Navigation – Plan du site

Les Fleurs bleues (R. Queneau)

Noé ou le voyage au centre du langage
Séverine Manhaval
p. 41-55

Résumés

Les Fleurs bleues, roman paru en 1965, propose un fascinant voyage dans le temps et dans l'espace géographique des langues, une odyssée au cœur de la problématique babélienne dont il se fait le porte-parole. Queneau joue sur les particularités linguistiques, les idiolectes et les syntaxes dans une perspective transhistorique et cosmopolite, créant un nouvel esperanto romanesque : le « néobabélien ». Toutes les langues s'interpénètrent et se correspondent, enrichissent l'écriture de l'œuvre et dévoilent peu a peu ses prolongements à la fois scientifiques et philosophiques. Queneau élabore ainsi son propre système linguistique et littéraire, dans ce laboratoire de l'arche romanesque, où la langue future est en gestation.
Reprenant le flambeau de Noé, l'écrivain entraîne ses lecteurs dans une traversée du déluge qui mêle le rêve et la réalité, l'humour et la nostalgie – celle de la langue unique, la virtuosité du style et la rigueur de la composition. Le roman démantèle les frontières historiques et géographiques, faisant ainsi de Noé une nouvelle figure de l'artiste, sauveur et reconstructeur du Verbe, et chantre de l'infinie potentialité du langage. Non sans humour, son esthétique se fonde sur une dialectique de la contrainte et de la liberté, de la destruction et de la reconstruction, soutenue par un style vif et corrosif. Le conteur, le poète et le mathématicien se rejoignent et conjuguent leur sagesse dans ce roman complexe et déroutant, récit à clés d'une expérience linguistique originale et approfondie.

Haut de page

Notes de la rédaction

La date de parution du roman Les Fleurs bleues est 1965, contrairement à ce que l'on peut lire dans la version papier de cet article. Les occurrences ont été corrigées.

Texte intégral

1Les Fleurs bleues, roman surprenant et méconnu paru en 1965, introduit par un curieux apologue chinois, propose à ses lecteurs un voyage dans le temps et dans l'espace géographique des langues. Dès son premier roman, Queneau manifeste une attention particulière à cette thématique linguistique : Le Chiendent (1933) est né du projet de transposer le Discours de la Méthode en français moderne. En ce sens, Les Fleurs bleues est aussi une sorte de discours de la méthode, méthode Assimil revue et corrigée par l'écrivain, qui amalgame des langues, les idiolectes et 1es syntaxes pour créer son propre esperanto, le « néobabélien ». Queneau pense qu'aucune langue, ni aucun langage, ne peut s'arroger la suprématie sur les autres, qu'il n'est guère de vérité ni de loi infrangible en matière de linguistique et de lexicologie, et élabore son propre système, à l'abri d'une arche où la langue future est en gestation. Tous les particularismes ont droit de cité dans l'œuvre, et contribueront chacun à l'édification de la tour néobabélienne, ou anti-babélienne, dans l'ère post-diluvienne. Ce voyage romanesque, onirique et linguistique entraîne le lecteur à travers l'Histoire et par delà les frontières arbitraires entre pratiques du Verbe divin : Noé devient donc la figure privilégiée de l'écrivain, dont le génie romanesque maîtrise le déluge des mots. Au terme de cette traversée, Queneau nous offre, dans l'azur d'un bouquet de sa composition, l'infinie potentialité du langage concentrée dans le nouveau médium universel, le néobabélien.

I. Les Fleurs bleues ou l'Arche du langage

Un roman aux dimensions du monde

  • 1 Les Fleurs bleues, pp. 19-20 : « Ne seriez-vous pas aïno ? [...] Iawohl ! Et ce glass ? ! [...] Wie (...)
  • 2 Genèse (6, 17) : « De tout être vivant, de toute chair, tu introduiras un couple dans l'arche pour (...)
  • 3 F.B., p. 22 et p. 20 : « Anda to the campus bicose sie ize libre d'andare to the campus » ; « Sanx, (...)

2Queneau, dans son roman, convie le monde entier au sein de son arche magique, où règnent le cosmopolitisme et l'anachronisme. Sa première tâche est d'effacer les clivages nationaux et linguistiques, afin que coexistent les langues et les cultures les plus diverses. Ainsi l'anglais francisé côtoie-t-il l'italien, l'espagnol, l'allemand et le japonais reconstitué, ces rencontres étant prétexte, comme toujours chez Queneau, au jeu de mots et de sons1. La thématique de la confusion rejoint celle du cosmopolitisme, voire du pacifisme. Fondre dans l'unité romanesque les cultures et les nationalités, c'est esquisser, déjà, la nostalgie d'une langue universelle. Si l'écrivain se permet quelques transcriptions phonétiques, la raison en est surtout dans la précellence qu'il accorde à la réception auditive du langage, et ce procédé permet, en outre, de rassembler les précieuses espèces comme Noé recueillit les animaux épargnés par Dieu2. La phonétique est peu orthodoxe, mais l'effet poétique et humoristique indéniable3.

  • 4 F.B., p. 46 : « Derrière les fils de fer barbelés, Godons, Brabançons, Néerlandais, Suomiphones, Pi (...)

3Le lecteur entend alors s'élever une musique enchanteresse, qui réunit toutes les langues sous le thyrse de l'harmonie verbale, avatar du bâton de patriarche de Noé. Lieu privilégié de cette communion internationale, le « campigne » des Fleurs bleues devient l'arche à ciel ouvert qui offre le spectacle de la diversité et de la circulation permanente4. Mais que le lecteur ne se méprenne pas sur le sens de cette joyeuse scène : si les « bêtes curieuses » que lui présente le roman semblent tout droit sorties d'un cirque ou d'un zoo, ce n'est que par analogie avec le macrocosme du monde, où chaque langue reste étrangère à l'autre. Autarcie illusoire que Noé, « homme juste et intègre » selon la Genèse (6, 9), rend caduque et vaine. Pasteur du langage et du Verbe, l'écrivain réunit sous sa houlette son fidèle troupeau de mots, qu'il aime à voir s'ébattre dans l'espace de ses phrases. Le nomade, celui qui fait paître – nemein – nourrit et élève son précieux cheptel, avant de le conduire vers les pâturages où s'épanouissent les fleurs bleues. À la manière d'Ésaïe le prophète, il annonce l'alliance entre les créatures les plus éloignées ou les plus hostiles les unes envers les autres : « la vache et l'ourse auront un même pâturage, leurs petits un même gîte ; et le lion, comme le bœuf mangera de la paille » (II, 7-8). Noé ne recueille plus les bêtes, mais les langues : sa mission n'en est que plus délicate.

  • 5 J. Dauphiné, « L'Anti-texte dans Les Fleurs bleues » (L'Information littéraire, n° 5, 1986, pp. 228 (...)
  • 6 Genèse, (6, 17-18) : « Moi, je vais faire venir le Déluge [...] sur la terre, pour détruire sous le (...)
  • 7 F.B., p. 44 : « Comme ils ne participèrent pas de toute évidence à la construction de la Tour de Ba (...)

4II est tentant de considérer l'œuvre comme un « anti-texte » qui proposerait la destruction et l'éclatement, « à l'image de la Tour de Babel5 ». Pourtant, elle semble davantage se présenter comme le texte de l'alliance au sens biblique du terme, le chaos se situant, paradoxalement, du côté de Dieu6. Quant à Noé, il bâtit l'arche-texte qui réunit les disjecta membra de la langue brisée et morcelée, et tente, en affrontant le Déluge, de renverser la malédiction babélienne. Récusant le dogme de la transmission du péché originel, Queneau crée donc l'espace symbolique du roman, afin de conjurer le cauchemar de l'incommunicabilité et de l'incompréhension mutuelle, et jette un pont par-dessus les frontières pour relier – religer – la trame rompue entre les langues7. La religion poétique se libère du châtiment divin, et confond dans une même figure de Sauveur le pasteur nomade et le voyageur Noé, double visage de l'écrivain.

Un roman transhistorique

  • 8 La Prisonnière, M. Proust, Paris, Gallimard, La Pléiade, t. 2, p. 1072. « Il semble que les événeme (...)

5Liber mundi des temps modernes, Les Fleurs bleues ne se contente pas de regrouper les langues, mais voyage à travers l'Histoire, brouillant l'ordre chronologique et bouleversant notre conscience habituelle du temps. Dès la première phrase du roman, la temporalité est précise et datée : l'histoire, et l'Histoire, débutent un 25 septembre 1264. Le jeu sur les époques et les dates nous situe ensuite dans cinq années différentes, couvrant une période de 175 ans. Le hasard ne gouverne pas, l'on se doute, cette successivité surprenante. En effet, le lecteur voyage de 1264 à 1439, puis se retrouve en 1614 et 1789, avant d'échouer, comme la péniche de Cidrolin, en 1964, présent du récit où vit et rêve l'alter ego du duc d'Auge. Les cinq dates forment une suite mathématique parfaite, une série cyclique, où apparaît régulièrement la même terminaison des deux derniers chiffres. Aux extrémités de la chaîne temporelle, se répondent en écho 1264 et 1964, reliant le présent respectif des deux personnages. Ce retour périodique semble donc être le reflet de l'alternance de deux rêves, dont on ne sait lequel doit prévaloir. Qui rêve qui ? Est-ce Dieu qui rêve Noé, ou Noé qui rêve Dieu ? Comme dans la Genèse, « les réservoirs du grand Abîme [sont] rompus et les Ouvertures du ciel [sont] béantes » (7,11). Le présent ne se limite plus au présent, ni l'Histoire au passé, à l'image de l'écoulement augustinien vouant à l'échec toute tentative de fixation du temps. Queneau traduit une expérience de la temporalité, proche par sa mise en forme du chronotope proustien8. La recherche du temps perdu est le corollaire de la quête de la Langue originelle, et Noé doit se rendre maître du déluge historique s'il veut mener à terme sa périlleuse traversée.

  • 9 F.B., p. 23 : « Ils ne reviendront jamais [...] Ils sont à peine partis que c'est tout juste si je (...)
  • 10 F.B.,p. 63 : « Si, justement ! [...] faut confondre ! ! ! [...] Suppose que tu es devant la tévé [. (...)

6Roman transhistorique, Les Fleurs bleues posent aussi le problème de l'ubiquité et du dédoublement, qui permet aux contraires de coexister, et aux personnages de vivre simultanément en deux lieux et deux temps différents. Comment penser l'Histoire, concilier la chronologie objective et la perception subjective, et les intégrer dans le roman pour qu'elles s'accordent au projet esthétique de l'auteur ? Dès les premières pages, Cidrolin formule cette interrogation, point de départ de la vision romanesque de Queneau9, et centre du labyrinthe où alternent structures parallèles, signes intertextuels et références historiques. Dans cet ingénieux dédale, le voyage onirique est encore le moyen le plus efficace et le plus agréable de parcourir l'échelle du temps, au bout de laquelle Noé espère entrer dans l'ère post-diluvienne, ou néobabélienne. D'où l'intérêt de « confondre » – confundere, id est « fondre ensemble » – langues et dates, comme le conseille avec enthousiasme l'un des personnages10. Si la fin de l'Histoire est inéluctable, c'est qu'elle est « la science du malheur des hommes » (Une Histoire modèle). Queneau laisse percevoir, dans son écriture, une certaine nostalgie de l'Âge d'Or où l'homme vivait sans souci de la mesure des instants et des jours. Dans son Histoire modèle, il imagine ainsi « un couple heureux » jouissant du Paradis terrestre, et chutant dans l'Histoire à la suite de leur faute : « le premier malheur qui les accable les précipite dans l'Histoire, et la chronologie commence ». À la fin du roman, Auge-Noé embarque pour la traversée diluvienne, alors que Cidrolin quitte l'histoire et l'Histoire. L'un rejoint le temps des origines, l'autre accède à l'ère post-historique : fin du roman, fin de l'Histoire, début du rêve pour le lecteur.

  • 11 Journal de Queneau, 25 juin 1940 : « Maintenant, c'est fini [...] Oui, c'et fini. Naturellement je (...)
  • 12 J .-L. Borges, Le Temps et J.W. Dunne (in Autres Inquisitions) : « Dans l'état de veille, nous parc (...)

7Les Fleurs bleues sont donc le pont magique entre deux âges de félicité, le point de rupture étant l'écroulement de Babel ou le déferlement des eaux diluviennes. Pourtant, l'Histoire est aussi espace de jeu, et du « je », pour le romancier, et si elle disparaît, l'arche-livre sombre avec elle, emporté par le même déluge11. Le roman, le rêve et l'Histoire forment la nouvelle trinité, image du triple visage de la réalité, car, comme l'écrit Borgès, « la réalité est toujours anachronique ». Instrument de la maîtrise du temps, le « bateau-livre » de Noé vogue en quête de l'Éternité, sur un océan de mots qui le conduit à cette « grande contemplation » de l'Unité retrouvée12.

II. Noé, figure de l'écrivain

Le conservateur des infinis visages du vivant (R. Char)

  • 13 Genèse (8, 17) : « Fais-les sortir avec toi et qu'ils grouillent sur la terre, qu'ils soient fécond (...)
  • 14 F.B., p. 276

8Dans l'arche du roman, sont recueillies toutes les formes de langues « pur[es] et impur[es] » (Genèse, 7, 2), qui féconderont le néobabélien contenu en germe dans ce coffre (arca) au trésor. L'écrivain, poète et linguiste à sa façon, y installe son laboratoire de mots, et enrichit ses expériences de tout ce que retient son ouïe exercée d'alchimiste du langage : lexies évocatrices, termes polysémiques, archaïsmes, emprunts. Noé devient le médiateur et le protecteur de la Création, envisagée sous les auspices du Verbe et de l'oralité. Il réunit les fragments épars d'une langue divisée et éclatée pour leur insuffler une nouvelle vie et une jeunesse néobabélienne, interprétant le mythe biblique comme un mythe de la renaissance et de la résurrection, du temps où s'ouvrent les corolles13. Sous la vase protectrice, un monde nouveau, déjà débordant de sève, s'apprête à éclore. Approchons-nous « pour considérer, un tantinet soit peu, la situation » romanesque14.

  • 15 F.B., p. 221 : « Vous eûtes raison d'émigrer, Joachim [...] Voyez., si j'ose dire, cette nuit du 4 (...)

9Non seulement Queneau aime à jouer avec les mots, mais il les choie pour eux-mêmes, pour leur musique, leur texture imaginaire, leurs contours. Pour le poète, ils forment un monde à l'image du microcosme de l'arche, et comme Breton, Queneau imagine que « les mots font l'amour », dans les deux sens du terme. Aucune discrimination n'a court dans l'univers en miniature du roman : mots usés, négligés, familiers, mots purs et mots impurs, mâles et femelles, rois et vagabonds, tous ont droit de cité dans Les Fleurs bleues. Souvent deux registres des plus opposés se côtoient au sein du même discours, dévoilant une intention d'auteur à la fois philologique et humoristique15. Cultivant la surprise et le rapprochement inattendu, l'écrivain subvertit les conventions romanesques pour rassembler, dans l'espace de 21 chapitres, les « visages » les plus représentatifs des langues. Ce choix du nombre 21 comme chiffre de la composition littéraire est un symbole de plus, qui renvoie à la thématique biblique. Représentation de la perfection (3 x 7) et de la Sagesse – qui compte 21 attributs – il rayonne d'une valeur totalisante qui s'accorde avec l'ambition du poète catalyseur de langues. Faut-il rappeler que, pour Queneau, les arcanes mathématiques et numérologiques recèlent tout autant de mystère que la magie incantatoire du Verbe ?

  • 16 F.B., p. 21 et p. 78 : « Je préférons l'eau pure » ; « Merci bien ! j'en avons nulle envie ».
  • 17 L.F. Céline, Voyage au bout de la Nuit, Paris, Gallimard, 1952, p. 11 : « Notre voyage à nous est i (...)
  • 18 L'Espace littéraire, M. Blanchot (Gallimard).
  • 19 Genèse (9, 7) ; « Soyez féconds et prolifiques, pullulez sur la terre, et multipliez-vous sur elle  (...)
  • 20 F.B., p. 138.
  • 21 J. Giono, Fragments d'un Déluge (in Noé, Paris, Gallimard, 1961, pp. 5-6)

10Toutefois, l'auteur ne se contente pas d'enregistrer les idiosyncrasies linguistiques, mais recueille aussi à bord de sa nef des fous de langues, les particularités géographiques et historiques. En subtil magicien des mots, il s'essaye même au néologisme, premier pas décisif vers le néobabélien : entre neo et Noé, il n'est affaire que d'un mouvement d'O... Dans ce musée-bibliothèque de langues, se cache, sur quelque rayonnage obscur, un Atlas de Littérature potentielle, dont les jargons, les pataquès et les mimologies ne sont pas exclus16. Retranscrire l'oralité sans en altérer la saveur ni en retrancher la vie, telle fut aussi l'ambition de Céline, qui appareille pour un Voyage au bout de la Nuit, au centre du langage et de la création romanesque. Comme Queneau, il perçoit le pouvoir libérateur du rêve, et joue sur son ambiguïté par rapport au réel. Les quelques lignes au frontispice de son roman pourraient être un discours néobabélien, et il n'est pas exclu que l'ombre de Noé y plane, éternel rêveur et éternel voyageur17. Dans Les Fleurs bleues, l'arche-livre, construit pour porter dans les flancs les germes du futur, devient le livre-monde qui abrite les épiphanies de l'oralité. L'espace littéraire s'offre comme un vivarium de langues, dont l'écrivain est le grand expérimentateur attentif. Blanchot pense que « chaque homme est appelé à recommencer la mission de Noé » et qu'il doit devenir l'arche intime et pure de toute chose, le refuge où elles s'abritent18 ». Queneau conserve et protège les espèces linguistiques, choisies selon les critères d'une prodigieuse diversité, mais ne les considère pas comme un patrimoine intouchable, dont il aurait la charge sans avoir l'usufruit. À l'image de Timoléo Timoléi, double hommage à Galilée et à Brecht, il cultive et observe, dans son arche-laboratoire, les « infinis visages du vivant » qu'il s'agit d'inventorier et de faire fructifier. La nature nous apprend que la fleur précède le fruit : le néobabélien ne sera mûr qu'au terme du roman, selon de désir du Créateur qui souhaite la prospérité du monde postdiluvien19. Après la division, la multiplication est une condition de l'alliance. Dans le roman, ce vœu se traduit par un rêve de savoir encyclopédique, de don inné des langues, de communication universelle, possession sans lacune du verbe, que l'écrivain recueille éclaté, morcelé, affaibli. À la recherche de « l'élixir de longue vie20 » écho de la quintessence rabelaisienne - et des cinq dates qui articulent l'histoire - il oppose l'essence des langues (al-iksïr) à la contingence de la diversité éparpillée. L'arche qui s'apprête à « fendre les flots » est l'antithèse de la Tour de Babel, figée dans un immobilisme qui la voue à l'écroulement. Le roman s'offre alors comme l'ultime tentative pour recomposer le corps osirien de la langue parfaite, qui retrouve d'abord sa forme dans le cœur du poète, dont l'humour est une expression du refus de la déchéance babélienne. Noé est un personnage intérieur, Queneau le porte en lui avec les « fragments d'un déluge » à écrire21.

Le déluge maîtrisé

11Affronter le déluge implique de savoir le maîtriser et le canaliser, afin qu'il ne submerge pas l'arche du roman, ni ne noie auteur et lecteur sous un flot anarchique et incontrôlable. Si la tour de Nemrod a dépassé les ambitions de ses bâtisseurs, aspirant sans répit à l'élévation, la technique de composition adoptée dans Les Fleurs bleues se prémunit avec prudence contre l'entropie et la désorganisation. Le potentiel des mots est libéré sous le contrôle d'une plume vigilante, qui ne les laisse pas vaguer au hasard ni s'engendrer à l'infini par jeu d'associations ou d'échos, l'auteur de Bâtons, Chiffres et Lettres (1950), en mathématicien averti, sait que la contrainte est nécessaire, et que la création idéale naît du mariage entre la plus grande liberté poétique et la plus stricte règle esthétique. Selon les préceptes de la littérature potentielle, « toute œuvre littéraire se construit à partir d'une inspiration qui est tenue à s'accommoder [...] d'une série de contraintes et de procédures qui rentrent les unes dans les autres comme des poupées russes » (OuLiPo). Le travail de l'écrivain est de « serrer ensemble » – constringere – les éléments d'une réalité multiforme et insaisissable. Si, comme le pense Gide, l'art naît de la contrainte et meurt de ne pas en avoir, étouffé par une liberté excessive et hasardeuse, les langues elles aussi ne peuvent survivre sans règle. N'oublions pas que Dieu lui-même a créé le monde selon ordre, poids et mesure.

  • 22 F.B., p. 31.

12Le roman semble, à première lecture, placé sou le signe du canular, de l'invention verbale et de l'accumulation humoristique. La dimension ludique du langage est privilégiée, consacrant la subjectivité inévitable le toute prise de parole. Les mots les plus inoffensifs en viennent à se métamorphoser, et leur référent à se dissoudre par un effet d'étrangeté. La confusion efface les distinctions entre langues, et permet l'avènement l'un autre discours, qui triomphe du déluge de sons et de sens. Dans ce lexique revu et corrigé, une « espadrille » n'a plus le sens de ce que l'on désigne couramment sous ce nom, mais devient une sorte d'hybride entre l’espadon et la banderille, bref un de « ces trucs qu'ils enfoncent dans le cou du fauve22 ». Refusant d'être contredit dans son usage discursif, le personnage déclare symboliquement : « moi, j'appelle ça comme ça, donc ça s'appelle comme ça ».

  • 23 F.B., p. 22.

13Toutefois, si la subjectivité et l'arbitraire s'imposent au sein des discours et des échanges, cette apparence dissimule une règle implicite, sous-jacente au jeu irrespectueux avec l'autorité du dictionnaire. Toute communication a pour but la compréhension mutuelle, et quel que soit le système linguistique adopté, l'informativité et la réception adéquate du message restent des critères incontournables. L'invention de la langue future n'échappe pas à cette règle d'or, et l'on comprend l'admiration manifestée par Cidrolin pour ce « métier de costaud23 », dont Noé est le premier représentant. L'écrivain protège et conserve, mais surtout il découvre et façonne, dépassant le projet divin, de nouvelles espèces nées d'hybridations savantes et d'unions audacieuses. Après tout, personne ne sait ce qu'il advint dans l'arche, microcosme de vie, au cours de la longue traversée du Déluge... La mission du bâtisseur de langue et du dompteur les eaux déchaînées par le courroux divin, consiste à canaliser l'impétuosité du Verbe, pour démontrer la suprématie de l'esprit d'ordre ct de structure sur l'anarchie facile de la « spontanéité » poétique. Le piège qui guette l'écriture sans frein ni bride, n'est autre que la servitude d'un abandon au luxe désordonné de l'imagination et des associations arbitraires, conduisant souvent à la gratuité la plus morne. « Livres à l'envers, ça fait servil », remarque Queneau (La Révolution surréaliste, n° 1), alors que la contrainte peut ouvrir des portes secrètes à une liberté bien employée. Le poète sait que la condition de sa réussite est la construction rigoureuse et sans faille d'un navire de mots, qui ne sera ni la nef des fous – ou alors fous de la folie des sages – ni le radeau de la Méduse pétrifiante.

  • 24 F.B, p. 138.

14Laboratoire de langue, bibliothèque itinérante, l'arche-péniche de Cidrolin lutte contre le déluge qu'elle appelle elle-même de ses vœux : déluge de mots, de sens, déluge musical et intertextuel, où se croisent références et allusions parodiques. Sans inondation, point d'arche en effet ; mais sans arche, point de déluge au sens initiatique et religieux du terme, la mort sans perspective de renaissance n'étant plus qu'une absurdité ou un accident de la nature. Queneau, par l'intermédiaire de ses deux personnages, joue avec le déluge dans une dialectique de la contrainte et de la 1iberté ; il libère l'imaginaire pour mieux le contenir ensuite, et s'expose aux flots menaçants jusqu'à la limite, jamais franchie, de la noyade. Les Fleurs bleues sont aussi fleurs aquatiques, qui s'épanouissent dans la fluidité du langage et le courant des langues. Les deux personnages sont d'ailleurs placés sous le signe de l'eau et du jeu. Cidrolin, sirène et ondin est l'habitant du rêve vagabond et de l'onde en perpétuel mouvement·– unda, c'est-à-dire l'eau courante. Quant à Auge, timonier du Déluge et nocher des langues, il est le maître du jeu, et du « je », avec l'eau. Il est aussi l’auge réceptacle du néobabélien, le ventre, l’alvus, protecteur et nourricier, à qui sera confiée la navigation de l'arche salvatrice. « Comprendre le langage des abeilles24 », c'est retrouver, peut-être, la cellule première de LA langue, l'alvéole maternelle où sont cachés les rayons d'or du langage idéal. Avec le pollen de ces fleurs réunies, l'inventeur fabriquera le miel d'un nouvel idiome savoureux. « Noé fut le premier agriculteur » nous dit la Genèse (9, 20). La première pousse fut sans doute le premier germe développé du néobabélien (ou néodiluvien).

III. A la recherche de la langue universelle : le néobabélien

L'onirisme des langues : la langue est un songe

  • 25 F.B., p. 42.
  • 26 F.B., p. 276 : « La péniche remontait le cours du fleuve [...l Il y avait tant de brouillard qu'on (...)

15« Ce sont des mots que j'ai inventés pour désigner des choses que je vois dans mes rêves25 ». Ainsi le duc d'Auge justifie-t-il ses néologismes, anticipation visionnaire de la langue future. Queneau, à l'image de son personnage, rêve sur les mots, rêve de mots, et rêve les mots, qu'il crée ou marie sous les auspices de la création poétique. Les Fleurs bleues est un songe de langue, une méditation onirique sur le langage, une traversée à travers temps et espace de l'univers mystérieux de leurs métamorphoses. Cette « petite cosmogonie portative » traduit en rêve et en roman la naissance d'une nouvelle langue, fruit d'une hiérogamie sans précédent entre archaïsme et modernité, passé et avenir linguistiques imaginés par 1'écrivain. « Nous voilà bien loin de l'onirologie sapientiale et chrétienne », et l'auteur ne se contente plus de mettre un bonnet rouge au dictionnaire. « Votre science sémantique, messire, a fumet d'hérésie », pourraient arguer les puristes de la langue et le cénacle académique. Certes, mais Queneau leur répondrait que c’est privilège de duc que de « néologiser » et liberté de poète de néobabéliser sous le masque de Noé. Il propose le rêve comme moyen d'exploration des états de langue, et l'expérimente dans son roman, invitant le lecteur à le suivre dans ses découvertes. L'onirisme des Fleurs bleues est aussi une projection visionnaire qui entrevoit la source du logos et de la communication, et remonte jusqu'à ce jaillissement premier pour mieux s'élancer ensuite vers « l'espoir du grand lointain informulé » (R. Char). Le roman adopte pour horizon utopique la langue unique et universelle, langue d'avant l'Histoire ou d'après le Déluge, qui ne connaît ni division ni corruption. L'ultime rêve porté par le livre, et vécu symboliquement par son créateur, abolit définitivement la chronologie et l'espace géographique, facteurs de confusion, pour dominer, du haut de la tour-donjon, la totalité du langage et sa complexité réduite à l'unité26.

16Queneau ne rejette aucun moyen d'exploration du logos et de la réalité linguistique. Comme Stevenson, il pense que « l'art est un jeu, mais [qu'il] faut jouer avec le sérieux d'un enfant qui joue », ou d'un homme qui rêve. La langue à son tour devient un jeu, jeu de pistes et jeu d'échecs, où les règles sont les conditions du plaisir.

  • 27 F.B., p. 105.
  • 28 F.B., p. 45 : « Ce sont des bestioles vives et couinantes en tous sens sur leurs pattes rondes [... (...)

17Si Auge s'égare dans la forêt qu'il traverse, l'écrivain prend garde de tracer avec sûreté son chemin dans le dédale luxuriant du langage, et refuse la « méthode probabiliste » qui n'offre qu'une direction non moins aléatoire qu'arbitraire27 ». Le paradoxe du rêveur-créateur, dans le roman, réalise l'heureux mariage de ces facultés qu'il salue lui-même en Raymond Roussel : « une imagination qui unit le délire du mathématicien à la raison du poète » (Conversations avec G. Ribemont-Dessaignes). Le duc mathématicien part en croisade contre la confusion, tandis que Cidrolin le rêveur écrit et réécrit sans fin la même histoire mystérieuse en graffitis hiéroglyphiques. Le songe dans le songe (onar anti oneiratos), par un double renversement magique, dévoile le secret et l'origine de la prolifération des langues, et la naissance de ce bestiaire fantastique qui concrétise l'image de « véhicule » linguistique28. Le rêve d'un rêve, n'est-ce pas précisément le réel purifié par le filtre d'un au-delà onirique ? Le code d'écriture et de composition romanesque obéit en cela à un code de lecture, qui tient un peu de l'oniromancie et de la numérologie. Dieu et Noé sont les artisans d'un même renouveau, dont l'un se charge du chaos et l'autre de la reconstruction. Comme l'écrit Queneau dans Morale élémentaire (1975), « pour en arriver là, il aura fallu remuer ciel et terre » Grâce au rêve, l'écrivain bouleverse le ciel de la création romanesque, et afin de percer le brouillard accumulé par les siècles, se lance dans une entreprise d'élucidation, à travers un flot continu qui semble vouer l'œuvre à l'inachèvement. Le palimpseste mural de Cidrolin est une image du roman gagné par une étrange amnésie, et qui poursuit sans fin sa réécriture. Paradoxalement, le songe permet seul, semble-t-il, d'écarter les voiles de la confusion, qui cachent l'athanor magique où pourraient se fondre toutes les langues. « Trouver une langue » est le vœu ardent du poète, désir vécu et prophétisé, auquel Queneau donne la forme d'un bouquet de fleurs bleues. Des immortelles sans doute...

  • 29 J. Giono, Noé, p. 111 : « J'avais incontestablement là une démesure qui portait la marque olympienn (...)

18Le Déluge n'est peut-être qu'un rêve de Dieu, et Noé une image enfantée par le même songe. Mais Noé lui-même rêve qu'il défie son Maître, dépasse ses intentions et s'affranchit de son rôle de serviteur fidèle. « L'inquiétante liberté des décombres de Babel » (G. Steiner) suscite l'émergence d'un Noé prométhéen ou luciférien, voleur de feu et de langue qui se joue du courroux divin, et glorifie la perte comme propédeutique nécessaire à la révélation du Verbe. Comme chez Giono, le rêve est la marque de cette démesure vivifiante qui fait trembler Dieu29.

Le néobabélien : confusion ou solution ?

19Au terme du voyage, du roman et du rêve, apparaît enfin la nouvelle langue, le néobabélien, annoncée par des signes prophétiques que l'écrivain s'amuse à disperser au cours du livre. L'événement qui crée la rupture dans l'ordre divin, et qui permet la naissance des Fleurs bleues, est évoqué directement par Queneau dans les dernières pages du roman. La confusion babélienne est à la fois le problème à résoudre, le manque à résorber, et la source même du renouveau proposé par l'écrivain. Sans chute, point de redressement, sans écroulement et destruction, point de création : tel est le fécond paradoxe du mythe et du roman qui le réécrit. Il est d'ailleurs au centre de toute pratique créatrice et de toute réflexion sur l'art. Toutefois, l'auteur choisit, non sans malice, de situer l'événement fondateur à la fin de son récit. Au lieu d'être à l'origine de l'Histoire, le mythe est renvoyé au terme de la narration, non plus comme source du récit, mais aboutissement et illustration. L'écroulement de l'immeuble en construction, qui ensevelit son vigilant gardien sous les décombres, laisse la voie libre à la création, ou recréation, telle que Dieu en confie la tâche à Noé. Le roman se referme comme une boucle, confirmant la structure répétitive et circulaire illustrée par la rime sémantique, et par une temporalité achronique.

  • 30 F B., p. 189 : « Nostalgie ? [...] Il vient de nostos et d'algos, algos qui [...] veut dire en grec (...)

20L'arc-en-ciel, signe de l'alliance, déploie un éventail de néologismes dont l'utilité première est d'enrichir la langue. Ils proposent aussi un jeu fascinant sur les sons et les sens, que le poète perçoit avec une acuité supérieure. Partant d'un constat de polysémie et d'évolution morphologique des mots, il ne se résigne pas à prendre note des faits, ni à observer ces phénomènes en spectateur passif, mais choisit d'intervenir et de participer à ces échanges et métamorphoses jubilatoires. Le néobabélien offre à l'auteur des mots différents de ceux de la tribu, qui ne sont ni flétris ni galvaudés par l'usage et le passage du temps. Queneau pratique ainsi le néologisme lexical, par la création de mots (ératépiste, éssésse, chevalchimie), et sémantique, par l'introduction de sens nouveaux conférés à des termes préexistants (cf. « espadrille »). À la manière d'un Isidore de Séville des temps modernes, l'écrivain compose ses propres Étymologies, proclamant le règne de la subjectivité en matière de création linguistique. Les discours savants de Stèphe et Sthène sont l'illustration, parodique et humoristique, de l'invention lexicale et de ses techniques séculaires30. L'écrivain néologisant ne fait donc que poursuivre l'œuvre des siècles et la création ininterrompue de la langue. Le maître es lingua, dont le rire se profile à l'horizon du roman, est sans aucun doute Rabelais, premier chantre du néobabélisme à qui Queneau rend un hommage implicite. L'essence de fenouil qui coule à flot dans Les Fleurs bleues n’est pas sans évoquer, en effet, la « dive bouteille » du Quart Livre, objet de la quête et aboutissement du voyage. Souvent aussi, le néologiste subvertit les étymologies, et crée ses propres lois linguistiques comme son propre système de langue. Le vrai (etumos) peut quelquefois n'être pas vraisemblable, et le logos officiel ne pas s'accorder à la vision du poète. Le cratylisme n'étant qu'une illusion de plus, mieux vaut préférer, sans doute, écrire son propre dictionnaire, dont l'autonomie sera du moins une satisfaction pour le créateur. Après Babel, le pouvoir passe aux mains des poètes.

  • 31 M. Proust, La Fugitive, Paris, Gallimard, La Pléiade, t. 2, p. 9887 : « S'il est un moyen pour nous (...)

21Le néobabélien est donc le prolongement d'une évolution continue, résultant d'une exigence fondamentale du langage lui-même. Comme l'a montré G. Steiner (Après Babel, 1978), toute communication à l'intérieur d'une langue ou d'un idiome à l'autre, est une traduction, un déchiffrage. Dans la mesure où tout énonciateur élabore sa conception du langage, sa propre tour de mots et de sens, le problème de Babel est ramené à celui de l'individualité vécue à travers le discours, et imprimant son sceau sur le patrimoine linguistique commun. Le discours, étymologiquement, est ce qui court en tous sens, se disperse, et à terme, peut-être, s'étiole. La mission du poète est de recueillir ces fragments du déluge, pour recomposer, au sein du puzzle romanesque, la parole éclatée. Noé joue le double rôle de sauveur du monde ancien et d'instigateur du monde à venir, et son arche est à la fois réceptacle, protecteur et creuset des métamorphoses. Le lecteur est invité à bord, à titre de second, afin de participer à la création, et de témoigner en faveur du néobabélien. La terre promise est riche et féconde, nouveau Canaan débordant de lait et de miel, où la parole fugitive trouvera à s'implanter et à prospérer. Image proustienne par excellence31, cette fugitive est pour Queneau la langue fuyante et insaisissable, qui l'incite à s'oublier dans un juron, à propos d'un mot ou d'un sens envolé comme un songe : « Encore un de foutu ... ».

22Nous voici au terme de cette odyssée du langage, au bout de l'arc-en-ciel qui signale l'alliance néobabélienne, et soustrait le lecteur à son lingocentrisme sédentaire. En nous entraînant, à la suite de ses deux personnages attachants, au sein d'un déluge purifiant et régénérateur, le roman éveille notre attention au langage et à ses potentialités cachées. L'invention néobabélienne le confirme : l'ambition de Queneau constitue un apport dont il est peu d'exemples dans la littérature contemporaine. Révolutionnaire, mais avec humour et brio, son esthétique joue de la destruction et de la reconstruction, de la contrainte et de la liberté, grâce à un style et une méthode qui n'appartiennent qu'à lui. Traquant les vacuités du langage, l'écrivain les met à jour avec délice, et leur substitue une parole plus vive, plus riche, ouverte à tous les horizons linguistiques. Il reprend à son compte le mythe biblique, dont il fait le tissu (histos) de cette nouvelle tente de la rencontre : l'arche-roman, le bateau-livre. Affranchi de la tutelle des canons lexicaux et syntaxiques, il vogue fièrement sous un déluge maîtrisé, vers la terre encore vierge dont le profil se dessine peu à peu. La fin de Queneau, c'est le commencement de Noé et le point de départ de la navigation (nau). En revanche, le soin d'aborder sur la nouvelle terre est laissé au lecteur : le roman ne demande qu'à se poursuivre, et les graines semées n'attendent que de germer et de s'épanouir en belles fleurs bleues.

23Au bout de 21 chapitres, le poète ouvrit la fenêtre qu'il avait faite à l'arche. Il lâcha le corbeau, qui sortit, partant et revenant. Il lâcha aussi la colombe, mais elle ne trouva aucun lieu pour poser la plante de son pied, car il y avait des eaux à la surface de toute la terre. Il attendit encore puis lâcha de nouveau la colombe. Elle revint à lui, tenant dans son bec un bouquet de fleurs bleues. Alors l'Éternel dit au poète : « Je ne diviserai plus les hommes par le langage. Tant que le Verbe subsistera, les semailles el les moissons, l'été et l'hiver, le jour et la nuit ne cesseront point en Néo-Babélie ».

24L'aventure est là, qui nous invite et nous appelle.

Haut de page

Notes

1 Les Fleurs bleues, pp. 19-20 : « Ne seriez-vous pas aïno ? [...] Iawohl ! Et ce glass ? ! [...] Wie sind arrivati ? ».

2 Genèse (6, 17) : « De tout être vivant, de toute chair, tu introduiras un couple dans l'arche pour les faire survivre avec toi [...] De chaque espèce d'oiseaux, de chaque espèce de bestiaux, de chaque espèce de petites bêtes du sol, un couple de chaque espèce viendra à toi pour survivre ».

3 F.B., p. 22 et p. 20 : « Anda to the campus bicose sie ize libre d'andare to the campus » ; « Sanx, dit­il, et à rivedertchi ».

4 F.B., p. 46 : « Derrière les fils de fer barbelés, Godons, Brabançons, Néerlandais, Suomiphones, Pictes, Gallois, Tiois et Norois vaquaient à leurs occupations [...] Des musiques variées accompagnaient des différentes activités, et le chant lancinant de multiples transistors était parfois couvert par des chœurs en langues étrangères avec accompagnement de cornemuse, de bugle et d’ocarina. »

5 J. Dauphiné, « L'Anti-texte dans Les Fleurs bleues » (L'Information littéraire, n° 5, 1986, pp. 228-230).

6 Genèse, (6, 17-18) : « Moi, je vais faire venir le Déluge [...] sur la terre, pour détruire sous les cieux toute créature animée de vie ; tout ce qui est sur terre expirera. J'établirai mon alliance avec toi. »

7 F.B., p. 44 : « Comme ils ne participèrent pas de toute évidence à la construction de la Tour de Babel, rien n'empêche qu'ils se comprennent entre eux. »

8 La Prisonnière, M. Proust, Paris, Gallimard, La Pléiade, t. 2, p. 1072. « Il semble que les événements soient plus vastes que le moment où ils ont lieu et ne peuvent y tenir tout entiers [...] Ils débordent sur l'avenir par la mémoire que nous en gardons, mais ils demandent une place aussi au temps qui les précède ». 

9 F.B., p. 23 : « Ils ne reviendront jamais [...] Ils sont à peine partis que c'est tout juste si je me souviens d'eux. Ils existent pourtant, ils méritent sans doute d'exister. Ils ne reviendront jamais s'égarer dans le labyrinthe de ma mémoire [...] Peut-être ai-je rêvé ? ».

10 F.B.,p. 63 : « Si, justement ! [...] faut confondre ! ! ! [...] Suppose que tu es devant la tévé [...j : tu vois, Lucien Bonaparte qui agite sa sonnette [... ], tu assistes au 19 brumaire. Après ça, tu vas te coucher, tu dors pendant cent ans et puis tu te réveilles : alors, à ce moment-là, le 19 brumaire, c'est devenu de l'histoire ».

11 Journal de Queneau, 25 juin 1940 : « Maintenant, c'est fini [...] Oui, c'et fini. Naturellement je n'avais pas la naïveté de m'imaginer que ça durerait toujours. ».

12 J .-L. Borges, Le Temps et J.W. Dunne (in Autres Inquisitions) : « Dans l'état de veille, nous parcourons la succession du temps à une vitesse uniforme ; dans le rêve, nous embrassons une zone qui peut être extraordinairement vaste. Rêver, c'est coordonner les aperçus de cette grande contemplation et ourdir une histoire ou une série d'histoires. »

13 Genèse (8, 17) : « Fais-les sortir avec toi et qu'ils grouillent sur la terre, qu'ils soient féconds et prolifiques sur la terre. ».

14 F.B., p. 276

15 F.B., p. 221 : « Vous eûtes raison d'émigrer, Joachim [...] Voyez., si j'ose dire, cette nuit du 4 août, les aristocrates français n'arrêtent pas de faire des conneries. »

16 F.B., p. 21 et p. 78 : « Je préférons l'eau pure » ; « Merci bien ! j'en avons nulle envie ».

17 L.F. Céline, Voyage au bout de la Nuit, Paris, Gallimard, 1952, p. 11 : « Notre voyage à nous est imaginaire. Voilà sa force [...] C'est un roman, rien qu'une histoire fictive [...] Tout le monde peut en faire autant. Il suffit de fermer les yeux. C'est de l'autre côté de la vie ».

18 L'Espace littéraire, M. Blanchot (Gallimard).

19 Genèse (9, 7) ; « Soyez féconds et prolifiques, pullulez sur la terre, et multipliez-vous sur elle ; »

20 F.B., p. 138.

21 J. Giono, Fragments d'un Déluge (in Noé, Paris, Gallimard, 1961, pp. 5-6)

22 F.B., p. 31.

23 F.B., p. 22.

24 F.B, p. 138.

25 F.B., p. 42.

26 F.B., p. 276 : « La péniche remontait le cours du fleuve [...l Il y avait tant de brouillard qu'on ne pouvait savoir si la péniche avançait, reculait, ou demeurait immobile. Elle finit par échouer au sommet d'un donjon. »

27 F.B., p. 105.

28 F.B., p. 45 : « Ce sont des bestioles vives et couinantes en tous sens sur leurs pattes rondes [...] J'en aperçois dans mes rêves. Des milliers, des myriades, des légions. Je les vois qui envahissent les rues et les routes ».

29 J. Giono, Noé, p. 111 : « J'avais incontestablement là une démesure qui portait la marque olympienne : elle était entièrement installée dans l'ordinaire, le portatif et le quotidien [...] Elle séduisait comme un serpent tentateur [...] A quoi sert un Paradis terrestre si l'on n'a pas la tentation de le perdre ? ».

30 F B., p. 189 : « Nostalgie ? [...] Il vient de nostos et d'algos, algos qui [...] veut dire en grec souffrance et nostos qui veut dire retour ».

31 M. Proust, La Fugitive, Paris, Gallimard, La Pléiade, t. 2, p. 9887 : « S'il est un moyen pour nous d'apprendre à comprendre ces mots oubliés, [...] ne devons-nous pas l'employer, fallut-il pour cela les transcrire d'abord en un langage universel mais qui serait du moins permanent, qui ferait de ceux qui ne sont plus [...] une acquisition perpétuelle pour toutes les âmes ? ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Séverine Manhaval, « Les Fleurs bleues (R. Queneau) », Babel, 3 | 1999, 41-55.

Référence électronique

Séverine Manhaval, « Les Fleurs bleues (R. Queneau) », Babel [En ligne], 3 | 1999, mis en ligne le 21 septembre 2012, consulté le 22 juin 2017. URL : http://babel.revues.org/1462 ; DOI : 10.4000/babel.1462

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Babel. Littératures plurielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire Babel
  • Logo Université de Toulon
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org