Navigation – Plan du site
Varia

Au nom du père, du fils et de la femme : aux origines des études de genre dans Les Faux-monnayeurs d’André Gide

Justine Legrand
p. 301-319

Texte intégral

  • 1 Le concept de French Theory est né dans les universités françaises dans les années 1960 et s’est dé (...)
  • 2 Nous renvoyons à André Gide, Les Faux-monnayeurs in Romans et récits, vol. II, Paris, Gallimard, «  (...)
  • 3 « L’art, pour Gide, est non seulement le rêve, mais aussi la tension entre ce rêve et la vie, et pl (...)

1En amont de la French Theory1, véritable source d’inspiration pour les chercheurs sur les études de genre, il semble à certains égards que l’on puisse parler d’influence directe de l’œuvre gidienne. En effet, les différentes théories liées à la sexualité qui ont pu voir le jour à partir des années 1960 en France puis quelques années plus tard Outre-Atlantique sont à divers égards inspirées par André Gide2. Comme l’auteur le reconnaît lui-même, le travail du littéraire exige du lecteur qu’il fasse un réel effort de compréhension, d’interprétation et d’imagination afin de prendre conscience que la rhétorique n’est pas uniquement au service d’un art dont la finalité ne serait que l’art pour l’art, mais bien que la littérature est au service de l’expression d’une réflexion essentielle sur l’identité3.

  • 4 Nous employons le terme de « problème », en référence à l’utilisation de ce mot par André Gide dans (...)
  • 5 Édouard est l’oncle d’Olivier. Ce romancier, qui rédige lui-même un roman intitulé Les Faux-monnaye (...)
  • 6 Judith Butler, Trouble dans le genre, Le féminisme et la subversion de l’identité, Paris, La Découv (...)

2Tout ce qui constitue l’œuvre participe pleinement à la réalisation d’un ouvrage dont la portée dépasse le cadre littéraire. Convenons cependant que la tâche demeure difficile, notamment en raison du «problème4 » auquel André Gide n’a cessé de s’attacher : l’homosexualité. Afin de se prémunir autant que faire se peut contre les possibles attaques dont il pressent être la possible cible, Gide va s’adonner à une gymnastique stylistique lui permettant de multiplier les jeux littéraires : jeux des non-dits et des sous-entendus ; des jeux permettant, par exemple, à l’oncle Édouard5 de jouer avec les adolescents qui l’entourent. Avec d’autres personnages, l’auteur met en avant les jeux de déguisement et, avec eux, il invite son lecteur à réfléchir non seulement à la question des apparences mais également à la question des sexes et de la sexualité. Au travers de sa propre expérience homosexuelle, qui lui a permis d’enrichir son roman, la problématique posée par Gide nous conduit à nous demander « comment les pratiques sexuelles qui ne sont pas “normales” mettent-elles en question la stabilité du genre comme catégorie d’analyse ? Comment certaines pratiques sexuelles nous forcent-elles à nous interroger sur ce qu’est […] un homme ? »6, tant de questions clairement énoncées non par Gide, mais par Judith Butler en 1999, c'est-à-dire presque cent ans après la parution de L’Immoraliste.

3Ce mélange des genres n’est pas fortuit, et c’est pourquoi nous proposons de lire le roman de Gide, Les Faux-monnayeurs, à la lumière d’une étude mettant en parallèle le littéraire et le sociologique. En effet, notre analyse doit nous permettre de comprendre comment l’esthétique gidienne permet de repenser les catégories : hommes, femmes, enfants et, avec elles, les valeurs qui leur sont rattachées. Les Faux-monnayeurs sont, certes, pour Gide, l’occasion de tester son lecteur afin de décourager ouvertement le plus paresseux, mais également et surtout de proposer au lecteur passionné et curieux une réflexion plus large que celle déjà proposée dans L’Immoraliste, réflexion sur l’intime et le genre.

Le genre masculin : un genre protéiforme ?

  • 7 André Gide, FM, op. cit., p. 208.
  • 8 Robert de Passavant est l’autre romancier des Faux-monnayeurs. Contrairement à Édouard, il prône un (...)

4La présence masculine dans le roman se décline invariablement et presque à l’infini sous la plume de Gide. Lorsque l’auteur écrit, non sans humour, que l’homme de lettres est « vaniteux, hypocrite, ambitieux, versatile, égoïste »7, il éclaire le lecteur avec cette énumération, et le met en garde contre les différentes postures et attitudes que peuvent prendre notamment l’oncle Édouard et Robert de Passavant8. En effet, comme nous le voyons au fur et à mesure du roman, les deux romanciers jouent non seulement avec les mots puisqu’il s’agit là de leur travail mais, et par extension, avec les personnes. Nous sommes face à une sorte de dualité accentuant les complications identitaires des personnages. Le côté binaire, c’est-à-dire mettant en avant deux traits de caractère opposés de l’homme de lettres, peut néanmoins avoir une autre explication que celle du métier en lui-même : cette explication passe par la levée du voile de l’intime. En raison de leur attirance pour les garçons, Édouard et Passavant ont développé un besoin de dissimulation qui passe notamment par les jeux physiques et moraux. Moraux, puisqu’il faut comprendre que l’uranisme demeure condamné à l’époque où le roman est écrit. Nous sommes au milieu des années 1920, le roman gidien paraît en 1925, et l’homosexualité ne sortira du classement de l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé), la classant au rang des maladies mentales, qu’en 1986.

5Nous parlons d’uranisme et d’homosexualité, en utilisant presque indifféremment ces deux termes afin de nous conformer véritablement à l’idée gidienne, idée que nous retrouvons exprimée dans Corydon, traité sur la pédérastie, où André Gide lui-même établit un véritable parallèle entre l’uranisme et l’homosexualité masculine : ces deux notions faisant référence à l’attirance des hommes pour des personnes de même sexe. Rappelons que :

  • 9 Laure Bereni, Sébastien Chauvin, Alexandre Jaunait, Anne Revillard, Introduction aux Gender Studies(...)

Dans un premier temps, le « genre » a été distingué de la notion commune de « sexe » pour désigner les différences sociales entre hommes et femmes qui n’étaient pas directement liées à la biologie. […] Ce n’est qu’à la fin des années 1960 que le psychanalyste Robert Stoller introduit la distinction terminologique entre « sexe » et « genre » en séparant clairement, dans ces études portant sur la transsexualité, le sexe biologique de l’identification psychologique9.

6Cette distinction entre sexe et genre est en réalité antérieure à la théorisation de Stoller, puisque André Gide en a senti l’importance dès la fin du XIXe siècle. Certes il n’a pas établi cette distinction lui-même, mais nous pouvons dire qu’il en a pressenti la nécessité dans la manière dont il exprime la sexualité masculine de certains de ses personnages. Cette sexualité à laquelle nous faisons référence est l’homosexualité, et ce que nous devons comprendre, c’est que contrairement à la psychanalyse, André Gide ne veut pas d’une systématisation et d’une catégorisation systématique dans l’analyse du cas homosexuel masculin. C’est-à-dire que là où la société range de facto l’homosexuel au rang de pervers, de malade mental souffrant de déviance, Gide propose une nouvelle lecture de la tentation homosexuelle. Pour ce faire, Gide a recours notamment à l’autobiographie lorsque dans Si le grain ne meurt, il évoque très clairement ce qu’il qualifie de « normal ». Il faut comprendre qu’à partir de ce moment, c’est-à-dire le début des années 1920, Gide décide non pas de revendiquer son mode de vie sexuel pour ce qu’il est, mais d’en faire un objet l’amendant aux yeux de la société et le libérant de toute peur dans le cadre de sa révélation homosexuelle.

7Les Faux-monnayeurs représentent pour Gide une nouvelle tribune qui doit lui permettre de poursuivre l’effort de compréhension auquel il souhaite amener le lecteur. Cet effort de compréhension est né de l’échec de l’effort de normalisation auquel Gide s’est astreint de nombreuses années durant. Précisons dès à présent que tous les personnages masculins ne sont pas dans le roman gidien des homosexuels ; et l’œuvre de Gide n’a pas vocation à faire l’apologie d’un mode de vie plutôt qu’un autre. C’est uniquement l’expérience personnelle de l’auteur qui, conjuguée à un travail intellectuel et artistique, permet à ce dernier d’apporter une dimension sociologique, voire politique à certains moments, de la sexualité et de l’intime.

M. Profitendieu ou M. Molinier : le genre dans la tradition

8Nous ne pouvons pas ignorer les personnages dont l’intime paraît normal lorsque nous analysons la sexualité sous l’angle des études de genre, car c’est parce que ces orientations sexuelles s’inscrivent parfaitement dans le choix de la tradition qu’elles apportent un éclairage essentiel pour discuter du problème homosexuel. En effet, les études de genre sont menées par comparaison à quelque chose ; il convient donc d’analyser les cas particuliers, de comprendre par rapport à quelle normale nous nous situons.

9Les deux figures paternelles, MM. Profitendieu et Molinier, nous sont présentées comme deux patriarches types dont la vie ne semble comporter aucun défaut. Entendons par là que chacun de ces hommes est un homme marié, père d’une famille chrétienne, et dont a priori aucun signe extérieur d’anomalie, de déviance ou d’anormalité ne vient ternir le tableau familial. Mais les apparences sont parfois chez Gide trompeuses, elles ne sont là que pour pimenter les aventures dans lesquelles l’auteur va conduire son lecteur. Le premier dialogue entre Molinier et Profitendieu est à la mesure du séisme qui va venir bouleverser tour à tour ces deux familles, c'est-à-dire que ce dialogue joue avec les apparences et l’innocence de chacun :

  • 10 André Gide, FM, op. cit., p.182.

Profitendieu dissimulait son impatience ; il se retournait vers Molinier et regardait celui-ci s’éponger […] « Faites surveiller la maison, disait Molinier. Recueillez les rapports du concierge et de la fausse servante, tout cela va fort bien. Mais faites attention que, pour peu que vous poussiez un peu trop avant cette enquête, l’affaire vous échappera… Je veux dire qu’elle risque de vous entraîner beaucoup plus loin que vous ne pensiez tout d’abord.
- Ces préoccupations n’ont rien à voir avec la justice.
- Voyons ! Voyons, mon ami ; nous savons vous et moi ce que devrait être la justice, et ce qu’elle est. […] Il me paraît que nous avons affaire ici à quelques créatures d’une insondable perversité et dont il importe de nettoyer la société. Mais, encore une fois, ne vous saisissez pas les enfants ; contentez-vous de les effrayer, puis couvrez tout cela de l’étiquette « ayant agi sans discernement » et qu’ils restent longtemps étonnés d’en être quittes pour la peur. […] À propos, comment vont les vôtres ? Bien entendu je ne disais pas tout cela pour eux. Je sais qu’avec eux, sous votre surveillance, et grâce à l’éducation que vous leur avez donnée, de tels égarements ne sont pas à craindre10.

10Dans un premier temps, ce sont les Profitendieu qui vont souffrir de la mise à jour du secret familial. La bâtardise de Bernard, outre le fait d’être l’élément déclencheur du roman, est le point d’ancrage à partir duquel André Gide invite le lecteur à interroger le modèle de référence à partir duquel il définit ce qui est normal et donc par la même occasion, ce qui y est contraire. Nous devons comprendre que nous sommes ici face à l’un des premiers arguments gidiens en faveur d’une nouvelle considération de l’intime et de la sexualité. Ainsi, là où les bas instincts inquiètent les parents, c’est finalement en-dehors de la question morale liée à la sexualité que se dessinent les exemples d’actions se situant hors du champ du normal.

11Dès la première page du roman, ce sont bien les actes parentaux qui mènent à la révélation du scandale. L’écriture gidienne conjugue la richesse stylistique à la volonté de dénoncer un état de fait. Il y a chez Gide une littérature d’idées. Et le fait que les deux patriarches, figures de respect et d’honorabilité, exercent dans le milieu juridique n’est pas un choix fait au hasard. Il n’y a pas d’actes gratuits de la part d’André Gide. Être la cible des invectives gidiennes à l’encontre d’une mainmise judéo-chrétienne n’a pas pour fonction de critiquer l’individu, mais pour l’auteur le but est de montrer que ce que l’on qualifie de normale mérite d’être objectivement repensé.

12Le père Molinier est lui aussi un homme dont le genre est inscrit dans la tradition, et rien ne semble à craindre de la part et pour un tel citoyen :

  • 11 André Gide, FM, op. cit., p.180.

M. Molinier n’avait pour tout bien que son traitement de président de chambre, traitement dérisoire et hors de proportion avec la haute situation qu’il occupait avec une dignité d’autant plus grande qu’elle palliait sa médiocrité11.

  • 12 La Confrérie des Hommes forts est l’union de plusieurs jeunes garçons dont la « raison d’être (prem (...)
  • 13 Boris, petit-fils de La Pérouse, apparaît dans la deuxième partie du roman, à Saas-Fée en Suisse, l (...)

13Mais à mesure que progresse le roman, nous comprenons que sa « dignité » ne le prémunit en aucun cas contre certaines dérives, notamment en ce qui concerne le trafic de fausse monnaie à laquelle participe son fils George. Ici encore la tromperie prend le dessus, et c’est toute la famille qui se retrouve confrontée à une nécessaire redéfinition de ce que sont l’honnêteté et la norme. Ajoutons qu’à travers ce trafic de fausse monnaie, on se trouve face à un cercle d’amis aux intentions parfois démoniaques, puisque c’est la Confrérie des Hommes forts12 qui est en partie responsable du suicide du petit Boris13.

14Grâce aux deux figures paternelles représentant au mieux, en apparence, le modèle familial type de la société contemporaine d’André Gide, la tradition lorsqu’elle se nourrit essentiellement du paraître ne peut finalement se targuer d’aucune vertu, et ne prédispose pas ceux qui appartiennent à ce cercle à avoir une vie lisse et sans déviance.

Les origines de la question du genre

  • 14 André Gide, L’Immoraliste, op. cit., p. 592.

15Les anomalies du modèle familial sont pour Gide l’occasion de s’attaquer à un « problème » auquel il tente d’apporter une réponse depuis déjà de nombreuses années et ce, à travers, le prisme de son œuvre littéraire. Ce problème exposé par Michel dans L’Immoraliste, Gide le reprend en en variant les formes : autobiographique dans Si le grain ne meurt, sous forme de traité dans Corydon, de sotie dans Les Caves du Vatican, de roman dans Les Faux-monnayeurs. Mais à chaque fois, Gide se trouve confronté à la difficulté de ce que représente le fait de dire à quoi a abouti son échec de normalisation. L’auteur sait que l’audace seule ne peut pas réussir à convaincre le lecteur. Et puisque comme Gide le rappelait lui-même dans L’Immoraliste « en art, il n’y a pas de problèmes – dont l’œuvre d’art ne soit la suffisante solution »14, l’auteur va tout mettre en œuvre afin de proposer une possible résolution artistique du problème homosexuel.

16C’est notamment parce que le mot sexualité pose problème que les études de genre sont apparues comme nécessaires. Nul ne peut se satisfaire de l’idée condamnant l’homosexuel à n’être que pervers. Les études de genre sont donc un prolongement des études psychanalytiques, mais un prolongement déviant pourrions-nous dire, puisqu’il convient de réfléchir à la question du sexe et de l’intime sans a priori, et plutôt en regardant sans œillères les évolutions sociales et politiques.

  • 15 Introduction aux Gender Studies, op. cit., p. 17.

17Aujourd’hui, les études de genre et la question sexuelle soulèvent encore de nombreuses interrogations, même si nous pouvons affirmer que la distinction entre le sexe et le genre réfutant l’idée de la « biologie comme destin » permet de comprendre que « le sexe renvoie à la distinction biologique entre mâles et femelles, tandis que le genre renvoie à la distinction culturelle entre les rôles sociaux, les attributs psychologiques et les identités des hommes et des femmes »15.

18Mais avant d’en arriver à cette capacité de « contester l’unité du sujet » qui permet de s’intéresser à la fois au masculin et au féminin, à la question de la diversité homme/femme, et aussi au féminisme et à la question des queer, il fallait exposer la question identitaire en ayant un cas précis. Et c’est parce qu’à l’origine certains auteurs, au rang desquels nous pouvons citer André Gide, ont souhaité faire valoir la normalité des homosexuels que les études de genre ont pu élargir la question de l’identité et de la sexualité. Dans l’introduction de son ouvrage Trouble dans le genre, Judith Butler revient sur l’origine de la réflexion sur le genre dans la French Theory, et à propos de laquelle elle souligne qu’il s’agit de:

  • 16 Judith Butler, op. cit., p. 29.

[…] une drôle de construction américaine. Il n’y a qu’aux États-Unis qu’on aura mis ensemble tant de théories disparates comme si elles formaient une sorte d’unité. […] Il y a dans les études de genre un] accent mis sur la tradition sociologique et anthropologique anglo-américaine […], une tradition bien distincte de celle du discours de la « différence sexuelle » qui vient de l’analyse structuraliste16

19Et pourtant, il apparaît bien que Gide a senti combien la réflexion sociologique et anthropologique méritait que l’on se penche sur la question sexuelle. L’origine des études de genre pour Gide s’entend en raison de son vécu personnel, c’est pourquoi nous pouvons dire que dans son œuvre, c’est avant tout au cas du genre masculin que Gide s’intéresse. Même si ce cas n’a rien d’exclusif, comme nous le verrons par la suite.

Impacts sociaux et procédés littéraires

20En s’éloignant de sa propre expérience, Gide vise à ne pas réduire ce problème à un problème personnel ; l’auteur a préféré mettre le littéraire au service d’une cause sociale. Il y a dans Les Faux-monnayeurs une combinaison esthétique et idéologique qui permet à Gide d’allier le littéraire et le social, les multiples procédés littéraires gidiens permettant une étude approfondie de l’intime masculin. Néanmoins, derrière cette multiplicité, se trouve un fil conducteur reliant la question de la sexualité au jeu ; nous pouvons citer les trois jeux principaux offrant à André Gide un lieu propice à l’exposé de la complication que représente l’homosexualité : les jeux de langage, les jeux de dissimulation, et les jeux du paraître.

  • 17 Puisque que nous nous intéressons plus particulièrement ici au cas de l’homme adulte, nous laissons (...)

21Les jeux de langage sont pour Gide l’expression première par laquelle il peut trahir le malaise de l’homme dont le désir ne s’accommode pas avec le genre traditionnel. Nous pouvons distinguer deux types de jeux de langage : les jeux de langage clairement établis et revendiqués par l’auteur, puis les jeux de langage parfois dissimulés17.

22Gide joue ouvertement avec son lecteur et lorsqu’il intervient pour prendre la parole, il le fait afin de « juger ses personnages », dans le chapitre VII de la Seconde partie :

  • 18 André Gide, FM, op. cit., pp. 337-339.

Ainsi l’auteur imprévoyant s’arrête un instant, reprend souffle, et se demande avec inquiétude où va le mener son récit. Je crains qu’en confiant le petit Boris aux Azaïs, Édouard ne commette une imprudence. […] Édouard m’a plus d’une fois irrité, indigné même. […] s’il m’arrive jamais d’inventer encore une histoire, je ne la laisserai plus habiter que par des caractères trempés, que la vie, loin d’émousser, aiguise. […] que faire avec tous ces gens-là ? Je ne les cherchais point ; c’est en suivant Bernard et Olivier que je les ai trouvés sur ma route. Tant pis pour moi ; désormais, je me dois à eux18.

  • 19 André Gide, SLGNM, op. cit., p. 267.

23Gide joue à la fois avec ses personnages, mais également avec son lecteur qu’il feint de placer au même niveau que lui. Il semble, en effet, que l’auteur tout comme le lecteur n’ont aucun pouvoir décisionnel concernant les personnages du roman. Mais, en réalité, ce que Gide montre très clairement à travers son intervention dans ce chapitre, c’est que le lecteur ne peut complètement se départir de l’aide de l’auteur s’il désire comprendre pleinement l’œuvre. La complexité du message gidien implique une certaine ouverture d’esprit de la part du lecteur. Il ne faut pas oublier que Les Faux-monnayeurs est un roman paru il y a près de 90 ans, tandis que la French Theory date elle des années 1960, c’est-à-dire qu’une trentaine d’années les séparent. Et si aujourd’hui encore la question des études de genre demeure controversée et suscite de nombreuses critiques, il faut accepter qu’André Gide tende la main aux lecteurs. Cette main tendue n’est pas un blanc-seing, et appelle malgré tout à une certaine vigilance pour celui qui accepte de suivre l’auteur dans le récit de ses nombreuses aventures masculines. Cet appel à la vigilance est nécessaire pour celui qui a entre les mains l’œuvre d’un homme ouvertement ambigu : « Je suis un être de dialogue ; tout en moi combat et se contredit »19.

  • 20 André Gide, FM, op. cit., p. 236.

24Cette dualité, l’auteur sait la mettre à profit afin d’insister sur les complications liées au problème homosexuel. Et c’est dans ce contexte que certains de ses personnages jouent à leur tour avec le langage. Nous pouvons citer bien évidemment le cas de l’oncle Édouard, pour qui l’oral et l’écrit peuvent être au service de la séduction. L’écrit tout d’abord, puisqu’il s’agit du métier de ce dernier ; le travail de l’écrivain est, ne l’oublions pas, un travail de séduction. Cependant, l’oral joue également un rôle important notamment lorsqu’Édouard tente une approche de Georges : « cet instant avait suffi pour permettre à l’enfant de glisser dans la poche de son manteau le livre qu’il tenait en main […] ; il releva la tête, remarqua mon regard et comprit que je l’avais vu»20. Mais lorsqu’Édouard aborde Georges, nous comprenons que le jeu de langage connaît des failles, et il arrive que les mots échouent, tuant l’acte dans l’œuf.

25Lorsque le langage faillit, il ne reste parfois plus à l’homme qu’à se dissimuler. Ainsi, après l’échec avec Georges, l’oncle Édouard feint que rien ne s’est passé lorsqu’il retrouve ce dernier à son domicile :

  • 21 Ibid., p. 239.

Naturellement, quand j’arrivai ce matin-là, je ne soufflai mot de la rencontre que je venais de faire […]. Le petit (Georges) s’approcha, me tendit la main ; je l’embrassai… J’admire la force de dissimulation des enfants : il ne laissa paraître aucune surprise ; c’était à croire qu’il ne me reconnaissait pas. Simplement, il rougit beaucoup ; mais sa mère put croire que c’était par timidité. Je pensais que peut-être il était gêné de retrouver le limier de tout à l’heure21.

26Mais, là encore, la dissimulation ne se révèle pas toujours bénéfique pour celui qui y a recours, elle peut même devenir dangereuse lorsqu’elle implique le mensonge et la mauvaise foi. En effet, c’est à cause du silence et de la dissimulation qu’Édouard manque sa révélation amoureuse, au détriment de la vie du jeune Olivier qui tente de mettre fin à ses jours. Certes, Olivier ne meurt pas, mais la réaction d’Édouard montre finalement que ce dernier a du mal à devenir homme. Il est difficile à cette époque de penser sa sexualité en dehors du prisme hétérosexuel. Et nous comprenons à travers Édouard, mais aussi à travers Passavant, que l’homosexuel a de réels motifs de jouer avec le paraître. Il y a une forme de mensonge de la part de l’homosexuel, mais ce mensonge est bien souvent vécu par l’homosexuel lui-même comme un jeu. Et c’est toute cette dimension ludique à laquelle l’homosexuel participe, parce qu’il ne veut pas être découvert, qui fait de lui ce que nous pourrions appeler un homme enfant.

27Il y a en effet un lien très fort dans l’œuvre gidienne entre les personnages de différentes générations, et plus particulièrement entre l’homme et l’enfant. C’est ce lien qui émerge très clairement sous la plume d’André Gide, et qui offre une autre lecture très intéressante sur le genre : celui de la jeunesse.

La jeunesse genrée22 ou la vérité gidienne

  • 22 Nous utilisons l’adjectif « genré(e) », suivant la traduction proposée par Cynthia Kraus du livre d (...)
  • 23 André Gide, Journal, 26 décembre 1921, Paris, Gallimard, La Pléiade, 1996, p. 1150.

28La jeunesse, constituée des périodes de l’enfance et de l’adolescence, représente une véritable source d’inspiration pour Gide, à tel point qu’à le croire, la vérité serait dans la jeunesse : « On a dit que je cours après ma jeunesse. Il est vrai. Et pas seulement après la mienne. Plus encore que la beauté, la jeunesse m’attire, et d’un irrésistible attrait. Je crois que la vérité est en elle »23.

29Mais que penser réellement de cette jeunesse qu’il dépeint dans Les Faux-monnayeurs comme étant une jeunesse tricheuse et pour laquelle au fond « la vie […] n’est qu’une comédie ?»24 En effet, les places de l’enfant et de l’adolescent au sein de la famille et de la société ne permettent-elles pas de conclure à l’hypocrisie de celui que nous appellerons ici le pré-adulte ? Derrière ce terme de pré-adulte, nous regroupons l’enfant et l’adolescent, même si nous avons conscience des différences entre les deux. L’enfant caractérise un « être humain, sans différenciation de sexe, dans les premières années de sa vie et avant l'adolescence »25. L’adolescent incarne, quant à lui, un être en transition, c'est-à-dire qui passe du statut d’enfant (on remarquera la non distinction sexuée dans ce premier âge) à celui d’adulte. Outre cette distinction par âge, la classification par sexe doit également être prise en compte eu égard au rapport que Gide établit avec le corps. A la lecture du roman, nous constatons rapidement que les jeunes adolescents gidiens jouissent de leur âge innocent pour se permettre toutes les libertés possibles avec la vérité et le mensonge. Libertés de dire ou de feindre sous le regard bienveillant du narrateur. Pourquoi cette bienveillance ? En revendiquant ouvertement son penchant pour les personnes du même sexe26, le regard gidien se confond parfois avec son désir. Un désir que l’auteur partage avec l’un de ses héros : Édouard.

  • 27 En parlant d’humanité genrée, nous faisons ici référence à l’humanité permettant une distinction de (...)

30La jeunesse apparaît sous la plume de Gide comme le berceau d’une humanité genrée27 en ce sens que la période du pré-adulte représente la période charnière pendant laquelle les hésitations permettent une large réflexion sur la sexualité et l’identité sexuelle selon le genre et la place sociale de chacun. A travers l’adolescent, André Gide pose donc la question du genre, avec un esprit parfois transgressif puisque si le tabou est respecté – le vocabulaire gidien ne tient ni du registre vulgaire ni obscène – la morale n’en est pas moins éprouvée par une volonté de témoigner des besoins et réalités du monde qui nous entoure.

La vérité et la famille

31Placer la jeunesse sous le signe de la vérité, c’est pour Gide un moyen de dire sa vérité ; mais puisqu’à cette vérité est directement mêlée le mensonge, l’auteur éveille aussi la méfiance du lecteur. En effet, si le dicton veut que la vérité sort de la bouche des enfants, force est de constater que les enfants des Faux-monnayeurs ne semblent pas aussi soucieux de dire la vérité que Gide le laisse penser. Le doute que nous pouvons émettre quant à cette prétendue vérité, selon laquelle la jeunesse est l’un des chemins les plus sûrs pour accéder à la vérité, tient dans le choix du titre du roman : Les Faux-monnayeurs. Ce titre fait directement référence à la Confrérie des Hommes forts ainsi que les jeux de mensonge et de dissimulation auxquels les jeunes garçons s’adonnent, avec en point d’orgue le croisement de deux aventures : celle de la fausse monnaie et celle d’Édouard et Bernard à Saas-Fée :

  • 28 André Gide, FM, op. cit., p. 317 et p. 319.

Si vous partiez d’un fait bien exposé, l’idée viendrait l’habiter d’elle-même. Si j’écrivais Les Faux-monnayeurs, je commencerais par présenter la pièce fausse, cette petite pièce dont vous parliez à l’instant… et que voici. » Ce disant, [Bernard] saisit dans son gousset une petite pièce de dix francs, qu’il jeta sur la table. […] Découvert sur le registre des voyageurs le nom de Victor Strouvilhou28.

32En employant le terme faux afin de qualifier une partie de la jeunesse, André Gide va finalement à l’encontre de ce qu’il exprime dans son Journal. Cette vérité qu’il plaçait en avant s’effondre comme un château de cartes face à la volonté commune de la jeunesse, c'est-à-dire de l’enfant et de l’adolescent qui prennent plaisir au jeu du mensonge et de la dissimulation. Mais peut-on réellement blâmer cette jeunesse qui se cherche ? En effet, cette période pré-adulte est une période de transition parfois assez douloureuse pour celui qui se cherche et qui cherche à comprendre jusqu’à son intime. L’évidence veut que dans l’œuvre de Gide comprendre sa sexualité n’est pas toujours une chose facile à réaliser. Il faut pour cela à celui qui veut se comprendre frapper à toutes les portes, c’est-à-dire à tous les possibles sexuels.

33Pour réussir au mieux cette entreprise, le pré-adulte a le choix entre le fait d’agir ouvertement et à la vue de tous, ou alors de privilégier des actions qui se réalisent sous le voile. Comme nous l’avons vu à travers les figures masculines de référence, le jeu et la dissimulation font partie intégrante du mode de fonctionnement et de réflexion de la plupart des hommes. Or, pour le pré-adulte, qui est en quête de son identité, le mimétisme est pour lui le premier chemin, pour parvenir à la compréhension de ses propres désirs car ce chemin est le plus évident. Et puisque le modèle de référence est un modèle qui se joue des apparences, l’attitude des pré-adultes semble cohérente et logique lorsqu’ils se plaisent à jouer avec la vérité et la réalité.

  • 29 André Gide, FM, op. cit., p. 175.
  • 30 Le patronyme de Mme Sophroniska, docteur en psychanalyse dans le roman gidien, rappelle celui de Mm (...)

34Lorsque Bernard, l’ami d’Olivier, le neveu d’Édouard, découvre sa bâtardise, il a face à lui la possibilité d’adopter une double posture, celle d’un être affranchi de toute dépendance dans son ascendance généalogique. En effet, comme il le dit, « ne pas connaître son père, c’est ça qui vous guérit de la peur de lui ressembler29 ». Bernard apparaît donc comme le pré-adulte le plus libre d’agir et d’être qu’il nous est donné de voir. Bernard est encore plus libre que Boris, puisque ce dernier se retrouve prisonnier des théories psychanalytiques que fait peser sur lui le docteur Sophroniska30. Mais en même temps, la bâtardise de Bernard, cette apparente liberté absolue, peut également se retourner contre Bernard, l’enfermant dans un monde faux et en proie au mensonge. N’oublions pas que Bernard découvre seul son statut de bâtard :
Bien que Bernard eût mis bas sa veste, il étouffait […]. Une goutte de sueur coula le long de son nez, et s’en alla tomber sur une lettre qu’il tenait en main :

  • 31 André Gide, FM, op. cit., p. 175.

“Ça joue la larme, pensa-t-il. Mais mieux vaut suer que de pleurer.”
Oui, la date était péremptoire. Pas moyen de douter : c’est bien de lui, Bernard, qu’il s’agissait. La lettre était adressée à sa mère ; une lettre d’amour vieille de dix-sept ans ; non signée.
“Que signifie cette initiale ? Un V, qui peut aussi bien être un N… Sied-il d’interroger ma mère ?... Faisons crédit à son bon goût. Libre à moi d’imaginer que c’est un prince. La belle avance si j’apprends que je suis le fils d’un croquant ! […] Ne retenons de ceci que la délivrance.”31

35Bernard fait de sa solitude un lieu dans lequel il puise sa force d’exister et de vivre malgré toute la complication de son être. Contrairement à ses parents, il a le courage de dire et d’affronter la réalité et la vérité. En ce sens, ne pourrions-nous pas dire comme Gide que c’est dans la jeunesse que se trouve la vérité ? Quelques pages plus tard, nous retrouvons ce même Bernard qui, après avoir osé montrer la vérité à la face des adultes, est pris dans un univers de paraître et de comédie lorsque lui et Olivier se rencontrent au Luxembourg. A cet instant, c’est à nouveau le spectre de la difficulté d’être dans tout ce que cette appétence de vie regorge de complexité que l’auteur met en avant :

  • 32 Ibid., p. 177.

Olivier rougit en voyant approcher Bernard et, quittant assez brusquement une jeune femme avec laquelle il causait, s’éloigna. Bernard était son ami le plus intime, aussi Olivier prenait-il grand soin de ne paraître point le rechercher ; il feignait même parfois de ne pas le voir. Avant de le rejoindre, Bernard devait affronter plusieurs groupes, et, comme lui de même affectait de ne pas rechercher Olivier, il s’attardait32.

  • 33 Ibid., p. 176.

36Les manifestations physiques décrites par André Gide sont là pour mettre en avant la gêne liée à l’état transitoire d’Olivier. En effet, âgé de dix-sept ans, Olivier continue de s’interroger sur son identité sexuelle. Bien que conscient des désirs qui sont les siens, il n’ose les exprimer parce qu’il a conscience que ce qu’il désire n’est pas en adéquation avec ce que la morale lui permet de désirer. Le jeu de paraître auquel il s’adonne à la vue de Bernard n’est cependant pas l’apanage de ce trouble lié au genre. La comédie visant à brouiller les pistes de l’amitié est totalement partagée par le reste des adolescents : « L’assemblée ce jour-là était plus nombreuse que de coutume, sans doute à cause du beau temps.[…] Chacun de ces jeunes gens, sitôt qu’il était devant les autres, jouait un personnage et perdait presque tout naturel33 ».

  • 34 André Gide, FM, op. cit., p. 232.

37L’utilisation de cet adjectif naturel contraste bien évidemment avec la comédie à laquelle ont recours Olivier, Bernard et les autres jeunes. Être naturel, ce serait oser agir en public peut-être pas exactement comme on ose agir en privé – certaines règles de bienséance bannissant de la sphère publique les questions d’ordre intime – mais du moins agir en harmonie avec ses désirs profonds. Or, dans le texte gidien, les adolescents et les enfants sont soumis au diktat de l’apparence : diktat dont les lois sortent, non pas d’un manuel de morale, mais d’une volonté de plaire au plus grand nombre, de se fondre dans la masse tout en se démarquant du reste de la société ; d’une société basée sur le mimétisme, puisque rappelons-le, à la curiosité d’Édouard fait face celle de Bernard qui joue les voyeurs en détournant la valise de l’oncle : « C’est à ce moment qu’il vit le petit bout de papier froissé s’échapper de la main distraite d’Édouard. Quand il l’eut ramassé, qu’il eut vu que c’était un bulletin de consigne… parbleu, le voilà bien le prétexte cherché ! »34 Dans ce roman, les adultes et les adolescents ont en commun de trouver du plaisir à faire semblant.

Le mensonge de la société

  • 35 Ibid., p. 302.
  • 36 Ibid., p. 334.

38Jouer avec les apparences est un précepte que les adultes gidiens transmettent à leur descendance. Mais pourquoi les pré-adultes ont-ils besoin de s’inscrire eux aussi dans cette dynamique de la dissimulation et du mensonge ? Pourquoi Bernard tente-t-il de choquer en utilisant sa bâtardise ? Et pourquoi Olivier feint-il à son tour ? Lorsque nous retrouvons ces deux adolescents dans la chambre d’Olivier, c’est le non-dit gidien qui pèse sur la relation, laissant encore au lecteur le droit de supposer ou non qu’il y a une attirance entre les deux jeunes garçons. Ce doute voulu par l’auteur se confirme quelques pages plus loin, lors de l’échange épistolaire entre Bernard (en séjour à Saas-Fée) et Olivier (resté avec Robert de Passavant). Bernard « beaucoup trop spontané, trop naturel, trop pur » adresse à Olivier une lettre qui a pour conséquence d’envahir ce dernier d’un « flot de sentiments hideux […] une sorte de raz-de-marée où se mêlait du dépit, du désespoir et de la rage »35 au point que «l’abominable serpent de la jalousie se déroulait et se tordait en son cœur.» Mais le jeu ne s’arrête pas là, puisqu’Olivier y répondra par une «affreuse lettre », « toute dictée par le dépit » ; et en laquelle il n’est que les lignes raturées qui soient « les seules sincères de cette lettre de parade »36.

  • 37 « Édouard […] is not psychologically mature enough to achieve this », c’est à dire qu’il ne fait pa (...)

39La complication de la relation intime entre ces deux impuissants est causée par plusieurs facteurs. Il y a tout simplement l’âge des deux personnages : dix-sept ans, l’âge des doutes, des hésitations, des tentatives. Plus tout à fait un adolescent et pas encore un adulte, le pré-adulte est un genre en transition ; certes dans le cas qui nous intéresse ici, il appartient au genre masculin, mais cette détermination physique ne suffit pas à elle seule pour que l’adolescent comprenne qui il est et quels sont ses désirs intimes et sexuels. Et malheureusement pour lui, l’adulte n’est pas toujours de bon conseil. Nous observons qu’Édouard choisit Bernard un peu par défaut, c’est-à-dire que ce choix n’est pas celui du cœur, mais celui de la curiosité, car Édouard est un adulte immature37 et, qui agit essentiellement sous le coup de la pulsion et non celui de la réflexion objective. Olivier se retrouve, quant à lui, privé des deux personnes du même sexe qu’il affectionne le plus : Édouard et Bernard, c’est pourquoi, par dépit, il se perd aux côtés de Passavant :

  • 38 André Gide, FM, op. cit., p. 302.

Une phrase surtout de la lettre de Bernard le torturait, que Bernard n’aurait jamais écrite s’il avait pressenti tout ce qu’Olivier pourrait y voir. “Dans la même chambre”[…] Son cerveau s’emplissait de visions impures qu’il n’essayait même pas de chasser. […] Il avait reçu la lettre à midi. “Ah ! c’est ainsi…”, se redisait-il tout le restant du jour. Cette nuit, les démons de l’enfer l’habitèrent. Le lendemain matin il se précipita chez Robert. Le comte de Passavant l’attendait38.

40Les deux couples, Édouard-Bernard et Passavant-Olivier, sont nés de mensonges successifs. Mensonges de Bernard, voleur du journal d’Édouard, et d’Olivier, qui n’ose parler de ses attirances. Mais aussi et surtout mensonges d’Édouard, de Passavant et de Vincent, le frère aîné d’Olivier, qui échoue à protéger son petit frère. Nous comprenons donc que le mensonge entoure le pré-adulte et, en l’entourant, il l’enserre. Le pré-adulte se retrouve alors tel un prisonnier qui ne pourrait s’échapper de sa geôle qu’au prix de sacrifices ou d’expériences dont les instigateurs sont les adultes. De ces expériences, le pré-adulte est le plus souvent l’objet et non le sujet ; il y participe malgré lui, et ne peut pas en contrôler tous les tenants et les aboutissants. Les mensonges d’une société qui refuse d’accorder la liberté de l’intime sont les motifs qui conduisent l’enfant et l’adolescent à vivre la découverte de leur genre dans le trouble et la peur.

Haut de page

Notes

1 Le concept de French Theory est né dans les universités françaises dans les années 1960 et s’est développé dans les années 1970 aux États-Unis. Ce courant, à l’origine des études de genre et des études culturelles, compte parmi ses représentants les plus célèbres : Michel Foucault, Jacques Lacan, Jacques Derrida et Gilles Deleuze en France, Judith Butler et Stanley Fish aux États-Unis.

2 Nous renvoyons à André Gide, Les Faux-monnayeurs in Romans et récits, vol. II, Paris, Gallimard, « La Pléiade », 2009 et au récit autobiographique d’André Gide, Si le grain ne meurt, Paris, Gallimard, « La Pléiade », 2001. Nous avons utilisé les abréviations FM pour Les Faux-monnayeurs et SLGNM pour Si le grain ne meurt.

3 « L’art, pour Gide, est non seulement le rêve, mais aussi la tension entre ce rêve et la vie, et plutôt que de choisir l’un aux dépens de l’autre, il va s’efforcer que l’art devienne la vie. », Pierre Masson, André Gide : Voyage et écriture, Lyon, PUL, 1983, p. 47.

4 Nous employons le terme de « problème », en référence à l’utilisation de ce mot par André Gide dans L’Immoraliste in Romans et récits, vol. I, Paris, Gallimard, « La Pléiade », 2009, p. 592.

5 Édouard est l’oncle d’Olivier. Ce romancier, qui rédige lui-même un roman intitulé Les Faux-monnayeurs, va apparaître complexe et ses désirs parfois inavoués auront des conséquences terribles ; nous pensons, par exemple, à la tentative de suicide d’Olivier après la soirée des Argonautes.

6 Judith Butler, Trouble dans le genre, Le féminisme et la subversion de l’identité, Paris, La Découverte, « Poche », 2011, p. 30.

7 André Gide, FM, op. cit., p. 208.

8 Robert de Passavant est l’autre romancier des Faux-monnayeurs. Contrairement à Édouard, il prône une littérature basée sur le désir de plaire à la jeunesse, et n’est pas intéressé par la littérature d’idées.

9 Laure Bereni, Sébastien Chauvin, Alexandre Jaunait, Anne Revillard, Introduction aux Gender Studies, Manuel des études sur le genre,  Bruxelles, Éditions De Boeck, « Ouvertures politiques », 2008, pp. 16-17.

10 André Gide, FM, op. cit., p.182.

11 André Gide, FM, op. cit., p.180.

12 La Confrérie des Hommes forts est l’union de plusieurs jeunes garçons dont la « raison d’être (première n’était) d’abord que le plaisir de n’y point admettre Boris. Mais il apparut à Ghéridanisol bientôt qu’il serait au contraire bien plus pervers de l’y admettre ; ce serait le moyen de l’amener à prendre tels engagements par lesquels on pourrait l’entraîner ensuite jusqu’à quelque acte monstrueux. », p. 457. Cette Confrérie va se révéler être une association de jeunes malfaiteurs dont Boris sera la victime idéale.

13 Boris, petit-fils de La Pérouse, apparaît dans la deuxième partie du roman, à Saas-Fée en Suisse, lorsqu’Édouard – accompagné de Bernard Profitendieu, l’ami du neveu d’Édouard – s’y rend afin de ramener le jeune homme auprès de son grand-père. Ce garçon, une fois arrivé à Paris, va être la victime de la Confrérie des Hommes forts et le paiera de sa vie.

14 André Gide, L’Immoraliste, op. cit., p. 592.

15 Introduction aux Gender Studies, op. cit., p. 17.

16 Judith Butler, op. cit., p. 29.

17 Puisque que nous nous intéressons plus particulièrement ici au cas de l’homme adulte, nous laissons les jeux de langage des adolescents pour la suite de l’article portant sur les adolescents.

18 André Gide, FM, op. cit., pp. 337-339.

19 André Gide, SLGNM, op. cit., p. 267.

20 André Gide, FM, op. cit., p. 236.

21 Ibid., p. 239.

22 Nous utilisons l’adjectif « genré(e) », suivant la traduction proposée par Cynthia Kraus du livre de Judith Butler, op. cit. : « Je suis l’usage en traduisant « gender » par « genre », le participe passé, « gendered », par « genré », p. 23.

23 André Gide, Journal, 26 décembre 1921, Paris, Gallimard, La Pléiade, 1996, p. 1150.

24 André Gide, FM, op. cit., p. 448.

25 http://atilf.atilf.fr/dendien/scripts/tlfiv5/visusel.exe?11;s=401103270;r=1;nat=;sol=0; article sur « l’enfant » tiré du Trésor de la Langue Française en ligne, http://atilf.atilf.fr/tlf.htm

26 « Les pédérastes, dont je suis (pourquoi ne puis-je dire cela tout simplement, sans qu’aussitôt vous prétendiez voir, dans mon aveu, forfanterie ?) », « Feuillets 1918 », André Gide, Journal 1887-1925, op. cit., p. 1092.

27 En parlant d’humanité genrée, nous faisons ici référence à l’humanité permettant une distinction des sexes en fonction des caractéristiques sociales et identitaires propres à chaque être, sans a priori lié au sexe.

28 André Gide, FM, op. cit., p. 317 et p. 319.

29 André Gide, FM, op. cit., p. 175.

30 Le patronyme de Mme Sophroniska, docteur en psychanalyse dans le roman gidien, rappelle celui de Mme Sokolnicka, avec laquelle Gide débuta une thérapie, ce qui lui permit de décrypter certaines techniques de la psychanalyse.

31 André Gide, FM, op. cit., p. 175.

32 Ibid., p. 177.

33 Ibid., p. 176.

34 André Gide, FM, op. cit., p. 232.

35 Ibid., p. 302.

36 Ibid., p. 334.

37 « Édouard […] is not psychologically mature enough to achieve this », c’est à dire qu’il ne fait pas montre d’assez de maturité ni de volonté dans son travail d’écrivain : « Faire dire à Édouard, peut-être : L’ennui, voyez-vous, c’est d’avoir à conditionner ses personnages. Ils vivent en moi d’une manière puissante […] ; mais dès qu’il faut les vêtir, fixer leur rang dans l’échelle sociale, leur carrière, le chiffre de leurs revenus ; dès surtout qu’il faut les avoisiner, leur inventer des parents, une famille, des amis, je plie boutique », Victoria Reid, André Gide and Curiosity, New York, London, Rodopi, 2009, p. 236.

38 André Gide, FM, op. cit., p. 302.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Justine Legrand, « Au nom du père, du fils et de la femme : aux origines des études de genre dans Les Faux-monnayeurs d’André Gide », Babel, 24 | 2011, 301-319.

Référence électronique

Justine Legrand, « Au nom du père, du fils et de la femme : aux origines des études de genre dans Les Faux-monnayeurs d’André Gide », Babel [En ligne], 24 | 2011, mis en ligne le 01 juillet 2012, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://babel.revues.org/197 ; DOI : 10.4000/babel.197

Haut de page

Auteur

Justine Legrand

Laboratoire Babel (EA 2649)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Babel. Littératures plurielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire Babel
  • Logo Université de Toulon
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org