Navigation – Plan du site

Pas de roman avant le mariage, tous les romans après le mariage

La bibliothèque des Rougon-Macquart
Tone Smolej
p. 171-182

Résumé

Dans cet article, l’auteur explore la bibliothèque imaginaire des personnages du cycle des Rougon-Macquart, d’Émile Zola. Il se penche plus particulièrement sur les livres lus par deux catégories de personnages : les révoltés à l’égard du système politique et les jeunes filles.

Haut de page

Entrées d’index

Personnes citées :

Zola (Émile)
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Hinrich Hudde, Bernardin de Saint Pierre : Paul et Virginie. Studien zum Roman und seiner Wirkung, (...)
  • 2 « Sainte-Beuve. Documents littéraires », dans Emile Zola, Œuvres complètes t. XII, Lausanne, Cercle (...)

1Dans la littérature française de la première moitié du XIXe siècle, les héros ou les héroïnes, rêveurs, lisent surtout Paul et Virginie de Bernardin de Saint-Pierre. C'est le cas du couple dans Graziella d'Alphonse de Lamartine et de Véronique dans Le Curé de village d'Honoré de Balzac. On trouve le roman de Bernardin de Saint-Pierre dans la bibliothèque d'Emma Rouault et Flaubert n'a pas manqué de signaler la mauvaise influence qu'il a exercée1. Dans sa critique de Madame Bovary, Sainte-Beuve condamne un tel point de vue. Quelques années plus tard, Zola critique sévèrement l'hostilité de Sainte-Beuve2. Signalons d'emblée que certains personnages féminins de Zola ressemblent de fait à Emma. Dans notre article nous les étudierons, mais nous analyserons aussi une autre bibliothèque, celle des révoltés à l'égard du système politique.

1 La bibliothèque des révoltés

2Parmi les lecteurs qui figurent dans le cycle romanesque Les Rougon-Macquart, il faut en premier lieu citer Lantier. Zola évoque en ces termes sa bibliothèque :

  • 3 L'Assommoir, dans Zola, Les Rougon-Macquart t. II. Paris, Gallimard, 1961, Bibliothèque de la Pléia (...)

Il possédait l'Histoire de dix ans, de Louis Blanc, moins le premier volume, qu'il n'avait jamais eu d'ailleurs, les Girondins, de Lamartine, en livraisons à deux sous, Les Mystères de Paris et Le Juif errant, d'Eugène Sue, sans compter un tas de bouquins philosophiques et humanitaires, ramassés chez les marchands de vieux clous3.

3La bibliothèque de Lantier pourrait passer pour le miroir de sa psychologie. Il possède essentiellement des auteurs qui se sont engagés politiquement dans la IIe République, lors des événements de 1848. Est-ce que Lantier lit les livres qu'il a ? Est-ce qu'il ne les possède que pour paraître plus distingué ? L'allusion au fait que Lantier n'a pas le premier volume de Blanc pourrait en être le signe. Plus que la littérature libérale et intellectuelle, il adore la lecture antiroyaliste et pornographique qui reflète très bien son caractère :

  • 4 Ibid., p. 606.

Il possédait l'Histoire de dix ans, de Louis Blanc, moins le premier volume, qu'il n'avait jamais eu d'ailleurs, les Girondins, de Lamartine, en livraisons à deux sous, Les Mystères de Paris et Le Juif errant, d'Eugène Sue, sans compter un tas de bouquins philosophiques et humanitaires, ramassés chez les marchands de vieux clous4.

  • 5 Voici l'extrait d'une lettre du 10 février à Yves Guyot où Zola présente Lantier : « [...] celui-là (...)
  • 6 Henri Mitterand, Études, notes et variantes, Les Rougon-Macquart III, Paris, Gallimard, 1964, p. 19 (...)
  • 7 Germinal, dans Zola, Les Rougon-Macquart t. III, Paris, Gallimard,1961, Bibliothèque de la Pléiade, (...)
  • 8 Mitterand, op. cit., p. 1904 ; Elliot M. Grant, « The Newspapers of Germinal : Their Identity and S (...)
  • 9 Voir Henri Arvon, L'anarchisme, Paris, PUF, coll. « Que sais-je » (n° 479), 1951.

4Lantier, on le sait, transmet sa vision socialiste5 à son fils Etienne. Le jour où celui-ci quitte Paris pour aller à Lille, Lantier lui fait d'ailleurs un discours sur ses droits et déclare que le producteur n'est pas un esclave. Etienne retiendra en partie ces grands mots notamment lorsqu'il organisera la grève dans Germinal. Dans ses fiches-Personnages, Zola fait allusion aux lectures d'Etienne : « Comme éducation, très élémentaire, sait lire et écrire, pas davantage »6. L'auteur cite parfois les journaux que lit Etienne comme Le Combat, « feuille anarchiste publiée à Genève » ou auquel il s'abonne comme Le Vengeur, « feuille socialiste de Belgique »7. Zola masque ces journaux sous des titres inventés. En lisant les manuscrits de Germinal on peut constater que Le Combat a remplacé Egalité, un journal suisse qui accueillait les artistes de Bakounine8.Etienne devrait donc connaître certaines idées anarchistes9, défendues en particulier dans Germinal par Souvarine. Parmi d'autres livres, il lit un ouvrage sur les sociétés coopératives et l'Hygiène du mineur où un docteur belge résume les maux dont se meurt le peuple des houillères. Et finalement, Etienne devrait connaître aussi les ouvrages de Karl Marx. De fait sa bibliothèque est celle d'un autodidacte qui a besoin de persuader les mineurs en grève.

5On lit également à la campagne. Dans la Terre, Jean Macquart, l'oncle d'Etienne, déclame aux paysans (qui l'écoutent religieusement) des passages d'un livre bonapartiste intitulé Les malheurs et le triomphe de Jacques Bonhomme. Dans ce livre Jacques, martyre de l'histoire, symbolise le paysan français. On y énumère les taxes qui frappent ce misérable. Parmi les impôts les plus exécrés, on cite la gabelle. Les paysans qui écoutent Jean, se reconnaissent dans l'histoire de Jacques :

  • 10 La Terre, dans Zola, Les Rougon-Macquart, t. IV, Paris, Gallimard, 1966, p. 429.

Mon père, interrompit Fouan, a vu le sel à dix-huit sous la livre... Ah ! les temps étaient durs !10

6Ce n'est pas seulement le père Fouan, mais l'ensemble des auditeurs qui s'identifie avec les passages lus :

  • 11 Ibid., p. 430.

Tous avaient ainsi le cœur gros, cette lecture leur pesait peu à peu aux épaules, du poids pénible d'une histoire de revenants. Ils ne comprenaient pas toujours, cela redoublait leur malaise. Puisque ça s'était passé comme ça, dans le temps, peut-être bien que ça pouvait revenir11.

  • 12 Guy Robert, La Terre d'Emile Zola. Etude historique et critique, Paris, Les belles lettres, 1952, p (...)

7Il faut souligner que le livre Les malheurs et le triomphe de Jacques Bonhomme n'a jamais été écrit. Le récit sur Jacques dans La Terre prend son origine dans l'Histoire des Paysans d'Eugène Bonnemère, lequel décrit la passion du paysan pour la terre. Celui-ci en achète coûte que coûte et tombe ainsi dans les griffes des usuriers. Bonnemère souligne enfin que le paysan se tue au travail12.

8Il est intéressant de constater qu'un titre pareil figure dans Son Excellence Eugène Rougon. Il s'agit du livre Les Veillées du bonhomme Jacques où chaque dimanche soir un sergent cause avec le maître d'école en présence d'une vingtaine de laboureurs. Chaque conversation traite d'un sujet particulier : des nouvelles méthodes de culture, des associations ouvrières, du rôle considérable du producteur dans la société, etc. Eugène Rougon présente ce livre au conseil des ministres qui siège devant l'empereur. Selon Rougon, ce livre est profondément pénétré des idées communistes, mais Napoléon III ne partage pas cette opinion.

9Au conseil, Rougon explique ainsi les principes de la commission de colportage ( = censure impériale) :

  • 13 Son Excellence Eugène Rougon, dans Zola, Les Rougon-Macquart, t. II, Paris, Gallimard, 1961, p. 284

La commission a donc le devoir de rejeter tous les ouvrages fomentant et irritant des passions qui ne sont plus de notre âge. Elle accueillera au contraire les livres dont l'honnêteté lui paraîtra inspirer un acte d'adoration pour Dieu, d'amour pour la patrie, de reconnaissance pour le souverain13.

10Mais le ministre de l'Instruction publique essaie d'interrompre Rougon :

  • 14 Ibid.

- Les romans... dit-il. - Je ne lis jamais de romans, déclara sèchement Rougon. Son collègue eut un geste de protestation pudibonde, un roulement d'yeux scandalisé, comme pour jurer que lui non plus ne lisait jamais de romans. Il s'expliqua. - Je voulais dire simplement ceci : les romans sont surtout un aliment empoisonné servi aux curiosités malsaines de la foule14.

11Dans Les Rougon-Macquart, nous observons la situation suivante : les pauvres et les révoltés lisent beaucoup, tandis que l'élite essaie, elle, de les limiter dans ce privilège.

2 Trois rêveuses et une réaliste

2. 1 Marie Pichon

12Il faut souligner que la bourgeoisie dans Les Rougon-Macquart pense - tout comme Eugène Rougon - que les romans exercent une mauvaise influence sur les jeunes filles. Selon Mme Vuillaume, il importe de dissimuler à leur regard les journaux et de fermer les bibliothèques. Son mari, par contre, défend dans Pot-Bouille une éducation plus libérale en ce qui concerne sa fille Marie :

  • 15 Pot-Bouille, dans Zola, Les Rougon-Macquart t. III, p. 67.

[...] malgré les craintes de sa mère, je me suis décidé à lui permettre, quelques mois avant son mariage, la lecture d'André, une œuvre sans danger, toute d'imagination, et qui élève l'âme [...]. La littérature a certainement des droits... Cette lecture lui produisit un effet extraordinaire, monsieur. Elle pleurait la nuit, en dormant : preuve qu'il n'y a rien de tel qu'une imagination pure pour comprendre le génie15.

  • 16 Dans son roman La muse du département, où certains lisent aussi George Sand, Balzac constate que ce (...)
  • 17 L'héroïne explique leur situation de la façon suivante : « Si nous étions du même rang, vous et moi (...)
  • 18 Lettre du 2 mai 1860 à Jean-Baptistin Baille, Correspondance t. I, Montréal, Les presses de l'Unive (...)

13M. Vuillaume recommande à sa fille la lecture d'André de George Sand16 dont le thème est le mariage, bien sûr impossible, entre un aristocrate et une fleuriste très lettrée17. Ce roman était très apprécié du jeune Zola18.

  • 19 Pot-Bouille, op. cit., p. 67

14Dans Pot-Bouille Marie est mariée avec Jules Pichon, employé du ministère, qui expose ainsi ses idées sur la lecture prénuptiale : « pas de romans avant le mariage, tous les romans après le mariage »19. C'est lui qui choisit des livres pour sa femme, car elle aime la lecture :

  • 20 Ibid., p. 69.

Si la lecture ne lui avait pas donné mal à la tête, elle aurait lu du matin au soir, maintenant qu'il lui était permis de tout lire20.

  • 21 Ibid., p. 70.

15Marie veut surtout relire André qu'elle ne trouve nulle part. Son père lui refuse son exemplaire personnel, de crainte que sa fille n'en déchire les illustrations. Bien sûr, Octave Mouret, le neveu de Rougon, lui procure le livre : « Elle rougit, ses yeux brillèrent »21. Marie lit assez lentement, puis invite Octave à venir chez elle :

  • 22 Ibid., p. 75.

Et, courbaturée, elle ne parla pas davantage du livre, si pleine de son émotion, des rêveries confuses de sa lecture, qu'elle suffoquait. Ses oreilles bourdonnaient, aux appels lointains du cor, dont sonnait le chasseur de ses romances, dans le bleu des amours idéales22.

  • 23 « On le voyait partir pour la chasse, mais revenir sans gibier. Son fusil lui servait de prétexte e (...)
  • 24 Dans l'article « L'adultère dans la bourgeoisie » Zola décrit une jeune fille - un modèle pour Mari (...)

16André est présenté au début du roman comme un chasseur romantique23 qui cherche l'amour idéal et cet amour littéraire24 éveille chez Marie une passion :

  • 25 Pot-Bouille, p. 76.

[...] elle se soumit, il la posséda, entre l'assiette oubliée et le roman, qu'une secousse fit tomber par terre25.

  • 26 Ibid., p. 211. Même les autres femmes dans Pot-Bouille lisent. Rose Campardon lit Dickens « avec de (...)

17Après cette aventure, Octave Mouret est devenu l'amant de Marie et s'occupe désormais aussi de ses lectures. De jour en jour elle demande plus de livres et il songe à lui faire la surprise d'en apporter tout un paquet. Mais Marie n'est pas toujours contente : par exemple, elle refuse Balzac qui - selon elle - ressemble trop à la vie. Elle réclame des histoires pleines d'amour, avec des aventures et des voyages dans des pays étrangers26.

18Dans son roman, Zola souligne que les jeunes filles comme Marie sont élevées dans un milieu artificiel, sans contact avec le monde réel. Il en parle en ces termes dans son article « De la moralité dans la littérature » :

  • 27 « De la moralité dans la littérature », dans Zola, Œuvres complètes t. XII, Paris, Cercle du Livre (...)

Notre jeune fille française, dont l'instruction et l'éducation sont déplorables, et qui flotte de l'ange à la bête, est un produit direct de cette littérature imbécile, où une jeune vierge est d'autant plus noble qu'elle se rapproche davantage d'une poupée mécanique bien montée. Eh ! Instruisez nos filles, faites-les pour nous et pour la vie qu'elles doivent mener, mettez-les le plus tôt possible dans les réalités de l'existence [...]. Walter Scott a fait plus de filles coupables et de femmes adultères que Balzac. George Sand a créé toute une génération de rêveuses et de raisonneuses insupportables. Chez une femme qui prend un amant, il y a toujours au fond la lecture d'un roman idéaliste [...]27

2. 2 Hélène Grandjean

19Quand Zola a fini son article « De la moralité dans la littérature », il a déjà conçu le personnage d'Hélène, la tante d'Octave qui, dans Une Page d'amour, rêve en parcourant les romans de Walter Scott. Ces romans lui semblent d'abord faux et puérils, mais Ivanhoé pique néanmoins sa curiosité :

  • 28 Une Page d'amour, dans Zola, Les Rougon-Macquart, t. II, p. 847. Dans ce roman, Mme Tissot, déclare (...)

Comme ces romans mentaient ! Elle avait bien raison de ne jamais en lire. C'étaient des fables bonnes pour des têtes vides, qui n'ont point le sentiment exact de la vie. Et elle restait séduite pourtant, elle songeait invinciblement au chevalier Ivanhoé , si passionnément aimé de deux femmes, Rébecca, la belle juive, et la noble lady Rowena. Il lui semblait qu'elle aurait aimé avec la fierté et la sérénité patiente de cette dernière. Aimer, aimer ! et ce mot qu'elle ne prononçait pas, qui de lui-même vibrait en elle, Pétonnait et la faisait sourire28.

  • 29 « Following with wonderful promptitude the directions of Ivanhoé, and availing herself of the prote (...)

20Dans Une page d'amour, Henri Deberle est, comme Ivanhoé, aimé de deux femmes : Mme Deberle et Hélène. Une scène aide de fait Hélène à s'identifier davantage avec les personnages du roman. Elle lit et observe Paris à travers les deux fenêtres qui donnent sur la ville. Dans Scott, Rébecca regarde aussi la bataille depuis une fenêtre29 :

  • 30 Une Page d'amour, op. cit., p. 847-848.

Cependant, Hélène reprit son livre. Elle en était à cet épisode de l'attaque du château, lorsque Rébecca soigne Ivanhoé blessé et le renseigne sur la bataille, qu'elle suit par une fenêtre. Elle se sentait dans un beau mensonge, elle s'y promenait comme dans un jardin idéal, aux fruits d'or, où elle buvait toutes les illusions. Puis, à la fin de la scène, quand Rébecca, enveloppée de son voile, exhale sa tendresse auprès du chevalier endormi, Hélène de nouveau laissa tomber le volume, le cœur si gonflé d'émotion qu'elle ne pouvait continuer30.

21Hélène se sent bien dans cette illusion romanesque, elle entre de plus en plus dans la littérature et, à la fin, elle ne s'identifie plus avec son héroïne car Hélène en devient une :

  • 31 Ibid., p. 855.

Les yeux de nouveau levés et perdus, Hélène rêvait profondément. Elle était lady Rowena, elle aimait avec la paix et la profondeur d'une âme noble31.

22Mais dans la vie réelle, ces rêves ne se réalisent pas. Contrairement à lady Rowena, Hélène ne se marie pas avec l'homme aimé de deux femmes.

2. 3 Angélique Hubert

23Angélique, fille de Sidonie Rougon et de père inconnu, est adoptée par les Hubert. Cette fille mène une vie cloîtrée et laborieuse, pleine de mystères. Dans l'atelier de son père adoptif, elle trouve un livre très ancien : La légende Dorée et vie des Sainctz et Sainctes qui Jesu-christ aymèrent de pensées non sainctes. Translatée de Latin en François, mise par ordre en esuyvant le kalendrier (Paris, 1549). Angélique adore d'abord uniquement les gravures, dont elle est curieuse de savoir la signification ; en revanche, le texte en caractères gothiques l'effraie :

  • 32 Le Rêve, dans Zola, Les Rougon-Macquart t. IV, Paris, Gallimard, 1966, p. 831.

Pourtant elle s'y accoutuma, déchiffra ces caractères, comprit les abréviations et les contractions, sut deviner les tournures et les mots vieillis ; et elle finit par lire couramment, enchantée comme si elle pénétrait un mystère, triomphante à chaque nouvelle difficulté vaincue. Sous ces laborieuses ténèbres, tout un monde rayonnant se révélait. Elle entrait dans une splendeur céleste32.

  • 33 L'auteur ajoute : « Leur histoire à tous est la même, ils grandissent pour le Christ, croient en lu (...)

24Zola décrit en détail la lecture d'Angélique et résume en quelques mots l'hagiographie d'une quarantaine de saints et saintes33 apparaissant dans La légende dorée de Jacques de Voragine. Angélique a sa favorite parmi les saintes :

  • 34 Ibid., p.840.

Enfin, plus que Catherine, plus qu'Elisabeth, plus que toutes, une sainte lui était chère, Agnès, l'enfant martyre. Son cœur tressaillait, en la retrouvant dans la Légende, cette vierge, vêtue de sa chevelure, qui l'avait protégée sous la porte de la cathédrale. Quelle flamme de pur amour !34

25Angélique adore surtout le sermon célèbre sur son époux qu'Agnès adresse au fils de préfet qui tombe amoureux d'elle :

  • 35 Jacques de Voragine, La Légende Dorée, t. 1, Paris, Garnier-Flammarion, 1967, p. 141.

J'en aime un, dit-elle, qui est bien plus noble et de meilleure lignée que toi : sa mère est vierge, son père l'a engendré sans femme ; il a des anges pour serviteurs ; sa beauté fait l'admiration du soleil et de la lune ; ses richesses sont intarissables ; elle ne diminuent jamais : Les émanations de sa personne ressuscitent les morts, son toucher raffermit les infirmes ; quand je l'aime, je suis chaste, quand je m'approche de lui, je suis pure ; quand je l'embrasse, je suis vierge35.

26L'époux dont Agnès parle, c'est évidemment Jésus-Christ. Cette sainte devient la gardienne d'Angélique qui s'identifie progressivement avec elle. Un jour, Angélique parle à sa mère adoptive de son fiancé potentiel :

  • 36 Le Rêve, op. cit., p. 854.

Oh ! Ce que je voudrais, ce que je voudrais, ce serait d'épouser un prince... Un prince que je n'aurais jamais vu, qui viendrait un soir, au jour tombant, me prendre par la main et m'emmener dans un palais... Et ce que je voudrais, ce serait qu'il fût très beau, très riche [...]. Et ce que je voudrais encore, ce serait que mon prince m'aimât à la folie, afin moi-même de l'aimer comme une folle. Nous serions très jeunes, très purs et très nobles, toujours, toujours36.

  • 37 Ibid., p.858.

27Après avoir entendu Angélique, sa mère lui dit qu'elle va pleurer sa sainte gardienne Agnès qui a préféré mourir pour épouser Jésus. Et Angélique de lui répondre : « Mais c'est Jésus que je veux »37.

28Quand elle voit pour la première fois dans sa vie un homme, elle le compare au « Jésus superbe ». C'est Félicien, peintre verrier, qui répare le vitrail et lui déclare son amour. Angélique se demande si elle est perdue ainsi que « les vilaines femmes » de La Légende qui cèdent au diable. Bien qu'elle aime Félicien son sur-moi « voraginesque » l'effraie : elle se demande si cela aurait fâché Agnès de savoir Angélique heureuse. Le sur-moi n'est pas le seul obstacle à surmonter puisque Félicien est un aristocrate. Finalement, Angélique perd toute sa santé et meurt au cours de la cérémonie de son mariage : étant encore vierge, elle est prête pour son véritable époux, Jésus.

2. 4 Pauline Quenu

29Pauline, fille de Lisa Macquart, diffère des jeunes filles que nous avons étudiées. Orpheline, elle habite chez des parents éloignés. Elle découvre très tôt le livre Robinson Crusoe avec des gravures. Dans la chambre de son cousin Lazare, elle trouve des livres scientifiques : Traité de physiologie de Longuet et l'Anatomie descriptive de Cruveilhier :

  • 38 La joie de vivre dans Zola, Les Rougon-Macquart, t. III, Paris, Gallimard, 1961, p. 854.

Alors, cette enfant de quatorze ans apprit, comme dans un devoir, ce que Ton cache aux vierges jusqu'à la nuit des noces. Elle feuilletait les planches de l'Anatomie, ces planches superbes d'une réalité saignante ; elle s'arrêtait à chacun des organes, pénétrait les plus secrets, ceux dont on a fait la honte de l'homme et de la femme ; et elle n'avait pas de honte, elle était sérieuse, allant des organes qui donnent la vie aux organes qui la règlent, emportée et sauvée des idées charnelles par son amour de la santé. La découverte lente de cette machine humaine l'emplissait d'admiration. Elle lisait cela passionnément, jamais les contes de fées, ni Robinson, autrefois, ne lui avaient ainsi élargi l'intelligence38.

  • 39 Nils-Olof Franzén, Zola et La joie de vivre. La genèse du roman. Les personnages. Les idées, Stockh (...)

30Nils-Olof Franzén pense que Zola a subi l'influence de Herbert Spencer qui dans ses travaux favorisait l'éducation des filles39. A mesure que Pauline étudie la science, son caractère devient de plus en plus trempé et réaliste. Ce réalisme se heurte au pessimisme de Lazare qui lit « la grande poésie noire de Schopenhauer » :

  • 40 La joie de vivre, op. cit., p. 884.

[...] elle envoyait carrément au diable son Schopenhauer, dont il avait voulu lui lire des passages : un homme qui écrivait un mal atroce des femmes ! Elle l'aurait étranglé, s'il n'avait pas eu au moins le cœur d'aimer les bêtes. Bien portante, toujours droite dans le bonheur de l'habitude et dans l'espoir du lendemain, elle le réduisait à son tour au silence par l'éclat de son rire sonore, elle triomphait, de toute la poussée vigoureuse de sa puberté40.

  • 41 René-Pierre Colin, Schopenhauer en France : un mythe naturaliste, Lyon, Presses Universitaires de L (...)
  • 42 Ibid., p.170.

31Lazare pense que la vie n'est qu'une douleur et a peur de la mort. Mais bien plus qu'un véritable disciple de Schopenhauer, il n'est - comme le constate René-Pierre Colin - qu'un schopenhaueriste et un « Werther retourné »41. Après la mort de sa mère, il s'enfonce dans un profond pessimisme. Contrairement à son cousin, Pauline personnalise la joie de vivre, protège toujours Lazare et se sacrifie pour toute la famille. A la fin du roman, Pauline constate qu'elle n'est pas assez loin des idées de Schopenhauer, car le fond même de sa morale sont la pitié (Mitleid) et la charité (Menschenliebe)42. Avec la conviction qu'il faut survivre à toute catastrophe, elle est aussi la disciple du Robinson qu'elle a lu dans sa jeunesse.

  • 43 Heide Eilert, Das Kunstzitat in der erzählenden Dichtung, Stuttgart, Franz Steiner Verlag, 1991, p. (...)

32Nous avons donc considéré deux sortes de description des bibliothèques que l'on décèle dans l'œuvre de Zola. En ce qui concerne ce que nous avons appelé « la bibliothèque des révoltés » il convient de souligner que tous les ouvrages qu'elle comporte ont été interdits par la censure impériale. Il est intéressant de relever que Zola dissimule certains journaux de gauche sous des titres inventés. Certains livres cités n'ont jamais été écrits et ne viennent que de l'invention de Zola, bien que le lecteur soit, lui, persuadé de leur existence. Quant à la lecture des jeunes filles, il faut dire que nous rencontrons surtout un seul modèle, celui de la jeune fille élevée devant une bibliothèque fermée ou privée d'un contact avec le monde réel. Marie Pichon, pendant sa lecture d'André de George Sand, rêve d'un amant romantique. Sa lecture terminée, elle est déjà une femme adultère. Dans ces rêves, Hélène Grandjean, femme ayant plus vécu que la précédente, confond la situation romanesque d'Ivanhoé de Walter Scott (un homme aimé de deux femmes) avec la sienne. Mais la situation des héroïnes de Zola diffère singulièrement de celle des héroïnes qui, dans les livres lus, se marient avec les hommes qu'elles aiment. L'unique exception est Angélique qui, quand elle lit l'hagiographie de Sainte Agnès dans La Légende dorée, rêve de devenir - comme la sainte - l'épouse de Jésus. Angélique meurt très jeune et par sa mort, son rêve se réalise : elle rejoint Jésus. Pauline Quenu, connaissant bien l'anatomie humaine, s'oppose aux héroïnes rêveuses. Réaliste, elle connaît la douleur et se sacrifie pour sa famille. On le constate, la variété des « cas » évoqués est très relative. En outre Zola se sert du procédé nommé « le livre dans le livre » (Das « Buch im Buch »43) pour préparer sa propre intrigue. Ainsi le livre mentionné (André, Ivanhoé, La Légende dorée), avec ses histoires et ses motifs, détermine un peu la vie des héroïnes lectrices.

Haut de page

Notes

1 Hinrich Hudde, Bernardin de Saint Pierre : Paul et Virginie. Studien zum Roman und seiner Wirkung, München, Wilhelm Fink Verlag, 1975.

2 « Sainte-Beuve. Documents littéraires », dans Emile Zola, Œuvres complètes t. XII, Lausanne, Cercle du Livre précieux, 1969, p. 447.

3 L'Assommoir, dans Zola, Les Rougon-Macquart t. II. Paris, Gallimard, 1961, Bibliothèque de la Pléiade, p. 606.

4 Ibid., p. 606.

5 Voici l'extrait d'une lettre du 10 février à Yves Guyot où Zola présente Lantier : « [...] celui-là n'est pas un ouvrier. Il a été chapelier en province, et il n'a plus touché un outil depuis qu'il est à Paris. Il porte un paletot, il affecte des allures de monsieur. Certes, je n'insulte pas en lui la classe ouvrière, car il s'est placé de lui-même en dehors de cette classe ». (Zola, Correspondance t. II. Montréal, Les presses de l'Université de Montréal, 1980, p. 537.)

6 Henri Mitterand, Études, notes et variantes, Les Rougon-Macquart III, Paris, Gallimard, 1964, p. 1904.

7 Germinal, dans Zola, Les Rougon-Macquart t. III, Paris, Gallimard,1961, Bibliothèque de la Pléiade, p. 1257 et 1328.

8 Mitterand, op. cit., p. 1904 ; Elliot M. Grant, « The Newspapers of Germinal : Their Identity and Significance », The Modern language review 55, 1960, p. 87-89.

9 Voir Henri Arvon, L'anarchisme, Paris, PUF, coll. « Que sais-je » (n° 479), 1951.

10 La Terre, dans Zola, Les Rougon-Macquart, t. IV, Paris, Gallimard, 1966, p. 429.

11 Ibid., p. 430.

12 Guy Robert, La Terre d'Emile Zola. Etude historique et critique, Paris, Les belles lettres, 1952, p. 88.

13 Son Excellence Eugène Rougon, dans Zola, Les Rougon-Macquart, t. II, Paris, Gallimard, 1961, p. 284.

14 Ibid.

15 Pot-Bouille, dans Zola, Les Rougon-Macquart t. III, p. 67.

16 Dans son roman La muse du département, où certains lisent aussi George Sand, Balzac constate que cette femme écrivain a créé le sandisme, une lèpre sentimentale qui a gâté beaucoup de femmes qui, sans leurs prétentions au génie, eussent été charmantes. Mme Bovary lit aussi George Sand, y cherchant des assouvissements imaginaires pour ses convoitises personnelles. Cf. Volker Roloff, « Zur Thematik der Lektüre bei G. Flaubert Madame Bovary, Mœurs de Province », Germanisch-romanische Monatsschrift 25, 1975, p. 324 et 332.

17 L'héroïne explique leur situation de la façon suivante : « Si nous étions du même rang, vous et moi, [...], je vous dirais que je vous aime assez pour y consentir sans peine. Mais ce mariage sera traversé par mille obstacles. Il causera du scandale ou au moins de l'étonnement. Votre père s'y opposera peut-être [...] ». George Sand, André, Bruxelles, Société belge de librairie, 1842, p. 146.

18 Lettre du 2 mai 1860 à Jean-Baptistin Baille, Correspondance t. I, Montréal, Les presses de l'Université de Montréal, 1978, p. 156-157.

19 Pot-Bouille, op. cit., p. 67

20 Ibid., p. 69.

21 Ibid., p. 70.

22 Ibid., p. 75.

23 « On le voyait partir pour la chasse, mais revenir sans gibier. Son fusil lui servait de prétexte et de contenance ; grâce à ce talisman, le jeune poète traversait la campagne et bravait les rencontres, sans danger d'être pris pour un fou [...] ». (André, op. cit., p. 10).

24 Dans l'article « L'adultère dans la bourgeoisie » Zola décrit une jeune fille - un modèle pour Marie : « Parfois, quand elle touche à ses vingt ans, son père pousse la tolérance jusqu'à fermer les yeux s'il la trouve un soir en train de lire Ivanhoé. [...] Le mariage est pour elle un viol, dont elle sort écœurée et stupéfaite. [...] Alors, elle reprend ses romances, elle relit Ivanhoé. S'il y a, de l'autre côté du palier, un homme qui ait des moustaches, il n'a qu'à entrer et qu'à ouvrir les bras : elle tombera sur sa poitrine en pleurant. » (Zola, Œuvres complètes t. XIV. Lausanne : Cercle du livre précieux, 1970, p. 536).

25 Pot-Bouille, p. 76.

26 Ibid., p. 211. Même les autres femmes dans Pot-Bouille lisent. Rose Campardon lit Dickens « avec des larmes d'attendrissement », (p. 278). Cela pourrait être aussi un signe, car Brian Nelson souligne dans son article « Pot- Bouille, étude sociale et roman comique » (Les cahiers naturalistes 27, 1981, p. 89) que certains personnages sont des caricatures caustiques, fondées dans une sorte de fantaisie burlesque à la Dickens.

27 « De la moralité dans la littérature », dans Zola, Œuvres complètes t. XII, Paris, Cercle du Livre précieux, p. 510-511.

28 Une Page d'amour, dans Zola, Les Rougon-Macquart, t. II, p. 847. Dans ce roman, Mme Tissot, déclare que Balzac est illisible (p. 982).

29 « Following with wonderful promptitude the directions of Ivanhoé, and availing herself of the protection of the large ancient shield, which she placed against the lower part of the window, Rebecca, with tolerable security to herself, could witness part of what was passing without the castle, and report to Ivanhoe the preparations which the asailants were making for the storm ». Ivanhoe, London, Penguin books, 1994, p. 311.

30 Une Page d'amour, op. cit., p. 847-848.

31 Ibid., p. 855.

32 Le Rêve, dans Zola, Les Rougon-Macquart t. IV, Paris, Gallimard, 1966, p. 831.

33 L'auteur ajoute : « Leur histoire à tous est la même, ils grandissent pour le Christ, croient en lui, refusent de sacrifier aux faux dieux, sont torturés et meurent pleins de gloire », Ibid., p.831-832.

34 Ibid., p.840.

35 Jacques de Voragine, La Légende Dorée, t. 1, Paris, Garnier-Flammarion, 1967, p. 141.

36 Le Rêve, op. cit., p. 854.

37 Ibid., p.858.

38 La joie de vivre dans Zola, Les Rougon-Macquart, t. III, Paris, Gallimard, 1961, p. 854.

39 Nils-Olof Franzén, Zola et La joie de vivre. La genèse du roman. Les personnages. Les idées, Stockholm, Almqvist & Wiksell, 1958, p. 139-140.

40 La joie de vivre, op. cit., p. 884.

41 René-Pierre Colin, Schopenhauer en France : un mythe naturaliste, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 1979, p. 175.

42 Ibid., p.170.

43 Heide Eilert, Das Kunstzitat in der erzählenden Dichtung, Stuttgart, Franz Steiner Verlag, 1991, p. 30.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Tone Smolej, « Pas de roman avant le mariage, tous les romans après le mariage », Babel, 6 | 2002, 171-182.

Référence électronique

Tone Smolej, « Pas de roman avant le mariage, tous les romans après le mariage », Babel [En ligne], 6 | 2002, mis en ligne le 16 novembre 2012, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://babel.revues.org/1969 ; DOI : 10.4000/babel.1969

Haut de page

Auteur

Tone Smolej

Université de Ljubljana (Slovénie)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Babel. Littératures plurielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire Babel
  • Logo Université de Toulon
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org