Navigation – Plan du site

L'abbé Rive ou l'homme-bibliothèque : une « physiologie » provençale

François Moureau
p. 105-125

Résumé

Il existe diverses sortes d'êtres humains. Mais l'une des plus singulières et qui aurait mérité une des "physiologies" de l'Age romantique est celle que l'on pourrait qualifier d'homme-bibliothèque; non pas un homme qui est à lui seul une bibliothèque - ce qui n'est pas à exclure -, mais l'homme qui se confond avec les livres qu'il possède et surtout ceux qu'il ne possède pas encore et qu'il ne possèdera sans doute jamais.
Jean-Joseph Rive est un homme-bibliothèque dans toute la pureté du concept: il ne s'intéresse qu'à l'essentiel, à l'"esprit" de l'imprimé et n'a d'indifférence pour ce que le plomb y a laissé d'empreinte dans l'esprit humain.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Nous employons les termes « bibliologie » et « bibliologique » plutôt que « bibliographie » ou « bi (...)

1Il existe diverses sortes d'êtres humains. Mais l'une des plus singulières et qui aurait mérité une des « physiologies » de l'Âge romantique est celle que l'on pourrait qualifier d'homme-bibliothèque ; non pas un homme qui est à lui seul une bibliothèque - ce qui n'est pas à exclure -, mais l'homme qui se confond avec les livres qu'il possède et surtout avec ceux qu'il ne possède pas encore et qu'il ne possédera sans doute jamais. Par la passion bibliologique1 toute pure, l'homme-bibliothèque se distingue du « bibliomane », et plus encore du « bibliophile », du simple « amateur » ou du « curieux ». L'homme-bibliothèque ne fréquente que les pages de titre, les cartons, les tirages sous la presse, les coquilles, les contrefaçons, les délicieuses malfaçons à l'exclusion de toute lecture extensive de l'objet de sa quête cynégétique. Il peut aussi avoir quelque faiblesse pour la reliure, à la grecque, à la fanfare, aux petits fers, à l'éventail, pour quelque maroquin du Levant au grain particulièrement fin, pour des fers inconnus jusqu'alors des spécialistes ou pour de mystérieuses marques de provenance : dans ce cas, le livre ne doit être ouvert sous aucun prétexte pour préserver l'intégrité des mors et le parallélisme des plats. L'homme-bibliothèque est évidemment célibataire, désagréable avec son prochain, soupçonneux à l'égard de tout individu qui tente de s'approcher de son trésor, ennemi déclaré des autres hommes-bibliothèques.

  • 2 Voir le numéro spécial d'Arts et métiers du livre, n° 222, décembre 2000-janvier 2001 : « La Biblio (...)
  • 3 Sous le titre : Jugement de tout ce qui a été imprimé contre le cardinal Mazarin depuis le sixième (...)
  • 4 Sur Jacques et Pierre Dupuy, voir Simone Balayé, La Bibliothèque nationale des origines à 1800, Gen (...)

2L'histoire du livre et des bibliothèques offre quelques exemples aptes à « parangonner », comme disaient les typographes, cette variété morosophique. On songe à Gabriel Naudé (1600-1673), le « grand ramassier » et bibliothécaire de Mazarin, qui parcourait l'Europe et achetait pour son maître ou pour lui-même des bibliothèques entières et qui, tel Sisyphe, reconstitua après la Fronde la bibliothèque dispersée du cardinal-ministre2. Il trouva même le loisir -sublime de l'homme-bibliothèque - de transformer en inventaire bibliographique les heures sombres vécues par son maître dans un Mascurat qui fournit la liste de tous les mensonges, vérités et insultes imprimés contre le cardinal3. Il avait auparavant fourni le premier traité de biblioéconomie en français avec l'Avis pour dresser une bibliothèque (Paris, Targa, 1627), qui faisait la synthèse des pratiques connues des grandes collections parisiennes (de Thou, de Mesmes), mais on ne saurait oublier que l'auteur des Considérations politiques sur les coups d'Etat (« Rome », 1639) - ouvrage de quelque utilité en dehors de la bibliologie - avait rédigé en Italie une Bibliographia politica (1633) traduite par la suite en français par Charles Challine, sieur de Messalain (La Bibliographie politique du sr. Naudé, Paris, Veuve Guillaume Pelé, 1642) : il y évoquait « l'ardente amour des livres qui ma travaillé dès mes plus tendres années, et ma donné une forte inclination à les rechercher » (p. 5). « Ardente amour », « inclination » : le vocabulaire de la passion n'était pas de trop. Sa correspondance avec les frères Dupuy - autres hommes-bibliothèques distingués4 - est pleine de récriminations contre les gens du livre et, en particulier, contre les libraires. Sa bibliothèque personnelle, érudite et marquée par son long séjour en Italie, rassemble les hétérodoxes les plus condamnables que son doctorat de médecine à Padoue lui avait sans doute révélés ; en revanche, il n'a qu'indifférence à l'égard de la littérature de son siècle rédigée en vernaculaire. Naudé est le modèle du véritable homme-bibliothèque.

  • 5 II existe des travaux assez anciens sur ce personnage : R. Reboul, « Le Dogue du duc de la Vallière (...)
  • 6 François Moureau, « Le libraire imaginaire ou les fausses adresses », Corps écrit, mars 1990, p. 47 (...)
  • 7 François Moureau, « Illustres anonymes : auteurs feints et clandestinité au XVIIIe siècle », La Let (...)

3Mais Jean-Joseph Rive ne lui est pas inférieur et, dans cette ère de « civilisation perfectionnée » qu'est le XVIIIe siècle, il l'emporte sur Naudé qui, outre quelques traits de bibliomane, avait un malheureux penchant pour le contenu des livres, à la suite de ses fréquentations padouanes, sans doute, et des libertins illustres dont il était l'ami. Jean-Joseph Rive est un homme-bibliothèque dans toute la pureté du concept5 : il ne s'intéresse qu'à l'essentiel, à « l'esprit » de l'imprimé et n'a qu'indifférence pour ce que le plomb y a laissé d'empreinte d'un discours humain. A une exception près cependant : autant il apprécie l'ordre dans les bibliothèques, autant il condamne le désordre dans la pensée, dont les philosophes matérialistes de son siècle font, à son sens, profession ; et quelques fantaisies éditoriales, comme de fausses adresses typographiques6, ou des attributions feintes7, ne les sauvent pas de sa persévérante « chasse ». Car Rive est un misanthrope déterminé qui a une haine admirable des bibliographes, des libraires et des collectionneurs, fussent-ils ceux qui l'emploient à leur service. On en conclura aisément que la vie de Rive ne fut qu'une longue suite de désillusions et que les livres qu'il posséda ou fit acquérir ne le consolèrent jamais de ceux que ses concurrents se procurèrent et de ceux qu'il chercha avidement sans jamais les rencontrer. Il y a chez Rive une intéressante stratégie de l'échec dont il sera aussi question dans les pages qui suivent.

  • 8 La notice biographique la plus récente de Rive est celle que l'auteur de ces lignes a donnée pour l (...)
  • 9 Petit village alors fortifié, près de Saint-Rémy- de-Provence, à la vue du Luberon.
  • 10 Ms. 6392 (années 1765-1775), 6393 (années 1776-1784) .Recueil désigné ci-dessous par A1 et A2, suiv (...)
  • 11 Une autre partie de la correspondance de Rive se trouve à la BnF, ms., nafr 22119-22123.

4Et pourtant rien ne prédisposait Rive à être « chasseur » de « bibliographes » et d'« antiquaires mal-avisés », ainsi qu'il s'en flatte dans l'une des brochures dirigées contre ses pareils et dont nous reparlerons. Ce Provençal, fils d'un orfèvre d'Apt, naquit dans cette ville en 1730, il mourut à Marseille en octobre 17918. C'est à trente-sept ans que sa vie commença vraiment quand il s'installa à Paris. Auparavant, il avait enseigné la philosophie au collège Saint-Charles d'Avignon, puis avait reçu en charge la cure de Mollégès9 : une modeste carrière ecclésiastique s'annonçait pour lui. Mais c'était sans compter avec une passion dominatrice dont on ignore l'origine : celle des livres. Des dernières années provençales où se développa ce qui allait devenir sa folie quotidienne, nous possédons une ébauche de correspondance, celle qu'il entretint à partir de 1765 avec le libraire aixois Joseph David Les deux volumes de lettres qu'il lui adressa jusqu'en 1784 sont conservés à la Bibliothèque de l'Arsenal10 et vont nous servir de guide pour l'analyse de l'homme-bibliothèque en action11.

  • 12 Antoine Perrin, Almanach de la librairie, Paris, Moutard, 1781, p. 37.
  • 13 Sur la pratique du libraire étalant ou « étaleur » en province, voir Dominique Bougé-Grandon, « Le (...)
  • 14 « Les olives sont arrivées ; elles sont merveilleuses ; l'huile en était délicieuse. J'ai fait accr (...)
  • 15 « On ne demande plus dans Paris que l'Ecole de Flandres. Les amateurs portent de ce côté-là leur ar (...)
  • 16 Sur les diverses catégories de nouvelliste, on consultera notre Préface au Répertoire des nouvelles (...)

5Joseph David était, avec son frère Esprit, l'un des imprimeurs de la Généralité d'Aix12, faisant aussi métier de libraire « étalant » ou « étaleur », voire de libraire « de hasard », c'est-à-dire qu'il vendait des livres neufs qu'il n'avait pas imprimés lui-même13 et des livres d'occasion. Ce « marchand libraire et imprimeur » -souscription des lettres de Rive - faisait aussi commerce de produits régionaux, dont de l'huile d'olive : Rive en fournissait contre argent les bibliophiles sensibles aux saveurs provençales14. L'abbé servait d'autre part son ami à Paris pour des achats de livres - nous le verrons -, de monnaies et médailles, de tableaux15, pour des travaux de reliure, ou en intriguant auprès des « premières puissances » pour éloigner d'Aix tel « nouveau libraire qui étale », concurrent direct de son ami (A1, 8/6/71, f. 149). Il le fournissait aussi en nouvelles politiques, littéraires et anecdotiques à la manière des gazetiers à la main16. David semble avoir été le seul libraire avec qui il ne se soit pas brouillé, ce qui n'excluait pas entre eux ce que Rive nomme galamment - allusion à l'humeur des Provençaux - « la vivacité qui nous est naturelle » (Al, [Mollégès], 6/12/66, f. 17). A sa mort en 1784, après 42 années d'amitié, Rive parla de « perte d'un autre soi-même » (A2, 27/11/84 à Emeric David, f. 134). Il semble que David, dont n'avons pas malheureusement les réponses, sut merveilleusement entretenir « l'appétit littéraire » ou le feu sacré qui couvait dans le cœur de l'abbé : « Tu es le seul libraire de province à mériter de l'estime par ton amour pour la bibliographie ; j'ose te dire que les connaisseurs ont grand jeu avec une foule d'autres qui sont de vrais ignorants », lui écrivait celui-ci avant son départ pour Paris (Al, Mollégès, 14/8/65). C'est dès cette époque qu'il formule ce qui sera, pendant près de trente ans, son obsession quotidienne : créer une science bibliologique absolue qui renverserait les monuments frelatés de la librairie parisienne et des faux savants :

  • 17 Catalogus Bibliothecae Bunavianæ, Lipsiæ, Impensis Viduæ B. Casp. Fristschii, 1750, 7 vol. in-4° (A (...)
  • 18 I. M. Franckius qui signe la « Præfatio » du catalogue et s'explique longuement sur l'ordre qu'il a (...)

Tu es trop habitué à nos mauvais catalogues de Paris pour ne pas goûter Tordre merveilleux de celui du comte de Bunaw17. Tu aurais grand tort de te défaire de ce livre qui est un vrai trésor des études. Le savant qui a fait ce catalogue a suivi la marche des études18. Il a commencé par les livres fondamentaux, et ensuite par l'histoire littéraire ; de celle-ci il passe à Phistoire des temps, ou celle des lieux, et des actions humaines. Tel est l'ordre que nous devons tenir dans les études. Les sciences et les arts ont deux faces : l'une extérieure, c'est leur histoire ; l'autre intérieure, et c'est leur constitution ou l'arrangement méthodique de leurs principes et de leurs conséquences pour arriver solidement et avec goût aux sciences. Il faut en savoir auparavant leur histoire. Comme les sciences ne sont que le résultat de nos connaissances, nous ne pouvons avoir ce résultat que par le détail des observations qui ont été faites de siècle en siècle sur les mêmes objets, et c'est ce que nous découvre Phistoire littéraire, de sorte que ce catalogue peut être regardé comme une esquisse parfaite du tableau des arts et des sciences dans leur ordre naturel (Al, Apt, 16/7/65, f. 3).

  • 19 Sur son projet d'« Histoire critique de la bibliothèque de M. le duc de ... [La Vallière] », il écr (...)
  • 20 Catalogue de la bibliothèque des livres de feu l'abbé Rive acquise par les citoyens Chauffard et Co (...)
  • 21 Achard se justifia maladroitement de cette décision : « Nous aurions désiré de posséder les manuscr (...)

6Moins de quinze après le « Discours préliminaire » de Y Encyclopédie, cette réutilisation de l'arbre des connaissances pour un classement « naturel », logique et historique des livres annonce la grande ambition de la vie de l'abbé Rive19, qui fut aussi son grand échec, puisque la vente à Marseille de sa bibliothèque elle-même se fit en dépit de son programme de rangement bibliologique. C.-F. Achard, qui avait été chargé de sa « mis[e] en ordre », notait, sans que cela eût Pair de le préoccuper : « Le catalogue que nous présentons au public est dressé suivant la méthode la plus généralement adoptée dans les bibliothèques ; méthode bien différente de celle de l'abbé Rive. Ce savant bibliographe avait formé un nouveau plan qu'il n'a pas eu le temps de publier, et ses livres étaient dans son cabinet suivant l'ordre qu'il avait imaginé »20. L'oraison funèbre était un peu courte pour le labeur de toute une vie21. Mais il faut avouer que Rive n'avait rien fait pour se concilier ses contemporains.

  • 22 [Rive], La Chasse aux bibliographes et antiquaires mal-avisés. Par un des Elèves de M. l'abbé Rive, (...)
  • 23 Catalogue des livres imprimes sur vélin de la Bibliothèque du Roi, Paris, De Bure frères 1822. Avan (...)
  • 24 Ailleurs, Rive parle de « l'audace myrmidonique » de De Bure.
  • 25 Barthélémy Mercier de Saint-Léger (1734-1799), chanoine de Sainte-Geneviève et son bibliothécaire, (...)
  • 26 A propos d'un Bénédictin : « un froc médiocrement versé dans l'art de bibliographier » (Chasse, p. (...)
  • 27 « Je ne connais en Europe [... ] qu'un seul homme qui ait eu le mérite d'être bibliotade et qui ait (...)
  • 28 Selon Rive, l'expression aurait été forgée par Mercier de Saint-Léger, conservateur de la Bibliothè (...)

7Ses sentiments à l'égard du monde du livre vont du simple mépris, de la condescendance vague aux insultes les mieux formées et à la haine viscérale. Rive invente d'ailleurs un vocabulaire adapté pour désigner les activités et les personnages de son enfer quotidien. Les libraires sont qualifiés de « vautours » (A2, 22/ 10/8à, F. 112), de « bibliopole » comme le bibliographe Guillaume De Bure {Chasse22, p. 11) dont il sera beaucoup parlé ou son confrère libraire-expert, « le fameux bibliopole Martin, cet insigne faiseur de bévues » (Chasse, p. 212). Les conservateurs de la Bibliothèque du Roi ne sont pas épargnés : le fameux Joseph van Praet, qui commença le grand recensement des imprimés sur vélin23- nouveauté bibliologique dont Rive s'estimait le père, comme on le verra - est traité, au choix, de « plagiaire », de « Myrmidon »24, voire d'« aimable bambino » (Chasse, p. 271, 343, 478). Son confrère de Sainte-Geneviève, Mercier de Saint-Léger25 est affublé du surnom de « vrai chiffon de bibliographie » (A2, 28/10/83, f. 129). Les « savants de Paris » - faux savants, on s'en doute ou « savantas[ses] » (Al, 2/4/68, f. 50) - sont des « plumes aventurières » (Al, 4/6/74, f. 206), mais plus souvent encore des « écrituriers » (Al, 4/6/74, f. 206 ; Chasse, p. 244). De la vraie science à la charlatanerie, on passe de « l'art de bibliographier »26, de la « bibliognosie », de la « bibliologie » (Chasse, p. 52, 55), de la « bibliographie » et de « l'art bibliothécal »27, du « catéchisme bibliopolique « (A2, 26/9/84, f. 130) à « l'inscitie » et à « l'esprit de bouquinerie » (Chasse, p. 11, 270). Ces êtres vils, tout juste bons à être « custodes de bibliotaphe » (Chasse, p. 425)28, car dépourvus de « connaissances bibliothécales »{Chasse, p. 421), « ont plus d'envie de barbouiller du papier aux yeux du public que de l'éclairer et de l'instruire » (Chasse, p. 244). D'autres aménités, moins brillantes, parsèment les dissertations du savant Provençal.

  • 29 II songe au duc d'Orléans, au prince de Condé (A1, 23/4/67, f. 29). Dans la même lettre, il assure (...)
  • 30 II en donne le détail à la mort du duc (A2, 22/12/80, f. 111) : La Vallière ne lui a jamais donné d (...)
  • 31 Sur les deux collections successives de La Vallière et l'activité du « dogue » Rive auprès de lui, (...)

8La carrière parisienne de Rive offre un magnifique terrain pour analyser in situ le développement et les articulations de la longue maladie dont fut victime l'homme-bibliothèque. Arrivé à Paris pendant l'hiver 1766-1767, Rive décide de s'installer au cœur même du marché du livre ancien - « la librairie vieille » (Al, 19/5/67, f. 31) -, sur le quai des Augustins, à côté de Jean-François De Bure, libraire à l'« image saint Athanase » (Al, Mollégès, 30/11/66, f. 15). On le trouve bientôt installé à l'« Hôtel Saint-Louis, rue des Grands Augustins » (Al, 17/2/67, f. 21). Puis il cherche un emploi qui lui convienne : « une place dans la Bibliothèque royale » (Al, 23/3/67, f. 25) ? Elle lui sera refusée, avec la blessure d'amour propre que l'on imagine. « Les postes que j'y [à Paris] ambitionne sont très aisés : ceux de bibliographe de quelque prince29 ou autre seigneur, ou l'institution du fils de quelque Grand de la Cour » (Al, 17/2/67, f. 21). Il lui faudra attendre quelque temps pour être enfin engagé comme bibliothécaire du duc de la Vallière (Al, 22/10/68, f. 69), à des conditions matérielles qui ne seront jamais brillantes par rapport au labeur qu'il s'impose pour son patron30. Il exerça cette fonction jusqu'à la mort de la Vallière31, mais, écarté de sa succession (A2, 22/12/80, f. 111-112) et surtout du catalogue de la bibliothèque rédigé par Guillaume De Bure {Chasse, p. 11) et Nyon, il décida de rentrer en Provence. Un autre projet avorté, la direction de la bibliothèque que le marquis de Méjanes venait de léguer à sa patrie aixoise, ne réconcilia pas Rive avec le milieu du livre et des collections publiques ou privées.

  • 32 On consultera à ce propos la belle et savante synthèse de Jean Viardot pour le XVIIIe siècle : « Li (...)
  • 33 L'un des libraires de l'Encyclopédie
  • 34 Mercier de Saint-Léger déjà cité.

9A Paris, Rive découvre d'abord un marché, donc des marchands et des « amateurs »32. Le livre étant un objet qui, contrairement à d'autres productions de l'art - joaillerie, argenterie - n'a pas de valeur propre par la matière - il s'agit de simples cahiers de papier cousus et recouverts de cuir-, et dont la reproduction mécanique fait qu'il ne peut être unique comme un tableau ou une sculpture, son estimation est fonction des seuls lois du marché, de la demande et de l'offre. Le métier des libraires et des « bibliographes » est d'attribuer une valeur marchande à des signes qui en soi n'en ont aucune. La pratique schizophrénique de la bibliographie chez Rive lui permet de séparer en lui-même le rabatteur de livres du savant. D'un côté, il y a un redoutable comptable qui assène à David des colonnes de chiffres, factures à régler, transferts de fonds et itinéraires complexes des livraisons à une époque où n'existent ni nos moyens modernes de paiement ni les sociétés spécialisées dans le transport des objets précieux. D'un autre côté, il y a le savant qui n'a jamais assez affiné la « valeur » bibliologique d'un ouvrage et qui accumule les références, les singularités éditoriales, les règlements de compte avec les « savantasses » et autres libraires installés. Dans une même lettre, ces deux personnages si dissemblables cohabitent sans se rencontrer jamais. Pour Rive, il y a évidemment un complot dont les libraires sont les animateurs et les « bibliopoles » les complices. Dès son arrivée dans la capitale, ses ennemis de papier deviennent des personnalités réelles. « Je n'ai pu voir De Bure le bibliographe qu'une seule fois. Il affecte l'homme d'importance, et de cabinet. [...] [Il évoque Antoine] Briasson33 qui a bien autre esprit et cœur que ce De Bure. Celui-ci et son frère sont froids comme glace ; je le comprends ; la jalousie y a quelque part ; tu sais qu'il est brouillé avec M. Mercier de Sainte-Geneviève34 à cause de la critique assez juste que celui-ci a fait de sa bibliographie. Il me soupçonne Hé avec lui » (Al, 17/2/67, f. 21). Voilà le théâtre planté et ses personnages décrits en peu de mots : la haine de Rive sera aussi persévérante que ses certitudes. « Je jouis de mon âme et de mon opinion. Cette propriété fait mon bonheur » (Al, 4/6/74, f. 207).

  • 35 Françoise Bléchet, Les Ventes publiques de livres en France 1630-1750. Répertoire des catalogues co (...)
  • 36 Voir la thèse de Guillaume Glorieux, Edme-François Gersaint (1694-1750), Paris IV, décembre 2000, 7 (...)
  • 37 Voir F. Bléchet, op. cit., 25-26. L'ordre des cinq sections était le suivant (hors format) : théolo (...)
  • 38 La « révision » consiste à faire acheter en vente publique par un marchand un livre au minimum de s (...)
  • 39 Le catalogue de sa vente le relève et en donne la liste (p. XV) en complément de celle de ses incun (...)
  • 40 Voir La Chasse, 1788 : polémique sur la création de la Méjanes (p. 77 sq.) ; en faveur du développe (...)

10Loin de la capitale, il n'avait soupçonné que l'impéritie des catalogueurs et des marchands. Rive arrive en effet à Paris à une époque où la vente aux enchères sur catalogue s'est considérablement développée dans le domaine du livre35. Le libraire Gabriel Martin avait été pour la bibliophilie ce qu'Edme Gersaint était pour les tableaux, dessins et estampes, voire pour les coquilles, dans les années 1730 du siècle : un extraordinaire accélérateur du marché36. Les catalogues des grandes collections mises en vente (Du Fay, Coislin, Verruë, Gros de Boze, etc.) rangés selon la fameuse « classification des libraires de Paris »37 servaient de référence aux suivants et, en général, au marché dont les trois têtes restaient Londres, la Hollande et Paris. On pouvait donc à Avignon ou à Mollégès suivre d'assez près les ventes parisiennes, d'autant que des catalogues annotés de prix circulaient à la suite de celles-ci et fournissaient aux divers amateurs et marchands une utile mercuriale du livre. Mais ce n'était pas connaître la réalité des ventes et les secrets du négoce. Des pratiques encore vivantes aujourd'hui comme la « révision » [Chasse, p. 516), les achats « pour » ou la spéculation sur les stocks (A2, s.d. [1776], f. 22)38 faussaient la sincérité des transactions. Rive apprit rapidement, et il participa à ces menus solécismes moraux que la passion excusait. Il y acquit une vue d'un marché très étroit pour ce qui était, à son sens, la haute bibliophilie : les incunables et les « gothiques » du XVIe siècle, plus les manuscrits médiévaux, en particulier les livres « à peintures », à propos desquels il publia un Art de vérifier l'âge des miniatures, première enquête sur un sujet où sa méfiance et son scepticisme purent se donner libre cours . En revanche, il ne s'intéresse guère à la production moderne, sauf à celle d'imprimeurs d'exception comme les Elzeviers, dont il est, avant le XIXe siècle, qui en divinisera le raffinement technique, un des premiers amateurs39. Son goût pour le Moyen Age est renforcé par le sentiment d'appartenir à une civilisation - celle des pays d'oc -qui a été ravagée et détruite pas les pays d'oïl, dont Paris est le fruit empoisonné. Ce provincialisme militant, ce provencialisme d'avant les félibres, se marquera de plus en plus dans ses dernières années40. « La langue provençale a été non seulement la mère de la langue française, mais elle n'a jamais discontinué de l'allaiter de siècle en siècle » (Chasse, p. 230, n. 1). Nommé « bibliothécaire de la Province » par les Etats de Provence (A2,18/12/86, lettre d'Emeric David, f. 208), qui venaient d'hériter de la bibliothèque du marquis de Méjanes, Rive fut en effet un ardent défenseur de la littérature d'oc qui avait fleuri à une époque où le Nord nageait encore dans la barbarie. Cette mythographie « troubadour » est fondée chez lui sur une connaissance certaine de ce domaine encore mal délimité à son époque, malgré les travaux des premiers « médiévistes ».

  • 41 Rive ne négligeait pas cet aspect pour sa propre bibliothèque. Achard signale à sa vente (op. cit., (...)
  • 42 Par exemple, la bibliothèque de goût très « moderne » de la comtesse de Verrue vendue par Gabriel M (...)
  • 43 Les libraires parisiens « envoient en Hollande ou en Angleterre » cette marchandise dont, à Paris, (...)
  • 44 Girardot de Préfond, collectionneur très raffiné.
  • 45 Parmi les grands bibliophiles qui ont renoncé, il cite Saint-Foix et Randon de Boisset (ibid.).

11Au-delà des contenus, le « bibliologue » est attentif à définir ce que l'on pourrait appeler l'exemplaire idéal : le livre parfait, par sa date, par sa typographie impeccable ou singulière, par son état, par sa provenance ou ses caractéristiques d'exemplaire, et, éventuellement, par sa reliure41 qui est un aspect toujours secondaire - ou inexistant - dans les descriptions qu'il en donne. Pour Rive, le vrai bibliophile est « un acquéreur qui ne tend qu'à la beauté de l'exemplaire qu'il achète » (Al, 6/2/71). Décadence du goût ou évolution ? Rive note que « nos grands seigneurs [ne] donnent plus dans les raretés » (Al, 22/12/68). « Mes liaisons s'étendent dans ce pays où je croyais trouver de plus grands hommes » (Al, 7/4/67, f. 27). De fait, les grands amateurs de cette seconde moitié du XVIIIe siècle n'ont plus la même origine sociale que ceux du siècle précédent. La noblesse de robe et l'aristocratie ministérielle qui formaient les grandes bibliothèques avaient une culture - ou faisait mine de l'avoir - nourrie sur un vieux fond où se mêlait la tradition antique à des préoccupations érudites modernes allant de la « théologie » à la « jurisprudence » en passant par les « sciences et arts », une vision encyclopédique du livre organisée autour de la notion de légitimation du savoir par le témoignage écrit. Les bibliothèques importantes du siècle des Lumières sont surtout le fait de « grands seigneurs » ou de nouveaux riches (financiers, fermiers généraux, etc.) qui voient dans le livre un emblème d'excellence sociale. Le « goût » du siècle porte aussi vers des ouvrages plus légers, vers des collections plus frivoles, du théâtre à la « Bibliothèque bleue », vers la mise en scène du livre : la collection de Joseph Bonnier de la Mosson, trésorier général des Etats de Languedoc, est installée dans un écrin de boiseries sculptées dont les couleurs vives et claires jouent avec celles des reliures. Le catalogue de ces bibliothèques témoigne de l'évolution : on y remarque une forte majorité d'ouvrages récents, vendus aux enchères à des prix notablement plus élevés que les ouvrages anciens de caractère « bibliophilique » au sens moderne42. Rive appartient par son « goût » à une tradition en voie de régression et qui renaquit avec une nouvelle génération de bibliophiles à l'aube du XIXe siècle, les Renouard, les Viollet-le-Duc, voire les Nodier. Les incunables, les impressions gothiques, les lourds in-folio en latin ou en grec ne correspondent plus au « marché » dominant parisien, même s'il subsiste dans les pays germaniques qui produisent les catalogues savants dont Rive se délecte43. « Les rares éditions, il n'y a que nous qui les recherchions dans Paris », écrit-il à son ami David, en signalant, outre le « cabinet de livres rares » de La Vallière - il en a la charge -, celui de « M. de Préfonds »44 (Al, 26/10/71, f. 157), et c'est tout45. Les éditions de « mystères », antiques vestiges du premier théâtre national en langue vulgaire, qui furent si recherchés, ne se vendent plus, car les anciens amateurs ont disparu et la collection La Vallière en est largement pourvue (Al, 16/1/73, f. 177).

12Cette incurie est, pour Rive, le fruit d'un siècle qui laisse le soin de dire le goût aux « journalistes de cette ville qui sont presque tous horriblement ignorants » (A2, 27/3/80, f. 104) : réflexion habituelle des milieux savants et intellectuels de l'Âge des Lumières à l'égard d'une activité qui faisait maintenant l'opinion. La bibliophilie est d'abord une pédagogie du regard avant d'être une éducation du goût. La « beauté de l'exemplaire » se fonde à la fois sur des critères esthétiques évidents, mais aussi sur une espèce de beauté intérieure qui donne son aura à un livre : « L'ancienneté des éditions ne fait pas leur valeur, il n'y a que des bibliomanes et des brocanteurs qui se chaussent de cette idée » ; pour les textes antiques qui sont les archétypes de la bonne « littérature », c'est la pureté du manuscrit d'origine, c'est le « tirage » de l'imprimé, c'est sa correction typographique révisée sous la presse en cours d'impression qui font le prix d'un livre (Chasse, p. 40-42). L'élargissement des valeurs bibliophiliques vers de nouveaux critères d'excellence caractérise la quête que fait Rive d'une science du livre parfaite et encyclopédique. Nous évoquions plus haut les Elzeviers pour la forme et la littérature d'oc pour le contenu, on y ajoutera les impressions sur vélin, tirages très restreints issus des anciennes pratiques du « livre médiéval ». Estampes sur vélin, mais aussi tirages particuliers à petit nombre sur même support d'ouvrages de toute sorte : Rive, qui est un habitué des manuscrits anciens, voit dans ces « raretés » un lien entre les époques du livre, le signe d'une continuité et peut-être d'une survie de l'imprimé par l'emploi d'un matériau presque indestructible. C'est pourquoi, il cherche « tous les livres imprimés sur vélin, n'importe en quelle langue ils soient écrits, et sur quelle matière » (Al, 26/12/71, f. 157).

  • 46 Bibliographie instructive ou Traité de la connaissance des livres rares et singuliers, Paris, G. F. (...)

13Mais l'« art bibliothécal » n'a pas de pires ennemis que ceux qui sont chargés de le dire et de le propager : la secte des libraires-bibliographes et des bibliothécaires-catalogueurs dont Guillaume De Bure et Mercier de Saint-Léger sont les parangons éternellement épingles dans la correspondance et les écrits imprimés de Rive. L'auteur de la Bibliographie instructive46 représente ce que Rive déteste le plus, le négoce qui se mêle de légiférer en matière de livre et qui ne recule devant aucun péché bibliologique pour recommander sa marchandise :

  • 47 II préfigure les règles bibliologiques modernes de « l'empreinte » par sa méfiance à l'égard des si (...)

On entend ici fort peu de chose en bibliographie. Toute l'érudition qu'on a dans cette partie est celle de la Bibliographie instructive. Elle est par conséquent très bornée et très fautive. On n'y travaille pas. On ne connaît les livres qu'en les voyant et en les feuilletant47. Les Allemands et les Italiens sont aussi de très pauvres sires dans cette même partie. Ils sont tous fautifs. Les uns sont plus érudits que les autres, mais ils citent et se copient mutuellement, et n'ont pas vu ce qu'ils annoncent [...] un long amas d'erreurs mêlé avec beaucoup d'érudition (Al, 31/8/73, f. 186).

  • 48 La 3e Lettre de La Chasse est consacrée à critiquer le père Le Long et sa Bibliothèque historique d (...)
  • 49 Sur sa Méthode : « J'ai fait des notes contre cet auteur en le lisant : je les mettrai un jour au n (...)
  • 50 En particulier « le boiteux Capperonnier », garde des manuscrits (A1, 17/2/67, f. 21) (Jean Cappero (...)
  • 51 Celles des Inscriptions et Belles-Lettres évidemment [Chasse, p. 165, n. 1). Sur le secrétaire perp (...)

14Le « custode » des bibliothèques publiques ou le savant de cabinet apparemment exonéré de tout soupçon de lucre n'est pas à l'abri des mêmes critiques. Le père Le Long48, Lenglet-Dufresnoy49, les érudits de Sainte-Geneviève, outre Mercier (l'abbé astronome Alexandre Guy Pingré, l'abbé physiocrate Nicolas Baudeau) {Chasse, p. 109), ceux de la Bibliothèque du Roi50, les académiciens51, les bibliographes allemands ou hollandais sont passés à 1'étamine d'une critique sans aménité. Un article anonyme du Journal de Paris (5/8/79, n° 217, p. 881-882) dont il existe un exemplaire corrigé de sa main (A2, f. 98) donne une idée de la manière dont Rive concevait le débat public des érudits : un duel permanent qui n'excluait que le sang.

  • 52 Jean Lebeuf, chanoine d'Auxerre et éminent médiéviste (1687-1760) (Grente-Moureau op. cit., p. 701- (...)
  • 53 Claude-Pierre Goujet (1697-1767), oratorien et érudit, auteur de la célèbre Bibliothèque française (...)
  • 54 Charles-Hugues Lefebvre de Saint-Marc (1698-1769), éditeur des poésies de Malherbe en 1757 (Grente- (...)
  • 55 Daniel Rabel, gaveur et marchand d'estampes.
  • 56 Comme Anne Claude Philippe, comte de Caylus (1793-1765), cité plus haut, Louis-Elisabeth de la Verg (...)
  • 57 Bibliothèque universelle des romans (1775-1789) : périodique ou collection créée par le marquis de (...)

Pièces que M. l'abbé Rive a fait imprimer depuis le mois de février dernier. Ces pièces sont au nombre de quatre, ce sont de savantes notices qui doivent servir d'essais à l'Histoire des manuscrits de la Bibliothèque de M. le duc de la Vallière, dont il donnera incessamment le prospectus [...] 1°. [... ] Guillaume de Machault [...] M. Rive a relevé dans cette première notice plusieurs méprises et anachronismes de l'abbé Le Beuf52, de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, et quelques fautes du comte de Caylus de la même Académie.[... ] 2°. Lettre sur la formule par la grâce de Dieu. [... ] il relève diverses erreurs qui ont échappé sur cette matière à différents auteurs qui ont écrit sur la diplomatique et sur l'histoire de France [...] 3°. [...] la guirlande de Julie. M. Pabbé Rive [...] fixe contre le célèbre Huet, évêque d'Avranches, l'époque à laquelle cet unique et superbe manuscrit a vu le jour ; il indique d'autres fautes que ce prélat a faites en le décrivant et qui ont été copiées par l'abbé Goujet53; et il a aussi réfuté ce que dit le père Anselme dans son Histoire généalogique de la France sur le nom de la dame pour lequel ce beau manuscrit a été fait [...] Il a prouvé dans l'autre notice contre M. de Saint-Marc54, qui nous a donné la meilleure édition des œuvres de Malherbe, que le Recueil de Rabel55 n'est pas de 1603, mais de 1624 [...] 4°. Notices historiques et critiques [...] le Roman d'Artus, comte de Bretagne, et l'autre le Roman de Mélusine [...] on discute l'opinion de M. le comte de Tressan56 sur le roman d'Artus [...] L'auteur fait connaître dans l'autre notice un roman dont les auteurs de la Bibliothèque des romans57 n'ont pas eu connaissance, et sur lequel une infinité d'autres auteurs se sont trompés. [...] Les simples annonces que l'on vient de lire doivent suffire pour donner une idée de l'étonnante sagacité de M. l'abbé Rive dans la connaissance des livres et des manuscrits.

  • 58 Sur ces débats, voir l'ouvrage classique (en français) de Wallace Kisrop, Bibliographie matérielle (...)

15Rive avait un art sans pareil pour se faire des ennemis de ses contemporains les plus érudits. Sa méfiance à leur égard n'a d'égale que sa circonspection en ce qui concerne l'objet même de sa passion. Avant la bibliologie anglo-saxonne de notre siècle qui nous a enseigné à ne rien croire de ce que suggèrent une page de titre, une typographie ou un bandeau gravé et à collationner tous les exemplaires possibles d'une même « édition »58, avant même que fussent définies les notions d'« émission », de « préfaçon » ou d'« empreinte », avant même que Ton fasse la « chasse » aux « contrefaçons », l'abbé Rive exprimait des idées qui nous sont aujourd'hui familières et qu'il reproche aux « savantasses » parisiens de superbement ignorer :

Ainsi il n'y a rien de moins solide que d'attribuer à un artiste l'exécution typographique d'un ouvrage sorti de la presse sans nom d'imprimeur, sous prétexte que les types de ce même ouvrage ont de l'analogie avec ceux des éditions qui portent son nom. [... ] Ne sera-t-il pas plus sage de renoncer à des conjectures inconcluantes, et de croire que ces éditions peuvent ne venir ni de l'une ni de l'autre presse, mais qu'elles sortent peut-être d'une troisième que nous ne connaissons pas ? (Chasse, p. 48-49).

  • 59 Supplément à la Bibliographie instructive ou Catalogue des livres du cabinet de feu Monsieur Louis (...)
  • 60 Ils ont été distraits de la vente marseillaise de 1793, comme l'on sait (voir la n.21). Le reste de (...)
  • 61 Détail des références aux manuscrits de Rive dans notre notice du Dictionnaire des journalistes, (...)

16C'est évidemment contre « ce bibliopole, et ce Moine, son copiste » (Chasse, p. 49), De Bure et Mercier de Saint-Léger, que Rive dirige ses traits les plus acérés. Il n'est pas le Heu ici d'entrer dans des détails d'érudition qui ajouteraient la glose à la glose. Notons seulement que Rive est moins sévère pour les catalogues de vente que pour les bibliographies. Un mauvais catalogue de vente peut être une aubaine pour l'acheteur ; une mauvaise bibliographie déprécie ou apprécie faussement une édition que l'on possède ou dont on veut se séparer... « Mes notes et observations sur le catalogue de M. Gaignat59 sont d'un prix inestimable. Je n'ai manqué aucune séance, et j'ai tout écrit et tout noté » (Al, 17/6/69, f. 114). Cela aurait donné un « imprimé de 6 ou 700 pages in-8° » (Al, 28/8/69, f. 117), mais le duc de la Vallière, son employeur, qui avait l'idée d'en réserver la primeur à son propre catalogue, lui en interdit la publication. Ces « Riviana » (A2, 23/10/80, f. 109) qui semblent perdus60, formaient vingt volumes de « glanures encyclopédiques »61.

  • 62 Voir notre article : « Clandestinité et ventes publiques : le statut du manuscrit », dans De bonne (...)
  • 63 En témoigne la section « Théologie hétérodoxe » de sa vente effectuée sous la Révolution (p. 40-54, (...)
  • 64 Dictionnaire des journalistes, op. cit., notice 317.

17Dans des décennies où la philosophie des Lumières dans sa forme voltairienne et réformiste avait peu à peu conquis les Académies avec le secrétaire D'Alembert et la « monarchie administrative » avec le nouvel Henri le Grand - Louis XVI -, conseillé par Sully-Malesherbes, la défense de la religion contre le « matérialisme » moderne relevait d'un solide esprit de contradiction. Et, comme on l'a vu, Rive n'en manquait pas ; si, en bon curé gallican et anti-jésuite, il n'avait que peu de considération pour les prélats, les « mitrophores » -« le haut clergé pense mal, il court rapidement vers sa ruine » (Chasse, p. 438, 540) -, il en avait, en revanche, beaucoup pour « ceux qui respectent le culte national et qui veulent mettre un frein à l'insolente morgue philosophico-moderne » (Chasse, p. 121). Certes le bibliophile emploie « toute la séduction de [s]on éloquence » pour se procurer le merle blanc de la bibliophilie « hétérodoxe », la Christianismi Restitutio de Michel Servet (présent dans la vente Gaignat), il quête les informations sur des exemplaires de Jules-César Vanini ou de Simon Morin (Al, [1769], f. 72, 75), mais H s'agit pour lui, comme pour les grands bibliophiles du siècle, d'objets de collection et non de littérature vivante62. Rive s'intéresse médiocrement à ce que l'on nomme aujourd'hui les « manuscrits philosophiques clandestins »63 : manuscrits et modernes, ils ont tout pour susciter son indifférence, et, au pire, son mépris. « Ce sont nos philosophes que je déteste ; je ne puis voir des athées ou des déistes », proclame-t-il en 1772 à David (Al, 4/6/74, f. 206). Car il fait une fixation sur quelques écrivains contemporains qui lui paraissent représenter la quintessence de ce monde à la dérive. Notons cependant que pendant les premières années de la Révolution qui furent aussi ses dernières, Rive manifesta dans sa Provence natale un ardent enthousiasme révolutionnaire ; mais ce fut une métamorphose assez commune en ces années-là. Que l'on songe au fils de Fréron, Louis-Stanislas, naguère directeur de l'Année littéraire et, sous la Révolution, ange exterminateur de la réaction en Provence et à Toulon64. Mais en ces derniers lustres de PAncien Régime, Rive déteste particulièrement d'Holbach - ce qui est assez attendu-, et Diderot, ce qui l'est un peu moins. Quant à D'Alembert, athée et académicien à la fois - ce qui est trop pour Rive -, il le poursuit d'une haine vigilante, comme on peut s'en douter. Il n'hésite pas à en faire la leçon

  • 65 Allusion aux reproches de Malebranche au père Le Long sur l'inutilité de l'érudition historique, «  (...)

pendant un dîner chez le feu duc de la Vallière, à un bel esprit de la Cour, qui merveilleusement coiffé de l'idée de Malebranche65, que le triste et l'envieux D'Alembert, qui était dégarni de toute sorte d'érudition, et qui était un aveugle-né pour les hautes et droites idées philosophiques, lui avait trop malheureusement inculquée {Chasse, p. 73-74, n. 1).

  • 66 Jeroom Vercruysse, Bibliographie descriptive des écrits du baron d'Holbach, Paris, Minard, 1971, no (...)
  • 67 Sur d'autres spéculations de ce type et sur le prix de revient du livre, voir notre article : « La (...)
  • 68 Le 18 août 1770, sur réquisitoire de Séguier, le Parlement condamna le livre à être lacéré et brûlé (...)
  • 69 Lettres datées du 17 novembre 1770 au 26 janvier 1771. L'exemplaire de l'Arsenal (8° H 26572) est c (...)
  • 70 Ecrivain besogneux, protégé de Fréron (Dictionnaire des journalistes, op cit., notice 1)

18Que cet « aveugle-né » - allusion transparente à la fameuse Lettre de Diderot - soit dépourvu d'« érudition » est, pour Rive, un crime aussi pendable que de manquer de religion. Celui-ci voit dans les ouvrages matérialistes que la manufacture holbachique produit en grande quantité dans les premières années de son séjour à Paris une entreprise de destruction morale en même temps qu'une abominable spéculation de libraire. Ces livres « philosophiques », selon la terminologie des libraires de l'époque qui désignait à la fois la littérature pornographique et les ouvrages de réflexion critique, ces ouvrages issus de Hollande (Marc-Michel Rey), mais aussi de respectables imprimeries du Quartier latin étaient d'un grand rapport : c'était le prix du danger que couraient imprimeurs, colporteurs, voire auteurs (à un moindre degré). Rive s'indigne, par exemple, que les deux volumes « plein[s] d'athéisme » du Système de la nature de d'Holbach imprimé à Amsterdam par Marc-Michel Rey sous l'adresse de Londres66 se vendent 3 ou 4 louis à Paris, en gros dix fois plus cher qu'un livre autorisé67. Et certainement plus que telle « rareté » bibliophilique guettée par Rive. « Diderot, à ce qu'on dit, s'est félicité d'avoir assez vécu pour lire cet ouvrage - quel fol enthousiasme ! -, telle est la trempe de nos philosophes modernes » (Al, 1/5/70, f. 124), commente-t-il à un moment où l'on soupçonne fortement l'ancien directeur de l'Encyclopédie d'être pour beaucoup dans ce manuel du matérialisme moderne. Sur la recommandation de l'avocat général Séguier qui la lui « avait demandée pour faire brûler le livre » (Al, s.d, f. 137)68, Rive rédigea une réfutation du Système de la nature qu'il publia anonymement sous la forme de « lettres philosophiques » - art de détourner les titres - dans Le Portefeuille hebdamdairé69, le nouveau périodique du chevalier d'Açarq70, Il en fit ensuite imprimer 250 exemplaires qu'il vendit à la Veuve Duchesne (A2, 3/11/79, f. 94). Mais il poursuivait le Socrate moderne d'une vindicte que la publication chez les « frères De Bure » de la vie de Sénèque en appendice de la traduction du philosophe latin par La Grange ne fit que renforcer :

  • 71 Le chancelier de Maupeou, auquel avait succédé aux Sceaux Armand-Thomas Hue de Miromesnil.
  • 72 L' Essai sur la vie de Sénèque le Philosophe forme le septième et dernier tome des Œuvres (1778-177 (...)

Diderot n'a-t-il pas osé glisser dans son Essai sur la vie de Sénèque (p. 311, dernier alinéa) qu'il ne veut ni 'courtiers de la philosophie', ni 'prêtres' ? [... ] Comment dans un gouvernement policé laisse-t-on passer des abominations de cette espèce ? N'est-ce pas vouloir y introduire une anarchie effroyable ? [...] Ne voit-on pas cependant à la fin de cet Essai l'approbation d'un censeur signé Coqueley de Chaussepierre ? Que penser alors de la déclamation enragée de Diderot et de cette approbation ? Le censeur l'a certainement rayée, mais quelque commis infidèle du bureau de cet ex-garde des Sceaux71 a permis sous main, pour de l'argent, ou par lâche complaisance, à l'imprimeur de la restituer dans le texte (Chasse, p. 118-120, n. 1)72.

  • 73 Voir l'édition DPV, T. XXV, « Idées » VII, Paris, Hermann, 1986, p. 274-275, qui note que le passag (...)
  • 74 Sénèque, Lettres à Lucilius. Texte établi par François Préchac et traduit par Henri Noblot, Paris, (...)
  • 75 Les Epîtres de Sénèque. Nouvelle traduction par feu M. Pintrel revue et imprimée par les soins de M (...)
  • 76 Grand Dictionnaire de la langue latine, Paris, Firmin Didot, 1862, t. I et II, p. 182, 250, 739.
  • 77 T. I, p. 233.

19De fait, le texte de Diderot ne dit pas exactement ce que lui reproche Rive : « “Il faut à la philosophie des prêtres, et non des courtiers” Je ne lui veux ni les uns ni les autres » fait partie du commentaire suivi des lettres à Lucilius par Diderot, l'équivoque étant dans le terme de « prêtre » choisi par La Grange pour traduire la péroraison de la lettre LII73 : « sedpotest in penetralibus suis ostendi, si modo non institorem, sed antistitem nancta est », ce qu'un traducteur moderne traduit par : « [La philosophie] peut néanmoins se laisser voir dans son sanctuaire, si elle se trouve avoir, pour vous introduire, un ministre digne d'elle, et non un camelot »74. La traduction du XVIIe siècle, celle de Pintrel revue par La Fontaine, donne une version assez proche : « mais elle pourra un jour être enseignée dans les cabinets, lorsqu'elle aura trouvé des ministres désintéressés, et non pas des marchands qui en trafiquent »75. Le jeu de mots entre « institor » et « antistes » entre le « colporteur » et le « grand pontife » ou - second sens - le « maître dans quelque science ou art » a la même ambiguïté en latin, bien que l'adjectif « penetralis » renvoie à quelque chose de caché, de secret, de divin76. La Grange n'hésite pas à trancher dans ce sens et à remplacer le terme assez neutre de « ministre » par un équivalent plus connoté : « mais il lui faudrait un sanctuaire, au lieu d'une place ; des prêtres, au Heu de vils courtiers »77. C'était fournir à Diderot l'occasion d'un coup de griffes.

20Homme du livre et peut-être des libraires pour ses contemporains, Diderot est de toute évidence l'un de ces « soi-disant savants » (Al, 4/6/74, f. 206) athées ou déistes qui bouleversent toutes les valeurs, les valeurs morales comme celles du livre. Anti-philosophie et bibliophilie étant liées dans l'esprit de Rive par l'évidence d'un complot entre la librairie et la « philosophie », la cohérence de son univers paranoïaque ne manque plus d'aliment. L'homme-bibliothèque peut alors entamer « la chasse aux bibliographes et antiquaires mal-avisés » et recommander au pouvoir royal d'« interdire à tous les journalistes l'accueil trop libre et trop facile qu'ils donnent dans leurs feuilles périodiques aux ouvrages de bibliographie » (Chasse, p. 8) ! La Révolution bouscula cet honnête projet de censure, et Rive prôna, comme d'autres, la « régénération nationale » pour se contredire lui-même. Il lui en resta sans doute la conscience d'un échec dont aucun livre, aucune « rareté » n'aurait pu le consoler. Laissons-lui la conclusion :

Les contemporains ignorent ou méprisent ordinairement les avis que les gens de lettres dune forte organisation, d'un travail insurmontable, et d'une doctrine peu commune, se croient autorisés, par l'impulsion qu'ils ont reçue de la nature, à leur donner (Chasse, p. 5).

Haut de page

Notes

1 Nous employons les termes « bibliologie » et « bibliologique » plutôt que « bibliographie » ou « bibliographique » pour nous conformer à l'usage moderne le plus correct. La « bibliologie » est la science des livres ; la « bibliographie » n'est que l'art de les mettre en ordre.

2 Voir le numéro spécial d'Arts et métiers du livre, n° 222, décembre 2000-janvier 2001 : « La Bibliothèque Mazarine » : articles de Fabienne Queyroux, « Gabriel Naudé et la bibliothèque de Mazarin » (p. 3-10 ) et d'Estelle Bœuf, « La bibliothèque de Naudé » (p. 12-18).

3 Sous le titre : Jugement de tout ce qui a été imprimé contre le cardinal Mazarin depuis le sixième janvier jusques à la déclaration du premier avril mil six cent quarante-neuf, s.l., 1650, in-4°.

4 Sur Jacques et Pierre Dupuy, voir Simone Balayé, La Bibliothèque nationale des origines à 1800, Genève, Droz, 1988, p. 64-68 en particulier.

5 II existe des travaux assez anciens sur ce personnage : R. Reboul, « Le Dogue du duc de la Vallière », Bulletin du Bibliophile, 1889, p. 309-331 et H. Martin, « L'Odyssée d'un bibliognoste », Bulletin du Bibliophile, 1892, p. 338-364.

6 François Moureau, « Le libraire imaginaire ou les fausses adresses », Corps écrit, mars 1990, p. 47-56.

7 François Moureau, « Illustres anonymes : auteurs feints et clandestinité au XVIIIe siècle », La Lettre clandestine, n° 8, 1999 [2000], p. 55-63.

8 La notice biographique la plus récente de Rive est celle que l'auteur de ces lignes a donnée pour le Dictionnaire des journalistes (1600-1789), Jean Sgard éd., Oxford, Voltaire Foundation, 1999, t. II, p. 857, notice 692.

9 Petit village alors fortifié, près de Saint-Rémy- de-Provence, à la vue du Luberon.

10 Ms. 6392 (années 1765-1775), 6393 (années 1776-1784) .Recueil désigné ci-dessous par A1 et A2, suivi du lieu, de la date de la lettre et du folio. A partir de 1767, le lieu est Paris, sans qu'il soit indiqué.

11 Une autre partie de la correspondance de Rive se trouve à la BnF, ms., nafr 22119-22123.

12 Antoine Perrin, Almanach de la librairie, Paris, Moutard, 1781, p. 37.

13 Sur la pratique du libraire étalant ou « étaleur » en province, voir Dominique Bougé-Grandon, « Le 'contreporteur' et le confiturier : quelques agents de la diffusion de
l'imprimé à Lyon au XVIIIe siècle », Le Livre et l'art Etudes offertes à Pierre Lelièvre, Thérèse Kleindienst éd., Paris, Somogy, 2000, p. 57-69.

14 « Les olives sont arrivées ; elles sont merveilleuses ; l'huile en était délicieuse. J'ai fait accroire au duc [de la Vallière] qu'elle était de ton cru » (A1, 1/5/70 ; f. 124).

15 « On ne demande plus dans Paris que l'Ecole de Flandres. Les amateurs portent de ce côté-là leur argent. Sous le règne de Louis XTV, et le ministère de Colbert, on détestait cette Ecole - surtout les ouvrages de Téniers et autre -, on en est fou aujourd'hui ; tout change dans les arts selon le goût d'un monarque » (A1, 10/10/68, f. 67). Sous Louis XIV, le goût pour la peinture du Nord passait pour bourgeois, voir l'article de Georges Wildenstein. « Le goût pour la peinture dans le cercle de la bourgeoisie parisienne autour de 1700 », Gazette des Beaux-Arts, septembre 1956, XLVIII, p. 113-195.

16 Sur les diverses catégories de nouvelliste, on consultera notre Préface au Répertoire des nouvelles à la main. Dictionnaire de la presse manuscrite clandestine. XVIe-XVIlle siècle, Oxford, Voltaire Foundation, 1999.

17 Catalogus Bibliothecae Bunavianæ, Lipsiæ, Impensis Viduæ B. Casp. Fristschii, 1750, 7 vol. in-4° (Arsenal : 4° H 8839). Une note manuscrite d'époque au t. I indique : « Le premier possesseur de cette bibliothèque et celui qui l'a formée était le comte Henri de Bunau, qui était en 1722 président du Consistoire de Saxe », il mourut à Venise en 1745. Il avait acheté en 1744 « une bibliothèque très curieuse appartenant à un M. Engel de Berne qui en avait fait imprimer le catalogue ». Une autre note manuscrite anonyme, mais du marquis de Paulmy (allusion à son séjour à Dresde) ajoute que cette collection est « à présent jointe à la bibliothèque [électorale] de Dresde ».

18 I. M. Franckius qui signe la « Præfatio » du catalogue et s'explique longuement sur l'ordre qu'il a suivi pour présenter les livres. Une note manuscrite en français en donne le sens général : « Cette bibliothèque n'est pas arrangée suivant le système que nous suivons ordinairement en France, mais la division que l'on y suit a son mérite ; d'ailleurs le principal avantage de ce catalogue-ci est que les plus petites dissertations y sont rapportées à leur classe, en indiquant le livre où elles se retrouvent, et la classe où ce livre est placé. L'auteur du catalogue M. Franck était un homme savant et bon bibliothécaire, mais il convient que c'est M. de Bunau, son premier maître, qui a dirigé le plan de catalogue ».

19 Sur son projet d'« Histoire critique de la bibliothèque de M. le duc de ... [La Vallière] », il écrit d'ailleurs : « Je ne suis aucune division connue... Je redresse le tableau généalogique des arts et des sciences qui est à la tête de Y Encyclopédie, et je critique l'arrangement de tous les catalogues français, italiens, allemands, espagnols. [... ] Je rêve à ce système depuis plus de 20 ans » (Al, s.d. [1774], f. 219). Douze ans plus tard, il parle à nouveau d'« un système d'arrangement de livres conforme au tableau le plus naturel des sciences et des arts » (A2, 18/11/86, à Emeric David, f. 143).

20 Catalogue de la bibliothèque des livres de feu l'abbé Rive acquise par les citoyens Chauffard et Colomby, mis en ordre par C. F. Achard, M. D. M., Marseille, Rochebrun et Mazet, 1793, « Avis de l'éditeur », p. VI (Arsenal, 8° H 25220).

21 Achard se justifia maladroitement de cette décision : « Nous aurions désiré de posséder les manuscrits curieux que l'abbé Rive a laissées sur cette matière intéressante, mais son héritier les a mis à un prix qui ne nous a pas permis d'en faire l'acquisition. Nous avons donc été forcés de placer dans un ordre différent les livres de ce savant » {op. cit., p. VI). La 3e Partie du catalogue est consacrée, avec une pagination séparée, à « Bibliographie, catalogues, typographie », n° 1963-2274.

22 [Rive], La Chasse aux bibliographes et antiquaires mal-avisés. Par un des Elèves de M. l'abbé Rive, « Londres, N. Aphobe, etc. », 1788, in-8°. Arsenal : 8° H 24646 : un second titre indique Tannée 1789 et « Tome 1er, Partie 1ère » (la suite ne parut sans doute pas).

23 Catalogue des livres imprimes sur vélin de la Bibliothèque du Roi, Paris, De Bure frères 1822. Avant d'entrer en 1784 à la Bibliothèque du Roi, van Praet avait travaillé pour De Bure et à la confection du catalogue La Vallière...

24 Ailleurs, Rive parle de « l'audace myrmidonique » de De Bure.

25 Barthélémy Mercier de Saint-Léger (1734-1799), chanoine de Sainte-Geneviève et son bibliothécaire, bibliologue. Auteur des Lettres sur la Bibliographie instructive de M. Debure (1763) (Grente-Moureau, Dictionnaire des Lettres françaises. Le XVIIIe siècle, Paris, Fayard, 1995, p. 887).

26 A propos d'un Bénédictin : « un froc médiocrement versé dans l'art de bibliographier » (Chasse, p. 7).

27 « Je ne connais en Europe [... ] qu'un seul homme qui ait eu le mérite d'être bibliotade et qui ait été tout à la fois bibliognoste, bibliologue et bibliographe. Un laquais peut porter le nom de bibliothécaire, parce que ce nom ne signifie que le gardien et le concierge des armoires où l'on tient des livres .[...] Il ne tiendra à vous que de bien posséder la partie de l'histoire littéraire qui concerne l'art bibliothécal, la bibliognosie, la bibliologie et la bibliographie dont les noms de la plupart d'entre elles ont été ignorés jusqu'à présent »(A2, Paris, 13/1/86 et 13/1/87 à Emeric David, f. 143, 145).

28 Selon Rive, l'expression aurait été forgée par Mercier de Saint-Léger, conservateur de la Bibliothèque Sainte-Geneviève et grand ennemi du bibliographe (ibid.). Autre référence, p. 414.

29 II songe au duc d'Orléans, au prince de Condé (A1, 23/4/67, f. 29). Dans la même lettre, il assure avoir travaillé au Racine de Luneau de Boisjermain : « [...] je le lui ai arrangé, et y a fait quelques notes » (f. 30). Puis il évoque le comte de Valentinois et la très belle bibliothèque du prince de Soubise (A1, 6/67, f. 33).

30 II en donne le détail à la mort du duc (A2, 22/12/80, f. 111) : La Vallière ne lui a jamais donné de « gages et émoluements », mais des « défraiements », puis une pension viagère de 1200 £ (revenu d'un petit bourgeois parisien).

31 Sur les deux collections successives de La Vallière et l'activité du « dogue » Rive auprès de lui, on lira dans l'Histoire des bibliothèques françaises, Claude Jolly éd., Paris, Promodis, 1988, t. II, les articles de Jean Viardot, « Naissance de la bibliophilie : les cabinets de livres rares », p. 279-280 en particulier, et Dominique Coq, « Le parangon du bibliophile français : le duc de la Vallière et sa collection », p. 317-331.

32 On consultera à ce propos la belle et savante synthèse de Jean Viardot pour le XVIIIe siècle : « Livres rares et pratiques bibliophiliques » in Henri-Jean Martin éd., Histoire de l'édition française, t. II, Paris, Promodis, 1984, p. 447-467.

33 L'un des libraires de l'Encyclopédie

34 Mercier de Saint-Léger déjà cité.

35 Françoise Bléchet, Les Ventes publiques de livres en France 1630-1750. Répertoire des catalogues conservés à la Bibliothèque nationale, Oxford, Voltaire Foundation, 1991. Friedhelm Beckmann, Französische Privatbibliotheken. Untersuchungen zu Literatursystematik und Buchbesitz im 18. Jahrhundert, Frankfurt/Main, Buchhändler Vereinigung, 1988 (liste des catalogues de 1700 à 1799). La très riche collection de la Bibliothèque de l'Arsenal n'a pas été prise en compte.

36 Voir la thèse de Guillaume Glorieux, Edme-François Gersaint (1694-1750), Paris IV, décembre 2000, 7 vol.

37 Voir F. Bléchet, op. cit., 25-26. L'ordre des cinq sections était le suivant (hors format) : théologie, jurisprudence, sciences et arts, belles-lettres et histoire.

38 La « révision » consiste à faire acheter en vente publique par un marchand un livre au minimum de son prix ; le livre est ensuite remis en vente entre les marchands qui se partagent la différence entre le prix des enchères et celui de la « révision » finale : cette pratique est évidemment illégale. Les achats « pour » sont des enchères montées par le commissaire priseur ou l'expert « pour » un client absent (et parfois « pour » personne, afin de faire monter artificiellement l'enchère). La spéculation sur les stocks se pratique quand un marchand enchérit telle catégorie de livres en vente publique pour valoriser les ouvrages du même type qu'il possède en boutique.

39 Le catalogue de sa vente le relève et en donne la liste (p. XV) en complément de celle de ses incunables (p. XIV-XV) : témoignage du « prix » qu'on commence à leur accorder.

40 Voir La Chasse, 1788 : polémique sur la création de la Méjanes (p. 77 sq.) ; en faveur du développement culturel de la Provence (p. 169 sq. et 406 sq.).

41 Rive ne négligeait pas cet aspect pour sa propre bibliothèque. Achard signale à sa vente (op. cit., p. V) qu'elles sont « superbes, d'une belle conservation et très soignées ».

42 Par exemple, la bibliothèque de goût très « moderne » de la comtesse de Verrue vendue par Gabriel Martin (Catalogue des livres de feue Madame la comtesse de Verrue, Paris, Gabriel Martin, 1737. Arsenal : 8 H 25297 : exemplaire La Vallière, cat. Nyon 6968, avec prix). Un exemplaire de la réédition parisienne de 1723 des Illustres Françaises de Challe est vendu 9 £ (n° 242), alors que l'édition de La Haye (1715) reliée en maroquin rouge n'atteint que 4 £ 6 sols (n° 245) : la nouveauté prime. En comparaison, l'édition du Roman de la Rose (Paris, Galliot du Pré, 1529) (n° 265) avec figures et reliée en maroquin bleu comme de nombreux livres de la comtesse ne fut vendue que 13 £... On note aussi des volumes récents de la « Bibliothèque bleue » (Rouen Troyes), parfois reliés en maroquin : accès à la dignité bibliophilique (n° 265, 316).

43 Les libraires parisiens « envoient en Hollande ou en Angleterre » cette marchandise dont, à Paris, les « cabinets des curieux » sont remplis (A1, 26/10/71, f. 157).

44 Girardot de Préfond, collectionneur très raffiné.

45 Parmi les grands bibliophiles qui ont renoncé, il cite Saint-Foix et Randon de Boisset (ibid.).

46 Bibliographie instructive ou Traité de la connaissance des livres rares et singuliers, Paris, G. F. De Bure le jeune, 1763-1768, 7 vol. , in-8 (BnF : rés. P Q 382 : exemplaire interfolié avec les références au catalogue Gaignat signalé ci-dessous).

47 II préfigure les règles bibliologiques modernes de « l'empreinte » par sa méfiance à l'égard des signes apparents de provenance typographique (Chasse, p. 49).

48 La 3e Lettre de La Chasse est consacrée à critiquer le père Le Long et sa Bibliothèque historique de la France.

49 Sur sa Méthode : « J'ai fait des notes contre cet auteur en le lisant : je les mettrai un jour au net [... ] il a fait bien des fautes touchant les éditions des livres » (A1, Mollégès, 14/8/65, f. 7).

50 En particulier « le boiteux Capperonnier », garde des manuscrits (A1, 17/2/67, f. 21) (Jean Capperonnier : S. Balayé, op. cit., p. 239-240) et, en général, « les gens de la Bibliothèque royale, qui sont de la plus grande ignorance en véritables raretés bibliographiques » (A2, 26/9/84, f. 130). :« [... ] le catalogue de la Bibliothèque du Roi a été fait à la hâte » [Chasse, p. 149).

51 Celles des Inscriptions et Belles-Lettres évidemment [Chasse, p. 165, n. 1). Sur le secrétaire perpétuel Claude Gros de Boze, il écrit : « C'était un académicien, c'est tout dire. Ces sortes d'auteurs ont reçu une patente ministérielle pour abreuver le public de toutes les erreurs qui leur viendront en tête » [Chasse, p. 338).

52 Jean Lebeuf, chanoine d'Auxerre et éminent médiéviste (1687-1760) (Grente-Moureau op. cit., p. 701-702).

53 Claude-Pierre Goujet (1697-1767), oratorien et érudit, auteur de la célèbre Bibliothèque française (Grente-Moureau, op. cit., p. 545-547). On sait que la « guirlande de Julie » avait été composée pour Julie d'Angennes, future épouse du duc de Montausier, et reproduite somptueusement par le calligraphe Jany.

54 Charles-Hugues Lefebvre de Saint-Marc (1698-1769), éditeur des poésies de Malherbe en 1757 (Grente-Moureau, op. cit., p. 723).

55 Daniel Rabel, gaveur et marchand d'estampes.

56 Comme Anne Claude Philippe, comte de Caylus (1793-1765), cité plus haut, Louis-Elisabeth de la Vergne, comte de Tressan était de ces aristocrates qui se piquaient de littérature et d'érudition. Tressan (1705-1783) adapta en particulier pour le public moderne de nombreux romans de chevalerie médiévaux (Grente-Moureau, op cit, p. 1289-1290). En grand seigneur, il remercia Rive de ses corrections (A2, 23/10/80, f, 108).

57 Bibliothèque universelle des romans (1775-1789) : périodique ou collection créée par le marquis de Paulmy qui reproduisait, avec préface et dans une version souvent expurgée, la littérature de fiction ancienne et moderne (]. Sgard éd., Dictionnaire des journaux, Paris-Oxford, 1991, n° 172).

58 Sur ces débats, voir l'ouvrage classique (en français) de Wallace Kisrop, Bibliographie matérielle et critique textuelle. Vers une collaboration, Paris, Minard, 1970.

59 Supplément à la Bibliographie instructive ou Catalogue des livres du cabinet de feu Monsieur Louis Jean Gaignat, écuyer, conseiller-secrétaire du Roi honoraire, et receveur général des Consignations des requêtes du Palais, Paris, G. F. De Bure le jeune, 1769. La vente du financier bibliophile débuta le 10 avril 1769 : c'est De Bure qui officia pour le catalogue présenté comme on le voit comme un « supplément » de sa propre « bibliographie ». Gaignat avait financé en 1755 le premier essai bibliographique de De Bure, le Musæum typographicum.

60 Ils ont été distraits de la vente marseillaise de 1793, comme l'on sait (voir la n.21). Le reste de la bibliothèque avait été achetée en bloc par Chauffard et Colomby qui la mirent aux enchères publiques.

61 Détail des références aux manuscrits de Rive dans notre notice du Dictionnaire des journalistes, n° 692.

62 Voir notre article : « Clandestinité et ventes publiques : le statut du manuscrit », dans De bonne main La Communication manuscrite au XVIIIe siècle, F. Moureau éd., Paris, Universitas ; Oxford, Voltaire Foundation, 1993, p. 143-175.

63 En témoigne la section « Théologie hétérodoxe » de sa vente effectuée sous la Révolution (p. 40-54, n° 243-331) : n° 254 : « le Ciel ouvert à tous les hommes, par le P. Cuppé, Genovefain, Mst. In-4°, broché » Note : « Ce manuscrit est plus correct et plus ample que l'imprimé fait en 1768 format in-8° sur une mauvaise copie remplie de fautes énormes » ; n° 274 : « La religion chrétienne analysée. Mst. In-4° de 279 p. réglé, veau écaille, d. s. t., filets ».

64 Dictionnaire des journalistes, op. cit., notice 317.

65 Allusion aux reproches de Malebranche au père Le Long sur l'inutilité de l'érudition historique, « bagatelles » pour les philosophes.

66 Jeroom Vercruysse, Bibliographie descriptive des écrits du baron d'Holbach, Paris, Minard, 1971, notice 1770 (A6).

67 Sur d'autres spéculations de ce type et sur le prix de revient du livre, voir notre article : « La plume et le plomb », De bonne main, op. cit., p. 7-8.

68 Le 18 août 1770, sur réquisitoire de Séguier, le Parlement condamna le livre à être lacéré et brûlé. On brûla du papier au lieu du livre, si l'on en croit la Correspondance littéraire du 1er septembre...

69 Lettres datées du 17 novembre 1770 au 26 janvier 1771. L'exemplaire de l'Arsenal (8° H 26572) est corrigé de la main de Rive : il provient de la bibliothèque La Vallière (catalogue Nyon n° 11212).

70 Ecrivain besogneux, protégé de Fréron (Dictionnaire des journalistes, op cit., notice 1)

71 Le chancelier de Maupeou, auquel avait succédé aux Sceaux Armand-Thomas Hue de Miromesnil.

72 L' Essai sur la vie de Sénèque le Philosophe forme le septième et dernier tome des Œuvres (1778-1779) traduites par le précepteur du fils de d'Holbach. L'approbation générale de la traduction est donnée au tome VI le 16 décembre 1776 par Coqueley de Chaussepierre, le privilège aux De Bure est du 15 janvier 1777 pour des volumes qui parurent l'année suivante. Le privilège est identique pour le septième volume paru en 1779 avec une nouvelle approbation de Coqueley de Chaussepierre pour « l'Essai sur la vie et les écrits de Sénèque, servant de suite à la Traduction de ses œuvres, et je crois qu'on peut en permettre l'impression » (25 novembre 1778) : la formule est à la fois prudente et banale. Pierre Coqueley de Chaussepierre (Dictionnaire des journalistes, op. cit., notice 191) était censeur ... pour la jurisprudence, et très défavorable au drame moderne... mais c'était un homme habile.

73 Voir l'édition DPV, T. XXV, « Idées » VII, Paris, Hermann, 1986, p. 274-275, qui note que le passage ne renvoie pas à la Lettre LXIV comme il semble, mais à la Lllème.

74 Sénèque, Lettres à Lucilius. Texte établi par François Préchac et traduit par Henri Noblot, Paris, Les Belles Lettres, 1947, t. II, p. 46.

75 Les Epîtres de Sénèque. Nouvelle traduction par feu M. Pintrel revue et imprimée par les soins de M. de la Fontaine, Paris, Charles Osmont, 1685, t. I, p. 283-284.

76 Grand Dictionnaire de la langue latine, Paris, Firmin Didot, 1862, t. I et II, p. 182, 250, 739.

77 T. I, p. 233.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Moureau, « L'abbé Rive ou l'homme-bibliothèque : une « physiologie » provençale », Babel, 6 | 2002, 105-125.

Référence électronique

François Moureau, « L'abbé Rive ou l'homme-bibliothèque : une « physiologie » provençale », Babel [En ligne], 6 | 2002, mis en ligne le 12 novembre 2012, consulté le 25 avril 2017. URL : http://babel.revues.org/1959 ; DOI : 10.4000/babel.1959

Haut de page

Auteur

François Moureau

Université de Sorbonne-Paris IV

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Babel. Littératures plurielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire Babel
  • Logo Université de Toulon
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org