victorienne, de mettre en rapport des gens de même catégorie sociale. Le troisième c'est à dire la bibliothèque, est un projet culturel comme on peut s'y attendre de la part de gentlemen appartenant à la bourgeoisie intellectuelle, car la majorité des membres du club est passée par l'une des Public-Schools de renom ainsi qu'à Cambridge ou Oxford. C'est cependant l'alliance de ces trois critères qui présente une véritable originalité, comme pouvait le souligner Frederick Pollock, l'un des premiers responsables de la bibliothèque, dès 1886 :

  • 3 Frederick POLLOCK, The Alpine Journal, vol. XII, n° XCI, feb.1886, p. 425. (*) « Differing in many (...)

Différant sous bien des aspects des types les plus familiers de clubs littéraires et mondains d'une part et des clubs athlétiques ou sportifs de l'autre, l'Alpine Club se rapproche d'une société littéraire ou mondaine en ce sens qu'il possède un certain nombre de livres3.

3On peut ainsi affirmer que ce club est tout autant un club sportif extrêmement élitiste qu'une société savante. A la fondation du club, la bibliothèque est mise en place rapidement, indispensable instrument de travail sportif et culturel pour des hommes qui, dans de nombreux cas, sont de brillants universitaires. C'est bien ainsi que l'historien John Lowerson en décrit le fonctionnement :

  • 4 J. LOWERSON, Sport and the English Middle classes 1870-1914, Manchester University Press, Mancheste (...)

Le club offrait un lieu pour la rencontre et l'information et pour l'étude virtuellement inséparables d'une démarche si élevée, avec des conférences, des publications et une bibliothèque superbe4 (*).

  • 5 A titre d'exemple, en 1862, le poste livres et cartes représente plus de £ 16 et le loyer £ 75.

4En raison du nombre restreint de membres, cet instrument de travail fonctionne de manière un peu informelle pendant quelques années. Cependant il faut noter que les achats de livres et de cartes représentent dès l'origine des sommes importantes, c'est même le deuxième poste de dépenses après les loyers5. Dès 1861, le nombre d'ouvrages devenant conséquent, on choisit pour le gérer un bibliothécaire honoraire (Honorary librarian) parmi les membres du club. On fait ensuite appel à un aide bibliothécaire appointé à partir de 1886. Dès lors une véritable politique d'acquisition est mise en œuvre qui résulte non seulement d'achats, mais repose également sur des dons et les échanges avec les autres clubs :

  • 6 Frederick POLLOCK, op. cit., p. 12. (*)« Books were presented by members, and by the authors, Engli (...)

Des livres furent offerts par leurs auteurs, Anglais et Etrangers. Alors que des clubs Alpins se formaient sur le continent, on envoya leurs périodiques en échange de l'Alpine journal !6 (*)

5Un catalogue de ce fonds, faisant apparaître 600 ouvrages est dressé dès 1880 sous la compétence de C.C.Tucker. En 1886 le nombre s élève à 1000 volumes ce qui peut sembler modeste, mais ne Test pas véritablement si Ton considère que les effectifs de l'Alpine Club sont gérés de façon malthusienne, l'élection au club se faisant sur des critères sportifs et sociaux.

Des ouvrages de culture générale

  • 7 William Brockedon, Illustrations of the passes of the Alps, 2 vol. , London, 1828-29.
  • 8 William Beattie, Switzerland illustrated, Illustrations de Bartlett, London, 1836.

6Très légitimement on trouve sur les rayons de la bibliothèque, des ouvrages destinés à l'élaboration de courses ou de voyages, guides, cartes, descriptions sur lesquels l'on reviendra plus amplement, mais également des livres anciens, tel le récit de l'ascension du Mont Pilate par Conrad Gesner de Zürich en 1555, le « De republica helvetiorum » de 1577, le « Mercurius Helveticus » de 1701, ou bien encore le poème « Die Alpen » de Haller dans plusieurs éditions qui vont de 1749 à 1795, pour ne citer que quelques exemples de ces ouvrages rares. On y trouve également des recueils de gravures illustrant les cols et passages des Alpes comme les ouvrages de W. Brockedon7 ou bien encore de Bartlett8, qui avaient connu un succès important.

7Les récits des voyageurs britanniques ayant parcouru les Iles Britanniques, l'Europe ou les Alpes au cours de leur « Grand Tour » à l'époque moderne font également partie du fonds, citons pour mémoire John Evelyn, Joseph Addison, Daniel Defoe, Arthur Young, Samuel Johnson, William Beckford, William Coxe ou bien encore John Moore, ouvrages dans lesquels on s'intéresse à l'état culturel, politique et religieux des pays concernés.

8Les liens entre l'Alpine Club et la Royal Geographical Society, fondée en 1830 furent toujours très étroits dès l'origine (entre 1857 et 1890, 11,2 % des membres de l'A.C. font partie de la Société de Géographie) et c'est à ce titre que les littérature de voyage et d'exploration figurent parmi les ouvrages de la bibliothèque, comme les récits de Sir Roderick Murchinson, des frères Schlagintweit, de Humboldt, de Stanley, ainsi que de Charles Darwin dans son voyage sur le « Beagle ».

  • 9 Tennyson, Genièvre, Paris, Hachette, 1868.

9Figurent également mais en nombre plus restreint des ouvrages de littérature générale qui dune façon ou dune autre ont un rapport avec l'éveil du sentiment de la nature, un séjour en Suisse ou en montagne ou le voyage en Italie. On y trouve à ce titre des poèmes romantiques comme par exemple les œuvres complètes de Wordsworth au rang desquelles se trouve « A complète guide to the lakes », ou encore les poèmes de Shelley qui avait écrit « I have trodden the glaciers of the Alps and lived under the eye of Mont-blanc » dans la préface de Laon and Cythna et livré à la postérité le célèbre poème Mont-Blanc écrit en 1816 dans la vallée de Chamonix. Il eût été injuste de ne pas y trouver Byron, dont le troisième chant de « Childe Harold » avait été composé à Genève. Les auteurs victoriens comme Ruskin figurent au catalogue (personnage ambigu, car il est à la fois membre de l'Alpine Club et contempteur de l'alpinisme), qui avait qualifié les récits des alpinistes de « littérature de mâts de cocagne ». Ne s'écriait-il pas à leur propos « You have despised nature ... you have made race courses of the cathedrals of the earth ». On y trouve également Anthony Trollope qui dans l'ouvrage Travelling sketches, avait donné une description vivante de « l'Alpine Club Man » parmi quelques caricatures d'anglais en voyage sur le continent. Tennyson enfin, figure majeure de la poésie victorienne y est présent en français9 dans une édition illustrée par Gustave Doré.

  • 10 R Bentley, London, 1848.
  • 11 London, 1880.

10Les auteurs français ne sont pas absents comme Montaigne et le « Journal de voyage en Italie par la Suisse et l'Allemagne », Rousseau avec les « Confessions », et la « Nouvelle Héloïse » dont la publication en 1761 fit découvrir le paysage de montagne à un lectorat cultivé. Ne fait-il pas dire à Saint-Preux dans la lettre XXIII « A mesure qu'on s approche des régions éthérées, l'âme contracte quelque chose de leur inaltérable pureté ». Le titre de certains ouvrages justifie leur présence, comme Taine et son « Voyage aux Pyrénées », Michelet et « La Montagne », Thiers qui avait ramené d'un voyage un volume intitulé « Les Pyrénées et le midi de la France, pendant les mois de novembre et décembre 1822 ». Daudet enfin qui raille l'alpinisme a travers « Tartarin sur les Alpes ». Si ses Contes ne figurent pas parmi les lectures qu'offre la bibliothèque, Andersen est présent grâce à un volume intitulé « Rambles in the romantic regions of the Hartz mountains, Saxon Switzerland... »10. On trouve enfin des auteurs américains. Mark Twain qui avait ramené d'un voyage en Europe en 1878 un ouvrage intitulé « A tramp abroad11 », dont la partie relative à la Suisse est traduite en français sous le titre « Ascensions en télescope ». Dans un registre très différent le poète Longfellow et son poème « Hyperion » viennent compléter cette courte liste.

11A part ces œuvres dont la présence ne découle pas dune volonté de constituer un fonds littéraire, mais bien plutôt d'affinités plus ou moins proches, on trouve d'autres ouvrages sur des thèmes plus surprenants. Pendant des années par exemple, l'itinéraire d'Hannibal dans son franchissement des Alpes avait été l'un des intérêts majeurs des voyageurs anglais. C'est tout naturellement que leurs ouvrages se retrouvent sur les rayons de la bibliothèque, comme par exemple « The course of Hannibal over the Alps ascertained » de John Whitaker, 1794, ou bien encore « Dissertation on the passage of Hannibal over the Alps », de Wickham et Cramer, 1820.

12Mais si de nombreux volumes de ce fonds sont intéressants en eux-mêmes et précieux sur le plan bibliophilique, c'est beaucoup plus pour ce qui est des documents suscités par la genèse de l'alpinisme et par l'Alpine Club, que sa bibliothèque est remarquable.

Les écrits des alpinistes

  • 12 Ces trois noms pour illustrer des auteurs et des ouvrages à présent sombrés dans l'oubli figurant p (...)
  • 13 A.W.MOORE, The Alps in 1864 , Privately printed, 1867, publié tout d'abord à une centaine d'exempla (...)

13On y trouve les ouvrages publiés par les alpinistes eux mêmes, membres de l'Alpine Club, certains devenus par la suite des classiques de la littérature de montagne, ouvrages de Wills, Whymper, Stephen, Conway, Coolidge, Tyndall, Freshfield, Moore, et d'autres nombreux, dont les auteurs sont oubliés du grand public comme Barry, Crosse, Plunkett, ou Twitters12. Si certains devinrent des succès d'édition, beaucoup de ces ouvrages furent publiés à compte d'auteur, et à très peu d'exemplaires. C'était d'ailleurs un phénomène répandu pour les voyageurs que de publier des récits de voyages non pas destinés à un large public, mais bien plutôt à un cercle d'intimes. Ces écrits ne font pas l'objet d'une grande publicité, et sont bien souvent dénués de toute prétention. Il s'agit essentiellement de coucher par écrit les souvenirs d'un périple. On peut d'ailleurs noter que certains volumes publiés ainsi, comme « The Alps in 1864 » de A.W.Moore furent publiés ultérieurement par la maison Douglas devant l'intérêt du texte et la reconnaissance de son lectorat d'origine13. Certains de ces ouvrages cependant comme les « Escalades dans les Alpes » de Whymper connaissent dès le début un immense succès aussi bien en Grande Bretagne que sur le continent. Ce beau livre illustré par des gravures sur bois de l'auteur devint rapidement un classique de la littérature de montagne toujours lu et régulièrement réédité jusqu'à nos jours.

  • 14 John TYNDALL, Hours of exercise in the Alps, London, Longmans, Green, 1871.
  • 15 Leslie STEPHEN, The playground of Europe, London, Longmans, Green, 1871.
  • 16 D.W.FRESHFIELD, Across country from Thonon to Trent, London, Spotiswoode, 1865.
  • 17 Edward WHYMPER, Scrambles in the Alps in the years 1860-69, London, Murray, 1871.
  • 18 Thomas HINCHLIFF, Summer months among the Alps, London, Longman, Green, Longmans & Roberts, 1857.
  • 19 D.W.FRESHFIELD, Sketches in the mountains of Ticino, Lombardy, The Trentino and Venetia, London, Lo (...)

14Cependant, les ouvrages des membres de l'Alpine Club ne visent pas à être des œuvres littéraires, Ruskin leur sert même de contre-exemple. Ils ne cherchent qu'à rendre compte de courses et d'expéditions en montagne. Ils ont tous en commun l'horreur des grandes phrases et des grands mots, un refus du lyrisme jusqu'alors si fréquent lorsqu'on décrit les sommets vus de la vallée. Les hommes du club s'interdisent les dérives théologiques ou esthétiques, leurs écrits sont des notes rapides, détachées et rendant bien à la fois l'aspect dynamique que demande l'alpinisme et le flegme que l'on est en droit d'espérer d'un gentleman. D'où le titre léger de leurs ouvrages : « Hours of exercise in the Alps14, The playground of Europe15 y Across country16, Scrambles among the Alps17, Summer months among the Alps18, Sketches in the mountains19 ».

  • 20 London, 1860.
  • 21 London, 1889-92.
  • 22 London, 1892.

15En toute logique, des ouvrages et des brochures scientifiques sont aussi à la disposition des lecteurs. Géographie, botanique, zoologie, glaciologie, bien qu'il soit établi dès l'origine que le club est un club sportif. Celui-ci en effet se veut dégagé de tout un système de légitimations qui prévalut durant la « préhistoire » de l'alpinisme et qui vit par exemple de Saussure passer quatre heures et demie en mesures scientifiques au sommet du mont Blanc. Cependant certains membres du club sont des scientifiques de grand renom, leurs ouvrages traitant de la théorie des glaciers font partie des collections de la bibliothèque : The glaciers of the Alps20. Fragments of science21, New fragments22 de John Tyndall, ou encore la pléthore d'ouvrages de J.D.Forbes et de Ramsay.

Les revues spécialisées

  • 23 Lettre citée par William LONGMAN, op.cit., p. 90-91. (*)« Among the crowd of tourists who leave Eng (...)

16Le territoire de la haute montagne étant en partie « Terra Incognita » à la formation du club, les alpinistes éprouvent le besoin de se créer un outil sous forme de publication institutionnelle, qui soit à la fois un lien mais aussi une « banque de données ». C'est ainsi que John Bail, le premier Président, jette les bases de ce qui fut quelques mois plus tard le premier volume de « Peaks, Passes and Glaciers ». Dans une lettre du 25 novembre 1858 adressée à William Longman il explique longuement, ce que devait être selon lui une publication de ce genre, dont il semble intéressant de citer les grandes lignes tant la vision est claire de ce qu'il était souhaitable pour le club et les lecteurs et à terme la promotion de l'alpinisme23 :

Parmi la foule de touristes qui quittent l'Angleterre chaque été, un grand nombre d'entre eux visitent des endroits intéressants dans les Alpes ou autres, qui sont presque inconnus au public des lecteurs. Une proportion importante d'entre eux est capable de rédiger un récit accessible et même digne d'intérêt de ce qu'ils ont fait et vu, mais avec un matériau limité, il n'est ni raisonnable, ni souhaitable que chacun écrive un livre. Que diriez vous de publier un volume annuel, constitué des contributions des voyageurs ? Si un choix judicieux était fait, je dirais qu'un tel volume serait en général intéressant, et assuré de ventes importantes » (*).

17Le premier volume, sous la direction de John Bail fut publié au printemps 1859, par les éditions Longman, Brown, Longmans and Roberts. Le succès fut exceptionnel, et quatre tirages atteignant au total 2500 exemplaires furent imprimés avant la fin de l'année, plus une édition de poche au printemps 1860. Le mérite de John Bail fut d'avoir pressenti les besoins et les attentes à la fois des membres du club, mais également d'un public grandissant d'amateurs de montagne et de voyages, puisque le lectorat dépassa très largement le cadre du club qui ne comptait à l'époque que 123 membres. Il ne s'agissait pas dans l'esprit de John Bail de créer un petit bulletin à l'usage interne du club, mais une véritable publication destinée à un public plus large.

  • 24 Intéressant article de John Ball lui même : « Suggestions for Alpine travellers » c'est à la fois u (...)
  • 25 On y trouve un article de Henderson et Shepperd sur l'Islande, ainsi qu'un article de Packe sur les (...)
  • 26 Guide to the Western Alps , 1863. Guide to the central Alps, 1864. Guide to the eastern Alps, 1868.
  • 27 Il fut envoyé dans les Alpes du Dauphiné par l'éditeur Longman afin d'effectuer des gravures pour i (...)
  • 28 William Frederick Donkin, 1845-1888, membre du club de 1879 à 1888 secrétaire de la « Photographie (...)

18En se penchant sur le contenu on perçoit nettement l'orientation donnée à l'entreprise, en effet sur dix-huit articles que contient le premier volume de Peaks, Passes and Glaciers, seize sont des récits de courses et d'excursions dans les Alpes alors qu'un seul article traite de science et qu'un seul n'est un article de conseils pratiques aux alpinistes24. Devant le grand succès du premier volume, une deuxième série fut publiée en deux volumes sous la direction cette fois de E.S. Kennedy, pendant l'année 1862. L'esprit en demeure sensiblement le même, mais en revanche on y trouve cette fois, des articles sur d'autres chaînes que les Alpes25, même si celles-ci restent largement la région la plus évoquée. Ces articles donnent de nombreux renseignements pratiques sur des routes ou des passages et des cols, anticipant ainsi de peu d'années la série des guides de Ball26. Ces deux nouveaux volumes étaient illustrés de gravures de Whymper, fruit de ses campagnes de 1860 et 186127. Plus tard à partir de 1877, F.W.Donkin, membre du club et pionnier de la photographie alpine de haute montagne, contribuera également à illustrer l'Alpine journal28.

  • 29 Claire Eliane ENGEL a pu dire à propos de L'Alpine Journal : « It has never ceased publication ... (...)
  • 30 Dans ce premier numéro, H.B. George se demande s'il n'était pas trop tard pour publier des récits d (...)

19Devant le succès obtenu par les deux volumes suivants de Peaks, Passes and Glaciers, il fut décidé une publication régulière dès le 1er mars 1863, avec le premier numéro de l'Alpine journal , sous la direction de H.B. George29. Le but de ce nouveau périodique était le même que celui de son prédécesseur, mais il visait aussi à devenir le bulletin interne au club30.

  • 31 Le sous-titre complet est « A record of moutain adventure and scientific observation by members of (...)
  • 32 Trimestrielle, sauf en 1868, qui ne vit que trois numéros. Quatre numéros par an jusqu'en 1916, où (...)

20Le sous titre de cette publication « A record of mountain adventure and scientific observation »31 (*) confirme les buts recherchés. La science, si elle est toujours mise en avant, en ces temps où l'exploration de territoires inconnus se poursuit, doit laisser la première place à l'aventure et au plaisir « gratuit » qu'elle procure. La revue, sur la période qui nous occupe, est trimestrielle32. La direction de la publication, est assurée durant ces années par des grands noms du club, à savoir : H.B.George (Vol 1 à 3) Leslie Stephen (vol 4 et 5) D.W. Freshfield (vol 6 à 9) W.A.B. Coolidge (vol 10 à 14) et A.J. Butler (vol 15). Tous ces hommes sont des intellectuels, des universitaires et des écrivains. Cela démontre l'exigence de qualité qui est souhaitée pour ce journal.

21Il est fort édifiant de se pencher de près sur la teneur des articles publiés par l'Alpine journal dans les 15 premiers volumes, c'est à dire de mars 1863 à novembre 1891. Cette analyse permet de dégager véritablement quelles sont les préoccupations des concepteurs du journal et des lecteurs, car ce sont les préoccupations de ces derniers qui apparaissent à travers ces statistiques*.

  • 33 II s'agit soit de premières, soit de nouveaux passages soit de courses suffisamment étonnantes pour (...)
  • 34 Sous cette rubrique sont répertoriés les courses, ascension, explorations, mais aussi les récits d' (...)
  • 35 Au sens large du terme : physique, zoologie, botanique, géographie physique, minéralogie, médecine, (...)

22Constatons tout d'abord que l'Alpine journal publie 879 articles au cours de ces vingt-huit années (à l'exclusion des nécrologies, critiques littéraires, et annonces d'expéditions nouvelles), ce qui est assez considérable, et représente une moyenne supérieure à 8 articles par numéro, et non moins étonnant, si l'on considère qu'on relate en moyenne toujours, plus de cinq courses ou ascensions exceptionnelles33dans chaque numéro de l'Alpine journal. Une très large majorité d'articles (73 %) se rapporte à des récits de courses, d'ascension, et d'explorations34. Viennent ensuite les articles traitant de science35, légitimant ainsi le titre du journal. Les articles sur la vie du club ainsi que les conseils pratiques ne représentent que 9 %, ce qui n'est pas énorme et démontre le fait que l'aspect social du club n'est pas, et de loin, sa raison d'être. Enfin, les articles d'histoire de littérature ou d'art ne représentent que 4 % du total. L'Alpine journal n'est donc pas une revue littéraire même si un grand nombre de membres du club sont de brillants intellectuels et si leur manière d'écrire leurs articles relève souvent plus de la littérature que du guide de voyage.

  • 36 C.E. ENGEL, La littérature Alpestre en France et en Angleterre au XVIIIe et XIXe siècles , Dardel, (...)

23Claire Eliane Engel a dit a ce propos36 parlant de la qualité des articles de Peaks,Passes and Glaciers et de l'Alpine journal : « Ces deux revues amenèrent une véritable renaissance de la littérature alpestre », et cela est peut-être dû à la conscience claire qu'avait eu John Bail de ce que devait être ce type de publication. Il faut également dire que l'Alpine Journal, constitua, comme l'institution qui l'avait suscité, un modèle dont s'inspirèrent les autres clubs, pour leurs propres revues, et toutes constituent des mines précieuses de renseignements, dont très tôt on reconnaît la qualité, présente et à venir, comme dans ce passage d'un lyrisme certain, dû à la plume d'Elisée Reclus :

  • 37 E. RECLUS, « Du sentiment de la nature dans les sociétés modernes », Revue des Deux Mondes, Tome LX (...)

Les recueils qui contiennent les journaux de voyage des membres des divers clubs alpins sont incontestablement les ouvrages où l'on trouve le plus de renseignements précieux sur les roches et les glaces, les hautes montagnes de l'Europe et les plus beaux récits d'ascension. Dans l'avenir, quand les Alpes et les autres chaînes accessibles du monde seront parfaitement connues, les mémoires des clubs alpins seront l'Iliade des coureurs de montagnes, et l'on se racontera les exploits des Tyndall, des Tuckett, des Croz, des Theobald, et autres héros de cette grande épopée de la conquête des Alpes, comme on se racontait jadis les exploits des hommes de guerre37.

24Même si les articles présentant des réflexions sur la pratique sportive font partie d'une catégorie statistiquement minoritaire, il est très révélateur de constater que les interrogations sur le sport lui-même, sur l'Alpine club, ses raisons d'être, son évolution et son avenir apparaissent très tôt. Les articles traitant de l'histoire du club, des mutations des objectifs et des pratiques se trouvent en quantité suffisante pour montrer la part jouée par l'Alpine journal dans la maturation et la définition d'une conscience, d'une histoire et d'une culture collective dans cette période de genèse de l'alpinisme.

25Phénomène important pour la qualité et l'exhaustivité du fonds, il est procédé à un échange régulier et réciproque de ces revues entre Clubs. La bibliothèque de l'Alpine Club possède ainsi les collections complète des revues de la plupart des grands clubs alpins dans le monde. (Dès 1907, 165 clubs ou société alpines ont déjà été créés).

Des ouvrages spécifiques à la préparation des courses

26Autre outil indispensable, le guide imprimé de voyage n'est pas chose nouvelle, mais le guide à l'usage de l'alpiniste devient un outil spécifique nécessaire à l'usage d'un public nouveau. Le club et la bibliothèque seront un vecteur efficace pour l'élaboration et la propagation de ces guides qui viendront chacun à leur tour garnir les rayons de la bibliothèque. On met ainsi en place une aide à la publication, à la rédaction parfois même des souscriptions pour la réimpression.

27Le guide livre trouve sa fonction légitimée à travers la démarche de ceux que l'on nomme encore à l'époque voyageurs ou touristes. Le guide Murray dès 1838 ou encore la version en anglais du Baedeker en 1859, sont ainsi des ouvrages largement utilisés. Pourtant ceux-ci, bien que fort utiles, montrent rapidement leurs limites, car ils ne traitent que de manière très périphérique des régions de haute montagne qui intéressent les premiers alpinistes. Ils font même preuve d'une certaine dose d'incompréhension (ils ne sont pas les seuls, car le public est bien souvent critique et hostile) à l'égard de ce sport naissant, comme en témoigne cette citation extraite du guide Murray de 1854 :

  • 38 Murray, Handbook of Switzerland, 6th edition, London, 1854. « The ascent of Mont Blanc is attempted (...)

Peu de gens tentent de gravir le mont Blanc. Ceux qui sont poussés par la curiosité seule ont peu d'excuses pour y risquer la vie de leurs guides. C'est un fait quelque peu remarquable qu'une proportion importante de ceux qui ont accompli l'ascension sont des personnes à l'esprit dérangé. Ceux qui ont réussi n'ont pour la plupart, conseillé à personne de tenter l'expérience38.

28Ainsi, se manifeste de manière très logique, la nécessité de l'élaboration d'outils spécifiques à ce public particulier. Les récits de voyage décrivant des périples et des ascensions font pour un temps office de « proto guide ». Ce genre d'ouvrage est devenu un genre littéraire. Citons par exemple John Forbes, médecin de la reine Victoria :

  • 39 Dr.John FORBES, « A physician's holiday in 1848 », London, 1852, p. 6-7. « I here refer chiefly to (...)

Je fais allusion principalement aux détails concernant les temps de voyage, les distances, les moyens de transport, les dépenses, les auberges, etc. Bien que les incomparables guides Murray laissent peu de choses à dire en ce qui concerne même ces sujets là, je ne peux cependant m'empêcher de penser que la simple description d'un voyage véritable, décrivant honnêtement et avec objectivité tout ce que les voyageurs ont fait ou vu, en des jours et des lieux précis, apportera une expérience beaucoup plus remarquable... La description détaillée des événements du trajet, de jour en jour, montrera aux voyageurs inexpérimentés, grâce à des exemples concrets, ce à quoi ils peuvent s'attendre en termes de difficultés ou de facilités durant leur voyage, ce que l'on peut faire en un certain laps de temps et à quel coût et quel moyen d'accomplir un but particulier sera le plus adapté dans un cas précis39.

  • 40 1826-86, membre de l'Alpine Club et l'une des grandes figures du pyrénéisme.

29Les publications du club citées plus haut remplissent un temps cette fonction, mais il ne s'agit toujours pas d'un véritable guide. Très curieusement, car ce n'était pas et de très loin la région la plus fréquentée par les alpinistes anglais de l'époque, c'est un ouvrage sur les Pyrénées qui constitua le premier véritable guide. Il s'agit de « A guide to the Pyrénées, especially intended for the use of moutaineers », publié à Londres en 1862 par Charles Packe40 et la maison Longman.

30C'est également à John Ball que l'on doit la première initiative en ce qui concerne les Alpes. En 1863, il publie le premier de ses trois volumes intitulé « Guide to the Western Alps ». C'est manifestement un outil dont l'utilité se fait sentir dans la communauté grandissante des alpinistes britanniques, comme l'auteur l'exprime dans la préface :

  • 41 J.Ball, Guide to the western Alps, Longman, London, 1863, p. vii. « It has for some time been felt (...)

On a senti depuis un certain temps que l'heure était venue de tenter de fournir aux voyageurs dans les montagnes des Alpes un guide qui diffère de ceux en usage jusqu'alors, sous bien des aspects41.

  • 42 Réseaux familiaux également, puisque William Spottiswoode était le neveu de William Longman.

31Deux autres volumes suivront, « Guide to the Central Alps » en 1864, ainsi que Guide to the Eastern Alps en 1868. Ces ouvrages paraissent avec l'appui institutionnel de l'Alpine Club qui a rapidement acquis une grande notoriété. Il ne s'agit pas de faire concurrence aux guides existants, mais de proposer quelque chose de nouveau. Il est intéressant de constater que ces ouvrages prétendent à une vision exhaustive des Alpes en suivant un découpage géographique sans tenir compte des frontières politiques qui ne sont considérées accessoirement que sous leur aspect formalités douanières (gênantes pour le voyageur). On y trouve de nombreuses pages dédiées à la zoologie, la botanique, la géologie, la météorologie ainsi qu'une bibliographie fort copieuse dépassant largement le cadre de l'alpinisme et une longue liste de cartes. On peut aussi y trouver une mine de renseignements touristiques généraux ainsi que d'autres destinés au public spécifique des alpinistes. Les ouvrages sont structurés autour d'un certain nombre d'itinéraires, sur lesquels peuvent se greffer l'ascension de sommets. Pas de gravures, mais des cartes majoritairement en noir et blanc. On a là un outil visiblement élaboré par des spécialistes à l'intention d'un public dont ils connaissent et partagent les goûts. L'éditeur, on doit le signaler n'est autre que William Longman et l'imprimeur Spottiswoode, tous deux membres de l'Alpine Club (Longman en ayant même été le Président), révélant ainsi l'existence de réseaux et de liens privilégiés42. Ces ouvrages connaîtront un grand succès, seront republiés de nombreuses fois et même révisés en 1898 pour une édition entièrement nouvelle sous la direction de Coolidge pour le premier volume, avec l'appui de l'Alpine Club et grâce à des souscriptions de la part de ses membres.

32Lorsque presque tous les grands sommets sont conquis, l'alpinisme évolue vers d'autres tendances. La technique évolue, on délaisse la neige au profit du rocher, certains tentent de se passer de guides pour des raisons économiques ou pour rechercher une plus grande difficulté. Le guide imprimé doit également suivre des tendances nouvelles. Les anciennes éditions ne répondent plus aux besoins des nouveaux pratiquants, comme le dit Martin Conway, un des grands noms de l'époque :

  • 43 W.M. Conway, The autobiography of a mountaineer, London, 1933, p. 59. « Contemporary guide-books we (...)

Les livres-guides contemporains n'étaient pas rédigés pour les grimpeurs, mais pour des soit disant « piétons », des gens qui voyageaient à pied43.

33Le Zermatt pocket-book élaboré par le même Conway, tente en 1881 de répondre à de nouvelles exigences. Cet ouvrage devait se révéler d'une grande utilité pour les grimpeurs, suscitant ainsi la conquête de voies nouvelles. Il laissa même sa trace sur le terrain à travers des toponymes nouveaux. Ce petit guide vit le jour au début de 1881. Il n'avait pas vocation à être suivi d'autres volumes. Pourtant, grâce à la collaboration d'un autre grand alpiniste, W.A.B.Coolidge, ce premier guide servit de modèle et fut suivi de nombreux autres volumes jusqu'en 1910 (La série des Conway and Coolidge's climbers' guides, 18 volumes traitant chacun d'une partie des Alpes, chacun faisant l'objet de plusieurs rééditions). Dès le premier volume et après le succès du Zermatt pocket-book, c'est l'éditeur T. Fisher and Unwin qui se chargera de la publication (il publie de nombreux livres de montagne). On y trouve la description la plus synthétique possible de courses de cols et de sommets, l'altitude en pieds et mètres, le temps de montée et des descente. Cependant les auteurs indiquent toujours le ou les auteurs de la première, ainsi que des indications bibliographiques décrivant ces ascensions. Il n'y a ni gravures ni photos et les cartes sont rares. Par souci évident de concision, ces volumes évitent les chapitres de conseils généraux ou spécifiques. En revanche, on trouve parfois une courte liste d'auberges, de refuges, de guides de montagne et toujours un index. Dans les préfaces toujours courtes les différents auteurs mettent l'accent sur le fait que ces ouvrages ont été élaborés sur le terrain et sont le fruit d'une expérience pratique de plusieurs années et d'une importante recherche documentaire.

  • 44 Respectivement 15 et 16.

34Un autre grand grimpeur, Edward Whymper le vainqueur du Cervin et de l'Aiguille Verte, sera à l'origine de deux autres volumes consacrés aux deux Grands centres de l'alpinisme, Chamonix et Zermatt. Il publie tout d'abord en 1896 Chamonix and the range of Mont Blanc : a guide, puis en 1897 The valley of Zermatt : a guide. Whymper qui fait partie de la première génération des alpinistes, renoue un peu avec la tradition des guides Bail, qui sans perdre de vue l'aspect pratique n'en néglige pas pour autant l'aspect culturel Ces deux ouvrages feront l'objet de plusieurs rééditions44 et seront traduits et publiés en français.

  • 45 Expression popularisée par le titre du célèbre livre de Leslie Stephen, The playground of Europe, L (...)

35On peut s'étonner de ne pas voir citer de guides d'escalade dans les Iles Britanniques, c'est qu'en effet il s'agit paradoxalement d'un phénomène plus tardif que la naissance de l'alpinisme sur le continent. C'est en réalité à partir des années 1880 que se créent d'autres clubs de grimpeurs en Grande Bretagne. Ceux-ci, bien que souvent suscités ou crées par des membres de l'Alpine Club, ont un recrutement moins élitiste que l'on peut en partie expliquer par un accès au sport moins onéreux en l'absence de voyage lointain et coûteux. C'est pour répondre aux besoins de cette nouvelle catégorie de pratiquants que paraissent les trois ouvrages suivants : de W.P. Haskett Smith, Climbing in the British Isles (Vol. 1. England, London 1894, vol. 2 Wales and Ireland, en collaboration avec H.C. Hart, London, 1895) et par Owen Glyne-Jones, Rock-Climbing in the English Lake District, 1897. Ces guides, comme l'étaient leurs prédécesseurs, sont le fruit d'une grande expérience de terrain de la part de leurs auteurs, grimpeurs de haut niveau appartenant à l'élite du sport. La parution de ces ouvrages se fait avant tout pour combler un vide, mais également comme une forme de militantisme en faveur de régions considérées comme secondaires et moins prestigieuses que les Alpes et qui pourtant constituent le territoire national des utilisateurs potentiels, il s'agit presque d'une légitimation de ces nouveaux « terrains de jeu »45, comme l'exprime la préface qu'Owen Glyne Jones donne à son guide :

  • 46 Owen Glynne Jones, Rock Climbing in the Lake District, 2nd ed.1897, London, G.P. Abraham and sons, (...)

Nos alpinistes de haut niveau ... emportant avec eux des aptitudes innées et beaucoup d'argent font leurs classes à l'étranger. Pourquoi n'effectuent-ils pas leur entraînement préliminaire pendant un ou deux ans au Pays de Galles, dans le Cumberland ou dans les montagnes d'Ecosse ? Il serait plus intelligent et moins cher de soutenir « l'industrie nationale » jusqu'à un certain point avant de faire leurs débuts dans les montagnes des Alpes46.

36Tous ces ouvrages, instruments textuels de la conduite d'un lecteur itinérant, viennent tour à tour enrichir la collection du club. Ils constituent un fonds dynamique et vivant, puis remplacés par d'autres, deviennent au fil des années une source de première main pour le chercheur en quête de la geste de l'âge d'or de l'alpinisme.

Collection et élaboration de cartes géographiques

37On assiste à une démarche comparable pour les cartes de régions de montagne encore imparfaitement connues. Le club acquiert les cartes existantes et soutiendra les initiatives en matière de cartographie et la bibliothèque devient une mine en ce domaine. On saisit bien la nécessité d'un outil fiable lorsque on se réfère à ce que dit Whymper à propos de la situation de certaines régions des Alpes au début de l'aventure de l'alpinisme et l'on comprend le manque qui touche les pionniers de ces régions en la matière :

  • 47 E.WHYMPER, Scrambles amongst the Alps, p. 18.
    (*)
    « The district is still very imperfectly known ; (...)

La région est encore très imparfaitement connue ; il y a probablement beaucoup de vallées et certainement de nombreux sommets qui n'ont jamais été foulées par le pied des touristes ou des voyageurs... Jusqu'à ces dernières années, pratiquement aucune carte n'avait été dressée : celle du Général Bourcet, la meilleure qui ait été publiée, était complètement inexacte sur la forme des montagnes et souvent incorrecte quand aux sentiers ou aux routes47. {*]

  • 48 Ami de Douglas Freshfield , avocat, ancien de Marlborough et d'Oxford, entré à l'A.C. en 1866, il d (...)

38Comme cela est indiqué dans le préambule des règles du Club on met des cartes à la disposition des membres dès l'origine, mais l'usage n'en est pas facile et le fonds insuffisant jusqu'au début des années 1880 et c'est la restructuration de la bibliothèque qui remédie à ce problème. Une armoire à cartes est alors mise à la disposition des membres, on y classe les cartes des différentes régions alpines. La chaîne est répertoriée en cinq Etats : la France, la Suisse, l'Italie, la Bavière et l'Autriche. Le travail de mise à jour est effectué par C.C. Tucker48, qui bien sûr complète les collections essentiellement à l'aide de cartes éditées par les différents gouvernements, mais également par différents clubs ou sociétés alpines. La carte suisse de Dufour fait partie des réussites saluées par le Club. Si les cartes françaises et suisses sont considérées comme de bonnes cartes par l'Alpine club, il n'en va pas de même des cartes d'Autriche, du Piémont qui reçoivent des critiques acerbes.

  • 49 Anthony Miles William ADAMS REILLY, 1836-1885 . Elu à l'Alpine.Club en mars 1862, il eut l'occasion (...)
  • 50 « Extraordinary expenditure, drawing and printing Mr. Reilly's map », Statement of income and expen (...)
  • 51 A. Adams Reilly ne fut pas simplement un homme de talent pour ses cartes, il fut aussi un alpiniste (...)

39L'action de l'Alpine Club et de sa bibliothèque en faveur des cartes trouve sa réalisation la plus manifeste dans la publication des cartes d'Anthony Adams-Reilly dont on doit faire mention particulière49. Deux cartes seront successivement publiées aux frais du club. La première concerne la chaîne du mont Blanc (The Chain of mont Blanc, from an actual Survey in 1863-64,). La deuxième la région du Mont Rose (The Valpeline, the Valtournanche and the Southern valleys of the Chain of Monte Rosa, from an actual survey made in 1865-66 ). Les frais de publication de la première de ces cartes représentent 9,3 % du budget du club, ce qui est considérable. L'année 1868 voit apparaître une dépense extraordinaire50concernant la carte Adams Reilly, dépense s'élevant à £ 100.0.6. La carte du mont Rose est publiée en 1869. Les frais de gravure de cette dernière représentent 12,7 % du budget annuel. Whymper qui avait effectué nombre de courses avec l'auteur donne des renseignements précieux sur l'homme, son entreprise et sa méthode. Parlant de la personne51 et de son travail il dit ceci :

  • 52 E. WHYMPER, Scrambles amongst the Alps, p. 190.
    (*) « This extraordinary piece of work revealed Mr. (...)

Ce travail extraordinaire, me prouva que Mr. Reilly était un homme d'une détermination et d'une persévérance merveilleuse52. (*)

40Pour ce qui est de la méthode utilisée, Whymper en donne une description d'ensemble :

  • 53 E. WPIYMPER, Scrambles amongst the Alps, p. 189-90.
    (*) « In 1863, Mr. Adams-Reilly, who had been tr (...)

En 1863, Mr. Adams-Reilly, qui, depuis plusieurs années voyageait dans les Alpes, résolut de tenter de cartographier les parties de la chaîne du Mont Blanc qui ne l'étaient pas. Muni d'un bon théodolite, et prenant une ligne de base mesurée par Forbes dans la vallée de Chamonix, il détermina les positions d'environ 200 points... Pendant l'hiver 1863 et le printemps 1864, Mr. Reilly dressa une carte entièrement nouvelle d'après les données nouvellement acquises. Il remplit les espaces entre les points qu'il avait déterminés trigonométriquement grâce à des photographies et une série de croquis panoramiques réalisées dans ses différentes stations. La carte ainsi produite était un immense progrès sur celles qui existaient déjà, car pour la première fois elle montrait la position des grands sommets de manière exacte53. (*).

  • 54 II avait cependant étudié le dessin à Rugby comme élève de G. Barnard, peintre paysager et membre d (...)
  • 55 La carte de Forbes, effectuée en 1842 concernant la Mer de Glace, et dont la qualité est également (...)
  • 56 Pour les cartes de la France, il faut noter que la partie concernée par Adams Reilly n'était que ré (...)

41Les cartes d'Adams Reilly sont intéressantes à plus d'un titre, en particulier à cause du fait qu'elles ne sont pas le fruit d'un dessein militaire initié par une volonté politique comme c'est le cas par exemple des cartes françaises et suisses, mais au contraire d'une initiative privée entreprise par un homme ayant reçu à la base une formation d'avocat54, soutenu par une institution également privée (l'Alpine Club) et dont les efforts conjugués aboutissent à la publication d'un outil d'intérêt public. Phénomène nouveau, c'est à une carte à but touristique que l'on a affaire55, et non plus une carte à usage militaire56.

42Ainsi il apparaît clairement que le club et son prolongement naturel, la bibliothèque, sont à la fois une collection de livres et de documents qui remplissent la fonction classique de « sédimentation » de toute institution du même genre, mais possèdent également une fonction plus active de concepteurs d'outils nouveaux comme l'exemple des guides, des publications et des cartes l'illustrent pleinement. Ils sont à la fois la mémoire et la généalogie de cette discipline, destinées à forger une culture générale sur la montagne et à fixer des références en conservant la trace des exploits des alpinistes. Ils sont également des acteurs dynamiques de son devenir. Le fonds sera consulté en permanence par les générations successives pour préparer leurs courses et leurs expéditions depuis les voies les plus fréquentées jusqu'aux premières les plus prestigieuses. La bibliothèque de l'Alpine Club est un révélateur des courants profonds qui irriguent le Club et le sport dont il est le symbole. La richesse et l'éclectisme du fonds permettent d'en dégager les traits caractéristiques tant ils constituent la somme des intérêts de ses membres sur la deuxième moitié du XIXe siècle. On voit nettement la démarche s'inscrire dans le mouvement d'ensemble d'exploration et de découverte, mais en même temps on perçoit très bien que l'aventure l'emporte sur la science. Cependant l'alpinisme se pose comme une activité sportive que l'on ne peut isoler des préoccupations intellectuelles, esthétiques et morales qui animent ses pratiquants. Il se situe au centre d'une société dont les élites auxquelles appartiennent les membres du club, ont reçu une éducation originale basées sur les idées de « Mens sana in corpore sano » et de « Muscular christianity » chères au pédagogue Thomas Arnold, « Headmaster » de Rugby et grand réformateur de l'enseignement dans les années 1830.

43Cette bibliothèque est un outil culturel au service d'une ambition presque unique qui consiste à tenter de conquérir (au sens militaire du terme) la majorité des sommets des Alpes, puis à leur tour les principales chaînes du globe y compris l'Himalaya, symbolique entre toutes car s'y trouve l'Everest, plus haut sommet du monde. L'alpinisme n'apparaît pas comme le sport distingué d'un petit groupe d'esthètes oisifs et dilettantes et même si les alpinistes sont de vrais amateurs, cette pratique se pose comme l'affirmation de la prise de pouvoir d'une bourgeoisie triomphante. Cette boulimie de sommets et de premières s'impose comme métaphore de la puissance nationale et impériale britannique.

Haut de page

Notes

1 En comparaison, la bibliothèque du C.A.F. à Paris fondée en 1874 en présente plus de 10 000.

2 Alpine Journal, vol. 62, 1957, p. 26. (*) « The object of the club is to facilitate association among those who possess a similarity of taste, and to enable its members to ... undertake ... the ... more difficult mountain excursions and to give to all an opportunity of consulting the maps and books to be placed in the rooms which it is expected the club will eventually possess ».

3 Frederick POLLOCK, The Alpine Journal, vol. XII, n° XCI, feb.1886, p. 425. (*) « Differing in many respects from the most familiar types of literary and social clubs on the one hand, and athletic and sporting clubs on the other, the Alpine Club approaches the literary and social types in that he posseses a certain number of books ».

4 J. LOWERSON, Sport and the English Middle classes 1870-1914, Manchester University Press, Manchester, 1993, p. 56. {*)« The club provided a meeting place for information and for the didacticism virtually inseparable from such high minded endeavours, with lectures, publications and a superb library ».

5 A titre d'exemple, en 1862, le poste livres et cartes représente plus de £ 16 et le loyer £ 75.

6 Frederick POLLOCK, op. cit., p. 12. (*)« Books were presented by members, and by the authors, English and Foreign. As Alpine Clubs were formed on the Continent, their periodicals were sent in exchange for « The Alpine journal »

7 William Brockedon, Illustrations of the passes of the Alps, 2 vol. , London, 1828-29.

8 William Beattie, Switzerland illustrated, Illustrations de Bartlett, London, 1836.

9 Tennyson, Genièvre, Paris, Hachette, 1868.

10 R Bentley, London, 1848.

11 London, 1880.

12 Ces trois noms pour illustrer des auteurs et des ouvrages à présent sombrés dans l'oubli figurant parmi tant d'autres au catalogue Alpine club Library 1888 BARRY Dr Martin, Ascent to the summit of Mont-Blanc, London, (nd). A.F.CROSSE, Round about the Carpathians, Edimburgh, London, 1878. F.PLUNKETT, Here and there among the Alps, London, 1875. Peter TWITTERS, How I went up the Jungfrau, and came down again, (nd).

13 A.W.MOORE, The Alps in 1864 , Privately printed, 1867, publié tout d'abord à une centaine d'exemplaires et à l'intention d'amis ou de connaissances puis en 1902 par la maison Douglas d'Edimburgh.

14 John TYNDALL, Hours of exercise in the Alps, London, Longmans, Green, 1871.

15 Leslie STEPHEN, The playground of Europe, London, Longmans, Green, 1871.

16 D.W.FRESHFIELD, Across country from Thonon to Trent, London, Spotiswoode, 1865.

17 Edward WHYMPER, Scrambles in the Alps in the years 1860-69, London, Murray, 1871.

18 Thomas HINCHLIFF, Summer months among the Alps, London, Longman, Green, Longmans & Roberts, 1857.

19 D.W.FRESHFIELD, Sketches in the mountains of Ticino, Lombardy, The Trentino and Venetia, London, Longmans, Green, 1875.

20 London, 1860.

21 London, 1889-92.

22 London, 1892.

23 Lettre citée par William LONGMAN, op.cit., p. 90-91. (*)« Among the crowd of tourists who leave England every year, a good many visit places of interest in the Alps and elsewhere, that are nearly or quite unknown to the reading public. A fair proportion of them are capable of writing an intelligible an even interesting account of what they have done and seen, but with limited materials it is neither reasonable nor desirable that each should write a book . What would you say of bringing out an annual volume, made up of the contributions of travellers ? If carefully selected, I should say that such a volume would be generally interesting, and secure of a large sale ».

24 Intéressant article de John Ball lui même : « Suggestions for Alpine travellers » c'est à la fois un article, sans doute un des premiers du genre, à traiter de technique de l'alpinisme, et de science (mesure des altitudes, glaciologie, ainsi que de géologie et d'histoire naturelle), un condensé en somme des préoccupations des alpinistes de l'époque.

25 On y trouve un article de Henderson et Shepperd sur l'Islande, ainsi qu'un article de Packe sur les Pyrénées.

26 Guide to the Western Alps , 1863. Guide to the central Alps, 1864. Guide to the eastern Alps, 1868.

27 Il fut envoyé dans les Alpes du Dauphiné par l'éditeur Longman afin d'effectuer des gravures pour illustrer un ouvrage.

28 William Frederick Donkin, 1845-1888, membre du club de 1879 à 1888 secrétaire de la « Photographie society » devait disparaître en compagnie de H. Fox dans le Caucase le 30 ou 31 août 1888.

29 Claire Eliane ENGEL a pu dire à propos de L'Alpine Journal : « It has never ceased publication ... in spite of two world wars, and it is by far the best mountaineering periodical in the world », A history of mountaineering, Allen and Unwin,London, 1950, p. 120. (*) « // n'a jamais cessé d'être publié... en dépit de deux guerres mondiales, et il est de loin le meilleur périodique de montagne au monde ».

30 Dans ce premier numéro, H.B. George se demande s'il n'était pas trop tard pour publier des récits d'ascensions, si tout ce qui était accessible "avait pas déjà été gravi. Cité par W. LONGMAN, op.cit., p. 94.

31 Le sous-titre complet est « A record of moutain adventure and scientific observation by members of the Alpine club ». (*) « Annales des aventures en montagne et observations scientifiques par les membres de l'Alpine club ».

32 Trimestrielle, sauf en 1868, qui ne vit que trois numéros. Quatre numéros par an jusqu'en 1916, où le nombre descend à trois, puis en 1923 à deux numéros par an. On voit donc que la période de 1863 jusqu'en 1916 est la plus prolifique.

33 II s'agit soit de premières, soit de nouveaux passages soit de courses suffisamment étonnantes pour faire l'objet d'un article.

34 Sous cette rubrique sont répertoriés les courses, ascension, explorations, mais aussi les récits d'accidents et fait divers.

35 Au sens large du terme : physique, zoologie, botanique, géographie physique, minéralogie, médecine, cartographie etc.

36 C.E. ENGEL, La littérature Alpestre en France et en Angleterre au XVIIIe et XIXe siècles , Dardel, Chambéry, 1930, p. 223.

37 E. RECLUS, « Du sentiment de la nature dans les sociétés modernes », Revue des Deux Mondes, Tome LXIII, 1866, p. 356.

38 Murray, Handbook of Switzerland, 6th edition, London, 1854. « The ascent of Mont Blanc is attempted by few-Those who are impelled by curiosity alone are hardly justified in risking the life of the guides. It is a somewhat remarkable fact that a large proportion of those who have made the ascent have been persons of unsound mind. Those who have succeeded have, for the most part, advised no one to attempt it ».

39 Dr.John FORBES, « A physician's holiday in 1848 », London, 1852, p. 6-7. « I here refer chiefly to the details respecting the time occupied in travelling, the distances, modes of conveyance, expenses, inns, &. Although Murray's incomparable handbooks leave little to be said even on these matters, still I cannot but think that the plain narrative of an actual journey, fairly and honestly setting forth all that the travellers did or saw on particular days, in particular places, will convey a much more impressive lesson ... than any general abstract account to be found in the guide-books. The detailed narrative of proceedings on the road, from day to day, will show the inexperienced, by actual examples, what they may expect in the way of difficulties or facilities on their journey ; what may be done within a given period of time and at what expense ; and what mean for accomplishing particular objects may be most suitable in individual cases ».

40 1826-86, membre de l'Alpine Club et l'une des grandes figures du pyrénéisme.

41 J.Ball, Guide to the western Alps, Longman, London, 1863, p. vii. « It has for some time been felt that the time had come for attempting to supply to alpine travellers a guidebook differing in many respects from those hitherto in use ».

42 Réseaux familiaux également, puisque William Spottiswoode était le neveu de William Longman.

43 W.M. Conway, The autobiography of a mountaineer, London, 1933, p. 59. « Contemporary guide-books were not constructed for climbers, but for so-called "pedestrians "-walking tour people ».

44 Respectivement 15 et 16.

45 Expression popularisée par le titre du célèbre livre de Leslie Stephen, The playground of Europe, Longmans green and co, London, 1871.

46 Owen Glynne Jones, Rock Climbing in the Lake District, 2nd ed.1897, London, G.P. Abraham and sons, introduction, p.liii. « Our Alpine climbers of the highest rank...taking with them some natural aptitude and plenty of money are made abroad. Why do they not take their preliminary training for a year or two in Wales, or Cumberland or the Scottish Hills ? It would be much wiser and cheaper to support the "Home industry" so far as it goes, before making their "debuts" on the high Alps ».

47 E.WHYMPER, Scrambles amongst the Alps, p. 18.
(*)
« The district is still very imperfectly known ; there are probably many valleys, and there are certainly many summits which have never been trodden by the feet of tourists or travellers ... Until quite recently there was, practically, no map of it ; General Bourcet's, which was the best map that was published, was completely wrong in its delineation of the mountains, and was frequently incorrect in regards to paths or road ».

48 Ami de Douglas Freshfield , avocat, ancien de Marlborough et d'Oxford, entré à l'A.C. en 1866, il devait y rester jusqu'à sa mort en 1922.

49 Anthony Miles William ADAMS REILLY, 1836-1885 . Elu à l'Alpine.Club en mars 1862, il eut l'occasion de rencontrer J.D.Forbes en 1863, dont l'ouvrage Travels in the Alps of Savoy, avait suscité son intérêt pour les Alpes. Convaincu par ce dernier il décida de se lancer dans une entreprise de cartographie de la chaîne du Mont Blanc.

50 « Extraordinary expenditure, drawing and printing Mr. Reilly's map », Statement of income and expenditure in respect of the year 1868.

51 A. Adams Reilly ne fut pas simplement un homme de talent pour ses cartes, il fut aussi un alpiniste de haut niveau, accomplissant un grand nombre de courses et de premières.

52 E. WHYMPER, Scrambles amongst the Alps, p. 190.
(*) « This extraordinary piece of work revealed Mr. Reilly to me as a man of wonderful determination and perseverance ».

53 E. WPIYMPER, Scrambles amongst the Alps, p. 189-90.
(*) « In 1863, Mr. Adams-Reilly, who had been travelling in the Alps during several years, resolved to attempt a survey o f the unsurveyed portions of the chain of mont Blanc. He provided himself with a good theodolite, and starting from a base-line measured by Forbes in the valley of Chamonix, determined the positions of no less than two hundred points... In the winter of 1863 and the spring of 1864, Mr. Reilly constructed an entirely original map from his newly acquired data. The spaces between his trigonometrically determined points he filled in after photographs, and a series of panoramic sketches which he made from his different stations. The map so produced was a distinct advance upon those which were already in existence, and it was the first which exhibited the great peaks in their proper positions ».

54 II avait cependant étudié le dessin à Rugby comme élève de G. Barnard, peintre paysager et membre de l'Alpine Club. A.L. MUMM, Alpine Club Register, vol. I, p.29.

55 La carte de Forbes, effectuée en 1842 concernant la Mer de Glace, et dont la qualité est également soulignée par Whymper, Scrambles..., p. 189, est animée on le comprend par un intérêt scientifique.

56 Pour les cartes de la France, il faut noter que la partie concernée par Adams Reilly n'était que récemment devenue française et un complément de la carte de France pour cette région était en cours sous la direction du Capitaine Mieulet. Celle-ci fut publiée en 1865, et Whymper en dit : « This sheet was admirably executed... » (*) « Cette feuille était admirablement réalisée ». Scrambles amongst the Alps, p. 191. Pour le Dauphiné, il ne faut pas oublier le nom du Capitaine Durand, qui dans les années 1830 effectue des relevés pour l'armée dans la région du Pelvoux, et accomplit à cette occasion des ascensions dignes d'un alpiniste. Pour l'Allemagne et l'Italie des cartes de l'ensemble de leur territoire ne sont réalisées qu'après leur unité, après 1870, par des bureaux dépendant également de l'armée. On sait également, que la cartographie de l'Himalaya avait été une affaire militaire dès 1834.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://babel.revues.org/docannexe/image/1971/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 856k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Tailland, « The Alpine Club Library, bibliothèque idéale du gentleman ? », Babel, 6 | 2002, 183-206.

Référence électronique

Michel Tailland, « The Alpine Club Library, bibliothèque idéale du gentleman ? », Babel [En ligne], 6 | 2002, mis en ligne le 19 novembre 2012, consulté le 24 avril 2017. URL : http://babel.revues.org/1971 ; DOI : 10.4000/babel.1971

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Babel. Littératures plurielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire Babel
  • Logo Université de Toulon
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org