Navigation – Plan du site

Baudolino, les rois mages et le mentir vrai : pour une lecture du signe

Arnaud de Vallouit
p. 296-315

Résumé

Quels sont les rapports entre la parole et la réalité dans le quatrième roman d’Umberto Eco, Baudolino ? L’écrivain brouille ostensiblement les pistes dans un ouvrage expérimental, qui est une méditation sur la création littéraire, mais reste prisonnier d’une forme finalement assez conventionnelle.

Haut de page

Texte intégral

“ I construct aristotelician machinest
hat allow anyone to see with words”.
Umberto Eco in Zeigeist in Babel
Indiana University Press 1991.

« - En somme vous nous présentez un petit traité d’arnaque italo-médiévale.
Je vais vous dire la vérité…
La vérité ?! (le présentateur se met à rire)… ».

  • 1 Présentateur de l’émission Droits d’auteurs, France Cinq, émission spéciale Baudolino du 27/03/2002

1Ce bref extrait d’un entretien accordé par Umberto Eco à Frédéric Ferney1, permet d’entrevoir la problématique exposée dans Baudolino : quels rapports parole et réalité entretiennent-elles ? De son propre aveu et selon ses termes, le sémioticien prend un malin plaisir à « couillonner » son lecteur. Ce quatrième roman ne semble pas faire exception à la règle. L’auteur s’ingénie à brouiller les pistes en se livrant à son sujet aux déclarations les plus contradictoires. Eloge ostensible de l’utopie d’après Umberto Eco, Baudolino se présente comme une synthèse romanesque de ses différents ouvrages théoriques. Le roman envisage en effet les limites de la fiction au sein même de celle-ci. Par la mise en abyme - le personnage de Baudolino est un conteur- la fiction en produit une autre et illustre ainsi le propos qu’elle expose implicitement. Du stade de la pré-conception à celui de la promotion, la relativité d’une vérité énoncée constitue donc la préoccupation majeure d’Umberto Eco.

  • 2 Entretien accordé au Magazine littéraire. N°407, Mars 2002, p.29.
  • 3 Elle perdure dans les proverbes actuels : « Veneziani gran signori, padovani gran dottori, vicentin (...)
  • 4 « Poi mi bastavano dei registi mensili, pochi linee, per ricordarmi gli eventi principali. ».p.17. (...)
  • 5 « A Baudolino ci era voluto un anno per uscire dalla follia melanconica che lo aveva preso, un anno (...)
  • 6 vertu contre virtù : « lui non è imperatore perche gli vengono le idee giuste, ma le idee sono gius (...)
  • 7 Cf.note 1.
  • 8 « divento un flagello di Dio che neppure Attila buonamina… », référence à l’Attila flagello di Dio (...)
  • 9 L’énigme de la mort de Frédéric et ses diverses explications « scientifiques » font basculer le rom (...)
  • 10 Bandes dessinées « de gare » contenant une intrigue à mi chemin entre l’horreur et le rationalisme (...)

2« Il ne faut pas tomber dans les clichés […]. Il n’y a rien de typiquement italien, sinon le fait que j’ai décidé d’inventer un personnage né dans ma ville natale »2. Plusieurs réserves doivent être apportées à cette intervention. Tout d’abord, le rapport à la langue conditionnée par la multiplicité des idiomes et la partition citadine du territoire sont des réalités propres à l’Italie3. Ce pays à l’unité tardive et à la grande variété dialectale a connu diverses occupations étrangères qui l’ont familiarisé avec les langues européennes depuis le Moyen âge jusqu’au dix-neuvième siècle. Par ailleurs, il existe une tradition du « mensonge » ou plutôt une habile capacité à tirer profit des finesses d’un langage contingent, typiquement « italienne ». De Machiavel à Casanova, cette propension pourrait trouver l’une de ses sources dans la proximité des états pontificaux. Et il ne semble pas innocent que, suivant la méthode du séducteur vénitien, Baudolino élabore ses « mémoires » douteux à partir de capitulaires4, que suite au décès de sa femme Colandrina, il renonce au monde tel l’Orlando Furioso5 de l’Arioste ni que la rédaction d’une Gesta Friderici hagiographique par l’évêque d’Otton s’inscrive dans le cadre d’une real politik aux accents florentins6. Depuis Le Nom de la rose jusqu’à son pendant inspiré « du Moyen âge laïc »7, les influences les plus hétéroclites ont contribué à l’écriture romanesque d’Eco. Des allusions aux cultes autant que kitsch productions de Cinecittà8 aux intrigues pseudo-scientifiques9 plus dignes de fumetti gialli10 que d’une réminiscence des œuvres d’Arthur Conan Doyle, c’est toute une culture livresque et une culture de masses italiennes que l’auteur assimile et intègre dans ce roman médiéval.

  • 11 L’auteur a appris il y a quelques années que son nom provenait d’une expression latine utilisée par (...)

3Sans doute faut-il y discerner une certaine nostalgie et l’entreprise quelque peu proustienne d’un auteur anthropologue d’une « sphère mentale », désireux d’écrire un roman des origines, les siennes autant que celles de son pays. Baudolino, « Saint-patron » de sa ville natale, le nom même de l’auteur : Eco, « ex coelis oblatus »11, au même titre que sa thèse sur La Somme de Saint Thomas d’Aquin, l’inscrivent dans une perception de l’Europe médiévale ancrée dans la latinité chrétienne. L’affrontement des dogmes religieux comme trame de fond de Baudolino en témoigne contre l’affirmation d’un traitement purement « laïc » du fait médiéval.

  • 12 « Bada, non ti chiedo di testimoniare falsamente cio che ritieni falso, che sarrebe peccato, ma di (...)
  • 13 Signifiés sans signifiants appelant le secours de la périphrase : « se ne sono andatti a insegnare (...)
  • 14 P.70. « E poi, in quei luoghi di gaio ristoro, come lo Scudo d’Argento, la Croce di Ferro, o ai Tre (...)
  • 15 p. 94. et suivantes, légende d’Aloadin à rapprocher de la secte des haschichins de Théophile Gautie (...)
  • 16 « « Se li traduco io dal provenzale al todesco, diventano merda… » ». p.76. Traduttore, traditore… (...)
  • 17 Eco semble faire un clin d’œil à son lecteur avec l’anecdote du parchemin vierge et suffisamment an (...)
  • 18 « Vedi […] non sempre i grandi poeti sono diarroici, talora sono stitici, e sono i più grandi » p.8 (...)
  • 19 « (e non aveva letto altri libri dove al contrario si diceva che è proprio la lontananza a soffiare (...)
  • 20 « …e ci s’insultava in latino, in modo che ciascuno capisce che l’offendevi. ». p.70. « Baudolino g (...)
  • 21 « Niceta aveva appreso da tempo che i latini, ancorché barbari, erano complicatissimi, nulli in fat (...)

4C’est avec cet a priori que l’auteur aborde la description du studium, ancêtre des universités où s’ébauche le difficile syncrétisme de l’héritage antique et du catholicisme, donnant matière à l’exercice d’une casuistique appropriée12. Le sémioticien exploite les rapports entre signifiant et signifié pour s’attirer la connivence du lecteur dans l’épisode parisien du roman13. Il s’y livre à une reconstruction contemporaine, voire soixante-huitarde du milieu étudiant en adéquation inattendue avec les œuvres de Villon. Ainsi « le quartier latin » s’anime-t-il de la quête difficile d’ «une chambre d’étudiant », où la promiscuité oblige à coucher dans des lits « à roulettes » alors que l’on recherche la chaleur dans les cafés14 avant de rentrer composer des poèmes, entre deux grivoiseries, dans les vapeurs d’un « miel vert », sorte d’absinthe qui semble avoir les « vertus » et l’historique pour partie légendaire du haschich15. Il s’agit aussi pour Eco d’un prétexte à l’évocation des topoï intellectuels de la vie estudiantine, de la création de bibliographies fantaisistes aux problèmes liés à la traduction16 en passant par la mystification littéraire17 et le traditionnel recours au lexique de la scatologie18. Appuyée par des références intertextuelles19, empruntées pour partie à la littérature française, l’auteur, en archéologue du savoir, recherche les fondements de la vie intellectuelle européenne issue de la latinité20. Eco use sciemment du cliché pour peindre les apports déjà fixés du monde romain au fil de références21 disséminées dans le roman. Pour le sémioticien, l’écrit ne renvoie pas à une réalité mais à une « imagerie culturelle » qui n’aurait que peu varié jusqu’à nos jours. Il assure sa « prise » sur le lecteur en l’intronisant au sein des quelques élus susceptibles de déchiffrer les différents niveaux de lecture du roman constituant l’Eternel intellectuel de la civilisation occidentale. Mais outre l’ambition de la « somme », il s’agit de transcrire une sorte de proximité dans la pensée.

  • 22 Quand je dis « je mens », soit je mens soit je dis la vérité. Si je mens, je dis la vérité, si je d (...)
  • 23 Dans la traduction, p.195, Frédéric déclare à Baudolino : « Je ferai semblant de te croire parce qu (...)
  • 24 « Non aveva mentito, anzi aveva detto che quelle lettere le mostrava proprio perché erano un parto (...)
  • 25 …Abdul aveva attribuito in cuor suo le lettere alla sua principessa, e spasimava come se le avesse (...)
  • 26 p.60.
  • 27 p.74.
  • 28 p.70. Concernant la « réception » de la correspondance : « Beatrice […] aveva cominciato a leggerli (...)
  • 29 Baudolino rédige aussi les « réponses » de Béatrix en « cherchant à imiter son écriture à elle ». N (...)
  • 30 « Ti accorgerai tra l’altro che la pergamena è malamente grattata, e s’intradevono encora parti del (...)

5Par delà la lecture universitaire à l’usage des initiés, Eco reconstitue la filiation culturelle souvent obscure qui traverse le passage de l’ère romaine à l’ère chrétienne. Et derrière l’uniformité trompeuse, il montre du doigt la nécessaire suture du mensonge, il « fait signe ». Baudolino se distingue en premier lieu comme l’homme providentiel susceptible d’opérer le syncrétisme. Le mensonge nous est d’abord présenté comme une expérience aux limites du langage. Suivant le paradoxe d’Epiménide le Crétois22, « un bugiardo che nega afferma » déclare l’évêque d’Otton, son maître, lui-même apôtre du pieux mensonge comme son disciple23. Mais à Paris, l’imposteur apprend qu’il existe différents types de tromperies suivant la catégorisation freudienne. Il faut ajouter à l’énonciation d’une contre-vérité, le mensonge par omission. Ce sera le cas lorsque Baudolino et ses acolytes se feront passer pour les Rois Mages. Baudolino considère enfin l’affirmation d’une vérité dont on sait qu’elle sera perçue comme un mensonge. Cette forme, sans doute la plus subtile, se trouve illustrée lors de la rédaction des lettres fictives à Béatrix : Baudolino avoue qu’il s’agit d’un mensonge mais personne ne le croit24. Ce nouvel éclairage permet d’aborder la réception de la parole ou de l’écrit, l’interprétation. Le personnage devient un menteur accompli à l’Alma Mater, lorsque se découvre sa vocation de conteur, sa capacité intuitive à faire jouer les éléments d’une « sphère mentale » qui résonnent en chacun de ses auditeurs25. L’alibi de la création « littéraire » le soustrait à la culpabilité car « la retorica è l’arte del dire bene quel che non è sicuro che sia vero, e i poeti hanno il dovere di inventare belle menzogne »26. Au cours de ses « études », Baudolino, est intrigué par le rapport du locuteur au destinataire dans l’émission et la réception d’un message toujours ancré dans une situation d’énonciation. « [Abdul] pensava in arabo, e in provenzale si raccontava le antiche saghe dei mari gelati del Nord, udite dalla madre sua. »27. Il y a donc la langue dans laquelle on pense, celle dans laquelle on parle et celle dans laquelle on « écoute ». Pour en revenir à la correspondance tronquée, leur auteur s’interroge en amont sur un écrit que l’on ne peut adresser « né a una madre, né a una sorella, né a un’imperatrice, né tanto meno alla donna amata »28. L’écrit révèle en Baudolino un rédacteur polygraphe29. En aval, la question se porte sur les conditions d’attribution du discours. Le sixième chapitre offre un pertinent développement sur les récits et les auteurs se succédant dans leur évocation jusqu’à en perdre la source, fidèle au symbole du palimpseste selon lequel toute écriture est réécriture30.

  • 31 p.48. A ce titre, Baudolino n’est pas un simple mythomane qui de diabolique « Prince du mensonge » (...)
  • 32 Respectivement Paris, Le Seuil, 1994 et 1976 pour les traductions.
  • 33 Galilée sera abjuré par l’Inquisition pour s’être rallié au système copernicien en 1633. Pythagore (...)
  • 34 Le mot y acquière une dimension performative par l’entremise de Baudolino qui sait qu’ « à imaginer (...)

6Cette « conception » du récit permet à Baudolino de s’inscrire dans la difficile transition proprement fictionnelle entre mundus senescit et historia iucunda. « Se tu vuoi diventare uomo di lettere, e scrivere magari un giorno delle Istorie, devi anche mentire, e inventare delle storie »31lui conseille d’Otton. Il va s’agir pour le personnage de mettre la réalité en conformité avec les Ecritures, c’est-à-dire de faire correspondre le monde avec une grille de lecture imposée. Le Maître d’escrime de Perez-Reverte explorait la possibilité de lire la réalité suivant le schéma technique du duel d’escrime. Le Château des destins croisés32 de Calvino en proposait une organisation régentée par la trame complexe du tarot. Ici, le postulat consiste à « plier » le monde aux préceptes des Pères de l’Eglise. L’époque situe Baudolino au centre d’un creuset, celui d’une création du Réel par le mot ; une période charnière où réalité et mythe se côtoient dans la genèse d’une culture. L’intégration de la science au catholicisme pose un problème33 dont l’Histoire moins pragmatique et revisitée se joue par l’entremise de l’« invention » littéraire34.

  • 35 p.118. cf le rêve d’Abdul qui est un « mirage » mais révèle « la réalité de son désir ». p.94
  • 36 « « Signor Rainaldo, cosi vestivano evidentemente a quell’epoca i savi dell’Oriente; anni fa sono s (...)
  • 37 Il pensera d’ailleurs retrouver sa mère grâce à l’étoile du berger…
  • 38 « Car il n’est pas de meilleure preuve du vrai que la continuité de la tradition » dixit Baudolino.
  • 39 « Quella dignità imperiale che egli stava passo per passo cucendo addosso a Federico!” p.122.
  • 40 p.118. Jean-Noël Schifano traduit « gira mondo » par « trotte-le-monde ». Il ne pourrait s’agir de (...)

7L’épisode des « Rois Mages » met cette problématique en perspective. Ces derniers constituent un véritable serpent de mer. Tirée d’une allusion présente dans L’Evangile selon Matthieu, leur « existence » littéraire est d’autant plus douteuse qu’aucun autre écrit ne la corrobore. Leurs dépouilles présentent en cela les premières « fausses reliques » du roman. La vérité accède ainsi à un statut beaucoup plus ambigu, car le sémioticien nous indique que réalité du signifié et réalité du signe ne vont pas toujours de pair. Nicétas clarifie l’enjeu lorsqu’il énonce : « Molte reliquie che si conservano qui a Constantinopoli sono di dubbiosissima origine, ma i fedele che le bacia sente emanare da esse aromi sovrannaturali. E la fede che le fa vere, non esse che fanno vera la fede. »35. Les corps ne sont ici que des allégories produites par le langage, leur peau « incartapecorita », textuellement parcheminée, semble le confirmer. Il convient encore de les « embaumer » dans l’histoire « vraie », de les rendre vraisemblables. Or ces « Rois mages » ne sont pas vêtus conformément à leur représentation dans l’imaginaire de l’époque, même si leurs tenues vestimentaires correspondent à une réalité « historico-géographique »36. Il est alors nécessaire de les habiller « comme les gens imaginent qu’il[s sont] habillé[s] ». «Inserite dei paletti, qualche cosa che li tenga dritti » conseille Rainaldo pour que leurs cadavres, alors comparés à des « spaventapasseri », des épouvantails, échappent à la dislocation. Par delà la métaphore hardie et l’idée de tromperie qu’elle induit, le Baudolino socratique – au sens sadien du terme-, préfigure l’imposture à venir37. Caché derrière ces « pantins » qu’il agite et auxquels il se substituera, le personnage commence sa propre métamorphose en créature de mots. Il fait l’apprentissage des différentes étapes de la mutation entre mystification et Histoire : 1/ assurer la vraisemblance du récit38, 2/ la raccorder par une cheville à celle du Prêtre Jean, 3/ éliminer les traces de « suture », 4/ faire du cousu-main sur les épaules de Frédéric39. L’imposteur résume l’entreprise en une formule lapidaire : « Erano per natura dei gira mondo. Toccava a me dare a quei tre corpi la nuova Betlemme »40

  • 41 « Quindi li vide, e con mirabile ipotiposi li rese visibili anche agli amici » p.136.
  • 42 « Ero bugiardo e avevo vissuto da bugiardo a tal punto che anche il moi seme aveva prodotto una bug (...)

8Cet événement nous est présenté comme l’acte fondateur de la quête dans les contrées éloignées de la langue. Baudolino en devient le symbole, lui qui n’est déjà plus qu’une parole incarnée. Sa faculté à faire advenir ce qu’il énonce41 a pour corollaire tragique sa stérilité organique. Il considère son fils mort-né comme un « mensonge de la nature »42 et à l’issue de son périple il ne pourra s’accoupler qu’avec Hypatie, créature hybride née d’un bestiaire.

  • 43 p. 130. « Questi numeri hanno significati mistici diversi. ».
  • 44 Principalement les nombres premiers attachés au christianisme : le 3, le 7, le 11, le 13 auxquels s (...)
  • 45 « Capisci, non la chiamava né Civitas Nova né Allessandria, perché una nuova città, senza il suo pe (...)
  • 46 « Ma guarda che bella città ! »
    « Mai sai che sembra proprio a quella là, come si chiamava, che c’e (...)
  • 47 La « première » Hypatie, mathématicienne et astronome, était la fille de Téon…d’Alexandrie.
  • 48 distinction latine évoquée par Baudolino entre le nom de genus et celui d’individuum au sujet des c (...)

9La grille de lecture qui préside aux préparatifs du voyage enjoint les explorateurs d’adopter une vision chiffrée de la création. Le pragmatisme s’accommode mal de l’exégèse religieuse et l’étude littérale des proportions divergentes des monuments dans les différents livres de la Bible plonge les héros dans la plus grande perplexité. Il est tour à tour question de « proporzione », de « misure sbagliate », de « cubito geometrico »43… les considérations relevant de l’harmonia, de la dispositio et de la proportio s’enchaînent sans qu’il soit possible aux personnages de trancher. Demeure la perception ésotérique du nombre héritée de la cabale sur laquelle se rejoignent les différents représentants de la culture judéo-chrétienne en devenir44. Cette quête se concrétisera dans les faits par une recherche des mythes fondateurs du langage. Les antipodes figurent l’allégorie d’une inversion entre signifiant et signifié. L’Occident se présente comme le monde où la chose préexiste au mot. Ainsi des cités dont Frédéric nie l’existence parce qu’il ne les a pas baptisées45, s’exposant ainsi aux lazzi de leurs habitants46. L’Orient onirique procède en négatif, le mot y précède la réalité et peut-être même la crée. Le rapprochement des noms des deux aimées est révélateur de cette évolution. Pour Béatrix, le patronyme s’accorde à la personnalité « béatifique » de celle qu’il désigne. Quant à Hypatie47, son nom précède sa naissance puisqu’elle le partage avec ses congénères au détriment du principe d’individuation48. L’itinéraire vers le royaume du Prêtre Jean est aussi celui de signifiants en quête de signifiés à l’instar des créatures des bestiaires avec l’idée que, tout comme il est dit que la fonction crée l’organe, le mot serait en mesure d’invoquer la chose. Ainsi du repas « lucullien » des eunuques au cours duquel les personnages voient apparaître des mets dont ils connaissent les noms sans les avoir jamais goûtés.

  • 49 p.134…Salomon (le roi), privilégie dans son « jugement » le signe au mot
  • 50 « Solomon disse che cosi doveva essere la torre eretta a Babele dal crudele Nembroth, per sfidare i (...)
  • 51 La Recherche de la langue parfaite dans la culture européenne, Umberto Eco. Seuil, « faire l’Europe (...)
  • 52 Cf le personnage de Salvatore dans Le Nom de la rose.
  • 53 Les Limites de l’interprétation, Umberto Eco. Grasset, Paris, 1992.

10Suivant une progression chronologique se calquant sur l’avancement du voyage, trois mythes fondateurs de la langue sont abordés. Celui de la langue adamique des origines, conduit Rabbi Solomon a déclarer « laggiù si parla ancora la Lingua Santa, la lingua originaria che l’Altissimo, che il Santo benedetto sempre sia, aveva dato ad Adamo »49 avant le départ. Plus tard, le mythe de Babel est utilisé pour décrire la ville de Pndapetzim50. Enfin, le roman s’achève sur une évocation du « Gradale ». La recherche de la langue parfaite51, constitue un fantasme : celui d’une identité signifiant/signifié, la confusion des langues, le constat d’un échec52, le Graal une issue par le symbole aux confins des limites de l’interprétation53.

  • 54 Alessandrino désigne aussi un type de vers en italien…
  • 55 p.354.
  • 56 « Erano delle cataratte che precipitavano, da decine di gronde rupestri disposte ad anfiteatro, in (...)

11La transition s’opère par le passage de cet autre Rubicon qu’est le Sambatyon. La province qui le précède est celle d’Abcasia où seuls se repèrent les « alexandrins »54 qui ne peuvent déjà plus communiquer avec les autochtones que par « un intesa senza parole »55. On remarquera, d’ailleurs que le nom de cette contrée renvoie au trois premières lettres de l’alphabet des langues romanes. La ville sise derrière le fleuve est celle de Pndapetzim, succession de trois consonnes imprononçables. Entre les deux, le Sambatyon, fleuve de silice au débit « assourdissant », qui ne peut être décrit que par un flot d’énumérations56, et se veut, par la pléthore d’adjectifs coruscants que sa peinture nécessite, comme une source originelle de la parole, une frontière entre les choses et les mots, un être vivant qui finit par se rigidifier comme une encre qui sèche.

  • 57 « Pesci di legno che solcano le acque muovendo ali bianche » p. 396. Lorsque les voyageurs désignen (...)

12Passé ce stade, derrière le succès d’une adéquation du monde à la connaissance livresque, le langage montre ses limites. Blemmyes, Panoties ou Pygmées sont des noms propres qui n’établissent pas de rapport de sens hors de la situation d’énonciation suivant l’exemple de l’ornithorynque, décrit par défaut comme un animal entre plusieurs espèces. Les bestiaires naîtraient ainsi de comparaisons exagérées et combinées, viatique pour nommer ce que les autres n’ont pas vu. Parce qu’elle est une femme et un poisson, la sirène parle plus à l’imagination que le lamantin pour qui n’en a jamais observé de spécimen. Les personnages du roman font l’expérience de la réciproque lorsqu’ils se trouvent contraints d’appeler les vaisseaux des « pesci di legno »57 pour être compris, créant à leur tour des êtres de langage par le recours obligé à l’antonomase.

  • 58 p.394.
  • 59 Cf le Mythe de l’Androgyne in Le Banquet de Platon. L’ opposition entre Apollon/l’unité et Dionysos (...)
  • 60 Ex : Dionysos, dieu du Tout, du chaos, de l’orgie, du phallus, et donc de la borne ; dithyrambique, (...)

13L’allusion à l’épithète homérique, avec les « satiri-che-non-si-vede-mai »58 est un « signe » dispensé par l’auteur avec malice. La symbolique de l’épopée présente en effet une piste de lecture appréciable. Baudolino tue un basilic censé le pétrifier du regard en usant d’un miroir comme Persée aux prises avec la Méduse usa de son écu. Ce faisant, il est représenté par Eco sous les traits d’un héros mythologique. Or le mythe grec ménage la polysémie du récit contre une conception platonicienne et univoque du langage. Il ne dit pas, il « signifie ». Contre l’animal légendaire, Persée/Baudolino n’agit pas par la partition d’un glaive « apollinien »59 mais par un reflet qui restitue l’intégralité du signifié. Derrière Baudolino, rusé voyageur orfèvre du mensonge, se profile l’ombre d’Ulysse, le polytropos. Eco, admirateur de Joyce, reprend la thématique du héros sophistique à la conception irrationnelle du langage. Semblable au vaisseau du roi achéen flottant sur la crête des vagues, le sens construit un réseau complexe au « dessus des mots ». Depuis le Panthéon grec, le Mythe privilégie l’intrication des signifiés60, fondement de la « pensée souterraine » d’Ulysse, qui peut ainsi dire simultanément un mensonge et une vérité suivant le degré de lecture.

14Privilégier le symbole au détriment du mot, miser sur l’énigme contre l’explication, c’est le postulat autant que le programme du sémioticien. Comment s’étonner dès lors que semblables à Œdipe, tous les personnages clairvoyants du roman soient des aveugles ? Ainsi de Zozisme, augure pratiquant la transe divinatoire, des basileus déchus et surtout de Pafnuzio qui parvient à résoudre le mystère de la mort de Frédéric en construisant la juste interprétation des signes du récit qui lui est rapporté.

  • 61 Eco se livre p.454. à la savoureuse rédaction du Pater Noster dans les différentes langues vernacul (...)

15Lorsque la synthèse du sens par le signe n’opère pas, c’est la glossolalie homicide entraînant la débâcle devant l’invasion des huns blancs. L’unité de surface des langues communément comprises61 ne parvient pas à endiguer les divergences dogmatiques. En revanche, lorsque le sens se fait signe, le symbole dépasse les limites du langage comme avec l’allégorie du Graal.

  • 62 P.141. Selon l’auteur, l’inspiration principale fut celle de la légende du Graal d’après Wolfram Es (...)
  • 63 p.146.

16« Qualcuno dice che il nome di quella coppa è Santo Graal, altri dicono San-greal, sangue reale […] Altri dicono anche Grasal e altri Graalz »62, les dénominations varient suivant une étymologie incertaine. Elle est le reflet d’origines douteuses : on ne sait s’il s’agit d’une coupe, d’un plat, d’un tailloir, s’il se trouve en Bretagne, aux Indes ou dans une île inconnue. Seul son rapport à la Cène, son essence christique fait l’unanimité. La symbolique qu’il recèle dépasse le clivage des langues et il peut être considéré comme le mythe fondateur du Moyen Âge, celui qui réussit la synthèse de l’héritage antique et du christianisme au delà des mots. Baudolino simoniaque s’empare de l’écuelle de son père pour une énième mystification. Il parcourt le monde à la poursuite de Zozisme, voleur présumé de « la relique des reliques » -dont il finit par se persuader qu’elle est vraie- alors qu’il porte l’écuelle celée dans une autre relique « non signifiante ». Baudolino devient alors l’allégorie de cette quête et ses années de captivité au royaume d’Aloadin ne sont pas sans rappeler le destin de Joseph d’Arimathie. Le cheminement consistait à percevoir le sens derrière ce qui n’en est que le support, l’idée derrière la chose trop souvent offusquée par le mot. Ainsi fallait-il comprendre l’allusion de Rabbi Solomon concernant l’expression « veram arcam » de la lettre au Prêtre Jean : « vela e svela al tempo stesso e apre la via al vortice dell’interpretazione »63.

  • 64 p.507. A noter que contrairement à la traduction française, l’original utilise dans le passage le t (...)

17Le dépit de Boron participe de cette découverte lorsque celui-ci déclare à la fin de l’ouvrage : « E dunque tieni quella scodella, che ha il potere di trascinare gli uomini solo quando non la si trova »64.

  • 65 «  …da scrittore di cronache e Istorie, tendo a prestare troppo fede alle parole che un nemico mett (...)

18Dès lors face à une réalité des faits prise en défaut par les aléas d’une interprétation forcément subjective, Eco oppose la transcendance du sens par le symbole. Des portraits robots contradictoires de Zozisme aux causes les plus élaborées de la mort de Frédéric finalement conforme à la version mensongère « écrite » par Baudolino, l’analyse, chimère d’objectivité, s’égare dans le « vrai mensonge » de l’interprétation individuelle. La subjectivité réécrit perpétuellement l’histoire et suscite méfiance et scepticisme65 .

  • 66 « Baudolino tese una mano e gli mostro il palmo. « Che cosa vedi di fronte a te ? » chiese. « Una m (...)
  • 67 En définitive, on ne peut dire aux gens que ce qu’ils veulent entendre. Le Baudolino/diplomate le s (...)
  • 68 p.522.

19Face à elle, le mythe dans son opacité originelle conserve son unité de sens. Reste que l’hermétique et très oriental66 Baudolino stylite s’attire la haine de ses contemporains par sa trop grande sagesse. Faute d’avoir tenu compte de la « sphère mentale » occidentale de ses pairs, en ignorant ostensiblement leur interprétation qui est une participation active au récit67, il ne parvient pas à communiquer cette transcendance. Il porte le constat de cet échec par la dénégation : « l’unica volta in vita mia che ho detto la verità e solo la verità, mi hanno lapidato »68.

  • 69 « iniziero a scrivere sul Gradale, e nel moi racconto starà il moi potere. Scrivero di cavalieri mi (...)

20Or il ne s’agit pas de ne dire « que la vérité », ce serait un mensonge freudien de troisième catégorie mais bien d’assurer la réception de cette vérité, de lui donner un écho, en somme de dire plus que la vérité. Alors que le roman s’achève, Boron choisit d’écrire, en mentant sciemment, l’histoire du Graal69, Kyot s’engage à la raconter et Baudolino, être doublement littéraire nous l’avons vu, s’en retourne à la fiction vers le royaume du Prêtre Jean. Dans l’excipit, Pafnuzio le sage conseille à Nicétas d’omettre le récit alexandrin car « dans une grande Histoire, on peut altérer de petites vérités pour qu’en ressorte la vérité plus grande ».

  • 70 Six promenades dans les bois du roman et d’ailleurs, Umberto Eco, Paris, Grasset 1996 pour la tradu (...)
  • 71 Les gymnosophistes sylvestres vivant en accord avec la nature figurent un idéal anti-matérialiste p (...)

21Dans tous les cas, le recours à la fiction prône la nécessité du mensonge pour accéder à une vérité, à une intelligibilité plus haute. Ainsi procède Chrétien de Troyes lorsqu’il opère la synthèse de la matière de Bretagne au sein de son Conte du Graal. Eco n’en use pas autrement avec l’herméneutique dans Baudolino. En nous conviant à une nouvelle « promenade dans les bois du roman »70, l’auteur -conscient que, selon la formule de Benveniste, « nous pensons un univers que notre langue a d’abord modelé »- nous entraîne à la recherche du signe. Empruntant sa trame aux récits de voyages dix-huitiémistes71, il construit une allégorie de ses propres recherches de sémioticien. Sans doute à l’instar de son héros a-t-il perçu le primat de la fiction sur l’analyse qui n’en constitue que l’étape préparatoire dans l’élaboration du livre comme dans celle de la mystification ou utopie qu’il développe.

  • 72 La forme dialoguée du roman, l’alternance du récit confié à Baudolino, à Nicétas ou à un narrateur (...)

22Le roman n’est plus seulement une vulgarisation de théories sémiotiques et linguistiques diverses, il leur assure une cohérence autant qu’une réception et les transcende par le symbole. Comme le basilic, le signe ne peut être expliqué mais doit être rendu perceptible. Mais cette alchimie n’aurait pu opérer que par le pouvoir d’un style et le recours délibéré à l’étrangeté énigmatique. L’intrigue policière devenue parodique, n’est plus la condition suffisante de la fiction comme avec Le Nom de la rose, et l’ambition universaliste de l’œuvre pâtit parfois d’une « farcissure » qui s’exprime aux dépens du récit. Eco n’avance pas toujours masqué. Ses entretiens nimbés de mystère suppléent quelquefois difficilement à la facticité des artifices censés oblitérer sa présence dans le récit72. D’universaliste, « l’hyper-roman » court le risque permanent de tourner au patchwork universitaire, et de sacrifier ainsi le premier degré de lecture à ceux qui lui sont supérieurs, en ne mentant plus assez pour être vrai. Déjà platonicienne, sa conception du Mythe intègre une élucidation parabolique contre une tradition de l’ineffable observée de L’Odyssée jusqu’au Conte du Graal. Le texte cohabite en cela avec l’explication du texte dans une perception normative du signe qui induit l’interprétation.

  • 73 « Tu es devenu mon parchemin seigneur Nicétas » p.227 à mettre en relation avec l’original : « Sign (...)
  • 74 Dans les deux cas, suivant le principe du récit dans le récit, le voyageur raconte son périple à un (...)
  • 75 In Humain, trop Humain, II, « opinions et pensées mêlées », 113.

23Pour cette raison, certains détracteurs hâtifs ont réduit le roman à un savant jeu de piste culturel, omettant la gageure que constituait la synthèse d’une civilisation en quelques cinq cent cinquante pages. Certes l’intérêt strictement fictionnel ne peut prétendre à l’unanimité, mais l’analyse de la pensée occidentale, abordant tous les domaines du savoir, s’inscrit dans une louable perspective humaniste. A ce titre, par delà l’érudition destinée aux « aquiladellanotte », cette « Eco-graphie » constitue un avertissement autant qu’une démonstration : il n’est pas de culture sans mémoire. Reste que l’ironie nécessaire à l’entreprise s’accommode parfois difficilement de l’esprit de sérieux de son auteur. Tout comme Nicétas devenu « un parchemin » suivant l’heureuse traduction française73, l’adhésion du lecteur est largement sollicitée. Mais son rôle est à présent essentiellement passif. Il n’est plus question d’enquêter ni d’émettre des hypothèses, et l’auteur n’invite pas son lecteur à prendre part à un dialogue qui n’a rien d’heuristique. Peut-être manque-t-il à cette œuvre d’une si grande érudition la truculence d’un Rabelais, la légèreté polissonne d’un Sterne, l’art du mouvement. Malgré quelques trop rares épisodes « hors du texte » comme celui d’Hypatie, le démiurge veille au dévoilement planifié et attendu de ses intrigues. Derrière l’ironie de façade dont l’ouvrage fait montre, Baudolino aurait sans doute gagné à exploiter un sens plus aigu du dérisoire. A trop vouloir le tromper, le roman ne parvient pas toujours à « enrôler » son lecteur, à jouer jusqu’au bout la carte de la distance critique vis-à-vis de la fiction. La dimension expérimentale de l’ouvrage se borne au premier chapitre exposant un travail d’élaboration en cours. La suite présentera un système de narration « enchâssée » proche de celui de l’Odyssée74. Seule la fiction en abyme est ouvertement soupçonnée d’en être une. Jamais le récit-cadre ne se trouve soumis aux assauts de la subversion comme le fut Vie et Opinions de Tristram Shandy, et Jacques le Fataliste à sa suite. Prisonnier de sa forme finalement très conventionnelle, l’« hyper-roman » n’achève pas sa mutation en anti-roman. Méditation sur la création littéraire, Baudolino file la métaphore de la substantifique moelle en entrecoupant les parties narratives de scènes gastronomiques. Mais il se refuse à nous faire visiter les cuisines. Eco nous livre ainsi le tableau achevé d’un peintre à l’œuvre en prenant soin lui-même d’effacer toute trace de son passage. Le tour de force des Ménines n’est pas réitéré et le lecteur maintenu à distance demeure admiratif mais étranger au roman, privé de ce « sentiment d’insécurité »75 qui faisait, d’après Nietzsche, toute la saveur de l’œuvre de Sterne.

Haut de page

Notes

1 Présentateur de l’émission Droits d’auteurs, France Cinq, émission spéciale Baudolino du 27/03/2002.

2 Entretien accordé au Magazine littéraire. N°407, Mars 2002, p.29.

3 Elle perdure dans les proverbes actuels : « Veneziani gran signori, padovani gran dottori, vicentini mangia gatti, veronesi tutti matti ». Eco citera en filigrane l’Indovinello veronese : « pratalia arabat calamus ke alba et nigrum semen seminabat ».

4 « Poi mi bastavano dei registi mensili, pochi linee, per ricordarmi gli eventi principali. ».p.17. Les numéros de pages correspondent à l’édition originale : Milan, Bompiani, novembre 2000. Pour la version française : Paris, Grasset, février 2002.

5 « A Baudolino ci era voluto un anno per uscire dalla follia melanconica che lo aveva preso, un anno di cui non ricordava più nulla, se non che faceva grandi cavalcate per boschi e pianure ». p.241. Le héros aura la même réaction après la perte d’Hypathie : « …ci sono stati dunque sei anni e mezzo di vuoto, vuoto del mio spirito e forse vuoto del mondo ». p. 463.

6 vertu contre virtù : « lui non è imperatore perche gli vengono le idee giuste, ma le idee sono giuste perché vengono a lui, e basta » suivant le « principe » du quod principi placit legis habet vigorem. p.63. La description des « créatures » semble influencée par deux autres italiens : le Dante de l’Enfer et le Marco Polo du Livre des Merveilles alors qu’Eco souhaite recentrer le personnage dans l’optique d’un picaresque européen du Schelm allemand au Trikster God anglais.

7 Cf.note 1.

8 « divento un flagello di Dio che neppure Attila buonamina… », référence à l’Attila flagello di Dio interprété par Anthony Quinn dans un film transalpin des années soixante. A noter en outre que la fin de l’expédition constitue un mixte plus européen entre l’Ile du docteur Moreau de Wells et L’Homme qui voulut être roi de Kipling, sujets de nombreuses productions cinématographiques du même genre.

9 L’énigme de la mort de Frédéric et ses diverses explications « scientifiques » font basculer le roman dans la parodie.

10 Bandes dessinées « de gare » contenant une intrigue à mi chemin entre l’horreur et le rationalisme scientifique dont le représentant le plus illustre est le personnage de Dylan Dog. Concernant la note 8, l’influence la plus directe semble être Le mystère de la chambre jaune de Gaston Leroux.

11 L’auteur a appris il y a quelques années que son nom provenait d’une expression latine utilisée par le corps ecclésiastique comme patronyme des enfants abandonnés à ses portes, à l’instar de l’arrière-grand-père de l’auteur. Magazine Le Point, février 2002. Certains voient en Baudolino un double histrionique d’Eco. L’allusion à l’Université de Bologne confirme la dimension autobiographique de l’ouvrage lorsque Frédéric s’emporte : « « Bologna, ti rendi conto ?! »… « Ti ricordi, vero ? Grazie a me i loro maledetti maestri possono far soldi come vogliono con quei loro stramaledetti studenti. » ». p.153.

12 « Bada, non ti chiedo di testimoniare falsamente cio che ritieni falso, che sarrebe peccato, ma di testimoniare falsamente cio che credi vero-il che è azione virtuosa perché supplisce alla mancaza di prove su qualcosa che certamente esiste o è accaduto ». L’évêque d’Otton p.61.

13 Signifiés sans signifiants appelant le secours de la périphrase : « se ne sono andatti a insegnare sulla Montagna di Santa Genoveffa, e cercano di scoprire la verità senza dare ascolto né al vescovo né al re. » p.64. pour la Sorbonne, « la costruzione della nuova cattedrale a Parigi, sull’isola in mezzo al fiume » p.157. pour Notre-Dame.

14 P.70. « E poi, in quei luoghi di gaio ristoro, come lo Scudo d’Argento, la Croce di Ferro, o ai Tre Candelabri »…Les Deux magots…

15 p. 94. et suivantes, légende d’Aloadin à rapprocher de la secte des haschichins de Théophile Gautier.

16 « « Se li traduco io dal provenzale al todesco, diventano merda… » ». p.76. Traduttore, traditore… On remarquera la mystification des lettres à Béatrix, celle des fausses références à la lettre du prêtre Jean et la modernité d’une écriture poétique usant des figures de style toujours en usage : chiasmes, hyperboles, oxymores…et métaphores convenues sur la flamme, la rose et la guerre.

17 Eco semble faire un clin d’œil à son lecteur avec l’anecdote du parchemin vierge et suffisamment ancien pour rendre crédible la lettre du prêtre Jean. A l’instar de cette mystification, une pellicule des années soixante avait été employée dans une parodie d’autopsie extra-terrestre abondamment médiatisée alors que l’auteur travaillait à son roman.

18 « Vedi […] non sempre i grandi poeti sono diarroici, talora sono stitici, e sono i più grandi » p.87. A rapprocher de l’aphorisme rabelaisien utilisé par certains professeurs selon lequel « la logorrhée est au logos ce que la diarrhée est à certains orifices du corps. Dans les deux cas, cela noircit beaucoup de papier ».

19 « (e non aveva letto altri libri dove al contrario si diceva che è proprio la lontananza a soffiare sul fuoco della passione) », p.63, à mettre en relation avec la maxime 276 de La Rochefoucauld : « l’absence diminue les médiocres passions et augmente les grandes, comme le vent éteint les bougies et allume le feu ». « Dovendo in ogni caso dare sfogo ai suoi turbamenti di diciasettenne, Baudolino aveva allora preso a scrivere versi » p.86. Comme dans le Roman –étymologiquement l’écrit en langue romane- de Rimbaud, « on n’est pas sérieux quand on a dix-sept ans…Un beau soir foin des bocks et de la limonade… ». Lui fait écho la composition « Langan li jorn son long en mai… » p.104 proche de L’âme des poètes de Charles Trenet. Jean-Noël Schifano, le traducteur français, prend garde, à la page 286 de la traduction, de traduire « volpe » par « goupil », pour éviter son synonyme, alors anachronique, issu du plus tardif Roman de Renart.

20 « …e ci s’insultava in latino, in modo che ciascuno capisce che l’offendevi. ». p.70. « Baudolino gli aveva subito domandato se era venuto a Parigi per ridiventare buon cristiano e parlare come si mangia, e cioè in buon latino. » p.74.

21 « Niceta aveva appreso da tempo che i latini, ancorché barbari, erano complicatissimi, nulli in fatto di sottigliese e di distinguo se era in gioco una questione teologica, ma capaci di spaccare un capello in quattro su una questione di diritto ». p. 38, sur les romains et le droit. On remarquera l’utilisation paradoxale du terme barbare. Une évocation des pudenda d’Abelard, ou du scriptorium, termes vulgarisés par…Le Nom de la rose. La traduction du « on » par un pluriel : « …bensi che fertur, si dice, e che alcuni, altri, al plurale, assuerunt, asseriscono che non è riuscito. » p.101. « Dove ti sei fatto quella cicatrice ? Mi fa meraviglia che ce l’hai sul volto e non sul culo !? » p.109. En référence au déshonneur romain d’avoir une cicatrice ailleurs qu’in petto. L’usage de la jugula romaine pour les bêtes de trait en lieu et place du harnais p.159. Et la légendaire statue « della lupa che allatta Romolo e Remo » p.268…, les limites terra incognita ou le hic sunt leones bornant les cartes consultées par les personnages ou l’autre res publica usurpée par une ligue italienne en sécession...
Quelques allusions au monde grec : l’abri d’un tonneau de fer évoqué par Gagliaudo rappelle Diogène alors que le « non essere colui che punisce se stesso », p.46, renvoie à l’Héautontimorouménos du latin Terence et lorsque Hypatie fait de Baudolino « suo demone », elle pense au daïmon socratique.

22 Quand je dis « je mens », soit je mens soit je dis la vérité. Si je mens, je dis la vérité, si je dis la vérité, je mens…etc. Il s’agit en réalité d’une aporie.

23 Dans la traduction, p.195, Frédéric déclare à Baudolino : « Je ferai semblant de te croire parce que tu mens toujours dans une bonne intention. ». Le texte original s’attache davantage à un discours sur les moyens et les fins : « Mentirai, e io faro finta di crederti perché tu menti sempre a fin di bene » p.182.

24 « Non aveva mentito, anzi aveva detto che quelle lettere le mostrava proprio perché erano un parto della sua fantasia. Ma gli altri due avevano creduto che proprio e solo in quel caso mentisse, e encor più invidiano la sua sorte…

25 …Abdul aveva attribuito in cuor suo le lettere alla sua principessa, e spasimava come se le avesse ricevute lui. »p.85.

26 p.60.

27 p.74.

28 p.70. Concernant la « réception » de la correspondance : « Beatrice […] aveva cominciato a leggerli, a mezza voce per riuscire a decifrare meglio quella duplice calligrafia » p.111.

29 Baudolino rédige aussi les « réponses » de Béatrix en « cherchant à imiter son écriture à elle ». Nicétas s’interroge p.54. : « e si chiedeva a che razza di creatura si trovasse di fronte, capace di usare la lingua dei bifolchi quando parlava di paesani, e quella dei re quando parlava di monarchi. Avrà un’anima, si domandava, questo personnagio che sa piegare il proprio racconto a esprimere anime diverse ? ».

30 « Ti accorgerai tra l’altro che la pergamena è malamente grattata, e s’intradevono encora parti del testo che vi stava sotto ». p.44. Sur la citation involontaire p.60 : « «  Fai tutto questo in memoria di me, e Gesù mi perdoni se senza volerlo ho usato le sue parole. » » De plus Baudolino accepte que le Poète devienne l’auteur officiel de ses propres œuvres : « C’é il solito gioco di qualche citazione pasteriore, nascosta, ma con l’idea che siano frasi invatate da Baudolino, egli altri, in seguito, potrebbero averlo copiato » (entretien accordé à la Repubblica du 11/09/2000), cf p.3 sur l’intertextualité. En outre, l’auteur semble pratiquer la « réécriture » avec un penchant pour la littérature française. Une étudiante de la Faculté des Lettres de Toulon avait noté de troublantes similitudes entre Le Nom de la Rose et La Révolte des anges (1914) d’Anatole France. L’énigme de la chambre close de son Baudolino semble proche du Mystère de la chambre jaune de Gaston Leroux, (1907), déjà cité, et de Six crimes sans assassins de Pierre Boileau (1939, 1950 pour la traduction italienne) qu’a pu lire l’auteur de Six promenades dans les bois du roman.

31 p.48. A ce titre, Baudolino n’est pas un simple mythomane qui de diabolique « Prince du mensonge » voudrait devenir « Dieu », dans une ubris blasphématoire, comme le pense d’abord Nicétas. Son apprentissage de la sophistique, qui l’amène à déclarer que « le Prêtre Jean existe parce qu’il n’y a pas de raisons qui s’opposent à son existence », en fait un instrument du pouvoir impérial.

32 Respectivement Paris, Le Seuil, 1994 et 1976 pour les traductions.

33 Galilée sera abjuré par l’Inquisition pour s’être rallié au système copernicien en 1633. Pythagore avance l’idée de la rotondité de la Terre en 355 av. J.C., Aristote la démontre, Eratosthène calcule le méridien terrestre et Aristarque pose l’héliocentrisme. Ptolémée dans son Almageste fait une somme des dernières théories de son temps, revenant au géocentrisme de son contemporain Hipparque. Ces ouvrages quittent l’Occident pour l’Empire byzantin, d’où la supériorité scientifique d’Ardzrouni. Et l’on retrouve le même Eratosthène occupant la fonction de directeur à la bibliothèque d’Alexandrie (l’autre). Enfin, les théories physiques exploitées dans ce roman parodique sont d’origine aristotélicienne, contrepoint de l’opus sur la comédie recherché dans le plus sérieux Nom de la rose.Quand à la question du vide et de l’éther, sujet d’une recherche toujours inaboutie menant aux quantons et aux quarks, elle fut un des domaines de prédilection d’un certain Saint Thomas d’Aquin.

34 Le mot y acquière une dimension performative par l’entremise de Baudolino qui sait qu’ « à imaginer d’autres mondes, on finit par changer aussi celui-là. ».

35 p.118. cf le rêve d’Abdul qui est un « mirage » mais révèle « la réalité de son désir ». p.94

36 « « Signor Rainaldo, cosi vestivano evidentemente a quell’epoca i savi dell’Oriente; anni fa sono stato a Ravenna e ho visto un mosaico dove sulla veste dell’imperatrice Teodora i tre Magi sono raffigurati più o meno cosi .» ». Baudolino, p.120.

37 Il pensera d’ailleurs retrouver sa mère grâce à l’étoile du berger…

38 « Car il n’est pas de meilleure preuve du vrai que la continuité de la tradition » dixit Baudolino.

39 « Quella dignità imperiale che egli stava passo per passo cucendo addosso a Federico!” p.122.

40 p.118. Jean-Noël Schifano traduit « gira mondo » par « trotte-le-monde ». Il ne pourrait s’agir de globe-trotter puisque la Terre est censée être plate.

41 « Quindi li vide, e con mirabile ipotiposi li rese visibili anche agli amici » p.136.

42 « Ero bugiardo e avevo vissuto da bugiardo a tal punto che anche il moi seme aveva prodotto una bugia. Una bugia morta ». p.238.

43 p. 130. « Questi numeri hanno significati mistici diversi. ».

44 Principalement les nombres premiers attachés au christianisme : le 3, le 7, le 11, le 13 auxquels s’ajoute le 10 et le 12. p.146 : 3 rois de la Terre, 72 rois « communs » et provinces, 3 Indes, 7 rois « mineurs », 72 ducs, 365 comtes, 12 archevêques…p.102 : 7 fontaines miraculeuses,7 églises, 7 autels…Les écrits doivent aussi se conformer à ce schéma. P.90, arrivé au quatrième livre de sa Gesta Friderici, d’Otton s’arrête car il trouve blasphématoire de dépasser le nombre des Evangiles.

45 « Capisci, non la chiamava né Civitas Nova né Allessandria, perché una nuova città, senza il suo permesso, non poteva esistere ». p.180.

46 « Ma guarda che bella città ! »
« Mai sai che sembra proprio a quella là, come si chiamava, che c’era prima ? ». p.246.

47 La « première » Hypatie, mathématicienne et astronome, était la fille de Téon…d’Alexandrie.

48 distinction latine évoquée par Baudolino entre le nom de genus et celui d’individuum au sujet des cités dissidentes.

49 p.134…Salomon (le roi), privilégie dans son « jugement » le signe au mot

50 « Solomon disse che cosi doveva essere la torre eretta a Babele dal crudele Nembroth, per sfidare il Santo che sempre fosse benedetto » p.383. « La langue adamique a la même forme que le monde créé, chaque nom, en lui, exprime l’essence même de la chose qu’il nomme ».

51 La Recherche de la langue parfaite dans la culture européenne, Umberto Eco. Seuil, « faire l’Europe ». Paris. 1994.

52 Cf le personnage de Salvatore dans Le Nom de la rose.

53 Les Limites de l’interprétation, Umberto Eco. Grasset, Paris, 1992.

54 Alessandrino désigne aussi un type de vers en italien…

55 p.354.

56 « Erano delle cataratte che precipitavano, da decine di gronde rupestri disposte ad anfiteatro, in uno smisurato vortice finale, un rigurgito incessante di granito, un risucchio di bitumi, una sola risacca di allume, un ribolire di scisto, un ripercuotersi d’orpimento contro le sponde ». p.366.

57 « Pesci di legno che solcano le acque muovendo ali bianche » p. 396. Lorsque les voyageurs désignent des objets n’existant que dans leur monde, ils se trouvent réduits à user de périphrases. Le verre devient « pietra tale che attraverso vi passava la luce » p.411 dans le récit au diacre ; pour le « métal », Baudolino ne trouve «  pas même d’équivalent dans aucune langue ». Quand il s’agit de créatures imaginaires « matérialisées » par le récit en revanche, les synonymes abondent : « Era il licorno o, come diceva Baudolino da piccolo, il lioncorno, ovvero l’unicorno, il monoceros » p.422.

58 p.394.

59 Cf le Mythe de l’Androgyne in Le Banquet de Platon. L’ opposition entre Apollon/l’unité et Dionysos/le tout, le premier symbole de l’entreprise platonicienne, le second de la pensée présocratique est définie par Nietzsche dans Naissance de la tragédie. Quant à l’allégorie de la « Méduse » et sens des termes contre le verbalisme, on la retrouve chez Montaigne, Essais III, XIII : « On eschange un mot pour un autre mot, et souvent plus incogneu. Je sçai mieux que c’est qu’homme que je ne sçai que c’est animal, ou mortel, ou raisonnable. Pour satisfaire à un doubte, ils m’en donnent trois : c’est la teste de Hydra. ».

60 Ex : Dionysos, dieu du Tout, du chaos, de l’orgie, du phallus, et donc de la borne ; dithyrambique, né deux fois, synonyme de la porte, du passage…etc.

61 Eco se livre p.454. à la savoureuse rédaction du Pater Noster dans les différentes langues vernaculaires de Pndapetzim. A rapprocher des tentatives de langue européenne qui commençaient par la traduction du…Pater.
« Mael nio, kui o les zeal, aepseno lezai tio mita… » vs « Patro nia kiu estas en la cielo… » (Pater en espéranto)
« O fat obas, kel binol in sus » vs « Menade bal, puki bal! », (A une humanité, une langue !), devise du volapük. Sans omettre la relation critique avec le « In principio erat verbum, et verbum erat apud Deum, et Deus erat verbum ». Evangilium secundum Caput I,1, Biblia sacra vulgatae editionis.

62 P.141. Selon l’auteur, l’inspiration principale fut celle de la légende du Graal d’après Wolfram Eschenbach. A propos du Graal : « Chi lo ha visto non ne ricorda la forma, sa solo che era un oggetto di poteri straordinari ».

63 p.146.

64 p.507. A noter que contrairement à la traduction française, l’original utilise dans le passage le terme d’ « oggetto » et non d’écuelle, faisant plus clairement référence au matérialisme de la quête : « Cio che ci riuniva era la ricerca di quell’ oggetto che tieni in mano. La ricerca, dico, non l’oggetto. Ora so che l’ogetto era rimasto sempre con noi.” P.506.

65 «  …da scrittore di cronache e Istorie, tendo a prestare troppo fede alle parole che un nemico mette in bocca al suo nemico »  p.429. et « [Il Poeta]… Piuttosto che ripetere a se stesso che era stato sconfitto, preferiva credere di essere stato vittima di un incantamento.” p.466. Dans les deux cas, il s’agit de rendre l’histoire acceptable.

66 « Baudolino tese una mano e gli mostro il palmo. « Che cosa vedi di fronte a te ? » chiese. « Una mano » rispose quello. « Vedi che so nascondermi bene », disse Baudolino. P.521. A rapprocher du proverbe chinois: « Quand le sage montre la splendeur céleste, l’imbécile regarde le doigt. ».

67 En définitive, on ne peut dire aux gens que ce qu’ils veulent entendre. Le Baudolino/diplomate le savait lorsqu’il modelait son récit aux attentes du diacre Jean « jouissant par procuration ». Le Baudolino/amoureux en tenait compte et prenait soin de ne pas choquer Hypatie par ses paroles…Baudolino/stylite semble l’avoir oublié.

68 p.522.

69 « iniziero a scrivere sul Gradale, e nel moi racconto starà il moi potere. Scrivero di cavalieri migliori di noi, e chi mi leggerà sognerà di purezza… » p.507. Quant à Kyot, alias Guillot, diminutif de Guillaume, il renvoie au Graal d’Eschenbach.

70 Six promenades dans les bois du roman et d’ailleurs, Umberto Eco, Paris, Grasset 1996 pour la traduction, à rapprocher de l’errance des héros dans les bois obscures des contrées orientales.

71 Les gymnosophistes sylvestres vivant en accord avec la nature figurent un idéal anti-matérialiste proche de l’Eldorado voltairien – «E che dire dell’Eldorado ? Si conquista un continente seguendo un mito » (Eco à propos du pays fabuleux qu’Orellana, lieutenant de Pizarro, prétendait avoir découvert). De plus, leur volonté d’enrichir leur descendance par la semence des voyageurs constitue une allusion à peine voilée au Supplément au Voyage de Bougainville de Diderot.

72 La forme dialoguée du roman, l’alternance du récit confié à Baudolino, à Nicétas ou à un narrateur extérieur en sont deux exemples.

73 « Tu es devenu mon parchemin seigneur Nicétas » p.227 à mettre en relation avec l’original : « Signor Niceta su cui scrivo tante cose che avevo persino dimenticato » p.214.

74 Dans les deux cas, suivant le principe du récit dans le récit, le voyageur raconte son périple à un tiers sur la route du retour.

75 In Humain, trop Humain, II, « opinions et pensées mêlées », 113.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Arnaud de Vallouit, « Baudolino, les rois mages et le mentir vrai : pour une lecture du signe », Babel, 7 | 2003, 296-315.

Référence électronique

Arnaud de Vallouit, « Baudolino, les rois mages et le mentir vrai : pour une lecture du signe », Babel [En ligne], 7 | 2003, mis en ligne le 18 septembre 2012, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://babel.revues.org/1423 ; DOI : 10.4000/babel.1423

Haut de page

Auteur

Arnaud de Vallouit

Université de Toulon et du Var

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Babel. Littératures plurielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire Babel
  • Logo Université de Toulon
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org