Navigation – Plan du site

Une bibliothèque oubliée : le genre troubadour

Jocelyne Missud-Juramie
p. 85-104

Résumé

Quelle place doit-on accorder au genre troubadour considéré comme désuet ?
Maints auteurs n’ont pas eu le succès qu’ils méritaient alors qu’ils ont été responsables de l'engouement pour le genre troubadour : ils ont été plongés dans un très modeste anonymat. Le XIXe siècle a dévoilé et ressuscité toutes les modes médiévales. Il a proposé au monde une nouvelle image du Moyen Âge et a apporté un souffle salutaire à la littérature française, avec des auteurs comme Louis de Marchangy qui n’a pourtant pas été reconnu. Cependant le Moyen Âge des écrivains du XIXe siècle n’est souvent que conversion religieuse ou rêve épique ou même mode d’un temps : on ne peut y voir un réel retour vers une époque bénie. Il condense en fait tous les savoirs, tous les sentiments et toutes les illusions du XIXe siècle.

Haut de page

Texte intégral

1Dans les bibliothèques, les soupirs des étudiants masquent d’insondables et silencieux gémissements, ceux des auteurs notoirement méconnus. Sous leurs couvertures de poussière lisse et intacte, ces écrivains de l’ombre dorment, oubliés, perdus, dans l'indifférence. Dans les tiroirs, leurs fiches, avoisinant celles usées d’un Hugo ou d’un Voltaire, sont neuves ou fossilisées, poussées nerveusement par le lecteur pressé, leurs cotes oubliées ou trop compliquées. Seuls quelques rares curieux de tout et d’un peu plus osent se pencher sur leur cas. Aussi est-ce avec un sourire à la fois plein de sollicitude et d’agacement qu’ils acceptent la remarque du bibliothécaire :

- Tristan le voyageur de Marchangy ! Ce sera long !
- Pourquoi ?
- Ce livre n’est jamais sorti de la bibliothèque, répond consterné le bibliothécaire. Et certaines formalités sont nécessaires...

  • 1 Fait réel concernant l'auteur de cet article. Il s'agissait de l'emprunt du livre Tristan le voyage (...)

Le coup d’œil sur la montre et l’impatience de l’emprunteur engendrent tous les espoirs du bibliothécaire mais la curiosité du lecteur l’emporte sur l’exigence du temps et puis, il y a cette volonté de toujours contredire :
- Je le veux ! S’il vous plaît.1

2Un tel constat conduit à s’interroger sur la valeur de ces œuvres oubliées, à rendre justice à ces auteurs obscurs dont le labeur ingrat a peut-être été à l’origine de grandes œuvres. Pour nombre d’intellectuels, seules les grandes œuvres méritent une analyse ou un commentaire ; s’attacher aux œuvres mineures, serait en effet de partager leur destin. Toutefois, pourquoi ne pas aller dans le sens de Henri Jacoubet qui ose accorder sa faveur, sine ira, mais cum studio, à ces maîtres de l’ombre ?

  • 2 Henri Jacoubet, Le Genre Troubadour et les Origines françaises du Romantisme, Paris, Société d'édit (...)

Eh bien ! pourquoi n’essaierions-nous pas de retrouver l’impression que firent jadis des œuvres - oh ! oui, aujourd’hui bien démodées et pour ainsi dire mortes ! - mais qui vécurent, agirent et même parfois, comme on verra, ne sont pas mortes complètement2 ?

  • 3 Madame de Staël, De l'Allemagne, Paris, Garnier-Flammarion, 1968, p. 211.
  • 4 Ibid. p. 213.

3Presque toutes les œuvres ont vocation à sombrer dans le flux du temps, seuls demeurent ce qu’on appelle les classiques, piliers rassurants de notre culture. Pendant longtemps, la tradition exigeait que l’on adaptât les pièces antiques au goût de la population tout en imitant les Anciens. C’est à la première moitié du XIXe siècle que naissent les « classiques ». Mme de Staël en donne une définition qui les oppose à la littérature romantique : « On prend quelquefois le mot classique comme synonyme de perfection. Je m’en sers ici dans une autre acceptation, en considérant la poésie classique comme celle des Anciens, et la poésie romantique comme celle qui tient de quelque manière aux traditions chevaleresques. »3. De plus, elle insiste sur le caractère non authentique car non autochtone de la littérature classique : elle affirme que « ces poésies d’après l’antique, quelques parfaites qu’elles soient, sont rarement populaires, parce qu’elles ne tiennent, dans le temps actuel, à rien de national. »4. Ce bouleversement est un fait de civilisation. Il est certain que nos goûts évoluent et nos enthousiasmes s’affadissent ; si certaines formes sont dépassées comme ces gravures de mode d’Anaïs Toudouze des magazines de nos grands-mères que l’on feuillette avec dédain ou les tableautins de Devedeux qui paraissent si mièvres, perdure néanmoins le désir de conserver tous les trésors de l’humanité. Ainsi se justifie le surgissement des classiques. Mais comment une œuvre devient-elle un « classique » ? Pourquoi les auteurs du genre troubadour ne demeureront-ils que des précurseurs de l’ombre ? Peut-on parler de verdicts conformes à l’immanente justice ? Quelles sont les raisons qui font que leurs œuvres ne seront peut-être jamais des classiques alors qu’elles ont été à l’origine d’un grand mouvement littéraire, le Romantisme ? Quelle place doit-on accorder au genre troubadour considéré comme un modèle désuet ? A-t-on le droit d’oublier les talents de ceux qui ne seront jamais les plus grands ? Il est sans doute intéressant de rendre hommage aux écrivains du genre troubadour contestés injustement.

1 - Jugements contestables

  • 5 A. F. Coupigny, Romance en l'honneur du jeune républicain Barras, tambour, qui, à 14 ans, a préféré (...)
  • 6 Consulter de Charles-François Panard, Chansons... sur les amants et les maris, « E gallico in amant (...)

4Maints auteurs n’ont pas eu le succès qu’ils méritaient alors qu’ils ont été responsables de l’engouement pour le genre troubadour : ils ont été plongés dans un très modeste anonymat. Ce sont les myriades d’auteurs de romance que l’on retrouve en recueils dans les almanachs aux frontispices joliment fleuronnés, Almanach des Muses, Almanach des Dames, Almanach des Muses dédié aux Dames. Il y a deux sortes de romances, la romance proprement dite, c’est-à-dire avec accompagnement musical, et la romance qui n’est pas conçue pour être chantée. La deuxième se rapproche de la première par le sujet, le ton et la forme et se confond avec l’élégie quand elle est féodale. Aînée de la chanson, elle est universelle et s’imprègne seulement de la couleur des pays et des époques. Scaldes, bardes, poètes ont écrit sous cette forme les premières annales de leur nation. En France, elle a pris son nom de la langue qu’elle parle. Elle exprime les premiers sentiments d’amour et de gloire de personnages à la fois galants et belliqueux. Au temps de Philippe Auguste, elle est en honneur et, riche de l’héritage du aux troubadours, connaît son âge d’or au XIIe siècle et au XIIIe siècle. C’est au XVIIIe qu’elle devient une sorte de genre littéraire. Coupigny (1766-1833)5cite Moncrif (1687-1770) comme surpassant tous ses devanciers, Panard6, Voltaire, Rousseau, Berquin (1747-1791), Tressan. Et il distingue en ces termes la romance de la chanson :

  • 7 Henri Jacoubet, Le Genre Troubadour et les Origines françaises du Romantisme, op. cit. p. 105.

La chanson aime la gaieté, la romance vit de sensibilité et de grâce. La chanson exige des traits brillants, la romance se borne à les admettre ; si l’esprit et le cœur n’étaient pas des mots un peu usés, je dirais que la chanson naît du premier et que la romance vient de l’autre [...]7

5Les règles peuvent se résumer ainsi :

  • 8 Ibid. p. 105.

Faire choix d’une idée agréable ou d’un sujet intéressant en graduant l’exposition, le nœud et la fin, repousser avec soin les mots ambitieux ou recherchés, toute affectation d’expression et de pensée, n’admettre qu’une élégance simple et surtout naturelle : voilà ce que me semble, toute la poétique de la romance qu’on pourrait appeler moins un genre que le langage mesuré du sentiment8.

6Si le nombre des auteurs de romances apparaît relativement surprenant, on a pris l’habitude d’affirmer que c’est la qualité qui manque le plus à cette production. Beaucoup ont choisi de rester dans l’ombre. D’autres ont signé leurs œuvres : ils ne sont pas plus célèbres à ce jour. Leur succès, s’il y en eut, fut éphémère :

  • 9 Etienne-Augustin de Wailly, Traduction en vers d'odes, variantes du titre, Traductions en vers des (...)
  • 10 Jacoubet, Le genre Troubadour et les Origines françaises du Romantisme, op. cit., p. 101.

Merlet a comparé les « essaims de versificateurs qui voltigeaient dans l’air » à ces « insectes qu’un jour voyait naître et mourir sur les bords de l’Hispanis ». Qui se souvient de ce Ricard Saint-Hilaire, auteur du Troubadour abandonné, qui eut en l’an X, son heure de vogue - peut-être grâce à la musique de Piccini - et d’une Egyptéide, jamais publiée, sur laquelle il comptait fonder sa renommée ? Et de Charles Laffilé dont le recueil, Souvenirs des Ménestrels, eut grand succès, de 1813 à 1828 ? Et d’Etienne-Augustin de Wailly9, fils du grammairien, universitaire lui-même et père du collaborateur du Mercure, François Léon, qui traduisit en 1840 le Moine, de Lewis10 ?

  • 11 Louis Jean Népomucène Lemercier, Les Âges français, poèmes en 15 chants, Paris, Barba, an XI-1803, (...)

7Népomucène Lemercier (1771-1840), auteur des Âges français11, n’a guère laissé plus de souvenirs. Son œuvre volumineuse est quasiment inaccessible. De tempérament fier, il vint à bout de toutes ses difficultés grâce à son énergie et son courage. C’est en le comparant à Chateaubriand, son aîné de trois ans, que l’on s’aperçoit à quel point cet homme intelligent, convaincu d’innover, a manqué le tournant littéraire du nouveau siècle. Les personnes qui le côtoyaient se plaisaient à dire qu’il était plutôt bizarre qu’original ; G. Merlet l’appelle « la figure la plus curieuse d’une époque ingrate ». S’il y avait chez l’auteur du Génie du christianisme une étonnante excentricité, l’enchantement du verbe Ta classé parmi les génies de son temps. Les efforts d’innovation de Lemercier l’ont conduit à l’échec. Sa carrière au théâtre fut d’abord brillante avec le Tartuffe révolutionnaire (1795) et Pinto (1799), puis les Romantiques le firent oublier. En poésie, son ambition démesurée le plongea dans les « gouffres amers ». Dans l’Atlantiade (1812), il évoque une mythologie grotesque où se coudoient des Incroyables et des Merveilleuses aux noms invraisemblables. Panthypocrisiade, « comédie épique » en seize chants (1819) est une œuvre complexe néanmoins lisible. Evincé par Victor Hugo à l’Académie française, il accepta avec philosophie ce nouveau coup du sort et choisit de se démettre plutôt que de se soumettre. Bien entendu, lui aussi, il sacrifia au genre troubadour :

TROISIÈME TROUBADOUR
...Sa souveraine
Souvent de nuit chante son doux refrain.

PREMIER TROUBADOUR
Plus son refrain plaît à la suzeraine
Plus sa douceur déplaît au suzerain.

TROISIÈME TROUBADOUR
On le bannit ; sa romance nouvelle
Comme un ramier monte au haut de la tour.

  • 12 Jacoubet, Le genre Troubadour et les Origines françaises du Romantisme, op. cit., p. 101.

PREMIER TROUBADOUR
Sur les créneaux la vengeance cruelle
Veille, et sur lui fond comme le vautour12.

  • 13 Consulter de S. Edmond Géraud, Poésies diverses, Paris, Gosselin, 1822, In-8, X-254 p., 2e édition, (...)

8Proscrits des temps modernes, André-François Coupigny et S. Edmond Géraud13 étaient pourtant considérés comme les virtuoses des romances. Tous les musiciens se disputaient les vers du premier : la délicatesse et la douce sentimentalité qui teintaient ses textes séduisaient ses lecteurs. Chacun se plaisait à dire qu’il s’était attribué lui-même le sceptre de la romance. Il s’en défendait modestement car la romance lui semblait peu mériter un si prestigieux symbole. Toutefois, il reconnaissait l’avoir ressuscitée après la Révolution qui l’avait condamnée :

  • 14 Henri Jacoubet, Le Genre Troubadour et le Origines françaises du Romantisme, op. cit. p. 102.

Une muette épouvante pesait sur la société. Ce fut alors que, pour distraire de tant de regrets, pour adoucir tant de peine et d’affreux souvenirs, j’essayai de faire entendre quelques sentiments plus doux, de reposer le cœur et les yeux sur des tableaux moins sinistres. On me sut gré de cette intention et je lui dus sans doute le succès de la plupart des romances que je réunis ici pour la première fois. Depuis, plusieurs écrivains ont parcouru cette carrière avec un juste succès ; je me féliciterai de l’avoir rouverte et d’avoir contribué à consoler tant de familles dignes du plus noble intérêt14.

  • 15 Ibid. p. 103.
  • 16 Consulter le CD-ROM de l'Encyclopédie Universalis, 1995, rechercher Moncrif.
  • 17 Henri Jacoubet, Le Genre Troubadour et les Origines françaises du Romantisme, op. cit. p. 103.

9Edmond Géraud a aussi eu sa cohorte d’admirateurs discrets : M. Potez appréciait l’harmonie de ses vers et proclamait de lui que c’était un poète « que Lamartine devait faire oublier, mais que ses contemporains pouvaient lire sans trop d’ennui auprès de Lamartine... »15. Chacun était d’accord pour le placer au-dessus de Berquin, de Parny (1753-1814), de Moncrif (1687-1770)16, l’auteur, autrefois apprécié, d’Alix et Alexis et de la Comtesse de Saulx, considéré comme auteur de second plan, surnommé « historiogriffe » pour son Histoire des chats (1727) et dont l’œuvre, réunissant tous les genres, pourtant abondante et variée, n’a laissé aucune trace. Nodier le remarqua et les intellectuels estimaient qu’il avait donné naissance à l’élégie française en se faisant le chantre qui anime « les vieux châteaux, les donjons, les tours gothiques et leurs anciens souvenirs, les sylphes et leurs danses légères »17. II a donc fait connaître à la France l’intérêt poétique du Moyen Âge tout en reconnaissant avec modestie que ce rôle revenait à Tressan et à Lacurne. Il avait, en effet, conscience de ses propres limites et souffrait à l’avance de la comparaison que l’on ne manquerait pas de faire lorsque ses œuvres seraient éditées après celles de Lamartine :

  • 18 Ibid. p. 103.

Que diriez-vous à un architecte qui placerait une humble cabane près de la colonnade du Louvre18 ?

  • 19 Ibid. p. 104.

10L’éditeur, conciliant et attentif, répondait qu’on le lirait sans doute après les plus grands auteurs. Si les vers de Géraud ont aujourd’hui bien vieilli, ils ont un mérite certain puisqu’ils donnent « la meilleure idée de la romance troubadour. »19.

  • 20 Laubardemont, commissaire de Richelieu, impliqué dans le procès de Loudun, en 1634 : le 18 août, Ur (...)
  • 21 Charles Simond, sur Tristan le voyageur de Louis de Marchangy, Paris, Henri Gautier, éditeur, 55, q (...)

11Un autre auteur, Louis-Antoine de Marchangy, a contribué à fait revivre le Moyen Age mais personne aujourd’hui ne semble le connaître ou ne lui reconnaît un certain talent. De la vie de Marchangy, la postérité n’a retenu que ses échecs ou ses actes malheureux, « [...] et cet homme qui fut, en même temps qu’un littérateur distingué, le vir bonus des anciens, prend pour beaucoup, figure d’une sorte de Laubardemont20, magistrat à tout faire, esclave des plus vils intérêts et des plus odieux fanatismes. »21.

12Né à Saint-Saulge dans la Nièvre en 1775, Louis de Marchangy commença assez tard sa carrière de magistrat, vers la trente-cinquième année. On lui reconnut cependant un certain mérite puisqu’il fut nommé en 1815 substitut du procureur, puis procureur du roi. Sa notoriété et ses talents - par la suite contestés -, lui permirent d’obtenir la place d’avocat général à la Cour royale de Paris, puis à la Cour de cassation : ce poste qui devait le valoriser, ne lui apporta que des désillusions. Il eut, en effet, le malheur de prêter son appui à des procès que, depuis, l’opinion publique a vilipendés. De plus, des réquisitoires marqués par la fougue de son caractère le poussaient à des mesures extrêmes : son nom reste tristement attaché à celui des quatre sergents de la Rochelle contre lesquels il demanda avec force violence la peine capitale. Doux et affable dans la vie privée, ce personnage fut victime de son époque où la haine, les rancunes et la passion transforment les individus. Ce procès des quatre sergents fut le prélude de sa déchéance : il brisa sa carrière et le posa en ultra. Nommé député en 1823 et 1824, la Chambre repoussa à chaque fois son admission. Louis de Marchangy entra dans l’ombre et dans l’oubli.

  • 22 Henri Jacoubet, Le Comte de Tressan et les Origines du genre troubadour, Presses universitaires, 19 (...)
  • 23 Louis-Élisabeth de la Vergne, comte de Tressan, Amadis de Gaule, voir Bibliothèque des Romans, juin (...)
  • 24 Tressan, Histoire du Petit Jehan de Saintré, Paris, imprimerie de Didot l'aîné, 1780, In-18°.

13Louis-Elisabeth de la Vergne, comte de Tressan, (1705-1783)22 fut l’inspirateur surprenant qui guida Marchangy dans la voie des Lettres. Cet auteur, académicien scientifique, a une carrière diplomatique et militaire. Ce n est qu’à l’âge de la sagesse qu’il s’intéresse enfin à la littérature : auteur de l’Amadis23 et de Saintré24, il devient le maître vénérable et exténué du genre troubadour. Grâce à la Bibliothèque des Romans, il atteint tout de même un vaste public. Le tour de Tressan plaît, il est celui qui a préparé l’avènement du genre troubadour. Sous sa plume, le Moyen Âge est adouci et s’adapte au goût, encore timide, des premières générations romantiques. Des romans, que leur style archaïque rendait rebutants ou obscurs, deviennent accessibles. Les premiers modèles du roman, de la poésie troubadour voient le jour. Enfin, Tressan prépare des décors et des scènes pour le mélodrame et le mimodrame qui ne seront pas sans influence sur le drame romantique.

2 - Le Genre Troubadour au XIXe siècle

  • 25 Amalvi Christian, Le gout du Moyen Âge, Pion, 1996, p. 56, « Civilisations, Mentalités ».

14Le XIXe siècle a dévoilé et ressuscité toutes les modes médiévales. Il a proposé au monde une nouvelle image du Moyen Âge et a apporté un souffle salutaire à la littérature française. Lassés d’un classicisme trop rigoureux et moribond, les lecteurs aspiraient à la nouveauté. Les œuvres inspirées par le Moyen Âge comblèrent leur désir d’évasion et d’exotisme historique. C’est au Romantisme que l’on doit cet engouement novateur. Il est donc intéressant de considérer le triple legs du Romantisme : « la redécouverte de la littérature médiévale elle-même ; une certaine forme d’apprentissage de l’écriture par le passage chronologique obligé du Moyen Âge ; enfin un espace de dépaysement culturel quasiment infini ouvert sur le grand large de l’imaginaire.... »25.

  • 26 Consulter de Raynouard F.J.M., Choix des poésies originales des troubadours, Paris, imprimerie de F (...)

15Raynouard (1761-1836)26, écrivain plus connu, devenu sur le tard philologue, fut l’un des premiers à faire revivre la poésie des troubadours et à vouloir faire partager son enthousiasme au public cultivé. Cependant de timides érudits beaucoup moins célèbres ont su tirer profit des vieux souvenirs médiévaux et ont ramené la France classique vers le Moyen Âge en réalisant le genre troubadour. Ce genre constitue en quelque sorte la préhistoire du Romantisme. Tressan et Marchangy ont contribué à son évolution, l’un est un aboutissant et Pautre, Marchangy, un novateur. Le premier est une manière de chef d’école, tandis que Marchangy, maître du genre troubadour, est à l’origine du romantisme.

  • 27 Jacoubet Henri, Le Genre Troubadour et les Origines françaises du Romantisme, Op Cil, p. 7.

C’est qu’en réalité l’essentiel du Romantisme venait de chez nous. Marchangy est le fils de Tressan, qui sort lui-même de notre XVIIIe siècle. Grâce à des génies assez médiocres, mais de certaine influence, la matière exotique ne nous a pas envahis et subjugués et, à un goût déjà formé, n’a plu que modelée à la française27.

  • 28 Lionel Gossman, Medievalism and the Ideologies of the Enlightment : the World and Work of la Curne (...)
  • 29 Heers Jacques, Le Moyen Âge une imposture, Paris, Perrin, 1992, p. 13, coll. « Vérités et Légendes  (...)

16Mais cette approche de ces temps lointains et ce désir de faire découvrir la littérature médiévale ne sont pas le fait exclusif des Romantiques ; déjà au XVIIIe siècle, l’érudit La Curne de Sainte-Palaye28 s’est évertué à porter à la connaissance de ses lecteurs les chansons de geste en montrant la barbarie de ces temps ténébreux et s’efforçant de donner une image exacte de cette période, considérée encore aujourd’hui comme symbole « d’archaïsme, d’obscurantisme, de vraiment dépassé, objet de mépris et d’indignation vertueuse. »29. Par contre les Romantiques décèlent en cette époque l’origine fabuleuse de notre langue et la première expression de notre sensibilité moderne présente chez certains poètes du Moyen Âge dont ils se sentent les héritiers.

  • 30 Henri Jacoubet, le Genre Troubadour et les Origines françaises du Romantisme, op. cit., p. 45.

17A la fin du XVIIIe siècle, le genre troubadour est donc constitué. On peut même le nommer car il est admis que le troubadour est le vrai créateur de la poésie française. Le goût troubadour est aussi, à ce moment-là, partagé par la Russie, l’Allemagne, et surtout l’Angleterre, où il s’épanouira lorsque la révolution le chassera de France. La brutalité du nouveau régime ne pouvait accepter dans ce genre délicat et artificiel le symbole d’une monarchie qu’elle exécrait et qu’elle voulait abolir. La malheureuse Bibliothèque des Romans doit alors faire face à d’épouvantables obstacles, vente au rabais, puis interruption en 1788, renaissance éphémère sous la direction de Bastien, publication pénible de quatre nouveaux volumes, agonie en juillet 1789. Ce n’est qu’avec le Directoire et le Consulat, vers 1795, que l’on relit et réédite Tressan. Le journal de Lausanne commence la publication des poésies de Clotilde et il y a éclosion d’un théâtre des Troubadours. C’est à cette époque que Lenoir installe son fameux Musée des Monuments français. L’art se fait l’allié des lettres. Les salles du musée abritent de précieuses reliques, les débris de notre ancienne architecture et ses voûtes, ses croisées ogivales rappellent les magnifiques descriptions des décors médiévaux de Victor Hugo. L’engouement pour le Moyen Âge est né. « Ce mouvement, mêlé parfois de manie, se développera, s’assainira, s’amplifiera et ce sera le romantisme. »30.

  • 31 Dominique-Martin Méon, Fabliaux et contes des poètes français des XIe, XIIe, XIIIe, XIVe, XVe, sièc (...)
  • 32 Ed. Guillaume de Lorris, Le Roman de la Rose, par Guillaume de Lorris et Jean de Meung, Nouvelle éd (...)

18Le genre troubadour est un délicieux mélange d’érudition et de création littéraire. Son histoire s’inscrit dans celle des liens entre savants et écrivains d’imagination. Le Moyen Âge a d’abord été découvert ou pressenti par l’érudition de laquelle est né le goût qui l’exploite. Cette même érudition va opposer sans ménagement le Moyen Âge vrai au Moyen Âge déformé. Alors ceux-là mêmes qui auront été initiés par le travail d’adaptation de Tressan et de ses émules feront bon marché de ces fictions démasquées et le moyenâgeux disparaîtra sous les coups du médiévisme. Cependant, l’Empire et la Restauration restent l’âge d’or du genre troubadour. Méon fait, en 1805, une édition revue des Fabliaux31 et réédite, en 1814, le Roman de la Rose32, si grossièrement résumé par Tressan. Conscient de l’utilité de son travail, il écrit, dans la Préface des Fabliaux :

  • 33 Méon, Fabliaux..., op. cit., Préface, tome II, p.a2.

L’accueil que l’on fait aux Fabliaux et à VOrdene de chevalerie me persuade que le Recueil que je donne aujourd’hui, ne sera pas moins favorablement reçu du Public. Il contient des Poésies morales et historiques pour lesquelles plusieurs personnes m’ont marqué quelqu’empressement. Il seroit à souhaiter que l’on pût donner les ouvrages de tous nos anciens Auteurs ; rien ne nous instruiroit mieux des usages et des mœurs de nos pères, rien aussi ne nous éclairciroit davantage sur l’origine et sur les variations de notre langue33.

19Il déplore également l’oubli dans lequel sont tombés les anciens poètes :

  • 34 Ibidem, Préface, tome III, p. XXIX.

Il [le lecteur] reconnoîtra que c’est à tort que Ton a si fort négligé ou méprisé nos anciens poètes ; et se familiarisant avec leurs expressions, il découvrira dans leurs Ouvrages de la finesse, de l’élégance, de la justesse [...]34.

  • 35 Francisque Michel (1809-1887), initiateur des études littéraires basques.
  • 36 Consulter, dans la Revue des deux mondes de juin 1852, les remarques de Ludovic Vitet.

20Dès la Monarchie de Juillet, les Romantiques s’engagent dans la voie ouverte par Raynouard. La Bibliothèque royale est explorée, Louis Paris (1800-1881) en sort les manuscrits des cycles romanesques du Moyen Âge. Francisque Michel (1809-1887)35, envoyé en mission par Guizot, exhume de la Bibliothèque d’Oxford la plus ancienne version de La Chanson de Roland et la publie en 1837. Cette épopée est désormais considérée dès cette époque, comme le plus vénérable monument littéraire français, comme la première manifestation du génie national, et est même érigée au rang d’Iliade de la France36.

21Par la suite, dans un article retentissant, paru le 1er décembre 1833 dans La France littéraire, Théophile Gautier remet en mémoire les écrits de François Villon et en fait le panégyrique triomphant. Sur la trace de Walter Scott, les auteurs français sont nombreux à s’intéresser à l’époque médiévale pour parachever leur apprentissage littéraire Les précurseurs du genre troubadour ont atteint leur but.

3 - Marchangy, une écriture à laquelle on peut rendre hommage

  • 37 Ginguené : idéologue et médiateur, coauteurs Pierre-Louis Ginguené et Edouard Guiton, personnage su (...)
  • 38 Louis de Marchangy, La Gaule poétique ou l'histoire de France considérée dans ses rapports avec la (...)

22Ginguené37 reconnaît le mérite de Tressan qui savait embellir les anciens romans des grâces de sa plume mais apprécie davantage Sainte-Palaye pour son érudition et son souci de rechercher les manuscrits. Toutefois, les gens du monde sont attirés par le style de Tressan qui allie élégance d’écriture, imagination, pittoresque et science. Le livre caractéristique de cette époque de transition est celui de Marchangy, La Gaule Poétique, édité en 181338. Cette œuvre porte un sous-titre révélateur : ou l’histoire de France considérée dans ses rapports avec la poésie, l’éloquence et les beaux arts. L’auteur, dans son livre s’efforce d’intéresser aussi bien le poète, que l’annaliste, le législateur ou l’archéologue. Son style brillant est un innocent artifice pour rendre l’érudition moins ardue :

  • 39 H. Jacoubet, Le Genre Troubadour et les Origines françaises du Romantisme, op. cit. p. 51.

Sous quels traits intéressants, sous quels divers attributs la poésie et la peinture, dont le privilège est de tout animer, ne pourraient-elles point représenter la France ? Tantôt on la verrait, intrépide amazone, portant la hache du Sicambre, les bracelets du Celte, la lance des Paladins [...] Tantôt, errante pèlerine revenant des lieux sacrés avec le rosaire des ermites, le bourdon, Pécharpe brodée par les jouvencelles, la harpe des troubadours et la cithare des romanciers39.

23Pour Marchangy, il n’est pas une époque qui ne puisse inspirer les Beaux Arts. Il esquisse à grands traits la vénérable vieille Gaule, l’époque épouvantable mais poétique de Clotaire et de Childéric et celle des rois fainéants. Il magnifie cette France qui se couronne des lauriers que lui apportent Charles Martel, Pépin et Charlemagne. Puis, au milieu de la guerre et de l’idolâtrie, la tradition chrétienne fait son chemin et dans la discorde, le chevalier apporte son courage et sa lumière :

  • 40 Ibid. p. 53.

Que la Grèce ne vante plus ses fabuleux Argonautes et son Alcide et ses Thésée ; une race de héros, effaçant tous leurs exploits, se consacre à la défense de la faiblesse et du malheur. Des aventures inouïes, des faits d’armes prodigieux, des tournois aussi beaux que les jeux d’Olympie [...]40.

24L’écrivain aborde ensuite les croisades et la période de la Guerre de Cent ans, les horreurs de la Saint-Barthélémy, les égarements et les triomphes de l’histoire... Il se voit comme un berger solitaire, auteur d’un « chant gaulois » qu’il qualifie lui-même de « faible ébauche » du poème que l’on pourrait se composer d’après les préceptes des bardes contenus dans les vestiges de leurs chants et éparpillés dans l’histoire. Il déclare que sa prose donne l’esquisse fidèle d’un tableau dont l’original est perdu et parle de chant historique à propos de ses écrits mais avoue que, probablement, les anciens poètes se sont exprimés autrement et qu’il ne tient pas à les imiter. Nodier a bien insisté sur l’influence de Marchangy sur la littérature de son époque.

25Celui-ci a essayé de conserver l’harmonie conforme au sujet et à son époque où Part et la science commencent à se rejoindre, annonçant la fin du genre troubadour. C’est à la fois l’homme des littérateurs et celui des érudits. Il relit Ménétrier et La Colombière et en approfondit les récits romanesques et lyriques. Tantôt domine en lui le disciple de Tressan : dans son projet de poème sur la Conquête Normande, lorsqu’il évoque les fantômes avec des philtres, il associe le merveilleux des anciens romans à la sombre atmosphère des légendes Scandinaves. Dans un chapitre sur les armoiries, il se complaît en savant et, dans celui de la chevalerie, il élabore du Tressan perfectionné : citations en vieux français, mots anciens pour forcer la couleur, récit continuant la citation textuelle dans un style à l’allure archaïque. La Gaule fut souvent mise en parallèle avec le Génie du Christianisme. Marchangy fut l’homme de son époque : proche de son public, il lui a donné le livre qu’il désirait et attendait.

  • 41 Louis de Marchangy, Tristan le Voyageur, Paris, Henri Gautier, éditeur, 55, quai des Grands-Augusti (...)

26Tristan le Voyageur, autre ouvrage important de Marchangy évoque le périple de « Tristan, seigneur de île de Ré, de Marans et autres lieux £...] »41, à travers la France L’auteur s’efforce de décrire la France du Moyen Âge dans sa ferveur religieuse et dans ses rites. Bien que l’on relève quelques erreurs dans le récit, on en apprécie pas moins la richesse de la documentation et l’élégance du style :

  • 42 Ibid., remarques de Charles Simond, p. 146.

Et si, toujours à l’exemple de Chateaubriand, il s’y trouve des pages où le lyrisme devient amphigouri et l’éloquence rhétorique déclamatoire, la langue est généralement belle, abondante et fleurie42.

27Tristan le voyageur constitue un ensemble de récits indépendants au sein desquels l’auteur s’efforce d’y introduire le même motif. Le fil directeur du récit suit en effet le motif d’une quête. Mais contrairement à la quête de Lancelot, la recherche de Tristan ne s’inscrit pas dans la linéarité et l’urgence, la progression spatiale du héros n’est pas rectiligne. La voie suivie par Tristan n’est pas celle de Lancelot, qui privilégie la voie la plus courte même si elle est dangereuse. Ce choix de la rectitude s’accompagne d’un rythme rapide et c’est dans la hâte que Lancelot accomplit son voyage. Toutefois, le périple de Tristan, s’il suit des chemins longs et détournés, n’est pas sans danger et le bruit de ses aventures attire un monde empressé :

  • 43 Ibid., Tristan le Voyageur, p. 147.

Cette entreprise parut téméraire et périlleuse aux anciens de la banlieue qui n’avait jamais vu tenter un si long voyage à travers des provinces inconnues et différentes d’usages, de mœurs, de gouvernements, d’ordonnances et de langage43 ;

28La quête offerte est celle de la connaissance d’un ailleurs riche d’enseignements. Le goût du merveilleux et de la nouveauté est la motivation de Tristan :

  • 44 Ibid., p. 147.

[...] mais j’étais à cet âge où le goût du merveilleux et des nouveautés parle volontiers au cœur de l’homme, et l’on préfère les lointaines vapeurs de l’horizon à la fumée du toit nourricier44 ;

29De plus, Tristan fonde sa vision du monde en esthète et en croyant. Conscient de la ferveur de son pays, c’est avec une admiration sans borne qu’il se fait l’observateur éclairé des églises, des chapelles et des prieurés. Dans « Les fêtes de la Vierge à Rouen », son point de vue sur la cathédrale de Rouen est marqué par une subjectivité mâtinée d’érudition. Il insiste sur l’élégance de l’architecture et l’adresse patiente du sculpteur :

  • 45 Ibid., p. 166.

Le portail exerça l’ingénieuse patience du ciseau et l’on ne conçoit guère qu’il ait pu, sans la briser, tailler si légèrement la pierre et lui donner, avec une inépuisable fécondité, des formes aussi légères que les feuilles et les fleurs. Ce portail est élevé de trois tours, dont le faîte est si élevé qu’il paraît souvent coupé par les nuages aux deux tiers de sa hauteur ; celle du milieu a la forme pyramidale, et suspend dans les airs une élégante couronne, composée de tourelles et de galeries ; c’est dans ces trois tours que se balance l’airain sacré45.

30Il est intéressant, mais peut-être audacieux, de rapprocher ce passage de la description de cette même cathédrale, écrite par Flaubert dans Madame de Bovary. On y retrouve la même ambiance de lumière et de sérénité. Cependant, la cathédrale de Flaubert est toute à la gloire d’Emma resplendissante alors que celle de Marchangy offre sa propre beauté dans sa pureté originelle. Flaubert organise donc la description de la cathédrale autour d’Emma, anime le monument, lui fait prendre vie et en fait un personnage protecteur qui met en valeur la jeune femme :

  • 46 G. Flaubert, Madame Bovary, Paris, Le Livre de Poche, Librairie générale française, 1972, p. 285.

L’église, comme un boudoir gigantesque, se disposait autour d’elle ; les voûtes s’inclinaient pour recueillir dans l’ombre la confession de son amour : les vitraux resplendissaient pour illuminer son visage, et les encensoirs allaient brûler pour qu’elle apparût comme un ange, dans la fumée des parfums46.

31Marchangy propose d’ailleurs une description plus érudite et se campe en historien :

  • 47 Marchangy, Tristan le voyageur, op. cit., p. 166.

Le jour où l’on fit la dédicace de cette basilique on vit étinceler sur l’azur du firmament deux croix lumineuses, l’une du côté que vient l’aurore, l’autre vers le point où décline le soleil. Pour perpétuer le souvenir de ce prodige, chaque année on élève le 1er octobre, deux grandes croix illuminées aux deux extrémités du temple47.

  • 48 J. K. Huysmans, Là-Bas, Paris, Garnier-Flammarion, 1978, p. 48.

32A l’instar de Huysmans, Marchangy se penche également sur la sorcellerie pour en dégager l’horrible réalité mais dans sa forme la plus édulcorée. Dans Là-Bas, Huysmans adopte la forme romancée pour décrire celui qui devint le plus barbare et le plus scélérat des hommes, Gille de Rais. Il ne veut pas offrir à ses lecteurs une image indulgente de ce personnage, il ne veut pas « l’amollir dans des bains de langue tiède, de ne pas en faire ce médiocre dans le bien ou dans le mal qui plaît aux foules. »48. II y a donc bien chez Huysmans une volonté de grandir son personnage dans le bien et dans le mal ; d’où les passages macabres du roman, les énumérations des crimes de Gilles de Rais, dominé par la passion de l’alchimie et un satanisme exaspéré. D’homme pieux et érudit placide du château de Tiffauges, Gilles de Rais devint satanique et violeur d’enfants, égorgeurs de garçons et filles. L’auteur adopte l’écriture naturaliste, les réalités qu’il décrit sont hyperboliques, les visions qui en découlent sont insoutenables. Les phrases sont courtes, le plus souvent dans un rapport de parataxe, les verbes s’accumulent et les champs lexicaux sont ceux du sadisme le plus violent et de la mort :

  • 49 Ibid., p. 167.

C’est là que les petits garçons enfermés dans les caves sont amenés. On les déshabille, on les bâillonne ; le Maréchal les palpe et les force, puis il les taillade à coup de Dague, se complaît à les démembrer, pièces à pièces. D’autres fois, il leur fend la poitrine, et il boit le souffle des poumons ; il leur ouvre aussi le ventre, le flaire, élargit de ses mains la plaie et s’assied dedans49.

33Huysmans ne laisse planer aucun doute quant au plaisir éprouvé par Gilles de Rais lorsqu’il s’adonne à ses crimes :

  • 50 Ibid, pp. 167-168.

Lui-même l’a dit : « J’étais plus content de jouir des tortures, des larmes, de l’effroi et du sang que de tout autre plaisir » 50.

34Huysmans a donc choisi un ton volontiers réaliste allant jusqu’à l’horreur et le monstrueux, bref l'inimaginable. Par contre, Marchangy adopte le ton plus neutre de l’historien : la phrase n’est pas marquée par l’exagération ni l’hyperbole ; elle ne se développe pas dans un rapport de parataxe, le verbe est utilisé avec modération :

  • 51 Marchangy, Tristan le Voyageur, op. cit., p. 179.

Un marchand de bois de la grande rue allait expirer frappé d’un noir sortilège, il mande en grande hâte un berger de réputation, qui lui dit : « Je ne puis ôter le sortilège qu’en le reportant sur votre enfant ». Le père, homme inhumain y consentit, mais la nourrice qui avait tout entendu s’était sauvée dans les bois avec le nourrisson. Lorsque le sorcier eut guéri le moribond, il demanda : « Où est l’enfant dont j’ai besoin ? Il me le faut, ou je suis mort, car le diable que j’ai frustré s’en vengera sur moi. » Quand il eut appris que l’enfant était en lieu sûr, il se prit à se lamenter et voulut s’enfuir, mais le diable le tua sur le seuil de la porte, et en moins de rien il devint noir comme du charbon51.

35Malgré l’horreur de la situation, le style de Marchangy reste sobre et élégant, sans doute pour parfaire sa volonté de précision et d’érudition.

36Enfin, un dernier aspect de l’œuvre de Marchangy peut attirer notre attention : il s’agit de la portée philosophique de ses écrits. « Le récit du moine Philibert », dans Tristan le Voyageur, n’est pas seulement la narration des mésaventures de ce religieux. On y découvre tout un aspect moralisateur. Tristan essaie d’expliquer à Philibert les raisons qui l’ont poussé à quitter le domaine paternel : il se sent investi d’un rôle humanitaire qui lui permettrait d’étoffer sa culture et d’avoir une part active dans la création des sociétés :

  • 52 Ibid., p. 151.

- Ce n’est pas, lui répondis-je, non, ce n’est pas la vanité et encore moins la gloire qui nous appelle hors du foyer paternel mais le désir de recueillir de bonnes coutumes et de bons usages, afin de les rendre profitables à ceux qui vivent sous notre pouvoir52.

37Les deux protagonistes pensent que chaque homme détient naturellement en lui-même la faculté dêtre heureux. Nul n’a besoin de lois pour trouver le bonheur. Or, pour Tristan, la société est l’œuvre des législateurs, pour Philibert la société est « une œuvre de nature » :

  • 53 Ibid.p. 151.

- [...] Vous allez demander aux savants du siècle ce qu’ils ne peuvent vous donner, jamais ils n’ont pu mettre debout un peuple, tandis que le simple instinct que Dieu souffla en nous, remplit de fortes nations les déserts de la Scythia et les bois germaniques53.

38Ce désir de comprendre les rouages qui participent à la création d’une société s’associe à la quête des origines : Tristan, dans sa volonté de voyager, est à la recherche de sa propre identité et d’une identité nationale. Tristan le Voyageur est une œuvre, certes, peu connue, mais elle peut se révéler à la lecture très profitable. On y retrouve les grands thèmes abordés par les auteurs du XIXe siècle. Le chevalier errant dans la Légende des siècles de Victor Hugo a aussi sa place dans cette œuvre ; l’auteur a utilisé tous les ressorts de la chanson de geste et du roman médiéval : l’honneur, la loyauté, le défi, le rappel au droit, la justice rendue sans faveur, l’amour bravant les obstacles, tout l’idéal médiéval :

  • 54 Ibid. p. 153.

Cet écuyer de la maison de S, Lyphar, se nommait Bonabes ; il n’avait pas quitté Charles de Bois depuis sa naissance jusqu’à sa mort. Vingt fois il reçut des blessures en se jetant au devant de son maître dans les combats ; il disait sans cesse : « Pourquoi ai-je échappé au coup d’épée qui fendit la tête de monseigneur à la bataille d’Auray ! »54.

39Les œuvres de Marchangy ne constituent pas ce que l’on appelle des classiques. Elles n’appartiennent pas à la génération de 1660 qui imite les Anciens et n’ont pas transcendé les limites temporelles. On a estimé qu’elles ne méritaient pas ce terme parce que leur qualité n’a pas été confirmée par le succès et l’approbation, moins des contemporains que de la postérité. L’Université et l’institution scolaire les a dédaignées. Les livres de Marchangy n’ont pas reçu l’estampille des collections prestigieuses. Leur auteur n’est pas entré à l’Académie française. Et pourtant, il a su puiser aux sources nationales, il a abordé des sujets universels qui auraient pu correspondre à l’attente des lecteurs. Obligation de travail et exigences multiples, proscription de la fantaisie et du délire de l’imagination ont été ses volontés. Enfin ses œuvres ont participé à la naissance d’un mouvement important, le Romantisme.

40La porte est désormais ouverte à l’épanouissement du genre troubadour. D’autres écrivains s’engouffrent dans la brèche ouverte par Marchangy. Dans les chansons de son théâtre, Victor Hugo évoque les esprits lunaires, les sylphes, les fantômes en robe blanche et les démons. Et l’on retrouve ainsi dans ses œuvres plus d’une réminiscence des poncifs troubadour :

Un soldat au dur visage,
Une nuit, arrête un page,
Un page à Pœil de lutin
- Beau page ! beau page ! alerte !
Où courez-vous si matin,
Lorsque la rue est déserte,
En justaucorps de satin ?

  • 55 Victor Hugo, Cromwell, Genève, Edition Edito-Service S.A., collection « Cercle du Bibliophile », 19 (...)

- Bon soldat, sous ma simarre,
Je porte épée et guitare ;
Et je vais au rendez-vous.
Je fléchis mainte rebelle,
Et je nargue maint jaloux.
Ma guitare est pour la belle,
Ma rapière est pour l'époux55.

41Musset a été lui aussi séduit par le genre troubadour :

  • 56 Alfred de Musset, Poésies, Lausanne, Claude Tchou éditeur, collection « Le Livre de Chevet », 1966, (...)

Dirons-nous au héros des vieux temps de la France
De monter tout armés aux créneaux de leurs tours,
Et de ressusciter la naïve romance
Que leur gloire oubliée apprit aux troubadours ? 56

42Le genre troubadour aura donc sa postérité, le Romantisme, le romantisme moyenâgeux des impossibles amours, de la sublimité de la femme, le romantisme sombre ou grotesque de l’au-delà démoniaque, le romantisme mystificateur qui joue de l’histoire.

  • 57 H. Jacoubet, Le Genre Troubadour et les Origines françaises du Romantisme, op. cit. p. 269.

Et certes il y a la manière ou, si l’on veut, la forme qui dépasse singulièrement l’esthétique des Tressan et des Marchangy, mais enfin tout au moins le Hugo de Odes et Ballades, le Musset de Barberine et de Carmosine, sans parler de celui des rondeaux, le Vigny du Cor et de la Neige viennent du genre troubadour57.

  • 58 Ibid., p. 127.

43Malheureusement les auteurs du genre troubadour ont été oubliés : l'opinion les a souvent injustement condamnés. Malgré leurs efforts, leurs actes, répréhensibles pour certains, n’ont suscité que mépris et indifférence. Pourtant le genre troubadour, modèle si vite désuet, n’en a pas moins, à son apogée, réagi sur la sensibilité d’une époque et répondu à son idéal, tout en éveillant des aspirations qu’il n’a pu pleinement satisfaire : « Voici un genre, écrit en 1822 Brisset, dans la Foudre, que l’esprit rêveur de notre siècle a fait passer du dernier rang de notre poésie au premier. »58

44Certes la romance qui sacrifie au style troubadour n’épuise pas la veine poétique du temps, même si elle prend sa source dans l’élégie. Or les grandes œuvres ont beau s’éloigner de la romance, elles sont toujours proches d’en prendre le ton :

  • 59 Ibid. pp. 127, 128.

La romance est ce qu’on peut appeler une parvenue, mais la rêveuse a tant de grâce, elle est si séduisante avec son chapeau et ses liserons de bergère, dans ses voiles de deuil ou sous le panache des trouvères [...] Cette muse d’amour et de rêverie peut marcher sans sa harpe et son tambourin... Ouvrez tous nos recueils de vers ! Ceux qui ont pu réchauffer un instant parmi nous le goût de la poésie n’ont-ils pas été inspirés par elle ?59

45Il n’est pas une société qui n’ait son genre troubadour, pas un auteur qui n’ait subi son influence. Cependant le Moyen Âge des écrivains du XIXe siècle n’est souvent que conversion religieuse ou rêve épique ou même mode d’un temps : on ne peut y voir un réel retour vers une période bénie. Il condense en fait tous les savoirs, tous les sentiments et toutes les illusions du XIXe siècle. Les écrivains, lassés de ce succédané de résurrection médiévale, passèrent du plus vif engouement au plus profond mépris.

  • 60 Henri de Montherlant, Le Maître de Santiago, Paris, Gallimard, 1947.
  • 61 Marguerite de Yourcenar, L'Œuvre au noir, Paris, Gallimard, coli. « Folio », 1968.

46On pourrait croire que ce goût pour le Moyen Âge n’a plus sa place au XXe siècle. Souhaitant décrire la totalité de l'Histoire, les romanciers contemporains s’intéressent autant à montrer le pro que le contra dans les romans historiques s’inspirant du Moyen Âge. Toutefois, on remarque que les idées stéréotypées et antithétiques d’un Moyen Âge idéalisé ou ténébreux ont migré dans les romans se déroulant à la Renaissance. Le roman de Montherlant, Le Maître de Santiago (1947) est un vivant exemple qui développe le thème de la déchéance du sentiment religieux et de l’idéal chevaleresque à la Renaissance par rapport à leur pureté au Moyen Âge. Dans L’Œuvre au noir de Marguerite Yourcenar (1968)60, le Moyen Âge est vu aussi comme un idéal sur le plan des valeurs chevaleresques mais reste un symbole de l’obscurantisme sur le plan religieux pour le héros renaissant Zénon et son cousin Henri-Maximilien61. Ceci confère un prolongement inattendu à l’expression de l’idée du Moyen Âge dans la littérature contemporaine.

Haut de page

Notes

1 Fait réel concernant l'auteur de cet article. Il s'agissait de l'emprunt du livre Tristan le voyageur de Louis de Marchangy à la bibliothèque de l'Université de Lettres d'Aix-en-Provence.

2 Henri Jacoubet, Le Genre Troubadour et les Origines françaises du Romantisme, Paris, Société d'édition « Les Belles Lettres », 1929, p. 10.

3 Madame de Staël, De l'Allemagne, Paris, Garnier-Flammarion, 1968, p. 211.

4 Ibid. p. 213.

5 A. F. Coupigny, Romance en l'honneur du jeune républicain Barras, tambour, qui, à 14 ans, a préféré la mort, à crier : « Vive Louis XVII », Texte imprimé, In-8, publication S 1 n.d. et Romances et poésies diverses, Paris, Delaunay (s. d.), In-12, XXXII-156 p. et 44 p., Bibliothèque Nationale de Paris.

6 Consulter de Charles-François Panard, Chansons... sur les amants et les maris, « E gallico in amantes et sponsos », Chansons badines et joyeuses, par Piron, Coll, Panard, Gallet et autres, Paris, Le Bailly, 1862, In-64, 256 p., Bibliothèque Nationale de Paris.

7 Henri Jacoubet, Le Genre Troubadour et les Origines françaises du Romantisme, op. cit. p. 105.

8 Ibid. p. 105.

9 Etienne-Augustin de Wailly, Traduction en vers d'odes, variantes du titre, Traductions en vers des Odes d'Horace, Paris, Didot l'aîné, 1817, Bibliothèque Nationale de Paris.

10 Jacoubet, Le genre Troubadour et les Origines françaises du Romantisme, op. cit., p. 101.

11 Louis Jean Népomucène Lemercier, Les Âges français, poèmes en 15 chants, Paris, Barba, an XI-1803, In-8, 207 pages, Bibliothèque Nationale de Paris.

12 Jacoubet, Le genre Troubadour et les Origines françaises du Romantisme, op. cit., p. 101.

13 Consulter de S. Edmond Géraud, Poésies diverses, Paris, Gosselin, 1822, In-8, X-254 p., 2e édition, texte imprimé, et Poésies diverses de S. Edmond Géraud suivies de six romances par P. M. Lorrando, Paris, H. Nicolle, 1818, In-12, 284 p., Bibliothèque Nationale de Paris.

14 Henri Jacoubet, Le Genre Troubadour et le Origines françaises du Romantisme, op. cit. p. 102.

15 Ibid. p. 103.

16 Consulter le CD-ROM de l'Encyclopédie Universalis, 1995, rechercher Moncrif.

17 Henri Jacoubet, Le Genre Troubadour et les Origines françaises du Romantisme, op. cit. p. 103.

18 Ibid. p. 103.

19 Ibid. p. 104.

20 Laubardemont, commissaire de Richelieu, impliqué dans le procès de Loudun, en 1634 : le 18 août, Urbain Grandier, curé de Saint-Pierre, a été brûlé vif pour crime de sorcellerie alors qu'il était simplement coupable d'avoir commis le péché d'orgueil et d'avoir trop aimé les femmes de ses paroissiens.

21 Charles Simond, sur Tristan le voyageur de Louis de Marchangy, Paris, Henri Gautier, éditeur, 55, quai des Grands-Augustins, date inconnue, p. 145, « Nouvelle Bibliothèque Populaire ».

22 Henri Jacoubet, Le Comte de Tressan et les Origines du genre troubadour, Presses universitaires, 1923.

23 Louis-Élisabeth de la Vergne, comte de Tressan, Amadis de Gaule, voir Bibliothèque des Romans, juin 1779, Paris, In-12, ou Bibliothèque des Dames, Romans, T. 16 [20], Paris, 1788, 5 vol. In-18°.

24 Tressan, Histoire du Petit Jehan de Saintré, Paris, imprimerie de Didot l'aîné, 1780, In-18°.

25 Amalvi Christian, Le gout du Moyen Âge, Pion, 1996, p. 56, « Civilisations, Mentalités ».

26 Consulter de Raynouard F.J.M., Choix des poésies originales des troubadours, Paris, imprimerie de F. Didot, 1816, 1821, In 8°. Eléments de la grammaire de la langue romane avant l'an 1000, précédé de Recherches sur l'origine et la formation de cette Iangue, Paris, F. Didot, 1821, In-8°. Grammaire comparée des langues de l'Europe latine, dans leurs rapports avec la langue des troubadours, Paris, F. Didot, 1821, In-8°.

27 Jacoubet Henri, Le Genre Troubadour et les Origines françaises du Romantisme, Op Cil, p. 7.

28 Lionel Gossman, Medievalism and the Ideologies of the Enlightment : the World and Work of la Curne de Sainte-Palaye, Baltimore, John Hopkins Press, 1968, pp. 255 et 319.

29 Heers Jacques, Le Moyen Âge une imposture, Paris, Perrin, 1992, p. 13, coll. « Vérités et Légendes ».

30 Henri Jacoubet, le Genre Troubadour et les Origines françaises du Romantisme, op. cit., p. 45.

31 Dominique-Martin Méon, Fabliaux et contes des poètes français des XIe, XIIe, XIIIe, XIVe, XVe, siècles, tirés des meilleurs auteurs, publiés par Barbazan, nouvelle édition, augmentée et revue sur les manuscrits de la Bibliothèque impériale, Paris, 1808, 3 tomes.

32 Ed. Guillaume de Lorris, Le Roman de la Rose, par Guillaume de Lorris et Jean de Meung, Nouvelle édition, Paris, 1813, 4 vol. In-8°.

33 Méon, Fabliaux..., op. cit., Préface, tome II, p.a2.

34 Ibidem, Préface, tome III, p. XXIX.

35 Francisque Michel (1809-1887), initiateur des études littéraires basques.

36 Consulter, dans la Revue des deux mondes de juin 1852, les remarques de Ludovic Vitet.

37 Ginguené : idéologue et médiateur, coauteurs Pierre-Louis Ginguené et Edouard Guiton, personnage sujet Ginguené, autres coll. Auteurs, Association Roucher André Chénier, Centre d'études littéraires anciennes et modernes, Centre des arts de l'Ouest, Presses Universitaires de Rennes, année d'édition 1995, coll. « Interférences ».

38 Louis de Marchangy, La Gaule poétique ou l'histoire de France considérée dans ses rapports avec la poésie, l'éloquence et les beaux arts, CF. Patris, 1815-1817, In-8°.

39 H. Jacoubet, Le Genre Troubadour et les Origines françaises du Romantisme, op. cit. p. 51.

40 Ibid. p. 53.

41 Louis de Marchangy, Tristan le Voyageur, Paris, Henri Gautier, éditeur, 55, quai des Grands-Augustins, date inconnue, p. 147, « Nouvelle Bibliothèque Populaire ».

42 Ibid., remarques de Charles Simond, p. 146.

43 Ibid., Tristan le Voyageur, p. 147.

44 Ibid., p. 147.

45 Ibid., p. 166.

46 G. Flaubert, Madame Bovary, Paris, Le Livre de Poche, Librairie générale française, 1972, p. 285.

47 Marchangy, Tristan le voyageur, op. cit., p. 166.

48 J. K. Huysmans, Là-Bas, Paris, Garnier-Flammarion, 1978, p. 48.

49 Ibid., p. 167.

50 Ibid, pp. 167-168.

51 Marchangy, Tristan le Voyageur, op. cit., p. 179.

52 Ibid., p. 151.

53 Ibid. p. 151.

54 Ibid. p. 153.

55 Victor Hugo, Cromwell, Genève, Edition Edito-Service S.A., collection « Cercle du Bibliophile », 1963, p. 73.

56 Alfred de Musset, Poésies, Lausanne, Claude Tchou éditeur, collection « Le Livre de Chevet », 1966, « La Nuit de Mai ».

57 H. Jacoubet, Le Genre Troubadour et les Origines françaises du Romantisme, op. cit. p. 269.

58 Ibid., p. 127.

59 Ibid. pp. 127, 128.

60 Henri de Montherlant, Le Maître de Santiago, Paris, Gallimard, 1947.

61 Marguerite de Yourcenar, L'Œuvre au noir, Paris, Gallimard, coli. « Folio », 1968.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jocelyne Missud-Juramie, « Une bibliothèque oubliée : le genre troubadour », Babel, 6 | 2002, 85-104.

Référence électronique

Jocelyne Missud-Juramie, « Une bibliothèque oubliée : le genre troubadour », Babel [En ligne], 6 | 2002, mis en ligne le 12 novembre 2012, consulté le 24 juillet 2017. URL : http://babel.revues.org/1957 ; DOI : 10.4000/babel.1957

Haut de page

Auteur

Jocelyne Missud-Juramie

Doctorante UFR Lettres Toulon

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Babel. Littératures plurielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire Babel
  • Logo Université de Toulon
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org