Navigation – Plan du site

Classements et bibliothèques à la Renaissance

Quelques éléments
François Roudaut
p. 151-168

Résumé

Cet article s'efforce de définir le mode de classement des bibliothèques à la Renaissance en comparaison avec le Moyen Âge selon des critères qui touchent à la sociologie de la lecture. Ainsi peuvent être distinguées les dites "bibliothèques des hommes obscurs" réservées aux clercs et aux notables, les "grandes" bibliothèques destinées à la lecture et à la conservation et contribuant à la mise en place d'une république des lettres. Ce développement favorise la mise en ordre du savoir, les classements et les bibliographies dépassant les classifications médiévales dérivées d'Aristote. La bibliothèque, transformée bientôt en cabinet de lecture, devient d'une certaine manière, le nouveau lieu de retraite: "microcosme du passé", elle ressemble fort à un temple dédié au savoir.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Les femmes semblent avoir été analphabètes à 99 %, Ces chiffres ne portent pas sur une date précise (...)
  • 2 G. Demerson, dans Livres populaires du XVIe siècle, Paris, C.N.R.S., 1986, p. 37 n. 58. Le terme de (...)
  • 3 Un seigneur normand, le sire de Gouberville, a laissé un journal dans lequel il raconte qu'en févri (...)
  • 4 « Claustrum sine armario, castrum sine armentario » (Dom Martène, Thesaurus anecdotorum, 1717, t. I (...)

1Parler de bibliothèques suppose d'abord de préciser quelques points concernant la lecture. Il semble qu'il faille malheureusement se contenter des approximations suivantes : les lecteurs représentent environ 20 % de la population masculine des villes, 3 à 4 % de celle des campagnes1. Si l'imprimé atteint des couches sociales très diverses (les domestiques, par exemple, sont une « élite culturelle populaire » en raison des contacts étroits qu'ils entretiennent avec l'élite véritable2), les lecteurs forment cependant un groupe assez maigre dans lequel les livres circulent sous la forme du prêt (et du vol, très fréquent, surtout depuis que les livres ne sont plus enchaînés) et des lectures collectives (consultation dans la boutique, assemblée religieuse, lecture chez des seigneurs3). A l'origine, le mot « bibliotheca » désigne une collection ou un dépôt de livres (au sens concret ou abstrait). On peut ainsi parler de l'ensemble des livres qui constituent l'Ancien Testament comme de la « bibliotheca Veteris Testamenti ». Le livre est une arme pour aider à faire triompher le christianisme, et on entend souvent au Moyen Âge répéter qu'« un monastère sans livres est un château sans vivres »4 . Le chapitre 48 de la règle de saint Benoît précise que les moines doivent lire de deux à trois heures par jour. Il peut cependant s'agir moins de livres au sens où nous l'entendons que de fragments de quelques paroles survivant dans la mémoire : la bibliothèque est le lieu où, la tradition réunie, la vérité peut éclater à travers elle.

  • 5 Paul Zumthor, La Lettre et la voix, Paris, Le Seuil, 1987, p. 109. Voir A. Derolez, Les Catalogues (...)
  • 6 Voir Léopold Delisle, Recherches sur la libraire de Charles V, Paris, 1907,t.1, p. 147. Cette bibli (...)

2Au Moyen Âge les bibliothèques étaient « d'une surprenante maigreur »5 : un peu plus de quatre cents volumes à l'abbaye de Reichenau en 822 (ce qui constitue une des plus grandes bibliothèques d'Europe avec celle du monastère de Saint-Gall), mille livres environ vers 1250 à la Sorbonne, un des lieux les mieux fournis d'Europe ; mille également dans la bibliothèque du roi de France Charles V (1338-1380)6.

  • 7 Pour accélérer la copie se met en place une nouvelle pratique : un manuscrit l'exemplar), considéré (...)
  • 8 Les index font une lente apparition au cours du XVIe siècle : voir Francis J. Witty, « The beginnin (...)
  • 9 Sur ce sujet, voir l'article de F. Alessio, « Conservazione e modelli di sapere nel medioevo » dans (...)
  • 10 Voir Paul Saenger, « Lire aux derniers siècles du Moyen Age », dans : G. Cavallo et R. Chartier, Hi (...)
  • 11 Les bibliothèques publiques mettent plus d'un siècle à naître : la Bodléienne (fondée par Bodley) e (...)

3Ces livres, chers malgré le système de la pecia7, sont de plus en plus nécessaires étant donné la nouvelle manière de penser qui se développe au XIIIe siècle : non plus la méditation solitaire mais, dans le cadre de la disputatio, l'élaboration d'une construction logique qui suppose l'usage d'index, de tables, de concordances, etc.8 Il s'agit désormais d'analyser avec la plus grande acuité possible le sens du texte de façon à en dégager la pensée dans toutes ses implications9. L'organisation matérielle des bibliothèques marque ce changement. On trouve en effet à la fin du XIIIe siècle dans de grandes salles, enchaînés aux pupitres, les principaux ouvrages de référence : Somme théologique de saint Thomas, commentaires bibliques de Nicolas de Lyre et de Hugues de Saint-Cher, dictionnaires, etc.10 Le mouvement s'accentue aux XIVe et XVe siècles, et lorsque l'imprimé apparaît une grande partie de l'élite culturelle est prête à l'accueillir. Et se constituent les bibliothèques telles que nous pouvons les connaître de nos jours11, certaines petites d'autres plus importantes, ces dernières se trouvant face à la question essentielle du classement du savoir et de ses dérives entraînées par la lecture.

Les bibliothèques des hommes obscurs

  • 12 Vernacular Books in Parisians Prívate Libraries of the Sixteenth Century [...], Chapel Hill, Univer (...)
  • 13 Entre 5 et 10 % d'après les comptes qui ont été faits par H.-J. Martin, dans l'Histoire de l'éditio (...)
  • 14 Voir A. Labarre, Le Livre dans la vie amiénoise du XVIe siècle [...], op. cit. note 12. Une telle d (...)

4A. H. Schutz12 a analysé 226 inventaires de bibliothèques privées parisiennes du XVIe siècle. Ce sont des bibliothèques de petite taille comprenant de 1 à 300 livres, la moyenne se situant vers la vingtaine de volumes. Leurs possesseurs sont en majorité des clercs ou des magistrats ; il y a très peu de gentilshommes13. On trouve trois fois plus de livres chez les protestants que chez les catholiques14. Ces bibliothèques étant connues par des inventaires après décès, il faut tenir compte du fait que

    • 15 Voir le résumé des inventaires, effectué dans Le Temps des Réformes et la Bible, sous la direction (...)

    ces livres appartenaient à des gens âgés : il est normal que l'on trouve beaucoup d'ouvrages du début du siècle qui peuvent, du reste, avoir été reçus en héritage. Ce qui expliquerait un certain archaïsme des textes15.

  • le notaire (ou les héritiers) a pu refuser de noter des ouvrages soit parce qu'ils étaient de peu de valeur ou trop abîmés (par exemple en raison de lectures répétées) soit parce qu'ils étaient impies (textes de Luther, de Calvin et de bien d'autres considérés comme hérétiques). Comme le dit Gilbert Gadoffre, il ne faut pas trop se fier à l'inventaire :

  • 16 G. Gadoffre (op. cit. note 15, p. 109) signale que le cas est le même pour le chancelier Poyet et q (...)

L'inventaire post mortem le plus détaillé qui soit, celui de Florimont Robertet, l'un des notables les plus cultivés de son temps et collectionneur acharné, ne comporte pas un seul livre imprimé, mais en tout et pour tout un livre d'heures manuscrit et enluminé. Or il est tout à fait invraisemblable que ce juriste polyglotte, fils, frère et oncle de poètes ayant publié, protecteur d'écrivains illustres, ne possède pas l'ombre d'un livre dans une de ses demeures16.

  • ces bibliothèques sont souvent des bibliothèques de travail : elles sont liées au métier de leur possesseur plus qu'elles ne reflètent un état général de la culture.

5Voici quels sont les titres les plus couramment rencontrés vers le milieu du siècle :

  • la Bible, les Psaumes (dans la traduction de Marot)

  • des ouvrages de piété (Miroirs de rédemption, Fleurs des Vertus) et d'hagiographie (Voragine, Légende dorée ; Ludolphe le Chartreux, Vita Christt).

  • quelques auteurs ecclésiastiques : saint Augustin, saint Grégoire, saint Bernard, saint Isidore.

  • quelques livres de droit.

  • quelques encyclopédies.

  • des livres d'histoire : Froissart, Chroniques ; Monstrelet, Chroniques ; S. Champier, Histoire de Bayard ; Jean Lemaire, Illustrations de Gaule ; La Mer des Hystoires (publiée, sur demande de Charles VIII en 1483, par P. Le Rouge en 1488, à partir d'une chronique de Lübeck parue en 1475) ; Histoire ecclésiastique ; Vincent de Beauvais, Miroir hystorial ; Gaguin, Chroniques ; Rolewinck, Fasciculus temporum ; Amadis de Gaule ; Kalendrier des Bergiers ; Salluste ; Tite-Live ; Suétone ; César ; Valère-Maxime.

  • peu d'ouvrages en anglais (Thomas More, Utopia) ou en allemand (Sebastien Brant, Narrenschiff).

    • 17 Voir Jean Balsamo, « Les traducteurs français d'ouvrages italiens et leurs mécènes (1574-1589) », d (...)

    un grand nombre d'ouvrages italiens, d'abord en traduction puis, à partir de 1550 en italien : Castiglione, Le Courtisan ; Arioste, Roland furieux ; Boccace, Decameron17.

    • 18 L. Febvre et H.-J. Martin, L'Apparition du livre, op. cit. note 13, p. 372.
    • 19 Un juge de Narbonne, au début du XVIIe siècle, possède des ouvrages de Du Bellay, Du Bartas, G. Bou (...)
    • 20 Voir André Stegmann, « Comment constituer une bibliothèque en France au début du XVIIe siècle : exa (...)

    quelques ouvrages de littérature (aussi bien pour les catholiques que pour les protestants), en particulier la « collection des grands classiques latins, avec une prédilection particulière pour les élégiaques comme Catulle, Tibulle, Properce, parmi les satiriques pour Horace et surtout pour Perse »18. Egalement : Virgile, L'Enéide ; Ovide, Les Métamorphoses ; Villon, Le Testament ; Alain Chartier, La Belle Dame sans mercy ; Jean Meschinot, Les Lunettes des Princes ; Erasme, Adages, Colloques, Eloge de la Folie19. A la fin du siècle, les succès de librairie sont composés principalement des œuvres de Ronsard, Desportes, Du Perron, Du Bartas (le poète le plus cité dans les inventaires après décès effectués à Paris), Montaigne, Marguerite de Navarre, Des Periers, Du Fail, Tabourot20.

  • des livres de classe : Caton ; Esope ; Perotti ; Jacques Le Grand, Sophologium sapientiae ; Barthélémy de Glanville, Le Propriétaire des choses. Ce sont aussi les encyclopédies, ces « bibliothèques portables » dont Calepin et Rhodiginus constituent les deux meilleurs exemples au vu de leur succès : le Dictionarium de Calepin connaît, à partir de 1502, plus de cent éditions au cours du siècle.

Les « grandes » bibliothèques

  • 21 Voir J. Bignami Odier et J. Ruysschaert, La Bibliothèque vaticane de Sixte IV à Pie XI, Rome, Cité (...)
  • 22 Dans la bibliothèque de Jean Grolier (1479-1565) on compte 86 % d'ouvrages en latin, 11 % en italie (...)

6Elles sont destinées à favoriser l'étude et la conversation. Désormais spacieuses et claires (studiolo de Frédéric de Montefeltre à Urbin, bibliothèque du Vatican reconstruite par Sixte Quint21), elles contiennent des ouvrages choisis en fonction de la qualité de l'édition ; l'aspect matériel demeure secondaire. Il n'y a pas d'exclusions ; des textes écrits par des protestants se trouveront ainsi chez un catholique. Les livres sont pour la plupart en latin22.

  • 23 Jean Grolier : « Jo. Grolierii et amicorum » ; J. A. de Thou : « Ut prosint aliis ». Voir Y Histoir (...)
  • 24 La notion même de curiosité, avant l'époque des Peiresc et des Gassendi, joue un rôle important dan (...)

7Ces bibliothèques contribuent à la mise en place d'une respublica litterarum. Elles sont une des nouvelles manifestations du mécénat, comme le prouvent certains ex-libris23. Les livres, dans de nombreux cas, ne sont plus isolés mais se mêlent à divers objets et deviennent un des moyens d'accès à la totalité du savoir ; ils entretiennent des relations avec les cabinets de curiosité24.

  • 25 Voir Louis Desgraves, Elie Vinet humaniste de Bordeaux (1509-1587), Genève, Droz, 1977. On y trouve (...)
  • 26 Voir M. Connat, « Mort et testament de Rémy Belleau », Bibliothèque d'Humanisme et Renaissance, VI, (...)
  • 27 La dernière version (datée du 12 février 1536) du testament d'Erasme comprend une liste de 413 ouvr (...)
  • 28 Sur cette bibliothèque professionnelle constituée également par des hommages, voir Jeanne Veynn-For (...)
  • 29 Voir M. Connat et J. Mégret, « Inventaire de la bibliothèque des Du Prat », Bibliothèque d'Humanism (...)
  • 30 On pourrait faire la même remarque pour la bibliothèque de Guillaume Pelissier (1490-1568) dont la (...)
  • 31 Voir sur ce point la bibliothèque du connétable de Montmorency dont l'analyse est faite par G. Gado (...)
  • 32 H.-J. Martin, « Ce qu'on lisait à Paris au XVIe siècle », Bibliothèque d'Humanisme et Renaissance, (...)
  • 33 Il semble que l'on puisse, pour le XXe siècle, étendre largement ce délai : à part quelques auteurs (...)

8Ces grandes bibliothèques comprennent entre 500 et 1000 volumes environ. Si celles d'Elie Vinet25 ou de Rémy Belleau26 restent petites, la collection d'Erasme27 ou du chirurgien François Rasse des Neux28, forte de ses quelques 500 volumes, sont proches de celle d'un fils de chancelier, Antoine du Prat29. Cette dernière, à caractère encyclopédique comprend environ 550 livres parmi lesquels on rencontre en particulier une soixantaine de livres de théologie, des traités de Jean Pic de La Mirandole et de Reuchlin, des romans de chevalerie, environ soixante-dix ouvrages d'histoire, des auteurs italiens (dont Boccace), et surtout des livres de droit. Comme pour beaucoup d'autres bibliothèques, les œuvres littéraires contemporaines sont peu présentes30. Il faut attendre la génération suivante pour que, sous l'influence de François Ier, les auteurs contemporains et les historiens de l'Antiquité trouvent leur place31. Il ne faut évidemment pas oublier de tenir compte du phénomène de retardement, qui existe également à notre époque de diffusion et de communication pourtant extrêmement rapides. Comme le souligne Henri-Jean Martin, « les classiques latins ne pénètrent en nombre que dans le second quart du siècle, et les grecs à partir de 1550 »32. Il y a un décalage d'au moins une génération entre le moment de parution de l'ouvrage et son « appréciation » dans un cercle plus large que celui des seuls spécialistes33.

9Les bibliothèques des poètes se caractérisent avant tout par l'importance de leur fonds de textes anciens (les éditions sont souvent choisies en fonction des commentaires) et de recueils de « leçons », en particulier les ouvrages de Pierre Messie (Pedro Mexia) et de Coelius Rhodiginus.

  • 34 Traité des plus belles bibliothèques (1664), cité dans Y Histoire des bibliothèques, op. cit. note (...)
  • 35 Cet inventaire a été édité par Silvio F. Baridon, Inventaire de la bibliothèque de Pontus de Tyard, (...)
  • 36 Ce calcul approximatif s'appuie sur le fait que les livres ont été partagés en deux lots (dont l'un (...)

10Louis Jacob affirme que la bibliothèque de Pontus de Tyard était « une des plus belles de son temps »34. D'après l'inventaire après décès que l'on possède35, elle devait contenir plus de mille titres environ (soit quelques douze cents volumes36) . C'est une bibliothèque d'évêque, 'humaniste et de savant dont la partie concernant la littérature a malheureusement brûlé dans l'incendie du château familial de Bragny le 21 août 1636. Malgré cette perte, il est cependant possible de reconstituer avec précision la majeure partie de cette collection dont on retrouve les exemplaires à la Bibliothèque de Troyes, pour une large part. On voit ainsi que la théologie occupe presque la moitié (40 %) de l'ensemble des ouvrages qui nous restent ; la philosophie la suit d'assez près (30 %), distançant largement l'histoire (15 %), suivie par les sciences et les lettres (7 %) et le droit (1 %). Le latin occupe 65 % du total, loin devant le français (26 %), le grec (6 %) et l'hébreu, l'italien et l'espagnol. Dans chacun des domaines considérés, Tyard possédait les textes essentiels. Entre autres : la Bible polyglotte d'Anvers, les oeuvres des principaux Pères latins et grecs, celles de Sénèque, le martyrologe d'Usuard, le dictionnaire de Calepin, la grammaire hébraïque de David Kimhi, les ouvrages d'auteurs protestants comme Mercier, Lorich, etc.

  • 37 En particulier par Pierre Villey, Les Sources et l'évolution des Essais de Montaigne, Paris, Hachet (...)
  • 38 Voir Jean-François Maillard, La Bibliothèque de Peiresc, Paris, C.N.R.S., 1990. Au XVIIe siècle, le (...)

11Ce n'est pas ici le lieu de parler de la bibliothèque de Montaigne riche d'environ mille volumes. Elle a en effet été longuement étudiée37, tout comme celle de Peiresc qui, au début du XVIIe siècle était parvenu à rassembler six mille volumes environ38.

Classements et bibliographies

  • 39 Sur ce sujet, voir J. Mariétan, Problèmes de la classification des sciences d'Aristote à saint Thom (...)
  • 40 Histoire de l'édition française, op. cit. note 2, p. 640.
  • 41 C'est en effet à partir d'Aristote que l'on met en place le plan suivant : logique ; philosophie th (...)
  • 42 Du Bellay, Deffence et illustration de la langue françoise, I, 10, éd. H. Chamard, Paris, Didier, S (...)
  • 43 Sont données ici les seules divisions principales. Elles se ramifient ensuite en un grand nombre de (...)
  • 44 Leopold Delisle, Le Cabinet des manuscrits de la Bibliothèque impériale (nationale), Paris, 1881, v (...)
  • 45 Albert Derolez {Les Catalogues de bibliothèques, Turnhout, Brepols, 1979, p. 34) cite Jean Barrois, (...)
  • 46 A. Derolez, op. cit. note 45, p. 35, renvoie à la bibliothèque Pandolfini, aux catalogues des Médic (...)
  • 47 Voici les subdivisions, telles que les donne Benoît Rekers (Benito Arias Montano, trad. espagnole, (...)

12Le développement considérable de la production et, partant, des bibliothèques, conduit au souci de la mise en ordre du savoir39. On assiste en effet à une mutation des « opérations intellectuelles permises par la lecture »40. Il existait déjà, bien évidemment, des classifications médiévales, en particulier celles qui, dérivées d'Aristote41, organisaient l'apprentissage des connaissances, trivium (grammaire, rhétorique, dialectique) et quadrivium (arithmétique, géométrie, astronomie, musique). Mais dès le XIIe siècle (saint Thomas le souligne lui-même), on s'aperçoit que ces deux divisions héritées de Boèce rendent mal compte de la totalité du savoir, de ce « rond des sciences »42 dont rêva cette époque. Dans le deuxième quart du XIIe siècle, Hugues de Saint-Victor propose dans son Didascalicon un classement des arts qui entend être une propédeutique à la science de l'Ecriture. La philosophie se divise alors en quatre parties : théorique, pratique, mécanique et logique. La première comprend la théologie, la mathématique (elle-même divisée en arithmétique, musique, géométrie et astronomie) et la physique ; la deuxième se divise en individuelle, privée et publique ; la troisième, en fabrication de la laine, armement, navigation, agriculture, chasse, médecine et théâtre ; la quatrième, en grammaire et raisonnement (divisé en démonstration, preuve (dialectique ou rhétorique) et sophistique)43 . Et en 1338, le catalogue de la parva libraria de la Sorbonne comprend 59 sections : le classement est effectué par thèmes (Pères et théologiens, philosophes de l'Antiquité), par genres et par disciplines44. Comme l'explique Albert Derolez, « le classement des bibliothèques laïques et princières, y compris celles des princes de l'Eglise, est très différent de celui des grandes bibliothèques ecclésiastiques et universitaires » ; et le conservateur cite la classification (datant de 1468) en neuf sections de la bibliothèque des ducs de Bourgogne : « Varia ; Bonnes meurs, étiques et politiques ; Chapelle ; Librarie meslée ; Livres de gestes ; Livres de ballades et d'amours ; Croniques de France ; Oultre-mer, médecine et astrologie ; Livres non parfaits »45. Il faudra attendre les humanistes italiens du XVe siècle pour que le classement soit davantage axé sur les genres, ou plutôt sur les fonctions auctoriales : poètes, historiens, grammairiens, cosmographes46. Dans le dernier tiers du XVIe siècle, Benito Arias Montano, chef de la bibliothèque du roi d'Espagne à partir de 1579, propose une organisation intéressante qui, sans modifier les structures générales du savoir, en développe les divisions parfois implicites : soixante-quatre catégories47 permettent de percevoir les relations métonymiques qu'un lecteur moderne se trouve ainsi en droit de proposer lorsqu'il entend expliquer les textes du XVIe siècle.

  • 48 Conrad Gesner, Bibliotheca universalis, sive Catalogus in tribus Unguis Latina, Graeca et Hebraica, (...)
  • 49 Johannes Trithemius, Cathalogus illustrium virorum Germaniae suis ingeniis et lucubrationibus omnif (...)
  • 50 Illustrium Majoris Britanniae Scriptorum, Ipswich, 1548.
  • 51 II a été inspiré, comme Du Verdier, par l'exemple de l'Italien Doni, ainsi que le fait remarquer Ro (...)

13Les bibliographies témoignent de cet effort de classement d'un savoir considéré comme universel : Gesner (1516-1565)48 vise à l'universalité, après Trithème49. John Baie, plus prudent, se limite aux écrivains anglais50. A la fin du siècle, deux bibliographes effectuent un travail toujours utile. En 1584 François de La Croix du Maine fait paraître sa Bibliothèque françoise, suivi un an plus tard par Antoine du Verdier51. La Croix du Maine propose le classement suivant :

choses sacrées
arts et sciences
description de l'univers
genre humain
hommes illustres en la guerre
ouvrages de Dieu
mélanges de divers mémoires.

  • 52 Voir Albert Ronsin, La Bibliothèque Bouhier : Histoire d'une collection formée du XVIe au XVIIe siè (...)

14Ce classement est proche de celui qu'adoptera le Président Jean IV Bouhier (1673-1746), dont on sait l'importance du travail qu'il accomplit pour organiser son immense collection52:

théologie
philosophie
science
histoire
littérature
langues étrangères
hérétiques.

  • 53 Celle qui prévaut à la fin du XIXe siècle, comme en veut témoigner Léopold Delisle, Instructions él (...)

15Tous ces classements mettent en place une vision du savoir où les cloisonnements, qui pourraient paraître renforcés par la multiplicité des subdivisions, sont en réalité, par ces divisions mêmes, considérablement affaiblis. La hiérarchie (de moins en moins visible) n'a pas encore cédé la place à la logique53 ; c'est l'encyclopédie qui semble désormais régner. Et toute branche de l'activité humaine, si effacée qu'elle paraisse, est consacrée par un traité.

  • 54 L'Invention du quotidien, Paris, Gallimard, nouvelle édition, 1990, p. 251.

16En se développant au XVIe siècle, les bibliothèques ont transformé les lecteurs qui sont, plus que jamais, comme le dit Michel de Certeau, « des voyageurs ; ils circulent sur les terres d'autrui, nomades braconnant à travers les champs qu'ils n'ont pas écrits, ravissant les biens d'Egypte pour en jouir »54. Les lecteurs ont créé de nouveaux textes. Un exemple permettra de comprendre jusqu'où la lecture peut mener le lecteur ou plutôt, par un effet de boomerang, l'auteur lui-même.

  • 55 Le premier Index librorum prohibitorum date de 1559, sous le pontificat de Paul IV. En plus, chaque (...)
  • 56 On trouve ici l'application de ce que dit Donald F. McKenzie (La Bibliographie et la sociologie des (...)

17Nicolas de Clamanges (c. 1362-1437), secrétaire du pape Benoît XIII, chanoine « humaniste », est l'auteur, entre autres ouvrages, d'un De ruina et reparatione ecclesiae. Pour inciter l'Eglise à se relever, il la montre humiliée : luxe, richesses, cupidités, cumul des bénéfices sont les points principaux sur lesquels s'exerce sa critique (qui se joint, à l'époque, à celle de bien d'autres de ses contemporains). Au XVIe siècle, les protestants répandent ce traité pour justifier leurs attaques. Ils en changent le titre : De corrupto ecclesiae statu (1562), bientôt traduit en L'Estat corrompu de l'Eglise (1564). Le texte se trouve ainsi mis à l'Index55, et son auteur classé parmi les « hérétiques » dans la bibliothèque de Pontus de Tyard. Son mode de lecture s'est transformé, entraînant ainsi une modification de l'aire de réception. Modification qui a été tout à la fois cause et conséquence d'un changement de lecture idéologique et physique56.

  • 57 Elle commence « officiellement », comme on sait, avec saint Ambroise dont saint Augustin rapporte d (...)
  • 58 Les couvents sont adaptés « à la cohabitation de la lecture orale et de la lecture silencieuse » (P (...)

18La multiplication des livres crée, plus que dans les siècles précédents, des conditions meilleures encore pour une lecture silencieuse57, nouveau mode (certes déjà présent dès le XIIIe siècle58) qui transforme le contenu même du message, comme le précise Michel de Certeau :

  • 59 Blaise de Vigenère fait déjà, en 1603, dans son édition des Commentaires de César (p. 243) les réfl (...)
  • 60 L'Invention du quotidien, pp. 253-254, cité par R. Charrier, L'Ordre des livres, op. cit. note 52, (...)

La lecture est devenue depuis trois siècles un genre de l'œil59. Elle n'est plus accompagnée, comme auparavant, par la rumeur d'une articulation vocale ni par le mouvement d'une manducation musculaire. Lire sans prononcer à haute ou à mi-voix, c'est une expérience « moderne », inconnue pendant des millénaires. Autrefois, le lecteur intériorisait le texte ; il faisait de sa voix le corps de l'autre ; il en était l'acteur. Aujourd'hui le texte n'impose plus son rythme au sujet, il ne se manifeste plus par la voix du lecteur. Ce retrait du corps, condition de son autonomie, est une mise à distance du texte. Il est pour le lecteur son habeas corpus60.

  • 61 Voir en particulier Gérard Grote, Lettres et Traités, présentation, traduction et notes par Georget (...)
  • 62 Is there a Text in this Class ? The Authority of Interpretatives Communities, Cambridge/London, Har (...)

19L'époque avait besoin de l'imprimerie ; tout l'appelait à naître et à se développer, en particulier la nouvelle spiritualité qui se met en place à la fin du XIVe siècle et dont l'importance ne cessera de croître pendant plus d'un siècle. Cette devotio moderna requiert de ses membres l'imitation du Christ et exige l'amour de l'étude personnelle et méditative des textes dans une perspective teintée de mysticisme61. La lecture doit être un acte fréquent de méditation et de communion qui ne peut se concevoir que dans le silence. On voit combien il serait intéressant de classer les lecteurs non pas suivant leur appartenance à telle ou telle couche sociale, mais suivant l'usage et l'interprétation qu'ils donnent d'un texte : il existe des modes de lecture propres à chaque communauté, ces « interprétatives communities » dont parle Stanley Fish62. C'est peut-être ce qu'envisageait Montaigne lorsqu'il se posait la question du destinataire :

  • 63 Essais, II, 17, A, éd. Villey-Saulnier, Paris, P.U.F., 1965, p. 657.

Et puis, pour qui escrivez-vous ? Les sçavans à qui touche la juridiction livresque, ne connaissent autre prix que de la doctrine, et n'avouent autre procéder en noz esprits que celuy de l'érudition et de l'art : si vous avez pris l'un des Scipions pour l'autre, que vous reste il à dire qui vaille ? Qui ignore Aristote, selon eux s'ignore quant et quant soy-mesme. Les âmes communes et populaires ne voyent pas la grâce et le pois d'un discours hautain et deslié. Or ces deux espèces occupent le monde. La tierce, à qui vous tombez en partage, des âmes réglées et fortes d'elles-mesmes, est si rare que justement elle n'a ny nom, ny rang entre nous : c'est à demy temps perdu, d'aspirer et de s'efforcer à luy plaire63.

  • 64 Bernard Beugnot, « L'ermitage parmi les livres : images de la bibliothèque classique », Revue Franç (...)

20L'auteur est celui qui augmente (auctor vient de augere) le lecteur, oui le grandit, à condition que ce dernier accepte de faire le travail d'innutrition du texte, ou plutôt des textes : de ce point de vue l'imitation ne saurait être érigée en élément d'une doctrine qu'à partir du moment où l'on peut lire (et posséder pour y revenir) plusieurs livres. Les nombreuses notes de lectures qui parfois envahissent la page imprimée (chez d'obscurs possesseurs aussi bien que chez Montaigne ou, plus encore, chez Tyard) sont le signe d'une attention extrême portée au texte dans ses rapports avec les autres textes. Les annotations philologiques, les addenda et corrigenda présentent l'œuvre comme ouverte, dans l'attente d'un commentaire, d'une possession qui s'effectue non seulement dans les marges mais dans le texte lui-même (en témoignent les nombreux traits de plume que l'on retrouve sur les exemplaires qui nous sont parvenus). Le livre (l'ex-libris et l'ex-dono j contribuent) est à la fois une propriété et un objet de circulation qui, par sa multiplication dans le cadre désormais banal de la bibliothèque, se transforme au point d'occuper un domaine aux frontières imprécises ; une culture de l'honnête homme se met en place où le concept de littérature étend son domaine sans cesse grandissant. La bibliothèque, transformée bientôt en cabinet de lecture, devient, d'une certaine manière, le nouveau lieu de retraite : « microcosme du passé »64, elle ressemble fort à un temple dédié au savoir où le recueillement doit permettre, dans un cadre profane, l'examen et la méditation de soucis que l'on rêve religieux.

Haut de page

Notes

1 Les femmes semblent avoir été analphabètes à 99 %, Ces chiffres ne portent pas sur une date précise (le pourcentage des lecteurs est plus important à la fin du siècle qu'au début) ni sur un lieu déterminé : en 1587 un quart environ des jeunes Vénitiens (mais 1 % des jeunes Vénitiennes) sait lire. Ces chiffres sont donnés par Jean-François Gilmont, « Réformes protestantes et lecture », dans : G. Cavallo et R. Chartier, Histoire de la lecture dans le monde occidental, Paris, Le Seuil, 1997, p. 262. Voir, dans le même ouvrage, l'article de R. Chartier, « Lectures et lecteurs populaires' de la Renaissance à l'Age classique », pp. 315-330.

2 G. Demerson, dans Livres populaires du XVIe siècle, Paris, C.N.R.S., 1986, p. 37 n. 58. Le terme de « populaire » doit donc être largement étendu, et l'on peut accepter la définition donnée par Denis Roche : ce mot s'applique à tous ceux qui n'appartiennent à aucune des « trois robes » (dans Roger Chartier et Henri-Jean Martin éd., Histoire de l'édition française. I. Le livre conquérant. Du Moyen Age au milieu du XVIIe siècle, Paris, Fayard/Cercle de la Librairie, p. 699). Il s'agit de la robe noire (les clercs), de la robe courte (la noblesse) et de la robe longue, « le monde nombreux et divers des officiers, grands ou petits, des avocats et procureurs, des gens de plume auxquels il faut ajouter ces autres doctes, porteurs de robe eux aussi, que sont les hommes de médecine » (p. 699).

3 Un seigneur normand, le sire de Gouberville, a laissé un journal dans lequel il raconte qu'en février 1554 il lisait à ses paysans, le soir, des passages des premiers livres de cet immense « roman » qu'est Amadis de Gaule. On sait la notoriété que connut ce héros dans presque toutes les couches de la société. Circulent encore davantage les ouvrages que l'on appelle occasionnels, in-octavo composés d'une feuille (parfois deux), diffusés par des colporteurs principalement entre 1570 et 1630 et narrant des histoires « prodigieuses » à visée édifiante.

4 « Claustrum sine armario, castrum sine armentario » (Dom Martène, Thesaurus anecdotorum, 1717, t. I, p. 511, Patrologia Latina, t. 205, p. 845). La formule est de Godeffroy de Sainte-Barbe, et serait exactement : « Claustrum sine bibliotheca quasi castrum sine armamentaria ».

5 Paul Zumthor, La Lettre et la voix, Paris, Le Seuil, 1987, p. 109. Voir A. Derolez, Les Catalogues de bibliothèques, Turnhout, 1979 (Typologie des sources du Moyen Age occidental, n° 31) ; et surtout A. Taylor, Book Catalogues. Their varieties and uses, Winchester, The Newberry Library, 1986, 2e éd. Léopold Delisle (« Documents sur les livres et les bibliothèques au Moyen Age », Bibliothèque de l'Ecole des Chartes, 1849, t. XI, p. 216 sq.) indique que la bibliothèque de l'abbaye Saint-Ouen de Rouen possédait, vers 1370, entre 700 et 800 volumes. On ne reviendra pas ici sur cette sorte d'archétype que constitue la bibliothèque d'Alexandrie (voir sur ce sujet Christian Jacob, « Lire pour écrire : navigations alexandrines », dans Le Pouvoir des bibliothèques. La mémoire des livres en Occident, M. Baratin et C. Jacob éd., Paris, Albin Michel, 1996, pp. 47-83). Il faut noter que la bibliothèque d'Alexandrie est la référence première : Manetti loue la bibliothèque du pape Nicolas V en la comparant à celle-là (voir Eugenio Garin, Il Rinascimento itatiano, Florence, L. Olschki, 1980, pp. 56-57).

6 Voir Léopold Delisle, Recherches sur la libraire de Charles V, Paris, 1907,t.1, p. 147. Cette bibliothèque se trouvait d'abord au Palais, dans l'île de la Cité, puis, à partir de 1367-1368, au Louvre, dans la tour de la Fauconnerie ; en 1413, le garde de la librairie, Jean Maulin, établit une liste de 916 manuscrits. Voir André Masson, Le Décor des bibliothèques du Moyen Age à la Révolution, Genève, Droz, 1972. Louis XII complète la bibliothèque de Charles VIII par les livres de son père Charles d'Orléans et par ceux des ducs de Milan (en particulier dix-sept manuscrits ayant appartenu à Pétrarque). Cette bibliothèque se trouve à Blois avant que François Ier ne la transfère à Fontainebleau en 1544, augmentée des livres (confisqués en 1523) du connétable de Bourbon. Un bon exemple de bibliothèque d'un prince humaniste est constitué par celle du duc d'Urbin Frédéric de Montefeltre (qui régna de 1444 à 1482) : voir la description qu'en donne André Chastel dans Art et Humanisme à Florence au temps de Laurent le Magnifique, Paris, P.U.F., 1982 (première édition : 1959), pp. 365-369.

7 Pour accélérer la copie se met en place une nouvelle pratique : un manuscrit l'exemplar), considéré comme fidèle au texte, est défait en plusieurs pièces (d'où pecia : cahier constitué par une feuille de parchemin pliée en quatre). Chaque copiste louant un cahier, l'ouvrage peut être recopié simultanément par un nombre de copistes égal au nombre de cahiers.

8 Les index font une lente apparition au cours du XVIe siècle : voir Francis J. Witty, « The beginnings of indexing and abstracting : some notes towards a History of Indexing and abstracting in Antiquity and the Middle Ages », The Indexer, VIII, 4, 1973, pp. 193-198.

9 Sur ce sujet, voir l'article de F. Alessio, « Conservazione e modelli di sapere nel medioevo » dans : P. Rossi éd., La Memoria del sapere. Forme di conservazione e strutture organizzative dall'antichità a oggi, Roma-Bari, 1988, pp. 93-133.

10 Voir Paul Saenger, « Lire aux derniers siècles du Moyen Age », dans : G. Cavallo et R. Chartier, Histoire de la lecture dans le monde occidental, Paris, Le Seuil, 1997, p. 162

11 Les bibliothèques publiques mettent plus d'un siècle à naître : la Bodléienne (fondée par Bodley) en 1602 à Oxford, l'Ambrosiana (fondée par Frédéric Borromée) en 1609 à Milan, l'Angelica (fondée par l'évêque Angelo Pocco) en 1620 à Rome. A Paris, la bibliothèque de De Thou est la première bibliothèque privée à s'ouvrir à un nombre assez large de gens de lettres. Il faut attendre 1643 pour qu'apparaisse une vraie bibliothèque publique, sur ordre de Mazarin, la Mazarine.

12 Vernacular Books in Parisians Prívate Libraries of the Sixteenth Century [...], Chapel Hill, University of North Carolina, 1956. Voir aussi R, Doucet, Les Bibliothèques parisiennes au XVIe siècle, Paris, Picard, 1956 ; Albert Labarre, Le Livre dans la vie amiénoise du XVIe siècle. L'enseignement des inventaires après décès du XVIe siècle (1503-1576), Paris/Louvain, Nauwelaerts, 1971 ; Jean Quéniart, Culture et société urbaines dans la France de l'Ouest au XVIIIe siècle, Paris, 1978 ; Michel Marion, Recherches sur les bibliothèques privées à Paris au milieu du XVIIIe siècle, Paris, 1978 ; Henri Jeannet, « Quelques bibliothèques de chanoines (1480-1550) », dans : Le beau seizième siècle troyen, travaux du Centre Pithou rassemblés par P. Leroy, Troyes, Centre de recherches et d'études Pierre et Nicolas Pithou, 1989, p. 319-323 ; M. Langlois, Recherches sur les bibliothèques des archevêques et des chanoines de Rouen, Rouen, 1853 ; Nouvelles recherches, Rouen, 1854.

13 Entre 5 et 10 % d'après les comptes qui ont été faits par H.-J. Martin, dans l'Histoire de l'édition française, op. cit. note 2, p. 644-648. Lucien Febvre et Henri-Jean Martin, L'Apparition du livre, Paris, Albin Michel, 1958, rééd. 1971, p. 369, établissent les comptes suivants pour les possesseurs de 377 bibliothèques des XVe-XVIe siècles : 105 ecclésiastiques (52 du haut clergé ; 18 professeurs et étudiants ; 35 curés ou prêtres) ; 126 gens de robe (25 parlementaires ; 6 élus ou commis ; 45 avocats ; 10 procureurs ; 15 notaires). A Amiens les marchands et les artisans représentent 40 % des possesseurs selon A. Labarre. Au XVe siècle, 60 % des lecteurs appartiennent au clergé : des évêques (Guillaume Pelissier, évêque de Maguelonne ; Louis Raguier, évêque de Troyes, Thomas Basin, évêque de Lisieux, etc.), mais aussi quelques simples prêtres ; 11 % sont des universitaires ; 29 % sont des officiers et des hommes de loi. Voir sur ce sujet Annie Charon, « Usages du livre en France au XVe siècle » dans : M. Ornato et N. Pons éd., Pratiques de la culture écrite en France au XV siècle. Actes du Colloque International du C.N.R.S. (Paris, 16 mai 1992) organisé en l'honneur de Gilbert Ouy, Louvain-la-Neuve, Fédération Internationale des Instituts d'Etudes Médiévales, 1995, pp. 462-465.

14 Voir A. Labarre, Le Livre dans la vie amiénoise du XVIe siècle [...], op. cit. note 12. Une telle différence s'explique par le fait que les livres diffuses par la Contre-Réforme, nombreux et par conséquent de qualité médiocre, n'apparaissent pas toujours dans les inventaires après décès. Et ces livres, comme le dit Philip Benedict (« Bibliothèques protestantes et catholiques à Metz au XVIIe siècle », Annales E. S. G, mars-avril 1985, p. 357), « sont, à des titres divers, des auxiliaires pédagogiques qui enseignent des prières et des chants utilisés lors des dévotions et apportent une explication du sens officiellement consacré de ces pratiques ; ils ne remplacent nullement l'expérience de l'acte rituel comme élément central de la pratique. A l'opposé, les doctrines protestantes de sola fide et de sola scriptura font appel à une lecture et à une assimilation de la Bible qui sont des éléments fondamentaux de la pratique religieuse ».

15 Voir le résumé des inventaires, effectué dans Le Temps des Réformes et la Bible, sous la direction de Guy Bedouelle et de Bernard Roussel, Paris, Beauchesne, 1989, pp. 158-160. Il faut naturellement tempérer un tel jugement : l'inventaire, effectue en 1553, de la bibliothèque de Jean Forestier (qui appartenait au Présidial d'Amiens) montre la présence d'Homère, Lucien, Plutarque, Démosthène, Platon, Tite Live, Pline, Budé, Erasme, Alciat, etc. Voir A. Labarre, op. cit. note 12, pp. 207-208 et 282 sq. Et pour une analyse de ces petites bibliothèques, Gilbert Gadoffre, La Révolution culturelle dans la France des humanistes. Guillaume Budé et François Ier, Genève, Droz, 1997, pp. 242-243.

16 G. Gadoffre (op. cit. note 15, p. 109) signale que le cas est le même pour le chancelier Poyet et que l'inventaire de la bibliothèque de Du Prat (décédé en 1538) n'a été effectué qu'à la mort (1557) de son fils.

17 Voir Jean Balsamo, « Les traducteurs français d'ouvrages italiens et leurs mécènes (1574-1589) », dans Le Livre dans l'Europe de la Renaissance, Pierre Aquilon et Henri-Jean Martin éd., Paris, Promodis/Editions du Cercle de la Librairie, 1988, pp. 122-132 ; Les Rencontres des Muses, Genève, Slatkine, 1992.

18 L. Febvre et H.-J. Martin, L'Apparition du livre, op. cit. note 13, p. 372.

19 Un juge de Narbonne, au début du XVIIe siècle, possède des ouvrages de Du Bellay, Du Bartas, G. Bouchet {Les Serées, 1584), N. de Cholières {Neuf matinées, 1585). Mais, comme le note Pierre Jourda (« La Bibliothèque d'un juge à Narbonne au début du XVIIe siècle », Humanisme et Renaissance, III, 1936, pp. 420-428), on ne trouve ni Rabelais ni Ronsard ni même Montaigne, et « aucun des textes du Moyen Age imprimés à l'aube du XVIe siècle » (p. 426), à l'exception du Discours du Voyage de Jérusalem. P. Jourda la qualifie de « bibliothèque d'honnête homme ».

20 Voir André Stegmann, « Comment constituer une bibliothèque en France au début du XVIIe siècle : examen méthodologique », dans Le Livre dans l'Europe de la Renaissance, op. cit. note 17, pp. 467-501.

21 Voir J. Bignami Odier et J. Ruysschaert, La Bibliothèque vaticane de Sixte IV à Pie XI, Rome, Cité du Vatican, 1973.

22 Dans la bibliothèque de Jean Grolier (1479-1565) on compte 86 % d'ouvrages en latin, 11 % en italien, 1 % en français, 2 % dans les autres langues (grec, espagnol, etc.).

23 Jean Grolier : « Jo. Grolierii et amicorum » ; J. A. de Thou : « Ut prosint aliis ». Voir Y Histoire des Bibliothèques françaises. Les bibliothèques sous l'Ancien Régime. 1530-1789, sous la direction de Claude Jolly, Paris, Promodis, 1989, t. II, p. 86. Celle du président de Thou (1553-1617) est considérée en son temps comme la plus belle bibliothèque de Paris avec ses six mille volumes environ à la mort de son propriétaire.

24 La notion même de curiosité, avant l'époque des Peiresc et des Gassendi, joue un rôle important dans la seconde moitié du XVIe siècle : il suffit de relever les titres de deux dialogues de Tyard, Premier Curieux et Second Curieux, parus tous deux en 1557. Il ne s'agit pas d'une volonté prométhéenne de connaissance (« science et tourment vont de pair » dit l'Ecclésiaste, I, 18), mais du désir de mise en place d'un « savoir extraverti vers le monde sensible et la multiplicité du divers » (Sylviane Bokdam, « La figure du curieux dans les Discours philosophiques de Pontus de Tyard » dans La Curiosité à la Renaissance, Paris, S.E.D.E.S.-C.D.U., 1986, p. 110).

25 Voir Louis Desgraves, Elie Vinet humaniste de Bordeaux (1509-1587), Genève, Droz, 1977. On y trouve 175 titres, en très grande majorité des ouvrages en latin parmi lesquels il n'y a ni théologie ni littérature contemporaine.

26 Voir M. Connat, « Mort et testament de Rémy Belleau », Bibliothèque d'Humanisme et Renaissance, VI, 1945, pp. 328-356 : environ 200 titres dont 45 en français, 16 en grec, 11 en italien.

27 La dernière version (datée du 12 février 1536) du testament d'Erasme comprend une liste de 413 ouvrages : voir Jean-Claude Margolin, « Sur les migrations de quelques ouvrages de la bibliothèque d'Erasme », dans Voyages de bibliothèques, éd. par Marie Viallon, Saint-Etienne, Publications de l'Université, 1999, p. 94.

28 Sur cette bibliothèque professionnelle constituée également par des hommages, voir Jeanne Veynn-Forrer, « Un collectionneur engagé : François Rasse des Neux, chirurgien parisien », dans La Lettre et le Texte, Paris, 1987, pp. 422-477.

29 Voir M. Connat et J. Mégret, « Inventaire de la bibliothèque des Du Prat », Bibliothèque d'Humanisme et Renaissance, III, 1943, pp. 72-128. Sur la bibliothèque (grosse de 730 volumes environ) de l'évêque Orso (mort en 1511), voir Henriette s'Jacob, Idealism and Realism : a Study of sepulchral Symbolism, Liège, 1954, p. 207.

30 On pourrait faire la même remarque pour la bibliothèque de Guillaume Pelissier (1490-1568) dont la majorité des ouvrages, en latin, est orientée vers la théologie, la philosophie, les sciences, l'architecture et la musique. On trouve cependant chez Du Prat des œuvres de Marguerite de Navarrre, Rabelais, Du Bellay, Ronsard, Salel.

31 Voir sur ce point la bibliothèque du connétable de Montmorency dont l'analyse est faite par G. Gadoffre, op. cit. note 15, pp. 238-241.

32 H.-J. Martin, « Ce qu'on lisait à Paris au XVIe siècle », Bibliothèque d'Humanisme et Renaissance, XXI, 1959, p. 223.

33 Il semble que l'on puisse, pour le XXe siècle, étendre largement ce délai : à part quelques auteurs particuliers (Duras, Beckett, Le Clézio, Modiano), les autres écrivains contemporains sont ignorés du public. Butor lui-même n'est toujours perçu (les ventes de ses livres en font foi) que comme l'auteur de La Modification (1957).

34 Traité des plus belles bibliothèques (1664), cité dans Y Histoire des bibliothèques, op. cit. note 23, p. 183.

35 Cet inventaire a été édité par Silvio F. Baridon, Inventaire de la bibliothèque de Pontus de Tyard, Genève, Droz ; Lille, Giard, 1950. Il a été établi à la mort du petit neveu de Pontus, si bien qu'il comprend non seulement une grande partie de la bibliothèque du poète mais aussi celle de son neveu Cyrus qui lui succéda à la tête de l'évêché de Chalon-sur-Saône.

36 Ce calcul approximatif s'appuie sur le fait que les livres ont été partagés en deux lots (dont l'un a brûlé) et que l'lnventaire mêle au seul lot dont il rend compte les livres du neveu de Tyard, Cyrus, lui aussi évêque de Chalon-sur-Saône. On notera cependant que le Père Jacob considère qu'il peut parler d'une « riche bibliothèque » à partir de 4 000 volumes. L'inventaire après décès en est loin. Faut-il penser que Pontus avait quatre fois plus de livres que le nombre qu'on lui suppose ? Ou que le Père Jacob a range cette bibliothèque parmi les plus belles en raison de la notoriété de son possesseur et de la qualité des éditions qui s'y trouvaient ?

37 En particulier par Pierre Villey, Les Sources et l'évolution des Essais de Montaigne, Paris, Hachette, 1933 (réédition de l'édition de 1908).

38 Voir Jean-François Maillard, La Bibliothèque de Peiresc, Paris, C.N.R.S., 1990. Au XVIIe siècle, les bibliothèques prennent une certaine ampleur : celle du chanoine de Troyes Jacques Hennequin est riche de 3997 volumes légués au couvent des Cordeliers en 1651 (catalogue imprimé : Troyes, Bibliothèque municipale, Imp. tr. 253).

39 Sur ce sujet, voir J. Mariétan, Problèmes de la classification des sciences d'Aristote à saint Thomas, Saint-Maurice (Suisse) / Paris, 1901 ; R.-M. Martin, « Arts libéraux » dans : Dictionnaire d'Histoire et de Géographie ecclésiastiques, 1930, t. IV, col. 827-843 ; H.-J. Martin, « Classements et conjonctures » dans : Histoire de l'édition française, op. cit. note 2, pp. 529-564. Ce goût pour la mise en ordre du savoir va culminer avec L'Encyclopédie : voir en particulier l'article « Catalogue ». Le livre essentiel concernant la classification est celui de E. I. Samurin, Geschichte der bibliothekarisch-bibliographischen Klassification, Leipzig, 1964-1967, 2 vol. 

40 Histoire de l'édition française, op. cit. note 2, p. 640.

41 C'est en effet à partir d'Aristote que l'on met en place le plan suivant : logique ; philosophie théorique (physique, mathématique, philosophie première ou théologie) ; philosophie pratique (éthique, politique, économique) ; poétique. Voir Augustin Mansion, Introduction à la physique aristotélicienne, Louvain, 1945, pp. 39-43 et 122-143. Saint Augustin (De civitate Dei, VIII, 3, 10) transmet un schéma différent inspiré de Platon : philosophie rationnelle (logique), naturelle (physique) et morale (éthique). Cette classification (que l'on appelle souvent platonico-stoïcienne) va se combiner au XIIIe siècle avec la classification aristotélicienne : « distinction de la philosophie théorique et de la philosophie pratique, division de la philosophie théorique d'après les trois degrés d'abstraction ; le quadrivium devient une subdivision de la Mathematica, le trivium une subdivision de la Philosophia rationalis ; l'ordre des degrés d'abstraction est renversé et la Metaphysica occupe la première place » (Fernand Van Steenberghen, La Philosophie au XIIIe siècle, Louvain, Publications Universitaires ; Paris, Béatrice Nauwelaerts, 1966, p. 124). Il s'agit certes ici d'un manuel anonyme, mais il est tout à fait significatif de l'enseignement tel qu'il était pratiqué dans le deuxième quart du XIIIe siècle.

42 Du Bellay, Deffence et illustration de la langue françoise, I, 10, éd. H. Chamard, Paris, Didier, S.T.F.M., 1970, p. 58. Du Bellay retrouve l'idée d'encyclopédie telle qu'elle est exposée par Quintilien dans l'lnstitution oratoire, I, 10, 1 : « orbis ille doctrinae, quem Graeci egkuklion paidean vocant ».

43 Sont données ici les seules divisions principales. Elles se ramifient ensuite en un grand nombre de petites sciences, comme on peut le voir à la lecture de l'édition récente du Didascalicon proposée par Michel Lemoine (Paris, Editions du Cerf, 1991).

44 Leopold Delisle, Le Cabinet des manuscrits de la Bibliothèque impériale (nationale), Paris, 1881, vol. Ill, pp. 9-72.

45 Albert Derolez {Les Catalogues de bibliothèques, Turnhout, Brepols, 1979, p. 34) cite Jean Barrois, Bibliothèques prototypographiques ou librairies des fils du roi Jean, Paris-Strasbourg-Londres, 1830, pp. 123-126.

46 A. Derolez, op. cit. note 45, p. 35, renvoie à la bibliothèque Pandolfini, aux catalogues des Médicis, à ceux du duc d'Urbin, du roi de Naples Ferdinand Ier : voir T. Gottlieb, Über mittelalterliche Bibliotheken, Leipzig, 1890, p. 556 sq.

47 Voici les subdivisions, telles que les donne Benoît Rekers (Benito Arias Montano, trad. espagnole, Madrid, Taurus, 1973, p. 46-47) : « Grammatica. Vocabularia. Elegantiae. Fabulae. Poesis. Historia. Antiquarii. Dialéctica. Rhetorica. Declamatio. Orationes. Epistolae. Ars memoriae. Mathematica in genere. Geometria. Arithmetica. Musica. Cosmographia. Geographia. Topographia. Astrologia. Astronomia. Divinatio. Perspectiva. Principes philosopni. Naturalis philosophia. Philosophi privati argumenti. Chymica. Metaphysica. Medicina. Sitica. Ethica. Aeconomica. Politica. Aulica. Civile jus. Civilis juris interpretes. Gnomicae praeceptiones. Medianica. Venatio. Aucupium. Piscatio. Colymbitica. Militaris. Architectura. Pintura et Sculptura. Agricultura. Idilia opuscula. Stromata. Encyclica. Catholica. Biblia sacra et patres. Concordantiae, indices, oeconomicae, loci communes. Bibliorum commentatio. Cañones, concilia, constitutiones religiosae. Canonicum jus. Doctores integri. Homiliae, orationes, epistolae. Soliloquia, hymni. Doctrinales et semi disputatorii. Apologiae disputationes privatae ac defensiones. Privata quaedam et revelationes. Historia ecclesiastica et vitae sanctorum. Scholastici. Theologia. Sumistae ».

48 Conrad Gesner, Bibliotheca universalis, sive Catalogus in tribus Unguis Latina, Graeca et Hebraica, Zurich, 1545. Douze mille ouvrages environ sont recensés. Le classement de Gesner comprend vingt-trois rubriques : « Theologica, [divisée en] I. Sacrae scripturae interpretes, Res Biblicae ; II. Concilia, Synodi, Patres Illustrati, Publicad ; III. Scholastica ; IV. De Christo Domino ; V. De Maria Dei genitrice, Mariae parentibus et sponso Josepho ; VI. Polemica, Demonstrationes Fidei Catholicae, Controversiae cum Hebraeis, Mahometanis, Haereticis, et alia quavis censura confixis : item Catholicarum cum Catholicis ; VII. Ascetica, Spirituali sive Mystica ; VIII. Moralia Theologica, Philosophico seu Politico-moralia ; IX. Concinatoria ; X. Catechistica, Doctrina Christiana ; XI. Regularia ; XII. Varia Theologica ; XIII. Philosophica ; XIV. Medica ; XV. Jurídica, politico-legalia ; XVI. Politica ; XVII. Mathematica ; XVIII. Translationes ; XIX. Humaniores disciplinae, Grammatica, Rhetorica, Philologia, Studiorum ratio ; XX. Histórica ; XXI. Poetica ; XXII. Varia seu Miscellanea ; XXIII. Fabulae, Poesis prosaica ».

49 Johannes Trithemius, Cathalogus illustrium virorum Germaniae suis ingeniis et lucubrationibus omnifariam exornantium, Mayence, 1495. Il donne environ mille auteurs et sept mille titres. Voir Louis Desgraves, « Naissance de la “science” des bibliothèques », Revue française d'histoire du livre, n° 70-71, 1er-2e trimestre 1991, pp. 3-30.

50 Illustrium Majoris Britanniae Scriptorum, Ipswich, 1548.

51 II a été inspiré, comme Du Verdier, par l'exemple de l'Italien Doni, ainsi que le fait remarquer Roger Charrier, L'Ordre des livres. Lecteurs, auteurs, bibliothèques en Europe entre XIVe et XVIIIe siècle, Aix-en-Provence, Alinéa, 1992, p. 81. Le mémoire de La Croix du Maine, rédigé en 1583, a pour titre : Desseins, ou projects du Sieur de La Croix du Maine, présentez au Treschrestien Roy de France et de Pologne Henri III du nom ; il est publié dans le premier volume de sa Bibliothèque. L'auteur s'attache à définir l'ordre que doit adopter une bibliothèque idéale : cent buffets contenant chacun cent volumes qui réuniront la totalité du savoir sur le sujet considéré. L'ensemble est organisé, dit encore La Croix du Maine, comme un cahier de lieux communs. Par conséquent, plus que la mise en place d'une hiérarchie, il s'agit de classer le savoir en catégories qui faciliteront son exploitation. En 1572, Estienne propose dans son Thésaurus l'ordre suivant : Poètes, Historiens, Orateurs, Philosophes, Jurisprudence, Médecins, Grammairiens, Lettres sacrées.

52 Voir Albert Ronsin, La Bibliothèque Bouhier : Histoire d'une collection formée du XVIe au XVIIe siècle par une famille de magistrats bourguignons, Dijon, Mémoires de l'Académie des Sciences, Arts et Belles-Lettres, tome CXVIII, 1971. Dans son Introduction générale à l'étude des sciences et des belles-lettres. Précédée par des conseils pour former une bibliothèque peu nombreuse mais choisie (1756 ; Slatkine Reprints, 1971), Antoine-Augustin Bruzen de La Martinière rappelle cet ordre proposé en 1756 par M. Formey : I. Ecriture sainte, Théologie et Histoire ecclésiastique ; II. Philosophie (qui comprend physique, histoire naturelle, etc.) ; III. Belles Lettres ; IV. Journaux ; V. Histoire ; VI. Romans ; VII Poésie ; VIII. Eloquence ; IX. Morale et goût ; X. Science militaire et mathématique (qui comprend l'architecture, etc.) ; XI. Géographie et voyages ; XII. Jurisprudence et médecine. Dans Alaric ou Rome vaincue (édition Cristina Bernazzoli, Fasano, Schena Editore, Paris, Didier Erudition, 1998, livre V, vv. 4753-5122), Georges de Scudéry consacre une long passage à donner le classement d'une bibliothèque : grammairiens, humanistes, logiciens, orateurs, philosophes, Pères de l'Eglise, hérétiques, kabbalistes, poètes, historiens, jurisconsultes, astrologues, médecins, botanistes, mathématiciens, géomanciens, disciples d'Artémidore [il s'agit de l'oniromancie] et chiromanciens, physiognomonistes, et quelques autres scientifiques.

53 Celle qui prévaut à la fin du XIXe siècle, comme en veut témoigner Léopold Delisle, Instructions élémentaires et techniques pour la mise au point et le maintien en ordre des livres d'une bibliothèque (Paris, Champion, 1911) : « A. Théologie ; B. Jurisprudence ; C. Sciences philosophiques, politiques et morales ; D. Sciences physiques et chimiques ; E. Sciences naturelles. Agriculture ; F. Médecine ; G. Sciences mathématiques et applications. Mécanique. Astronomie. Marine. Art militaire. Jeux ; H. Beaux-arts ; I. Linguistique et littérature. Généralités. Mélanges. Langues et littératures autres que celles pour lesquelles il existe des divisions spéciales ; J. Langues et Littératures de l'Orient ; K. Langues et littératures classiques (la Grèce et Rome) ; L. Langue et littérature française ; M. Langue et littérature des Etats de l'Europe autres que la France ; N. Histoire universelle. Généralités de la géographie et des voyages, de la chronologie, de la biographie, de l'archéologie, de la paléographie et de l'histoire ecclésiastique, y compris les croisades ; G. Histoire ancienne de l'Orient. Juifs. Egyptiens. Assyriens, etc. Indiens. Chinois ; P. Histoire ancienne des Grecs et des Romains. L'empire byzantin ; Q. Histoire de France ; R. Histoire des Etats européens autres que la France ; S. Histoire de l'Asie et de l'Afrique ; T. Histoire de l'Amérique et de l'Océanie ; U. Bibliographie et histoire littéraire ; V. Mélanges encyclopédiques et autres. Collections. Polygraphie ». C'est le classement qui sera suivi lors de l'établissement des catalogues des bibliothèques publiques françaises. Ce classement reprend dans ses grandes lignes celui qu'avait établit Gabriel Naudé (1600-1643) suivi par le carme bibliographe Louis Jacob : Théologie, Jurisprudence, Histoire, Sciences et Arts, Belles Lettres. C'en est désormais fini de la prééminence de la théologie. Les sciences sont classées sans que se manifeste quelque désir de hiérarchie et, partant, de reconstruction de monde.

54 L'Invention du quotidien, Paris, Gallimard, nouvelle édition, 1990, p. 251.

55 Le premier Index librorum prohibitorum date de 1559, sous le pontificat de Paul IV. En plus, chaque pays fabrique sa propre liste : voir François de Dainville, « Pour l'histoire de l'Index. L'ordonnance du P. Mercurian sur l'usage des livres prohibés (1575) et son interprétation lyonnaise », Recherches de Sciences religieuses, t. 43, 1954, p. 86-98. Et voir aussi l'édition entreprise, depuis 1980, par J.-M. de Bujanda des Index des livres interdits (Genève, Droz). C'est la bulle Exsurge Domine, promulguée à Rome par Léon X le 15 juin 1520, qui est la première attaque contre la Réforme naissante, ordonnant la destruction des livres de Luther.

56 On trouve ici l'application de ce que dit Donald F. McKenzie (La Bibliographie et la sociologie des textes. Traduit de l'anglais (1986) par Marc Amfreville, Paris, Editions du Cercle de la Librairie, 1991, p. 20) quand il explique que les nouveaux lecteurs produisent des textes qui eux-mêmes, eu égard aux nouvelles formes qu'ils prennent, proposent de nouvelles significations.

57 Elle commence « officiellement », comme on sait, avec saint Ambroise dont saint Augustin rapporte dans ses Confessions (VI, 3, 3) qu'il lisait sans remuer les lèvres. Mais ce passage, qu'il faut citer tout entier, contient d'autres indications, en particulier l'idée qu'une telle lecture permet une méditation intérieure dans laquelle l'esprit, la faculté intellectuelle est supplantée par le cœur, la charité : « Sed cum legebat, oculi ducebantur per paginas et cor intellectum rimabatur, vox autem et lingua quiescebant. Saepe, cum adessemus - non enim vetabatur quisquam ingredi aut ei venientem nuntiari mos erat - sic eum legentem vidimus tacite et aliter numquam sedentesque in diuturno silentio - quis enim tam intento esse oneri auderet ? - disceaebamus et conjectabamus eum parvo ipso tempore, quod reparandae menti suae nanciscebatur, feriatum ao strepitu causarum alienarum nolle in aliud avocari [,..] » : « Mais quand il lisait, les yeux parcouraient les pages et le coeur creusait le sens, tandis que la voix et la langue restaient en repos. Bien souvent, quand nous étions là - car l'entrée n'était interdite à personne, et l'on n'avait pas coutume d'annoncer les visiteurs - nous l'avons vu lire ainsi en silence, et jamais autrement ; et nous restions assis longtemps sans rien dire - qui eut ose importuner un homme ainsi absorbé ? -puis nous nous retirions, et nous supposions que, dans ce peu de temps qu'il pouvait trouver pour retremper son âme, délivré du tumulte des affaires d'autrui, il ne voulait pas se laisser distraire » (traduction de E. Tréhorel et G. Bouissou, Paris, Desclée de Brouwer, 1962, p. 523). Sur l'opposition médiévale entre la lecture « de cœur » (silencieuse) opposée à la lecture « de bouche », voir Paul Saenger, « Books of Hours and the Reading Habits of the Later Middle Ages » dans : The Culture of Print Power and the Uses of Print in Early Modern Europe, sous la direction de Roger Chartier, Cambridge, 1989, pp. 143-145. On notera qu'il y a des traces de lecture silencieuse dans l'Antiquité bien avant l'époque de saint Amboise : voir Bernard M. W. Knox, « Silent Reading in Antiquity », Greek, Roman and Byzantine Studies, IX, 1968, pp. 421-435.

58 Les couvents sont adaptés « à la cohabitation de la lecture orale et de la lecture silencieuse » (Paul Saenger, « Lire aux derniers siècles du Moyen Age », dans : G. Cavallo et R. Chartier, Histoire de la lecture dans le monde occidental, Paris, Le Seuil, 1997, p. 162).

59 Blaise de Vigenère fait déjà, en 1603, dans son édition des Commentaires de César (p. 243) les réflexions suivantes : « il importe beaucoup comme une chose soit imprimée et escripte, au moins où il est question de chatouiller les affections de quelque plaisir et contentement : car il est tout certain qu'en un livre faict à colomnes estroictes de trois ou quatre doigts, et principalement en grosse lettre, parce qu'il y aura tant moins d'escriture, l'œil qui ne fait qu'aller et venir, et la teste tourne-virer, n'estant pas si tost party du commencement d'une ligne qu'il ne falle retourner à une autre, travaillant la veue beaucoup, et l'esprit par consequent, tout ainsi que si on vouloit promener à grands pas en un espace long seulement de dix ou douze pieds, on se lasse bien plus qu'en quelque longue allée ou gallerie : parquoy il ne peut si parfaictement gouster le plaisir et douceur de la lecture, si toutesfois il y en a, comme il seroit si les lignes estoient plus longues et estendues, ains s'ennuyé de premiere face l'appréhension qui doibt concevoir et discerner tout cela, avec l'œil qui peine aussi, ny plus ny moins que celuy qui pour avoir couru estant hors d'haleine, ne pourrait pas si bien ne distinctement gouster un vin, ou quelque viande, que s'il estoit repose et rassis. Ce n'est pas à dire pourtant que les lignes doibvent estre tirées à la longueur de deux ou trois toyses, ne les livres reduicts à la forme de ceux où l'on chante, en musique, car la médiocrité est partout requise ».

60 L'Invention du quotidien, pp. 253-254, cité par R. Charrier, L'Ordre des livres, op. cit. note 52, p. 28.

61 Voir en particulier Gérard Grote, Lettres et Traités, présentation, traduction et notes par Georgette Epiney-Burgard, Turnhout, Brepols, 1998 ; et pour une synthèse : A. Hyma, The Christian Renaissance. A History of the Devotio Moderna, Hamden (Connecticut), Archon Books, 1965 (2e édition). Le texte le plus célèbre de ce mouvement est {'Imitation de Jésus Christ composée entre 1420 et 1427 par le mystique rhénan Thomas a Kempis ; une traduction française est très rapidement donnée après la parution de l'ouvrage. Bien d'autres textes (livres d'heures, sermons, vies de saints, extraits des Pères) contribuent au développement de ce mysticisme. Par exemple, et pour ne citer que le plus célèbre : la Vita Christi de Ludolphe de Saxe, traduite en français par Louis de Bruges.

62 Is there a Text in this Class ? The Authority of Interpretatives Communities, Cambridge/London, Harvard University Press, 1980 ; cité par R. Chartier, L'Ordre des livres, op. cit. note 52, p. 33.

63 Essais, II, 17, A, éd. Villey-Saulnier, Paris, P.U.F., 1965, p. 657.

64 Bernard Beugnot, « L'ermitage parmi les livres : images de la bibliothèque classique », Revue Française d'Histoire du Livre, n° 24, juillet-août-septembre 1979, pp. 687-707 ; p. 694.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Roudaut, « Classements et bibliothèques à la Renaissance », Babel, 6 | 2002, 151-168.

Référence électronique

François Roudaut, « Classements et bibliothèques à la Renaissance », Babel [En ligne], 6 | 2002, mis en ligne le 12 juin 2012, consulté le 25 octobre 2014. URL : http://babel.revues.org/1965

Haut de page

Auteur

François Roudaut

Université Paul-Valéry (Montpellier III)

Haut de page

Droits d’auteur

© Babel

Haut de page
  • Logo Laboratoire Babel
  • Logo Université de Toulon
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org