Navigation – Plan du site

Théorie de l'élégie latine et pratiques élégiaques

Évrard Delbey
p. 73-80

Résumé

L’article étudie l’élégie latine, genre littéraire qui a pour sujet principal la passion amoureuse, où se sont illustrés les poètes augustéens, Tibulle, Properce et Ovide. Son propos est de montrer comment chacun de ces poètes, tout en partageant la même esthétique, trouve son originalité.

Haut de page

Texte intégral

1"En tant que genre littéraire, l'élégie se définit d'abord par une forme poétique qui lui est propre, le distique élégiaque. C'est un groupe de deux vers, composé d'un hexamètre dactylique et d'un pentamètre (...). Vers la fin du VIIème siècle, Mimnerme de Colophon employa le distique élégiaque pour l'expression de sentiments amoureux, ceux du poète lui-même ou ceux d'une autre personne; à l'époque hellénistique, les poètes alexandrins y joignirent la richesse chatoyante des fables mythologiques : dès lors, le cadre de l'élégie romaine était tracé (...). Mais il fallut attendre l'époque d'Auguste pour que les poètes prennent l'habitude de publier des recueils entiers d'élégies". Ces quelques lignes extraites de la Littérature latine rédigée par H. Zehnacker et J. Cl. Fredouille (Collection 1er Cycle, PUF, 1993, p. 183) nous suffisent pour introduire de manière générale un genre littéraire qui a pour sujet principal la passion amoureuse. Parmi les écrivains augustéens de la deuxième génération, nous avons surtout Tibulle, Properce et Ovide. Notre propos sera de montrer comment chacun de ces poètes, partageant la même esthétique, trouve son originalité : le statut littéraire et moral du pathétique, autrement dit, dans le contexte de l'élégie érotique, la manière de représenter la violence en amour nous semble fournir une entrée intéressante pour cette problématique. Au cours de l'analyse, nous ferons référence pour les textes et les traductions aux éditions de la Collection des Universités de France.

2Tibulle ne propose pas de théorie sur l'élégie latine; il reprend seulement le lieu commun du poète qui ne possède que ses vers à offrir pour séduire celle ou celui qu'il aime - ce qui ne suffit pas, lorsque le rival est riche. Cependant, nous pensons que l'élégie I, 10 nous propose un motif propre à caractériser la pratique tibullienne de l'élégie amoureuse et assez important pour que nous le retrouvions repris par Properce et Ovide afin de marquer leurs poétiques respectives : il s'agit de la scène de querelle entre amants (v. 53-66). Elle figure dans la dernière partie du poème, l'éloge de la Paix (v. 45-68) qui rend la vie heureuse à la campagne; la divinité n'admet en effet d'autres luttes que celles des amoureux à condition qu'il n'y ait aucune brutalité physique. Ce motif appartient à la thématique élégiaque : Tibulle laisse au soldat la narration des combats et au vieil homme celle des histoires du temps passé (v. 29-32 et 39-44). Nous citons le passage :

Sed Veneris tunc bella calent, scissosque capillos
   femina perfractas conqueriturque fores;
flet teneras subtusa genas : sed uictor et ipse
   flet sibi dementes tam ualuisse manus;
at lasciuus Amor rixae mala uerba ministrat,
   inter et iratum lentus utrumque sedet.
A lapis est ferrumque, suam quicumque puellam
   uerberat : e caelo deripit ille deos.
Sit satis e membris tenuem perscindere uestem,
   sit satis ornatus dissoluisse comae,
sit lacrimas mouisse satis : quater ille beatus
   quo tenera irato flere puella potest;
sed manibus qui saeuus erit, scutumque sudemque
   is gerat et miti sit procul a Venere.

"Mais alors les luttes de Vénus sont chaudes et la jeune femme éclate en plaintes contre celui qui lui a arraché les cheveux et a brisé sa porte; les pleurs coulent sur ses tendres joues quelque peu meurtries : mais le vainqueur de son côté pleure du beau résultat obtenu par ses mains égarées; cependant le folâtre Amour attise la querelle par les méchants mots qu'il suggère et reste assis entre les deux combattants irrités. Ah! c'est une pierre, un coeur de fer, celui qui frappe son amie : il précipite les dieux du haut du ciel. Qu'il suffise de déchirer et d'arracher de son corps son léger vêtement, qu'il suffise de défaire sa coiffure, qu'il suffise de lui tirer des larmes : quatre fois heureux l'amant dont la colère peut faire pleurer sa délicate amie; mais celui qui a la main cruelle n'est propre qu'à porter bouclier et pieu et doit se tenir loin de la douce Vénus".

3Trois champs lexicaux s'enlacent : celui de la guerre, celui de la plainte, celui de la pathologie. Le premier dit les combats, l'assaut violent, la victoire; le second est pathétique et dit les pleurs ; le troisième insiste sur la maladie de l'âme colérique qui perd tout contrôle d'elle-même et devient cruelle. Au-delà de la mise en scène d'esprit alexandrin signifiée par la présence du lasciuus Amor ce passage nous paraît exprimer la conception suivante : il existe une douce violence et, si l'on admet que la description de la scène de querelle met en abyme un art poétique, une poésie de l'excès mesuré. L'élégie selon Tibulle serait alors un discours amoureux pathétique, mais mesuré. De fait, la douceur est le rêve tibullien par excellence; le poète met en garde contre la violence physique qui manifeste la violence morale de passions détruisant la tranquillité de l'âme. De là naît l'idéal quasi aristotélicien d'une juste mesure dans les affects, préservant l'amour-passion des symptômes de la haine. Nous ne sommes plus chez Catulle constatant à quel point la haine et l'amour peuvent en même temps le déchirer. La poétique tibullienne de l'élégie vise à ne pas trop bouleverser l'otium lui-même nécessaire pour favoriser l'inspiration. Nous ne sommes pas non plus chez Virgile, poète des Bucoliques ayant le pouvoir du carmen épicurien, renonçant à la fascination de la passion amoureuse dont Gallus, poète élégiaque précisément, fut victime. Tibulle invente un imaginaire où le passionnel serait encore tendresse; il dépasse ainsi l'échec de son rêve pastoral formulé en I, 1 (cf. à ce sujet l'analyse de Fr. Daspet dans "Orphea uoce", Cahier du Centre de Recherches Marie Desport, n° 4, 1992, Université Bordeaux 3, p. 37 à 57) et la dernière poésie du Livre I répond alors de façon positive à la première des élégies du poète à Délie. Une voie/voix morale demeure dans l'espace littéraire de la représentation du sentiment amoureux : celle d'une éthique du pathos.

4Properce, quant à lui, procède autrement. D'abord, il fait la théorie de sa pratique de poète élégiaque; ensuite, il ne recherche pas un équilibre entre l'èthos et le pathos mais revendique plutôt une sorte de droit à l'excès. Parmi les poèmes qui définissent l'expression élégiaque, nous retenons les élégies III, 1, 2 et 3, ainsi que l'élégie III, 9; l'élégie III, 8 est celle qui met en scène la querelle des amants : sa place n'est pas indifférente, puisqu'elle se trouve parmi des textes constituant un "métadiscours". Les élégies III, 1 et 2 exaltent la gloire que le poète espère, dès lors qu'il a renoncé à l'inspiration épique; l'élégie III, 3 montre comment le poète accepte de ne pas composer de poèmes héroïques; l'élégie III, 9 annonce à Mécène néanmoins la possibilité de composer une épopée romaine à la manière d'Ennius, même si pour l'instant Callimaque et Philétas sont les modèles esthétiques à imiter. A l'instar de Tibulle, Properce associe vers élégiaques à Paix (III, 1, 15-18). Voyons donc comment l'élégie III, 8 prend place dans cet ensemble. Elle fait de l'infidélité amoureuse - Cynthie a, pour une nuit, préféré un autre - un moment critique, propice au renouveau du sentiment amoureux : le poète s'engage à reconquérir sans cesse la jeune femme, faute de pouvoir être rassuré sur sa fidélité (v. 33-40). Alors que la Paix facilite l'épanouissement de la poésie érotique auprès d'une jeunesse qui ne connaîtra plus les guerres civiles, aucune paix dans la vie privée n'est souhaitable : elle serait signe d'une passion morte (v. 34, 29-32). La description de la querelle d'amour constitue ainsi le premier mouvement d'un poème qui commence là où Tibulle avait achevé le sien : par la douceur; toutefois la représentation de la violence tant verbale que physique l'emporte rapidement. Voici l'extrait (v. 1 à 28) :

Dulcis ad hesternas fuerat mihi rixa lucernas,
   uocis et insanae tot maledicta tuae.
Cur furibunda mero mensam propellis et in me
   proicis insana cymbia plena manu?
Tu uero nostros audax inuade capillos
   et mea formosis unguibus ora nota;
tu minitare oculos subiecta exurere flamma,
   fac mea rescisso pectora nuda sinu.
Nimirum ueri dantur mihi signa caloris,
   nam sine amore graui femina nulla dolet.
Quae mulier rabida iactat conuicia lingua
   et Veneris magnae uoluitur ante pedes,
custodum gregibus circa se stipat euntem,
   seu sequitur medias, Maenas ut icta, uias,
seu timidam crebro dementia somnia terrent,
   seu miseram in tabula picta puella mouet,
his ego tormentis animi sum uerus haruspex;
   has didici certo saepe in amore notas.
Non est certa fides, quae non in iurgia uertat
   hostibus eueniat lenta puella meis.
In morso aequales uideant mea uulnera collo :
   me doceat liuor mecum habuisse meam.
Aut in amore dolere uolo aut audire dolentem,
   siue meas lacrimas siue uidere tuas,
tecta superciliis si quando uerba remittis
   aut tua cum digitis scripta silenda notas.
Odi ego quae numquam pungunt suspiria somnos;
   semper in irata pallidus esse uelim.

"O douceur de tes violences, hier aux flambeaux; douceur des malédictions que me jetait ta voix égarée! Furieuse, échauffée par le vin, tu repousses la table et, d'une main folle, tu lances sur moi les coupes pleines. Poursuis, jette-toi hardiment sur mes cheveux et laisse sur mon visage la marque de tes beaux ongles; menace-moi de porter la flamme dans mes yeux; arrache mes vêtements et mets ma poitrine à nu. Ce sont pour moi les signes d'une ardeur véritable : jamais une femme ne s'emporte sans un violent amour. Quand une femme, dans une crise de rage, lance injures sur injures; quand elle s'avance par les rues, telle une Ménade en délire; lorsque coup sur coup des songes insensés la frappent de crainte et l'épouvantent ou qu'elle s'agite en voyant le portrait d'une jeune fille, à ces tourments, aruspice infaillible, je reconnais les signes et je présage l'amour. Point de fidélité assurée sans accès d'humeur et sans disputes : une amante paisible, je la souhaite à mes ennemis. Que mes compagnons voient sur mon cou la trace de ses morsures; que l'envie apprenne à tous que je l'ai eue avec moi, à moi. En amour, je veux souffrir ou voir souffrir; je veux voir couler mes larmes ou les tiennes, entendre tes paroles hautaines et voir le froncement de tes sourcils ou bien entendre ton silence et les signes que tracent tes doigts. Je hais, moi, les soupirs qui ne troublent jamais le sommeil; je voudrais que ma pâleur témoignât toujours de sa colère".

5Le contexte est guerrier : l'amant fait de ses rivaux des ennemis déclarés; le vocabulaire du malheur et des pleurs est présent, mais ce sont les mots qui désignent la relation passionnée comme maladie de l'âme et cause d'autres passions que nous lisons en plus grand nombre que dans le poème de Tibulle : l'amour est folie, rage, peur, tourment, haine, colère. Properce se délecte à se montrer victime consentante des assauts de Cynthie et proclame la démesure des passions partagées face aux valeurs héroïques : c'est la grandeur de Vénus, de l'irrationnel. Nous pouvons parler d'une préférence pour une poétique du pathos abondant qui ne respecte guère la tradition morale.

6Reste Ovide. C'est le poète des Amours qui, dans les limites de cet article, nous a retenu; ce recueil, en effet, est riche d'une réflexion sur l'art élégiaque et d'une autre scène de querelle. Le premier texte, l'élégie I, 1, ludique, dit comment le malicieux Cupidon força le poète à renoncer au genre épique (v. 1-4 et 21-30). Le second texte, l'élégie I, 7, déplore les effets néfastes du furor amoureux. Ovide y regrette d'avoir violemment frappé Corinne jusqu'au sang : le mot même de folie est récurrent (v. 2, 3), désignant dans la passion furieuse un état de profond égarement (v. 5-6) contre l'impiété duquel Tibulle avait mis en garde (I, 1, 59-60). Revenu à la raison, le poète se souvient avec honte de son geste sacrilège (v. 19-34) et ironise sur le triomphe de sa force, parodie de victoire militaire (v. 35-42). Jusque-là, le traitement de la scène est original; nous voyons la querelle par le biais d'une évocation faite du seul point de vue du poète, alors que Tibulle ne s'était pas représenté en amant brutal et que Properce avait varié la perspective en centrant la description sur Cynthie. Est-ce à dire, pourtant, que le poète finit par se rapprocher de la douceur tibullienne et de son esthétique, dès lors qu'il condamne l'excès dans la violence? Il le semblerait à la lecture des vers 43 à 60 que nous citons :

Denique, si tumidi ritu torrentis agebar
   Caecaque me praedam fecerat ira suam,
Nonne satis fuerat timidae inclamasse puellae
   Nec nimium rigidas intonuisse minas
Aut tunicam summa deducere turpiter ora
   Ad mediam? Mediae zona tulisset opem.
At nunc sustinui raptis a fronte capillis
   Ferreus ingenuas ungue notare genas.
Adstitit illa amens albo et sine sanguine uultu,
   Caeduntur Pariis qualia saxa iugis;
Exanimes artus et membra trementia uidi,
   Ut cum populeas uentilat aura comas,
Ut leni Zephyro gracilis uibratur harundo,
   Summaue cum tepido stringitur unda Noto.
Suspensaeque diu lacrimae fluxere per ora,
   Qualiter abiecta de niue manat aqua.
Tunc ego me primum coepi sentire nocentem;
   Sanguis erat lacrimae, quas dabat illa, meus.

" Enfin, si j'étais déchaîné comme un torrent aux eaux gonflées, si l'aveugle fureur me possédait tout entier, n'aurait-il pas suffi de gourmander cette femme timide, et de proférer d'une voix tonnante d'horribles menaces, ou de déchirer cruellement sa tunique depuis le col jusqu'au milieu du corps, où la ceinture aurait arrêté les dégâts? Mais non! J'ai eu l'affreux courage d'écarter brutalement les cheveux de son front et de marquer sur ses joues pures la trace de mes ongles. Elle était devant moi, éperdue, le visage pâle et livide, semblable aux marbres que l'on détache des collines de Paros. Je l'ai vue, les membres glacés d'épouvante et le corps tremblant, telles les feuilles du peuplier qu'agite la brise, tel le roseau frêle que balance le doux Zéphyr, ou l'onde dont le tiède Notus vient rider la surface. Ses larmes, longtemps contenues, coulèrent sur son visage, comme l'eau ruisselle de la neige qui couvre le sol. Alors seulement je commençai à me sentir coupable. Les larmes qu'elle répandait étaient rougies du sang que je lui avais fait verser."

7L'amant reconnaît avoir outrepassé les limites du supportable et du convenable. Si nous continuons d'interpréter cette séquence narrative selon le registre de l'imitation littéraire, nous dirons que le poète regrette d'avoir suivi la poétique propertienne et, si nous acceptons l'idée du jeu esthétique, nous dirons aussi que l'intertextualité permet à Ovide de se déclarer héritier de Properce pour son emportement et de Tibulle pour sa nostalgie de douceur, tout en devenant lui-même. De fait, la conclusion du poème n'est ni douce ni violente - Corinne n'est pas Cynthie (v. 61-68) :

Ter tandem ante pedes uolui procumbere supplex;
   Ter formidatas reppulit illa manus.
At tu ne dubita (minuet uindicta dolorem)
   Protinus in uoltus unguibus ire meos,
Nec nostris oculis nec nostris parce capillis;
   Quamlibet infirmas adiuuat ira manus;
Neue mei sceleris tam tristia signa supersint,
   Pone recompositos in statione comas.

"A la fin j'ai voulu trois fois me jeter à ses genoux en suppliant, trois fois elle repoussa mes mains qui lui faisaient peur. “Ah! n'hésite pas, toi (cette punition diminuera ton ressentiment), n'hésite pas à porter tout de suite tes ongles contre mon visage, n'épargne ni mes yeux ni mes cheveux (si faibles que soient tes mains, ton courroux leur donne de la force), et, pour effacer les traces si affligeantes de mon crime, remets tes cheveux en ordre et à leur place.""

8Le dernier distique qui se fixe sur un geste de coquetterie, désigne une ars amatoria fondée sur la séduction encore et toujours, où ni l'èthos ni le pathos ne valent par eux-mêmes, mais forment par leur concours une image quand même agréable à se représenter de la passion. Poétique de la grâce élégante, donc.

9Par trois fois, la scène de querelle nous a servi de "moment repère" ou de "moment référence" afin de faciliter la compréhension de cette poétique diversifiée qui fut celle des élégiaques latins. A ce sujet, nous nous permettons de renvoyer les lecteurs de ce bref article à notre livre intitulé Poétique de l'élégie romaine : les âges cicéronien et augustéen, Les Belles Lettres, Paris, 2001, qui détaille la problématique complexe d'un genre posant notamment la question du Je/Moi en poésie, plus précisément la question éthique et esthétique de la relation de soi à soi-même, alors que la rhétorique cicéronienne avait solidement constitué le statut du Je oratoire. Nous avons tâché présentement de mettre en évidence quelques enjeux moraux et littéraires de l'art élégiaque : la douceur apaisante, la violence démesurée, l'agrément de la beauté, dans la pratique, chaque fois originale, d'un lieu commun - celui de la rixa. Cette interaction entre une théorie esthétique, qui s'écarte des grands genres que sont l'épopée et la tragédie, et des pratiques d'écrivains, nullement propre à l'élégie latine, crée le dynamisme d'une littérature en produisant un ensemble d'exercices subjectifs de la parole.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Évrard Delbey, « Théorie de l'élégie latine et pratiques élégiaques », Babel, 7 | 2003, 73-80.

Référence électronique

Évrard Delbey, « Théorie de l'élégie latine et pratiques élégiaques », Babel [En ligne], 7 | 2003, mis en ligne le 17 septembre 2012, consulté le 30 mai 2017. URL : http://babel.revues.org/1407 ; DOI : 10.4000/babel.1407

Haut de page

Auteur

Évrard Delbey

Université de Nice - Sophia Antipolis

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Babel. Littératures plurielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire Babel
  • Logo Université de Toulon
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org