Navigation – Plan du site

Un grand pan de mur rose : notes sur Pour un Malherbe de Francis Ponge

André Bellatore
p. 256-266

Résumé

L’article évoque la poétique méditerranéenne de Francis Ponge dans Pour un Malherbe, où se dessine un autoportrait oblique autour de deux pôles d’une géographie symbolique, la Provence et la Normandie, plus particulièrement le paysage nîmois, avec la Tour Magne et les Tours de feu à Rouen, lors de l’incendie de 1940. Ce sont des « nœuds de densité » où la poétique de Ponge se dessine et se figure.

Haut de page

Texte intégral

I Les deux pôles d’une géographie symbolique

  • 1 PONGE F, Entretiens avec Philippe Sollers, Paris, Gallimard/Seuil, 1970, p.41

Il est certain que je suis une herbe ou une branchette, une feuille d’un arbre de ces régions et que cela m’a déterminé1.

1Cet « atavisme méditerranéen » que Francis Ponge affiche de manière ostensible dans ses Entretiens avec Philippe Sollers, nous le voyons se décliner constamment dans Pour un Malherbe, son « autobiographie oblique ». Tout en faisant l’éloge du poète normand, Ponge se mesure à l’aune à son modèle et dresse de façon explicite ou implicite son autoportrait.

  • 2 PONGE F, Pour un Malherbe, Paris, Gallimard, 1965, p.220

Je suis né à Montpellier, mais d’une famille nîmoise (des deux côtés) depuis la nuit des générations et mes yeux se sont ouverts dans les jardins de la Fontaine2.

  • 3 Abréviation de Pour un Malherbe

2Un ancrage géographique fort se met en place à travers cette ville nîmoise qu’il a choisie comme patrie d’élection, comme lieu d’une filiation et qui semble déterminer sa personnalité et ses goûts. Mais cette aimantation géographique n’est pas unique. Le côté Normand va aussi marquer durablement le jeune homme : « Puis ce furent durant mon adolescence, la bruine et le crachin de Caen. » (PUMp.221)3 On s’attend à ce que ces deux pôles fonctionnent de façon antithétique. Au côté solaire et lumineux de la Provence viendraient faire pièce la grisaille et la pluie de Normandie. D’un côté la clarté, de l’autre l’obscurité. Le jour et la nuit. Pourtant le séjour normand n’est pas envisagé comme un exil. Pas de nostalgie. Ainsi le crachin aura même des vertus puisqu’il permettra de « tremper le caractère ardent de l’adolescent et de réduire le côté méridional (verbeux) »( op.cit, p.221) La Normandie permet de voiler quelque peu le côté ostensiblement radieux de la Provence

  • 4 PONGE F op.cit, p.20

Je trouvais les gens un peu bruyants et légers. Il me semblait qu’il y manquait un peu d’ombre. Tout me paraissait flotter un peu trop en l’air au soleil, au-dessus du sol, dans l’éblouissement de la lumière4.

3L’idéal géographique de Ponge semble, comme c’est le cas dans d’autres domaines, relever davantage de l’oxymore que de l’antithèse.

4Une géographie singulière se dessine donc à travers cette lumière ombrée, cette Provence normande. Les deux régions semblent déterminer un axe à partir duquel se construit Francis Ponge.

5Provence/Normandie : ce couple est convoqué à nouveau dans un texte écrit au début des années 40 : La Mounine ou Note après coup sur un ciel de Provence. La géographie symbolique pongienne fonctionne à plein toujours sur le même axe même si les pôles sont quelque peu différents :

  • 5 PONGE F, La rage de l’expression, Œuvres Complètes (T1), Paris, Gallimard (Bibliothèque de la Pléia (...)

À Aix, des fontaines moussues scintillent (…) Ressemblance d’Aix et de Caen. On se croirait dans une dépendance de la bibliothèque Mazarine5.

6Dans cette œuvre, il est question d’une Provence sombre, d’une région où le ciel « pourtant limpide à travers les feuillages » apparaît soudain « tout mélangé d’ombre ». Ponge s’efforce de donner sens à ce ciel d’encre, à cet azur cendré. Un ciel qui évoque, selon lui, plutôt la peinture de Chabaud que celle de Cézanne. Un ciel qui laisserait entrevoir en filigrane la voûte nocturne. Un ciel qui serait le lieu d’un mariage entre le diurne et le nocturne. On est loin ici d’une Provence-lumineuse-par-définition. Ponge, on le sait, se méfie des idées toutes faites. Le paysage méditerranéen ne saurait être réduit à un stéréotype.

7Cette géographie spécifique est bien sûr fondée sur une parenté symbolique entre le « gentilhomme habitué en Provence » et l’habitant du midi vivant en Normandie. Ponge est à sa façon un autre Malherbe. La preuve en est apportée par la géographie. « Voilà beaucoup de points communs » dit Ponge. En effet.

II Paysage de Ponge 1 : la Tour Magne (Nîmes)

  • 6 JACCOTTET P, L’entretien des Muses, Paris, Gallimard, p.127

8Philippe Jaccottet, lecteur averti de l’œuvre de Ponge, abordant Pour un Malherbe, et évoquant les « tentatives méthodiques et acharnées » de l’auteur pour faire l’éloge du poète normand et définir du même coup sa propre poétique, souligne que trois moments de ce volumineux ouvrage sont à privilégier. Ces passages, qui constituent selon Jaccottet des « nœuds de densité », consistent en trois digressions poétiques par rapport au propos « démonstratif » de l’ouvrage.  « Moments lyriques » dirait Ponge peu nombreux en regard des « Moments critiques » qui composent l’essentiel de l’ouvrage. Il s’agit, selon Jaccottet, de « trois moments où le poète parle de choses » : les temples de Nîmes, l’incendie des pétroles de Rouen et le bouquet de haricots mis à sécher. 6. On voudrait ici poursuivre la lecture de Jaccottet en s’attachant aux deux premiers moments qui font évidemment écho à notre réflexion sur la géographie pongienne.

9On s’attachera tout d’abord au paysage nîmois qui vient s’inscrire de façon récurrente entre les lignes du propos de Ponge sur Malherbe. L’éloge de la ville provençale vient se substituer à celui du poète normand. Cela se fait essentiellement à partir de ses monuments. Le premier se donne explicitement comme un emblème. Il s’agit de la Maison Carrée qui est l’objet d’une métaphore typiquement pongienne. Il imagine que les monuments de ce style (c’est-à-dire les monuments à colonnes et aussi bien le Parthénon) peuvent évoquer « adéquatement (…) un instrument à cordes » Et il justifie la pertinence de son rapprochement : 

  • 7 PONGE F, Pour un Malherbe, Paris,Gallimard, 1965, p.189

car il y a sur le devant, les colonnes tendues comme les cordes de la lyre (par exemple), et derrière, le temple ou la maison elle-même, c’est-à-dire la caisse de résonance7.

10Mimologie pongienne, on le voit, où les objets du monde, ici les monuments, renvoient à l’écriture. La Maison Carrée est, d’une certaine façon, emblématique de la poésie en général. Nîmes est une ville où les monuments sont lyriques.

11Mais, si la Maison Carrée a droit à quelques allusions allégoriques, c’est surtout la Tour Magne qui tient le devant de la scène du Malherbe. Ce monument, associé aux Jardins de la Fontaine, fait l’objet de deux longs éloges poétiques. Deux « moments lyriques » donc, au sens fort, ce qui n’est pas très courant dans l’œuvre de Ponge. En quelque sorte des hapax. Le premier se trouve à la page 221 :

Enfin la vision rétrospective des Jardins de la Fontaine a tout dominé, et par-dessus tout, ce côté rose et doré des murs, rampes et balustrades, des pavés et des statues, — ce côté grand élan, grandes draperies fougueuses des pins s’élevant en torsades au fond jusqu’à cette rose terminale, comme une fleur de magnolia, la Tour Magne ; ces frondaisons, au rez-de-chaussée, ordonnées par un élève de Lenôtre, ce côté touffes ou buissons de roses ordonnés, composés avec les architectures, avec la pierre ; le caractère magnifique, royal, somptueux, parfumé de ce décor, adossé par ailleurs à la garrigue, C’est-à-dire à la sécheresse parfumée, à l’aridité, à l’austérité, presque à la stérilité, mais si éblouissante, comme Rome au milieu de la campagne stérile

12On voit bien qu’il s’agit d’un paysage primitif et matriciel d’une importance capitale (il a « tout dominé») pour l’imprégnation du poète. Dans un second passage, qui constitue une variation sur le même motif, il sera question de « sa voiture d’enfant » qui « comme un berceau, se trouvait chaque jour amenée au pied du grand mur rose » (op.cit, p.256). Ponge exalte sans retenue ce paysage électif. Cela étonne chez celui qui déclare par ailleurs dédaigner « tout charme » dans son écriture.

  • 8 . Dans les Entretiens avec Philippe Sollers, Ponge commente en ces termes un passage de Pour un Mal (...)

13Mais pourquoi Jaccottet parle-t-il de « nœuds de densité » majeurs à propos de ces passages ? Cela s’explique sans doute par le fait que l’on retrouve l’essentiel des motifs de la poétique pongienne dans ces deux textes. D’abord et avant tout la métaphore florale. La Tour Magne est une « fleur de magnolia » à cause sans doute de la parenté paronomastique que vient souligner l’adjectif « magnifique ». On pense irrésistiblement au poème éponyme du recueil Pièces. Cet adjectif reviendra à plusieurs reprises dans Pour un Malherbe comme un leitmotiv pour évoquer l’œuvre du poète « magnifiée » par le Temps : « Érosion et magnification naturelles » (op.cit, p.289), « une magnification sans illusion » (op.cit, p.309) On pourrait dire alors que la Tour Magne a sa preuve esthétique inscrite dans son nom.8 .Oui, il s’agit d’une « beauté première » au sens fort.

  • 9 Gérard Farasse dans son étude Des fleurs pour vous met très clairement en évidence cette dimension (...)

14La métaphore du magnolia n’épuise pas les métaphores florales ; « la touffe de roses» renvoie elle aussi à un autre poème de Pièces, La parole étouffée sous les roses. On sait que dans ce poème, les roses ont un aspect belliqueux. Elles sont comparées à des coqs qui feraient bouffer leurs plumes. Elles viennent ici végétaliser la pierre et donner à ce texte son mouvement qui avait déjà été amorcé par les « draperies fougueuses », le « grand élan » et « les torsades ». Ce monument a du mouvement. Il semble emporté par une dynamique baroque caractéristique des fleurs pongiennes.9 Mais il est difficile de passer sous silence un mouvement inverse qui viendrait corriger cette inflexion baroque. En effet, ces buissons, ces touffes, sont par définition pétrifiées par l’architecture et surtout les frondaisons ont été « ordonnées » et « composées » par un élève de Lenôtre. La référence aux jardins à la française et au classicisme est très explicite. La Tour Magne est donc à la fois baroque et classique. Il faut alors se souvenir que la lutte de Malherbe avec l’ange baroque occupe une place de choix dans cette œuvre. En ce qui concerne la lutte entre ces deux grandes écoles, Ponge, on le sait, ne choisit pas ou plutôt il résout la contradiction en reprenant à son compte la formule paradoxale du philosophe Henri Maldiney : « le classique est la corde la plus tendue du baroque ». Formule oraculaire comme il les aime, à la fois « lapalissade et énigme ». De celles qu’on inscrit sur les pierres. On pourra d’ailleurs souligner que ces inscriptions sont convoquées dans la deuxième version de la Tour Magne :

C’est la grandeur rose et maïs des choses de la statuaire et de l’architecture et des inscriptions mythiques sous le soleil (255).

15Pour Ponge, les seules formes d’écriture qui vaillent sont celles qui subissent avec succès l’épreuve du temps, des éléments, les seules donc qui prennent la forme de stèles. Les inscriptions latines au premier chef. On mesure mieux sans doute le caractère allégorique de ce monument pongien qu’est la Tour Magne : Il nous parle de Nîmes, cela va de soi, mais aussi comme tous les objets pongiens d’art poétique. Celui de Malherbe bien sûr mais aussi celui de Ponge, qu’il appelle sa « rhétorique ». Une rhétorique dont les figures ne seraient pas univoques. Une rhétorique qui ne choisirait pas entre le classique et le baroque.

16Nous n’avons pas fait le tour encore de ce monument pongien. Il nous faut maintenant dire un mot de la fin du texte cité plus haut. Rappelons-le à la mémoire,  renommons ce décor « royal » :

  • 10 PONGE F, Pour un Malherbe, Paris, Gallimard, 1965, p.222

« adossé par ailleurs à la garrigue (…) à l’aridité, à l’austérité, presque à la stérilité, mais si éblouissante, comme Rome au milieu de sa Campagne stérile » 10

17On retrouve, à travers ces mots, l’attachement de Ponge à la romanité. Il la revendique hautement dans le Malherbe, en soulignant la faveur qu’il a reçue « d’une ascendance, serait-elle plébéienne, plus noble qu’aucune puisqu’elle remonte aux légionnaires de César »(PUM, p.221) On sait aussi qu’il signera en latin certaines des dernières versions de la Figue de paroles « Franciscus Pontius, nemausensis auctor, Anno MCMLIX fecit ». Francis Ponge, poète nîmois, on voit bien ce que cet attachement doit à la Rome antique surtout si l’on prend en considération le fait que Nîmes est la ville la plus romaine de France. Cette Tour Magne serait donc une fleur de magnolia, une rose ou même « un bouquet terminal » mais ne renverrait-elle pas aussi à un texte-fruit, à la figue et à son poème ? Le croisement est d’autant plus autorisé que la deuxième version concernant la Tour Magne y fait référence :

Pour ceux qui sont nés non loin de la Méditerranée, pas de doute : la Beauté existe (…) C’est celle de la fontaine de Nîmes, celle du moindre figuier.

18Cela vaut qu’on y regarde de plus près. Si l’on examine le texte de Ponge Comment une figue de paroles et pourquoi qui date aussi des années cinquante comme ceux de Pour un Malherbe, on trouve, dans la plupart des versions de ce recueil, une métaphore de la figue un peu étonnante :

  • 11 PONGE F, Comment une figue de paroles et pourquoi, Paris, Flammarion, 1777, p.211

Ainsi avez-vous pu, comme moi, rencontrer dans la campagne, au creux d’une région bocagère, quelque église ou chapelle romane, comme un fruit tombé. Bâtie sans beaucoup de façons, l’herbe, le Temps, l’oubli l’ont rendue extérieurement presque informe : mais parfois, le portail ouvert, un autel rutilant luit au fond11.

  • 12 Le « scintillant » est d’ailleurs présent dans la deuxième version de la Tour : « C’est la mer scin (...)

19Comment ne pas mettre en rapport cette église entourée par la nature et façonnée par elle, cette église « érodée et magnifiée » avec cette tour entourée par la campagne stérile ? Comment ne pas souligner l’analogie entre le caractère contrasté, hybride des deux paysages ? L’église est d’apparence informe, baroque mais l’intérieur est rutilant, scintillant. 12 La Tour, elle, se caractérise par le côté « frondaisons », « touffe et buissons de rose » mais aussi par un décor royal et somptueux. Là encore, les éléments jouent de manière contrastée. On est dans une esthétique de la « mosaïque ». Une nature qui se conjugue avec des monuments, ces derniers étant eux mêmes végétalisés, naturalisés, traversés aussi par l’écriture. Une écriture qui devient de ce fait d’une exceptionnelle densité, monumentale. Tout cela sous l’égide d’un classicisme qui ferait signe vers le baroque.( A moins que ce ne soit l’inverse.)

20On commence peut-être à donner sens à l’élection par Jaccottet de ces « morceaux choisis ». On s’aperçoit qu’on est bien en présence d’un « nœud de densité » puisque ce texte décline superbement de nombreux éléments constitutifs de la poétique pongienne.

III Paysage de Ponge 2 : les Tours de feu (Rouen)

21On envisage maintenant le paysage normand, autre « nœud de densité », sélectionné par Jaccottet. Ponge fait allusion à un événement biographique, à une vision exceptionnelle : celle des colonnes de fumée provoquées par l’incendie des pétroles de Rouen.

  • 13 PONGE F, Pour un Malherbe, Paris, Gallimard, 1965, p.178-179

Quand les pétroles de Rouen flambèrent en 1940, les énormes colonnes de fumées et de flammes (…) s’élevèrent avec une telle force ascensionnelle, d’un tel élan avec une telle fougue qu’elles me parurent se rejoindre au Zénith 13

22Une curieuse analogie se fait jour avec la description de la Tour Magne : le même « élan » baroque, la même « fougue » et la jonction au « zénith » (au « sommet ») comme un « bouquet terminal ».

23Mais, à la différence de la Tour Magne, le caractère allégorique de cette Tour de Feu se donne à voir, à lire, ouvertement :

  • 14 PONGE F, op.cit, p.179

La parole douée de force ascensionnelle, ardente, fougueuse, et qui monte tout droit malgré le mouvement baroque, hélicoïdal des flammes et qui donne l’impression d’une haute tour, qui nous porte irrésistiblement d’un seul coup, dès les premiers mots, à un niveau supérieur (…)En un sens, les strophes des poèmes de la page ressemblent à des tronçons de tuyaux ou de tours ou de cheminées. L’esprit y circule, évolue un peu à la façon des flammes, s’élevant en spirale à l’intérieur  14

24À travers ce « phénomène normand », on est donc en présence d’une allégorie qui concerne évidemment l’écriture. On sait que Ponge est coutumier du fait et qu’il n’a de cesse de donner aux choses une dimension scripturale. C’est cela qu’il nomme la « rhétorique de l’objet ». Cela vaut pour les objets naturels comme les « buissons typographiques » des Mûres « qu’une goutte d’encre remplit », pour les phénomènes météorologiques comme celui de La Mounine déjà évoqué plus haut, où le ciel de Provence découvert à l’aube d’une journée radieuse devient inexplicablement chargé d’ombre et se révèle, à travers le jeu des métaphores, un véritable palimpseste imprégné d’une encre violette ; mais cela vaut aussi pour des phénomènes industriels comme celui des pétroles de Rouen. Avec ces « tours de fumée » et leurs mouvements contradictoires c’est toute une figuration de la parole poétique qui se manifeste. Ailleurs, la métaphore peut être filée en terme de « résistance » :

  • 15 PONGE F, op.cit, p.238

Je parle d’une complexion (d’esprit, de caractère et de goût) telle que le Verbe qui la traverse est obligé de se porter à incandescence, et de devenir glorieux, éclairant et chauffant par lui-même15.

25Le « phénomène normand » nous permet ainsi de lire le monument méditerranéen sous un autre jour. Ce qui fascine Francis Ponge dans ce paysage nîmois, c’est donc à la fois le fait qu’il lui parle de son enfance mais aussi qu’il rend compte d’une certaine façon de la parole poétique, de la force ascensionnelle du verbe dans toute sa dimension tourmentée et tourbillonnante. Cette force, il la voit à l’œuvre depuis longtemps (l’ensemble de son œuvre en témoigne) dans le mouvement des fleurs. Ainsi L’asparagus :

  • 16 PONGE F, Nouveau Recueil, Paris, Gallimard, Paris, 1967, p.134

Voyons maintenant l’asparagus dans un bouquet (…) faisant preuve d’une grande énergie ascensionnelle en spirale et se couronnant au faîte d’énormes, de sensationnelles et orgiaques floralies16.

26Et aussi :

  • 17 PONGE F, op.cit, p.136 (le mot hélicoïdal est souligné par nous)

0 la vertigineuse vitesse de la course ascensionnelle hélicoïdale des roses17.

27Ponge donne donc au monument un caractère floral y compris celui d’un « bouquet terminal » en forme de feu d’artifice. Cette torsade « ascensionnelle » et « sensationnelle » est, selon lui, l’image élective de la parole poétique. Il la voit partout et surtout lui donne forme. À la fois la fougue (le désir) mais en même temps la maîtrise absolue, telle semble la leçon de cette figuration.

28Ainsi la Tour Magne est bien un monument emblématique traversé par un mouvement. On peut ici risquer un rapprochement avec un autre édifice décrit par Ponge quelques années plus tard. Il s’agit du Centre National d’Art et de Culture Georges Pompidou, autrement dit du « musée Beaubourg ». Ponge écrit sur ce monument un texte d’éloge : L’Ècrit-Beaubourg. Pour donner une idée du mouvement à l’œuvre dans ce monument, il a recours à un néologisme qui nous semble du plus haut intérêt :

  • 18 PONGE F, Nouveau nouveau recueil, Gallimard, Paris, 1992, p.64-65

Voilà ce que devrait être, serait, sera, déjà le bâtiment Beaubourg moins donc un monument que, s’il me faut inventer ce mot ; un moviment18.

29Un « moviment » voilà sans doute une autre façon assez propre de nommer la Tour Magne, ce bâtiment méditerranéen.

30Nous nous sommes engagés dans la voie que nous indiquait Jaccottet. On a vu comment à travers ces « moments lyriques », à partir de paysages électifs qui forment une sorte de locus amoenus singulier, la poétique de Ponge se dessine et se figure. Mais cette figuration, cette formulation a lieu sans pour autant s’énoncer dans un art poétique en bonne et due forme. Ponge nous rappelle opportunément que Flaubert, torturé par la fabrication de ses phrases, n’a édicté aucune règle. « Tout n’est jamais chez lui chaque fois qu’un  cas d’espèce » (PUM p.246). Ainsi chez Ponge, chaque livre, chaque objet, doit être considéré comme un « cas d’espèce » et en premier lieu ce qui pourrait être la figure inouïe d’une rhétorique singulière (non euclidienne), j’ai nommé la Tour Magne, monument méditerranéen, moviment emblématique de l’œuvre en train de se faire.

Haut de page

Notes

1 PONGE F, Entretiens avec Philippe Sollers, Paris, Gallimard/Seuil, 1970, p.41

2 PONGE F, Pour un Malherbe, Paris, Gallimard, 1965, p.220

3 Abréviation de Pour un Malherbe

4 PONGE F op.cit, p.20

5 PONGE F, La rage de l’expression, Œuvres Complètes (T1), Paris, Gallimard (Bibliothèque de la Pléiade), p.412-413

6 JACCOTTET P, L’entretien des Muses, Paris, Gallimard, p.127

7 PONGE F, Pour un Malherbe, Paris,Gallimard, 1965, p.189

8 . Dans les Entretiens avec Philippe Sollers, Ponge commente en ces termes un passage de Pour un Malherbe :  Il n’est rien de si beau comme Calixte est belle . « Tout le sonnet n’est qu’une tautologie. Pourquoi ? parce que Callixte signifie étymologiquement, la plus belle. Alors le fait de dire :  Il n’est rien de si beau comme Callixte est belle . Eh bien, c’est une pure tautologie et tout le poème est une pure tautologie » (op.cit, p.191). Ici on serait en présence d’une tautologie paronomastique: la Tour magne est magnifique.

9 Gérard Farasse dans son étude Des fleurs pour vous met très clairement en évidence cette dimension « baroque » et tourmentée des fleurs pongiennes. (FARASSE G. « Des fleurs pour vous », Revue des sciences humaines, n°228 (Ponge à l’étude), Lille, Presses de l’université de Lille III, 1993, p.31)

10 PONGE F, Pour un Malherbe, Paris, Gallimard, 1965, p.222

11 PONGE F, Comment une figue de paroles et pourquoi, Paris, Flammarion, 1777, p.211

12 Le « scintillant » est d’ailleurs présent dans la deuxième version de la Tour : « C’est la mer scintillant comme un tesson de mosaïque entre les oliviers » (255)

13 PONGE F, Pour un Malherbe, Paris, Gallimard, 1965, p.178-179

14 PONGE F, op.cit, p.179

15 PONGE F, op.cit, p.238

16 PONGE F, Nouveau Recueil, Paris, Gallimard, Paris, 1967, p.134

17 PONGE F, op.cit, p.136 (le mot hélicoïdal est souligné par nous)

18 PONGE F, Nouveau nouveau recueil, Gallimard, Paris, 1992, p.64-65

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

André Bellatore, « Un grand pan de mur rose : notes sur Pour un Malherbe de Francis Ponge », Babel, 7 | 2003, 256-266.

Référence électronique

André Bellatore, « Un grand pan de mur rose : notes sur Pour un Malherbe de Francis Ponge », Babel [En ligne], 7 | 2003, mis en ligne le 18 août 2012, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://babel.revues.org/1419 ; DOI : 10.4000/babel.1419

Haut de page

Auteur

André Bellatore

Université de Provence

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Babel. Littératures plurielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire Babel
  • Logo Université de Toulon
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org