Navigation – Plan du site

Rhétorique arabe : Aristote, le Coran et la balagha

Ahmed Ismaili
p. 81-93

Résumé

L’article étudie les points de convergence entre la rhétorique classique aristotélicienne et la « balagha », la rhétorique arabe, en particulier sur la question de l’élocution et des figures de style.

Haut de page

Texte intégral

1Compte tenu de l’influence considérable de la pensée aristotélicienne sur la culture musulmane, on peut affirmer qu’il existe des points de convergence entre la rhétorique occidentale et la balagha (ou rhétorique arabe). Ces points de rencontre relèvent en premier lieu, de l’élocution. Cependant, les divergences qui opposent les deux traditions sont frappantes. Elles se situent essentiellement au niveau du cadre théorique et de la stratégie adoptée. Cela ne manque pas de refléter l’environnement où les deux systèmes ont évolué.

2Sous sa forme classique, l'art oratoire européen, rappelons-le, a un triple objectif : toucher, plaire et convaincre. Il se répartit en trois genres : le démonstratif, le délibératif et le judiciaire. En revanche, la balagha, qui a un caractère religieux, linguistique et littéraire, constitue un projet principalement apologétique. Elle a été élaborée en vue de démontrer l'inimitabilité du texte sacré, et en l’occurrence le Coran, faisant penser ainsi aux travaux de Saint Augustin (354 – 430) et de Bède le Vénérable (673 – 735).

3Toutefois, les rhétoriciens arabes se sont dotés d’un instrument d’analyse d’une remarquable finesse. Ils attirent l’attention notamment sur la multiplicité des significations d’un même énoncé, et en particulier, les significations implicites.

4Rappelons également que la rhétorique classique est exclue de l’enseignement en France depuis le début du siècle. Or, dans le Monde arabe on continue à enseigner la balagha.

1. Genèse et évolution

5Sous la dynastie omayyade (VII°/ VIII °s.), et plus encore sous les Abassides (VIII°/ XIII° s.), l’art oratoire arabe se développe sous forme de discours politiques et de sermons.

6En outre, des Persans qui ont appris la langue du Coran participent à l’éclosion de la prose et de la poésie. Une nouvelle prose est née : elle permet d’assimiler une assez vaste production relative à la littérature, à la politique et à la philosophie. Beaucoup d’œuvres grecques et indiennes sont traduites. Le Persan Ibn al Muqafaa (mort en 759) transpose en arabe des extraits de la logique aristotélicienne. C’est à ce lettré dont le style se distingue par la pureté et la justesse que l’on doit la première définition de la balagha.

7Certains ministres comptent parmi les lettrés les plus remarquables. C’est le cas de Jaafar al Barmaki (VII° s.) qui définit al bayan (autre terme qui sert à l’époque à désigner l’éloquence) de la manière suivante :

«  Cela consiste à employer des mots susceptibles de cerner l’idée que l’on veut rendre et d’écarter toute ambiguïté, toute complexité et tout artifice, de telle sorte que l’expression utilisée n’exige aucun effort pour être comprise. »  ( Chawqi DAYF, Al balagha, tatawwur wa tarikh, p.23)

8Mais ce sont surtout les mutakallimin (théologiens), et spécialement les mu’tazilites, qui jouent un rôle essentiel dans la mise en place du cadre théorique de la rhétorique arabe.

9Esprits curieux, les mutazilites ne se limitent pas de la culture arabe. Ils s'intéressent également à la philosophie et à la logique.

10Al Jahiz (776-868) est indéniablement le représentant le plus remarquable de ce mouvement. C’est un érudit dont les écrits touchent à plusieurs disciplines : histoire, religion, littérature, etc. Il exercera une influence capitale sur ses contemporains et ses successeurs. Il traite de la balagha dans ces deux ouvrages : Kitab al bayan (Le Livre de l’éloquence) et Kitab al hayawan ( Le Livre des animaux). Dans le premier ouvrage, il reproduit la traduction d’un texte relatif à l’éloquence.

11D’après ce document, un bon orateur reste invariablement paisible. Il choisit ses mots et prend en considération le nouveau socio-culturel de son auditoire. Il connaît tous les genres de styles, et par conséquent, il a la parole facile dans toutes les circonstances. Il se garde d’utiliser des expressions rares et de trop développer ses idées de peur de verser dans l’obscurité. Il ne privilégie pas les mots aux dépens du sens, mais il est toujours capable de produire un discours d’un niveau assez élevé en présence des philosophes et des lettrés. Les mots qu’il emploie sont assez justes pour rendre toute l’idée qu’il veut exprimer et rien que celle-ci.

12Ajoutons que al Jahiz a le mérite de distinguer les deux notions clefs de la rhétorique arabe : al haqiqa (sens propre) et al majaz (sens figuré).

13Même s’il ne définit pas toujours d’une façon satisfaisante les notions qu’il propose, al Jahiz est sans conteste le père de la rhétorique arabe. Il expose dans ses ouvrages des réflexions personnelles, des observations émanant de ses prédécesseurs et de ses condisciples ainsi que des exemples tirés du texte coranique et de la poésie.

14Vers la même époque (VII°/VIII° s.), des lexicographes et des philologues examinent la littérature religieuse et profane. Mais étant conservateurs, ils demeurent farouchement opposés à toute influence étrangère.
Le grammairien al Farrae (761- 822) fait oeuvre d’exégète. Il commente des figures de style contenus dans le Coran comme l’inversion, la concision, l’interrogation, la comparaison, la métaphore et la périphrase.

15Ibn Qutayba (828 - 889) expose ses thèses dans Ta wil muchkil al qur'an (Interprétation du Coran). Il rejette fermement la supposition qui stipule que le texte sacré contient des incorrections et des incohérences. Avancer une telle allégation, c’est, selon lui, faire preuve d’une ignorance crasse. Car pour apprécier le texte révélé à sa juste valeur, il faut connaître les chefs d’œuvre de la littérature arabe. Du reste, cet auteur ne manque pas de confronter les versets avec des vers pour conclure que le Coran est sublime.

16Il traite le cas où le sens visé des expressions utilisées n’est pas conforme à leur structure apparente. Ainsi, une phrase interrogative peut exprimer, dans certains contextes, une affirmation ou un reproche. Le locuteur peut même se servir d'un pluriel en s’adressant à un destinataire unique ou, au contraire, interpeller tout un groupe en le considérant comme un seul interlocuteur. Ces procédés seront intégrés dans l’une des composantes de la rhétorique arabe : al ma'ani.

17Un autre groupe s'avère très dynamique pendant le IX° s. Il s’agit des humanistes qui constituent deux équipes :

  • la première se compose de traducteurs en majorité chrétiens.

  • la seconde est formée d’Arabes musulmans qui s'initient à la pensée hellénique grâce aux travaux de ces traducteurs.

18Des résumés de la Rhétorique et de la Poétique d’Aristote sont transposés en syriaque et en arabe. Mais la traduction intégrale de ces textes devient indispensable.

19Ainsi, Abu Bakr Matta (m. 940) traduit la Poétique du syriaque en arabe d’une manière littérale d’ailleurs. Et c’est grâce justement à son extrême littéralité que cette traduction permettra plus tard aux humanistes européens d’améliorer le texte fourni par les manuscrits grecs.

20Quant à Ishaq ibn Hanin (m. 911), il donne une version arabe de Rhétorique. Mais en fait, c’est surtout le livre III de cette oeuvre qui ressemble le plus à la balagha. C’est d’ailleurs l’élocution que les Arabes saisissent le mieux. Dans les deux premiers livres, Aristote parle du délibératif et du judiciaire qui réfèrent à un système socio-politique inconnu chez les Arabes.

21Après la traduction de ces ouvrages, les humanistes projettent de jeter les bases d'une nouvelle balagha. Qudama ibn Jaafar (888-984) composera Naqd achi'r (Critique de la poésie). Cette oeuvre porte l'empreinte de la pensée grecque ainsi que celle d’al Jahid. C’est une synthèse de théories aristotéliciennes et arabes qui séduira la postérité.

22De son côté, Ishaq ibn Wahb (m. 850) rédigera Naqd an natr (Critique de la prose). Il consacre une partie de son traité au phénomène de l’analogie qu’il étudie à la façon des logiciens. Car il considère que la logique est un outil nécessaire à l’étude de la rhétorique.

23L’objectif des humanistes est donc d’appliquer les méthodes d’analyse grecque à la production littéraire arabe. Il doivent faire face, dès le départ, à l'hostilité du poète al Buhturi (821-897) et des lexicographes.

24Un autre problème fait couler beaucoup d’encre : celui du caractère transcendant du texte coranique.

25En effet, le redoutable polémiste ach'arite Al Baqilani (m. 1013) décrète qu’il est plus urgent d'examiner cette question que d’entreprendre des recherches linguistiques. Il affirme dans I'gaz al Qur'an que le style du Coran est unique. D’après lui, les poètes n’excellent pas dans tous les genres alors que tous les versets sont de valeur égale. Le message divin ne tombe guère dans l’artifice. Il ne contient ni termes désagréables ni expressions rares. Par contre, la mu'allaqa (poème antéislamique) de Umru al Qays, que l’on considère comme un chef d’œuvre de la poésie arabe, souffre de certaines imperfections. Il existe même un fossé entre le discours du Prophète, donc celui d’un homme, et la parole de Dieu. Le degré d’éloquence de cette dernière est certainement plus élevé. Bref, le discours du Prophète n’est pas inimitable.

26En revanche, al Khaffaji (1032-1073) se permet d'affirmer dans Sir al fasaha (Secret de la pureté de la langue) que la langue des Arabes n’est pas moins élégante que celle du Coran, et qu'au niveau stylistique, les versets sont de valeur inégale (Idem, p. 156)

27Mais les études rhétoriques arabes s’épanouissent surtout grâce aux travaux de Abd al Qahir al Jurjani (m. 1078) auteur de Asrar al balagha (Secrets de l’éloquence) et Dala' il al I'jgaz (Preuves de l’inimitabilité du Coran).

28Pour al Jurjani, un vocable pris isolément ne peut être qualifié d’éloquent : « Un terme peut vous réjouir, écrit-il, et vous transporter d’admiration dans tel contexte ; le même mot risque de vous paraître lourd et de vous inspirer de la répulsion dans tel autre. » Tout dépend donc de la relation que les mots entretiennent entre eux.

29Le même linguiste précise les modalités d’emploi de certains outils grammaticaux, tel que al hamza (particule d’interrogation) et dégage les différentes nuances exprimées par ces outils par rapport à leur position dans la phrase. Il passe en revue aussi les diverses structures agrammaticales en expliquant en quoi elles transgressent les règles logiques et syntaxiques. Une phrase comme :

Ce n’est pas Zayd que j’ai frappé, ni personne d’autre

30est inacceptable, car la première séquence de l’énoncé présuppose que l’action de frapper a eu lieu, et que quelqu’un l’a subie. Il étudie également la valeur stylistique des temps.

31Même des propositions similaires peuvent exprimer des nuances différentes. Cela dépend de la distribution des items lexicaux qui les composent, mais aussi de la présence ou de l’absence de l’article.

32Il traite pareillement la négation et l’emploi de certains quantificateurs. Une phrase comme : Je n’ai pas vu tout le monde n’équivaut pas à Je n’ai vu personne.

33De même, Al Jurjani défend les poètes accusés de plagiat. A partir du moment où le contexte change, il ne s’agit plus des mêmes vers. Il critique aussi les conceptions anthropomorphistes qui ne tiennent pas compte de la dimension métaphorique du texte sacré.

34Son élève d’origine persane, Zamakhchari (m.1144), applique ses théories d’une façon systématique au Coran dans son oeuvre d’exégète Al Kachaf. Pour l’exemplification, il se réfère également à la poésie et à la prose. Son oeuvre complète celle du maître. Mais peu de temps après la disparition des deux théoriciens, la balagha se transforme en règles sèches. Même la poésie ne prospère plus à partir de la deuxième partie du X° siècle. Cette situation s’aggrave de plus en plus, car les écrivains sont persuadés que les prédécesseurs ont épuisé tous les sujets et qu’il ne reste plus qu’à paraphraser ce qui a été dit en se servant d’artifices.

35Néanmoins, Sakkaki (1160-1228), originaire de Kharezm (Asie centrale), s’efforcera dans son livre Miftah al 'ulum (La clef des Sciences) de mieux tracer les frontières des figures et de leur donner des définitions assez précises. Son travail est d’autant plus précieux qu’il scelle d’une manière définitive toute la nomenclature de la balagha. Mais le public le trouve plutôt ardu. Certains successeurs lui consacrent des ouvrages entiers pour l’expliquer. Les critiques arabes modernes le qualifient de fatras indigeste et de compilation saturée de classifications et de réflexions d’ordre logique. D’après eux, il laisse présager une longue période de régression pour la rhétorique arabe.

36La logicophobie militante de certains auteurs arabes contemporains comme Ahmed Matlub et Abdel 'aziz 'Atiq rappelle cette observation de Marie-Claude Porcher relative aux théories transcrites du langage indirecte (Poétique n° 23) :

«  La tentative de Mahima BHATTA reste (...) isolée, tous les poéticiens s’accordent à la repousser pour des raisons esthétiques. Le charme poétique ne saurait être affaire de logique, c’est-à-dire de science, argument ancien et vivace. Murées dans leurs postulats, les deux écoles n’ont jamais établi de communication. »

37Le commentateur le plus important de Sakkaki est al Qazwini (m. 1338). Il réussit même à suggérer des définitions plus claires et plus rigoureuses que celles de son maître. Son abrégé, Attalkhis, sera expliqué et glosé dans toutes les parties du Monde arabe et son commentaire Al Idah sera longtemps considéré comme un manuel irremplaçable.

38En même temps on assiste à un autre phénomène : celui des badi'iyyat. Il s’agit de poèmes composés théoriquement pour faire l’éloge du Prophète, mais dont l'objectif réel est d’utiliser les figures du badi', autrement dit des fioritures, des ornements. Ainsi, chaque vers de ces poèmes est l’illustration d’une figure particulière. Quelques auteurs écriront des monographies pour expliciter ces badi'iyyat tellement elles sont condensées et obscures. C’est le triomphe des embellissements, des ornements accessoires, signes d’un déclin qui commence au XIV° siècle.

39Il faut dire à présent un mot sur la structure de cette rhétorique.

2. Organisation de la rhétorique arabe

40La balagha se répartit en trois composantes  :

2.1. Le Bayan (littéralement : clarté) compte 5 grandes figures :

   2.1.1.le tachbih (comparaison)

   2.1.2.la Isti'ara (métaphore)

   2.1.3.le majaz mursal (métonymie)

   2.1.4.le majaz 'aqli (constitue souvent des configurations qui n’ont pas d’équivalent en rhétorique occidentale.)

   2.1.5. la kinaya (périphrase)

2.2. ' Ilm al ma' ani (littéralement :  « Science des idées »), étudie les phénomènes suivants où il est question de syntaxe et de pragmatique :

   2.2.1. le khabar (ou énoncé constatif) où l’on peut juger de l’authenticité de l’assertion de l’interlocuteur en fonction de sa conformité ou non conformité au réel. Ex : Il fait beau.

   2.2.2. al incha' (ou énoncé performatif) : on ne peut attester de la véracité ou de la fausseté des affirmations de l’interlocuteur. Exemple :

Sois insoucieux du lendemain tant que tu es encore en vie.

Cela prend donc la forme d’un conseil, d’un ordre, etc.

Autres phénomènes traités dans le cadre des ma' ani : l’interrogation, le souhait, le vocatif, la restriction, la conjonction, la disjonction, la concision, le pléonasme et l’harmonisme.

2.3. 'ilm al badi' (Sciences des ornements) : traite des fioritures. Celles-ci se divisent en figures de pensées et en figures de mots.

   2.3.1. Figures de pensée :

      2.3.1.1. la tawriyya (ou syllepse oratoire) : utiliser un mot à double sens, l’un immédiat et clair, l’autre éloigné et caché :

Adhachatni ru'yatu al atlali, fakhatabtuha wa kana dam'i sa'ilan

(J’ai été surpris par les ruines. Mes larmes se mirent alors à couler/ à les interroger)

      2.3.1.2. la muqabala (ou parallèle) :

Qu’ils rient un peu, un jour ils pleureront beaucoup. (Coran, IX, 83)

      2.3.1.3. Husn atta'lil : procédé qui consiste à interpréter un phénomène donné en ayant recours délibérément à des explications sans rapport avec les causes réelles de ce phénomène. Exemple :

Les taches qui couvrent la lune ne sont pas anciennes. Ce sont les marques des gifles qu’elle s’est récemment données.

      2.3.1.4. Ta'kid al madh bima yuchbihu addam (Astéisme) : on loue ou on flatte quelqu’un tout en ayant l’air de le blâmer.

      2.3.1.5. Ta' kid addam bima yuchbihu al madh (Ironie)

      2.3.1.6. 'Uslub al hakim (littéralement : " le procédé du sage") : cela consiste à aborder un sujet auquel l’interlocuteur ne s’attendait pas, autrement dit à répondre à une question qui n’a pas été posée ; ou à donner au discours de l’interlocuteur un sens différent de celui qu’il visait. On lui fait comprendre ainsi qu’il aurait dû poser telle question ou exprimer telle idée.

Exemple : Un ouvrier répond à une personne qui lui a demandé s’il avait des économies : «  Rien ne vaut mieux que d’être en bonne santé ».

   2.3.2. Figures de mots :

      2.3.2.1. Le Jinas (ou antanaclase) : On emploie deux mots qui se ressemblent phonétiquement et diffèrent sémantiquement : paronymie, homonymie, homophonie. Exemple :
Sammaytuhu Yahya liyahya (« Je l’ai appelé Yahya pour qu’il vive longtemps »)

      2.3.2.2. le Tibaq (parodoxisme, antithèse) : Employer deux mots de sens contraire. Exemple :

Tu les aurait crus éveillés alors qu’ils dormaient (Coran, XVIII, 17/18)

      2.3.2.3. l’Iqtibas : On insère dans un énoncé un passage du Coran ou du hadith (parole du Prophète) sans en indiquer l’origine.

      2.3.2.4. le saj' (ou assonance) : On reproduit régulièrement certains sons en fin de phrases.

41Telle est la structure de la rhétorique arabe. Il faudrait préciser que les équivalences proposées entre certaines figures arabes et certaines figures de style françaises sont approximatives. En effet, quand je dis Zaydun asadun (« Zayd est un lion »), je produis un tachbih baligh (littéralement : « comparaison éloquente »). Or, cette configuration correspond à la forme canonique de la métaphore nominale in praesentia où l’on a le terme propre (Zayd, le nom d’une personne) et le terme figuré (« lion ») entre lesquels un rapport d’identité est instauré.

42En réalité, au niveau de la isti'ara et la métaphore, la conformité existe entre la isti'ara taba'iyya et la métaphore verbale. Exemple :

Tabassamati ar riyadu (« Les jardins souriaient »)

43où le verbe sourire est employé au sens figuré.

44la isti'ara murachaha et la métaphore filée. Exemple :

Kana fulanun aktaba annassi ida chariba qalamuhu min dawatihi wa ghanna fawqa qirtasihi (« Il était le meilleur écrivain quand sa plume buvait dans son encrier et chantait sur son papier »)

45boire et chanter relèvent du même champ sémantique.

46Par ailleurs, une figure telle que la kinaya rappelle toute un éventail de procédés stylistiques comme la périphrase, l’allégorie, l’allusion, l’euphémisme, la métonymie et la synecdoque.

47Cependant, la balagha a un aspect moins tentaculaire que la rhétorique européenne. Rien dans la balagha ne correspond aux genres judiciaires et délibératif, ni aux quatre parties : invention, disposition, mémorisation et action. D’ailleurs, contrairement aux rhétoriciens européens comme Démosthène qui répétait : « La première qualité de l’orateur est l’action, la seconde est l’action et la troisième est l’action », beaucoup de théoriciens arabes, tels que al Jahid par exemple, estiment qu’un bon orateur ne recourt jamais aux gestes pour s’exprimer.

48En somme, ce qui reste relativement similaire, ce sont les figures.

3. Primauté de la situation d’énonciation

49Force est de constater que la seconde branche de la rhétorique arabe, 'ilm al ma'ani, constitue une composante originale à mettre en rapport avec la pragmatique dans le sens moderne du terme. C’est une réflexion qui porte sur le langage et son fonctionnement.

50Selon le contexte extralinguistique, une phrase de forme interrogative peut exprimer un ordre, un souhait ou un reproche. Ainsi, pour les rhétoriciens arabes, l’analyse grammaticale est insuffisante dans la mesure où elle se limite à décrire les aspects formels de la phrase. Plus encore, la balagha se propose d'étudier le rapport existant entre la structure de l’énoncé et la stratégie discursive du locuteur. Elle met en évidence l’adéquation du discours à la situation d’énonciation et prend en considération la nature des liens qui s'établissent entre le sujet parlant et le destinataire. Elle tient donc compte des éléments situationnels relatifs à l’énoncé. Ce qu’on pourrait appeler « dimension pragmatique » occupe ainsi une place importante dans la réflexion rhétorique arabe.

51La balagha correspond donc à une linguistique d’énoncés et non à une grammaire de phrases. Elle cherche à rendre compte de l’énoncé transphrastique, car le texte coranique que l’on se propose d’interpréter, en premier lieu, est envisagé dans sa totalité. Les fragments de ce message entretiennent entre eux des liens de toutes sortes : thématiques, structurels, etc.

52Mais il serait souhaitable que les auteurs contemporains de manuels de rhétorique arabe se montrent aussi ingénieux que leurs prédécesseurs, qu’ils fassent l’effort d’analyser des textes modernes au lieu de se limiter aux textes anciens qui reflètent une conception du monde émanant d’une période et d’un univers plutôt révolus.

Haut de page

Bibliographie

AL JAHIZ, Al bayane wa attabyine, Beyrouth, 1968.

AL HACHIMI, M.,  Jawahir al balagha, Le Caire, 1960.

ARISTOTE, Poétique, Paris, Société d’édition « Les Belles Lettres », 1977.

ARISTOTE, Rhétorique, Paris, Société d’édition « Les Belles Lettres », 1967-1973, 3vol.

BENCHEIKH, Jamal Eddine, Poétique arabe, Paris, Ed. Anthropos, 1975.

Communications n° 16, « Recherches rhétoriques », Paris, Le Seuil, 1970.

Communications n° 30, « La conversation », Paris, Le Seuil, 1979.

DAYF, Chawqi, Al balagha, tatawwur wa tarikh (Histoire de la rhétorique arabe), Le Caire, 1977.

DE TASSY, Joseph Garcin, Rhétorique et prosodie des langues de l’Orient musulman, Amsterdam, Philo press, 1970.

DECLERCQ, Gilles, L’art d’argumenter, Ed. universitaire, Bruxelles, 1992.

DESBORDES, Françoise, La rhétorique antique, Paris, Hachette, 1996.

HAJJAR, Joseph, Traité de traduction, Beyrouth, 1977.

KILITO, A., « Sur le métalangage métaphorique des poéticiens arabes », Poétique n° 38, Paris, Le Seuil, 1979.

LAKOFF, George et JOHNSON, Mark, Les métaphores dans la vie quotidienne, Ed. de Minuit, 1985.

Langue française n° 42, « La pragmatique », Paris, Larousse, 1979.

MOLINO, Jean, SOUBLIN, Françoise, TAMINE, Joëlle, « La métaphore », Langages n° 54, Paris, Didier-Larousse, 1979.

MOUTAOUAKIL, A., Réflexions sur la théorie de la signification dans la pensée linguistique arabe, Publications de la Faculté des Lettres de Rabat, 1982.

PELLAT, Ch., Le milieu basrien et la formation de Gahid, Paris, Librairie d’Amérique et d’Orient, Adrien-Maisonneuve, 1953.

Poétique n° 23, « Rhétorique et herméneutique », Paris, Le Seuil, 1975.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ahmed Ismaili, « Rhétorique arabe : Aristote, le Coran et la balagha », Babel, 7 | 2003, 81-93.

Référence électronique

Ahmed Ismaili, « Rhétorique arabe : Aristote, le Coran et la balagha », Babel [En ligne], 7 | 2003, mis en ligne le 17 septembre 2012, consulté le 20 juillet 2017. URL : http://babel.revues.org/1408 ; DOI : 10.4000/babel.1408

Haut de page

Auteur

Ahmed Ismaili

Université de Meknès

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Babel. Littératures plurielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire Babel
  • Logo Université de Toulon
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org