Navigation – Plan du site

La bibliothèque et l'activité éditrice du Club alpin austro-allemand (DÖAV) : de la documentation à l'idéologie

Michel Mestre
p. 63-84

Résumé

L’article met en évidence la particularité des premières bibliothèques des clubs alpins comme lieux de culture savante, tournés vers la découverte scientifique : naturalistes, géologues, géographes s’intéressent à la botanique, la zoologie, mais surtout à la météorologie, la géologie, la cartographie et la glaciologie. Les historiens puis sociologues, photographes et peintres ne sont pas en reste. Est analysé le cas du club alpin austro-allemand jusqu’en 1942, en particulier le rôle de l’alpinisme sportif et l’idéologie sous-jacente définie comme « continuité germanique dans l'espace alpin ».

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Encydopédia Universalis, tome 4, 1993, Larousse, Grand dictionnaire encyclopédique, tome 2, 1982, L (...)

1La curiosité du chercheur ne peut qu'être aiguillonnée par la problématique de la bibliothèque. Quoi en effet de plus banal, mais aussi de plus mystérieux, que cette institution sans laquelle il n'y aurait ni culture, ni mémoire collective, ni... recherche. Et en même temps se pose inévitablement la question de la précision de ce concept, utilisé d'autant plus facilement que la bibliothèque nous est indispensable, donc que sa réalité n'est bien souvent plus perceptible, qu'elle a disparu derrière sa fonctionnalité. Qu'est-ce alors exactement qu'une bibliothèque ? Un rapide examen de quelques dictionnaires et encyclopédies1 nous livre une réponse, certainement trop succincte et générale, mais sur laquelle nous pouvons cependant axer notre réflexion. Il en ressort en effet deux acceptions principales, que résume tout à fait le dictionnaire Robert :

2Une bibliothèque est

  1. un lieu aménagé, élément incluant les deux précisions suivantes : le meuble ou assemblage de tablettes permettant de ranger et de classer des livres, renvoyant aux synonymes « armoire, rayon, rayonnage » et la salle, l'édifice qui abrite ces meubles.

    • 2 Dictionnaire alphabétique et analogique de la langue française, Paul Robert, SNL, Paris, 1970.

    une collection de livres2.

  • 3 Cf. François Etienne (1986).

3Il est clair que ces définitions renvoient en fait à deux aspects de la bibliothèque, que l'on peut trivialement résumer à un contenant et un contenu. Dans la mesure où il est de plus en plus admis que les clubs alpins participent de l'histoire culturelle au même titre que toutes les autres associations, qu'elles soient politiques, économiques, sportives ou intellectuelles, qu'ils forment même des lieux privilégiés de socialisation tout comme les salons ou les autres sociétés « savantes »3, il est légitime de s'interroger sur la présence de bibliothèques à l'intérieur d'un club alpin.

4Cette légitimité est d'autant plus forte que la vision du club alpin comme regroupement de sportifs est réductrice et récente, en tout cas postérieure aux dates de création des clubs : car les premiers clubs alpins étaient, avant tout, des sociétés savantes. Grands bourgeois, universitaires, aristocrates parfois, s'intéressaient aux montagnes plus comme objets d'études et de découvertes que comme terrains de jeux de l'alpiniste. Même si, par la suite, l'alpinisme s'oriente de plus en plus vers une pratique sportive au détriment de la découverte scientifique, les membres des clubs alpins vont garder de leur origine le besoin de communiquer idées, expériences, sensations, suscitant un grand débat, dont le livre, la chose écrite resteront, jusqu'à l'avènement tout récent des technologies modernes, l'élément essentiel.

5La première préoccupation des clubs alpins a toujours été de créer, en même temps que leurs sections et le siège central, en même temps que l'élaboration de statuts et de diverses directives, un vaste réseau d'informations qui va immanquablement se concrétiser par la mise en place d'une bibliothèque, au début souvent composée uniquement de quelques ouvrages stockés chez un des membres, avant qu'un véritable local ne vienne concrétiser l'existence même de la bibliothèque. Très vite cependant, par échange de publications et d'ouvrages avec les autres clubs, grâce aussi à la prolifération des écrits des alpinistes, due essentiellement à leurs origines sociologiques, ces bibliothèques vont s'étoffer pour devenir de véritables centres de documentation au service des membres du club, mais aussi de tous ceux qui sont intéressés par les montagnes et l'alpinisme.

6Reprenant la dualité évoquée précédemment, nous évoquerons ici la création et l'évolution de la bibliothèque physique, en quelque sorte, du Club alpin austro-allemand Nous verrons ensuite comment le club alpin en a profité pour devenir lui-même éditeur et de quels types d'ouvrages. Nous analyserons enfin certains aspects du contenu d'une de ces publications, la Zeitschrift, en liaison avec des questions d'histoire concernant les territoires alpins, ce que la littérature officielle du club nomme Kulturarbeit, que nous pouvons traduire par action culturelle, regroupant de fait un système cohérent d'idées sur la question, autrement dit une idéologie.

1 Un peu d'histoire

  • 4 Pour une histoire des clubs alpins dans l'espace germanique, cf. Mestre, thèse, (1998), p. 114-149. (...)
  • 5 Cf. Dreyer (1909), chap. 1, 2, Purtscheller (1894), Emmer, Stolz (1927 et 1928).
  • 6 Cf. les ouvrages de Claire Eliane Engel (1930 et 1950).

7La création et l'évolution de la bibliothèque du club alpin allemand sont en grande partie le reflet de l'histoire chaotique du club même4. C'est donc en Autriche, à Vienne, en 1863, que commence cette histoire. Toute création étant rarement ex-nihilo, la bibliothèque de l'ÖAV ne part pas de rien, puisque la production d'ouvrages sur la montagne et la rédaction de récits d'ascensions sont, à l'évidence, antérieurs à la création des clubs5. Ainsi dès le milieu du XVIe siècle apparaissent les premiers récits consacrés aux montagnes avec Aegidius Tschudi (De Prisca ac vira Alpina Rhaetiae, 1538), ou Josias Simler (Vallesiae descriptio, 1574, traduit par W.A.B. Coolidge, Josias Simler et les origines de l'alpinisme jusqu'en 1600). Un peu plus tard ce sera l'Itinera Alpina Tria (1708) de Johann Jakob Scheuchzer. Viendront ensuite Albert Haller, Conrad Gesner, H.B. de Saussure, Marc Theodor Bourrit ou Ramond de Carbonnières, Rodolphe Töpffer, sans oublier J.J. Rousseau et sa Nouvelle Héloise (176 l)6.

  • 7 On consultera ici Goulven Guilcher (2001) et Michel Tailland (2000).

8Plus près des dates de création du club alpin autrichien, on a la description de l'ascension du Grossglockner en 1802 par J. A Schultes (Reise auf den Glockner, 1804), celle du Grossvenediger par Anton von Ruthner en 1841 (Berg- und Gletscherreisen in den österreichischen Hochalpen, 1864), ou l'ouvrage collectif de Gottlib Studer, Melchior Ulrich et Johann Jakob Weilenmann, Berg- und Gletscherfahrten in den Hochalpen der Schweiz, faisant référence à leurs excursions entre 1859 et 1863. Le seul fond un peu important se rattache au genre du récit de voyages déjà assez largement représenté7.

  • 8 Cf. Dreyer (1919), p. 76.

9Au même moment apparaissent les premiers ouvrages d'histoire de la littérature alpine avec Adolf Schaubach (Deutsche Alpen, 1845), « certainement la première bibliographie alpine. Toutefois ce chercheur par ailleurs très au fait de littérature ne put citer que 78 livres et 10 cartes »8.

10Le Jahrbuch ÖAV (deuxième publication de l'ÖAV), est le témoin de la première création d'une bibliothèque alpine : en date du 20 avril 1864, on apprend que

  • 9 Jahrbuch ÖAV, 1865, p. 375.

notre fond de livres, cartes et ouvrages artistiques se monte aujourd'hui à environ 200 volumes et quelques 100 feuilles de cartes, photographies, lithographies et vues panoramiques9.

  • 10 Jahrbuch ÖAV, 1869, p. 389.

11Ce fond provient pour l'essentiel de dons de particuliers, d'échanges avec d'autres associations scientifiques ou littéraires, dont l'Alpine Club et le tout récent Club alpin suisse. En 1866 une armoire est mise à la disposition des membres et on assiste aux premiers essais de catalogage. En 1869 le Jahrbuch dresse au volume près un inventaire du fond10.

12Toutefois la bibliothèque d'origine située à Vienne, au siège de l'ÖAV, va se trouver en concurrence directe avec les ambitions des créateurs du DAV à Munich en 1869, où l'on remarque, parmi les 37 membres créateurs, la présence de pas moins de trois libraires. Pendant la période de cohabitation forcée des deux clubs, alors que 26 membres munichois quittent l'ÖAV pour rejoindre le DAV, on note parmi eux la présence de deux relieurs : de plus l'éditeur de Augsbourg, Lampart, joue un rôle important dans le nouveau club. La fusion des deux clubs en 1873 et l'adoption du principe de présidence tournante ne facilitent en rien les choses. Vienne, Munich ainsi que les plus grandes sections déjà existantes ont leurs bibliothèques, mais nécessairement limitées par l'éclatement des structures, une situation qui durera cependant une trentaine d'années.

  • 11 Tyrol du sud de l'époque, futur Haut-Adige.

13Le 2 septembre 1901, lors de l'assemblée générale de Meran(o)11 les membres présents apprennent que Willy Rickmer Rickmers est prêt à faire don au club de l'ensemble de sa bibliothèque personnelle (environ 5500 ouvrages), à la condition que les livres restent à Munich. Ils acceptent naturellement une offre aussi généreuse ce qui permet, le 1er octobre 1902, l'ouverture de la Zentralbibliothek dans un bâtiment de la Caisse d'Epargne, mis gracieusement à disposition du club par la ville de Munich. Avec le transfert simultané des archives du club à Munich, c'est une nouvelle victoire des Munichois à l'encontre des Viennois, déjà perdants lors de la fusion de 1873.

14Willy Rickmer Rickmers (1873-1965) est une des figures emblématiques du mouvement alpin allemand héritier d'une riche famille d'armateurs du nord de l'Allemagne, il étudie aussi bien le commerce à Londres que les sciences naturelles à Vienne, avant de venir s'installer en Bavière. Il épouse en 1897 1'écrivaine écossaise Mabel Duff. Familiarisé dès sa jeunesse avec les randonnées en montagne, il se spécialise à partir de 1894 dans une pratique extraeuropéenne, visitant le Caucase, la Transcaucasie, le Turkestan et la Chine, le Pamir, dirigeant, en 1928, une expédition commune russo-allemande. Une partie du matériel scientifique réuni au cours de ses nombreux voyages se trouve aujourd'hui au Völkerkundemuseum de Berlin.

15En 1912, la bibliothèque rejoint l'île du Prater (Praterinsel), où est déjà installé le Musée Alpin (Alpines Museum), et prend le nom de Alpenvereinsbücherei. En 1913, c'est un nouveau déménagement pour un local plus vaste sis Westenriederstr. 21/III. En 1914 la bibliothèque assure désormais la gestion d'un fond de 14 000 diapositives, la Lichtbildersammlung.

16Les historiens du club enregistrent alors avec une précision toute germanique le nombre des ouvrages répertoriés, celui des cartes, des différents volumes, leurs provenances respectives et on peut lire sous la plume d'un Dr. Hermann Bühler, président le l'Association des Amis de la Bibliothèque du Club alpin, ces lignes dont le chauvinisme s'explique peut-être simplement par la date de leur conception (1934) :

  • 12 Bühler (1934), p. 8.

La bibliothèque du club alpin mérite pleinement, tant par le nombre et le volume de ses livres, cartes et autres composantes de son fond que par leur gestion et leur organisation, d'être qualifiée de bibliothèque alpine mondiale. Elle est aussi, grâce à la grande richesse de ses ouvrages sur les débuts et la première période de l'alpinisme, ainsi que par la présence de tous les numéros de presque toutes les revues alpines depuis leurs premières parutions, le seul lieu au monde où l'évolution de l'alpinisme peut être certainement le mieux étudiée. Que la bibliothèque du SAC, surtout grâce au fond Coolidge, et celle de l'Alpine Club avec les précieuses archives de l'Himalaya puissent seules lui être comparées, ne change en rien ce fait, pour nous hautement réjouissant, qui est le primat de la bibliothèque du club alpin allemand12.

17En 1936, un nouveau déménagement a lieu et la bibliothèque intègre des locaux dans la Knöbelstrasse, que les bombardements alliés détruisent en 1943. Le fond est alors presque totalement détruit.

18En 1950, dès la réorganisation du nouveau DAV, un petit local dans le bâtiment reconstruit de l'île du Prater est dévolu à la bibliothèque : en 1952, il y a extension, puis agrandissement en 1957. Depuis cette date la bibliothèque n'a cessé de se reconstituer en un vaste réservoir de livres, documents généraux sur l'alpinisme et les montagnes avec, en 1995, la dernière révolution, celle de la décision de faire appel à l'informatique, appliquée dès 1996. L' Alpenvereinsbücherei en profite pour changer une nouvelle fois de dénomination, s'intitulant désormais Bibliothek des DAV, et pour rentrer dans un réseau de 69 autres bibliothèques et centres de documentation bavarois, dont toutes les bibliothèques universitaires du Land et la Bayerische Staatsbibliothek ce qui permet au chercheur d'être relié à plus de 9 millions de références (adresse : http://www-opac.bib-bvb.de).

19Alors que la bibliothèque de l'Alpine Club, à Londres, s'enorgueillit de posséder 40 000 titres et celle du CAS à Zurich 25 000, la bibliothèque du CAI à Turin 23 000, la bibliothèque de Munich en annonce fièrement 57 000, 460 revues et se veut, à nouveau, la plus grande bibliothèque alpine au monde.

2 Les publications du club

20L'essentiel restant la nature même de cette organisation, qui fait que le club alpin est aussi lui-même éditeur, il faut se poser la question des propres revues du club. Et pour mieux saisir l'importance accordée par les fondateurs des clubs alpins allemands à la diffusion littéraire, il suffit de revenir sur ces quelques lignes de Dreyer, concernant la création du DAV (1869) :

  • 13 Dreyer (1909), p. 106.

La jeune association considérait que la publication d'une revue [Zeitschrift] s'imposait comme première obligation, revue qui paraîtrait sous la forme de cahiers séparés et, outre récits de voyages, contributions scientifiques et courtes informations, contiendrait des notices sur les guides et les transports ainsi que des annexes artistiques13.

  • 14 ZDAV, 1869/1870, p. III-VI.
  • 15 Jahrbuch (1865), p. 361, (1867), p. 402-403.

21Pas moins de quatre pages sont d'ailleurs consacrées par le premier secrétaire, Theodor Trautwein, à la question de la revue14. Et six ans auparavant, l'ÖAV éditait tout de suite après sa création le premier numéro des Mitteilungen (puis Jahrbuch), dans lequel on trouve l'écho de débats internes sur la création du club et la problématique des guides, mais aussi des allusions à la guerre des Duchés puis d'amères réflexions sur la guerre prusso-autrichienne de 186615.

  • 16 Österreichischer Alpenklub, fondé en 1878 par Julius Meurer, avec pour idées essentielles l)la prat (...)
  • 17 ÖAZy 1879, Nr. 1-4, p. 1.

22On note que les clubs concurrents ne pratiquent pas différemment et les statuts de l'ÖAK16 prévoient, dès le § 3, « la publication de travaux littéraires et artistiques de niveau »17.

  • 18 Dreyer (1909), p. 98.

23Il sera donc question, dans les publications du DÖAV, de ses débats internes, du quotidien de la vie associative, ce qui ne manque pas d'apparaître sous forme de comptes-rendus de réunions ou financiers, où le côté tatillon le dispute à la grandiloquence de l'expression et à la pompe des titres des intéressés. On y rencontre aussi, et c'est là l'essentiel, les thèmes qui sont chers au club et que l'on peut regrouper, suivant en cela la classification de Dreyer18, dans trois rubriques.

24Le club alpin est une association scientifique, d'où la présence dans les revues du club d'articles de scientifiques de renom, d'universitaires, surtout de naturalistes, géologues, géographes, d'historiens aussi et de ceux qui, plus tard, deviendront des sociologues. Dreyer (1909) insiste ainsi sur la présence parmi les précurseurs de l'ÖAV de

  • 19 Dreyer (1909), p. 64.

trois savants de renom qui réunissaient en eux l'amour de leur science et un enthousiasme éclairé pour les montagnes et qui dans des secteurs particuliers des Alpes orientales sont apparus comme des précurseurs [...] : Friedrich Simony, Karl von Sonklar et Julius Payer19.

25Le premier était professeur de géographie à l'université de Vienne, le deuxième, un général, fut chargé de résoudre des problèmes de triangulation pour l'établissement de nouvelles cartes, le troisième, soldat de profession, est connu comme alpiniste mais aussi, et peut-être surtout, comme un des principaux participants à plusieurs expéditions autrichiennes au Groenland et au Spitzberg.

  • 20 Cf. Zebhauser/Trentin-Meyer (1996), p. 112.
  • 21 Zebhauser/Trentin-Meyer (1996), p. 126.

26C'est exactement à cette époque que, pour reprendre une citation du catalogue de l'actuel Musée alpin, « la connaissance explose »20. La botanique, la zoologie, mais surtout la météorologie, la géologie, la cartographie et la glaciologie sont les sciences en pointe. Parmi les nombreux savants et chercheurs de ces disciplines, beaucoup vont chercher en montagne nouveautés et, souvent, notoriété. Une famille illustre tout particulièrement cette tendance, les Schlagintweit. Voici, adapté de Zebhauser/Trentin-Meyer21, une courte biographie des cinq frères :

27Hermann (1826-1882) : enseignant de géographie (météorologie et physique), auteur d'une thèse sur les mouvements des glaciers, spécialiste de glaciologie, cartographie, géodésie. Il accomplit de nombreux voyages scientifiques dans les Alpes et l'Himalaya, souvent avec son frère Adolph. Adolph (1829-1857), est lui-même géographe et géologue, matière qu'il enseigne à Munich. Emil (1833-1904), juriste, membre de l'Académie bavaroise des Sciences, fut le gestionnaire du patrimoine scientifique d'Adolph et de Hermann, ainsi que l'auteur de livres sur l'Inde et le Tibet et de traductions de traités bouddhistes. Il fut le correspondant d'Alexandre de Humboldt. Robert (1833-1885) a été professeur de géographie à Giessen et fondateur de l'Institut de Géographie. Eduard (1837-1866), le moins titré des cinq, était officier, membre de différentes sociétés savantes.

28L'élément déterminant de la carrière de trois d'entre eux, Hermann, Adolph et Robert, fut le voyage entrepris en septembre 1854 en Inde et Haute Asie, avec pour but essentiel l'exploration des montagnes de l'Himalaya. Ce voyage fut décidé par la East Indian Company cherchant à étendre aux territoires du nord de l'Inde les mesures magnétiques déjà effectuées dans le reste du territoire. Ayant consulté Alexandre de Humboldt, c'est ce dernier qui conseilla de faire appel aux Schlagintweit. En mai et juin 1857, Hermann et Robert reviennent en Europe : Adolph poursuit seul le voyage, se trouve mêlé à des conflits claniques, est accusé d'espionnage et décapité à Kachgar en août 1857. Le contenu des caisses de matériaux de tous ordres rapportées par les deux frères donna lieu à la publication de deux ouvrages, un récit d'expédition, Results of a Scientific Mission to India and High Asia, avec un Atlas, édité par Brockhaus, Leipzig, et Trübner, Londres, 1861-1866 et Reisen in Indien und Hochasien, Costenoble, Iena, 1869-1880.

  • 22 Dreyer (1909), p. 98.

29Le club alpin diffuse aussi une image de la montagne, d'où des dissertations sur l'esthétique en montagne, l'art particulier des peintres spécialisés et, de plus en plus, l'utilisation de la photographie comme support du texte, voire comme moyen spécifique d'expression d'une culture alpine. Au début de l'existence du club domine toutefois une thématique, celle « d'éveiller la compréhension pour les attraits inconnus du monde de la haute montagne »22. Cette préoccupation esthétisante est fondamentale, car elle relie l'aspect concret de la contemplation du paysage non seulement à des notions de la philosophie de l'alpinisme, mais aussi à des questionnements sur la morale et l'âme humaine, où l'équation « Qui aime et apprécie la beauté de la montagne est un être à part » se décline à longueur des écrits, pour aboutir à cette constatation plus perverse, « Qui va en montagne s'élève, au sens philosophique du terme, et devient ainsi un être supérieur ».

30La préoccupation littéraire rejoint la précédente comme en témoignent les premières publications de bibliographies littéraires dans les deux premiers numéros des Mitteilungen des ÖAV (1863/64), poursuivies dans le Jahrbuch des ÖAV (de 1865 à 1873). Après la fusion, les vingt premiers numéros de la Zeitschrift contiendront systématiquement une rubrique sur la parution des nouveautés touchant le domaine de l'alpinisme et de la connaissance des montagnes, sous la plume de Theodor Trautwein.

  • 23 Voir Dreyer (1909), p. 139-153, surtout les paragraphes b et c.
  • 24 C'est ce qui correspond à la rubrique désormais bien connue baptisée « chronique alpine ».

31Le club alpin est, enfin, un club de pratique sportive, d'où la présence de comptes-rendus d'excursions, puis de courses en montagne et de tout ce qui va petit à petit se constituer en une activité à part entière, l'alpinisme. Ainsi la technique, l'équipement, l'entraînement vont devenir matières à textes et, souvent, à polémiques23. Dans ce cadre aussi l'organisation des guides en compagnies ou regroupements locaux, et la tendance à faciliter aux membres du club leurs évolutions en montagne (par la signature d'accords avec les compagnies de chemin de fer, les offreurs d'hébergements) transforment le club en un fort groupe de pression. Ces préoccupations constituent la matière première des revues qui contiendront désormais plus d'informations pratiques sur telle ou telle région, sur les itinéraires de randonnée ou d'escalade, tant et si bien que cet ensemble devient la composante fondamentale de toute revue de club. Dans la mesure où les auteurs de premières ascensions prennent aussi l'habitude de confier aux revues leurs notes techniques, leurs croquis, leurs réflexions sur les itinéraires parcourus, la revue devient à la fois le répertoire de toutes les ascensions (aspect quantitatif) et aussi le dépositaire officiel, en quelque sorte, de la vérité sur un parcours (aspect qualitatif)24.

  • 25 II a été établi à partir des informations contenues in Hess, ZDÖAV (1919), p. 16-29, Zebhauser (199 (...)

32Aujourd'hui encore tout travail historique sur une ascension ou un alpiniste passe nécessairement par l'étude des récits « déposés » (au sens juridique du terme) par leurs auteurs dans ces revues. Cet ensemble d'orientations, tantôt concurrentes entre elles, tantôt synthétisées lorsqu'il s'agit de faire front pour défendre la cause alpine face à des attaques diverses, se manifeste concrètement au travers de différentes revues. Le tableau ci-après donne une vue synthétique et chronologique des revues du Club alpin austro-allemand25.

Dates

Lieux de création

Nom/Devenir

1863-1864

Vienne

Mitteilungen des ÖAV, Band 1+2, publication annuelle, sous la direction de Edmund von Mojsisovics et de Paul Grohmann.

1865-1871

Vienne

Mitteilungen des ÖAV deviennent Jahrbuch ÖAV, publication annuelle dirigée par Edmund von Mojsisovics.

1870 et 1871

Munich

Publication d'un annuaire intitulé Zeitschrift des DAV, édité par le club lui-même, sous la direction de Theodor Trautwein, libraire à Munich. Deux tomes.

1872

Munich

Le Jahrbuch ÖAV et la Zeitschrift des DAV se réunissent pour former une Zeitschrift des DÖAV. Ce premier numéro commun, (portant les mentions Jahrgang 1872, Band 3 der Zeitschrift des DAV, 10. Jahrgang der Publikationen des ÖAV), est publié sous la direction de Klaus Haushofer.

1873

Munich/ Vienne

Chaque club, encore indépendant, publie séparément un numéro de sa propre revue. Jahrbuch ÖAV, Bd. 11 et Zeitschrift des DAV, Bd. 4.

1874

Munich

Le Jahrbuch ÖAV et la Zeitschift des DAV fusionnent définitivement pour devenir la Zeitschrift des DÖAV. Directeur Klaus Haushofer, puis Theodor Trautwein à partir de 1877, ensuite Emmer (1889), et Hess (1895).

1875

Francfort

Création des Mitteilungen des DÖAV, comme organe institutionnel de diffusion des questions administratives (CR d'assemblées générales, statuts, etc.). Theodor Petersen en est le premier responsable. La publication paraît 6 fois par an avant de devenir mensuel en 1885, sous la direction de Johannes Emmer.

1923

Vienne

Création de la revue de la section du DÖAV Reichensteiner (Rédacteur, K. Sandtner) sous le titre Der Bergsteiger.

1930

Vienne

Après quelques transformations Der Bergsteiger est repris par la direction générale du DÖAV. A partir de cette date le DÖAV dispose donc de 3 organes officiels : Mitteilungen des DÖAV, (mensuel), Zeitschrift DÖAV (annuel) et Der Bergsteiger (mensuel).

1938

Munich

Mitteilungen des DÖAV et Zeitschrift DÖAV deviennent Mitteilungen DAV et Zeitschrift des DAV.

1942

Munich/ Vienne

Fin de parution des toutes les publications du DAV.

  • 26 Cf. ZDAV, (1872), p. 37-38, 75, 100-101, (1873), p. 38.

33Ces transformations représentent en grande partie les évolutions organisationnelles du club au cours de ces années. Ainsi la fusion entre l'ÖAV et le DAV, sous l'égide de ce dernier, s'accompagne bien de la fusion des deux anciennes revues, cette dernière étant d'ailleurs déjà réalisée alors qu'on discute toujours de la fusion administrative des clubs26. De même, après l'Anschluss, la disparition de l'Autriche en tant qu'État indépendant, va de pair avec l'abandon de la dénomination Club alpin austro-allemand au profit du seul Club alpin allemand, ce qui se répercute immédiatement sur le titre de la Zeitschrift.

  • 27 Cité in Zebhauser (1992), p. 89.

34Si l'on prend l'année 1930 comme référence, on voit que le club dispose de trois organes de diffusion de ses idées et que chacun a une fonction précise. Les Mitteilungen, qui étaient à l'origine un peu comme le Journal Officiel du club, perdent de ce caractère et allient désormais de plus en plus informations internes et comptes-rendus de courses, textes sur la pratique. Der Bergsteiger se veut plus qu'une simple revue du club alpin, auquel elle est toutefois très liée, et revendique son statut de porte-parole de toutes les tendances alpines. Des Allemands doivent parler à d'autres Allemands en excluant toute idée politique, y compris la politique du club. Malgré tout, nous nous efforcerons de lever toutes les ambiguïtés par un dialogue rationnel et ferons impitoyablement la chasse à toutes les déviances. Nous nous occuperons avant tout de l'alpinisme sportif et des nouvelles voies d'escalade27.

  • 28 Cf. Mestre (1998), p. 240-250.
  • 29 Cf. Amstädter (1996), p. 325-335.

35En fait cette déclaration est elle-même loin d'éviter toute ambiguïté, tant l'appel aux autres Allemands n'est pas autre chose qu'une déclaration politique d'Autrichiens à des Allemands du Reich, sur une base qui est loin d'être aussi « rationnelle » que les rédacteurs veulent bien le faire croire. Le choix aussi de privilégier l'alpinisme sportif n'est pas neutre puisqu'il se situe à un moment où cette forme d'alpinisme apparaît comme un des éléments premiers du combat en montagne. C'est l'illustration, à travers l'augmentation de la difficulté des parcours, d'un combat idéologique autant contre les Italiens, perçus comme l'ennemi par excellence depuis que les territoires du Tyrol du sud leur ont été attribués et qui ont, eux, déjà adopté, sous la fascisation du CAI, l'alpinisme sportif comme pratique généralisée de l'alpinisme28, que contre les Amis de la Nature, dont le groupe d'alpinistes de pointe l'Alpinistengilde commence à ouvrir des voies d'escalade de haut niveau, rompant avec l'idéologie d'alpinisme contemplatif des créateurs des Naturfreunde et faisant par là-même une concurrence accrue aux alpinistes du DÖAV29.

  • 30 Cf. Mestre (1998), chapitre « Les trois derniers grands problèmes des Alpes », p. 275-279.

36La dénomination française « d'alpinisme sportif » choisie ici pour rendre l'allemand Alpinismus der Tat (mot à mot « alpinisme d'action ») affaiblit d'ailleurs quelque peu le concept allemand, qui va ensuite évoluer de plus en plus vers un Kampfalpinismus, « cet alpinisme de combat » qui culminera avec les victoires acquises dans les grandes faces nord du Cervin ou de l'Eiger entre 1931 et 193830.

37De fait Der Bergsteiger évoluera, grâce à l'adjonction de plus en plus fréquente de textes concernant les aspects artistiques de la montagne et de représentations graphiques de toutes sortes, vers une revue esthétique. La Zeitschrift perd de son aspect cahiers séparés pour devenir un véritable annuaire, la vitrine en quelque sorte du club alpin,

  • 31 Cité in Zebhauser (1992), p. 69.

Les descriptions d'ascensions en disparurent. [...]. La Zeitschrift publia désormais des études plus importantes, des textes de synthèse et des monographies31.

  • 32 Voir Mestre (1998), conclusion.
  • 33 II reste à faire sur ces nouvelles publications le travail d'analyse qu'a accompli Zebhauser sur le (...)

38Après la capitulation de mai 1945, l'interdiction du DAV pour nazisme avéré, et quelques péripéties d'ordre juridico-politique, l'ÖAV et le DAV se reconstituent indépendamment l'un de l'autre32. Les clubs adoptent alors un siège central fixe (Innsbruck pour l'ÖAV, Munich pour le DAV), où l'on trouve des centres de documentation, tout comme il en existe aussi aux sièges des grandes sections, comme Vienne. Les publications principales sont, côté allemand, Panorama, qui a remplacé les Mitteilungen, l'organe d'informations générales Forum, et Berg, annuaire portant clairement la mention Alpenvereinsjahrbuch, forme nouvelle de la Zeitschrift. On trouve aussi des publications scientifiques telles les Wissenschaftliche Alpenvereinshefte, et des collections spécialisées, comme la série des Alpine Klassiker (arrêtée désormais), les Dokumente des Alpinismus et des ouvrages spécialement consacrés au Musée alpin et à ses collections33.

3 Un aspect de l'action culturelle (Kulturarbeit) du DÖAV, à travers la Zeitschrift, 1919-1942

39C'est cet aspect des choses qui va nous occuper maintenant, tant de nombreux articles de la ZDÖAV représentent parfaitement les tendances fondamentales de la philosophie du DÖAV sur divers sujets qui, pris ensemble, constituent ce que les dirigeants ont toujours nommé l'« action culturelle » (Kulturarheit) du club. Il s'agit d'un concept très prégnant dans la conception identitaire du club, concept qui regroupe un ensemble de préoccupations d'ordre historique, politique, sociologique, mais que le club a toujours rejetées en tant que telles pour ne pas prêter le flanc à la critique d'être un club politiquement engagé. Il s'avère que toutes sont pourtant bien du ressort de l'idéologie.

  • 34 On trouvera en annexe la liste complète des textes et leurs caractéristiques essentielles.

40A titre d'exemple on étudiera ici à partir d'articles de la Zeitschrift la question de la territorialité germanique dans les Alpes, à une époque donnée 1919-1942. Nous avons ainsi isolé de l'ensemble des textes parus pendant ces 23 années 17 articles de cette nature34. Ils forment un tout cohérent d'un total de 377 pages, ce qui est loin d'être négligeable. Les quelques textes écrits après la prise de pouvoir par les nazis (6 en tout, pour 62 pages) montrent une exacerbation de la thématique.

41L'analyse des contenus nous livre quelques thèmes récurrents majeurs, qui peuvent être synthétisés en une seule problématique : les Alpes, tout au moins dans leur plus grande partie, sont pour l'essentiel un territoire de culture germanique. Cela est attesté par l'histoire des peuplements, est concrétisé par la présence de frontières qui séparent ethnies germaines des autres. Il n'y a pas, en revanche, de différence fondamentale entre des Alpes allemandes et des Alpes autrichiennes, donc pas de frontières pertinentes entre les deux pays. Un même raisonnement vaut parfois également pour les territoires suisses germanophones. Là où l'allemand n'est pas la langue dominante, on note avec prédilection la permanence d'îlots linguistiques, plus compacts et plus cohérents que les zones italophones équivalentes en territoire germanophone. Il est évident que la perte des territoires du Tyrol du sud après 1918 est vécue comme un coup fatal porté à la germanité. Toute ascension, excursion, compte-rendu technique inclura donc si possible des lignes sur l'ethnologie, dont le fondement est un mélange des théories de Friedrich Ratzel sur les frontières naturelles avec un fond de préjugés bien ancrés sur les mentalités et les comportements.

  • 35 Kiene (1926), p. 61.

Un enfant allemand depuis toujours a été séparé contre son gré de sa mère patrie : c'est la dure loi, impénétrable d'un destin impossible à détourner, qui conduit un peuple tout aussi souvent qu'un individu, là où, dans aucun de ses songes, il n'avait envisagé d'aller ; c'est une disposition de l'histoire qui frappe des innocents ; c'est un chapitre de l'immense souffrance allemande, qui a clos la guerre. Des noms allemands depuis la nuit des temps se dressent aujourd'hui, tels des rochers isolés, face à une autorité étrangère, à une mentalité étrangère.[...] Et dans le val Sarentino, artère fondamentale de ce cœur du Tyrol, vivent des ethnies allemandes issues d'un sang gotique des plus anciens [...]. Sur tous ces noms allemands, des montagnes allemandes veillent pour l'éternité35.

42Là où, en définitive, les explications de type historique, linguistique ou sociologique ne sont pas assez convaincantes, il reste un élément clef, celui de la race. C'est Kiene qui l'utilise le plus systématiquement. Pour son étude sur le val Sarentino (Sarntal), il propose, il impose plutôt une lecture particulière.

  • 36 Kiene (1926), p. 69.

La recherche raciale pense qu'il y a ici les descendants des Ostrogoths, disparus en Italie, dont des reliquats se seraient retirés dans cette vallée qu'ils colonisèrent et qui, malgré une consanguinité millénaire, purent s'y maintenir. Que les habitants y soient d'une autre composition que ceux des vallées voisines, se reconnaît dès l'abord extérieur : ce sont des silhouettes de grande taille, minces, sèches, aux traits du visage comme taillés à coups de serpe et aux nez aquilins. Bien entendu on trouve aussi parmi eux de nombreuses faces arrondies et des cheveux noirs et crépus, des yeux largement écartés et une tendance à l'embonpoint, qui sont autant de caractéristiques rhéto-romanes. [...]36

  • 37 Stolz (1933), p. 257.

43Nous avons ainsi une idée des critères « objectifs » qui vont permettre de différencier cette ethnie des autres, surtout les rhéto-romanes, symboles ici des peuplades d'origine latine. On notera avec intérêt que, dans une autre contribution, le Ladin (car c'est de lui qu'il s'agit) « du point de vue de la race, a beaucoup d'affinité avec le Tyrolien du sud allemand, il se sent aussi très lié à ce dernier en tant que compatriote »37. Peu importe manifestement la rigueur intellectuelle, puisque l'objectif est de montrer que les Germains étaient là « avant », que ce territoire fait partie du grand espace alpin germanique, que nous avons introduit plus haut. Restons dans le domaine du sentiment racial puisque Kiene fait ensuite intervenir les caractéristiques sociales de l'habitant du val Sarentino. Il y décèle

  • 38 Kiene (1926), p. 69.

un rejet total de tout ce qui est étranger, urbain. [...] Une mise en avant pleine de fierté de sa propre origine à travers son vêtement et sa langue. [...] Mais pourtant le gain qu'il tire des champs est bien trop mince pour pouvoir nourrir toute une famille : alors l'habitant de la vallée s'est fait éleveur et commerçant de bestiaux et, comme il est intelligent, il est devenu un excellent commerçant38.

44Le mélange entre une certaine xénophobie et le rejet de la ville est issu en droite ligne de la tendance Heimat, bien présente dès la moitié du XIXe siècle, qui caractérise un ancrage völkisch marqué. Quant à l'intelligence « naturelle » de l'habitant de cette vallée, elle est à mettre en relation avec les autres traits « innés » évoqués dans la citation précédente. Pour parfaire le tableau Kiene propose une troisième série de « faits » propres à faire de l'habitant de ces lieux un personnage quasi irréprochable :

  • 39 Kiene (1926), p. 69.

On reconnaît son sens aigu de la réalité au fait qu'il n'aime ni la musique, ni le chant ni même la danse. Son passe-temps favori est de jouer gros jeu aux cartes et de pratiquer la moquerie. Sa plus grande qualité est l'amour de son terroir39.

45Il va de soi, pour Kiene, que le paysan ainsi décrit est le prototype du, ou d'un Germain, que rien ne chassera jamais de son territoire. Car les qualités qu'il possède sont celles

  • 40 Kiene (1926), p. 70.

d'un représentant d'une paysannerie libre, travailleuse, consciente de sa valeur, de pure race allemande au milieu des frontières de l'Italie, d'une paysannerie nécessaire pour assurer à notre pays, pendant des siècles, le caractère germain de ses ancêtres. Et dans ces hommes sont tellement ancrés l'amour de la glèbe, le côté sanctifié des vieilles traditions et la conscience de la valeur de leur propre race qu'il n'existe aucun danger de voir une politique coercitive ou habile faire de ces paysans montagnards, allemands depuis des siècles, des bâtards sans caractère dotés d'une mentalité et d'une langue maternelle romanes40.

  • 41 Kaup (1942), citation p. 31, tableau p. 34.

46On ne saurait mieux exprimer ce qui ne va pas tarder à constituer le discours nazi par excellence, et qu'un autre auteur, J. Kaup, professeur d'université à Munich, illustre à merveille. Son étude raciale des habitants des Alpes, destinée à montrer qu'il existe aussi « une continuité germanique dans l'espace alpin », a pour point de départ la longueur et la largeur du crâne de certaines composantes de la population, qu'il illustre par des photos et un tableau41. Sa conclusion mérite d'être transcrite in extenso :

  • 42 Kaup (1942), p. 45.

Des infiltrations de dinosaures ou d'humains de race orientale jusque dans les territoires alpins de la Suisse ne se sont jamais produites dans l'histoire et sont à exclure de par la nature de la colonisation des vallées alpines par les ethnies germaines. De même, des avancées plus tardives de populations rhétiques à la peau foncée et au visage élargi, en provenance des Alpes, qui seraient la marque d'une surpression biologique, et auraient pu provoquer une dépréciation sociale, sont à exclure chez les paysans montagnards germaniques, heureux comme des enfants. Vhomo alpirms qui vit dans le territoire linguistique et culturel allemand n'appartient pas à une race spécifique à la peau brune, à la tête qu'une variante de la race germanique, à la peau quelque peu assombrie à travers les générations42.

Conclusion

  • 43 Voir Georg Etscheit (2000).

47Plus personne aujourd'hui ne se hasarderait à écrire de telles lignes dans une revue du Club alpin allemand, surtout dominé par des conflits internes sur son orientation entre traditionalistes et adeptes du tout loisir43. Toutefois on peut voir que Berg, qui est un peu la vitrine du club, possède cette spécificité d'être coédité par le DAV, l'ÖAV et l'AVS (Alpenverein Südtirol, section germanophone du club alpin dans le Haut-Adige, qui perdure en parallèle aux sections du Club Alpino Italiano), façon pacifique de reconstituer, pour un temps, une alliance de toutes les composantes germanophones du club : simple clin d'œil de l'histoire ou reconstitution d'un front germanique, avec toutes les réminiscences que cette union peut soulever ? Honni soit qui mal y pense !

Haut de page

Bibliographie

Publications de clubs alpins directement utilisées

Der Bergsteiger, Bd 1, Oktober 1932-September 1933.

Jahresberichte DAV, 1995, 1996, 1998, 1999.

Mitteilungen ÖAV, Jahrbuch ÖAV, de 1863 à 1873.

Österreichische Alpenzeitung, 1879-1881.

Zeitschrift DÖA V, (abrégée dans le texte ZDÖAV), de 1919 à 1942.

Autres sources

AMSTÄDTER Rainer, Der Alpinismus, WUV-Universitätsverlag, Wien, 1996. « Die Bücherei des D. und Ö. Alpenvereines », in Der Alpenfreund, Jhrg. 1922, p. 308-310.

BÜHLER Hermann, Die Alpenvereinsbücherei, Sinn und Wesen, Aufgaben und Ziele, Verlag F. Bruckmann A.G., München, 1934.

DREYER Aloys, Der Alpinismus und der Deutsch und Österreichsiche Alpenverein, Marquardt und Co, Berlin, 1909.

DREYER Aloys, « Die Alpenvereinsbücherei », in ZDÖAV, 1919 (numéro spécial consacré au cinquantième anniversaire du Club), p. 76-81. DREYER Aloys, « 25 Jahre Alpenvereinsbücherei », in ZDÖAV, 1927, p. 83-90.

EMMER Johannes, PURTSCHELLER Ludwig und andere, Zum 25. Bestehen des Deutschen und Österreichischm Alpenvereins 1869-1894, ZDÖAV, numéro spécial, 1894.

ENGEL Claire Éliane, La littérature alpestre en France et en Angleterre aux XVIIIe et XIXe siècles, thèse, Librairie Dardel, Chambéry, 1930.

ENGEL Claire Éliane, A History of Mountaineering in the Alps, Allen Unwin, London, 1950.

ESTERS Klara, « Lang erwartet. Wiedereröffnung der Bibliothek des Deutschen Alpenvereins », in Mitteilungen DAV, 1996/6, p. 423-424.

ETSCHEIT Georg, « Abstieg zum Event. Bergkameradschaft ade. Im deutschen Alpenverein geht es drunter und drüber », in Die Zeit, Nr. 40, 28. September 2000, p. 79.

GRASSLER Franz, « 75 Jahre Alpenvereinsbücherei. Ein Kapitel Alpenvereinsgeschichte », in AV Jahrbuch, 102, 1977, p. 227-230.

GRIMM Peter, « Die Alpenvereinsbücherei heute », in Mitteilungen DAV, 1957/9, p. 187-189, 209-210.

GRIMM Peter, « Bibliothek des DAV. Nicht nur der Name ist neu ! », in Mitteilungen DAV, 1997/3, p. 210.

GUILCHER Goulven, « La place du montagnard dans les guides de voyages en français et en anglais au XIXe siècle », in Babel, N° 5,2001, p. 53-77.

KAUP J., « Die Alpenbewohner im Wandel der Rassensystematik », in ZDÖAV, 1942, p. 31-45.

KIENE Hans, « Aus den Sarntaler Alpen », in ZDÖAV, 1926, p. 61-94.

KLEBELSBERG Raimund von, « Südiroler Mittelgebirgswanderungen », in ZDÖAV, 1933, p. 197-209.

KLEBELSBERG Raimund von, « Höhen um Bozen », in ZDÖAV, 1936, p. 136-144.

LB., « Surfend in die Welt der Berge », in Alpin 6/97, p. 8-9.

MESTRE Michel, La montagne et l'alpinisme, vecteurs de l'idéologie nationaliste dans les Etats alpins (1850-1950), thèse université Aix-Marseille 1, 1998.

MESTRE Michel, Alpi contese, Alpinismo e nazionalismo, traduction de La montagne et l'alpinisme, vecteurs de l'idéologie nationaliste dans les Etats alpins (1850-1950), CDA, Torino, 2000.

MESTRE Michel, « Les alpinistes austro-allemands de la fin du XIXe siècle », in STAPS, n° 51, Hiver 2000, p. 29-47.

MORIGGL J., « Zehn Jahre Vereinsgeschichte, 1919-1929 », in ZDÖAV, 1929, p. 301-355.

MÜLLER Alfred M., Geschichte des Deutschen- und Österreichsichen Alpenvereins, Dissertation, Münster, 1979.

PICHL Eduard, « Die Bergwelt um den Molayer See und den Hochweissstein, 1 », in ZDÖAV, 1925, p. 135-143.

PICHL Eduard, « Die Bergwelt um den Molayer See und den Hochweissstein, 2 », in ZDÖAV, 1926, p. 170-186.

PICHL Eduard, « Die Bergwelt um den Molayer See und den Hochweissstein, 3 », in ZDÖAV, 1927, p. 283-288.

RÜBER Hedwig, « Alpenvereinsbücherei öffnet ihre Schatzkammer », in Mitteilung DAV, 1969/21, p. 106-110.

SIEGER Robert, « Die neuen Grenzen in den Alpen », in ZDÖAV, 1923, p. 89-114.

STOLZ Otto, « Anschaung und Kenntnis der Hochgebirge Tirols vor dem Erwachen des Alpinismus », in ZDÖAV, 1927, p. 8-36.

STOLZ Otto, « Alpinismus in Tirol », in ZDÖAV, 1928, p. 14-68.

STOLZ Otto, « Der deutsche Raum in den Alpen und seine Geschichte, 1 », in ZDÖAV, 1932, p. 1-36 + carte p. 263.

STOLZ Otto, « Der deutsche Raum in den Alpen und seine Geschichte, 2 », in ZDÖAV, 1933, p. 240-276.

TAILLAND Michel, « Les guides imprimés en langue anglaise des alpinistes victoriens », in Gilles Chabaud, Evelyne Cohen, Natacha Coquery, Jérôme Penez, Les guides imprimés du XVIe au XXe siècle, Belin, Paris, 2000, p. 271-280.

wopfner Herrmann, « Die Besiedlung unserer Hochgebirgstäler. Dargestellt an der Siedlungsgeschichte der Brennergegend », in ZDÖAV, 1920, p. 25-86.

wopfner Herrmann, « Eine Siedlungs- und volkskundliche Wanderung durch Villgraten », in ZDÖAV, 1931, p. 246-276.

zebhauser Helmut, Alpine Zeitschriften, DAV, München, 1992.

zebhauser Helmut, Trentin-Meyer Maike, Zwischen Idylle und Tummelplatz Katalog für das Alpine Museum des DAV, DAV, München, 1996.

zwickh Nepomuk, Geschichte der Alpenvereinssection München 1869-1899, Verlag der Alpenvereinssection, München, 1900.

Haut de page

Annexe

ZDÖAV, 1919-1942

Problématique de l'espace alpin germanique

Dates

Auteurs

Titres

Pages
(nombre
de pages)

Thématique

1920

Hermann Wopfner

Die Besiedlung der Brennergegend

25-86 (61)

Colonisation de territoires de montagnes par des Germains

1923

Robert Sieger

Die neuen Grenzen in den Alpen

89-114 (26)

Les nouvelles frontières avec l'Italie

1925

Eduard Pichl

Die Bergwelt um den Molayer See und den Hochweissstein (1)

135-143 (9)

Redécouverte de montagnes « allemandes » après la perte du Tyrol du sud

1926

Hans Kiene

Sarntaler Alpen

61-94 (24)

Recherche raciale

1926

Eduard Pichl

Molayer See und Hochweissstein (2)

170-186 (17)

Souvenirs de guerre et territoires

1927

Otto Stolz

Anschauung und Kenntnis der Hochgebirge Tirols vor dem Erwachen des Alpinismus (1)

8-36 (29)

Histoire alpine

1927

Eduard Pichl

Molayer See und Hochweissstein (3)

283-288 (6)

Suite et fin de 1925 et 1926

1928

Otto Stolz

Alpinismus in Tirol (2)

14-68 (55)

Suite et fin de 1927

1932

Otto Stolz

Der Deutsche Raum in den Alpen und seine Geschichte (l)

1-36 + 263
(37 + 1)

Considérations sur un Etat alpin allemand transfrontalier

1933

Raimund von Klebelsberg

Südtiroler Mittelgebirgs Wanderungen

197-209 (13)

Variations sur les thèmes Heimat (patrie) et Volkstum (germanité) dans le Haut-Adige

1933

Otto Stolz

Der Deutsche Raum in den Alpen (2)

240-276 (37)

Suite et fin de 1932

1936

Jos.Jul. Schätz

Der Alpenanteil des Deutschen Reichs

1-14(15)

Les Alpes allemandes : regrets de la perte du Tyrol du sud

1936

Raimund von Klebelsberg

Die Höhen um Bozen

136-144 (9)

Südtirol (Tyrol du sud ou Haut-Adige), territoire allemand

1938

Otto Roegner

Vergessene deutsche Sprachinseln in den Westalpen

106-112(7)

La germanité dans les Alpes, (fidélité aux racines)

1938

Raimund von Klebelsberg

Auf Bergwegen durchs Pustertal

166-176 (11)

Idem 1936 et 1933

1939

Franz Huter

Die Besiedlung des « Landes im Gebirge »

194-198 (5)

Le peuple allemand dans les Alpes

1942

J. Kaup

Die Alpenbewohner im Wandel der Rassen­systematik

31-45 (15)

Etude raciale des populations en vue de montrer qu'il existe une communauté alpine germanique

TOTAL :
377 pages

Haut de page

Notes

1 Encydopédia Universalis, tome 4, 1993, Larousse, Grand dictionnaire encyclopédique, tome 2, 1982, Littré Paul-Emile, Dictionnaire de la langue française, tome 1, 1997.

2 Dictionnaire alphabétique et analogique de la langue française, Paul Robert, SNL, Paris, 1970.

3 Cf. François Etienne (1986).

4 Pour une histoire des clubs alpins dans l'espace germanique, cf. Mestre, thèse, (1998), p. 114-149. Rappel : ÖAV = Österreichischer Alpenverein (Club alpin autrichien), créé à Vienne en 1862, DAV = Deutscher Alpenverein (Club alpin allemand), créé à Munich en 1869, DÖAV = Deutscher Österreichischer Alpenverein (Club alpin austro-allemand), issu de la fusion des précédents en 1873.

5 Cf. Dreyer (1909), chap. 1, 2, Purtscheller (1894), Emmer, Stolz (1927 et 1928).

6 Cf. les ouvrages de Claire Eliane Engel (1930 et 1950).

7 On consultera ici Goulven Guilcher (2001) et Michel Tailland (2000).

8 Cf. Dreyer (1919), p. 76.

9 Jahrbuch ÖAV, 1865, p. 375.

10 Jahrbuch ÖAV, 1869, p. 389.

11 Tyrol du sud de l'époque, futur Haut-Adige.

12 Bühler (1934), p. 8.

13 Dreyer (1909), p. 106.

14 ZDAV, 1869/1870, p. III-VI.

15 Jahrbuch (1865), p. 361, (1867), p. 402-403.

16 Österreichischer Alpenklub, fondé en 1878 par Julius Meurer, avec pour idées essentielles l)la pratique d'un alpinisme élitiste, 2) de préférence dans les Alpes autrichiennes.

17 ÖAZy 1879, Nr. 1-4, p. 1.

18 Dreyer (1909), p. 98.

19 Dreyer (1909), p. 64.

20 Cf. Zebhauser/Trentin-Meyer (1996), p. 112.

21 Zebhauser/Trentin-Meyer (1996), p. 126.

22 Dreyer (1909), p. 98.

23 Voir Dreyer (1909), p. 139-153, surtout les paragraphes b et c.

24 C'est ce qui correspond à la rubrique désormais bien connue baptisée « chronique alpine ».

25 II a été établi à partir des informations contenues in Hess, ZDÖAV (1919), p. 16-29, Zebhauser (1992), actualisées début 2001 lors de la présente rédaction.

26 Cf. ZDAV, (1872), p. 37-38, 75, 100-101, (1873), p. 38.

27 Cité in Zebhauser (1992), p. 89.

28 Cf. Mestre (1998), p. 240-250.

29 Cf. Amstädter (1996), p. 325-335.

30 Cf. Mestre (1998), chapitre « Les trois derniers grands problèmes des Alpes », p. 275-279.

31 Cité in Zebhauser (1992), p. 69.

32 Voir Mestre (1998), conclusion.

33 II reste à faire sur ces nouvelles publications le travail d'analyse qu'a accompli Zebhauser sur leurs homologues jusqu'en 1942.

34 On trouvera en annexe la liste complète des textes et leurs caractéristiques essentielles.

35 Kiene (1926), p. 61.

36 Kiene (1926), p. 69.

37 Stolz (1933), p. 257.

38 Kiene (1926), p. 69.

39 Kiene (1926), p. 69.

40 Kiene (1926), p. 70.

41 Kaup (1942), citation p. 31, tableau p. 34.

42 Kaup (1942), p. 45.

43 Voir Georg Etscheit (2000).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Mestre, « La bibliothèque et l'activité éditrice du Club alpin austro-allemand (DÖAV) : de la documentation à l'idéologie », Babel, 6 | 2002, 63-84.

Référence électronique

Michel Mestre, « La bibliothèque et l'activité éditrice du Club alpin austro-allemand (DÖAV) : de la documentation à l'idéologie », Babel [En ligne], 6 | 2002, mis en ligne le 10 novembre 2012, consulté le 30 mai 2017. URL : http://babel.revues.org/1950 ; DOI : 10.4000/babel.1950

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Babel. Littératures plurielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire Babel
  • Logo Université de Toulon
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org