Navigation – Plan du site

Rhétorique de la répétition dans l’œuvre de Claude Simon : cas de la répétition intertextuelle

Mokhtar Belarbi
p. 268-295

Résumé

Les textes de l’écrivain Claude Simon sont affranchis de la servitude de la causalité et de la linéarité, ils se construisent par répétition, au point que l’on peut parler de rhétorique de la répétition intertextuelle. L’article étudie ce principe d’écriture dans Les Géorgiques.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir Foucault, Michel, Les Mots et les choses, Ed. Gallimard, coll. Tel, Paris, 1966, pp. 33-38.
  • 2 Foucault définit la « signature » comme étant « une marque visible des analogies invisibles ». Id. (...)

1Les classiques et les modernes entretiennent un rapport diamétralement opposé face à la répétition. Pour les classiques, le monde se redouble sans cesse. Toutes les figures de l’univers s’y apparentent et s’y rapprochent. Selon Michel Foucault, la ressemblance “a joué un rôle bâtisseur dans le savoir de la culture occidentale. C’est elle qui a conduit pour une grande part l’exégèse et l’interprétation des textes ; c’est elle qui a organisé le jeu des symboles, permis la connaissance des choses visibles et invisibles, guidé l’art de représenter.”1 Il ne s’agit pas d’une simple identité entre les choses, mais d’un enchaînement indéfini, et par cela même “parfait”, qui implique à la fois les référents, l’essence des choses, la liaison qui les relie, le canal par lequel elles communiquent jusqu’à la “signature ”2 qui n’est qu’un indice de l’existence de la Ressemblance. Il n’est pas étonnant que la forme du Savoir de la pensée classique soit le cercle. Le cercle est la figure géométrique qui convient parfaitement à ce système de similitudes, qui, tout en se redoublant indéfiniment, s’enroule sur lui-même. Dans ce contexte, chercher le sens d’un élément de ce système revient à dévoiler cet engrenage de ressemblances à travers le langage qui le supporte et le redouble.

  • 3 Id. ibid., p. 309.
  • 4 Id. ibid., p. 10.

2Or, l’avènement de la modernité a débarrassé le Savoir du contenu métaphysique qui l’habitait “A partir du XIX e siècle, écrit Michel Foucault, le langage […] acquiert son épaisseur propre, déploie une histoire, des lois et une objectivité qui n’appartiennent qu’à lui.”3 Il a cessé d’être “transparent ” et les mots ont été affranchis de “[l]’espace homogène et neutre où les choses viendraient à la fois manifester l’ordre continu de leurs identités ou de leurs différences et le champ sémantique de leur dénomination” et se sont logés dans un espace hors du « commun », un espace tout surchargé de figures complexes, de chemins enchevêtrés, de sites étranges, de secrets passages et de communications imprévues.”4

  • 5 SCHERZER, Dina, « Ubiquité de la répétitio dans Les Géorgiques de Claude Simon », in Neophilologus, (...)

3Les textes de Claude Simon participent de ce même imaginaire. Affranchis de la servitude de la causalité et de la linéarité, ils se construisent par répétition. Selon Dina Scherzer “Simon réussit à écrire un chef-d’œuvre[Les Géorgiques] en exploitant[…] les possibilités de la répétition.”5 Dans les textes de Simon, la répétition est tellement récurrente que nous pouvons parler d’une “ rhétorique” de la répétition. Elle est chez lui un principe d’écriture. Elle se présente sous de multiples faces. Dans cet article, nous nous intéresserons à un seul type, qui, à notre connaissance, n’a pas encore été étudié. Il s’agit de la répétition intertextuelle. Nous parlons de répétition intertextuelle lorsqu’un fragment ou un élément d’un texte de l’autre (ou d’un autre soi-même) est évoqué au moins deux fois dans l’œuvre de Simon. Ce type de répétition est de deux genres : l’une générale lorsqu’il y a répétition d’un ou de plusieurs élément(s) puisé(s) dans un texte appartenant à un autre auteur, l’autre restreinte lorsque l’œuvre de Claude Simon se nourrit de ses propres éléments. Détaillons nos propos :

La répétition intertextuelle générale

4ce type de répétition se réalise par le recours à au moins trois types de discours : un discours littéraire, un discours puisé de la mythologie et un discours pictural. Explicitons notre propos :

La répétition intertextuelle générale littéraire

5A la recherche du temps perdu est, sans doute, le texte littéraire que cite Claude Simon ou auquel il fait allusion le plus dans son œuvre. Il est à souligner que les fragments puisés de ce texte et qui sont insérés au moins dans deux textes de Claude Simon sont certainement fort nombreux. Seulement ils ne sont pas facilement repérables. En effet, contrairement à Michel Butor, entre autres, qui désigne ouvertement les sources des “textes-portés ”, Claude Simon semble se plaire à brouiller les pistes et les repères. Parmi les “ textes-objets” répétitifs extraits d’ A la recherche du temps perdu, nous avons :

  • 6 PROUST, Marcel, Le Temps retrouvé, Grands textes classiques, Paris, 1994, p. 150.

Je fixais avec attention devant mon esprit quelque image qui m’avait forcé à la regarder, un nuage, un triangle, un clocher, une fleur, un caillou […]6

6Cet extrait a été cité pour la première fois en exergue de la deuxième partie de La Bataille de Pharsale. Il est à noter que les textes-objets cités en épigraphe des textes de Claude Simon ne subissent aucune déformation et les sources d’où ils sont puisés sont clairement désignées. Mais ce n’est pas toujours le cas, lorsqu’ils sont insérés au sein de son discours. Ainsi en va-t-il de cet extrait dans Les Géorgiques et L’Acacia :

  • 7 Les Géorgiques, Minuit, Paris, 1981, p. 51.

Au centre du chemin, dans la bande préservée des roues de véhicules, de petites touffes d’herbe, de minuscules plantes aux feuilles en étoiles et dentelées poussent entre les cailloux.7

  • 8 L’Acacia, Minuit, Paris, 1989, p. 90.

[…] sourd, aveugle, rien, jusqu’à ce que lentement […] apparaissent de vagues taches […] qui se brouillent, s’effacent […] puis se précisent : des triangles, des polygones, des cailloux, de menus brins d’herbe, l’empierrement du chemin où il se tient maintenant à quatre pattes […]8

7Claude Simon a fait subir à l’extrait de Proust plusieurs modifications. Le lecteur assiste ici à un cas non pas de répétition-copie, mais de répétition-falsification dans la mesure où l’auteur ne garde du “ texte-objet ” que le terme cailloux dans le passage des Géorgiques et “ triangles ” et “ cailloux” dans celui de L’Acacia. Le “ triangle ” est devenu “polygones” dans l’extrait des Géorgiques et du singulier ce terme est devenu pluriel dans celui de L’Acacia. Quant à la “ fleur ”, il a été remplacé par le mot “ herbe ” aussi bien dans l’exemple du premier texte que celui du second. Cette dernière transformation est, sans doute, le résultat de ce que nous pourrons appeler une “ interférence intertextuelle ”. En parfait connaisseur des travaux d’Albrecht Dürer, Claude Simon confond peut-être le terme employé par Marcel Proust et le titre de l’un des chefs d’œuvre de ce peintre : “ Une touffe d’herbe ”.

La répétition intertextuelle générale mythologique

  • 9 VAREILLE, Jean-Claude, Fragments d’un imaginaire contemporain, Corti, Paris, 1989, p. 80.
  • 10 LONGUET, Patrick, La Mnémotexte dans l’œuvre de Claude Simon, trames et figures remémoratives, thès (...)

8biblique, grecque ou latine, la mythologie, de Gulliver jusqu’au Jardin des plantes occupe une place importante chez Claude Simon. Josué, Danaé, Léda, Mars, Vénus, Io, Dryade, Orphée, Hercule, Jupiter, Prométhée, le sphinx, le cyclope, les titans, etc. sont autant de figures mythiques qui peuplent son oeuvre. Plusieurs d’entre elles y sont présentes d’une manière récurrence. Cette récurrence, selon Jean Claude Vareille, s’expliquerait par le “ lyrisme ” et le “ sens cosmique ” de l’auteur.9 Il est pour lui, à notre sens avant tout, un outil de création comme tous les autres. Tout comme les autres types d’intertexte, il est incorporé au sein de son œuvre le plus souvent d’une manière indifférenciée et se trouve, par conséquent, dépouillé de la signification qu’il a dans son propre système. Il n’est pas une forme du Savoir métaphysique qu’il s’agit de répéter fidèlement, mais il est pour lui un moyen permettant la quête d’une forme d’expression et, partant, de récit qui se dérobe sans cesse. “Le mythe, écrit Patrick longuet, est réduit à des images [dévoyées] et devient l’un des éléments du matériel descriptif utilisé par Claude Simon. ”10.A plusieurs reprises, en effet, l’imaginaire du mythe chez lui est modernisé et son texte modifié et surtout détourné de son objectif. Certains mythes se répètent dans l’œuvre de Claude Simon de telle façon qu’ils constituent une sorte de leitmotive, notamment :

Le mythe de Prométhée

  • 11 HAMILTON, Edith, La Mythologie, ses dieux, ses héros, ses légendes, Marabout, Paris, 1978, pp. 80-8 (...)
  • 12 En effet, pour avoir dérobé le feu à Zeus et l’avoir donné aux humains et pour s’être arrangé pour (...)

9l’un des traits par lesquels se caractérise Prométhée est sans doute, sa révolte. Selon Edith Hamilton : “à travers tous les siècles, depuis les Grecs jusqu’à nos jours, son nom est resté celui d’un grand rebelle dressé contre l’injustice et l’abus du pouvoir.”11 Autre trait qui caractérise ce “ héros ” est sa générosité qui lui a occasionné de terribles souffrances.12 Ensuite, le fils de Chronos a ordonné qu’un aigle rouge lui déchire tout le jour la chair et qu’il se repaît de son foie.

  • 13 Les Géorgiques, op. cit., p. 22.

10Plusieurs personnages de Claude Simon partagent avec Prométhée les traits que nous venons de mentionner. Mais celui d’entre eux qui se rapproche le plus de cette figure mythique est, sans doute, le général L.S.M. Celui-ci a plusieurs traits en commun avec Prométhée. Premièrement, c’est un “ colosse” nous dit-on13. Deuxièmement, c’est un homme d’un grand courage : “Un rapport dit de lui qu’il est d’une santé de fer et d’un courage à toute épreuve.”

  • 14 Id., ibid., p. 383.

11Troisièmement, il est prédisposé à se sacrifier pour la cause qu’il croit noble est juste : “[…] dédaigneux de ce qui n’était pas se battre, défendre cette chose pour laquelle il avait tout laissé, tout risqué, versé son sang […] ”14

12Quatrièmement, il a un frère qui est lui aussi révolté :

  • 15 Id., ibid., p. 437.

[…] son frère et lui [….] comme deux incarnations d’un même et congénital esprit (ou besoin) de révolte, c’est-à-dire le cadet rebelle à ce pouvoir, cette autorité que l’aîné tenait lui-même d’un acte de rébellion, tous les deux hors-la loi en quelque sorte […]15

  • 16 Il fut condamné à porter sur son dos la voûte du ciel et le poids de la terre et sur ses épaules le (...)

13L’on sait que Prométhée avait un frère : Atlas. Le destin de celui-ci rappelle étrangement celui de Jean-Marie L.S.M. Atlas s’est insurgé contre la loi de Zeus et a pris part, à côté de son frère, au camp de Cronos. Alors que Prométhée, voyant Zeus sur le point de vaincre, se rallia à lui, Atlas choisit de soutenir Cronos jusqu’à la fin. Il fut impitoyablement châtié pour ce parti pris.16 Jean-Marie L. S. M. n’a pas eu un destin meilleur. Pour des raisons non révélées, il quitta l’armée et devint rebelle. Il fut condamné à mort par une loi votée par son frère :

  • 17 Les Géorgiques, op. cit., p. 444.

[…] la commission militaire arrête que le dit L.S.M SUBIRA LA PEINE CAPITALE […] L’oncle Charles repliant lentement la feuille […] disant : “ La loi celle que l’aîné avait lui-même votée […]17

14Cette “trahison” de Jean-Pierre par son frère rappelle celle de Prométhée à Atlas. Jean-Pierre L.S.M et Prométhée furent responsables de châtiments qui advinrent à leurs frères. Enfin le dernier trait qui rapproche le vieux conventionnel de Prométhée est la mutilation. Jean-Pierre a subi deux sortes de mutilations :l'une “ morale ” :

  • 18 Id., ibid., p. 404.

Ce cadet […] cette partie de lui-même qui, pour lui, avait déjà commencé à pourrir de son vivant, à dater du moment où il l’avait arraché, retranchée de lui par un acte d’atroce mutilation, comme on s’arrache un œil, se coupe un membre gangrené […]18

15L’autre physique :

  • 19 Id. ibid., p. 450.

[…] le bruit de la scie découpant les côtes, et alors le cœur, […] avec sa couronne d’artères et de veines sectionnées à la diable, extraite, précipitamment plongée dans un bocal […]19

16Il reste à souligner que le général Lacombe Saint-Michel est mis en scène dans trois textes de Claude Simon : La Route des Flandres, Les Géorgiques et L’Acacia. A travers ce personnage, le mythe de Prométhée se répète dans la fresque simonienne.

Le mythe des titans

  • 20 VAREILLE, Jean-Claude, Fragments d’un imaginaire contemporain, op. cit., p. 84.

17Claude Simon accorde un grand intérêt pour ce qu’il appelle “ La gigantomachie ”, c’est-à-dire tout ce qui est grand, colossal et géant. Cet intérêt s’explique, selon Vareille par “ cette faculté superlative et hyperbolique du regard de Simon de rehausser, exalter et célébrer.”20 La “ gigantomachie ” est l’un des traits essentiels de plusieurs personnages simoniens, en l’occurrence Orion dans Orion aveugle et Les Corps conducteurs, les deux soldats anonymes de la deuxième guerre mondiale dans Histoire, le capitaine de l’escadron dans Les Géorgiques et L’Acacia, etc. De tous les géants qui peuplent les textes de Claude Simon, c’est, sans conteste, le général Lacombe Saint-Michel qui se rapproche le plus des Titans. Il est lui-même décrit comme un “ titan ”. “ C’est un géant ”, nous dit-on. Le qualificatif “colosse ” qui lui est attribué se répète plusieurs fois aussi bien dans Les Géorgiques que dans L’Acacia :

  • 21 Id. ibid.
  • 22 L’Acacia, op. cit., p. 142.

C’est un colosse.21
[…]cette obésité héritée sans doute
du colossal général d’empire.22

18Nous retrouvons également d’autres qualificatifs qui renforcent ce “ sème ” notamment : “monumental”, “gigantesque” , “monstrueux” Le général L.S.M.est aussi assimilé à un “taureau”, à “Hercule” et à un “monstre”.

  • 23 Doit-on rappeler que Zeus est un titan ? Voir HAMILTON, Edith, La mythologie, ses dieux, ses héros, (...)
  • 24 Id. ibid., p. 15.

19De tous les titans, ces dieux anciens qui régnèrent sur l’Univers, c’est Zeus23 qui semble le plus proche du vieux conventionnel. Voici les traits qu’ils ont en commun : “ Zeus, écrit Edith Hamilton, maniait à son gré la foudre terrifiante. ”24

20Le général L.S.M. en tant que chef de guerre maniait les armes à feu. L’on sait qu’il a fait plusieurs campagnes, a combattu sur plusieurs fronts et a vaincu d’innombrables ennemis. Ces éclatantes victoires sont dues principalement à une bonne stratégie guerrière et à une bonne manipulation des armes à feu. Ce n’est pas sans raison qu’il a été nommé, entre autres, “ général en chef de l’artillerie de l’armée du Rhin ” et “ général en chef de l’artillerie de l’armée de l’Italie ”.

  • 25 Id. ibid., p. 25.

21Lorsqu’il était en Corse il a écrit à la convention : “je me rends à Calvi, j’y apporte avec moi des grils à rougir les boulets, si les ennemis viennent nous attaquer, ils ne nous prendront pas, dussé-je sauter la place et moi avec.”25 Ces propos n’étonnent guère puisqu’ils sortent de la bouche d’un homme-de-feu qui s’intéresse aux armes à feu.

  • 26 HAMILTON, Edith, La mythologie, ses dieux, ses héros, ses légendes, op.cit., p. 73.
  • 27 MICHAUX, Biographie universelle ancienne et moderne, Desplaces, Paris, 1885, p. 371.

- « Zeus avait un grand pouvoir qui dépassait de loin celui “ de toutes les autres divinités réunies.”26 Les états de service du général L.S .M. étaient tellement excellents qu’il se fit attribuer d’innombrables hautes fonctions. Il devient successivement “ général de brigade, maréchal de camp, général de division,lieutenant général, [...], inspecteur général de l’artillerie [...] il obtint le titre de commandeur de la légion d’honneur [...] Bonaparte lui donna un commandement dans les pays d’Hanouvre [...] il [obtint] la décoration du grand officier de la légion d’honneur [...] ”27

- Zeus était infidèle à son épouse Héra. Le général L.S.M. s’est montré infidèle envers sa première épouse Adélaïde en épousant en secondes noces Marie-Anne qui est comparée à deux amantes de Zeus : Léda que Zeus abusa sous la forme d’un cygne et Io qui fut changé en vache par Héra qui l’a surprise avec son époux :

  • 28 Les Géorgiques, op.cit., pp. 388-390.

[...] cachant - aux yeux - des hommes [...] la femme recroquevillée [...] introduisant en elle [...] ce pal, Léda, Io, [...] exhalant un long soupir [...]28

  • 29 Cf. HAMILTON, Edith, La mythologie, ses dieux, ses héros, ses légendes, op. cit., p. 73.

- Zeus avait un grand amour pour les arbres.29 Il en va de même pour le conventionnel. Certes, celui-ci se rendait rarement à son domaine dans les Pyrénées Orientales tant il était pris par ses fonctions militaires et politiques, mais cela ne l’a pas empêché de s’occuper de son jardin. Les Géorgiques mentionnent que ce personnage a envoyé plusieurs missives à son intendante Batti dans lesquelles il lui transmettait ses instructions sur ce qu’il devait faire pour l’entretien de son jardin.

  • 30 Id. ibid. p. 73.

- Zeus faisait entendre sa volonté dans le bruissement des feuilles des arbres.30 C’est aussi le cas pour le général L.S.M. Il donnait ses instructions par voie épistolaire non seulement à Batti, mais à tous les militaires qui travaillent sous ses ordres. C’est le cas de la lettre adressée au général Hoche et dont nous ne reproduisons que le fragment suivant :

  • 31 Id. ibid., pp. 189-190.

[...] Nous t’enjoignons de mettre à l’ordre que tous les services Publics soient escortés et convoyés par la force armée [...]31

- Zeus a eu des relations sexuelles avec sa sœur (mais néanmoins épouse) Héra. Au cinquième chapitre des Géorgiques, nous apprenons que Batti est la sœur de lait du général L.S.M. et qu’il a eu des rapports sexuels avec elle :

  • 32 Id. ibid., pp. 405-406.

Elle [Batti] qui était[...] comme un autre frère. C’est-à-dire plus qu’une sœur : non du même sang mais du même lait qu’eux [L.S.M. et son frère] [...]nourrie, grandie dans leur ombre [...] et elle [...] culbutée, saillie [...] par l’un ou par l’un ou par l’autre, ou par chacun à tour de rôle[...]32

22Le général L.S.M., personnage réel et historique, présente des similitudes frappantes avec Zeus. Toutefois, il est à noter que le mythe des Titans montre à l’évidence ce “ traitement profane ” que Claude Simon fait infliger aux Dieux et aux grands héros de la mythologie. En effet, ses personnages, quoiqu’ils présentent des ressemblances avec les Dieux, n’accèdent pas au rang de ceux-ci. Ils sont et demeurent de pauvres mortels qui subissent les morsures et les lacérations de Cronos. Ils faiblissent deviennent séniles et meurent comme de vulgaires choses. Comparer des personnages qui se laissent corrompre par le temps à des Dieux puissants et sacrés équivaut à une profanation de ceux-ci. Les personnages simoniens ne sont pas sublimés, mais les héros de la mythologie noircis et avilis.

La répétition intertextuelle générale picturale

  • 33 SIMON, Claude, La Croix-L’Evénement du 18/05/1985. « Je travaille comme un peintre » est le titre m (...)
  • 34 ROUSSET, Jean, « La Guerre en peinture », in Critique n°414, 1981, p. 1202 ; repris in Passages, éc (...)

23“ Je travaille comme un peintre ”33, affirme Claude Simon. Cette assertion affiche avec évidence l’importance du motif pictural dans son oeuvre. Tableaux de grands peintres, dessins, fresques, lavis, illustrations de manuels, photographies, cartes postales, affiches publicitaires, couvertures de magazines, gravures, etc. sont autant de représentations figurées qui sont insérées, d’une manière répétitive, dans ses textes. “ Ce faisant, note Jean Rousset, il poursuit une réflexion, engagée de longue date, sur e rapport des mots écrits et de l’objet pictural, en même temps que sur la représentation du mouvement. ”34Parmi les représentations figurées qui se répètent d’une manière obsessionnelle chez lui, nous relevons les portraits de ses ancêtres. Ils sont présents dans Le vent, La Route des Flandres, Histoire, Les Géorgiques et L’Acacia. Des innombrables descriptions de ces portraits, plusieurs éléments reviennent comme des leitmotive, en l’occurrence

- l’encadrement doré : à chaque apparition des “ tableaux des géniteurs ”, la plupart du temps, la description mentionne leur encadrement prestigieux :

  • 35 Histoire, Minuit, Paris, 1967, p. 14.

[...] et celles s’asseyaient, rigides, dans les fauteuils solennels sous les tableaux aux cadres dorés [...]35

- Leur submersion par la pénombre : le plus souvent, les portraits des géniteurs sont décrits dans des espaces mal éclairés :

  • 36 Les Géorgiques, op. cit., pp. 233-234.

[...] le salon s’enténébrant lentement, les sévères et énigmatiques portraits des géniteurs morts se fondant peu à peu dans la pénombre [...] et à la fin, dans le jour mourant [...]seulement quelques reflets[...]36

- Leur aspect solennel :

  • 37 L’Acacia, op. cit ., pp. 341-342.

[...] les lointains ancêtres [...] figés depuis deux cents ans, les solennels portraits entourés de dorures[...]37

- L’aura de mystère qui les entoure : dans les descriptions des ancêtres portraiturés, un terme retient l’attention tant il est récurrent. Il s’agit de l’adjectif “ énigmatiques ” que l’on retrouve, entre autres, dans les fragments descriptifs suivants :

  • 38 La Route des Flandres, Minuit, coll. Double, Paris, 1962, p. 56.

[...] tous ces morts énigmatiques[...]38

  • 39 Les Géorgiques, op. cit., p. 233.

[...] les sévères et énigmatiques portraits des géniteurs morts[...]39

  • 40 L’Acacia, op. cit., p. 379.

Dans la bibliothèque [...]qu’on avait transporté pour lui en même temps que les énigmatiques portraits d’ancêtres[...]40

L’utilisation récurrente du terme “ énigmatique ”fait entourer les ancêtres d’une “ aura de mystère ”.

  • 41 Histoire, op. cit., p. 27.

- L’impression macabre qui s’en dégage : les ancêtres portraiturés sont désignés dans les fragments descriptifs qui leur sont réservés comme étant “morts” : “ [...] portraits d’ancêtres morts eux aussi depuis longtemps. ”41

24Par leur récurrence et par le nombre assez important de fragments descriptifs qui leur sont consacrés, les portraits des ancêtres du cavalier de 1914 constituent bel et bien un motif obsessionnel dans l’œuvre de Claude Simon. Non seulement, ils alimentent l’imagination du narrateur, mais, de par le pouvoir producteur dont ils sont munis, donnent lieu à des innombrables cellules fictionnelles qu’ils génèrent.

2. La répétition intertextuelle restreinte

  • 42 SIMON, Claude, « L’inlassable ré/ancrage du vécu », in Claude Simon : chemins de la mémoire, Le Gri (...)
  • 43 SIMON, Claude, « Claude Simon à la question », in Claude Simon, analyse, théorie, U.G.E., coll. 10/ (...)

25Avec l’intertextualité restreinte, Claude Simon reprend des fragments de ses propres textes et les insère dans le texte qu’il écrit. Il ne conçoit pas son œuvre suivant le mode de la filiation, mais plutôt comme étant une inlassable répétition, un éternel recommencement. Trois éléments motivent ce désir de toujours recommencer. De prime abord, pour notre auteur, “écrire relève aussi de ressassement.”42 Ensuite, chaque fois qu’il termine la rédaction d’un livre, il est submergé par une intense sensation d’échec : “en parlant de l’impression d’échec qui accompagne l’achèvement d’une oeuvre, j’avais à l’esprit [...] que chaque fois on s’aperçoit qu’il y avait mieux à faire et que l’on a commis des erreurs. Par exemple, grâce à celles commises dans Les Corps conducteurs, j’ai écris Triptyque. ”43

26A ces propos font écho ceux de S. dans Le Jardin des plantes rétorquant au journaliste qui lui a dit qu’il avait bien décrit La Route des Flandres :

  • 44 Le Jardin des plantes, op. cit., p. 101.

[...] il faut croire que je ne l’ai pas si bien décrite, parce que figurez-vous qu’un des éditeurs étrangers a trouvé bon[...] de décorer la jaquette du livre avec un dessin [...] Alors j’ai sans doute mal raconté tout ça et il faudrait reprendre[...]44

27Enfin, il y a la résistance du monde à être représenté. Chaque nouvelle “représentation ” est le signe évident de l’échec de la précédente quant à redoubler une réalité qui se dérobe et refuse de s’enfermer par des mots. Si Rembrandt s’est portraituré plus de vingt fois, Cézanne a peint une dizaine de fois la Montagne Saint Victoire et Manet, entre autres, a peint une multitude de fois la gare Saint-Lazare, c’est que chacun d’eux était conscient de l’abîme qui existe entre l’image figurée et le modèle. Il en va de même chez Claude Simon. Claude Simon écrivain ne parvient pas à épuiser la réalité des situations racontées. Cet échec est ce qui anime en lui le désir de ce toujours recommencer sisyphien.

28L’intertextualité restreinte se manifeste dans l’œuvre de Claude Simon par la répétition dans un texte de fragments appartenant à un ou plusieurs de ses autres textes ou de thèmes déjà abordés.Commençons par la répétition discursive.

La répétition intertextuelle restreinte discursive

29ce type de répétition prend chez cet auteur au moins les formes qui suivent :

La répétition intertextuelle restreinte discursive quasi-littérale

30d’emblée soulignons que chez lui la répétition intertextuelle restreinte discursive littérale existe dans de rares cas et concerne seulement de courts fragments. Le plus souvent, un texte en revenant sur lui-même subit des altérations. Parfois, il ne s’agit que de légères modifications et c’est ce qui justifie notre appellation de la quasi-littérale” :

  • 45 Histoire, op. cit., p. 9.

[...] je pouvais la voir ou du moins ses derniers rameaux éclairés par la lampe avec leurs feuilles semblables à des plumes palpitant faiblement sur le fond de ténèbres, les folioles ovales teintés d’un vert cru irréel par la lumière électrique remuant par moments comme des aigrettes comme animée soudain d’un mouvement propre [...], comme si l’arbre tout entier se réveillait s’ébrouait se secouait, puis tout s’apaisait et elles reprenaient leur immobilité[...]45

31Ce fragment qui se trouve aux premières pages d’Histoire sera repris vingt-deux ans plus tard avec de légères altérations dans L’Acacia. Dans ce texte, le fragment en question sert de clausule :

  • 46 L’Acacia, op. cit., p. 380.

[...] l’une des branches du grand acacia qui poussait dans le jardin touchait presque le mur, et il pouvait voir les plus proches rameaux éclairés par la lampe, avec leurs feuilles semblables à des plumes palpitant faiblement sur le fond de ténèbres les folioles ovales teintées d’un vert cru par la lumière électrique remuant par moments comme des aigrettes comme animée soudain d’un mouvement propre, comme si l’arbre tout entier se réveillait s’ébrouait se secouait, après quoi tout s’apaisait et elles reprenaient leur immobilité.46

32A quelques éléments près, ces deux fragments sont identiques. C’est aussi le cas de la phrase suivante :

  • 47 Le Palace, op. cit., p. 52.

[...] la locomotive faisant entendre ce drôle de sifflet plaintif, lugubre, des trains du Far-West[...]47

33Cette phrase est reprise aussi bien dans Les Géorgiques que L’Acacia, mais pas d'une manière absolument littérale :

  • 48 Les Géorgiques, op.cit., p. 259.

[...] le sifflet des locomotives avait un son à la fois plaintif et lugubre, sur une double note, qui évoquait ces trains de Far-West [...]48

  • 49 L’Acacia, op. cit., p. 195.

[...] le sifflet de la locomotive fit entendre une sorte de hululement plaintif, lugubre, répété deux fois, rappelant le son qu’émettaient les locomotives dans les films se déroulant au Far-West.49

34Dans les passages extraits des textes des années 1980, nous constatons qu’en dehors des modifications au niveau de style-légères d’ailleurs- un petit détail a été ajouté : la répétition du sifflet deux fois. Sur le plan sémantique, et à part cet ajout, les trois phrases s’équivalent.

La répétition intertextuelle restreinte discursive-résumé

35dans ce cas, l’auteur résume l’essentiel d’une séquence ou d’un “micro-texte” faisant partie d’un texte antérieur :

  • 50 Les Géorgiques, op.cit., p. 52.

(il rapporte dans un roman les circonstances et la façon dont les choses se sont déroulées [...] : le carrefour et les champs parsemés de corps, le blessé ensanglanté, le mort étalé au revers du fossé [...] sa course haletante [...] le franchissement de la route où patrouillent les auto-mitrailleuses ennemies, sa marche dans la forêt [...] sa soif, le silence le chant de coucou [...] la rencontre imprévue des deux officiers [...] l’ordre [...]qu’il reçoit [...] la traversée de la ville bombardée, etc.)50

36Cette parenthèse ouverte dans Les Géorgiques renvoie à La Route des Flandres et plus précisément aux pages 146-155 où sont décrits l’embuscade, la fuite, le chant de coucou, la rencontre imprévue avec les deux officiers, etc. Les autres détails mentionnés dans cette parenthèse se trouvent relatés à d’autres endroits du texte. Il est à noter que ce passage n’évoque que les éléments essentiels de la séquence se rapportant à la débâcle de 1940 qui, rappelons-le, n’est pas l’unique séquence dans La Route des Flandres. Ce texte, en effet, est construit autour d’autres séquences, notamment celle qui se rapporte à Corinne, à l’ancêtre, au père de George, etc.

La répétition intertextuelle restreinte discursive détaillée

37dans ce cas, au lieu de présenter succinctement une scène ou une séquence d’un texte antérieur, l’auteur reprend des fragments déjà écrits et se propose de les développer :

  • 51 L’Herbe, op. cit., p. 33.

Et malgré cela (malgré l’insignifiance de leurs salaires d’institutrices, l’insignifiance des revenus des terres, la charge de ce frère à élever et leurs décentes et austères robes de noblesse à quatre, huit ou seize quartiers) [...]51

38Les éléments contenus dans cette parenthèse seront développés avec plus de détails plus de trente ans plus tard dans le premier, le troisième, le septième et le onzième chapitres de L’Acacia.

La répétition intertextuelle restreinte discursive allusive

39à maintes reprises, l’auteur fait uniquement des allusions à des faits écrits (décrits ou narrés) antérieurement. Il ne s’agit pas d’un résumé qu’il présente, mais d’une évocation au passage sans plus :

  • 52 Le Jardin des plantes, op.cit., p. 29.

[...] j’ai vu passer l’enterrement d’un chef de la police dont les extrémistes se rejetaient dans leurs journaux l’assassinat ou plus commode arrangeant tout le monde la fameuse cinquième colonne [...]52

40Dans ce passage du Jardin des plantes, il est fait allusion à l’assassinat du chef de police barcelonais pendant la guerre civile espagnole. Soulignons que dans Le Palace toute une longue séquence est consacrée à ce crime. En voici un extrait :

  • 53 Le Palace, op. cit., pp. 61-62.

[...] il [l’Italien] devait voir celui qu’il devait tuer non plus assis mais debout [...] le revoler de gros calibre tressautant alors, se mettant à donner une série de coups violents dans sa main à lui [...]53

La répétition intertextuelle restreinte discursive contradictoire

41dans notre étude sur la répétition intertextuelle générale littéraire, nous avons mentionné que Claude Simon, à différentes reprises, se montre “ infidèle ” au texte-objet d’où il puise des citations qu’il insère dans son propre texte. Cette “infidélité ” concerne aussi l’intertextualité restreinte. Seulement dans ce cas-ci il ne s’agit pas simplement de présenter des données fausses, mais de donner d’un fait déjà relaté antérieurement une version contradictoire :

  • 54 La Route des Flandres, op.cit., p. 36.

[...] et alors se réveillant tout à fait, se rendant compte qu’à présent le bruit des sabots avait cessé et que toute la colonne était arrêtée si bien que l’on n’entendait plus maintenant que le ruissellement de la pluie tout autour, la nuit toujours aussi noire, déserte [...]54

  • 55 Les Géorgiques, op. cit., p. 85.

[...] le ciel de neige plombé qui assombrit encore le crépuscule, le silence, le vide [...]55

42Dans le premier extrait, les soldats furent agressés en premier lieu par la pluie. Dans le second, leur premier agresseur est la neige. Le nombre de ces “infidélités ” ou de contradictions est assez élevé dans l’œuvre de Claude Simon. Elles montrent que pour celui-ci la possibilité d’un retour du même n’existe pas, car le “ même ”qui revient, de par les transformations qu’il subit, est toujours différent, du moins à certains niveaux, du fait initial.

La répétition intertextuelle restreinte thématique

43le phénomène de l’intertextualité chez Claude Simon ne se limite pas à la seule reprise de fragments discursifs écrits antérieurement, mais il comporte, entre autres, la répétition de certains thèmes qui s’imposent tant par leur récurrence obsessionnelle que par l’importance qui leur est accordée. Trois thèmes retiendront notre attention à ce niveau. Il s’agit des thèmes de la guerre, du voyage et du bordel.

Le thème de la guerre

  • 56 VIART, Dominique, Une mémoire inquiète. La Route des Flandres de Claude Simon, P.U.F., coll. Ecriva (...)
  • 57 Id. ibid., p. 196.

44ce thème est tellement récurrent chez notre écrivain que plusieurs critiques lui ont consacré un nombre assez important d’études. Plusieurs d’entre ceux-ci le considèrent comme le plus important de l’œuvre de Claude Simon. Ainsi, entre autres, pour Dominique Viart, la guerre n’est pas un simple “centre thématique chez Claude Simon, mais que son œuvre procède de la guerre [dans laquelle elle]trouve, [...] à la fois son origine et sa nécessité.”56 Plus que cela, pour ce critique, la guerre décrite par l’auteur devient “ le point de fixation de tous les enjeux.”57Dans l’œuvre de notre écrivain, il est question de cinq guerres :

- la bataille de Pharsale qui donne au livre de Claude Simon de 1969 son titre.

- Les guerres révolutionnaires du général de l’An II

- La première guerre mondiale

- La guerre intestine espagnole

- La seconde guerre mondiale.

  • 58 Dans le sens de « défaire ». Pour Claude Simon, décrire et/ou écrire passe avant tout par un travai (...)
  • 59 Dans la mesure où le dire de l’auteur est alimenté par celui d’autres auteurs.

De toutes ces “convulsions apocalyptiques ” (Simon) seules la guerre espagnole et la deuxième mondiale auxquelles l’auteur a pris part constituent des motifs obsessionnels. La première de ces “ ogres ” (toujours Simon) est présente dans Le Sacre du printemps, Le Palace, Les Géorgiques et Le Jardin des plantes. La seconde est dé-crite58, inter-écrite59 dans La Route des Flandres, Histoire, Les Géorgiques, L’Acacia et Le Jardin des plantes. Elle est également évoquée, mais seulement sous forme d’allusions dans L’Herbe, La Bataille de Pharsale et Leçon de choses. Pour le besoin de la démonstration, notre attention ne sera accordée qu’au thème de la seconde guerre.

  • 60 Cf. Revue des Sciences Humaines, n°220, Oct.-Déc., 1990.

A la demande d’Anthony Cheal Pugh, Claude Simon a écrit un “ petit historique ” de mai 1940 et plus précisément concernant les sept jours pendant lesquels il a été mobilisé.60 Plusieurs éléments évoqués dans ce “ petit historique ” sont décrits/narrés, entre autres, dans La Route des Flandres, Les Géorgiques, L’Acacia et Le Jardin des plantes. Pour la démonstration, nous ne considérons que les suivants :

- l’embuscade dans laquelle l’escadron est tombé en 1940 :

  • 61 L’Acacia, op.cit., p. 89.

[...] puis soudain les cris, les rafales des mitrailleuses, la tête de la colonne refluant, d’autres mitrailleuses alors sur l’arrière, la queue de la colonne [...] les cavaliers se mêlant, se heurtant, la confusion, le tumulte, le désordre[...]61

  • 62 Le Jardin des plantes, op.cit., pp. 24-25.

Ces trois petites automitrailleuses qui avaient l’air de contre-attaquer sur le chemin plus haut dans ce cas elles tiraient mal n’importe comment[...]62

- La fuite du cavalier après l’embuscade :

  • 63 La Route des Flandres, op.cit., p. 152.

[...] on est foutus, mais je ne me retournais pas rampai dans le fossé jusqu’à l’endroit où le talus cessait et après je me mis à courir [...]63

  • 64 Les Géorgiques, op.cit., p. 178.

Au moment où il réussit à remettre la jument au trot il se trouve tout à fait au sommet de la côte [...] Il jette alors sa jument dans un chemin de traverse sur la gauche64

-L’emprisonnement du cavalier des années 1940 par les Allemands :

  • 65 L’Acacia, op.cit., p. 316.

De nuit comme du jour, on pouvait chaque fois entendre s’élever leurs voix suppliantes répétant en un monotone lamento les trois seuls mots d’allemand qu’elles semblaient connaître[...]65

  • 66 Le Jardin des plantes, op. cit., p. 128.

Au camp, les baraques noires, les lourds réveils, les interminables appels dans la nuit encore. On se rasait seulement les dimanches [...]66

Le thème du voyage

  • 67 BUTOR, Michel, Essais sur le roman, éd. Gallimard, coll. Tel, Paris, 1971, p. 50.
  • 68 D’ailleurs l’un des chapitres de la seconde partie de ce texte porte pour titre « Voyage ».
  • 69 Voir quatrième de couverture du Jardin des plantes.

45Toute fiction, écrit Michel Butor, s’inscrit [...]en notre espace comme voyage, et l’on peut dire à cet égard que c’est là le thème fondamental de toute littérature romanesque.” Et Butor d’ajouter : “ tout roman qui nous raconte un voyage est donc plus clair, plus explicite que celui qui n’est pas capable d’exprimer métaphoriquement cette distance entre le lieu de la lecture est celui où nous emmène le récit.”67 Ces réflexions sont valables pour les textes de Claude Simon. Les textes de celui-ci, en effet, racontent des voyages et leur lecture constitue un voyage. Ils sont des textes-voyage. Le thème du voyage a été évoqué pour la première fois dans La Bataille de Pharsale qui rapporte un voyage en Grèce.68 Plusieurs autres textes depuis ont “amalgam[é] des fragments épars d’une vie d’homme au long de ce siècle et au quatre coins du monde.”69 Il s’agit, entre autres, des Corps conducteurs, du Palace, des Géorgiques, de L’Invitation, de L’Acacia et du Jardin des plantes. Dans certains de ces textes, il y a même des personnages-voyageurs (des “pérégrans”) qui ont “ roulé leur bosse ”dans plusieurs pays. Nous songeons plus particulièrement au cavalier des années 1940, à son père “ l’homme à la barbe carrée ”et à son ancêtre le général Lacombe Saint- Michel. Il semble que certains voyages ont marqué l’auteur plus que d’autres parce qu’ils en parlé plusieurs fois. Il s’agit du :

-voyage à Barcelone : l’auteur s’est rendu à cette ville pendant la guerre civile espagnole. Comme cette guerre est évoquée dans plusieurs textes, ce voyage est évoqué plusieurs fois :

  • 70 Le Palace, op.cit., p. 14.

[...] ses avenues parallèles traversées de diagonales coupant obliquement les pâtés de maisons réguliers en forme de carré[...] et il semblait à l’étudiant la[Barcelone] voir tout entière, d’un jaune sale, au bord de sa mer d’un bleu sale[...]70

  • 71 Les Géorgiques, op. cit., p. 31.

[...] il peut voir tout entière l’énorme ville étendue entre les collines et la mer[...] Au-dessus des toits de tuiles s’élèvent ici et là des dômes et des coupoles[...]71

- voyage en Russie : Claude Simon s’est rendu à ce pays à deux reprises. Une fois en 1937 et c’est ce voyage qui est évoqué dans L’Acacia :

  • 72 L’Acacia, op.cit., p. 179.

Dans les trains russes tous les voyageurs étaient allongés la nuit[...]72

Dans le récit de ce voyage, l’auteur parle peu de la Russie. La seconde fois, il s’y est rendu suite à une invitation qu’il a reçue par un écrivain russe pour participer à ce qu’il appelle un “ forum ” durant lequel il s’est entretenu avec Gorbatchev. Ce voyage est le moyeu auteur duquel s’articule L’Invitation. Dans Le Jardin des plantes, toute une séquence est consacrée à ce voyage. En voici un extrait :

  • 73 Le Jardin des plantes, op.cit., pp. 50-51.

...Moscou se termine brusquement. En me retournant, je pouvais voir s’éloigner les lumières des hauts immeubles neufs qui la ceinturent. Comme une muraille[...]73

Le thème du bordel

46Aucun des critiques que nous avons pu consulter n’a évoqué ( ou simplement fait allusion) à ce thème. Chose pour le moins étrange et ce pour trois raisons : de prime d’abord, il s’agit d’un thème obsessionnel qui se retrouve dans plusieurs des textes de Claude Simon. Ensuite, de longs passages lui sont consacrés. Enfin, c’est dans cet espace que le lecteur entrevoit le personnage central s’auto-décrivant, rapportant, récapitulant, expliquant, corrigeant, s’interrogeant, etc. sur des faits qui lui sont advenus ou auxquels il a assisté mais qui lui ont semblé énigmatiques. Dans La Route des Flandres et L’Acacia, le narrateur raconte à une prostituée la mort de son supérieur tombé dans une embuscade tendue par l’ennemi :

  • 74 La Route des Flandres, op.cit., pp. 86-90.

[...] on est tombés ce matin dans une embuscade le capitaine vient d’être tué[...] se rendant compte donc que ce n’était pas à Blum qu’il était entrain d’essayer d’expliquer tout ça[...] mais une seule tête[...] sentant la tiédeur, l’haleine, respirant le souffle sorti de l’obscure fleur noire des lèvres[...]74

  • 75 L’Acacia, op.cit., pp. 366-367.

[...] pensant : “ Le bougre de salaud, le ... Il ne pouvait pas se tirer simplement une balle dans la tête ?... Nous obliger à le... à Nous.. ” relevant alors la tête, se découvrant soudain dans l’une des glaces qui couraient sur le mur [...] en train d’écouter les mots crus que la jeune rouquine lui chuchotait à l’oreille[...]75

47Si dans les fragments extraits de La Route des Flandres et de L’Acacia, le cavalier, une fois démobilisé, raconte à une prostituée quelques épisodes de la débâcle de 1940 et plus particulièrement la mort de son supérieur, dans Le Jardin des plantes, il lui a raconté son voyage en Kirghistie :

  • 76 Le Jardin des plantes, op.cit., pp. 17-19.

j’ai dis très content de lui[Gorbatchev] déclaré encore son pays ouvert à tout maintenant [...] Elle était toujours dans la même position[...) son reflet dans la glace barrait le corps nu [...] j’ai posé ma main à plat sur le ventre[...]76

48Il apparaît clairement que le bordel exerce une grande fascination sur l’auteur qui lui attribue la fonction d’être le haut lieu de la narration de certains faits. Cet intérêt pourrait s’expliquer par le fait que dans son imaginaire la prostituée fait figure de Mère. Elle est ce qui rassure et réconforte. Au bras de la prostituée-Mère, le réserviste retrouve la paix perdue et peut enfin se reposer :

  • 77 Id. ibid., p. 369.

[...] docile dans ses mains [...] la solitude, la mort, le doute conjurés, vaincus, puis même plus, plus rien d’autre que cette ruée, ce maelström, tandis que toutes les particules de son corps l’abandonnaient[...] puis plus rien : le vide, la paix [...]77

  • 78 CLEMENT-PERRIER, Annie, Claude Simon : la fabrique du jardin, éd. Nathan, coll. Université, Paris, (...)

49Le bordel est chez Claude Simon, un espace expiatoire des souffrances, un lieu euphorique, une fontaine de jouvence en quelque sorte. Et l’acte sexuel apporte une “ action libératoire, une sorte de mise au monde.”78

50En somme, plusieurs thèmes reviennent avec insistance chez Claude Simon. Seulement il ne faut pas croire qu’il écrit le même livre. Les thèmes de la guerre, du voyage et du bordel, entre autres, sont chaque fois traités différemment. Quoi de plus normal puisque l’auteur cherche dans ses textes à rapporter des sensations ? Les sensations sont par définition insaisissables et partant indescriptibles d’une manière définitive. Le langage cherche à les approcher, mais échoue quant à les circonscrire.

51En guise de conclusion, nous pouvons dire que la répétition intertextuelle occupe dans l’œuvre de Claude Simon une place importante. Loin de nuire au texte qui l’accueille, elle s’avère un principe d’écriture. Elle est l’un des moyens qui permettent d’agencer et de structurer le magma informe de la réminiscence simonienne. Plus que cela, répéter pour lui, c’est s’offrir l’opportunité de présenter un fait sous des jours et des angles différents et, partant, instaurer un texte “ouvert” à plusieurs possibilités interprétatives.

Haut de page

Notes

1 Voir Foucault, Michel, Les Mots et les choses, Ed. Gallimard, coll. Tel, Paris, 1966, pp. 33-38.

2 Foucault définit la « signature » comme étant « une marque visible des analogies invisibles ». Id. ibid., p. 41.

3 Id. ibid., p. 309.

4 Id. ibid., p. 10.

5 SCHERZER, Dina, « Ubiquité de la répétitio dans Les Géorgiques de Claude Simon », in Neophilologus, N° 70, 1986, p. 372.

6 PROUST, Marcel, Le Temps retrouvé, Grands textes classiques, Paris, 1994, p. 150.

7 Les Géorgiques, Minuit, Paris, 1981, p. 51.

8 L’Acacia, Minuit, Paris, 1989, p. 90.

9 VAREILLE, Jean-Claude, Fragments d’un imaginaire contemporain, Corti, Paris, 1989, p. 80.

10 LONGUET, Patrick, La Mnémotexte dans l’œuvre de Claude Simon, trames et figures remémoratives, thèse de doctorat soutenue à Grenoble III en juin 1992, p. 190.

11 HAMILTON, Edith, La Mythologie, ses dieux, ses héros, ses légendes, Marabout, Paris, 1978, pp. 80-81.

12 En effet, pour avoir dérobé le feu à Zeus et l’avoir donné aux humains et pour s’être arrangé pour que ceux-ci gardent les meilleurs parties des animaux offerts aux Dieux, il fut attaché « à la crête d’un rocher élevé avec des chaînes que nul, jamais ne pourrait briser ». Id., ibid., p. 79.

13 Les Géorgiques, op. cit., p. 22.

14 Id., ibid., p. 383.

15 Id., ibid., p. 437.

16 Il fut condamné à porter sur son dos la voûte du ciel et le poids de la terre et sur ses épaules le haut pilier qui le sépare. Voir HAMILTON, Edith, La mythologie, ses dieux, ses héros, ses légendes, op. cit., p. 73.

17 Les Géorgiques, op. cit., p. 444.

18 Id., ibid., p. 404.

19 Id. ibid., p. 450.

20 VAREILLE, Jean-Claude, Fragments d’un imaginaire contemporain, op. cit., p. 84.

21 Id. ibid.

22 L’Acacia, op. cit., p. 142.

23 Doit-on rappeler que Zeus est un titan ? Voir HAMILTON, Edith, La mythologie, ses dieux, ses héros, ses légendes, op. cit., p. 73.

24 Id. ibid., p. 15.

25 Id. ibid., p. 25.

26 HAMILTON, Edith, La mythologie, ses dieux, ses héros, ses légendes, op.cit., p. 73.

27 MICHAUX, Biographie universelle ancienne et moderne, Desplaces, Paris, 1885, p. 371.

28 Les Géorgiques, op.cit., pp. 388-390.

29 Cf. HAMILTON, Edith, La mythologie, ses dieux, ses héros, ses légendes, op. cit., p. 73.

30 Id. ibid. p. 73.

31 Id. ibid., pp. 189-190.

32 Id. ibid., pp. 405-406.

33 SIMON, Claude, La Croix-L’Evénement du 18/05/1985. « Je travaille comme un peintre » est le titre même de cet entretien.

34 ROUSSET, Jean, « La Guerre en peinture », in Critique n°414, 1981, p. 1202 ; repris in Passages, échanges et transpositions, José Corti, Paris, 1990.

35 Histoire, Minuit, Paris, 1967, p. 14.

36 Les Géorgiques, op. cit., pp. 233-234.

37 L’Acacia, op. cit ., pp. 341-342.

38 La Route des Flandres, Minuit, coll. Double, Paris, 1962, p. 56.

39 Les Géorgiques, op. cit., p. 233.

40 L’Acacia, op. cit., p. 379.

41 Histoire, op. cit., p. 27.

42 SIMON, Claude, « L’inlassable ré/ancrage du vécu », in Claude Simon : chemins de la mémoire, Le Griffon d’Argille, coll. Trait d’Union, Grenoble, 1993, p. 19.

43 SIMON, Claude, « Claude Simon à la question », in Claude Simon, analyse, théorie, U.G.E., coll. 10/18, Paris, 1975, p. 424.

44 Le Jardin des plantes, op. cit., p. 101.

45 Histoire, op. cit., p. 9.

46 L’Acacia, op. cit., p. 380.

47 Le Palace, op. cit., p. 52.

48 Les Géorgiques, op.cit., p. 259.

49 L’Acacia, op. cit., p. 195.

50 Les Géorgiques, op.cit., p. 52.

51 L’Herbe, op. cit., p. 33.

52 Le Jardin des plantes, op.cit., p. 29.

53 Le Palace, op. cit., pp. 61-62.

54 La Route des Flandres, op.cit., p. 36.

55 Les Géorgiques, op. cit., p. 85.

56 VIART, Dominique, Une mémoire inquiète. La Route des Flandres de Claude Simon, P.U.F., coll. Ecrivains, Paris, 1997, p. 196.

57 Id. ibid., p. 196.

58 Dans le sens de « défaire ». Pour Claude Simon, décrire et/ou écrire passe avant tout par un travail de « défilage » des faits.

59 Dans la mesure où le dire de l’auteur est alimenté par celui d’autres auteurs.

60 Cf. Revue des Sciences Humaines, n°220, Oct.-Déc., 1990.

61 L’Acacia, op.cit., p. 89.

62 Le Jardin des plantes, op.cit., pp. 24-25.

63 La Route des Flandres, op.cit., p. 152.

64 Les Géorgiques, op.cit., p. 178.

65 L’Acacia, op.cit., p. 316.

66 Le Jardin des plantes, op. cit., p. 128.

67 BUTOR, Michel, Essais sur le roman, éd. Gallimard, coll. Tel, Paris, 1971, p. 50.

68 D’ailleurs l’un des chapitres de la seconde partie de ce texte porte pour titre « Voyage ».

69 Voir quatrième de couverture du Jardin des plantes.

70 Le Palace, op.cit., p. 14.

71 Les Géorgiques, op. cit., p. 31.

72 L’Acacia, op.cit., p. 179.

73 Le Jardin des plantes, op.cit., pp. 50-51.

74 La Route des Flandres, op.cit., pp. 86-90.

75 L’Acacia, op.cit., pp. 366-367.

76 Le Jardin des plantes, op.cit., pp. 17-19.

77 Id. ibid., p. 369.

78 CLEMENT-PERRIER, Annie, Claude Simon : la fabrique du jardin, éd. Nathan, coll. Université, Paris, 1998, p. 84.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mokhtar Belarbi, « Rhétorique de la répétition dans l’œuvre de Claude Simon : cas de la répétition intertextuelle », Babel, 7 | 2003, 268-295.

Référence électronique

Mokhtar Belarbi, « Rhétorique de la répétition dans l’œuvre de Claude Simon : cas de la répétition intertextuelle », Babel [En ligne], 7 | 2003, mis en ligne le 18 septembre 2012, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://babel.revues.org/1421 ; DOI : 10.4000/babel.1421

Haut de page

Auteur

Mokhtar Belarbi

Université Moulay Ismaïl (Meknès)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Babel. Littératures plurielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire Babel
  • Logo Université de Toulon
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org