Navigation – Plan du site

Jean Aicard et les Poèmes de Provence.
Lecture rhétorique du poème liminaire

Michèle Gorenc
p. 121-132

Résumé

Insistant sur l’influence de l’art oratoire sur l’œuvre poétique de Jean Aicard, l’article propose une lecture rhétorique du poème liminaire de son recueil Poèmes de Provence.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Antoine Albalat, Souvenirs de la vie littéraire, nouvelle édition augmentée d’une préface – réponse (...)
  • 2 Jean Aicard, Miette et Noré, (Paris, Flammarion, s. d.). Il s’agit d’un propos rapporté dans la pré (...)

1 Dans ses Souvenirs de la vie littéraire, le critique Antoine Albalat rapporte que Jean Aicard avait une « voix admirable, un vrai talent oratoire ». Il ajoute que le poète avait « dû certainement une partie de sa réputation à sa merveilleuse voix d’or et à sa diction dramatique de premier ordre ». Il note enfin qu’il n’était pas seulement « un liseur incomparable, (…) un comédien, mais un orateur et [que] nul ne l’égalait pour l’improvisation et l’enthousiasme »1. Ce poète-orateur déclare lui-même, à l’occasion de la lecture publique d’une de ses œuvres : « La poésie, devenant parole, entre dans l’action comme dans l’éloquence »2.

2 Ces éléments montrent le lien étroit qui existe entre rhétorique et poétique chez Jean Aicard. Nous proposons d’illustrer cette question en faisant l’analyse de la pièce liminaire des Poèmes de Provence, un ouvrage paru en 1874, à un moment où le poète, en dépit de débuts très prometteurs, tourne le dos aux milieux littéraires parisiens, découvre le thème du pays natal et chante la Provence. Pour faire accepter ce sujet nouveau, mais particulièrement délicat compte tenu du contexte historique, Jean Aicard justifie sa décision dans « Dédicace. A la France », à l’ouverture de son recueil.

  • 3 Joëlle Gardes-Tamine, La rhétorique, (A. Colin, coll. Cursus, 1996), pp. 100-101. Voir aussi Olivie (...)

3 Ce poème fonctionne tel l’exorde d’un discours. L’auteur y explique les raisons de son choix et cherche à capter la sympathie de son public en jouant sur des ressorts psychologiques et sur des arguments logiques. A cet effet, il travaille sur les plans de l’ethos, du pathos, et du logos pour rendre son auditoire « attentif, docile et bienveillant, selon le triple objectif marqué par la Rhétorique à Herennius »3.

  • 4 George Molinié définit l’exorde dans le genre judiciaire. Michèle Aquien et Georges Molinié, Dictio (...)
  • 5 Olivier Reboul, op. cit., p.66. Pour lui, Aristote conçoit en ce sens l’exorde dans le genre épidic (...)

4 Cette rhétorique de l’exorde, habituelle dans le genre judiciaire4, mais que l’on rencontre aussi, selon Aristote, dans le genre épidictique, trouve ici une application particulièrement bien adaptée pour « faire sentir à l’auditoire qu’il est lui même impliqué dans ce qu’on va dire, le mettre dans le coup »5.

1. Un poème pour l’accord préalable

5 Le poème « Dédicace. A la France », composé de deux huitains et deux sizains, est placé au début des Poèmes de Provence. Il est suivi de « Prélude », onze quatrains qui donnent le ton (au sens musical du terme) et suggèrent le thème poétique : une quête au contact de la nature, un élan spiritualiste qui s’oppose à l’inquiétude contemporaine, un accomplissement de l’être dans le lien au pays natal.

  • 6 La relation centre-périphérie constituera l’enjeu de la question régionaliste quelque vingt ans plu (...)

6 Ces deux œuvres précèdent cent autres poèmes qui composent le tableau de la Provence, tels les fragments juxtaposés d’un puzzle. Elles en forment l’introduction. Cette configuration est validée par la table des matières qui présente ces deux premiers titres, puis l’indication «  Poèmes de Provence », suivie de la liste des cent pièces du tableau. Le seuil de l’ouvrage s’organise donc en deux temps. Si « Prélude » place le propos sur le plan poétique, « Dédicace. A la France » s’adresse, comme l’indique le titre, à l’attention d’un auditoire. Conformément à l’usage rhétorique, il s’agit de fixer les bases d’un accord préalable à la communication. Ce faisant, nous percevons la difficulté de la situation où se trouve le poète. Ce titre l’énonce et Jean Aicard, nous le présumons, fait appel aux ressources de l’éloquence pour expliquer comment il lève l’ambiguïté de sa position, située entre la France et la Provence6. Il ne lui semble pas inconvenant de débuter un recueil intitulé Poèmes de Provence par une adresse titrée « Dédicace. A la France », bien au contraire. Nous allons voir comment il plaide sa cause.

                                     Dédicace

                                    A la France

       France, telle qu'elle est, j'offre cette oeuvre à toi
       Comme un autre jadis l'eût dédiée au Roi,
       Du temps où, sauf la cour, tout le monde était rustre
       Pour qu'il la protégeât et qu'elle fût illustre.
5     Et d'ailleurs faudrait-il qu'on dît : il a chanté
       La Provence, un recoin de pays enchanté,
       Exaltant (ce n'est pas ce que l'heure demande)
       La petite patrie aux dépens de la grande ?

       Je t'aime, ô mon pays tout entier, sol gaulois,
10    Dans tes cités, dans ton langage et dans tes lois,
       Dans tes sombres forêts de chênes ou d'érables,
       Jusqu'en tes guis sacrés qui restent vénérables ;
       Souvent, en traversant la Seine, je suis pris
       De l'orgueil joyeux d'être un passant dans Paris !
15    Mais j'ai pour la Provence au ciel bleu la tendresse
       Qu'on a pour l'Italie et qu'on a pour la Grèce.

       Vieille Gaule à l'esprit attique, au coeur romain,
       Souviens-t'en : la Provence est l'antique chemin
       Par où la race hellène et latine à ta race
20    Apporta ses trésors de lumière et de grâce,
       L'exquise politesse, honneur de nos cités,
       L'art, la douce éloquence et toutes les beautés.

       O France ! C'est donc toi que, dans ton âme même,
       Toi que dans ton génie exalte mon poëme,
25    Et comme en d'autres temps on l'eût offert au Roi,
       Patrie, ô majesté, je le dédie à toi,
       De sorte que ton nom dont j'invoque l'auspice
       Désormais le décore, inscrit au frontispice.

2. Les bienséances oratoires

  • 7 « L’allocution est une figure macrostructurale : elle n’est pas attachée à la spécificité de tel ou (...)

7Dans l'acte de communication qui s'établit, fondé sur la figure macrostructurale de l’allocution,7 nous percevons les éléments de l’échange : émetteur, récepteur, objet du message et termes de l’entente préalable portant sur des faits et des valeurs.

  • 8 Michaël Pakenham, Une revue d'avant-garde au lendemain de 1870, La Renaissance Littéraire et Artist (...)
  • 9 Luce Abelès, Fantin-Latour : Coin de table, (Ed. de la RMN, 1987).
  • 10 Les Jeunes Croyances, (Paris, Lemerre, 1867) et Les Rebellions et les Apaisements, (Paris, Lemerre, (...)
  • 11 Alain Bitossi, « La Provence en français », in Jean Aicard, du poème au roman, (Edisud, coll.Var et (...)
  • 12 « Dites à M.Aicard combien je l'aime » lui fait dire Victor Hugo. Cité par M. Pakenham, op.cit, pp. (...)

8L’émetteur est «  je », énoncé au premier vers, mis en valeur avec force à la reprise du deuxième hémistiche, après un arrêt grammatical et la ponctuation qui marque la césure. Ce «  je » offre une figure sociale et littéraire connue, malgré son jeune âge – vingt-six ans –, ce qui lui donne l'autorité suffisante pour lancer cette apostrophe sur un ton très hugolien. En effet, Jean Aicard a déjà un passé puisqu'il a participé à l'aventure de La Renaissance Littéraire et Artistique, avec quelques « vilains bonhommes », en étant le directeur de cette revue très parisienne au cours de l’année 1872 8. Il a pris une part active aux débats de son temps comme le montre encore sa présence sur Coin de table, un tableau de Fantin-Latour, aux côtés, entre autres, de Verlaine et de Rimbaud 9. Après la publication, à Paris, de deux premiers recueils de poésie, 10 il a quitté la capitale en 1872 pour son Var natal 11. Les Poèmes de Provence paraissent dans ces circonstances nouvelles et cela mérite une mise au point du poète en direction de ses amis qui espèrent son retour à Paris12.

9Ces considérations d'histoire littéraire sont à replacer dans un contexte particulièrement sensible. Après la guerre de 1870 et le démembrement de la France avec la perte de l'Alsace-Lorraine, la IIIe République prône l'Unité Nationale. Jean Aicard, qui a appelé ouvertement la République de tous ses vœux, doit justifier sa position à la parution de cet ouvrage consacré à sa province natale.

10Dans ce poème, comme il l'a déjà fait jusque là, il s'adresse au Paris littéraire et républicain, au sein duquel il est connu et apprécié. Signalons aussi que certaines pièces des Poèmes de Provence ont déjà été publiées dans la Revue des Deux-Mondes. L'auditoire est donc national avant d’être local, et l'auteur s’applique à éclaircir le dilemme : peut-on aimer d'un même amour la France et sa province ? Comment être à la fois au centre et à la périphérie ? Dans la mesure où le poète soutient un point de vue qui risque de ne pas être celui de son auditoire, il est nécessaire qu'il en explique le bien fondé par une argumentation.

11Elle commence par un début ex-abrupto qui situe d'emblée le propos sur le plan axiologique en s'adressant à l'entité supérieure : « France ». Par là, les incompatibilités qui pourraient exister entre l'auteur et son public sont neutralisées. En effet, l'apostrophe « France » introduit un auditoire apparent qui maintient l’auditoire réel – les Français, Parisiens et provinciaux – dans le respect d'une commune valeur, la Patrie.

12Du même coup, le poète en ressort grandi, car il se place en interlocuteur de ce destinataire supérieur. Nous le voyons à la première césure, où le « je » dédicateur est le pivot d’un vers particulièrement bien charpenté. Il « offre » de part et d’autre l’objet dédié « telle qu’elle est… cette œuvre », à un dédicataire également réparti de façon symétrique : « France… à toi ». Notons la mise en valeur du don avec la forme pronominale d’insistance du complément d’attribution, résultant d’une manipulation syntaxique qui combine hyperbate et provençalisme :

France, telle qu'elle est, j'offre cette oeuvre à toi

13« Je » interpelle, donne, tutoie. Cette attitude en impose d'autant plus que son interlocuteur, mis en évidence par cette double présence à l'initiale et à la rime, appartient au domaine de l'abstraction. Ainsi, dès le début, le discours fait appel à la valeur, s’appuie sur la supériorité de l'abstrait sur le concret : la France, plutôt que l’auditoire réel et le don, valant mieux que ce qui est donné (un recueil poétique).

14Par une figure de répétition, le poète renouvelle ce schéma – apostrophe, don, tutoiement – , trois vers avant la fin lorsqu'il termine son raisonnement, avec un chiasme entre les vers 1-2 et 25-26 et un chassé-croisé des verbes : « j’offre / l’eût dédiée » et « je le dédie / on l’eût offert » :

France, telle qu'elle est, j'offre cette oeuvre à toi
Comme un autre jadis l'eût dédiée au Roi (…)

Et comme en d'autres temps on l'eût offert au Roi,
Patrie, ô majesté, je le dédie à toi (…)

15Avec ce procédé, le poète se place comme l'interlocuteur de la patrie, entité que tous respectent. C’est un argument d'autorité qui lui donne davantage de force pour faire accepter, par l'auditoire réel, sa prise de position.

3. La démonstration

  • 13 Selon Olivier Reboul « le motif central est le procédé rhétorique essentiel à un texte, permettant (...)

16 Après ce premier alexandrin qui élève le sujet dans le domaine éthique et nomme les partenaires en présence, Jean Aicard fonde sa démonstration sur un ensemble de hiérarchies de valeurs. Ce système, dont nous avons déjà perçu le premier terme, abstrait > concret, constitue le motif central du texte13. De plus, tout en continuant à travailler l’ethos, le poète utilise les ressources du pathos, au service du logos.

  • 14 Cette continuité du présent dans la ligne du passé structure l'ensemble des Poèmes de Provence. Nou (...)

17 Dès le vers 2, un deuxième argument axiologique introduit la prééminence du passé. Le poète justifie le don de « cette oeuvre...mon poëme » à la « France... Patrie » en raison des coutumes (« jadis...du temps où... comme en d'autres temps »). Ce propos fait intervenir la dimension temporelle, le présent se situant dans la continuité d'un passé dont on tire argument14. En ce sens, un enthymème construit la structure déductive sous-jacente au discours :

. le Roi protégeait les poètes et leurs oeuvres,

. la France (République) succède au Roi,

. donc la France protègera mon oeuvre.

  • 15 « Figure consistant à devancer l’argument de l’adversaire. », O. Reboul, op. cit., p.241.

18Cependant, doit-on aujourd’hui demander protection pour faire oeuvre poétique ? En réalité, le poète est conscient de la fragilité de sa position et de l'incongruité de sa requête car, au moment d'aborder la question centrale, il en diffère encore l'évocation par d'autres procédés rhétoriques et stylistiques. Aux précautions préalables déjà énoncées (la supériorité de la patrie et la valeur d'exemple du passé), il ajoute une question oratoire : « Et d'ailleurs faudrait-il qu'on dît ? » Puis il minimise la portée de son écriture : il n'a chanté qu' « un recoin de pays enchanté ». Enfin, il atténue encore son aveu, le retardant par une prolepse oratoire15 incise entre parenthèses :

Exaltant (ce n'est pas ce que l'heure demande)
La petite patrie aux dépens de la grande ?

  • 16 Dans l’œuvre de Jean Aicard, nous n'avons pas trouvé d'occurence antérieure pour « petite patrie ». (...)

19Voici donc la Provence mise au rang de « petite patrie », désignée de façon explicite comme une partie du tout. (Notons que cette minoration de fait trouve, en contrepartie, une valorisation textuelle grâce à l’ellipse qui lui attribue à elle, la Provence, le substantif « patrie »). La relation centre-périphérie se présente en terme d'inclusion, avec la périphrase « petite patrie » qui va devenir une désignation courante dans le vocabulaire républicain de l'époque 16.

20La longue explication qui suit reprend immédiatement le motif de la patrie resté en suspend par l'interrogation et le place dans la tonalité du pathos : « Je t'aime, ô mon pays tout entier ». Dès lors, le discours en appelle à la fois à l'émotion et à la raison. Ce « pays » est évoqué à l'aide des symboles consensuels de l’époque : « sol gaulois... forêts de chênes et d'érables... guis sacrés...vieille Gaule ». De plus, les hiérarchies de valeurs déjà évoquées (entre l’abstrait et le concret ; entre le passé et le présent), se déclinent à nouveau et s'imbriquent à une nouvelle échelle, le tout étant supérieur à la partie. Soit :

. pays tout entier, sol gaulois > Provence au ciel bleu
. France > Provence antique chemin
. patrie > petite patrie
. tout > partie

21Dans ce statut de composante d'un tout, la Provence quitte le domaine concret (« ciel bleu ») pour celui de l'abstraction (« antique chemin ») grâce à une analogie avec un troisième terme, (« Italie, Grèce ») qui correspond à la première double hiérarchie de valeurs : abstrait > concret et passé > présent.

22Pour cette affirmation, Jean Aicard s'appuie sur un fait reconnu et accepté par tous : la culture antique est le fondement de la culture française. En conséquence, la Provence est présentée sous le jour d'une seule de ses qualités, en une définition oratoire qui rejoint la pétition de principe :

La Provence est l'antique chemin
Par où la race hellène et latine à ta race
Apporta ses trésors de lumière et de grâce...

23La lumière et la grâce, reprises absolutisées en substantifs de qualités déjà attribuées à la « Vieille Gaule » (« à l’esprit attique », « au cœur romain »), sont les métaphores de la pensée et de la beauté. Ce lieu de la qualité synthétise toutes les valeurs précédentes et désigne la Provence comme un maillon essentiel dans l'histoire de la patrie. Cet argumentaire s’enrichit aussi de façon indirecte car si la France est décrite dans ses aspects concrets (ses forêts, sa capitale…), la Provence est seulement évoquée par des prédicats abstraits (« l’antique chemin » de Rome et de la Grèce vers la Gaule) qui forment une sorte de droit des origines, du souvenir (« Souviens t’en »). Ainsi, par une imbrication du mode implicite et de propositions déductives et inductives, le poète justifie son oeuvre et prouve son amour aussi bien pour sa « petite patrie » que pour « la grande »

1 Il aime la France dans son intégralité et dans ses parties,
Donc il aime la Provence.
2 Il aime la Provence, non seulement partie de la France, mais encore lien avec les cultures antiques qui ont enrichi la culture française,
   Donc il aime la France

24La démonstration s'achève par un retour à l’apostrophe : « O France ! c'est donc toi... ». Cette péroraison, sur le registre du sublime, reprend la structure de l'introduction avec l'enthymème et l'interpellation. Celle-ci, marquée trois fois sous la forme d’un parallèle, s'accompagne d'une gradation :

. ...toi que, dans ton âme même,
. Toi que, dans ton génie...
. Patrie, ô majesté...à toi...

25L'invocation de la France couplée avec l’apposition « Patrie », tout comme la proximité syllogistique « France-Roi » qui légitime celle du couple « Patrie-majesté », renforcent le pathos. Nous retrouvons aussi la double hiérarchie et le lieu de la qualité.

26Ayant démontré son amour et justifié ses intentions, le poète revient à son propos et réclame son dû : protection pour son oeuvre (« auspice ») et reconnaissance de sa poétique (« frontispice »). Ces deux dernières rimes placent sa démarche dans la filiation des humanités classiques (alors qu'au quatrième vers les termes correspondants à ces concepts sont « protégeât » et « illustre »). Elles mettent aussi le poète en position d'homme lige, à la fois vassal et héraut de la république naissante.

  • 17 Jean Aicard, Poème de Provence, (Paris, 3e édition, 1878). Préface de l’éditeur.

27Le message de Jean Aicard a été perçu et accepté aussi bien du côté parisien que de celui des Provençaux, comme en témoignent les extraits des commentaires critiques présentés dans la note introductive de l'édition de 1878. Celle-ci souligne que l’ouvrage, couronné par l’Académie française, fait partie de « ceux qui ont, comme ont dit, fortune faite » et mentionne plusieurs commentaires favorables : Francisque Sarcey « y trouve un goût délicieux de la patrie » ; André Lefèvre, en homme de l’art, apprécie «  le trait ferme en pleine lumière »  et l’hommage consacré à la cigale (qui fait l’objet d’une trentaine de pièces) ; tandis que Louis Brès, chroniqueur marseillais, accueille ce livre pour « les amoureux fervents de la Provence comme un bréviaire de leur culte ». Relevant l’accord de l’inspiration locale et du «goût de la patrie», l’auteur de la préface conclut par cette synthèse : « et tous y rencontrent également, enveloppé dans le sentiment de la poésie universelle, une saveur de terroir qui en fait l’attrait particulier »17.

28Ainsi ses qualités rhétoriques permettent à Jean Aicard d’une part d’évoquer son pays natal sans susciter de tension au sujet de la relation entre Paris et la province et d’autre part d’installer sa célébration de la Provence dans le domaine de la valeur. Ces deux sujets : la dialectique centre-périphérie et la visée axiologique qui adjoint à la province un ensemble de vertus, seront au cœur de la pensée régionaliste conceptualisée à partir de la dernière décennie du XIXe siècle.

  • 18 L’histoire littéraire n’a pas encore reconnu ces poètes et étudié leurs œuvres. Pour un panorama ré (...)

29Mais pour l’heure, grâce à l’accueil réservé à son ouvrage, Jean Aicard ouvre la voie à une floraison de poésie provinciale18.Chaque région, en effet, va inspirer des poètes qui, tous, jusqu’à la Belle-Epoque, chanteront respectivement leur pays natal. Les Poèmes de Provence constitueront leur modèle d’écriture avec cette démarche rhétorique qui apporte non seulement le moule formel et la technique de l’expression, mais aussi la conception sociale et culturelle du discours en action.

Haut de page

Notes

1 Antoine Albalat, Souvenirs de la vie littéraire, nouvelle édition augmentée d’une préface – réponse, (Paris, G. Crès et Cie, 1924), pp. 212 - 217.

2 Jean Aicard, Miette et Noré, (Paris, Flammarion, s. d.). Il s’agit d’un propos rapporté dans la préface de la troisième édition de l’ouvrage paru en 1880, p. II. Jean Aicard est né à Toulon le 4 février 1848. Encouragé très jeune par Lamartine, puis Victor Hugo, il se lance dans la carrière littéraire en publiant Les Jeunes Croyances (1867), puis Les Rébellions et les Apaisements (1869). Les Poèmes de Provence (1874) marquent un nouvel élan thématique et la Provence l’inspire jusqu’à la fin de sa vie. Son œuvre poétique, romanesque, dramatique et critique aborde par ailleurs d’autres thèmes, sans jamais se départir de la recherche d’une spiritualité panthéiste et humanitaire. Il est reçu à l’Académie française en 1909. Il meurt à Paris le 13 mai 1921.

3 Joëlle Gardes-Tamine, La rhétorique, (A. Colin, coll. Cursus, 1996), pp. 100-101. Voir aussi Olivier Reboul, Introduction à la rhétorique, (PUF, coll. Premier cycle, 1998, 1ère ed. 1991), pp. 66-67.

4 George Molinié définit l’exorde dans le genre judiciaire. Michèle Aquien et Georges Molinié, Dictionnaire de rhétorique et de poétique, (La Pochothèque Le Livre de Poche , 1999), p. 170.

5 Olivier Reboul, op. cit., p.66. Pour lui, Aristote conçoit en ce sens l’exorde dans le genre épidictique (Rhétorique, 1415 b).

6 La relation centre-périphérie constituera l’enjeu de la question régionaliste quelque vingt ans plus tard. Voir à ce sujet : Anne-Marie Thiesse, Ecrire la France – Le mouvement littéraire régionaliste de langue française entre la Belle-Epoque et la Libération, (PUF, coll. Ethnologies, 1991), 314p. La revendication fédéraliste de certains félibres, comme Charles Maurras, s’exprime dans leur déclaration du 22 février 1892. La doctrine régionaliste de Charles-Brun, plus modérée, réclame seulement «  une réforme de l’organisation française » , à partir de 1896. Voir Emile Ripert, Le Félibrige (Jeanne Laffitte reprint, 2001), pp.142 et 181.

7 « L’allocution est une figure macrostructurale : elle n’est pas attachée à la spécificité de tel ou tel mot. Elle consiste en ce que, dans le discours, apparaît une prise à partie par une adresse de parole du locuteur à un interlocuteur qui n’existe pas même fictionnellement : c’est donc soi-même, soit un être absent ou inanimé, soit une entité, soit une pure abstraction. » G. Molinié, op. cit., pp.49-50.

8 Michaël Pakenham, Une revue d'avant-garde au lendemain de 1870, La Renaissance Littéraire et Artistique dirigée par Emile Blémont, thèse pour le doctorat d'université présentée devant l'université de Paris-Sorbonne, (Paris IV, Octobre 1995), pp. 119-208 et 335-349. Voir aussi du même auteur : « Les débuts parisiens de Jean Aicard », Bulletin de la Société des Amis du Vieux Toulon et de sa région, n° 87, 1965, p.90.

9 Luce Abelès, Fantin-Latour : Coin de table, (Ed. de la RMN, 1987).

10 Les Jeunes Croyances, (Paris, Lemerre, 1867) et Les Rebellions et les Apaisements, (Paris, Lemerre, 1871).

11 Alain Bitossi, « La Provence en français », in Jean Aicard, du poème au roman, (Edisud, coll.Var et poésie, 2000), pp.59-68.

12 « Dites à M.Aicard combien je l'aime » lui fait dire Victor Hugo. Cité par M. Pakenham, op.cit, pp.99.

13 Selon Olivier Reboul « le motif central est le procédé rhétorique essentiel à un texte, permettant de le qualifier... », op.cit., p.240.

14 Cette continuité du présent dans la ligne du passé structure l'ensemble des Poèmes de Provence. Nous avons affaire à une composante du genre épidictique qu'Olivier Reboul replace dans le propos d'Aristote. « L'épidictique porte sur le présent puisque l'orateur se propose à l'admiration des spectateurs tout en tirant argument du passé et de l'avenir ». Op. cit. p.57.

15 « Figure consistant à devancer l’argument de l’adversaire. », O. Reboul, op. cit., p.241.

16 Dans l’œuvre de Jean Aicard, nous n'avons pas trouvé d'occurence antérieure pour « petite patrie ». Mona Ouzouf définit ce concept, propre à la IIIe République, en opposant la petite patrie, figure maternelle, charnelle, « un giron où se blottir », à la grande patrie « terre du père, figure héroïque et farouche née de l’épique révolutionnaire », préface à Jean-François Chanet, L’école républicaine et les petites patries, (Aubier, Histoire, 1996), p.5.

17 Jean Aicard, Poème de Provence, (Paris, 3e édition, 1878). Préface de l’éditeur.

18 L’histoire littéraire n’a pas encore reconnu ces poètes et étudié leurs œuvres. Pour un panorama récent de ce courant voir Robert Sabatier, Histoire de la poésie française, la poésie du XIXe siècle, Tome II, (Paris, Albin Michel, 1990), « Terroir et rusticité », pp.504-520.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michèle Gorenc, « Jean Aicard et les Poèmes de Provence.
Lecture rhétorique du poème liminaire
 », Babel, 7 | 2003, 121-132.

Référence électronique

Michèle Gorenc, « Jean Aicard et les Poèmes de Provence.
Lecture rhétorique du poème liminaire
 », Babel [En ligne], 7 | 2003, mis en ligne le 17 septembre 2012, consulté le 30 mai 2017. URL : http://babel.revues.org/1412 ; DOI : 10.4000/babel.1412

Haut de page

Auteur

Michèle Gorenc

Université de Toulon et du Var

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Babel. Littératures plurielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire Babel
  • Logo Université de Toulon
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org