Navigation – Plan du site
La possibilité de l’hybridation

Cinéma(s) d’Égypte et littérature occidentale : un champ à explorer

Michel Serceau
p. 149-152

Résumé

Le cinéma égyptien, très ancien et de très loin le plus important du monde arabe, a produit un nombre important d’adaptations d’œuvres littéraires. Les œuvres de la littérature occidentale ont, qui plus est, précédé celles de la littérature arabe. Reflet de la culture des cinéastes et des scénaristes, mais destinées au public presque exclusivement populaire du cinéma égyptien, et de tous les pays où il s’exportait, ces adaptations ont toutes été des transpositions ; aucune n’a reconstitué le cadre historique des romans. Quelques auteurs, quelques genres (le drame et le mélodrame) et quelques thèmes (la vengeance, la passion amoureuse) ont été privilégiés. On relève entre 2 et 6 adaptations des Misérables, de La Dame aux camélias, d’Anna Karenine, du Comte de Monte-Cristo… Cette focalisation, certainement pas anodine, est une pièce à verser au dossier de la réception de la littérature par le cinéma.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Ce très bref texte transcrit la substance d’une intervention à la table ronde sur « Les sources lit (...)

1Le cinéma égyptien1 n’est pas seulement le plus ancien et le plus prolifique des cinémas arabes. Cinéma de studios et de genres à l’instar du cinéma américain (on a pu, non sans raison, parler d’un « Hollywood sur Nil ») avant d’être un cinéma d’auteur, c’est le plus diversifié. L’une de ses caractéristiques est d’avoir abondamment puisé dans la littérature. Aucun autre cinéma arabe n’y a autant puisé, et beaucoup n’y sont pas du tout allés chercher des sources d’inspiration.

2L’un des premiers films égyptiens parlants (Zeinab, 1930) est l’adaptation par Mohamed Karim d’un roman de l’Égyptien Muhammad Hussayn Haykal, salué comme une œuvre pionnière du roman arabe, avec de réelles préoccupations sociales. La voie est ouverte : il n’y aura, jusqu’au début des années 1990, guère d’années où ne soit pas produite en Égypte au moins une, le plus souvent plusieurs, jusqu’à 6 ou 7, adaptations d’un écrivain national. Un autre réalisateur adapte dès 1933 Topaze de Marcel Pagnol, que suit en 1939 une adaptation de la trilogie (Marius, Fanny, César) du même Pagnol. Une autre voie est ouverte. On dénombre aussi, en moins grande quantité, mais régulièrement, des adaptations de la littérature, pas seulement française, mais anglaise, russe. C’est sur ce phénomène, unique, encore une fois dans le monde arabe, que je veux ici attirer l’attention.

3On peut d’abord en chercher la raison. Le cinéma égyptien étant un cinéma de grande consommation, son public étant en majorité un public populaire qui ne connaissait pas la littérature occidentale, on n’exploitait pas un horizon d’attente. Le roman, au sens où nous l’entendons en Occident, étant né en Égypte assez tard (il n’existait pas lors de l’avènement du cinéma), ce recours à la littérature occidentale était peut-être un substitut. Le cinéma étant un signe de modernité, le cinéma occidental, et plus particulièrement le cinéma américain, étant un modèle, le « conte » (dirais-je pour faire court), la forme traditionnelle dominante dans la culture arabe, ne fournissait pas la matière de scénarios adéquats. Il ne répondait pas aux canons des fictions cinématographiques, à leur dramaturgie.

4On ne peut non plus négliger la culture des producteurs et des réalisateurs – au fait, eux, de cette production romanesque occidentale – et l’intérêt qu’ils pouvaient avoir pour elle. Car, si quelques-unes de ces adaptations sont des remakes d’adaptations occidentales des œuvres littéraires en question, la plupart en sont des adaptations directes, originales, des œuvres littéraires. Elles ont ceci de propre en outre d’être toutes des transpositions dans le contexte égyptien. Nul équivalent de ce qu’a fait notamment le cinéma américain en reconstituant le cadre historique d’un roman français, russe…, voire d’un conte oriental. Ce que l’on appelle parfois des films à costumes. Les spectateurs égyptiens n’auraient pas compris, disent, non sans raison, certains commentateurs.

5Mais ceci ne suffit pas à expliquer cela. On peut faire une autre hypothèse, qui ne contredit pas la première, mais permet, à mon sens, d’approfondir le phénomène. Elle s’étaye sur une constatation : les œuvres littéraires adaptées peuvent être des œuvres d’auteurs classiques – je pense ici à Shakespeare, Molière, deux monuments de la culture occidentale, même ; mais ce ne sont pas, et de loin, les plus nombreuses. Les scénaristes et cinéastes ont, visiblement, privilégié des œuvres ayant une trame de mélodrame. Un genre littéraire en soi, qui était passé de mode en Occident mais dans lequel ils n’ont, à mon avis pas par hasard, puisé. Il correspondait en Égypte et dans le monde arabe à un horizon d’attente. Exemples emblématiques : on relève 1 adaptation des Deux orphelines (pièce d’Adolphe d'Ennery et Eugène Cormon, 1867), et rien moins que 3 adaptations du Maître de forges (roman de Georges Ohnet, 1882) et 2 de La Porteuse de pain (roman de Xavier de Montépin, 1884-1887). Ces œuvres, aujourd’hui oubliées, ont aussi été abondamment adaptées dans le cinéma occidental. Il est donc clair que ce genre a été un canal de la réception qu’ils ont faite, et qu’a faite par leur entremise le public, de la littérature occidentale.

6Non que les grands auteurs, encore une fois, aient été oubliés. On relève les noms de Balzac, des sœurs Brontë, d’Alexandre Dumas, de Victor Hugo, d’Émile Zola, de Dostoïevski, de Tolstoï, de Gogol. Mais on remarquera tout d’abord qu’il y a là une focalisation sur le xixe siècle. Pas d’auteurs du xviiie siècle. Roman oblige : le genre a connu au xixe siècle en Europe un développement décisif.

7Non que le théâtre soit négligé. Si les adaptations de Molière sont quantité négligeable, celles de Shakespeare sont assez nombreuses. Or, le dramaturge anglais avait été élu par les romantiques. Il y a peut-être là, donc, une logique. Les 2 pièces de Shakespeare les plus adaptées sont en outre La Mégère apprivoisée et Roméo et Juliette : 2 occurrences chacune. On pointera surtout la seconde : son thème (l’amour rendu impossible par l’antagonisme de deux familles) et ses deux personnages principaux ont une indéniable universalité ; on en connaît en maints endroits et dans maintes cultures des variantes.

8Coïncidence ? L’un des romans les plus adaptés (5 occurrences) est La Dame aux camélias (d’Alexandre Dumas fils). Autre histoire d’amour contrariée : émergence d’une autre situation et d’un autre personnage, également archétypaux. A considérer par ailleurs le fait que les œuvres de Tolstoï adaptées sont Anna Karenine (1 occurrence, peut-être plus) et Résurrection (3 occurrences), des romans centrés aussi sur des figures féminines et narrant des histoires d’amours tragiques, condamnés, on voit se dessiner une convergence. On a là d’indéniables, très signifiants, recoupements. Tout se passe comme si le cinéma égyptien voulait mettre en exergue une certaine image de la femme et de l’amour, comme si s’imposaient les thèmes de la faute, de la rédemption.

9Sont élus là des figures et des thèmes qui ont certainement un écho dans la société et la culture égyptienne. Il s’agirait donc, plus que d’axes de sélection, de critères de réception d’une littérature occidentale moins élue pour elle-même – il ne s’agit pas d’une réception savante – que pour les figures et les situations dans lesquelles peut se retrouver le public égyptien. On aurait là des dénominateurs communs, voire des traits transculturels.

10Il en est d’autres. Au moins un autre. L’inventaire des adaptations fait apparaître en effet une focalisation aussi (parfois liée à la première) sur les thèmes corollaires de la justice et de la vengeance. La question de la justice est traitée par antiphrase par la focalisation sur des situations et des personnages victimes d’injustice, ou poursuivis par un sort injuste. Cela transparaît déjà dans le choix de mélodrames comme La Porteuse de pain (dont l’héroïne est, ceci dit en passant, une femme du peuple). Cela devient très visible dans l’importance donnée aux Misérables (2 occurrences), la seule œuvre de Victor Hugo adaptée. Cela éclate si l’on pointe la place sans égale qu’a occupée dans le cinéma égyptien, et ce jusqu’à une date récente (1990), Le Comte de Monte-Cristo. Il y en a eu pas moins de 7 versions. C’est sans doute l’œuvre la plus adaptée, et c’est la seule d’Alexandre Dumas.

11Il ne s’agit là que d’un premier et rapide examen. Il y a néanmoins des enseignements à en tirer. Sur le plan de l’adaptation, mais aussi et surtout sur le plan, plus large, de la réception de la littérature par le cinéma. Il faudrait recouper avec ce qui s’est produit dans d’autres cultures, sur d’autres continents, et aussi avec ce qui s’est produit en Europe même, en Amérique.

Haut de page

Notes

1 Ce très bref texte transcrit la substance d’une intervention à la table ronde sur « Les sources littéraires du cinéma égyptien », Marseille, Bibliothèque de l’Alcazar, 18/11/2011, dans le cadre d’un cycle de projections sur le cinéma égyptien organisé par Aflam à Marseille et dans sa région (2/11 au 10/12/2011).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Serceau, « Cinéma(s) d’Égypte et littérature occidentale : un champ à explorer », Babel, 24 | 2011, 149-152.

Référence électronique

Michel Serceau, « Cinéma(s) d’Égypte et littérature occidentale : un champ à explorer », Babel [En ligne], 24 | 2011, mis en ligne le 01 juillet 2012, consulté le 29 mai 2017. URL : http://babel.revues.org/179 ; DOI : 10.4000/babel.179

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Babel. Littératures plurielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire Babel
  • Logo Université de Toulon
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org